Archives par mot-clé : Viêt-Nam

Commemoration of the 50th Anniversary of the Vietnam War – Questions…

[ndlr] Alors que le gouvernement Obama a entamé depuis mai 2012 un programme de 13 ans de commémoration de la guerre du Viêt-Nam, pour un montant de 65 millions de dollars, quelques voix s’élèvent pour rappeler le coût terrible de cette guerre sur bien des plans : humain, écologique, économique, psychologique, géopolitique. Nous signalons ci-dessous l’article de l’activiste new-yorkais Howard Machtinger posté sur le blog de Tom Hayden, suivi d’un article de Mark A. Ashwill, auteur américain de Vietnam Today: A Guide to a Nation at a Crossroads (avec Thai Ngoc Diep) qui vit actuellement à Hanoi. Les deux textes interpellent sans ménagement les Etats-Unis sur cet enjeu mémoriel, sa signification et sa légitimité. Ces deux textes sont précédés du discours officiel de Barak Obama inaugurant cette campagne mémorielle.

Vietnam War Memorial © unit8rafaelL11
Vietnam War Memorial © unit8rafaelL11

* * *

Presidential Proclamation — Commemoration of the 50th Anniversary of the Vietnam War

COMMEMORATION OF THE 50TH ANNIVERSARY OF THE VIETNAM WAR
– – – – – – –
BY THE PRESIDENT OF THE UNITED STATES OF AMERICA
A PROCLAMATION

As we observe the 50th anniversary of the Vietnam War, we reflect with solemn reverence upon the valor of a generation that served with honor. We pay tribute to the more than 3 million servicemen and women who left their families to serve bravely, a world away from everything they knew and everyone they loved. From Ia Drang to Khe Sanh, from Hue to Saigon and countless villages in between, they pushed through jungles and rice paddies, heat and monsoon, fighting heroically to protect the ideals we hold dear as Americans. Through more than a decade of combat, over air, land, and sea, these proud Americans upheld the highest traditions of our Armed Forces.

As a grateful Nation, we honor more than 58,000 patriots –their names etched in black granite — who sacrificed all they had and all they would ever know. We draw inspiration from the heroes who suffered unspeakably as prisoners of war, yet who returned home with their heads held high. We pledge to keep faith with those who were wounded and still carry the scars of war, seen and unseen. With more than 1,600 of our service members still among the missing, we pledge as a Nation to do everything in our power to bring these patriots home. In the reflection of The Wall, we see the military family members and veterans who carry a pain that may never fade. May they find peace in knowing their loved ones endure, not only in medals and memories, but in the hearts of all Americans, who are forever grateful for their service, valor, and sacrifice.

In recognition of a chapter in our Nation’s history that must never be forgotten, let us renew our sacred commitment to those who answered our country’s call in Vietnam and those who awaited their safe return. Beginning on Memorial Day 2012, the Federal Government will partner with local governments, private organizations, and communities across America to participate in the Commemoration of the 50th Anniversary of the Vietnam War — a 13-year program to honor and give thanks to a generation of proud Americans who saw our country through one of the most challenging missions we have ever faced. While no words will ever be fully worthy of their service, nor any honor truly befitting their sacrifice, let us remember that it is never too late to pay tribute to the men and women who answered the call of duty with courage and valor. Let us renew our commitment to the fullest possible accounting for those who have not returned.

Throughout this Commemoration, let us strive to live up to their example by showing our Vietnam veterans, their families, and all who have served the fullest respect and support of a grateful Nation.

NOW, THEREFORE, I, BARACK OBAMA, President of the United States of America, by virtue of the authority vested in me by the Constitution and the laws of the United States, do hereby proclaim May 28, 2012, through November 11, 2025, as the Commemoration of the 50th Anniversary of the Vietnam War. I call upon Federal, State, and local officials to honor our Vietnam veterans, our fallen, our wounded, those unaccounted for, our former prisoners of war, their families, and all who served with appropriate programs, ceremonies, and activities.

IN WITNESS WHEREOF, I have hereunto set my hand this twenty-fifth day of May, in the year of our Lord two thousand twelve, and of the Independence of the United States of America the two hundred and thirty-sixth.

BARACK OBAMA

Source : The White House, Office of the Press Secretary, 25/05/2012.

* * *

Commemorating the American War in Vietnam

Most peace advocates are unaware that our government has commenced a 13-year program of commemorating the Vietnam War at a cost of $65 million. The effort seems focused primarily on the sacrifices made by American troops in a battle for American ideals. There is nothing revealed about Vietnamese nationalism, sacrifice, casualties or ultimate success – not to mention the ongoing deprivation, Agent Orange poisonings, cluster bombs left behind as signs of inhumanity. Nor is there mention of the peace movement, the historic rallies, the unity across racial lines, the GI revolts inside the armed forces, the unconstitutional domestic spying and indictments, the McGovern campaign, or the Pentagon Papers.

Clearly the National Security State is attempting to win on the field of American memory what was lost on the battlefield. Since the struggle for memory shapes our future choices, it is important that peace activists engage in this debate wherever possible.

Below is recent speech by longtime New York progressive activist Howie Machtinger, “Commemorating the American War in Viet Nam.”

Read more / Lire la suite : Tom Hayden, The Peace & Justice Resource Center, 30/04/2013.

* * *

The 50th Anniversary of the Vietnam War: Revising the Past, Revisiting the Lies

In his proclamation that set the stage for this commemoration of the 50th anniversary of the Vietnam War President Obama noted that:

We pay tribute to the more than 3 million servicemen and women who left their families to serve bravely, a world away from everything they knew and everyone they loved. From Ia Drang to Khe Sanh, from Hue to Saigon and countless villages in between, they pushed through jungles and rice paddies, heat and monsoon, fighting heroically to protect the ideals we hold dear as Americans.

Instead of a historical whitewash, why not take this opportunity, perhaps one of the last in this overwrought national melodrama, to indulge in some long overdue soul-searching and ask the hard questions? Why not make an honest and concerted effort to deal with, learn from, but also overcome the past? Why not confront the monstrous reality that the Vietnam War, or the American War, as it’s logically known in Vietnam, was unjust, unnecessary, and immoral?

Read more / Lire la suite : Huffington P0st, 09/04/2013.

Marini : Relation nouvelle et curieuse du royaume de Tunquin [nouvelle édition critique de Nguyễn Tấn Hưng]

[ndlr] Dans le cadre de la réédition critique des récits des anciens voyageurs européens au Viêt Nam, Nguyen Tan Hung a entrepris de reprendre et d’annoter ceux des missionnaires jésuites qui se trouvaient parmi les premiers Supérieurs de l’Église du Tonkin : Alexandre de Rhodes (1627-1630), Giovanni Filippo de Marini (1647-1658) et Joseph Tissanier (1658-1663). Cette édition dûment annotée intéressera les lecteurs curieux de redécouvrir le Viêt Nam du XVIIème siècle.

Nguyen Tan Hung a le plaisir de nous annoncer la parution de :

NguyenTanHung_Marini

 

Giovanni Filippo de Marini

(1608-1682)

Relation nouvelle et curieuse du royaume de Tunquin

 

Réactualisation et annotation de Nguyen Tan Hung

Préface de Philippe Papin

Réf. : Giovanni Filippo de Marini, Nguyen Tan Hung (édition annotée par), Relation nouvelle et curieuse du royaume de Tunquin, Éditions Joseph Ouaknine, 2013, 350 p. ISBN : 978-2-35664-079-6

Extrait de la préface :

La Relation nouvelle et curieuse du père Marini s’insère dans une série de tableaux descriptifs et de récits de voyage portant sur le Vietnam, et sur ses chrétientés, qui commence à la fin de la première moitié du XVIIe siècle et se poursuit, à des rythmes divers, jusqu’au cœur du XIXe siècle. Avant lui, les grands précurseurs que furent Giuliano Baldinotti, Christoforo Borri et Alexandre de Rhodes avaient déjà frayé la voie en témoignant de ce qu’ils avaient vu et appris au Vietnam. Aussi, au moment où il met en forme ses notes, autour des années 1660-1662, Filippo de Marini dispose-t-il, sur sa table de travail et sous forme de livres, déjà connus du public, d’un corpus solide de connaissances et d’impressions, d’anecdotes et de vérités, de faits avérés et d’idées reçues qui ont cours, qui sont bien établis et qu’il ne peut négliger. Ses affirmations, fondées sur une longue observation et une longue enquête, puisqu’il a vécu onze ans au nord du Vietnam, avec quelques interruptions, se glissent dans ce moule préexistant. D’autre part, et il faut s’en souvenir lorsqu’on les lit, Marini et ses semblables n’écrivent pas pour le seul plaisir de faire découvrir un pays et ses habitants ; ils accomplissent en réalité une mission prosélyte, laquelle succède à leur mission sur le terrain mais se tourne cette fois en direction de l’opinion lettrée européenne et, plus encore, en direction des relais de l’autorité politique en Europe. Baldinotti, Borri, Rhodes, Marini et tous les autres sont des militants, au sens originel du mot : ils mènent le combat, et ce combat vise à la défense et à l’expansion des chrétientés d’Asie. Par conséquent, l’image qu’ils fournissent du contexte local, de l’histoire et de la géographie, des mœurs et des coutumes, est une image qui vise avant toute chose à convaincre. On s’en persuadera en lisant la description par Marini de la richesse insolente du Vietnam, de cette abondance perpétuelle qui fait que l’habitant possède un estomac d’autruche et « ne se lève de table que quand il ne peut plus manger », le pays croulant sous le poids de ressources naturelles qui, précisément, sont celles que convoitent les négociants européens (bois, chanvre, coton, épices). On s’en persuadera encore en lisant ce qu’il dit du système politique local – si fragile qu’un rien pourrait le modifier – et d’une population robuste travailleuse qui, si elle était affranchie de la tyrannie de ses maîtres, userait de ses qualités à meilleur bénéfice.

Lire la suite sur Terre lointaine, le blog de Nguyen Tan Hung.

Barbara Vaillant : Boat People vietnamiens. Entre mémoire et diaspora

Vaillant_BoatPeople[ndlr] Parution d’une étude en français sur les Boat People vietnamiens. Cet ouvrage fut à l’origine un mémoire de Master 2 Recherche soutenu en 2008 par Barbara Vaillant. Ancienne étudiante de Sciences Po Lyon, elle a suivi le Master ASIOC (Asie Orientale Contemporaine) en 2007-2008. Elle a travaillé au Viêt-Nam pour Hainan Airlines, une compagnie aérienne chinoise, avant de se rendre à Pékin et Shanghai.

30 avril 1975, Vietnam. Les forces communistes du Nord Vietnam s’emparent de Saigon, la capitale du Sud. Commence alors ce qui constituera le plus grand exode de l’histoire du pays. Plus de 800.000 réfugiés de la mer contribuent à forger l’image mondialement connue des “Boat People”. Entassés sur des bateaux de fortune, ils empruntèrent des chemins d’exil multiples et périlleux. Beaucoup y perdent la vie en tentant de gagner les côtes des pays voisins d’Asie du Sud-Est ou celles de Hong-Kong.

Tự do“, liberté, criaient-ils il y a 35 ans et encore aujourd’hui. Nombreux sont les témoignages de leur expérience de part le monde : ouvrages stèles, monuments, musées, commémorations. Aujourd’hui, que sont devenus ces réfugiés ?

Entre Etats-Unis, France et Vietnam, l’auteur est allée à leur rencontre et a partagé leur quotidien, leurs préoccupations et, surtout, leur souvenirs. Aussi de cet ouvrage, transpirent, pour la première fois en langue française, le périple des Boat People, leur perception de l’histoire, de même que les tenants et aboutissants d’une mémoire collective en émergence, mise au regard du concept de diaspora. Au-delà de la “mémoires des esprits”, cet ouvrage engage une réflexion sur ces Vietnamiens d’hier et d’aujourd’hui qui par conviction, crainte, espoir ou désespoir, fuyèrent leur terre natale, à la recherche de la liberté.

Sommaire

Introduction

Partie 1 : La mémoire des “esprits”, odyssée des boat people vietnamiens

Ch. 1 : La catalyseurs et les acteurs de la fuite

  • Les premières vagues de départ : de 1975 au début des années 1980
  • Les vagues de départ des années 1980

Ch. 2 : Des voies plurielles, un traumatisme commun

  • “Les chemins de l’exil”
  • L’installation en pays d’accueil

Partie 2 : Vers l’émergence d’une mémoire collective : manifestations et enjeux

Ch. 3 : Enjeux mémoriels et identitaires au regard de la diaspora

  • Vers l’émergence d’une mémoire collective plus de trois décennies après le début de l’exode
  • Les lieux, la mémoire et la dynamique identitaire en diaspora

Ch. 4 : Les enjeux politiques sous-jacents

  • Aspiration à la reconnaissance d’un groupe minoritaire ancré politiquement
  • Une Mémoire, une Histoire, deux Vietnam

Conclusion

Bibliographie

Barbara Vaillant est titulaire d’un master de recherche en science politique spécialisé sur l’Asie orientale contemporaine, effectué conjointement au sein de l’Institut d’études politiques de Lyon (Sciences Po Lyon), de l’Université Lumière Lyon-2 et de l’Institut d’Asie Orientale (CNRS-ENS). Elle réside aujourd’hui à Shanghai.

United States Commission on International Religious Freedom – Vietnam in the 2013 Annual Report

USCIRF-Logo[ndlr] Le rapport annuel de la Commission des Etats-Unis sur la liberté religieuse dans le monde vient d’être mis en ligne le 30 avril 2013. Le Viêt-Nam a été réinscrit sur la liste des pays concernés par les violations en matière de droits religieux. Le rapport pointe du doigt le rôle d’une force de police spécialisée dite “Police des religions” (Công An Tôn Giáo) pour réprimer les groupes religieux indépendants (bouddhistes, caodaïstes, Hoa Hao ou protestants) ou les jeunes catholiques.  Cette publication officielle est divulguée alors que 5 groupes religieux importants ont publiés ce 1er mai 2013 une “Déclaration commune” en faveur de la démocratie dans le cadre de la refonte de la constitution de 1992.

Présentation succincte du rapport de l’USCIRF ci-dessous. A lire sur le site de l’organisation.

EXECUTIVE SUMMARY

FINDINGS: The government of Vietnam continues to expand control over all religious activities, severely restrict independent religious practice, and repress individuals and religious groups it views as challenging its authority. Religious activity continues to grow in Vietnam and the government has made some important changes in the past decade in response to international attention, including from its designation as a “country of particular concern” (CPC). Nevertheless, authorities continue to imprison or detain individuals for reasons related to their religious activity or religious freedom advocacy; independent religious activity remains repressed; the government maintains a specialized police for dealing with religious groups; legal protections for government-approved religious organizations are subject to arbitrary or discriminatory interpretations based on political factors; and converts to ethnic-minority Protestantism and Catholicism face discrimination, intimidation, and pressure to renounce their faith.

Given these systematic, ongoing, and egregious violations, USCIRF recommends that Vietnam be designated as a Country of Particular Concern country. The Commission has recommended that Vietnam be named a CPC since 2001. The State Department did so in 2004 and 2005, but removed the designation in 2006 because of progress toward fulfilling a binding agreement.

In this reporting period, groups and individuals viewed as hostile to the Communist Party or that refuse government oversight were arrested, detained, and harassed. Vietnam also issued a revised decree on religion that expanded control over religious affairs. Government officials continued to target Catholic communities, including with destruction of properties, detentions, and arrests. Police used force against Catholic clergy engaged in religious activities and continue to restrict members of the Redemptorist Order. Independent Protestants and Catholics in the Central Highlands were detained, beaten, and arrested in an ongoing campaign to repress their activities. Hoa Hao activists were sentenced for documenting religious freedom violations. Independent Hoa Hoa congregations, Cao Dai and Khmer Buddhist temples, and United Buddhist Church of Vietnam (UBCV) pagodas faced harassment and restrictions. Human rights defender Le Quoc Quan was arrested and is being held without charge.

PRIORITY RECOMMENDATIONS: The U.S. government should use its diplomatic and political resources to advance religious freedom and related human rights in Vietnam. The United States should use the CPC designation to spur high level engagement and achieve measurable improvements. Overall, U.S. policy, programs, and public statements should support those in Vietnam peacefully seeking greater freedoms and the rule of law. USCIRF recommends that any expansion of U.S. economic or security assistance programs in Vietnam be linked with human rights progress and the creation of new and sustainable initiatives in religious freedom and programs in rule of law and civil society development. Additional recommendations and benchmarks for U.S. policy toward Vietnam can be found at the end of this chapter.

Click here to view USCIRF’s 2013 Annual Report (PDF)

Contestations of Memory in Southeast Asia – Roxana Waterson and Kwok Kian-Woon (eds)

ContestationsOfMemoryInSEAContestations of Memory in Southeast Asia applies a new theoretical literature on social memory to remembered events in Burma, Laos, Vietnam, Malaysia, Singapore, the Philippines and Indonesia. Highlighting connections between theorizing based on European examples and unresolved memory issues in East and Southeast Asia, the authors show how comparative study of the interpenetration of politics and lived bodily experience, of communal and personal memories, and of dominant and suppressed narratives, can yield insights into the human potential to become either perpetrators, victims or bystanders.

The memories found within different groups in any society are open to negotiation, suppression, contestation, or revision in the ever-evolving politics of the present. The searching and close-grained analyses of contemporary issues found in the volume vividly illustrate the essentially plural and multivocal nature of social memories, and demonstrate the intricate connection between transnational, national and sub-national politics. Readers seeking a more nuanced and complex understanding of the past and of its continued relevance to the present and future, will find here much food for thought.

Roxana Waterson is an Associate Professor in the Department of Sociology at the National University of Singapore.
Kwok Kian-Woon is an Associate Professor in the Division of Sociology, School of Humanities and Social Sciences at Nanyang Technological University in Singapore.

Réf. : Roxana Waterson and Kwok Kian-Woon (eds), Contestations of memory in Southeast Asia, Singapore: National University of Singapore Press, 2012.

Source : NUS

Table of contents :
  • The work of memory and the unfinished past, deepening and widening the study of memory in Southeast Asia / Roxana Waterson and Kwok Kian-Woon
  • Remembering kings, archives, resistance, and memory in colonial and post-colonial Burma / Maitrii Aung-Thwin
  • Shifting visions of the past, ethnic minorities and the ‘struggle for national independence’ in Laos / Vatthana Pholsena
  • Truth and memory, narrating Viet Nam / Sharon Seah Li-Lian
  • Textual construction of a nation, the use of merger and separation / Dayang Istiaisyah bte Hussin
  • Remembering, misremembering, and forgetting, the struggle over Serangan Oemoem 1 Maret 1949 in Yogyakarta, Indonesia / Heddy Shri Ahimsa Putra
  • War and violence, history and memory, the Philippine experience of the Second World War / Ricardo T. José
  • The past in the present, memories of the 1964 ‘racial riots’ in Singapore / Adeline Low Hwee Cheng
  • Memories at the margins, Chinese-educated intellectuals in Singapore / Kwok Kian-Woon and Kelvin Chia
  • Living with the spectre of the past, traumatic experiences among wives of former political prisoners of the ‘1965 event’ in Indonesia / Budiawan

[à paraître] David G. Marr: Vietnam – State, War, and Revolution (1945-1946)

Marr_VietnamStateWarRevolution[ndlr] L’année 2013 s’annonce déjà comme un “très bon cru” pour les études sur le Viêt-Nam. Les publications des jeunes chercheurs côtoient cette année celles des “anciens”. Parmi ceux-ci l’incontournable David G. Marr qui en trois études majeures a balayé l’histoire du Viêt-Nam contemporain en résistance et en révolution. Une saga historique fondamentale, méticuleuse et précise qui couvre une longue période de  1885 à 1945 (voir plus bas).

Voici le quatrième volet consacré à la période 1945-1946 qui se présente comme une suite logique de Vietnam 1945. Une somme de 721 pages à lire, à utiliser, et à placer dans toutes les bonnes bibliothèques. Présentation de l’éditeur, appréciations élogieuses de collègues et aperçu Google books ci-dessous. Date de parution affichée : 30 avril 2013.

Réf. : David G. Marr, Vietnam: State, War, and Revolution (1945-1946), Berkeley, CA : University of California Press, coll. From Indochina to Vietnam: Revolution and War in a Global Perspective, 2013, 721 p.

Amidst the revolutionary euphoria of August 1945, most Vietnamese believed that colonialism and war were being left behind in favor of independence and modernization. The late-September British-French coup de force in Saigon cast a pall over such assumptions. Ho Chi Minh tried to negotiate a mutually advantageous relationship with France, but meanwhile told his lieutenants to plan for a war in which the nascent state might have to survive without allies. In this landmark study, David Marr evokes the uncertainty and contingency as well as coherence and momentum of fast-paced events. Mining recently accessible sources in Aix-en-Provence and Hanoi, Marr explains what became the largest, most intense mobilization of human resources ever seen in Vietnam.

“The primary contribution of this remarkable book is that it fills in a gaping void in the historical record of the origins of the modern independent state of Vietnam and, in doing so, provides us with a far deeper understanding of the origins of the Vietnam War… an extraordinary achievement.” —David Elliott, author of Changing Worlds: Vietnam’s Transition From Cold War to Globalization

“Like Marr’s three big earlier books on Vietnam since 1884 this pathbreaking study of how the modern nation state was born is bound to become a classic. A must for any curriculum.”—Stein Tønnesson, author of Vietnam 1946: How the War Began

“In this meticulous autopsy of the fifteen months following the 1945 August Revolution, David Marr shows that Vietnam’s Communists did not shape, guide or control events to the extent they claimed and many others believed. Vietnam: State, War, and Revolution is a profound analysis of social mobilization and state formation in extraordinarily fluid circumstances. A monumental contribution to the history of modern Vietnam and to the study of revolutionary post-colonial states.” —William S. Turley, author of The Second Indochina War: A Concise Political and Military History

“This is a fascinatingly broad, detailed, and fluent account of how determined Vietnamese revolutionaries created a postcolonial state in Southeast Asia in the mid 1940s, against the extremely severe odds of food shortages, foreign invasions, little international recognition, and colonial repression. No book about Vietnam has ever succeeded so well as this one in answering Thomas Carlyle’s famous question about revolutions: What was it like to be there?”—Alexander Woodside, author of Community and Revolution in Modern Vietnam

“Achieving independence from France was a stupendous Vietnamese achievement about which David Marr earlier wrote the prize-winning book Vietnam 1945: The Quest for Power (1995). Vietnamese establishing a viable government for the entire country as they faced the likelihood of another French military invasion was quite another challenge. Success, Marr demonstrates in this splendidly written and detailed new study, Vietnam: State, War, and Revolution, was never a sure thing. From this meticulously researched book, historians, political scientists, and students of revolution in all disciplines, Vietnamese and non-Vietnamese alike, will learn much about state-making in times of immense adversity.” —Benedict J. Tria Kerkvliet, Emeritus Professor, The Australian National University

David Marr is Emeritus Professor of History at Australian National University and the author of Vietnamese Anticolonialism, 1885-1925 (1971), Vietnamese Tradition on Trial, 1920-1945 (1981), and Vietnam 1945: The Quest for Power (1995), all published with University of California Press.

 

Abdallah Gnaba : La mémoire réinventée. Chronique anthropologique d’une association vietnamienne de Paris – CR de Adèle Pinet

Gnaba_LaMémoireRéinventée_AGEVPQu’est-ce que l’enjeu mémoriel ? Nombre de sociétés contemporaines sont construites sur cette notion de mémoire, la mémoire collective, souvent liée à des souffrances qui auraient uni les destins tragiques de nos aïeux. Dans un contexte pacifié, la passation de cette mémoire aux générations qui n’ont pas de prise directe avec ce passé tragique revêt une importance toute particulière, car c’est grâce au maintien de la mémoire, d’une mémoire commune, que les actions, les convictions des anciennes générations pourront continuer à exister à travers les générations suivantes. C’est l’enjeu du maintien de la cohésion du groupe, de la société.

La mémoire réinventée retrace, à travers la chronique du quotidien d’une association vietnamienne de Paris, les différentes tentatives de passation d’une mémoire du Vietnam, et nous amène à réfléchir aux questions de conflits de générations, notamment dans le cadre particulier de populations immigrées.

Pendant trois ans, de 2001 à 2004, le socio-anthropologue Abdallah Gnaba[1] va se pencher, à l’occasion d’une thèse en anthropologie, sur le destin de l’Association Générale des Etudiants Vietnamiens de Paris (AGEVP). Fondée en 1964 par des étudiants vietnamiens soutenant le régime de Saigon (la République du Viêt-Nam, communément appelée Sud Vietnam pendant la guerre), l’année 2004 marque les quarante ans de l’association, qui se veut être encore aujourd’hui l’étendard d’un Vietnam anticommuniste toujours existant.

Accepté dans l’association durant une période de « crise », de remise en cause des fondements mêmes du mouvement, l’auteur, dans sa position « d’œil extérieur » joue, plus ou moins volontairement, le rôle du « chroniqueur d’une fin annoncée »[2]. Il aurait été selon ses propres dires une présence utile aux membres de l’association qui, à travers son regard, ont pu parler plus librement de toutes ces questions de transmission de la mémoire, et de réécriture de cette mémoire qui ne pourrait être transmise sans en modifier l’essence, et notamment le côté revendicatif.

L’ouvrage est construit de manière originale, car il ne suit pas le format habituel des travaux d’anthropologie, où l’on présente d’abord le cadre de l’enquête, pour ensuite se consacrer à la chronique en tant que telle. Ici, dans le but de rendre la lecture à la fois plus agréable, et plus romancée, ces différents éléments se chevauchent d’un chapitre à l’autre, donnant au lecteur le sentiment de suivre une histoire au fil tragique. L’auteur ne se prévaut pas de donner une analyse exhaustive des habitudes culturelles et des enjeux de mémoire de la population vietnamienne de Paris : la portée de son travail est limitée par sa méconnaissance du vietnamien, ainsi que par sa méthode d’enquête presqu’uniquement axée sur l’observation participante. Il préfère présenter son ouvrage comme un travail de restitution et de compréhension des vérités énoncées par les informateurs sur eux-mêmes.

 

Logo de l'AGEVP
Logo de l’AGEVP

L’AGEVP : une priorité à l’activisme communautaire

Née en 1964, l’Association Générale des Etudiants Vietnamiens de Paris[3] soutient le régime du Sud-Vietnam, et se considère depuis ses débuts comme la force motrice de ce mouvement en France et en Europe, même après la défaite de ce dernier en 1975. Son nombre d’adhérents tourne aujourd’hui autour de 400, entourant un noyau dur d’une cinquantaine de personnes.

Son action se fait sur plusieurs terrains, principalement par l’information, à travers son mensuel, Nhân Bản [Humanisme]. Vendu par correspondance, il est lu chaque mois par environ 600 personnes, 2000 pour l’édition spéciale de la fête traditionnelle du Tết [4], que l’association organise chaque année.

Au Vietnam, le Tết est une célébration familiale et religieuse, mais on voit que dans le cas des associations vietnamiennes de France, surtout l’AGEVP, la célébration porte une symbolique politique et militante : chants d’allégeance à la République du Viêt-Nam, spectacles à portée politique, peu d’actions destinées aux non-vietnamophones.

Dans les premières années du troisième millénaire, l’AGEVP entre dans une crise profonde, ce qui renforce la concurrence des associations vietnamiennes présentes à Paris, qui peuvent être pro-gouvernementales ou, au contraire, affiliées à l’AGEVP. Le travail anthropologique d’Abdallah Gnaba ne traitant pas de ces associations, nous renvoyons le lecteur à notre note en fin d’article.

 

Une association en crise ?

SaigonXmas_AgevpL’AGEVP fait face à une crise intergénérationnelle, dont on découvre l’ampleur à travers le livre. La principale contradiction entre les Aînés de la première génération, et la deuxième génération, qui est actuellement à la direction de l’association, réside dans l’évolution du système de valeurs défendu, ainsi que dans la conception de soi : représente-t-on des Vietnamiens en France, ou des Vietnamiens de France ? Cette différence de conception du soi dans l’environnement français influence les rôles que l’on souhaite donner à l’association.

Les Aînés se considèrent comme des réfugiés : la France ne serait qu’un lieu de passage, duquel le mouvement « anti-Hanoi » pourrait contribuer à faire naître une révolution anticommuniste, et préparer un retour au pays. L’association serait pour eux le canal par lequel continuer à faire vivre cette flamme, en s’appuyant sur « la nostalgie d’une splendeur passée »[5] au Vietnam, et sur la rancœur liée à la perte d’un statut social, de l’honneur et de la richesse, le tout habillé de concepts d’intérêt général et du respect des idéaux démocratiques. Dans cette optique, l’association ne peut être un lieu de rencontre entre la culture du pays d’accueil et la culture vietnamienne, pas plus qu’elle n’est un pont contribuant à l’intégration des populations d’origine vietnamienne dans le cadre français.

Face à ce désir des Aînés, les plus jeunes, élevés et pour beaucoup nés en France, ne parlant pas ou peu le vietnamien, partagent selon Gnaba un « état de dissonance cognitive »[6]. Beaucoup de jeunes, en commençant par la deuxième génération, se sentent très proches de la culture française, tout en n’oubliant pas leurs origines, auxquelles la société française et le discours des Aînés les renvoient constamment. Ils ne se sentent cependant pas appartenir à la même communauté que les Vietnamiens du Vietnam, et encore moins imaginent-ils, ou souhaitent-ils un retour dans une patrie qui n’existe pour eux que dans le discours de ces mêmes Aînés. On assiste ainsi depuis plusieurs années à une baisse de la fréquentation des activités de l’association, notamment quand il s’agit de rassembler les plus jeunes.

Malgré la nécessité évidente d’un débat, la seconde génération semble être tiraillée entre l’envie de répondre aux attentes de ses Aînés, et l’envie de s’épanouir dans l’environnement français qui est le sien. Gnaba analyse cette gêne à travers la sacralité de la parole des Aînés dans la culture confucéenne. Ainsi, malgré une volonté forte de continuer à faire vivre l’association, les plus jeunes n’arrivent pas à concilier cette lourde allégeance au passé avec leurs désirs de redéfinition des objectifs de l’association. Le livre nous présente, d’échec en échec, la tragédie d’une communauté qui ne sait plus se définir.

 

La revue Nhan Ban (n° 9 - nouvelle série 1-2002) © collection Guillemot
La revue Nhan Ban (n° 9 – nouvelle série 1-2002) © collection FG

Qu’est-ce que la mémoire ?

Au-delà du simple cas vietnamien, ce livre illustre par son sujet l’importance que revêt l’entreprise de transmission de la mémoire dans la survie d’une communauté, ce qui nous donne à réfléchir sur le concept de l’identité comme réalité objective. Comme disait l’anthropologue norvégien Fredrik Barth, « la construction de la réalité est nécessairement un processus qui crée des relations au sein de l’ici et du maintenant des gens, en étant centré sur ceux-ci »[7]. Autrement dit, l’identité d’un individu, qui naît dans le cadre d’une identité collective à laquelle il se rattache, n’est pas une réalité en soi, mais bel et bien une construction, liée à son ressenti du présent. Gnaba cite l’historien Pierre Nora : contrairement à l’histoire, « la mémoire est un phénomène toujours actuel qui a un lieu dans le présent »[8].

On comprend ainsi tous les enjeux de domination qui se cachent derrière la construction et le maintien d’une identité collective. L’échec de transmission de la mémoire et des valeurs de l’ancienne élite saïgonnaise, que représentent les Aînés, signe la fin de la domination d’une vision binaire et peu en lien avec le présent ressenti par les plus jeunes générations. Ceci permettra à la communauté vietnamienne de France de se reconstruire autour de nouveaux éléments mémoriels et identitaires, sans renier la mémoire que se sont efforcés de leur léguer leurs aînés.

Le sujet du livre donne à réfléchir sur les difficultés liées à la construction identitaire chez les populations immigrées, mais la manière dont est traitée la question de la gêne des jeunes générations vis-à-vis des Aînés nous paraît accorder beaucoup trop d’importance à l’influence de la culture confucéenne. Cette analyse culturaliste s’accorde d’ailleurs à notre goût assez mal avec la conclusion de l’ouvrage, qui part dans des considérations beaucoup plus proches des thèses de Nora et de Barth évoquées ci-dessus. Il nous semble peu scientifique de parler de spécificité confucéenne sans s’appuyer sur des travaux concernant les Français originaires d’aires culturelles différentes.

Si l’objectif purement descriptif de l’ouvrage est atteint, il pose plus de questions qu’il n’en résout.

 

Adèle Pinet, promotion ASIOC 2012-2013


[1] Connu aussi sous le nom d’Abdu Gnaba, il est aujourd’hui à la tête d’une société d’études internationales, SOCIOLAB, proposant des études de marché à travers des analyses socio-anthropologiques.

[2] GNABA Abdallah, La mémoire réinventée, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 39.

[3] En vietnamien : Tổng hội Sinh viên Việt Nam tại Paris.

[4] Tết Nguyên Đán : fête du Nouvel an lunaire.

[5] GNABA Abdallah, La mémoire réinventée, L’Harmattan, 2008, p. 181.

[6] Ibid., p. 186.

[7] BARTH Fredrik, Ethnic groups and boundaries The social organization of culture difference, Universitetsfforlaget, Oslo, 1969

[8] NORA P., Zwischen Geshichte und Gedächtnis, Wagenbach, Berlin, 1990.

Brochure éditée par l'AGEVP à l'occasion du cinquantenaire du drapeau du Viêt-Nam libre 1948-1998 © collection FG
Brochure éditée par l’AGEVP à l’occasion du cinquantenaire du drapeau du Viêt-Nam libre 1948-1998 © collection FG

Annexe : Principales associations vietnamiennes de Paris

  • L’Association des Jeunes Réfugiés Vietnamiens (AJRV), association antigouvernementale.
  • The Vietnamese Professional Society (VPS), une association antigouvernementale californienne, dont la branche française est dirigée par un ex-dirigeant de l’AGEVP.
  • L’Amicale des Etudiants Vietnamiens de Sarcelles, une petite association antigouvernementale.
  • Les  Associations religieuses : il existe des associations bouddhistes, et catholiques, qui sans discours politique sont fortement marquées par l’anticommunisme. Parmi ces associations, il y a notamment l’Association Bouddhique de Joinville Le Pont.

* * *

Adèle Pinet est étudiante à l’ENS de Lyon. Elle est actuellement en stage à Ubifrance Tokyo (Agence française pour le développement des entreprises) dans le cadre de son Master 2 “Asie Orientale Contemporaine”. Son année d’échange à l’Université de Fukuoka durant son Master 1 de Science Politique (Université Lyon 2) lui a permis d’approfondir ses connaissances sur les rapports nippo-coréens, non seulement sur un plan politique, mais aussi au niveau des représentations sociales et de l’imaginaire liés à la Corée au sein de la société japonaise. Elle s’intéresse aussi plus généralement aux rapports entre le Japon et ses voisins d’Asie de l’est, et notamment la Chine. Elle travaille actuellement sur les conséquences des scandales alimentaires liés aux produits d’importation chinois au Japon.