Archives par mot-clé : Viêt-Nam

Etat et société du Viêt-Nam ancien : entretien avec Nguyên Thê Anh – 7 mars 2005

[ndlr] Entre mars et mai 2005, la Fondation Maison des sciences de l’homme à Paris a réalisé trois entretiens filmés du professeur Nguyên Thê Anh sur ses thématiques d’enseignement. L’ouverture de ce carnet de recherche nous donne l’occasion de présenter ces trois entretiens riches pour la connaissance et la compréhension de l’espace indochinois. Le premier volet qui compose cette trilogie aborde l’évolution historique de la monarchie vietnamienne des temps anciens à la période contemporaine. A voir et à revoir.

Nguyên Thê Anh est Professeur émérite de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes – IVe Section (Sorbonne).

Il a dirigé le Centre d’Histoire et Civilisations de la Péninsule indochinoise, qui rassemble des enseignants-chercheurs et chercheurs travaillant sur l’évolution des différents pays du monde indochinois au cours des XIVe-XXe siècles, période de la formation des sociétés et Etats contemporains.

Ainsi, tout en s’attachant spécialement à l’étude de l’histoire socioéconomique et intellectuelle du Viêt-Nam ancien, il a coordonné les activités du Centre autour de l’analyse des rapports entre les Etats et les cultures pour tenter d’évaluer, à partir des situations de contact, les convergences et les divergences entre les sociétés de la péninsule indochinoise et de l’Asie du Sud-Est en général. Dans cette optique, il a consacré ses séminaires des années 2003-2004-2005, à l’EPHE, à une réflexion approfondie sur la légitimation du pouvoir en péninsule indochinoise du XVIIIe au XXe siècle.

Le choix de l’objet d’étude (05:49)

Parties :

Le choix de l’objet d’étude (05:49)
La monarchie vietnamienne (01:47)
Le système confucéen dans la monarchie vietnamienne (02:09)
Le mandarin, position et fonction dans le Vietnam monarchique (19:36)
La mainmise française sur le Vietnam (08:16)
Le système administratif colonial (09:34)
La perception du colonialisme français au Vietnam (13:19)
Mouvements de résistance au Vietnam et émergence du communisme (17:02)
Administration française et occupation japonaise (14:39)

Responsable(s) de cet entretien : Peter Stockinger

Date et lieu de l’entretien : Lundi 7 mars 2005 – Maison des Sciences de l’Homme

Contact : contact-aar@msh-paris.fr

Réalisation : Camille Bonnemazou (ESCoM-FMSH, Paris, France)

Thème(s) : Histoire sociale — Histoire culturelle — Science Politique

Langue(s) : Français

Source : Archives Audiovisuelles de la Recherche

Au Vietnam, sur les traces de Marie Ier, roi des Sédangs – par Jean-Louis Tremblais

En 1888, sur les hauts plateaux du Vietnam, Marie-Charles David de Mayréna se fit élire roi des Sédangs, une tribu insoumise et invaincue. Histoire de l’aventurier méconnu qui fascina et inspira André Malraux.

Kon Tum, sur les hauts plateaux du Vietnam, à un jet de pierre du Cambodge et du Laos. En ce lundi pascal, la foule se presse aux abords de la cathédrale de l’Immaculée Conception.

Un surprenant édifice en bois de fer (imputrescible), bâti sur pilotis, au toit pointu comme celui des rongs, les maisons communautaires des tribus locales. L’œuvre des missionnaires français, venus évangéliser ces peuplades animistes et idolâtres il y a cent cinquante ans. Pour mieux propager leur foi, les soldats du Christ se sont adaptés à leurs ouailles. Dans l’architecture religieuse comme dans la liturgie catholique: servie en plein air par le padre Paulo, la messe est dite en bahnar et en djarai, langues des deux ethnies majoritaires du diocèse.

Des bonnes sœurs en tunique bleue animent le chœur tandis que des jeunes filles aux pieds nus dansent en inclinant les mains, à la façon des apsaras. Avec une foi intacte et touchante, l’assistance reprend à pleins poumons des couplets en dialecte autochtone, d’où n’émerge que l’intraduisible, comme Jérusalem ou alléluia. Une fois l’assistance dispersée, rendez-vous est pris avec le père Paulo. Il connaît tout sur l’implantation des missionnaires chez les Moïs (1).

En revanche, un sourire gêné et des yeux ronds accueillent la question qui nous amène en ces lieux: «Connaissez-vous Marie Ier, qui fut roi des Moïs en 1888?» Non, il ne connaît pas notre héros. Visiblement, le curé est sincère. On ne peut le blâmer de cette lacune. Qui se souvient de l’épopée aussi fulgurante que pathétique de l’aventurier français Marie-Charles David de Mayréna (1842-1890)? Peu de gens, mais ceux qui se sont penchés sur la geste de ce condottiere sont restés captivés, fascinés, envoûtés.

André Malraux, qui l’appelait son «fantôme de gloire», s’en inspira fortement dans La Voie royale (où Perken est son double évident). Il lui consacra ensuite un roman inachevé et intitulé Le Règne du Malin. Surtout, il rêva toujours d’en faire un film qui, s’il avait vu le jour, aurait rejoint dans la légende du septième art L’Homme qui voulut être roi et Apocalypse Now.

Ancien officier chez les spahis, séducteur hors pair et duelliste redouté

Tout commence au printemps 1888 à Saïgon, rue Catinat (rebaptisée Dong Khoi – «soulèvement populaire» – par les communistes, après 1975), quelque part entre les Messageries Maritimes et l’Hôtel Continental.

Dans la moiteur de l’Asie, sur une terrasse de café, un bel homme de forte stature (1,82 m, ce qui est immense pour l’époque), habillé avec recherche sinon dandysme (c’est un admirateur de Barbey d’Aurevilly), sirote une absinthe en échafaudant les plans de sa future expédition, indifférent aux regards explicites que lui jettent les Européennes de la colonie. A 46 ans, Marie-Charles David de Mayréna s’apprête à jouer le coup de sa vie, pourtant déjà bien remplie. Car le gaillard n’est pas un béjaune.

Ex-officier chez les spahis (il a participé à l’annexion de la Cochinchine), familier des Grands Boulevards et des cabarets parisiens, séducteur invétéré, duelliste éprouvé (il a occis un fâcheux à l’épée), affairiste indélicat et journaliste intermittent, il a quitté l’Europe en 1885. Non sans avoir soutiré de l’argent au richissime baron Seillière pour financer une exploration scientifique dans le sultanat d’Aceh, en Indonésie.

Entre-temps, il a débarqué à Saïgon, surnommé le «Paris de l’Orient», gardé le pécule et changé de projet. Son grand dessein: fédérer les ethnies des montagnes, le pays moï, sauvage et hostile. Une mosaïque de peuples rétifs à toute forme de civilisation, qui croient aux esprits de la forêt, vivent de la chasse et passent leur temps à se faire la guerre, notamment pour s’approvisionner en esclaves.

À part quelques intrépides missionnaires installés à Kon Tum, nul Français n’ose s’y aventurer. Trop dangereux, trop insalubre. C’est justement ce qui plaît à Mayréna. Cette absence de fonctionnaires et de militaires lui laisse le champ libre. Une terra incognita dont lui, qui rêve à Cortès et à Pizarre, sera le conquistador.

Outre sa capacité de persuasion, son bagout et son panache, il a de la chance. En effet, le Siam – conseillé par les Anglais et les Prussiens – convoite cet hinterland moï qui lui assurerait le contrôle de la rive orientale du Mékong. Cette perspective inquiète Paris, qui rechigne néanmoins à y envoyer la troupe. Ce serait diplomatiquement explosif.

Aussi, lorsque Mayréna, que les rapports de police présentent comme un trafiquant d’armes et un aigrefin mythomane, a proposé ses offres au gouverneur général d’Indochine, celui-ci a sauté sur l’occasion et lui a donné un feu orange: en cas de succès, la zone passera dans le giron de la France ; en cas d’échec, l’aventurier sera désavoué. Bref, une mission officieuse dont l’administrateur en chef de la colonie n’a pas mesuré les conséquences. Car le sieur Mayréna va réussir au-delà de toute espérance. Ô combien!

Avec une colonne de 80 coolies et 15 tirailleurs annamites, sa congaï de Saïgon – une Vietnamienne qu’il présente comme une princesse chame (2) – et un acolyte douteux dénommé Mercurol, ancien croupier, il va se frayer un chemin à travers la jungle et s’y tailler un royaume. S’appuyant sur les missionnaires catholiques de Kon Tum, il sillonne la brousse à dos d’éléphant, court de rong en rong, palabre pendant des journées, prête le serment de l’alcool de riz (bu en commun dans de grandes jarres avec de longues pailles), défie et défait les réticents ou les mécontents en combat singulier. Sa bravoure n’a d’égale que sa rouerie.

Sous son uniforme de fantaisie – pantalon blanc, dolman bleu aux manches galonnées d’or -, il porte une cotte de mailles sur laquelle les fléchettes au curare viennent se briser. Imprégnés de surnaturel, les Moïs pensent que ce géant barbu, qui ne craint rien ni personne, est un demi-dieu, qui jouit de la protection des génies.

Le royaume de Marie Ier est doté de tous les attributs de la souveraineté

En six mois, son audace et son charisme aboutissent à ce prodige dont toute l’Indochine va bientôt faire des gorges chaudes: Mayréna se fait élire roi des Sédangs (les plus redoutables et les plus belliqueux de tous les Moïs qu’il fédère), sous le nom de Marie Ier. Son énergie est inépuisable.

Il rédige une Constitution (où l’esclavage et le sacrifice humain sont prohibés) et dote son jeune Etat de tous les attributs de souveraineté. Un drapeau azur frappé d’une croix de Malte blanche avec une étoile rouge en son centre. Une devise: «Jamais cédant, toujours s’aidant» (on admirera le jeu de mots avec Sédangs).

The Sedang flag of 1888-1890 and 1997 to present (recently rediscovered).
Source : http://www.sedang.org

Crée une douane, une poste, des timbres, des décorations: l’ordre royal sédang, l’ordre du Mérite sédang et l’ordre de Sainte-Marguerite. Crée une armée de 20.000 hommes équipée de Remington et d’arbalètes, avec laquelle il affronte les insoumis en bataille rangée et aux cris de: «Dieu, France, Sédang!» Du village de Kon Jari, il fait sa «capitale» et instaure une étiquette digne de Versailles.

Sa concubine annamite se voit promue reine des Sédangs ; Mercurol, qui est un peu son Sancho Pança, hérite du titre de marquis d’Hénoui! Ce qui est inouï… Une monarchie d’opérette? Bien sûr. Mais Marie Ier y croit.

A tel point qu’en 1889, il se rend à Paris pour rencontrer le président Sadi Carnot et lui demander en grande pompe de reconnaître le royaume sédang. Marie Ier, en tenue d’apparat, décorations pendantes, jamais en manque d’anecdotes pittoresques, devient la mascotte des salons. Pour survivre (car il est à sec, comme toujours), il vend des titres de propriété ou d’exploitation sur son royaume, des médailles, des baronnies, des duchés et des comtés fantaisistes.

Mais Mayréna agace en haut lieu. Tandis qu’il parade en métropole, l’administration démantèle son royaume en loucedé. Sur ordre de Paris, les envoyés de la République sont venus dans tous les villages moïs afin de récupérer les drapeaux de Marie Ier et les remplacer par des étendards tricolores. Vexé, le monarque déchu tente une ultime parade. Il réussit à convaincre un industriel belge de financer une opération visant à récupérer «ses terres» avec des mercenaires recrutés en Malaisie.

Entreprise qui échoue lamentablement à l’escale de Singapour, où Mayréna apprend du consulat qu’il est interdit de séjour en Indochine. Exilé sur l’île malaise de Tioman, où il collecte des nids d’hirondelle pour les marchands chinois, le roi des Sédangs ne survivra pas à l’affront.

Le 11 novembre 1890, abandonné de tous sauf de son chien, il meurt. Une mort brutale, à l’image de son existence. Morsure de serpent pour les uns, suicide au poison pour les autres. Sic transit gloria mundi.

A Kon Jari, siège de son trône éphémère, nous avons vainement cherché trace de son règne: un souvenir, un témoignage, une relique, un objet. Une arbalète, un carquois, des fléchettes nous auraient suffi. Les armes de la défunte armée de Sa Glorieuse Majesté, en quelque sorte.

Mais des antiquaires fortunés venus de Saïgon en 4 x 4 ont tout racheté cash, nous racontent les villageois. Et dans le rong de Kon Jari, entre un gong de bronze et un crâne de buffle, ce n’est pas le portrait de Marie Ier qui est affiché mais celui d’Hô Chi Minh. Rien, il ne reste rien de Marie-Charles David de Mayréna. Juste un songe évanoui…

(1) Le terme Moï, qui signifie «sauvage» en vietnamien, désigne – indistinctement et péjorativement – les ethnies de la chaîne annamitique: Bahnars, Rhadés, Djarais, Sédangs, M’nongs, etc. Habitants originels de l’Indochine, ils furent progressivement repoussés dans les montagnes par les Viets du Tonkin et d’Annam (qui constituent 86 % de la population actuelle).

(2) Le royaume du Champa, dont les cités sacrées comme My Son rivalisent en beauté avec Angkor, était de religion hindouiste et parlait le sanskrit. Cité par Marco Polo, il fut anéanti au XIVe siècle par l’expansionnisme sino-annamite.

Source : Le Figaro

Marie 1er roi des Sedangs, l’improbable retour

En l’espace de quelques mois, deux ouvrages relatant la vie « extraordinaire » de Marie 1er, le Roi des Sedangs, sont parus. Depuis 1927, avec les premières biographies dressées par Jean Marquet et Maurice Soulié, la figure de cet aventurier iconoclaste continue de nourrir notre imaginaire colonial jusqu’à hanter la littérature d’André Malraux.

Dix ans plus tard, en 1937, Jean Dorsenne publie à son tour Un boulevardier roi des sauvages, roman qui dit-on inspira La Voie royale de Malraux. Le grand écrivain il est vrai avait évoqué ce destin dans ses Anti-mémoires (1967) puis dans un roman inachevé publié après sa mort (Le règne du malin).

Le célèbre roi boulevardier poursuivit sa route dans les années 1980 à travers une nouvelle apparition dans le roman Le Royaume oublié (1986) de Michel Aurillac qui lui est dédié et Gerald C. Hickey, un éminent chercheur américain, spécialiste des populations montagnardes du Centre du Viêt Nam, étudia de près son cas dans Kingdom in the morning mist (1988).

Le personnage de Marie 1er est ainsi devenu célèbre et la parution de ces deux nouvelles biographies va le rendre encore plus populaire (même mon voisin de palier connaît les exploits du brave homme !). Au fil du temps, Marie 1er s’est inscrit dans l’imaginaire colonial français mais en héros décalé du colonialisme gaulois.

Le premier ouvrage, paru chez Perrin, au titre éloquent Marie Ier, le dernier roi français convoque le lecteur à suivre cette aventure épique pour une ultime réhabilitation : « « Fantôme de gloire », selon l’expression d’André Malraux, il n’a cessé d’inspirer les écrivains par son destin hautement romanesque. Né en 1842 dans une famille bourgeoise et bonapartiste, Marie-Charles David de Mayréna fuira toute sa vie les conventions de son époque. C’est cet aventurier que le gouverneur général de l’Indochine envoie secrètement, en 1888, fédérer sous son autorité les ethnies montagnardes et indépendantes de l’hinterland central convoité par l’Angleterre, l’Allemagne et surtout le Siam. Mayréna y réussit au-delà de toute espérance. Elu roi des Sédangs sous le nom de Marie Ier, il établit une constitution, légifère, fait la guerre aux insoumis et quitte sa nouvelle patrie pour aller demander le protectorat de la France. Mais celle-ci choisit de l’évincer du royaume qu’il a créé. A l’issue d’une lutte acharnée, il mourra dans une île malaise en novembre 1890, après avoir échoué à reconquérir son trône de bambou. Faisant la part entre légende et vérité, cette biographie au souffle épique rend enfin justice au dernier roi français ». [présentation de l’éditeur]

Réf. : Antoine Michelland, Marie Ier, le dernier roi français. La conquête d’un aventurier en Indochine, Paris, Librairie Académique Perrin, 2012 / aperçu sur Google Books

Le second, chez L’Harmattan, est intitulé Maris 1er Roi des Sedangs en Indochine : « Cette histoire donne au lecteur l’occasion de se plonger dans le monde disparu de l’Indochine française en redonnant vie à l’aventurier Charles David de Mayréna, né en 1842 à Toulon. Prodigue par nature, marié et père de famille, ce dernier devient roi à 46 ans de l’autre coté de la Terre, à Saigon. Après s’être donné pour mission de convaincre les peuples indépendants de cette région de confier leur futur à la France, il se fera élire roi à titre personnel par ces derniers ». [présentation de l’éditeur]

Réf. : Lionel Lecourt, Marie 1er. Roi des Sédangs en Indochine, Paris, L’Harmattan, 2012.

Les exploits de Marie 1er continuent donc de faire rêver. Le site Belle Indochine qui lui consacre une page illustrée ne cache pas sa fascination : « « Conquérir un royaume » : voilà le rêve fou que Mayréna réussit à mettre en œuvre. Pour moi, cette histoire reste le symbole d’une époque où tout était encore possible, et notamment la conquête de territoires quasi inconnus avec des moyens dérisoires… ». Le personnage a rejoint la liste des souverains éphémères et divers sites farfelus lui rendent hommage avec humour : « Maintenant avec Internet on peut être Roi, ou Princesse en quelques coups de souris et de clavier… Mais avant ce n’était pas si facile, pourtant certains ont essayé… » proclame Majorie 1ère, comtesse d’Artichaud sur son site.

La fascination que continue d’exercer Marie 1er sur les Occidentaux est elle-même fascinante. Est-ce le signe du retour d’une Indochine fantasmée ? Qu’en pensent les premiers intéressés, les Sédangs ?

 

Autres références :

Lire le long CR de lecture de Marcel Ner publié en 1927 dans le BEFEO (en ligne sur Persée).

L’ANAI (Association Nationale des Anciens et Amis de l’Indochine et du Souvenir Indochinois) a consacré une page à Marie 1er sur son site.

Une biographie de Marie-Charles David de Mayréna est en ligne sur Lettres du Mékong.

Le Figaro online dans ses pages culture se lance à la recherche des traces de Marie 1er au Viêt-Nam (voir billet à suivre).

Nicolas Vidal, Les jungles perdues. Regards sur des Montagnards du Laos et du Viêt Nam, sur leurs jungles et sur leur destin, Le Capucin, 2003 / aperçu sur Google book

Gerald C. Hickey, Kingdom in the Morning Mist: Mayrena in the Highlands of Vietnam. Philadelphia: University of Pennsylvania Press, 1988.

Vietnamese Political Studies and Debates on Vietnamese Nationalism – by Tuong Vu

Does a Vietnamese nation exist? Is it an ancient entity, or a modern invention? Is national consciousness to be found only among political elites, or do the masses also hold such sentiments? What is the nature of Vietnamese nationalism: is it a psychological sense of patriotism, an anticolonial ideology, or a quest for political power? What is the Vietnamese national character? What is the relationship between Vietnamese nationalism and communism? This review of the state of Vietnamese political studies (1) in the United States since the 1950s finds that these questions have preoccupied scholars of Vietnamese politics and political history more than any other topic.

Over the last fifty years, the field has undergone two growth spurts, one in the mid 1960s and the other since the mid 1980s. The first took place as the United States deepened its involvement in Vietnam, while the second occurred at the end of the Cold War. At both turning points the fieldexpanded rapidly, both in quantitative and qualitative terms, reflecting the profound impact of political events on scholarship. At the same time, the growth spurts foreshadowed shifts in the substantive debates on the Vietnamese nation and nationalism. In particular, before the mid 1960s debates were implicit and mild in tone. Diverse views existed, but pessimism about the Vietnamese nation and doubts about its unifying power and moral character were pervasive. Despite the belief in the modern origins of nations that was prevalent among social scientists at the time, in Vietnamese Studies only a few believers in Vietnam as an ethnic nation existed. At the same time, some adopted an alternative concept that defined the Vietnamese nationality not along the primordial-modern dimension but as a communal identity to be found at the village level. And as for Vietnamese nationalism, most analysts viewed it as contradicting and being threatened by communism.

As the war escalated and the field experienced its first growth spurt after the mid 1960s, the tone of debate became increasingly combative and its character more polemic. The earlier pessimism was replaced in this new, more sophisticated scholarship by an optimism about the Vietnamese nation. This nation was now seen primarily as an ethnic group whose identity had been shaped over the centuries out of repeated resistance to foreign invasions. There was also a new belief in the possible affinity for and benefit of an alliance between nationalism and communism. Reflecting an important trend in the social sciences and the normative concerns of analysts, Vietnamese nationalism was now conceptualized simply as anticolonialism. Overall, the new scholarship of this period made major contributions to the understanding of Vietnamese politics, but it was also highly partisan—that is, its arguments and evidence were often deployed in not-so-subtle ways to justify certain policy positions. While no scholarship can ever be free of ideological biases, these were more pronounced and sometimes explicitly proclaimed in works written during this period.

Since the early 1980s, as the field gathered steam for a second expansive phase, the debates have become less polemic and ideological. New ways to conceptualize the Vietnamese nation have emerged that challenge earlier thinking. The existence and power of the Vietnamese nation are no longer assumed or denied in a simplistic manner, while the processes by which the nation was created or sustained receive a new scrutiny. In sync with developments in social science theory, the Vietnamese nation is now primarily viewed as a modern social construct or cultural artifact. Vietnamese nationalism is treated not only as resistance to foreign rule but also as a cover for power politics. The affinity between communism and nationalism is rejected. A welcome development is the more direct engagement of Vietnam scholarship of this third period with broad theories in the social sciences. By productively applying these theories to old questions or by using Vietnamese cases to criticize them, current scholarship gives the topic a renewed salience and offers new vistas for future exploration.

This review is organized into three parts, corresponding to the three periods the field has experienced. In each part, I will begin by discussing political events, theoretical trends in the social sciences—especially regarding the study of nations and nationalism—and trends in related fields such as Asian or Southeast Asian Studies. The bulk of each section is devoted to the debates on questions about the Vietnamese nation and nationalism. In the conclusion I will speculate about future trends in the field, which appears to be moving away from these questions. Three areas of potential fruitful research are suggested, including changing Vietnamese loyalties in the era of globalization, the ethnic dimension of the modern Vietnamese nation, and the relationship between nationalism, socialism, and state building in the Democratic Republic of Vietnam (DRV) during the war.

Read more on pdf

Ref. : Journal of Vietnamese Studies 2: 2 (August 2007), pp. 175-230.

Tuong Vu (Visiting Research Fellow, Project on Democracy and Development; September 2011–June 2012). Vu is an associate professor in the Department of Political Science at the University of Oregon.  His research interests include state formation and development, the politics of nationalism, the role of ideology and identity in domestic and international conflicts, and the role of communist ideology in the Vietnamese revolution.  He is the author of Paths to Development in Asia, South Korea, Vietnam, China, and Indonesia (2010) and coeditor of Dynamics of the Cold War in Asia: Ideology, Identity, and Culture (2009). While at Princeton, Vu will work on two projects: a book that examines the role of ideology in the Vietnamese revolution as a case of radical politics in the periphery, and a paper that examines the role of capital and coercion in the formation of modern East Asian states. Ph.D. University of California, Berkeley.

See Tuong Vu profile

Mémoires d’Indochine

L’histoire de la décolonisation de la péninsule indochinoise a le plus souvent été présentée sous l’angle des littératures officielles marquées par le prisme des vainqueurs. Le Viêt-Nam échappe en partie à cette règle car les vaincus (en outre, les Américains et les Vietnamiens exilés de la République du Sud) ont chacun, de leur côté, beaucoup écrit sur leur expérience de la décolonisation et de la guerre. Défaits à Dien Bien Phu, les Français ont eux-mêmes élaboré une mémoire « militaria » de la guerre d’Indochine qui fait encore peu de cas de leurs adversaires ou de leurs alliés indochinois. Les Cambodgiens ont témoigné de leur vécu au Kampuchéa Démocratique. Les témoignages laotiens reviennent sur la douloureuse question de l’exil. Dans ces trois pays indépendants, les ethnies minoritaires ont aussi été bon gré mal gré fortement impliquées dans les conflits de décolonisations en laissant des traces de leurs organisations politico-militaires actives pendant la guerre.

Au Viêt-Nam, à l’appui de nombreuses publications historiques et politiques, les vainqueurs continuent d’affirmer leur légitimité gagnée au prix d’un sacrifice de plus en plus mis à mal par les réalités postcoloniales et d’après-guerre. A côté de la peinture héroïque et hagiographique de la lutte pour l’indépendance, de nouveaux témoignages entendent bousculer les certitudes. Au Cambodge, le procès des Khmers Rouges a ravivé les traumatismes mais aussi refermé une des pages les plus sombres de l’histoire du XXe siècle. Au Laos, les nouvelles réalités locales interpellent les jeunes adultes de la diaspora sur leur mémoire collective, élaborée en exil.

L’objectif de ce carnet de recherche est d’inverser la tendance générale des histoires officielles pour se plonger dans les récits de vie, témoignages et mémoires des acteurs, de réfléchir sur leur contenu explicite ou implicite, de poser un regard critique sur ces écrits, de réintroduire ces sources « marginales » de l’histoire dans la « grande histoire » de ces pays. La décolonisation de l’Indochine et ses suites avec l’avènement douloureux des Etats-nations postcoloniaux (Viêt-Nam, Laos et Cambodge) est donc ici appréhendée à travers la vision originale des témoins et acteurs de ces pays. Il s’agit en quelque sorte de prendre la juste mesure des mémoires, écrites ou orales, pour interroger l’histoire récente de ces trois pays, en particulier de tenter d’élaborer une histoire vue du bas. La décolonisation vue par les locaux qu’ils appartiennent à l’élite ou au petit peuple permet de rééquilibrer l’histoire officielle souvent tronquée et paramétrée pour des soucis de légitimité politique.