Archives par mot-clé : Viêt-Nam

Whither reforms in Vietnam? – Symposium in Singapore – August 2013

[ndlr] Annonce de la tenue d’un colloque sur l’évolution actuelle du Viêt-Nam cet été à Singapour et appel à communications. Le symposium se donne pour objectif d’évaluer les réformes économiques, politiques, éducatives et culturelles en cours et les défis auxquels le pays doit faire face dans un avenir proche. L’annonce est parue sur le site de Viet Studies aux Etats-Unis, organisateur du colloque.

HoiThaoMuaHe

Cải cách ở Việt Nam đang đi về đâu?

Hội thảo đón chào các bài đóng góp đánh giá cải cách ở Việt Nam về kinh tế, chính trị,
giáo dục, văn hóa và các thách thức trước mắt.

Thứ hai – Thứ ba, 12-13 tháng 8, 2013
Singapore Management University
Room 4.1 & 4.2, Administration Building
81 Victoria Street
Singapore 188065

  —–

 Whither reforms in Vietnam?

The symposium welcomes papers assessing economic, political, educational and cultural reforms in Vietnam and the challenges facing Vietnam in the foreseeable future.

 August 12-13, 2013
Singapore Management University
Administration Building
81 Victoria Street
Singapore 188065

  

Ngày giờ và địa điểm:

Ghi danh: 8:30- 9:30 giờ sáng Thứ hai 12-8-2013
Khai mạc: 9:30 giờ sáng Thứ hai 12-8-2013

 Liên hệ bài vở

  • Dự thảo đề tài viết (abstract – một trang) kèm theo lý lịch nghề nghiệp (curriculum vitae – 6 dòng) và địa chỉ liên lạc, xin gửi về Vũ Quang Việt (vietvuq@gmail.com) trước ngày 1 tháng 6, 2013. Trường hợp có bài trùng nhau hoặc không hợp đề tài, Ban Tổ chức sẽ thông báo lại các bạn. Bài viết nộp bản trước ngày 1 tháng 7, 2013. Ban tổ chức sẽ trả lời bài được chấp nhận hay không vào ngày 15 tháng 7, 2013.
  • Tiêu chuẩn bài: Bài viết do Ban Tổ Chức chọn lọc hoàn toàn dựa trên tiêu chuẩn nghiên cứu khoa học. Trong trường hợp bài có giá trị khoa học nhưng không hoàn toàn phù hợp với đề tài Hội thảo, bài cũng có thể sẽ được chọn, nhưng thời gian dành cho thảo luận sẽ bị hạn chế.
  • Bài chọn sẽ được đưa lên trang web tại:  http://hoithao.viet-studies.info/Hoithao2013.htm
  • Bài viết bằng tiếng Việt, dùng bất cứ font nào (nhưng tốt nhất là Unicode, Arial hoặc Times New Roman).  Khi đưa lên trang web của Hội thảo, chúng tôi sẽ dùng font Unicode.
  • Ðể biết được nội dung bài vở và cách tổ chức những lần trước, các bạn có thể tham khảo các bài tại trang các hội thảo: http://hoithao.viet-studies.info/
  • Địa chỉ gửi bài: Vũ Quang Việt, vietvuq@gmail.com Liên hệ thông tin tham dự: hoithaohe@gmail.com

Người tham dự

Ngoài các bạn gửi bài được mời tham dự, Ban Tổ Chức cũng sẽ mời một số người nghiên cứu ở Việt Nam tham gia Hội thảo.

 Xin đặc biệt lưu ý: Sau khi đăng ký hội thảo, tất cả mọi người tham dự (có bài hay chỉ dự thính, báo chí) đều phải được Ban Tổ Chức đồng ý. Hội thảo này là của một nhóm tư, không phải là một hội thảo công cộng.

Tài chính

Hội thảo Hè 2013 do The Vietnamese Heritage Institute tài trợ một phần.

Chi phí đi lại, ăn ở,hoàn toàn do cá nhân người tham dự tự túc.

  Chỗ ở

1. Người tham dự phải tự túc chỗ ở. Nếu chưa có chỗ ở, người tham dự có thể đặt khách sạn qua một trong các trang sau:

www.agoda.com (danh mục khách sạn gần nơi hội thảo có thể xem ở http://www.streetdirectory.com/asia_travel/travel/travel_id_27975/travel_site_13063/)

www.asiarooms.com  (chọn địa điểm là Singapore).

(Lưu ý USD 1 = S$ 1.25 – 1.3):

2. Các khách sạn khác ở khu trung tâm, cách nơi hội thảo 1-2 km, 3-4 sao, giá khoảng S$150-200/phòng/ngày. Các khách sạn ở xa khu trung tâm, 2-3 sao, giá khoảng S$100-150/phòng/ngày. Tham khảo thêm tại địa chỉ: http://www.agoda.com/asia/singapore/singapore.html

3. Có thể ở nhà của người Việt cho thuê dịch vụ, giá khoảng S$60-80/phòng/ngày. Người tham dự tự túc liên hệ.

4. Địa chỉ ăn uống: có thể ăn trưa tại một trong các địa điểm gần nơi hội thảo như sau:

1        Edmud’s @ SMU

#02-11, 70 Stamford Road S(178901)

Li Ka Shing Library

2        Pick & Bite

#01-21, 70 Stamford Road S(178901)

Li Ka Shing Library

3        The Coffee Connoisseur

#B1-26, 70 Stamford Road S(178901)

Li Ka Shing Library

4        Four Seasons

#01-72, 90 Stamford Road S(178903)

School of Economics & School of Social Sciences

Thông tin thêm:

– Đi lại: Tiện nhất là taxi, giá S$3.2/km đầu tiên, mỗi km tiếp theo khoảng S$0.60. Cũng có thể đi xe bus hoặc tàu điện, khá tiện lợi.

– Tiền tệ: Singapore dollar (S$), tỷ giá: USD 1 = S$ 1.25-1.3.

– Điện: Singapore dùng điện AC 220V; ổ cắm điện ba chạc (giống của Anh) nên cần ổ chuyển đổi nếu muốn dùng cho điện thoại, máy tính xách tay.

– Điện thoại: Có thể đăng ký dùng điện thoại di động trả trước tại các cửa hàng điện thoại (M1, Singtel). Nhớ mang theo hộ chiếu để đăng ký.

– Trợ giúp: Vui lòng liên lạc với BTC theo địa chỉ: hoithaohe@gmail.com

Ban Tổ Chức

Lê Văn Cường (Pháp) – Trần Hữu Dũng (Mỹ) – Giáp Văn Dương (Việt Nam) – Nguyễn Ngọc Giao (Pháp) – Trần Hải Hạc (Pháp) – Trần Quốc Hùng (Mỹ) – Đỗ Tuyết Khanh (Thụy Sĩ) – Thái Kim Lan (Đức) – Ngô Vĩnh Long (Mỹ) – Trịnh Văn Thảo (Pháp) – Nguyễn Minh Thọ (Bỉ) – Trần Văn Thọ (Nhật) – Cao Huy Thuần (Pháp) – Hà Dương Tường (Pháp) – Vũ Quang Việt (Mỹ)

Source : Viet Studies

Remise du prix Phan Châu Trinh 2012

Parmi les lauréats du prix Phan Chau Trinh de cette année (prix 2012, liste publiée le 18 mars 2013), se trouvent trois personnalités bien connues des chercheurs français. Il s’agit de Mme Bui Tran Phuong, historienne et rectrice de l’Université Hoa Sen à Ho Chi Minh-Ville et de deux autres historiens du Viêt-Nam : les professeurs Philippe Langlet et Lê Thành Khôi. L’annonce de cette remise de prix nous invite à les féliciter chaleureusement pour leurs contributions, dans leurs domaines respectifs, à la connaissance du Viêt-Nam. Le prix de cette sixième édition a  été remis dans un premier temps en France. Il est délivré aujourd’hui à HCM-Ville.

Nous avons ici une pensée toute particulière pour notre ancien professeur d’histoire Philippe Langlet, enseignant-chercheur à la section de vietnamien de l’Université de Paris Diderot Paris 7. En 2008, le professeur Langlet avait fait don à l’Institut d’Asie Orientale (IAO) d’une collection d’environ 200 ouvrages en langue vietnamienne, de plus de 200 cartes et de quelques collections de périodiques. Sa collection de cartes sur l’Indochine et le Viêt-Nam contemporain, très précieuse pour la recherche, a été depuis numérisée en grande partie. Elle est peu à peu mise en ligne sur le site Virtual Saigon, base de données iconographiques et cartographiques.

FG, 29/03/2013

L'ancienne présidente de la RSVN Nguyên Thi Binh remet le prix Phan Châu Trinh 2012 au docteur Philippe Langlet. © 2013 Lê Hà/Vietnam+
L’ancienne présidente de la RSVN Nguyên Thi Binh remet le prix Phan Châu Trinh 2012 au docteur Philippe Langlet. © 2013 Lê Hà/Vietnam+

Remise du prix Phan Châu Trinh 2012

Six personnes dont un Français se verront décerner les prix Phan Châu Trinh 2012 pour leurs contributions dans divers secteurs : culture et éducation, traduction, vietnamologie, recherche, a annoncé le Fonds culturel Phan Châu Trinh.

La remise des prix aura lieu le 29 mars à Hô Chi Minh-Ville, a déclaré lundi après-midi à Hanoi à la presse le professeur Chu Hao, vice-président permanent du Fonds culturel Phan Châu Trinh.

Mme Bui Trân Phuong, rectrice de l’Université Hoa Sen (Hô Chi Minh-Ville), et Vu Duc Hiêu, directeur du Musée de l’Espace culturel Muong à Hoa Binh (Nord), recevront le Prix de la culture et de l’éducation.

Le Prix de la recherche sera attribué au professeur Lê Thanh Khôi pour ses contributions à l’étude des civilisations orientales et occidentales. Lê Thanh Khôi, né à Hanoi en 1923, est Professeur émérite d’éducation comparée et d’éducation et développement à la Sorbonne. En 1970, il a été nommé professeur associé, professeur puis titulaire à l’Université Paris V – René Descartes où il enseigne l’éducation comparée. Il est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages et de nombreux articles publiés dans des revues et des ouvrages collectifs.

Le prix de la Vietnamologie sera remis au Dr Philipe Langlet pour ses contributions à la recherche et à la présentation à l’étranger de la culture et de l’histoire du Vietnam.

Philippe Langlet, historien et enseignant-chercheur à la section de vietnamien de l’Université de Paris Diderot, Paris 7, a écrit plusieurs ouvrages importants sur le Vietnam.

Chu Tiên Anh et Pham Duy Hiên se partageront le prix de la traduction.

Fondé en 2007, membre de l’Union des associations scientifiques et techniques du Vietnam (VUSTA), le Fonds culturel Phan Châu Trinh a pour but de mobiliser les ressources intellectuelles et matérielles pour une renaissance culturelle du pays, contribuant aussi à sa modernisation. – AVI

Source : Vietnam+

L'ancienne vice-présidente du Vietnam, Nguyên Thi Binh, remet le prix de la recherche au professeur Lê Thành Khôi, le 21 mars à Paris. © 2013 Lê Hà/CVN
L’ancienne vice-présidente du Vietnam, Nguyên Thi Binh, remet le prix de la recherche au professeur Lê Thành Khôi, le 21 mars à Paris. © 2013 Lê Hà/CVN

Remise du prix Phan Châu Trinh 2012 à Paris

Un professeur vietnamien de France et un Français se sont vu décerner les prix Phan Châu Trinh 2012 pour leurs contributions à plusieurs secteurs dont la recherche et la vietnamologie, a annoncé le Fonds culturel Phan Châu Trinh.

L’ancienne vice-présidente de la République, Nguyên Thi Binh, qui est également présidente du Fonds culturel Phan Châu Trinh, actuellement en France pour participer à la Semaine célébrant le 40e anniversaire de la signature des Accords de Paris, a remis le 21 mars à Paris le prix de la recherche au professeur Lê Thành Khôi pour ses contributions à l’étude des civilisations orientales et occidentales.

Lê Thành Khôi, né à Hanoi en 1923, est professeur émérite d’éducation comparée et d’éducation et développement à la Sorbonne. En 1970, il est élu professeur associé, professeur puis titulaire à l’Université Paris V – René Descartes où il enseigne l’éducation comparée. Il est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages et de nombreux articles publiés dans des revues et des ouvrages collectifs.

Nguyên Thi Binh a aussi remis le prix de la vietnamologie au Dr Philipe Langlet pour ses contributions à la recherche et à la présentation à l’étranger de la culture et de l’histoire du Vietnam.

Philippe Langlet, historien et enseignant-chercheur à la section de vietnamien de l’Université de Paris Diderot, Paris 7, a écrit plusieurs ouvrages importants sur le Vietnam.

Fondé en 2007, membre de l’Union des associations scientifiques et techniques du Vietnam (VUSTA), le Fonds culturel Phan Châu Trinh a pour but de mobiliser les ressources intellectuelles et matérielles pour une renaissance culturelle du pays, mais aussi en vue de contribuer à sa modernisation.

Texte et photos : Lê Hà/CVN

Source : Le Courrier du Vietnam

TS. Bùi Trân Phượng đã có nhiều đóng góp tiêu biểu trong việc phát triển văn hóa và giáo dục © 2013 HSU
TS. Bùi Trân Phượng đã có nhiều đóng góp tiêu biểu trong việc phát triển văn hóa và giáo dục
© 2013 HSU

TS. Bùi Trân Phượng được trao giải thưởng văn hóa Phan Châu Trinh lần thứ VI

Ngày 18/3, Qũy văn hóa Phan Châu Trinh đã công bố danh sách những cá nhân nhận giải thưởng Văn hóa Phan Châu Trinh lần thứ VI – năm 2012.

Theo đó, giải Vì sự nghiệp Văn hóa và Giáo dục đã được trao cho TS. Bùi Trân Phượng – Hiệu trưởng Trường Đại học Hoa Sen và ông Vũ Đức Hiểu – Giám đốc Bảo tàng Không gian Văn hóa Mường; giải Dịch thuật cho ông Chu Tiến Ánh và ông Phạm Duy Hiển (bút danh Phạm Nguyên Trường); giải Nghiên cứu cho nhà sử học Lê Thành Khôi; giải Việt Nam học cho nhà Việt Nam học người Pháp Philippe Langlet.

Quỹ Văn hóa Phan Châu Trinh, tiền thân là Quỹ Dịch thuật Phan Châu Trinh, được thành lập tháng 1-2007. Năm 2008, Quỹ được đổi tên thành Quỹ Văn hóa Phan Châu Trinh. Bên cạnh chương trình tài trợ và hỗ trợ dịch thuật các tác phẩm thuộc dự án Tủ sách Tinh hoa Tri thức Thế giới, Quỹ có nhiều hoạt động văn hóa khác, đặc biệt là việc khuyến khích, tôn vinh các công trình nghiên cứu văn hóa đặc sắc; tổ chức phổ biến các giá trị văn hóa Việt Nam và thế giới. Quỹ Văn hóa Phan Châu Trinh chủ trương hệ thống Giải thưởng Văn hóa Phan Châu Trinh, định kỳ và không định kỳ bao gồm các giải thưởng “Vì Sự nghiệp Văn hóa và Giáo dục”, “Dịch thuật”, “Việt Nam học” và giải “Nghiên cứu” cho các nhà hoạt động giáo dục, văn hóa, nhà khoa học, dịch giả trong và ngoài nước.

Trong 5 lần trao giải (2007-2011), Quỹ đã vinh dự được trao tặng và vinh danh nhiều dịch giả, nhà khoa học, nhà văn hóa trong và ngoài nước như Bùi Văn Nam Sơn, Lê Hồng Sâm, Nguyễn Đình Đầu, David Marr, Hồ Ngọc Đại, G. Condominas, Hoàng Tụy, Kevin Bowen, Nguyễn Sự, Nguyễn Văn Khoa, Alain Ruscio…

  • Buổi giới thiệu hệ thống Giải thưởng Văn hóa Phan Châu Trinh lần thứ VI – năm 2012 sẽ diễn ra tại Hội trường tầng 3, VUSTA 53 Nguyễn Du, Hai Bà Trưng, Hà Nội.
  • Lễ trao giải thưởng Văn hóa Phan Châu Trinh lần VI năm 2012 sẽ diễn vào lúc 19:00, Ngày 29/3/2013  tại Phòng hội Sunflower (lầu 1) Khách sạn REX, 141 Nguyễn Huệ – Quận 1 – TP Hồ Chí Minh.

Source : HSU, 19/03/2013

Communisme 2013 – 1920-2012. Vietnam, de l’insurrection à la dictature

Communisme2013_Vietnam[ndlr] La revue Communisme, nouvelle version, publiée désormais aux éditions Vendémiaire, propose un numéro spécial sur le communisme vietnamien. Sous la direction de Christopher Goscha, celui-ci rassemble dix analyses historiques fouillées en abordant les aspects politiques, géopolitiques, culturels ou sociaux de cette organisation politique de sa genèse à l’exercice du pouvoir sous la République Démocratique du Viêt-Nam (RDVN) et la République Socialiste du Viêt-Nam (RSVN). A paraître le 10 avril 2013.

Dans Communisme 2013, le dossier est consacré au Vietnam où le communisme a joué longtemps, sous la direction du Komintern, un triple rôle, à la fois dans la dissémination de l’idéologie révolutionnaire au sein de l’Indochine coloniale, dans l’instauration d’un régime communiste et par l’impact des guerres d’Indochine et du Vietnam dans les relations internationales et dans l’imaginaire révolutionnaire du second XXe siècle ; composé de dix chapitres, ce dossier, qui apporte un éclairage largement inédit, est placé sous la direction de Christopher E. Goscha, spécialiste américain mondialement reconnu de l’histoire de la colonisation et de la décolonisation en Asie du Sud-Est.

Les rubriques fixes de Communisme 2013 sont consacrées à trois pôles géopolitiques. Trois chapitres sont réservés à l’Asie : deux sur les Khmers rouges dont un témoignage direct d’Henri Locard sur le procès des chefs khmers rouges et un sur l’évolution de la Corée du Nord après la disparition du « Grand Leader » Kim Il Sung. Concernant l’Amérique latine, Vincent Bloch revient, quinze ans après Le Livre noir du communisme, sur la question des victimes du communisme à Cuba. Pour l’Europe, Mircea Stanescu analyse les processus de « rééducation » dans la Roumanie communiste des années 1940-1950. Cette rubrique comprendra chaque année un chapitre de Patrick Moreau sur l’actualité du mouvement communiste en Europe évolutions idéologiques et organisationnelles, résultats électoraux, etc.

Enfin, la nouvelle formule réserve une rubrique fixe à la France, qui, dans Communisme 2013, porte à la fois sur l’histoire avec le chapitre de Sylvain Boulouque comparant PCF et PPF et sur l’actualité avec un chapitre de Dominique Andolfatto sur la campagne et les résultats du PCF et du Front de gauche lors des récentes élections présidentielle et législatives du printemps 2012.

Pour maintenir la tradition de la revue, ce volume comme chacun des suivant se clôt par une rubrique « Lectures » qui rend compte de divers ouvrages couvrant le vaste champ de l’historiographie du communisme.

Directeur de recherches au CNRS, Stéphane Courtois a créé, avec Annie Kriegel, la revue Communisme en 1982. Il la dirigeait seul depuis la disparition de cette dernière. Chaque année, Communisme présentera la même structure : un dossier central, des rubriques géopolitiques et thématiques.

* * *

La fin de la guerre froide, la chute du communisme, l’accès partiel des archives du Vietnam et l’ouverture de ce pays au monde, qui a permis à des historiens non vietnamiens de mener à bien leurs recherches sur le terrain, de dialoguer avec leurs homologues sur place et d’interroger des témoins, ont contribué à une renouvellement important des études sur le communisme vietnamien. “Oubliant les tabous”, comme l’écrit Christopher Goscha, qui a dirigé ce dossier, une nouvelle génération de chercheurs délaisse les approches idéologiques, qu’elles soient communistes ou nationalistes, pour mettre au jour de nouvelles sources, de nouvelles interprétations, concernant notamment les rapports entre PC français et indochinois, les tentatives réformistes au lendemain de la mort de Staline ; le culte des martyrs de la révolution ou bien encore la réappropriation par le parti communiste d’une culture traditionnelle… [texte du dos de couverture].

Sommaire [mis à jour le 2 avril 2013] :

  • Introduction de Christopher E. Goscha, pp. 11-14.
  • Christopher E. Goscha, Pour une histoire transnationale du communisme asiatique. Les chevauchements sino-vietnamiennes dans les mers du Sud, pp. 21-46.
  • Céline Marangé, Le PCF, le Komintern et Ho Chi Minh, 1920-1926, pp. 47-76.
  • Tuong Vu, Rêves de paradis. Un poste avancé soviétique au Vietnam, pp. 77-108.
  • Alec Holcombe, Staline et les procès de Moscou vus du Vietnam, pp. 109-158.
  • Benoît de Tréglodé, La vie des morts. Recomposition d’une lignée vertueuse dans le Vietnam de Hồ Chí Minh, pp. 159-183.
  • Peter Zinoman, Dissidents ou réformateurs ? Nhân Văn–Giai Phẩm dans le Vietnam des années 1950, pp. 185-229
  • Vatthana Pholsena, Une génération de patriotes. L’éducation révolutionnaire du Laos au Nord-Vietnam, pp. 231-258.
  • François Guillemot, De l’invention et de l’usage de « l’ennemi intérieur ». Vraie et fausse contre-révolution au Nord-Vietnam 1945-1967, pp. 259-302.
  • Aliénor Anisensel, Le Parti et le patrimoine. Le cas de la tradition musicale du Ca trù, pp. 303-318.
  • Peter Zinoman, Lectures indochinoises. A propos de Vietnam at War de Mark Bradley, pp. 319-336.

A lire également dans la partie Asie de ce numéro spécial Vietnam :

  • Ian Harris, Persécution et récupération idéologique du bouddhisme sous le Kampuchéa démocratique, pp. 339-360
  • Henri Locard, Le procès de Dutch, 30 mars 2009 – 26 juillet 2010, pp. 361-409.
  • Stephan Blancke, La voie nord-coréenne. Du Djoutché à la ploutocratie ?, pp. 411-420.
  • [suite : parties “Amérique latine”, “Europe”, “France” et “Lectures”]

Misalliance: Ngo Dinh Diem, the United States, and the Fate of South Vietnam – Edward Miller

Miller_MisallianceNgoDinhDiem&US_2013[ndlr] Nous avions annoncé dans un court billet sur le renouveau historiographique dans les recherches sur le régime de Ngo Dinh Diem, la parution prochaine de l’ouvrage de l’historien américain Edward Miller. L’ouvrage est désormais paru chez Harvard University Press et, selon les premiers avis, se présente déjà comme une étude incontournable sur l’homme d’État, son projet de construction nationale et la Première République du Viêt-Nam (1955-1963). Présentation de l’éditeur ci-dessous.

In the annals of Vietnam War history, no figure has been more controversial than Ngo Dinh Diem. During the 1950s, U.S. leaders hailed Diem as “the miracle man of Southeast Asia” and funneled huge amounts of aid to his South Vietnamese government. But in 1963 Diem was ousted and assassinated in a coup endorsed by President John F. Kennedy. Diem’s alliance with Washington has long been seen as a Cold War relationship gone bad, undone either by American arrogance or by Diem’s stubbornness. In Misalliance, Edward Miller provides a convincing new explanation for Diem’s downfall and the larger tragedy of South Vietnam.

For Diem and U.S. leaders, Miller argues, the alliance was more than just a joint effort to contain communism. It was also a means for each side to pursue its plans for nation building in South Vietnam. Miller’s definitive portrait of Diem—based on extensive research in Vietnamese, French, and American archives—demonstrates that the South Vietnamese leader was neither Washington’s pawn nor a tradition-bound mandarin. Rather, he was a shrewd and ruthless operator with his own vision for Vietnam’s modernization. In 1963, allied clashes over development and reform, combined with rising internal resistance to Diem’s nation building programs, fractured the alliance and changed the course of the Vietnam War.

In depicting the rise and fall of the U.S.–Diem partnership, Misalliance shows how America’s fate in Vietnam was written not only on the battlefield but also in Washington’s dealings with its Vietnamese allies.

Edward Miller is Associate Professor of History at Dartmouth College.

Reviews:

“A monumental contribution to our understanding of America’s misguided intervention in Vietnam. Great books advance knowledge as well as historical debate, and this is exactly what Miller achieves. Misalliance could easily be the best new book of the year.”—Larry Berman, author of Zumwalt: The Life and Times of Admiral Elmo Russell “Bud” Zumwalt, Jr.

“An extraordinary book, brilliantly conceived and cogently argued. Miller transcends the scholarly and political polemics of Vietnam War literature, presenting readers with a fresh and original take on Ngo Dinh Diem and South Vietnam’s relationship with the U.S. Misalliance is sure to be greeted with widespread acclaim.”—Andrew Preston, author of The War Council: McGeorge Bundy, the NSC, and Vietnam

Miller rejects the simplistic and partisan interpretations that have dominated earlier accounts of America’s partnership with Vietnam. Misalliance will be not only a major advance in our understanding of Ngo Dinh Diem and U.S.–Vietnamese relations, it will fundamentally alter the direction of scholarship on the Vietnam War.”—Keith Weller Taylor, author of The Birth of Vietnam

“An exemplary work of research and scholarship. Miller dispels in definitive fashion the myth that Ngo Dinh Diem owed his appointment as prime minister of a nascent South Vietnam to American intercession or that he was ever a ‘tool’ of the Americans.”—Rufus Phillips, author of Why Vietnam Matters: An Eyewitness Account of Lessons Not Learned

Table of Contents:

  • Map 1. Indochina after the Geneva Conference of 1954
  • Map 2. The headquarters of militia commanders in southern Vietnam, 1954–1955
  • Introduction
  • 1. Man of Faith
  • 2. New Beginnings
  • 3. The Making of an Alliance
  • 4. Revolutions and Republics
  • 5. Settlers and Engineers
  • 6. Countering Insurgents
  • 7. Limited Partners
  • 8. Mixed Signals
  • 9. The Unmaking of an Alliance
  • Conclusion
  • Abbreviations
  • Published Collections of Government Documents
  • Notes
  • Acknowledgments
  • Index

Réf. : Edward Miller, Misalliance: Ngo Dinh Diem, the United States, and the Fate of South Vietnam, Harvard, Harvard University Press, 2013, 432 p.

Source : Harvard University Press

Phan Chau Trinh and His Political Writings – edited and translated by Vinh Sinh [2009]

[ndlr] Pour accompagner notre billet biographique sur Phan Chau Trinh, il convenait de rappeler l’excellent travail d’édition et de traduction du professeur Vinh Sinh pour faire connaître au public occidental la pensée du grand lettré moderniste.

Phan Chau Trinh (1872-1926) was the earliest proponent of democracy and popular rights in Vietnam. Throughout his life, he favored a moderate approach to political change and advised the country’s leaders to seek gradual progress for Vietnam within the French colonial system. Unlike many of his contemporaries, he did not favor anti-French military alliances or insurgent military resistance, arguing that “to depend on foreign help is foolish and to resort to violence is self-destructive.”

As a result of his exposure to Chinese reformist literature, Phan Chau Trinh assigned top priority to promoting democracy and human rights and to improving Vietnamese people’s lives. He believed that true independence could only be achieved by changing the Vietnamese political culture, and he articulated penetrating criticism of the corruption and superficiality of Vietnam’s officials. His emphasis on changing the fundamental values governing the ruling class’s behavior, as well as his skepticism regarding anticolonial resistance, set Phan Chau Trinh apart from his contemporaries and mark him as a true revolutionary. Vinh Sinh’s masterly introduction to Phan Chau Trinh’s essays illuminate both this turbulent era and the courageous intelligence of the author.

Sinh Vinh is a Professor in the Department of History and Classics at the University of Alberta. (source : Cornell University Press)

Réf. : Phan Chau Trinh (auteur), Vinh Sinh (editeur et traducteur), Phan Chau Trinh and His Political Writings, Ithaca, New York, Southeast Asia Program Publications, Cornell University, 2009, 152 p.

Actualité de Phan Châu Trinh (1872-1926) : lutte pour l’intelligence et intelligence de la lutte

PhanChauTrinhLe 24 mars marque le jour de la disparition du grand lettré Phan Chau Trinh (ou Phan Chu Trinh) à Saigon il y a 87 ans (24 mars 1926). Lettré moderniste, anticolonialiste, nationaliste réformateur, il fut l’infatigable partisan d’une solution pacifique pour accéder à l’indépendance.

Il naquit dans la commune de Tây Lộc (district de Tiên Phước, préfecture de Tam Kỳ) de la province de Quảng Nam en 1872. Issu d’une famille relativement aisée, son père, enseignant d’arts martiaux, participa activement au mouvement insurrectionnel d’Aide au Roi (Cần Vương). Mais cet engagement lui coûta la vie lorsqu’ il fut suspecté de trahison en 1887. Sa mère étant décédée quelques années auparavant, Phan Chau Trinh se retrouva orphelin. Il étudia pendant quatre ans en milieu familial soutenu par son frère ainé avant d’obtenir en 1900 le grade de Licencié (Cử Nhân) du concours provincial puis le grade de Vice-docteur (Phó Bảng) l’année suivante. En 1903, il fut nommé secrétaire au Ministère des Rites.

De 1902 à 1905, il étudia les œuvres de Jean-Jacques Rousseau, Montesquieu ou Voltaire et le “nouveau savoir” (tân học) dont il s’imprégna pour fonder sa propre pensée politique visant à élever la conscience du peuple dans un contexte colonial. Afin de mieux maîtriser la condition de ses compatriotes, il organisa avec d’autres lettrés (notamment Trần Quý Cáp et Huỳnh Thúc Kháng) un périple dans le Sud du pays puis dans le Nord jusqu’à Hanoi. Il partit ensuite clandestinement en Chine et il rencontra, en 1906, Phan Boi Chau à Hong-Kong. Puis les deux hommes se rendirent ensemble au Japon. C’est à ce moment qu’ils définirent leurs approches respectives pour accéder à l’indépendance : l’une préconisant la violence révolutionnaire, l’autre une évolution pacifique mais intransigeante. Phan Chau Trinh a déjà décidé à cette époque de s’écarter la voie violente aux vues de son expérience familiale dans le Cần Vương et de sa visite dans le maquis du révolutionnaire Hoang Hoa Tham avant son départ pour l’étranger. De retour dans son pays en 1907, il se fit remarquer politiquement par l’envoi d’une lettre de douze pages en caractères chinois (Đầu Pháp chính phủ thư) adressée au Gouverneur général de l’Indochine Paul Beau dans laquelle il exposa son programme de réforme profonde du système colonial. Il s’insurge contre la corruption du système, sa violence, son incapacité à améliorer le sort des masses. Sa lutte pour l’intelligence du Viêt-Nam est désormais engagée.

Il participa à l’aventure de l’Ecole de la Juste Cause (Đông Kinh Nghĩa Thục) à partir de juillet 1907 à Hanoi et soutint l’agitation anti-fiscale de 1908 dans le Centre du pays. Arrêté à Hanoi puis transféré à Huê, ce combat politique lui valut d’être condamné à mort par le régime colonial. Protégé par la Ligue des Droits de l’Homme, il put échapper à une mort certaine mais fut déporté au bagne de Poulo-Condore au mois d’avril 1908. Au mois d’août 1910, il fut libéré du bagne grâce aux vives protestations de la Ligue des Droits de l’Homme puis assigné à résidence à Mytho. A la suite d’une autorisation des autorités coloniales, il se rendit en France en 1911 avec son fils pour y enseigner. Arrivé à Paris, n’oubliant pas le sort de ses compatriotes emprisonnés à la suite de la révolte anti-fiscale de 1908, il rédigea une note (Trung Kỳ dân biến thủy mạt ký) pour la Ligue des Droits de l’Homme afin de plaider leur cause et fit connaître les conditions inhumaines du bagne de Poulo-Condore. Il continua de défendre la cause des prisonniers politiques de l’Indochine tout en rédigeant sa vision d’un Viêt-Nam post-colonial (Pháp-Việt liên hiệp hậu chi Tân Việt Nam).

Pour avoir refusé avec Phan Van Truong de servir la France en tant que soldat pendant la Première guerre mondiale, il fut emprisonné à la Santé de septembre 1914 à juillet 1915. Libéré, il organisa de nouveau le combat anticolonial au sein du groupe parisien dit des “Cinq Dragons” (Nguyen An Ninh, Nguyen Tat Thanh Nguyen The Truyen, Phan Van Truong et Phan Chau Trinh) connu pour avoir porté les “Revendications du peuple annamite” le 19 juin 1919 au Congrès de Versailles sous le nom collectif de Nguyen Ai Quoc. Il fit de nouveau entendre sa voix lors de la venue en France de l’empereur Khai Dinh en 1922 pour lequel il rédigea une lettre (Thất Điều Trần) appelant à la fin de la royauté et chargeant la dynastie de sept fautes majeures. Il rédigea quelques années plus tard un essai de politique indochinoise (Đông Dương chính trị luận).

Ses appels et revendications ne furent guère entendus. Lassé et de santé fragile, il fut autorisé à revenir au Viêt-Nam en 1925. De retour dans son pays, il poursuivit, avec d’autres comme le jeune Nguyen An Ninh, sa lutte pour une réforme républicaine. Il milita en particulier pour l’amnistie de Phan Bội Châu, le père du nationalisme révolutionnaire, et redigea d’autres textes qui exercèrent une influence sur  la jeune génération de révolutionnaires (Ðạo đức và luân lý Đông Tây, Quân trị chủ nghĩa và dân trị chủ nghĩa). Malade et épuisé, il devait décéder le 24 mars 1926 le jour de l’arrestation de Nguyen An Ninh et Dejean de la Bâtie (La Cloche Fêlée). Son enterrement donna lieu à d’importantes manifestations populaires dans tout le pays. Des centaines de milliers de jeunes y participèrent sonnant le départ du printemps de 1926, illustré par une série de grèves scolaires sans précédent à Saigon, Huê et Hanoi.

Auteur de nombreux écrits politiques, formant ce qu’on appelle désormais la “pensée Phan Chau Trinh”, il est considéré comme le père de l’idéal démocratique. Traduit en langue anglaise en 2009 par le chercheur Vinh Sinh, ses principaux textes donnent à voir la modernité de sa démarche pacifique. Il incarne cette lutte de longue haleine pour l’intelligence de son peuple et s’inscrit dans une perspective qui démontre l’intelligence de sa lutte dans un contexte colonial particulièrement répressif. En 2007, une Fondation culturelle portant son nom fut créée dans “le but de mobiliser les ressources intellectuelles et matérielles pour une renaissance culturelle du pays, contribuant aussi à sa modernisation” (Vietnam+, 26/03/2013). Pour de nombreux Vietnamiens d’aujourd’hui, la problématique de Phan Chau Trinh consistant à vouloir élever le niveau intellectuel dans une évolution non violente pour accéder à l’indépendance politique et à la liberté des citoyens et de leurs droits est d’une criante actualité.

François Guillemot, 25-26 mars 2013.

Principales sources : Viet Studies (article Phan Chu Trinh) ; Biographical Chronology (dans Vinh Sinh ed.)

A lire ou à écouter : Kính Hòa, Cụ Phan Chu Trinh và phong trào Duy Tân, RFA, 25/03/2013.

8 mars 2013 : Trois vietnamiennes d’honneur à l’honneur

La journée internationale des droits des femmes de ce 8 mars 2013 est l’occasion de mettre l’accent sur le destin de quelques-unes d’entre elles. Si notre collègue Juliette Lancel a raison de rappeler l’origine “léniniste” de cette journée mondiale[1], il ne faut pas oublier qu’au Viêt-Nam, les révolutionnaires Phan Boi Chau (1867-1940) et Nguyen An Ninh (1900-1943) contribuèrent fortement à la reconnaissance du rôle sociopolitique des femmes [2].

Le 9 décembre 2012, à l’occasion du 64ème anniversaire de la Journée mondiale des droits de l’homme, le prix vietnamien 2012 des droits de l’homme était solennellement remis à trois femmes dont une est encore incarcérée au Viêt-Nam. La cérémonie s’était tenue à la Maison de la Culture de Côte-des-Neiges de la ville de Montréal. Elle avait été organisée en coopération par le Vietnam Human Rights Network (VNHRN) et la Communauté des Vietnamiens Nationalistes de la région de Montréal, sous le parrainage de 18 organisations vietnamo-canadiennes et le soutien de la communauté vietnamienne de San Diego aux États-Unis ou encore l’Association internationale des Médecins du Viêt Nam libre [3].

TroisLauréates

La cérémonie s’était déroulée dans une atmosphère solennelle dans les deux langues française et anglaise. Le Dr Nguyen Tung Ba, chef du réseau VNHRN, précisait à cette occasion le sens de la remise du prix vietnamien des droits de l’homme à ces trois femmes.

Le Vietnam Human Rights Award de cette année revêt une signification particulière car les trois femmes honorées sont des activistes qui se dressées pour défendre les droits des gens ordinaires. Ces trois activistes, la blogueuse Ta Phong Tan, Mme Pham Thanh Nghien et Mme Huynh Thuc Vy ont surmonté la peur suscitée par l’oppression et la tyrannie. Le régime peut les persécuter physiquement mais il ne pourra pas subjuguer leur combat pour la liberté, la dignité et la justice [4].

Rappelons succinctement le parcours de ces trois femmes ordinaires au destin remarquable.

PhamThanhNghienPham Thanh Nghien, l’honneur de la patrie

Pour ses prises de position antichinoises sur internet, cette jeune militante pro-démocrate de 34 ans a été arrêtée le 18 septembre 2008 et jugée à Haiphong le 29 janvier 2010 lors d’un procès en huit-clos. Elle fut condamnée à quatre années de prison ferme suivies par trois années d’assignation à résidence (jusqu’en septembre 2015). Libérée le 19 septembre 2012, Pham Thanh Nghien poursuit actuellement son combat « à la maison » en tirant également l’expérience de son emprisonnement qui lui révéla la face cachée du régime. Elle faisait part de son état de santé affaibli à sa sortie de prison en septembre 2012. De petite taille et très déterminée, cette « courageuse fille », comme le note RFA, donne du fil à retordre à la Sécurité publique de Hai Phong qui mobilise des dizaines de policiers pour la surveiller [5]. Elle incarne l’honneur du petit Viêt-Nam face aux ambitions militaires chinoises en Mer orientale.

A propos de la remise de ce prix, elle déclarait :

« Plus que toute autre, je sais qu’il existe beaucoup de gens plus méritants que moi. Qui sont-ils ? Ce sont mes prédécesseurs, ceux qui m’ont ouvert la voie, ceux qui sont sortis temporairement des prisons communistes, ceux qui doivent vivre encore entre quatre murs. Ce sont ceux qui, publiquement ou dans l’ombre, déploient leurs efforts, leur intelligence pour accomplir un rêve simple mais grandiose : Le rêve d’un Vietnam libre » [6].

HuynhThucVyHuynh Thuc Vy, l’honneur familial

Le profil de cette jeune femme de 28 ans est étonnant. Sur les pas de son père Huynh Ngoc Tuan, ancien prisonnier politique, elle a pris la plume sur la toile pour manifester son soutien au multipartisme et à la démocratie tout en invitant les jeunes de son âge à s’intéresser aux questions politiques et sociales de son pays. Invitée de deux reportages vidéographiques de Radio Free Asia dans lesquels elle relate ses déboires avec la police et ses désirs de démocratie, elle dut subir très jeune une forme de discrimination sociale due au destin particulier de son père. Ce dernier, à travers ses articles et nouvelles littéraires, s’est souvent insurgé contre les injustices sociales, pour la défense des droits de l’homme et le multipartisme. Cet engagement précoce dans les années 1990 l’a mené tout droit en prison. Il fut arrêté en octobre 1992 pour avoir voulu transmettre à l’étranger un recueil critiquant la politique de l’Etat-Parti. Condamné à 10 ans de prison et 4 années d’assignation à résidence, il fut de nouveau libre en 2006. Cette longue épreuve carcérale ne l’empêcha pas de poursuivre ses activités en rédigeant ses mémoires de prison et d’intégrer le Bloc 8406, un regroupement publique de citoyens pro-démocrates, créé justement le 8 avril 2006 [7]. L’honneur de sa fille Thuc Vy se décline en un engagement familial et citoyen [8]. Pour avoir, semble-t-il, rédigé un article sur les événements du 30 avril 1975, Thuc Vy fut kidnappée le 5 juillet 2012 par la sécurité publique de sa province natale (Quang Nam) alors qu’elle se trouvait à Saigon pour manifester [9]. Elle fut reconduite secrètement dans sa province et relâchée. Depuis 2011, sa famille est régulièrement harcelée par les forces de sécurité locales. La jeune fille a clairement expliqué dans un long entretien à la BBC ses motivations profondes :

« Nous, les jeunes Vietnamiens, nous aspirons à une société libre et démocratique au Viêt-Nam, une société réellement libre et démocratique (“chúng tôi – những người trẻ Việt Nam – mong muốn có một xã hội tự do dân chủ ở Việt Nam, một xã hội tự do dân chủ thật sự ở Việt Nam”) » [10].

TaPhongTan2Ta Phong Tan, l’honneur des petites gens

Mais la bête noire du régime est sans doute l’ancienne policière Ta Phong Tan devenue blogueuse pour défendre une certaine idée de “la justice et de la vérité” comme le rappelle le titre de son blog. Après avoir quitté la police, elle débuta une carrière de journaliste indépendante en 2004, ce qui la mena à ouvrir un blog en 2006 intitulé “Justice et Vérité” (Công lý và Sự thật) en proposant des sujets de reportages sociaux notamment sur les violences policières et la corruption. Ce blog politique, un des premiers du genre, devint très rapidement populaire. Accompagnée de deux autres blogueurs (Nguyen Van Hai et Phan Thanh Hai), elle mis sur pied le “Club des journalistes vietnamiens libres”. Pour cet activisme dérangeant, elle fut arrêtée ainsi que les deux autres membres du Club en septembre 2011. Tous les trois furent condamnés en octobre 2012 pour propagande anti-étatique à de lourdes peines de 4 (Phan Thanh Hai), 10 (Ta Phong Tan) et 12 ans d’enfermement (Nguyen Van Hai).

Destin éminemment tragique pour Ta Phong Tan puisque quelques jours avant la tenue du procès (reporté à trois reprises), Dang Thi Kim Lieng, sa mère se suicidait par le feu le 30 juillet 2012 devant un bâtiment administratif en signe de protestation contre le sort réservé à sa fille. La pauvre mère désespérée devait décéder des suites de cette immolation. Les peines des trois blogueurs ont été confirmées en appel le 28 décembre 2012. Depuis le 15 août 2012, Ta Phong Tan bénéficie d’une entrée sur Wikipedia (english) qui retrace en détail son parcours d’activiste [11].

« Everybody knows that I don’t belong to any organization or political party. I don’t call for the overthrow of the regime and I have violated no laws. I am just a journalist, a free-thinker who writes about things I see and hear. I analyze the problems of society from my own point of view, I say what I think is wrong with our government. I denounce anything I believe is unjust, things that my friends and I have suffered directly, and I speak out for ordinary people who are victims of injustice. That is why the government wants to silence me » [12].

Femmes de courage

Ta Phong Tan, aujourd’hui emprisonnée, vient de recevoir le prix des Femmes courageuses décerné chaque année à quelques femmes qui se sont distinguées par un courage particulier [13]. Cette année, dix femmes d’exception recevront de la Première dame américaine, Michelle Obama, l’invitée d’honneur de la cérémonie, le Prix international femme de courage du Secrétaire d’État américain. Les élues pour ce prix sont :

  • Mme Fartuun Adan, directrice exécutive de Elman Peace and Human Rights Centre (Somalie)
  • Mme Malalai Bahaduri, Premier Sergent, Afghan National Interdiction Unit (Afghanistan)
  • Mme Julieta Castellanos, Recteur, Université nationale autonome du Honduras (Honduras)
  • Mme Samira Ibrahim, coordonnatrice de Know Your Rights (Egypte)
  • Mme Elena Milashina, journaliste, militante des droits de l’Homme (Russie)
  • Mme Nirbhaya “Fearless,” militante de la justice (Inde), décédée.
  • Dr Josephine Obiajulu, présidente de Campagne pour la démocratie (Nigeria)
  • Mme Ta Phong Tan, blogueuse (Vietnam)
  • Mme Tsering Woeser (Wei Se), auteure, poète et blogueuse tibétaine (Chine)
  • Mme Razan Zeitunah, avocate des droits de l’Homme et fondatrice des Comités de coordination locaux (Syrie) [14]

Selon le communiqué officiel, il est rappelé que ce prix “récompense chaque année les femmes dans le monde qui ont fait preuve d’un courage et d’un leadership exceptionnels dans la défense des droits et la responsabilisation des femmes, souvent en s’exposant elles-mêmes à de grands risques. Depuis sa création en 2007, le Prix a été décerné à 67 femmes de 45 pays différents” [15]

BaoLucChongDanOanVietNam
Violence policière contre une paysanne en 2010

* * *

En persécutant ces trois femmes de tête, les autorités de la RSVN lancent un signe à toutes les autres Vietnamiennes qui oseraient défier le pouvoir qu’elles soient paysannes, enseignantes, ouvrières, intellectuelles ou lycéennes. Et il faut le dire, dans les conflits sociaux actuels, les femmes, notamment les paysannes et les ouvrières, sont en première ligne. Ce sont elles qui affrontent la police et les milices lors des expropriations, ce sont encore elles qui montent à la ville pour tenir sitting devant les organismes du pouvoir, ce sont majoritairement elles qui nourrissent ce pays en plantant et récoltant le riz. Quoi de plus naturel que d’autres femmes dénoncent ouvertement les injustices dont ces “indignées” (dân oan) sont la cible, des violences dont elles sont victimes et se fassent le relais des nobles idéaux de justice et d’égalité qu’elles portent.

Prenant fait et cause pour leurs compatriotes méprisés, en aucun cas il ne s’agissait pour ces net-citoyennes de faire de la « propagande contre l’État » comme le stipule l’article 88 du code pénal et qui est d’emblée systématiquement utilisé par les actes d’accusation dans ce genre d’affaire. Il s’agissait pour elles d’exercer le droit le plus élémentaire d’expression, de communication et de partage d’information sur des sujets de société qui touchent directement les Vietnamiens dans leur vie quotidienne, un droit fondamental qui peut coûter dans le Viêt-Nam socialiste jusqu’à 20 ans d’emprisonnement.

En réalité, le pouvoir communiste condamne l’activisme sur la toile dans ce qu’il a de plus dangereux à ses yeux : être un espace libre de discussion et d’échange avec des Vietnamiens de l’étranger engagés politiquement contre le régime policier et farouches militants pour l’instauration de la démocratie. C’est ainsi que des échanges sur les blogs entre « ceux de l’intérieur » et « ceux de l’extérieur » sur le destin politique du Viêt-Nam peuvent être assimilés à de la propagande anti-étatique, voire à un acte de subversion visant à « renverser le gouvernement populaire » selon la rhétorique habituelle comme l’a démontré le procès des 14 jeunes catholiques de Vinh. Mais cette rhétorique ne fait aujourd’hui plus sens et internet a définitivement changer la donne. Le transnationalisme a fait explosé les frontières intellectuelles entre ceux de l’intérieur et ceux de l’extérieur. Ils marchent désormais tous pour la même cause de transformation pacifique du Viêt-Nam en État de droit dans lequel seront garantis les droits des citoyens.

La remise de ces prix par tout un ensemble d’associations vietnamiennes de l’étranger et aujourd’hui par les autorités américaines démontre que d’une part, ce qui se passe au Viêt-Nam en matière de droits de l’homme est suivi de près par la communauté internationale, et d’autre part, vise à rendre publique le destin souvent oublié des femmes vietnamiennes. Forte de son expérience de 4 années d’enfermement pour une simple expression patriotique, à sa sortie de prison, Pham Thanh Nghien rappelait avec détermination dans une interview de Radio Free Asia : “Il n’y a aucune raison de ne pas poursuivre la lutte” [16].

 François Guillemot, 08/03/2013

Notes

[1] Juliette Lancel, “Le 8 mars ? Merci Lénine !“, Olim et nunc. Histoire et serendipité, 07/03/2013.

[2] Bui Tran Phuong, « Bui Tran Phuong, Viêt Nam 1918-1945, genre et modernité : Émergence de nouvelles perceptions et expérimentations », Genre & Histoire [En ligne], 2 | Printemps 2008, mis en ligne le 14 juillet 2008, consulté le 08 mars 2013. URL : http://genrehistoire.revues.org/255

[3] “2012 Vietnam Human Right Award Ceremony in Montréal, Canada“, 12/09/2012.

[4] idem.

[5] Voir l’interview sur You Tube à sa sortie de prison : Phạm Thanh Nghiêm ra tù sau 4 năm

[6] Voir : “Lời phát biểu của Phạm Thanh Nghiên trong buổi trao Giải Thưởng Nhân Quyền 2012“, 05/01/2013.

[7] Voir les biographies détaillées de Huynh Thuc Vy et de Huynh Ngoc Tuan sur Human Rights Watch (en vietnamien), 20/12/2012.

[8] Voir l’article de la BBC : “Công an dọn đường để bắt chúng tôi“, 10/11/2011 et celui de RFA : “Gia đình blogger Huỳnh Thục Vy bị hàng chục công an hành hung“, 12/02/2011. Tous deux relatent la pression policière exercée sur cette famille.

[9] Voir son entretien à la BBC repris sur You Tube (Huỳnh Thục Vy kể chuyện bị bắt cóc, 05/07/2012).

[10] Lire l’interview : “Huỳnh Thục Vy nói về biểu tình và tự do“, 06/07/2012.

[11] Entrée Ta Phong Tan sur Wikipedia.

[12] Voir : FIDH/VCHR – Bloggers and Netizens Behind Bars. Restrictions on Internet Freedom in Vietnam, p. 23.

[13] Voir : Thanh Trúc, “Bộ ngoại giao Mỹ vinh danh Blogger Tạ Phong Tần“, RFA, 07/03/2013.

[14] Voir : “Trois femmes africaines recevront vendredi aux Etats-Unis des distinctions d’encouragement”, Infos Plus Gabon avec  PANA, 05/03/2013 ; International Women’s Day: fearless, female and a force to be reckoned with, The Independent, 08/03/2013. Voir aussi le site officiel International Women’s Day 2013.

[15] idem.

[16] Phạm Thanh Nghiên: “Không có lý do gì không tiếp tục tranh đấu”, RFA, 19/09/2012 (Khánh An, phóng viên RFA)

PhamThanhNghien_bieutinhonha
Pham Thanh Nghien manifestant chez elle : “Les Paracels et les Spratleys appartiennent au Viêt-Nam, enlevons la langue de boeuf chinoise [en forme de U sur la mer orientale], protégeons la patrie.
NB. Article revu et corrigé le 08/03/2013 à 22h00.