Trí Vũ: Les regrets du philosophe Trần Đức Thảo au crépuscule de sa vie – CR de lecture par Shawn McHale

GsTranDucThao_2
Portrait de Trần Đức Thảo (dessiné par Trinh Cung d’après une photo de Đồng Đức Thành).

Trí Vũ (Phan Ngọc Khuê), Nỗi hối hận lúc hoàng hôn [Regrets au crépuscule de la vie]. In tại Notre Dame de Fatima, Orsonnens, Suisse. Décembre 2012.

Un livre important sur Trần Đức Thảo, l’éminent philosophe, est paru à la fin de l’année 2012. Thảo est un des plus importants intellectuels vietnamiens du vingtième siècle, bien connu en France et à l’étranger pour ses études sur la phénoménologie et le marxisme. Anticolonialiste, il avait décidé de revenir dans son pays en 1951. Moins connus sont ses parcours intellectuels et politiques au Vietnam, où il a durement souffert à cause de sa participation dans l’affaire Nhân Văn—Giai Phẩm (1955-56). Ostracisé par le Parti communiste, il n’a rien publié en vietnamien jusqu’à 1987. Il est décédé en 1993, à Paris.

Le livre en question, écrit par Trí Vũ (Phan Ngọc Khuê), est basé en partie sur les interviews enregistrées sur audio-cassettes dans les six derniers mois de la vie de Thảo et en partie sur les écrits et conversations de Thảo interprétés par l’auteur. Ces interviews avec Thảo forment l’important “corpus” de cet ouvrage, que son auteur caractérise comme un “dã sử tân truyện” ou histoire non-officielle de la vie de Thảo. Ce n’est donc pas le travail d’un historien (avec l’appareil critique habituel) ou d’un philosophe, mais plutôt un récit, soutenu par une solide base empirique.

Thảo raconte sa vie de la perspective particulière de 1992 et 1993, et c’est la perspective adoptée par l’auteur. Ce fait est essentiel (et peut-être controversé) : un apport capital du livre est de fournir la preuve que Thảo, décrit dans une notice nécrologique comme un “marxiste dérangeant,” avait renoncé au marxisme à la fin de sa vie.

“Je voudrais dire que Marx avait tort. Je reconnais maintenant que Marx avait tort. Je ne dis pas que Marx avait raison et ses acolytes avaient tort. [Non], Marx avait tort aussi.” (« Chỉ tại tôi muốn nói ra là chính Marx sai. [ . . .] Bây giờ tôi nhận ra là chính Marx sai. Chứ không phải là ông Marx nói đúng rồi học trò sai. Chính ông Marx cũng sai. ») (422).

Penseur dérangeant ? Oui. Marxiste dérangeant ? À la fin de sa vie, pas exactement…

 Si le fait que Thảo ait renoncé au marxisme est d’un intérêt primordial, ce n’est pas la seule raison pour laquelle il faut lire ce livre. En dépit de quelques-unes, le manque d’études approfondies sur la vie intellectuelle dans la République démocratique du Vietnam est évident. Si l’ouvrage traite en passant de la vie du jeune Thảo, il se penche surtout sur son vécu au Vietnam depuis 1951 et sur ses expériences à Paris à la fin de sa vie.

 Selon ce livre, le Parti communiste vietnamien (PCV) se montre soupçonneux de Thảo dès son arrivée au Vietnam en 1951. Le parti lui interdit, en prenant comme prétexte sa position comme doyen de la faculté d’histoire, d’enseigner la philosophie de Marx (!). Thảo souligne qu’il n’y avait aucun mouvement “contre le parti” parmi les écrivains de Nhân Văn—Giai Phẩm (p. 198). À l’époque, Thảo était marxiste convaincu; mais sa vision du marxisme était, paradoxalement, plus “marxiste” que l’amalgame de stalinisme, léninisme, maoïsme, et marxisme des dirigeants du parti communiste eux-mêmes. Thảo parle de sa démission forcée de son poste de l’université de Hanoi, et son exil intellectuel à partir de ce moment. Il décrit sa situation désespérée à la fin des années 50 quand il n’avait pas d’emploi et avait souvent faim.

Pour les lecteurs français, les pages les plus troublantes seront peut-être celles exposant le crépuscule de sa vie en France. On y apprend l’“interpellation” de Thảo devant un “tribunal” composé d’apparatchiks de l’ambassade du Vietnam à Paris et d’un représentant du Parti communiste français (PCF), qui dénonçait Thảo comme “réactionnaire” et “contre-révolutionnaire.” (L’identité de ce représentant du PCF n’est pas évidente, mais il semble être un disciple d’Étienne Balibar, ancien membre du parti) (p. 64-5). À cause de son manque absolu de moyens, Thảo était hébergé par l’ambassade vietnamienne, et celle-ci avait une grande emprise sur lui. Or, on apprend aussi les efforts des anciens et nouveaux amis en France, comme Georges Boudarel et certains membres de la communauté vietnamienne, pour aider Thảo.

Ce texte, très riche, donne beaucoup à réfléchir sur l’itinéraire d’un des plus grands intellectuels vietnamiens du vingtième siècle. Pour les Vietnamologues, il nous éclaire sur des aspects inconnus ou méconnus de la vie dérangeante de ce penseur qui, ironie des ironies, officiellement “oublié” au Vietnam durant des décennies, deviendra célèbre auprès du grand public intellectuel vietnamien après sa mort.

Shawn McHale

Pour en savoir plus :