Vo Nguyen Giap, le « Napoléon vietnamien », héros intangible

GeneralGiap_10-07-2008_Hanoi
Le général Giap, le 10 juillet 2008 à son domicile à Hanoi. © Hoang Dinh Nam / AFP

Le décès du général Vo Nguyen Giap n’est pas une surprise mais sa disparition est indéniablement d’ores et déjà celle d’un grand personnage de l’histoire mondiale. Figure mythique de la révolution et de la guerre d’Indochine, il incarne à lui seul la victoire de Dien Bien Phu, un pari militaire insensé qui symbolise encore aujourd’hui la victoire des peuples colonisés sur l’Occident. Ce « coin d’enfer » décrit par Bernard Fall, les Français s’en souviendront pendant longtemps.

Pourtant, Giap conserva une aura même chez ses farouches adversaires français. Il suscita l’admiration chez d’autres Français comme le photographe Roger Pic qui possédait un grand portrait de lui dans son atelier à Montparnasse ou l’historien Alain Ruscio, compagnon de route du communisme vietnamien, qui mena plusieurs entretiens importants avec le général [1]. Son Guerre du peuple, armée du peuple deviendra la bible d’une génération contestataire et tiers-mondiste dans les années soixante-dix [2]. Référence incontournable de la polémologie nord-vietnamienne, il suscitait beaucoup d’intérêt dans les médias et aimait jouer les stratèges dans les reportages télévisés occidentaux consacrés à la guerre du Viêt-Nam.

Mais le destin du général Vo Nguyen Giap est complexe comme l’a démontré le biographe Cecil B. Currey [3]. S’il fait figure de héros pour la République Démocratique du Viêt-Nam (RDVN) à l’époque d’Ho Chi Minh, il représente aussi une autre voie plus nationaliste que le Viêt-Nam refusa de prendre dans les années soixante lors des tensions sino-soviétiques. Pro-soviétique dans son patriotisme, il ne fut pas directement attaqué comme le fut le général Lê Liêm et de nombreux autres cadres de l’armée populaire lors des procès pour « révisionnisme anti-parti » (1966-1967). Le général vainqueur du colonialisme restait pratiquement intouchable. Le colonel Bui Tin, ancien rédacteur en chef du Nhân Dân, est certainement un de ceux qui connaissent le mieux cette période sombre où le parti choisit avec Le Duan, Le Duc Tho, Pham Hung ou Nguyen Chi Thanh (décédé prématurément en 1967) l’autoritarisme, la propagande et le communisme de guerre [4].

Vo Nguyen Giap apparaît pour d’autres Vietnamiens, anticommunistes et exilés, comme le principal instigateur de la lutte contre les partis nationalistes concurrents du Viêt-Minh en 1945-1946. Giap signe les décrets de septembre 1945 contre les organisations dite « réactionnaires ». A ce titre, il symbolise la terrible répression au Nord contre le VNQDD (affaire On Nhu Hau) [5]. Sa stratégie militaire très dispendieuse en femmes (il faut le souligner) et en hommes est aussi souvent remise en cause aujourd’hui par la jeune génération. Car Dien Bien Phu, malgré l’exploit, fut une boucherie pour les deux camps et les Vietnamiens payèrent chère cette bataille comme le démontre les travaux des journalistes indépendants Dao Thanh Huyen, Dang Duc Tue, Nguyen Xuan Mai… [6]. Sa stratégie ne fut pas « celle de la paix » comme il le rapporte dans une mise en scène adressée à une journaliste de L’Humanité (le quotidien du Parti communiste français) en 2004, sa stratégie fut celle de la victoire sur le long terme et au prix d’un sacrifice humain incomparable [7].

Ho Chi Minh et Vo Nguyen Giap en 1954 © VOV
Ho Chi Minh et Vo Nguyen Giap en 1954 © VOV

Je me souviens de Georges Boudarel qui, grâce à ses connections avec Hanoi, savait que Giap avait rédigé près de mille pages de mémoires. Celles-ci furent publiées en France en trois volumes et malgré la forte attente, Giap continuait à offrir cette vision « orthodoxe » de l’histoire national-communiste vietnamienne [8]. Contesté dès l’échec de l’offensive du Têt en 1968 (à laquelle il s’opposa avec Ho Chi Minh contre le Politburo), il vit ses prérogatives en matière militaire et politique s’amoindrir pendant les dernières années de la guerre du Viêt-Nam et plus encore après la réunification [9]. Il se plia à toutes les épreuves du parti communiste vietnamien pour ne jamais trahir Ho Chi Minh. Ce fut sa ligne de conduite jusqu’au bout, presque une obsession. Rester fidèle à son maître vertueux et déterminé. C’est aussi pour cette raison que, paradoxalement, il incarne aujourd’hui une forme de droiture et d’héroïsme dans un Viêt-Nam en proie à la dégradation sociale et morale. Sa conduite et son hygiène de vie simples sont un modèle pour beaucoup de ses compatriotes. Il appela dans les années 1990 à un « Dien Bien Phu économique » (Saigon Eco) et, sur ce plan, il ne fut pas déçu. Son nom reste aussi associé aux blogs dissidents qui contestent la puissance maritime chinoise sur la mer orientale et l’exploitation de bauxite sur l’ancienne piste Ho Chi Minh [10].

Le général Vo Nguyen Giap est assurément le héros dont le Viêt-Nam a besoin pour relever le défi de la transformation pacifique du pays, une paix qu’il chérissait à la fin de sa vie. Il est resté très populaire jusqu’à sa mort. Lui qui conduisit tant de jeunes gens à la mort, lui qui haïssait les autres nationalistes, c’est bien cela le paradoxe. Il était l’ultime survivant du carré de dirigeants autour d’Ho Chi Minh (Truong Chinh, Pham Van Dong, Le Duan, Le Duc Tho). Son histoire, intimement liée à celle du parti et de l’armée populaire, reste à écrire.

François Guillemot, 05-10-2013. Version mise à jour le 06-10-2013.

Notes

[1] Vo Nguyen Giap, une vie. Propos recueillis par Alain Ruscio. Hanoi, 1979-2008, Paris, Les Indes Savantes, 2010.

[2] Vo Nguyen Giap, Guerre du peuple, armée du peuple, Paris, Maspéro, PCM 14, 1967 (première édition chez Maspéro dans les Cahiers Libres en 1966). Paru précédemment en français à Hanoi aux Editions en Langues Etrangères , 1961. Une guerre du peuple remarquablement bien analysée dans Christopher Goscha, Vietnam, un Etat né de la guerre 1945-1954, Paris, Armand Colin, 2011.

[3] Cecil B. Currey, Victory at Any Cost. The Genius of Vietnam’s Gen. Vo Nguyen Giap, Potomac Books Inc., coll. The Warriors, 2005 (rééd.). Version française amoindrie des notes de bas de page : Vo Nguyên Giap – Viêt-nam, 1940-1975. La Victoire à tout prix, Paris, Phébus, coll. De Facto, 2003. Sans doute la biographie la mieux informée.

[4] Mặc Lâm, Tướng Võ Nguyên Giáp từ trần, thọ 103 tuổi, RFA, 04-10-2013. Voir aussi Bui Tin, 1945-1999: Vietnam, la face cachée du régime, Paris, Kergour, 2000 et surtout son témoignage éclairant : Bùi Tín, Tướng Võ Nguyên Giáp, như tôi từng biết, VOA, 04-10-2013.

[5] Sur cette affaire, voir notre article : « Au cœur de la fracture vietnamienne : l’élimination de l’opposition nationaliste et anticolonialiste dans le Nord du Vietnam (1945-1946) », in Naissance d’un Etat-Parti. Le Viêt Nam depuis 1945. The Birth of a Party-State. Vietnam since 1945, Christopher E. Goscha & Benoît de Tréglodé (Ed.), Paris, Les Indes Savantes, 2004, pp. 175-216.

[6] Dao Thanh Huyen & al., Dien Bien Phu vu d’en face. Paroles de bô dôi, Paris, Nouveau Monde Editions, 2010.

[7] Vo Nguyen Giap: « Ma stratégie était celle de la paix », interview de Dominique Bari en 2004, republiée dans L’Humanité, 04-10-2013.

[8] Vo Nguyen Giap, Mémoires 1946 -1954. Tome 1 : La résistance encerclée. Tome II : Le chemin menant à Dien Bien Phu. Tome III : Dien Bien Phu, le rendez vous de l’histoire, Fontenay-sous-Bois, Anako éditions, 2003-2004.

[9] Certains historiens considèrent que Vo Nguyen Giap fut isolé au sein de l’appareil dirigeant dès 1960. Sur ces aspects, voir le chapitre 15 du journaliste Huy Duc consacré à Giap dans Ben Thang Cuoc (tome 2, pp. 134-178) reproduit sur le site Viet Studies. Sur la conduite de la guerre, voir l’ouvrage de Lien-Hang T. Nguyen, Hanoi’s War (University of North Carolina Press, 2012) et l’article de Merle Pribbenow, « General Giap and the Mysterious Evolution of the Plan for the 1968 Tet Offensive » (Journal of Vietnamese Studies, Vol. 3, Issue 2, Summer 2008, pp. 1-33). Son destin rejoint celui d’autres patriotes au sein du parti (comme Dang Van Viet par exemple) qui furent isolés ou broyés par l’État totalitaire qu’ils avaient eux-mêmes contribué à mettre en place aux côtés d’Ho Chi Minh.

[10] Voir sa photographie sous forme d’un avertissement qui orne la page d’ouverture du site Bauxite Viet-Nam.

* * *

Une version précédente de cet article a été traduite en vietnamien par la BBC et mise en ligne le 05-10-2013 sous le titre : Tướng Giáp – người hùng và nghịch lý (Le général Giap, héros paradoxal).

Le chapitre consacré au général Giap de l’ouvrage de Huy Duc a été traduit en anglais : HuyDuc_TheWinningSide-Vol2Chap15GeneralGiap


5 réflexions au sujet de « Vo Nguyen Giap, le « Napoléon vietnamien », héros intangible »

  1. Commentaire de Thuan An et réponse de FG.

    Je ne suis pas d’accord avec l’affirmation suivante: “… Sa stratégie ne fut pas « celle de la paix » comme il le rapporte dans une mise en scène adressée à une journaliste de L’Humanité (le quotidien du Parti communiste français) en 2004, sa stratégie fut celle de la victoire sur le long terme et au prix d’un sacrifice humain incomparable ».

    Il suffit de regarder le comportement des Viet Minh en 1945-46 pour voir qu’ils ont tout fait pour éviter la guerre. Ils étaient prêts à accepter n’importe quel accord avec un soupçon de promesse de l’indépendance du VN, même avec un délai de plusieurs années. Giap n’a ordonné l’offensive armée que quand les Français ont refusé toutes ces options.

    [Réponse de FG : La situation en 1945-1946 est effectivement extrêmement complexe et vous avez raison de souligner qu’Ho Chi Minh était prêt à accepter un accord à minima avec les Français contre l’avis même d’une partie du Politburo (Viêt-Minh/PCI) et des opposants nationalistes (Front QDD et DMH). Pour éclaircir cette affaire sur le départ de la guerre, je vous conseillerai de lire les ouvrages de Stein Tonnesson (sur 1946, d’abord publié en français et réédité en anglais) et le dernier ouvrage de David Marr (sur la période 1945-1946), tous deux publiés chez Berkeley (University of California Press)].

    Le Viêt Nam en 1945-46 ne pouvait accepter une domination coloniale de la part d’un pays incapable de se libérer sans le débarquement américain. Compte tenu de la supériorité en armement de l’armée française, il était impossible de ne pas subir une perte humaine énorme. Car malheureusement, le Viêt Nam de l’époque ne peut compter sur aucun débarquement américain pour le libérer.

    [Réponse de FG : Un débarquement américain en 1945 pour soutenir la RDVN ? Vous êtes optimiste].

  2. Message de M. Ung Do suivi d’une réponse succincte de François Guillemot

    J’ai aussi lu le livre de Currey. Il y a un aspect historique de Giap que peu de gens, je crois, ont relevé. Du fait de ses racines familiales (ses 2 grand-parents ont participé au mouvement Cân Vuong), le général est l’héritier direct des lettrés guerriers qui ont participé à l’édification nationale. Il incarne la jonction entre les lettrés Cân Vuong et les Viet Minh, la continuité de la résistance anticolonialiste et apporte au Viet Minh et à sa composante principale le PCI une légitimité difficilement contestable.

    [Réponse FG : Cela est vrai pour partie seulement car le gros des troupes du Viêt-Minh et de ses successeurs du Lao Dong n’était pas composé de descendants de grands lettrés. Ceux qui le furent réellement comme Vo Nguyen Giap ou Dang Van Viet virent leur destin brisé par un appareil d’Etat léniniste soucieux d’effacer les racines bourgeoises qu’il pourrait receler]

    Concernant l’élimination des nationalistes non communistes, sans l’excuser, j’utiliserais une métaphore sportive : avant une compétition, on organise des épreuves de qualification ; le Viet Minh a gagné, les autres concurrents devraient se retirer. Regardons l’histoire de la Chine : le premier empereur Ming n’était qu’un concurrent parmi d’autres pour renverser les Mongols. Avant de les battre, il s’est préoccupé d’éliminer les autres concurrents.

    [Réponse FG : La métaphore me semble douteuse pour un événement historique de cette importance qui constitue à mes yeux une fracture au sein de la société vietnamienne et dont les conséquences ne sont pas encore terminées]

    L’affirmation que l’offensive du Têt a été un échec pour le Vietcong n’est pas soutenable si on en examine à fond certains aspects. Mais cela serait l’objet d’un autre débat.

    [Reponse FG : L’offensive du Têt a été un fiasco militaire et politique, le soulèvement général ne s’est jamais produit au Sud. En outre, les troupes Vietcong du FNL Sud-Vietnam ont subies de très lourdes pertes. Par contre, c’est une victoire diplomatique pour la RDVN qui grâce aux médias a su donner un maximum de résonance à cette offensive perdue.

  3. J’éprouve personnellement un goût amer cat il aurait pu user de son « aura » pour influencer la politique intérieure du gouvernement actuel : sacrifier sa vie et celle d’innombrables jeunes patriotes vietnamiens pour arriver à un régime de corruption et de répression. Quel gâchis!

  4. […], certainement le meilleur article que j’ai lu sur la disparition de Vo Nguyen Giap, qui marque la fin d’une époque mais aussi l’inépuisable source d’intérêt pour ceux qui ne se lasse pas de l’étudier.

  5. Billet très intéressant, merci.
    Assez ironiquement, si l’on peut dire, je viens de relire la biographie de Currey, que j’ai terminée… la veille de la disparition de Giap. Curieuse coïncidence.

    Cordialement.

Les commentaires sont fermés.