Archives par mot-clé : Viêt-Nam

Travailleurs indochinois en France : conférence de Pierre Daum et hommage à Bergerac – 13-14/12/2012

[Message de Pierre Daum] Dès 1914, le gouvernement français fait venir en France des milliers de travailleurs coloniaux, parmi eux près de 49 000 en provenance d’Indochine. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, 20 000 Indochinois sont encore amenés en France, parfois contre leur gré, pour suppléer les travailleurs mobilisés. Ce sont eux, par exemple, qui apportent leur savoir à la riziculture camarguaise.

 

 

Immigrés de force : les travailleurs indochinois en France

Conférence de Pierre Daum, avec Clément Baloup
13 décembre 2012 à 18h30
Archives départementales des Bouches-du-Rhône (20, rue Mirès – 13003 Marseille)

Pierre Daum est journaliste, auteur de “Immigrés de force, les travailleurs indochinois en France 1939-1952” et “Ni valise ni cercueil, les Pieds-noirs restés en Algérie après l’indépendance

Clément Baloup est dessinateur et auteur des BD « Chính Tri, Le Chemin de Tuan », « Mémoires de Viet Kieu, Quitter Saigon »

Conférence dans le cadre du cycle Des travailleurs coloniaux aux travailleurs immigrés, une histoire en mouvement d’Approches Cultures et Territoires, en partenariat avec les Archives départementales des Bouches-du-Rhône.

Source : Approches Cultures et Territoires

* * *

Après Arles, Saint-Chamas, Miramas et Sorgues, la ville de Bergerac rend hommage aux milliers de travailleurs indochinois passé par son territoire.

Cliquez sur l’invitation pour l’agrandir

L’Année France-Vietnam 2013-2014 [annonce officielle]

Organisée à l’occasion du quarantième anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre nos deux pays, l’Année France-Vietnam débutera par la France au Vietnam au deuxième semestre 2013, et se poursuivra avec le Vietnam en France, au premier semestre 2014.

Cette Année sera marquée par un large éventail d’événements, dans tous les domaines : la culture, l’éducation, la coopération en matière d’enseignement supérieur et de recherche, le tourisme, le sport, les industries culturelles et créatives, plus particulièrement l’architecture, la mode et le design, et, de manière plus générale, l’ensemble des échanges économiques entre la France et le Vietnam.

L’Année France-Vietnam sera l’occasion de mettre particulièrement en valeur l’acquis représenté par le dynamisme de la coopération décentralisée entre les collectivités des deux pays, très présente sur tout le territoire. Elle s’appuiera également sur l’apport des communautés vietnamiennes en France.

Tout en s’attachant à présenter des éléments remarquables de l’histoire, du patrimoine et des traditions de la France et du Vietnam, cette Année a pour ambition de faire découvrir à chacun des deux pays, les aspects les plus contemporains et les plus créatifs de l’autre, et de donner un nouvel élan aux échanges, tant dans le domaine économique, que dans les domaines culturel, éducatif, scientifique et sportif.

La labellisation des projets culturels

La labellisation est accordée par le comité mixte d’organisation franco-vietnamien, sur la base de la qualité du projet, de son adéquation avec les principes et orientations des Années croisées et de sa faisabilité.

Un projet labellisé intègre la programmation des Années croisées. A ce titre, il bénéficiera des supports de communication de l’Institut français (documents, site web…).

Pour plus d’informations et pour télécharger la fiche de labellisation : cliquez ici

 Les 4 Instituts français au Vietnam :

Quand la République du Viêt-Nam célébrait la journée mondiale des droits de l’homme

La République du Viêt-Nam (Sud) n’était pas connue pour être une grande soucieuse des Droits de l’homme. Elle avait même plutôt mauvaise réputation sur ce point. Tous ceux qui passèrent dans les geôles du régime de Ngô Dinh Diêm, puis celles du régime des généraux et enfin de Nguyên Van Thiêu ne pourront contredire ce fait.

Cependant cette démocratie imparfaite dans un contexte de guerre civile garantissait un certain nombre de droits à ces citoyens : multipartisme, élections, droit de manifester, liberté de la presse, liberté religieuse… Contrairement à l’autre République du Nord (République Démocratique du Viêt-Nam) totalitaire et fondée sur le “centralisme démocratique”, la République du Sud a toujours pris soin de célébrer tous les cinq ans l’anniversaire de la Déclaration universelle des Droits de l’homme.

Les collectionneurs de timbres et autres vieux papiers qui s’intéressent aux vestiges commémoratifs n’auront aucun mal à retrouver dans la production philatéliste de la République sudiste, toujours perçue comme « fantoche » par l’historiographie officielle, les diverses séries de timbres et enveloppes Premier jour (FDC) diffusées, vendues et collectionnées à Saigon pendant la période de la guerre. Ce que donne à voir un État dans sa production philatéliste est intéressant à plus d’un titre. Elle est un des reflets officiels de l’imaginaire national que les États présentent à la face du monde. Pendant les vingt ans de son existence (1955-1975), la République du Viêt-Nam a célébré quatre fois l’avènement de cette déclaration historique de 1948. Retour succinct sur cette production significative.

1958 : 10e anniversaire

La première série de timbres commémoratifs de cet événement mondial apparaît sous le régime de Ngô Dinh Diêm. Elle est illustrée par l’effigie d’un flambeau tenu par deux mains débarrassées de leurs chaines qui s’enroule autour du logo des Nations Unies. L’image est déployée sur quatre timbres de 0,50 đồng (bleu) 1 đồng (rouge brun), 2 đồng (vert) et 6 đồng (violet). Dessinée par le peintre Nguyen Van Trien, elle symbolise la libération de l’homme, les chaînes de l’esclavage se brisant lorsque fut promue la déclaration universelle des droits de l’homme en 1948. Les “Maxicard” qui accompagnent cette sortie expriment également cette force libératrice (voir illustration ci-dessus). Les quatre timbres ont été imprimés en France (Imprimerie Thomas Delarue à Londres), chacun à 500.000 exemplaires et diffusés à Saigon le 10 décembre 1958 [1].

1963 : 15e anniversaire

L’assassinat de Ngô Dinh Diêm et le renversement de son régime interviennent le 2 novembre 1963. Un mois plus tard, une série commémorative est éditée par La Poste de Saigon. Elle est illustrée par la balance de la justice et d’un globe superposés à l’image de la « constitution » sur quatre timbres respectivement de 0,70 đồng (orange), 1 đồng (rose), 3 đồng (vert d’eau) et 8 đồng (bistre). Le logo, inspiré par l’Unesco (la balance de la justice et la terre), a été dessiné par Nguyen Minh Hoang. Les FDC qui accompagnent cette série reprennent l’image du traditionnel flambeau auquel sont ajoutés la balance de la justice (voir l’exemple ci-dessous).

Source : temviet.com

Créée à l’époque de Ngo Dinh Diêm, l’image de cette alliance « Justice et constitution » peut sembler pertinente si l’on considère la fin du régime diemiste comme une bénédiction ou au contraire en parfaite inadéquation avec la période de troubles que va connaître la République du Viêt-Nam pendant trois ans. La nouvelle constitution qui doit remplacer celle du régime diemiste ne fut adoptée qu’en 1967 lors de l’avènement de la Seconde République du Viêt-Nam. Les quatre timbres ont été fabriqués en France à l’Imprimerie philatélique du boulevard Brune à Paris et diffusés le 10 décembre 1963. Le premier de 0,70 dong a été tiré à 2 millions d’exemplaires, ceux de 1 et 3 dong à 4 millions d’exemplaires et celui de 8 dong à 1 million. [2]

1968 : 20e anniversaire

Le vingtième anniversaire de la Déclaration des droits de l’homme a une odeur de poudre dans le Viêt-Nam de 1968. L’année du Singe de Terre a démarré dans le fracas de l’offensive du Têt déclenchée par le Nord. Les deux timbres de 10 et 16 đồng édités en fin d’année prennent de la couleur par rapport aux commémorations précédentes. Le premier reprend l’image officielle, conçue par l’Unesco, de la flamme bordée d’une couronne de laurier. La flamme rouge se décline sur un fond vert accompagné des chiffres blanc de l’année 1968. On distingue au trait jaune en arrière-plan le schéma de la façade de l’Assemblée nationale (puis Chambre basse). Le second timbre, à dominante violette, dessiné par Nguyen Minh Hoang, représente quatre personnages regardant vers le haut en direction d’un cercle de lumière blanc engendré par la flamme des droits de l’homme. Trois personnages sont en short et le quatrième représente un indien d’Amérique avec une imposante coiffe ! Ils ont été imprimés à Tokyo respectivement à 1,3 et 1,5 millions d’exemplaires. [3]

1973 : 25e anniversaire

A la fin de l’année 1973, le régime de Nguyen Van Thieu, le président de la République réélu en 1971, semble bien installé. Mais il est fragilisé par le désengagement massif des forces américaines et alliées qui laissent la rude tâche de contenir l’avancée des forces communistes du Nord et du FNL-Sud Viêt-Nam à l’armée républicaine (ARVN) démotivée. Le 29 décembre 1973, la Poste de Saigon édita deux timbres pour commémorer le 25e anniversaire de la déclaration des Droits de l’homme. Le premier de 15 đồng représente trois personnes de couleurs différentes se tenant par les épaules et placées à la droite d’une flamme émergeant d’une couronne de laurier dont la base est formée des chiffres romains « XXV ». Le second timbre d’une valeur de 100 đồng représente quatre personnes se tenant solidairement par la main formant le fond d’une image de la balance de la justice et d’une flamme jaune centrale. Le chiffre “XXV” est placé à la base de la couronne de laurier comme sur le logo précédent. Dessinés par Le Minh Duc (15 đồng) et Nguyen Uyen (100 đồng) les deux timbres offrent une imagerie plus moderne.

Saigon Maxicard 1973

Et depuis ?

Avec la chute de Saigon le 30 avril 1975, cette série commémorative qui aurait pu se poursuivre en 1978, 1983, 1988, 1993, 1998, 2003, 2008 et 2013, s’arrête. Nous avons cherché en vain des images commémoratives de cet événement dans les collections de la RDVN depuis 1948 puis dans celle de la RSVN depuis 1976 sans grand succès. Cependant, notre connaissance de philatéliste amateur est limitée et quelque chose a pu nous échapper. Depuis 1982, la RSVN est signataire de nombreuses conventions pour le respect de la personne, des femmes, des enfants ou des handicapés (2007) mais la célébration de la Déclaration de 1948 reste timide. Le 07 décembre dernier, un article du Nhân Dân, l’organe officiel du PCV rappelait, à l’occasion de la “Journée des Droits de l’homme” et du 64e anniversaire de la publication par l’ONU de la “Déclaration internationale des Droits de l’homme”, que la réduction de la pauvreté constituait un élément fondamental pour le développement des Droits de l’homme. Sur le plan politique, la question du respect de ces Droits conserve néanmoins toute son actualité au regard des nombreuses arrestations de citoyens poursuivis simplement pour avoir exprimé leurs idées sur la toile ou lors de manifestations pacifiques.

François Guillemot, 10/12/2012

 

NOTES

[1] Nguyen Bao Tung, 20 nam buu-hoa Viet-Nam / 20 years of the Vietnamese Philately, 1951-1971, Saigon, Phu Quoc Vu Khanh Dac Trach Van Hoa yem tro tac gia XB, 1971, p. 113.

[2] id., p. 157.

[3] id., p. 209.

 

Pour en savoir plus :

  • David Kinley & Hai Nguyen, Viet Nam, Human Rights and Trade. Implications of Vietnam’s Assession to the WTO, Geneva, Freidrich Ebert Stiftung, Dialogue on Globalization, no. 39 / April 2008, pdf on line.

 

Source : Manh Hai Gallery

Journée des droits de l’homme, 10 décembre : “Ma voix compte”

[Message de l’ONU] Cette Journée est l’occasion, chaque année, de célébrer les droits de l’homme, de mettre en lumière un problème particulier, et de plaider pour que chaque individu, où qu’il se trouve, puisse exercer pleinement tous ses droits fondamentaux.

Cette année, l’accent sera mis sur les droits de tous les individus – les femmes, les jeunes, les minorités, les personnes handicapées, les autochtones, les personnes pauvres ou marginalisées – afin que leurs voix soient entendues dans la vie publique et prises en compte dans les décisions politiques.

Ces droits fondamentaux – droits à la liberté d’opinion et d’expression, droit de réunion et d’association pacifiques, droit de prendre part aux affaires publiques (articles 19, 20 et 21 de la Déclaration universelle des droits de l’homme) – ont été au cœur des bouleversements historiques survenus dans le monde arabe ces deux dernières années, au cours desquelles des millions de personnes sont descendues dans la rue pour réclamer le changement. Dans d’autres parties du monde, les « 99 % » se sont exprimés à travers le mouvement mondial des indignés pour protester contre les inégalités économiques, politiques et sociales.

Source : UN

* * *

[ndlr] A l’occasion de cette journée mondiale des organisations vietnamiennes à l’étranger rappellent à travers l’affiche ci-dessous que plus de 258 prisonniers d’opinion connus sont actuellement incarcérés en RSVN. Une campagne se sensibilisation intitulée “Un Million de Cœurs, Une Voix” sous la forme d’une pétition en ligne a déjà recueilli plus de 128.000 signatures dépassant son objectif initial de 100.000 voix pour la Journée Internationale des Droits de l’Homme le 10 Décembre.

 

Source : Viet Tan, Ngày Quốc Tế Nhân Quyền 2012.

Stein Tønnesson: Counterfactual History – Could War in Vietnam Have Been Avoided?

In this post, Stein Tønnesson, author of Vietnam 1946: How the War Began, recalls a debate he had with a colleague about events leading up to war between France and Vietnam, and whether or not war was inevitable.

Last year I shocked my colleague David G. Marr, who is working on a monumental study of Vietnam 1945-50, by stating that if the war between France and Vietnam had not broken out on December 19, 1946, it would have broken out in 1947 instead, in October at the latest.

“Why?” he asked:  “What about Barjot et al warning about the costs in money and manpower?” He knew from reading Philippe Devillers’ and my books that Admiral Pierre Barjot and others had been warnings that France could not afford a drawn-out war, but they were disavowed by Chief-of-Staff General Alphonse Juin, and the mood in French politics was not such that it would let money decide in a question of national prestige.

On the Vietnamese side, Marr continued, “it’s possible that Ho Chi Minh and Giap would have lost authority over local militia who became fed up with talks dragging on for months and months, and started shooting Frenchmen of their own volition.” But if this happened only in the south, Ho Chi Minh might have washed his hands of the troublemakers and signed a settlement for northern Vietnam, plus a clause promising a referendum on union with Nam Bo [the southern region] in an unspecified future. Marr asked: “Could the French government of the day have proceeded on that basis?” I did not answer then, but I answer now that the French would have insisted on maintaining full control of the northern port city Haiphong as well, and I doubt that Ho Chi Minh was prepared to give up the south even temporarily in exchange for an agreement covering only the north. This was what he had resisted in 1946.

If December 19 had not happened, then France and Vietnam would probably have maintained a kind of uneasy modus vivendi for a few months longer with a series of unsuccessful talks, while both parties prepared for war. And once the French communists had been forced to leave the French government in May, and the position of the Socialist Minister of Overseas France Marius Moutet was so much weakened that he had to give up his portfolio to the more bellicose Christian Democrat Paul Coste-Floret in October, the French government would have decided to strike out. It was only then that the French government excluded any prospect of resuming talks with Ho Chi Minh and launched Operation Lea on October 7 in an attempt to capture the Vietnamese president and his government.

After I had presented my arguments, it was my turn to be shocked when Marr asked: “If war would have occurred in 1947 anyway, what’s the point of your exquisite analysis of Nov-December 1946?” Ahem! It’s true that I’ve spent much of my adult life researching the circumstances of the outbreak of the First Indochina War in 1946. Why have I prioritized my life in such a silly way if I don’t think the war could have been avoided?

Well. First, the story of how it happened is a fascinating tragedy. I’ve been consumed by it the way you can be consumed by a tragic novel. Second, it does provide a case study of how lower level bureaucrats and commanders can obstruct a government’s decision-making; this is useful political science. Third, the hesitations on both sides before the prospect of a drawn-out war are interesting in themselves, especially for peace researchers who would like to see more such hesitation. Fourth, even if the war could not probably have been avoided, it would have made a difference if the fragile peace of 1946 had lasted half a year longer. This would have given President Ho Chi Minh and General Vo Nguyen Giap more time to strengthen their forces, institutions and support both nationally and internationally.

Yet it would of course have been neat if I could have said in my book Vietnam 1946 that if war had not broken out on December 19, 1946, there would not have been any Indochina War, no Dien Bien Phu, no Diem murder, no Tonkin Gulf incident, no Vietnam War, no Tet offensive, no Kissinger sideshow, no Cambodian genocide, no need for Deng Xiao-ping to teach a lesson—just a peacefully decolonizing Southeast Asian Yugoslavia with Ho Chi Minh as Asia’s Tito. Neat, but not honest.

Oslo, February 28, 2010
Stein Tønnesson

Source : University of California Press Blog, 28/02/2010.

Our thanks to Stein Tønnesson for permission to publish his article on this Seminar Blog.

 

* * *

“Le crépuscule tomba. Sur toute la ville régnait un silence anormal. Il faisait un froid sec. Les maisons semblaient se recroqueviller en se chauffant sous la lumière jaunâtre des lampes électriques. La ville paraissait se coucher tôt par crainte du froid. Mais des lames de fond déferlaient dans son intérieur…”

Tel était, selon le général Giap, le climat qui pesait sur Hanoï au moment précis où éclata la première guerre d’Indochine. Toutefois, ni Giap ni les autres témoins ne se sont montrés bavards sur ce qui s’est réellement passé ce soir-là. Les adversaires n’auraient-ils pas quelque chose à cacher ?

Stein Tonnesson essaie ici de lever le voile. A l’aide de documents inédits des archives françaises, britanniques et américaines, il se livre à une analyse minutieuse des calculs, des luttes de clans et de personnes, des processus d’information et de décision qui se sont exprimés, qui se sont noués et dénoués durant les quatre mois précédant la bataille de Hanoï, et qui, en définitive, provoquèrent la guerre. Analyse minutieuse et inquiétante : les responsables politiques sont-ils réellement “responsables” à partir du moment où ils sont mis devant les faits accomplis ? Et, plus généralement, en certaines circonstances, les hommes disposent-ils réellement de la maîtrise des événements ?

Réf. : Stein Tønnesson, 1946: Déclenchement de la guerre d’Indochine. Les vêpres tonkinoises du 19 décembre, Paris, L’Harmattan, Recherches asiatiques, 1987, 275 p.

Stein Tonnesson: Vietnam 1946 – How the War Began

Based on multiarchival research conducted over almost three decades, this landmark account tells how a few men set off a war that would lead to tragedy for millions.

Stein Tønnesson was one of the first historians to delve into scores of secret French, British, and American political, military, and intelligence documents. In this fascinating account of an unfolding tragedy, he brings this research to bear to disentangle the complex web of events, actions, and mentalities that led to thirty years of war in Indochina. As the story unfolds, Tønnesson challenges some widespread misconceptions, arguing that French general Leclerc fell into a Chinese trap in March 1946, and Vietnamese general Giap into a French trap in December. Taking us from the antechambers of policymakers in Paris to the docksides of Haiphong and the streets of Hanoi, Vietnam 1946 provides the most vivid account to date of the series of events that would make Vietnam the most embattled area in the world during the Cold War period.

Réf. : Stein Tønnesson, Vietnam 1946: How the War Began. With a foreword by Philippe Devillers, Berkeley, Los Angeles, and London: University of California Press, 2010, xxiv-361 p.

Contents

List of illustrations
Foreword by the series editors
Foreword by Philippe Devillers
Acknowledgments
List of abbreviations
Introduction

1. A Clash of Republics
2. The Chinese Trap
3. Modus Vivendi
4. Massacre
5. The French Trap
6. Who Turned Out the Lights?
7. If Only . . .

Notes
Glossary
Bibliography
Index

Stein Tønnesson was Director of the International Peace Research Institute in Oslo, Norway, from 2001 to 2009. He is author of The Vietnamese Revolution of 1945: Roosevelt, Ho Chi Minh and de Gaulle in a World at War among other books.

Source : University of California Press

  • Review of Vietnam 1946: How the War Began by Ben Kerkvliet, New Mandala, 10/05/2010.

Aperçu Google Books

Malay Phcar : Une enfance en enfer – Cambodge, 17 avril 1975 – 8 mars 1980 [2005]

« J’ai écrit ce livre pour témoigner de l’horreur du régime khmer rouge en espérant que la folie des hommes ne les conduirait plus jamais à de telles extrémités. »

Le 17 avril 1945, les Khmers rouges prennent Phnom Penh et donnent l’ordre insensé d’évacuer ses trois millions d’habitants. Pour Malay Phcar, qui vivait dans la capitale cambodgienne une enfance heureuse avec ses huit frères et sœurs, commence le long exode vers la « rééducation rurale ». Sur la route jonchée de cadavres qui le mène en exil avec sa famille et des centaines de milliers d’autres, il comprend mal ce qui est en train de se passer : il n’a que neuf ans. L’exode est long, épuisant. Les Phcar sont déplacés de village en village, à pieds ou dans des wagons à bestiaux.

En route, ils sont séparés de la sœur aînée, la préférée de Malay. Dans le village ou la famille est finalement assignée, commence une progressive descente aux enfers. Malay découvre le manque d’hygiène, la famine, le mépris affiché des Khmers rouges pour la vie humaine ; il voit les liens sociaux se désagréger devant la misère et les morts successives. Une seule obsession chasse toutes les autres : manger pour survivre. Bientôt, la maladie et l’épuisement lui enlèvent son père et sa mère. Il est ensuite séparé de ses frères. Envoyé en camp de travail, il lutte jour après jour pour survivre à ce régime barbare.

Ce que Malay ignore alors, c’est que le système, miné de l’intérieur, est en totale déliquescence. Bientôt, l’armée vietnamienne vient chasser les Khmers rouges, apportant au jeune garçon et à ses deux petits frères survivants l’espoir incrédule de la liberté.Pourtant, c’est un autre exil aveugle, dans lequel leur plus jeune frère disparaîtra, qui attend les survivants, car le pays est livré aux combats. Un exil qui continuera à mener Malay de camp en camp, vers les restes d’une famille qui le rejette, puis vers une Thaïlande qui repousse les Cambodgiens affamés. Malay réussit pourtant à entrer en Thaïlande, et là, ce sont finalement les retrouvailles avec la sœur disparue et le départ pour la France et la liberté. La fin d’une errance de quatre ans, qui aura décimé quasiment toute sa famille et fait de son enfance un enfer. [Présentation de l’éditeur]

Source : Robert Laffont

* * *

Malay Phcar est né en 1964 dans une famille cultivée, chrétienne, particulièrement exposée à la répression des Khmers rouges suite à la prise de Phnom Penh, au Cambodge, en 1975. Dans ce témoignage bouleversant, il raconte son enfance saccagée par les révolutionnaires : c’est en effet à l’âge de neuf ans qu’il est déporté avec toute sa famille dans un camp de “rééducation rurale”. A la clé, la perte de ses proches, la famine, le travail forcé, la maladie, l’épuisement, la solitude, la déshumanisation, le désespoir et la folie… Cruel destin pour un enfant habité d’une extraordinaire force, celle qui lui permettra de survivre et de ne pas définitivement sombrer. Le lecteur sera ici frappé par l’émotion qui se dégage de la voix de celui qui raconte son enfance en enfer, jusqu’en 1980, année où Malay viendra se réfugier en France en compagnie d’un frère et d’une sœur rescapés. Une enfance en enfer est le deuxième livre de Malay Phcar, après L’Enfer khmer rouge (duquel Olivier Weber a tiré un documentaire, Retour au Cambodge, où Malay joue son propre personnage).[avis de la FNAC]

* * *

Extraits :

“On a marché toute la journée. Enfin, je ne sais pas si on appelle cela marcher. On avance comme on peut dans une cohue incroyable (…). Soudain, j’aperçois quelqu’un qui dort dans la vase. Je trouve ça curieux et je le montre à Naron (…). Naron me répond qu’il ne dort pas, il est mort.  Il est mort ? J’appelle maman (…).  Je scrute le lit du fleuve. Il y en a d’autres, qu’on ne voit pas tout de suite. Des corps parfois recroquevillés, parfois avec la tête qui pend en arrière, à moitié recouverts de boue séchée. Je me demande pourquoi il y a tous ces morts et pourquoi on marche ainsi, pourquoi tous les habitants de la ville doivent partir (….)”.

“Au début, je ne comprenais pas pourquoi maman s’intéressait au nombre de corbeaux dans le ciel. En fait, c’était un nom de code pour désigner les Khmers Rouges. Depuis, on les appelle tous ainsi. Luc m’a expliqué tout bas, à l’oreille, qu’il faut se méfier des espions, les schlop, ces petits mouchards qui écoutent les conversations. Ils vont ensuite dénoncer les gens aux Khmers Rouges qui viennent alors les arrêter (…).

Phong Sithean a été dénoncé. On se regarde tous. Qui a pu faire une chose pareille ? (…).

En fin d’après-midi, une dizaine d’hommes et de femmes en noir sont venus perquisitionner les maisons. Ils ont rassemblés sur la place les sacs de riz qu’ils ont trouvés et les ont emportés. Nous sommes tous des traîtres (…). On va mourir de faim “.

Source : voyagesmillebornes

Réf. : Phcar, Malay, Une enfance en enfer : Cambodge, 17 avril 1975-8 mars 1980, Paris, J’ai Lu, Robert Laffont, cop. 2005, 282 p. (réédition en poche de 2007)