Archives par mot-clé : Viêt-Nam

Décès de l’historien Tạ Chí Đại Trường (1935-2016)

[ndlr] Le quotidien Nguoi Viet, depuis la Californie, a annoncé de décès de l’historien vietnamien Tạ Chí Đại Trường à l’âge de 81 ans à Ho Chi Minh-Ville.

Nhà Sử Học Tạ Chí Đại Trường qua đời tại Sài Gòn

WESTMINSTER (NV) – Nhà sử học, nhà nghiên cứu văn hóa Việt Nam, ông Tạ Chí Đại Trường, vừa qua đời tại Sài Gòn, thọ 81 tuổi. Người chị dâu của ông Tạ Chí Đại Trường, là bà Nguyễn Thị Minh Hiền, xác nhận với Người Việt tin này.

Theo bà Minh Hiền, ông Tạ Chí Đại Trường mất vào khoảng từ 4 giờ đến 4:30 sáng ngày 24 tháng Ba (giờ Việt Nam), tại tư gia ở Quận 5 của người anh ruột, là ông Tạ Chí Đông Hải.

Bà Minh Hiền cho biết ông Tạ Chí Đại Trường sinh năm 1935 (nhưng trên giấy tờ ghi 21 tháng Sáu, 1938), tại tỉnh Bình Định. Và vì ông có quốc tịch Hoa Kỳ nên gia đình phải khai báo để cơ quan hữu trách thực hiện khám nghiệm tử thi. Gia đình cho biết người quá cố sẽ được hỏa thiêu tại Việt Nam.

Bác Sĩ Ngô Thế Vinh, tác giả “Vành Đai Xanh” và “Cửu Long Cạn Dòng, Biển Đông Dậy Sóng,” nói với Người Việt: “Tạ Chí Đại Trường là một nhà nghiên cứu sử học quan trọng, không chỉ với miền Nam, mà của cả Việt Nam.”

Theo Wikipedia, tên của ông, Đại Trường, được ghép từ hai địa danh của tỉnh Khánh Hòa là Đại Lãnh và Trường Giang (sông Cái). Ông là con trai Cử Nhân Hán Học Tạ Chương Phùng, một nhà cách mạng hoạt động trong phong trào toàn dân chống Pháp giành độc lập dân tộc thập niên 40 – 50.

Vẫn theo Wikipedia, năm 1964, Tạ Chí Đại Trường tốt nghiệp cao học Sử tại Đại Học Sài Gòn rồi nhập ngũ. Ông phục vụ trong Quân Lực Việt Nam Cộng Hòa từ năm 1964, cấp bực cuối cùng là đại úy. Trong thời gian chiến tranh, Tạ Chí Đại Trường bắt đầu sưu tập tiền cổ và tập trung nghiên cứu về đề tài này. Những bài viết của ông về tiền cổ trong thời gian sau đó được giới nghiên cứu sử học quốc tế đánh giá cao.

Năm 1964, trong thời gian học Cao Học, Tạ Chí Đại Trường cho ra đời một cuốn tiểu luận lịch sử Việt Nam giai đoạn 1771 đến 1802, trong đó ghi lại những sự kiện xoay quanh cuộc nội chiến giữa nhà Tây Sơn và Nguyễn Ánh. Tác phẩm này đoạt giải Văn Chương Toàn Quốc, bộ môn Sử năm 1970 và được nhà xuất bản Văn Sử Địa in thành sách năm 1973 với tựa đề Lịch sử nội chiến ở Việt Nam từ năm 1771 đến 1802.

Wikipedia viết, sau ngày 30 Tháng Tư, 1975, cuốn sách với nội dung đặt lại vấn đề về nhà Tây Sơn đã khiến Tạ Chí Đại Trường gặp nhiều rắc rối. Lịch sử nội chiến bị cho là “hạ thấp Quang Trung, đề cao Gia Long” và bị cấm lưu hành tại Việt Nam trong một thời gian dài và chỉ được in lại trong nước từ cuối thập niên 2000.

Sau năm 1975 ông bị tù “cải tạo” đến năm 1981.

Lire la suite : Nguoi Viet, 23/03/2016.

A lire également sur Mémoires d’Indochine : L’historien Ta Chi Dai Truong récompensé pour l’ensemble de son oeuvre (14/04/2014).

Image “à la une” : montage Dan Lam Bao.

 

Journal of Social Issues in Southeast Asia – Vol. 31/1 (March 2016)

[ndlr] Parution du nouveau numéro de SOJOURN: Journal of Social Issues in Southeast Asia Vol. 31/1 (March 2016), 375 p. Un numéro très intéressant regroupant trois contributions sur le Cambodge, une sur le Myanmar, une sur le Timor oriental et deux sur le Viêt-Nam.

 

SJ31-1Articles :

The Demise of Cambodian Royalism and the Legacy of Sihanouk, by Astrid Norén-Nilsson

Mapping the Srok: The Mimeses of Land Titling in Cambodia, by Courtney Work, Alice Beban

Health Inequalities, Public Sector Involvement and Malaria Control in Cambodia, by Frédéric Bourdier

Painting as Cipher: Censorship of the Visual Arts in Post-1988 Myanmar, by Melissa Carlson

Painting Their Past: The Geração Foun, Street Art and Representing Notions of East Timorese-ness, by Catherine Arthur

Fighting the First Indochina War Again? Catholic Refugees in South Vietnam, 1954–59, by Phi Vân Nguyen

Caodaism in Times of War: Spirits of Struggle and Struggle of Spirits, by Jérémy Jammes

Source : SOJOURN

 

Colloque – Vietnam, nouveau dragon asiatique ? Sénat, vendredi 26 mars 2016

[ndlr] Annonce d’un prochain colloque sur le Viêt-Nam consacré au développement économique et aux entreprises françaises. Information reprise de Cap Vietnam.

Vietnam, nouveau dragon asiatique ?

La France est le premier bailleur européen au Vietnam. Quelques 300 entreprises françaises y sont présentes et la France souhaite renforcer sa place de partenaire économique et commercial privilégié du Vietnam. Business France organise le 25 mars 2016 la présentation du marché vietnamien à Paris.

Le Savez-vous ? – L’économie vietnamienne a connu un important essor économique ces dernières années. Le PIB/habitant est estimé à 2030 USD en 2014. Cette forte croissance est due en grande partie à la “Politique du Renouveau” entreprises par le Gouvernement. Les IDE ont fortement progressé pour atteindre 21,6 Mds USD en 2013.

Vendredi 25 mars 2016

  • 8h00 – Accueil des participants
  • 9h00 à 13h00 – Colloque, Tables Rondes
  • à partir de 14h30 – Rendez-vous individuels

    Sénat – Palais du Luxembourg

Salle Clemenceau

Entrée au 15 rue de Vaugirard, Paris 6ème

(L’accès au Sénat est subordonné à l’inscription préalable au Colloque et à la présentation d’une pièce d’identité)

Métro: ligne 4 Odéon – Ligne 10 Mabillon
RER B Luxembourg
Bus 58, 63, 82, 84, 87
Parcs de stationnement: Place Saint Sulpice et Marché Saint Germain

Programme en ligne : http://export.businessfrance.fr/Galerie/Files/Agenda/Plaquette-Colloque-VIETNAM.pdf

Inscription en ligne : https://app.digitevent.net/fr/colloque-vietnam?version=client

 

L’Asie et la Mer, entre enjeux et conflits – Journée d’études – vendredi 18 mars 2016 – IrASIA

Journée d’études

Vendredi 18/03/2016

9h00 à 17h00

“L’Asie et la Mer, entre enjeux et conflits”

Aix-en-Provence, Site Schuman

Pôle Multimedia, Salle de colloque 2

Programme et affiche (PDF) :

Journée d’études IrAsia 18 mars 2016_Affiche

JE_L'AsieEtLaMer_IrAsia_18-03-2016

Après le XIIe Congrès du PCV : Où va le Viêt Nam ? # 2

Second volet de notre compte-rendu du colloque du 11 mars 2016 sur les suites politiques, sociales et économiques du XIIe Congrès du PCV.

ColloqueVN_FGP_Atelier2
Intervenants du deuxième atelier : M. Bui The Giang, M. Jean-Philippe Eglinger, M. Paul Fromonteil (animateur), Mme Dominique Bari et M. Pierre Journoud © 2016 FG

Deuxième atelier : État des lieux et défis

Le second atelier intitulé « Après le XIIe Congrès du PCV, quoi de neuf ? » débuta avec une bonne demi-heure de retard. L’objectif de cet atelier, animé par Paul Fromonteil de l’AAFV, était de mesurer les problèmes qui se posaient désormais au PCV à l’issue du XIIe congrès de janvier 2016 et après le ralentissement économique dû à la crise mondiale de 2008. L’atelier débuta par le témoignage très intéressant de Dominique Bari, journaliste de L’Humanité, de retour du XIIe Congrès. Après un voyage de presse en novembre 2015, l’envoyée spéciale put couvrir cet événement politique pour le quotidien du PCF. Ne maitrisant pas le vietnamien, elle put néanmoins obtenir des informations importantes sur les différents discours tenus lors du congrès. Cela lui permit aussi d’envisager des réponses à ses questions : était-ce seulement une querelle d’hommes (Nguyễn Tấn Dũng vs Nguyễn Phú Trọng) ? ; rupture ou continuité ? ; état des lieux des réformes ? Sa première grande impression fut que le Congrès se déroulait à une époque charnière, à l’heure des bilans du Ðổi Mới, celle du départ d’une nouvelle phase politique et économique. En particulier, les nombreux accords de libre-échange signés par la RSVN allaient désormais peser sur l’économie vietnamienne. Le congrès fut le lieu d’un grand débat sur l’accord TPP suscitant réticences et attentes. L’accord se révèle lui-même complexe et ambigu et, selon cette journaliste, il s’agit d’un outil politique tout autant qu’économique. Trois sortes de discours sur l’opportunité et le rythme des réformes ont jalonné le congrès.

Dominique Bari & Pierre Journoud © DdM
Mme Dominique Bari, journaliste à L’Humanité et M. Pierre Journoud, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paul-Valéry Montpellier © 2016 DdM

Le premier est un « constat lucide des enjeux » : il se focalise sur les changements internes que vont provoquer les nouveaux accords de partenariat. « Il y aura de la casse ! », lui a-t-on confié, dans ce pays à 70% de ruraux. Les petites entreprises ne sont pas prêtes à affronter l’arrivée massive d’investisseurs mais on est conscient qu’il n’y a pas d’autres choix pour construire le développement du pays. Dans ce processus de transformation, la réforme des institutions, notamment du secteur public, est inévitable pouvant cependant provoquer une « onde de choc » qu’il conviendra de contenir.

Le second discours est « sévère et critique ». On souligne le danger des règles ultra libérales des accords notamment du poids croissant des États-Unis sur l’économie du pays. Certains y voient à terme un danger sur « la souveraineté nationale ». Le poids de la Chine pourrait à ce titre servir de contrepoids au leadership américain. L’inquiétude n’est pas spécifique au Viêt-Nam car l’accord TPP est également contesté au Japon ou en Corée du Sud. Quelques impacts sont soulignés par la journaliste : sur les produits pharmaceutiques, sur l’introduction des OGM (notamment dans la riziculture) avec le retour de Monsanto (!). Les conséquences prévisibles risquent d’être similaires à celles de l’adhésion de la RSVN à l’OMC en 2007 avec une perte du pouvoir d’achat, une forte inflation et des répercutions sur le prix du riz. Le contexte de la croissance démographique et des migrations internes est également rappelé : HCM-Ville se gonfle d’un district supplémentaire chaque année, augmentant le secteur informel et la précarité.

Le troisième discours est un discours favorable à une « libéralisation économique poussée, accompagnée de ses effets politiques ». L’accord TPP prévoit, en effet, la création de syndicats indépendants pour protéger les travailleurs. Il faudra alors définir leur place et leur rôle dans la société vietnamienne. La transition birmane, d’un État autoritaire dirigé par les militaires vers un État démocratique et le multipartisme, est discutée au sein du PCV. Le poids politique, militaire et économique de la Chine est remis en cause et un rapprochement plus net avec les États-Unis est préconisé. Le changement même du nom de l’État communiste et l’abandon pur et simple du marxisme-léninisme, devenu inopérant, sont également à l’ordre du jour de cette faction la plus ouverte du Parti.

Dominique Bari fit remarquer que tous ces débats traversent actuellement la société vietnamienne. Société au sein de laquelle les contradictions se sont aiguisées, société plus hétérogène également où les intérêts des uns et des autres sont souvent divergents. Société jeune également avec 50% de la population de moins de trente ans et enfin, société ultra connectée sur le monde avec 40 millions d’utilisateurs d’internet dont 20 millions de personnes sur Facebook. Tous ces paramètres font que les attentes de la population en termes de transparence, de lutte contre la corruption, d’amélioration du système de santé ou d’éducation sont fortes. La rivalité Nguyễn Tấn Dũng / Nguyễn Phú Trọng cache ainsi des enjeux sociaux et économiques beaucoup plus importants. Le congrès a finalement opté pour le consensus avec un bureau politique rénové (12 nouveaux membres sur 19 dont trois femmes) et la continuité de la politique de réforme. L’agenda et le rythme de cette politique n’est pas encore très clair et pour finir, Dominique Bari s’interroge sur l’accord TPP qui pose de fait la question du développement du système productif vietnamien en toute indépendance (une question déjà soulevée par Patrice Jorland dans son intervention, si les termes « indépendance » dans une économie globalisée et interdépendante à encore un sens).

JP Eglinger © DdM
M. Jean-Philippe Eglinger, ingénieur, chef d’entreprise et enseignant à l’INALCO © 2016 DdM

La communication de Jean-Philippe Eglinger, ingénieur et entrepreneur, s’est concentrée sur des aspects purement économiques. Avec grand réalisme, ce spécialiste des « Entreprises générales vietnamiennes » (sujet de sa thèse de doctorat à l’INALCO où il enseigne) opta pour nous soumettre ses questions et pas de certitudes. En introduction de son exposé, construit sur la littérature officielle qu’il décrypte avec soin et sérieux, étant lui-même vietnamisant, il souligna que si l’intégration du Viêt-Nam au monde marchand était parfaitement réussie, le souci majeur repose désormais plus sur cette nouvelle donne : l’exposition de l’économie vietnamienne et les différentes implications de cette exposition. Le Viêt-Nam fut jusqu’alors relativement préservé (voir par exemple lors de la crise en Asie du Sud-Est en 1997).

Aperçu de la communication de Jean-Philippe Eglinger à la Fondation Gabriel Péri © Viet Phap Stratégies / photos : FG

Un gros travail attend le pays dans le nouveau cadre d’une mondialisation accélérée, source de croissance mais aussi de nécessaires restructurations. L’auteur rappela le déficit de 30 milliards de dollars avec la Chine, soulignant ainsi indirectement une certaine dépendance à prendre en compte. Selon M. Eglinger, le tableau du tissu économique vietnamien reste fragile. Sur 800.000 PME, 400.000 sont inopérantes ou en quasi faillite. A titre d’exemple pour 66 millions d’habitants la France possède 3 millions de PME, une véritable force économique en constante évolution et adaptation. Qu’en sera-t-il pour le Viêt-Nam, comment capter la valeur ajoutée faite au Viêt-Nam ? Telles sont les questions que se posent ce chercheur avisé. A titre d’exemple, pour les téléphones mobiles produits par Samsung au Viêt-Nam, 5% de la valeur ajoutée revient au Viêt-Nam et le reste à l’entreprise coréenne. Ce simple chiffre démontre l’ampleur du travail à accomplir. La délicate restructuration des Entreprises générales (Tổng công ty) et des Conglomérats (Tập đoàn) est au programme des réformes. L’enjeu est d’augmenter la valeur ajoutée vietnamienne en l’intégrant dans la chaîne de valeur globale. Il s’agit de capter cette chaîne de valeur puis de la remonter pour affermir le potentiel économique du Viêt-Nam. Le défi est important d’autant plus que chaque année, 1,5 millions de jeunes entrent sur le marché du travail.

Journoud_DeGaulle&VietnamLe chercheur Pierre Journoud, historien, spécialiste des relations internationales à l’université Paul-Valéry Montpellier, s’est focalisé sur la politique étrangère vietnamienne. Il fit auparavant le constat que la recherche sur le Viêt-Nam était à renforcer en France (constat que je partage ayant fait moi-même remonter cette information auprès du CNRS dans le cadre de notre laboratoire lyonnais). Pierre Journoud a exposé dans les grandes lignes l’origine de la politique étrangère (défense comprise) actuelle en partant du Renouveau de 1986-87. Pour ce chercheur, et il a raison, le Ðổi Mới constitue bien une rupture sur le plan des affaires extérieures. Trois actes illustrent ce processus : la résolution n° 32 en 1986 mène le pays sur la voie de la normalisation des relations avec le Cambodge ; la résolution 13 de 1988 engage la RSVN dans une politique étrangère multidirectionnelle ; enfin, le Congrès de 1991 du PCV, à la suite du règlement cambodgien et de la normalisation des relations avec la Chine, proposa une politique de recentrage diplomatique. Cependant, on observe aussi des continuités : le retour des éléments de la diplomatie des années de guerre (les 3 fronts : politique, militaire, diplomatique) et la préservation d’un équilibre entre la Chine et la Russie. A partir des années 1990, la RSVN se lance dans « une stratégie intégrale ». La fameuse « diplomatie Facebook », visant à acquérir le plus d’amis possibles est mise en route avec succès comme le démontre ce chiffre étonnant : en 1986, la RSVN avait des relations diplomatiques avec 57 États, en 2000, avec 169 États, on passe du simple au triple.

Des priorités sont maintenues comme les « relations spéciales » avec les voisins indochinois (Laos et Cambodge) et les questions stratégiques liées aux différends en Mer de Chine orientale. La diplomatie culturelle et économique se développe mais reste le plus souvent au stade traditionnel d’État à État (on est, il est vrai, assez loin de la puissance du solf power sud-coréen). La multi latéralisation des relations diplomatiques s’exprime avec l’adhésion à l’ASEAN en 1995 que le Viêt-Nam préside en 1998, la fondation de l’ASEM en 1996 dont la RSVN est membre fondateur, le sommet de la Francophonie à Hanoi en 1997, l’entrée dans l’OMC dix ans plus tard et enfin au Conseil de sécurité de l’ONU en 2008-2009 comme membre non permanent. La recherche de l’équilibre entre Washington et Pékin est constante. D’un côté comme de l’autre, il reste des « irritants ». Les États-Unis interpellent régulièrement le Viêt-Nam sur la question des droits de l’homme et la religion et Pékin pratique sur le plan militaire, une politique de fait accompli en Mer de Chine et, sur le plan économique, laisse courir le déficit commercial vietnamien.

Sur le plan de la sécurité militaire, la question qui suscite aujourd’hui le plus d’inquiétude est sans doute celle de la mer de Chine. On observe depuis quelques années une militarisation croissante de la région et la menace chinoise se précise. En 2009, un livre blanc du gouvernement vietnamien faisait état d’un risque de conflit limité. Depuis, le pouvoir vietnamien réactive en matière de polémologie la notion de guerre populaire si un éventuel conflit venait à exploser. En outre, la RSVN modernise son appareil militaire notamment auprès de la Russie. Pour Pierre Journoud, sur le plan diplomatique, le XIIe congrès du PCV s’inscrit dans une continuité évidente. Cependant, il signale avec justesse que les processus de décision revêtent un caractère secret et collectif. La position sur la Chine évolue à petits pas et la marge reste très étroite entre stabilité politique et repositionnement diplomatique. C’est un facteur de risque. Le Viêt-Nam peut-il se permettre de tourner le dos à la Chine ? Certainement pas. Notons que la stratégie de rééquilibrage vers l’Asie préconisée par le Président américain Barack Obama a été bien accueillie par la RSVN. Le maintien de l’équilibre entre les deux premières grandes puissance économiques du monde apparaît comme la solution la plus logique. Selon ce chercheur, si la diplomatie vietnamienne est une réussite incontestable, des efforts peuvent être encore faits en direction des compatriotes de l’étranger, dans un cadre plus général encore à bâtir, celui d’une politique d’authentique réconciliation à l’égard de tous les Vietnamiens patriotes, quels que fussent leurs engagements passés.

Bui The Giang © DdM
M. Bui The Giang, Directeur général de la Direction de l’Europe de l’Ouest et de l’Amérique du Nord, Commission des relations extérieures du Comité central du PCV © 2016 DdM

Dernière intervention de cet atelier, M. Bùi Thế Giang, Directeur général de la Direction de l’Europe de l’Ouest et de l’Amérique du Nord, Commission des relations extérieures du Comité central du PCV, organisa sa communication à deux reprises autour du chiffre 7 (chiffre porte-bonheur chez nous). Dans une allocution enjouée, M. Bùi Thế Giang a confirmé que l’attention portée au XIIe congrès avait été plus importante que d’habitude (chú ý nhiều hơn). Cela s’explique, selon lui, par le déroulement des événements régionaux qu’il n’a pas directement nommé si ma mémoire est bonne (comprenons Mer de Chine orientale, transition birmane et ouverture du marché au sein de l’ASEAN) et l’attente des partenaires étrangers sur le développement du Viêt-Nam. Il rappela fort justement que peu de pays possèdent aujourd’hui une direction communiste dans le monde d’où l’intérêt que pouvait susciter le Congrès. La Chine elle-même avait démontré cet intérêt en soulignant l’importance du Congrès vietnamien et, vu des États-Unis, le secrétaire général du Parti Nguyễn Phú Trọng avait reçu la confiance d’Obama quelques mois auparavant. Le Viêt-Nam était désormais sur une voie nouvelle se résumant par une formule amendée par M. Giang : « peuple riche (dân giàu), pays fort (nước mạnh), engagement (cam kết) et droit (pháp quyền) » comme pour signaler que désormais le Viêt-Nam ne devait manquer la marche de ce progrès vers l’intégration internationale aux fortes implications sociales. Selon lui, les questions économiques et sociales furent d’ailleurs les plus débattues lors du congrès (thảo luận nhiều nhất). La transformation du pays vers l’économie capitaliste était un fait avéré tout comme le doublement de la population vietnamienne depuis 1976.

30NamDoiMoi_1986-2016

M. Bùi Thế Giang dressa ensuite un tableau des réalisations du Ðổi Mới. Il insista sur les 7 grandes réalisations de la politique du Renouveau : la fin de l’isolement et l’ouverture sur le plan diplomatique, la résolution des conflits régionaux, le développement économique et la réduction de la pauvreté, l’intégration internationale, le regard différent porté sur les Vietnamiens d’outre-mer et les nouveaux engagements dessinant les perspectives d’un Viêt-Nam fortement tourné vers l’avenir. Souligner ces indéniables réalisations n’empêcha pas M. Bùi Thế Giang de mettre en avant les faiblesses de ce processus, en particulier sur le plan du développement durable et à travers le pesant facteur chinois (yếu tố Trung Quốc). Il précisa trois autres limites : la compréhension générale de l’évolution qui n’était pas toujours acquise au sein du PCV, l’évolution de la situation internationale également pas toujours comprise et l’intégration économique au monde pas assez forte (ce que devrait corriger le TPP). Sept tâches importantes (nhiệm vụ lớn) attendent le PCV. Faute d’inattention, je n’en ai relevé que cinq (je m’excuse auprès de l’auteur et des lecteurs) : la rénovation de l’éducation (đổi mới giáo dục), une culture avancée (văn hóa tiên tiến), la garantie de la sécurité sociale et alimentaire (bảo đảm an sinh xã hội), l’exploitation mesurées des ressources naturelles, l’esprit d’indépendance (độc lập), d’autonomie (tự chủ), le multilatéralisme (đa phương). En clair, M. Bùi Thế Giang, en sortant un peu du discours officiel, a insisté sur le fait qu’aucun retour en arrière n’était ni possible ni souhaitable et qu’un nouveau Viêt-Nam pouvait émerger si tous ces défis étaient relevés.

La matinée se termina sur cette note encourageante et positive.

François Guillemot, MàJ 17/03/2016.

Image « à la une » : Sur la route de Dong Nai © 2014 FG.

Les portraits des intervenants sont de Dominique de Miscault

Lire la suite : Troisième atelier : le marxisme-léninisme vietnamien questionné

Après le XIIe Congrès du PCV : Où va le Viêt Nam ? # 1

Dans ce long billet que nous découperons en trois parties nous reviendrons sur un colloque plus important qu’il n’y paraît sur l’évolution politique de la République socialiste du Viêt-Nam (RSVN). Le Viêt-Nam est-il à la croisée des chemins, à l’aube d’un changement politique d’envergure ? Que reste-t-il du communisme et vers quel type de capitalisme se dirige ce pays ? Telles étaient les questions qui sous-tendaient ce colloque. Questionner les enjeux du XIIe Congrès du Parti communiste vietnamien est-ce pertinent ? Quid de l’importance de ce Congrès ? S’agissait-il d’un non événement, d’un jeu de dupes pour Occidentaux non avertis ou de signes annonciateurs d’un malaise profond au sein de l’État-Parti ? A travers ce compte-rendu ce billet tente d’y répondre partiellement. Ce CR et les éventuelles erreurs ou interprétations qu’il renferme sont de mon fait et n’engage en rien la Fondation Gabriel Péri, organisatrice, et chaque intervenant peut bien entendu répondre ou apporter des informations complémentaires à celui-ci. Le titre et les intertitres des ateliers sont également de notre responsabilité. Ce billet n’a pas d’autres ambitions que de faire partager les grandes questions soulevées lors de cet événement rare sur un pays passionnant, un peuple qui se réveille et un Parti unique, miné par la corruption et habité par le double langage, en quête de solutions et d’idées nouvelles.

FondationGabrielPéri_Logo

Le 11 mars 2016 à la Maison de la Chimie à Paris, un important colloque était organisé par la fondation Gabriel Péri, fondée par le Parti communiste français (PCF) et reconnue comme un think tank de la gauche depuis 2004. Située dans les beaux quartiers de Paris à proximité de l’Assemblée nationale, la Maison de la Chimie a accueilli ce jour là plus d’une centaine de spectateurs, compagnons de route du Viêt-Nam communiste mais aussi chercheurs en sciences humaines et sociales et activistes sociaux curieux d’en savoir plus sur cette mise au point sur le Viêt-Nam d’aujourd’hui. L’auditoire était tout de même relativement âgé (sexagénaires et plus, présence de la sénatrice Hélène Luc âgée de 84 ans, membre du PCF et fidèle soutien au Viêt-Nam communiste) et finalement très peu de jeunes Vietnamiens1. Une poignée de chercheurs, spécialistes du Viêt-Nam contemporain, quadragénaires ou quinquagénaires, dont les travaux sont connus, étaient également présents (quatre devaient intervenir dans les ateliers). Ce colloque intitulé « Après le 12e congrès du PCV, rupture ou continuité ? » s’articulait autour de trois grandes tables rondes portant respectivement sur « l’originalité de la politique vietnamienne », les suites politiques, économiques et stratégiques du XIIe congrès du Parti communiste vietnamien (PCV) et une question qui pouvait paraître au premier abord un tantinet provocatrice mais qui avait, à mon avis, tout son sens « Le PCV, un parti encore marxiste ? ».

Michel Maso, FGP © DdM
M. Michel Maso, Directeur de la Fondation Gabriel Péri © 2016 DdM

La préparation du colloque, aux dires de Michel Maso, directeur de la fondation Gabriel Péri, fut, dans un esprit constructif, un peu laborieuse. On comprend la gêne des officiels vietnamiens en France, de devoir débattre le plus ouvertement possible des suites du XIIe congrès de leur organisation d’appartenance face au public sur des sujets aussi politiques. Ce n’était guère aisé. Il est vrai que le nom des intervenants vietnamiens est arrivé très tard. La présence vietnamienne officielle a mobilisé deux membres du Conseil des études théoriques du Comité central du PCV et une délégation importante de la Commission centrale des relations extérieures de la RSVN ainsi que des délégués de l’ambassade du Viêt-Nam en France. Mais pusillanime l’affaire fut entendue et les officiels vietnamiens se prêtèrent à ce jeu parfaitement bien organisé. C’est le signe d’une certaine ouverture. Fait également à souligner et dûment rappelé par M. Phạm Xuân Sơn, Premier chef adjoint de la Commission des relations extérieures du Comité central du PCV, lors de son allocution d’ouverture, ce colloque sur les suites du XIIe Congrès est le premier a avoir été organisé de façon publique dans le monde. Honneur donc à la France et la fondation Gabriel Péri d’avoir réussi à mettre sur pied un tel événement. En effet, M. Sơn fit remarquer que si un précédent avait eu lieu sur le même sujet à Moscou, il s’était déroulé à huis clos. Rappelons enfin que ce genre d’événement est habituellement organisé au Sénat et que cela faisait des années, si ma mémoire est bonne, qu’une telle manifestation scientifique sur l’évolution politique sociale et économique du Viêt-Nam n’avait pas été organisée en France.

Pourquoi l’attention du colloque s’est-elle portée sur le XIIe congrès du PCV qui s’est déroulé à Hanoi du 20 au 28 janvier 2016 ? Parce que de l’avis de beaucoup d’experts, celui-ci a revêtu un caractère exceptionnel par la médiatisation dont il a fait l’objet, à travers les communiqués quotidiens officiels mais aussi et surtout à travers les réseaux sociaux et les blogs contestataires (voir notre sélection d’articles en ligne sur le déroulement du XIIe Congrès du PCV). Il a notamment suscité un intérêt particulier pour le combat des chefs et des factions au sein de l’organisation. Le Premier ministre Nguyễn Tân Dũng, donné gagnant pour un mandat de plus au sein du Bureau politique, s’est finalement retiré appliquant la discipline de parti et, fait remarquable, Nguyễn Phú Trọng, le Secrétaire général actuel du PCV a été maintenu dans ces fonctions pour une période provisoire de deux ans. Ainsi, à mi-mandat la direction du Parti devrait être renouvelée.

ColloqueVN_FGP_11mars2016
Aperçu de l’auditoire, Fondation Gabriel Péri © FG

Dans ce compte-rendu, réalisé à partir de mes notes, forcément incomplètes, je présenterai succinctement le contenu des douze interventions qui se sont succédé au cours de la journée. J’accompagne ce texte de quelques commentaires personnels (indiqués en italiques) sur les manques et les enjeux cruciaux qui n’ont pas toujours trouvé de réponses.

Premier atelier : De l’originalité (độc đáo) de la politique vietnamienne

Dans une ambiance chaleureuse et face à une salle pleine, Michel Maso, Directeur de la Fondation Gabriel Péri a ouvert le colloque. Il en a rappelé les enjeux (Pourquoi le XXe Congrès ?) et inscrit ce colloque dans une suite de rencontres et séminaires de travail organisés avec les autorités vietnamiennes. Une première rencontre franco-vietnamienne fut organisée à Paris à l’automne 2013, une seconde à Hanoi en octobre 2015. Ces séances de travail qui se poursuivront dans l’avenir permettent aux deux parties d’échanger et de débattre sur les questions politiques du moment et d’une façon plus générale sur l’évolution du Viêt-Nam dans le cadre des enjeux posés par la mondialisation ou par exemple sur la crise en Mer de Chine. Il fut rappelé dans un second point la spécificité du Viêt-Nam (démographie dynamique, taux de croissance élevé, stabilité politique, nombreux accords et partenariats internationaux, importance en nombre (7 à 8000) des étudiants vietnamiens en France), une spécificité ignorée selon Michel Maso par une grande partie de l’opinion française. Les liens franco-vietnamiens, déjà forts, sont à resserrer et une visite d’État pourrait y contribuer (la dernière en date étant celle de Jacques Chirac au sommet de la Francophonie en 1997). L’objectif principal du colloque selon M. Maso était donc de « faire connaître » au public français cette spécificité vietnamienne et, rajoutons-nous, de la partager.

Pham Xuan Son © DdM
M. Pham Xuan Son, Premier chef adjoint de la Commission des relations extérieures du Comité central du PCV © 2016 DdM

Le Premier chef adjoint de la Commission des relations extérieures du Comité central du PCV, M. Phạm Xuân Sơn, a mis l’accent sur les changements et les défis importants qui se posent au Viêt-Nam d’aujourd’hui : les effets du changement climatique, les relations diplomatiques et économiques au sein de l’ASEAN (l’intégration régionale en marche), les nouveaux accords euro-asiatiques, la guerre en Syrie et son impact géopolitique pour le monde, la question de la Mer de Chine orientale… Il a rappelé les avancées importantes du Viêt-Nam que le pays n’avait jamais connu auparavant (những mới mẻ chưa từng có) mais aussi brandit le danger que représentaient « les complots des forces hostiles » de la révolution (những âm mưu của các thế lực thù dịch) selon la terminologie sécuritaire officielle. Le bilan positif de 30 années de Ðổi Mới (la politique de Renouveau) fut mis en avant ainsi que la nécessité de la compréhension mutuelle (franco-vietnamienne) pour avancer. Donc l’enjeu était de démontrer à la fois l’originalité du Viêt-Nam (độc đáo) et en particulier de mettre en avant les acquis de sa politique de réforme désormais trentenaire, initiée pour rappel en décembre 1986 lors du VIe Congrès du PCV à Hanoi sous l’impulsion de Nguyễn Văn Linh.

Après cette introduction officielle, le premier atelier put démarrer sous la modération de Daniel Cicera, Secrétaire général du Conseil scientifique de la Fondation Gabriel Péri.

Patrice Jorland, ancien diplomate et premier intervenant, abonda dans le sens de l’histoire officielle. Se positionnant comme « un observateur modeste » proposant quelques « considérations générales », il put servir à l’assistance, qui l’avait peut-être oublié, le récit national-communiste vietnamien selon les trois principes de la devise officielle de la RSVN : indépendance, liberté, bonheur. Or, le sait-on cette devise prend sa source dans le triple démisme chinois de Sun Yat-sen, étudié et traduit par Ho Chi Minh lorsqu’il était en prison mais aussi et surtout utilisé par le Parti National du Viêt-Nam, le VNQDÐ concurrent malheureux du communisme vietnamien. Fermons la parenthèse. L’indépendance nationale ne pouvait se concevoir sans l’unité territoriale, la liberté devait libérer le peuple de l’oppression coloniale, de l’ignorance et de la pauvreté et ces deux choses acquises, il n’y avait plus qu’à s’occuper du bonheur du peuple. Patrice Jorland continua sur les rapports État/population, Viêt-Nam ancien/pouvoir royal en insistant sur le fait que sous la colonisation le sous-développement du pays s’est structuré. Les échanges seraient restés « verticaux » et malgré l’introduction d’éléments de modernisation, l’industrialisation globalement entravée. La restauration de l’État national le 2 septembre 1945 permettait de sortir du sous-développement. Mais la longue guerre que connaît le pays pendant trente ans, suivie de l’embargo américain, empêche de nouveau le développement. Les pertes humaines (estimées à 3 millions), les destructions matérielles considérables sont convoquées pour expliquer les difficultés d’alors, la guerre américaine n’ayant engendré qu’une atrophie des centres urbains sans réelle production économique.

ColloqueVN_FGP_Atelier1
Intervenants du Premier atelier : M. Phan Xuan Son, Sylvie Fanchette, Daniel Cicera, Claude Blanchemaison et Patrice Jorland © FG

Le Ðổi Mới de décembre 1986 arriva à point pour rectifier le tir. Pour Patrice Jorland, le Ðổi Mới n’est pas rupture mais une continuité car il vise à « construire une économie nationale au service du peuple ». L’État « maître des horloges » s’appuie sur la planification dont l’objectif honorable est la construction un système productif solide et indépendant. L’industrialisation est poursuivie tout comme la modernisation de l’agriculture paysanne et le renforcement du marché intérieur. Ainsi, il y aurait une forme de continuité des expériences antérieures. Le retour de la paix depuis le milieu des années 1990 a permis une remise en perspective régionale. La question que se pose Patrice Jorland en conclusion est la suivante « Le Viêt-Nam pourra-t-il construire un véritable système productif » dans le contexte de la mondialisation avec un horizon à 2030 ?

Ce récit national pourrait convaincre le lecteur non informé et figé dans la grille de lecture des années 1980, si le Viêt-Nam n’avait connu qu’une guerre contre l’envahisseur américain. Mais chacun le sait, la déchirure fut nationale, sur le plan étatique et militaire, à travers une atroce guerre civile, et sur le plan économique avec la confrontation de deux modèles de développement. Jamais les réalisations de la République du Viêt-Nam ne sont prises en compte pour expliquer le tournant de 1986. Or aujourd’hui chacun le sait, le Sud capitaliste a fait figure d’avant-garde et de modèle pour les années du Ðổi Mới. Sans l’expérience sudiste, l’économie vietnamienne n’aurait pu reprendre quelques vieilles habitudes et réactiver des réseaux marchands ou diplomatiques. Le gouvernement vietnamien bien avisé fit appel d’une part à d’anciens spécialistes de l’économie sud-vietnamienne2 et d’autre part, à Lee Kuan Yew architecte du modèle singapourien3. Autrement dit, le développement du Sud en 1955 et 1975, constituait une expérience unique pour amorcer le nouveau départ de l’économie.

Blanchemaison et Jorland © DdM
MM. Claude Blanchemaison et Patrice Jorland © 2016 DdM

L’intervention de Claude Blanchemaison, ancien ambassadeur de France au Viêt-Nam (1989-1993), fut plus réaliste. Il fut rappelé avec justesse que le Viêt-Nam était l’un des pays d’Asie qui avait conclu le plus grand nombre d’accords de libre-échange. De ce fait, le pays était désormais entré de plein pied dans la mondialisation. Cependant, faisait-il remarquer, l’accord de partenariat de 2012 signé avec l’Union Européenne (UE) n’est toujours pas ratifié alors que l’UE prise dans son ensemble constitue aujourd’hui le 3e fournisseur du Viêt-Nam derrière la Chine et les États-Unis. Cette place avantageuse présente néanmoins un sérieux déséquilibre car le Viêt-Nam n’est que le 39e client de l’UE. Il a été rappelé l’importance de l’accord TPP (Accord de partenariat transpacifique) signé avec les États-Unis et dix autres partenaires. Celui-ci porte sur le commerce, les services, les investissements et présentent des dispositions sur les normes contrairement à l’accord signé avec l’UE. En clair, le TPP apparaît comme un accord orienté plutôt contraignant et profitant aux États-Unis. Des doutes subsistent quant à sa ratification par tous les partenaires notamment le Japon. Cependant, de nombreux experts économiques estiment que l’accord TPP bénéficierait principalement au Viêt-Nam. La croissance du pays est en effet estimée à plus de 20% pour les dix prochaines années. M. Blanchemaison rappela que si la Chine ne faisait pas partie du TPP (les règles de l’accord ne furent pas définies par la Chine), le Viêt-Nam possédait déjà un accord global avec son grand voisin du nord. Les liens entre les deux partis communistes sont renforcés, des partenariats touchent de nombreux domaines comme la finance, le commerce, les investissements, la politique extérieure. A terme, on estime le volume des échanges avec la Chine à 500 milliards de dollars. Ce tableau ne doit pas faire oublier la lourde dette de la RSVN vis-à-vis de Pékin. En conclusion de ce survol, l’ambassadeur a donc insisté sur le fait que le Viêt-Nam était pris dans une série d’engagements et d’accords « nouvelle génération » exposant son économie.

Blanchemaison_MarseillaiseGalGiapLa seconde question posée « Comment en est-on arrivé là ? » a trouvé sa réponse dans le facteur clé de la politique extérieure du Viêt-Nam. Cette dernière qualifiée du terme peu flatteur (à mon sens, et sans doute peu apprécié des Vietnamiens) de « Facebook diplomatique » permet de comprendre le besoin pour la RSVN d’investir rapidement et massivement un réseau pluriel et diversifié dans le domaine des relations extérieures. Le Viêt-Nam n’a pas d’ennemis, ni de contraintes en la matière. L’ancien ambassadeur s’est ensuite prêté au jeu des souvenirs personnels en évoquant cette période clé entre le printemps 1989 et le printemps 1993 pendant laquelle il vécut et travailla à Hanoi. D’un pays marqué par la guerre en 1989, il put témoigner de la transformation du pays jusqu’en 1993, l’année 1989 constituant une « année charnière géopolitique » (massacre de la place Tien An Men, chute du mur de Berlin mais aussi bicentenaire de la Révolution française). Pour illustrer ce changement majeur dans les relations franco-vietnamiennes l’ancien ambassadeur raconta en deux mots la contribution du général Võ Nguyên Giáp lors de la cérémonie du 14 juillet 1989 à l’ambassade de France (cet événement a fait l’objet d’un petit livre paru en 2013). Le général Giáp lança un appel à la coopération entre les deux pays à travers un message triple : valeurs communes en partage / tourner la page d’un lourd passé / s’ouvrir au monde. On connaît la suite, le désengagement des forces armées vietnamiennes du Cambodge aboutissant à la conférence de Paris, le voyage officiel de François Mitterrand en 1993 (la première visite d’un chef d’État français depuis la guerre) et l’adhésion à l’ASEAN en 1995. Les échanges franco-vietnamiens se sont révélés fructueux sur la question des réformes : fonction publique, lois commerciales, gestion (Maison du droit à Hanoi, Centre franco-vietnamien de gestion, etc.). Depuis cette époque, les efforts sont manifestes jusqu’à la signature du partenariat stratégique en septembre 2013. Cependant, la concurrence sera désormais « féroce » sur le marché vietnamien et le partenariat stratégique doit être nourri au risque de faire figure de coquille vide.

Sylvie Fanchette © DdM
Sylvie Fanchette, géographe, chargée de recherche HDR à l’Institut de Recherche pour le Développement © 2016 DdM

Sylvie Fanchette, géographe, chercheuse à l’IRD, illustra la première intervention académique du colloque à travers une communication intitulée « Rapports État-paysannerie et enjeux fonciers au Viêt-Nam ». Elle présenta, PowerPoint à l’appui, un tableau très complet de la situation foncière dans le pays, en particulier à travers l’exemple de ce qui est devenu aujourd’hui le « grand Hanoi ». Son exposé très détaillé, clair et précis fit sensation. Basé sur une solide expérience de terrain, elle a rappelé le contexte juridique (loi foncière de 2013), les spécificités vietnamiennes sur la terre, propriété de l’État et dont la gestion est déléguée aux Comités populaires des provinces avec de grandes disparités. Elle a souligné le contexte vietnamien d’une société pluriactive qui s’adapte plus facilement aux changements brusques et en amortit le coût social. La loi foncière de 2013 a été promulguée justement pour permettre de clarifier le processus de libération des terres au profit des grands groupes d’investissement immobilier. La question de la privatisation ou non des terres a été âprement discutée au sein du PCV mais le statu quo du contrôle de l’État socialiste est maintenu. Si la propriété privée comme nous l’entendons en Occident n’existe pas formellement, la gestion et l’occupation des terres sur des décennies est facilitée à travers des systèmes de baux variables (20 ans, 30 ans, 50 ans, 90 ans). Le système est donc hybride conservant des éléments de gestion collective socialiste et dans les faits une privatisation acceptée.

Fanchette_HanoiFutureMétropole_couv.

Ce système doit en principe permettre le contrôle des investisseurs mais la corruption joue un rôle qui pèse sur les décisions. On assiste aujourd’hui, avec l’intervention de nouveaux acteurs économiques (entreprises para-publiques), à la complexification des expropriations et des dérives dans des « projets fantômes » (voir les diapositives ci-dessous). Ces expropriations engendrent souvent des situations illégales persistantes qui sont réglées au coup par coup au niveau local. Ces dernières années l’ampleur de la contestation paysanne n’a fait que croître. Sur 120.000 plaintes par an (forme locale de l’espace démocratique) 70% sont relatives au foncier. Pour contenir la colère populaire, le pouvoir réagit le plus souvent avec pragmatisme. C’est cette forme « d’autoritarisme négocié », souligne Sylvie Fanchette, qui permet à l’État communiste de gérer au quotidien la question foncière. L’« accomodating state » socialiste doit de fait reculer devant la réalité de la contestation populaire, ce que les chercheurs nomment le « everyday politics » (Cf. Benedict J. Kerkvliet, 2005) et que Syvie Fanchette appelle « la résistance de tous les jours » (« everyday resistance ») illustrant bien une certaine originalité du système. La communication très appréciée de Sylvie Fanchette suscita de nombreuses questions de la part de l’auditoire.

Aperçu de la communication de Sylvie Fanchette (extraits) © S. Fanchette, photos : FG

L’intervenant suivant, M. Phan Xuân Sơn (à ne pas confondre avec M. Phạm Xuân Sơn le Premier chef adjoint qui avait ouvert le colloque du côté vietnamien), présenta une communication sur « Le caractère original de la politique vietnamienne contemporaine ». Ce membre du Conseil des études théoriques du Comité central du PCV tenta d’expliquer les raisons de la pérennité du PCV (Vì sao ÐCSVN tồn tại như vậy ?). Pour y répondre, il résuma son approche à deux crises majeures de l’histoire politique du pays. La première intervient en 1930, donc sous la période coloniale avec l’échec des mouvements patriotiques avant 1930, dixit avant la fondation du PCV. C’est un discours maintes fois entendu, le VNQDÐ a échoué car il n’était pas armé de la doctrine marxiste-léniniste qui, pour l’heure, n’était pas encore présentée comme un « socialisme scientifique ».

Phan Xuan Son © DdM
M. Phan Xuan Son de l’Académie nationale de politique Ho Chi Minh, membre du Conseil des études théoriques du Comité central du PCV © 2016 DdM

Le second point d’ancrage ou « crise », selon l’intervenant est la date de 1975, celle qui marque la chute de Saigon menant à la réunification du pays. La guerre menée au Cambodge est justifiée pour « protéger la nation vietnamienne » et il faudra attendre 1986 pour qu’une « grandiose autocritique » (tự phê bình vĩ đại) ait lieu, marquant l’avènement du Ðổi Mới. L’auteur reconnaît qu’il fallut dix ans pour le pouvoir communiste pour comprendre les réalités de l’intégration internationale. Tout ceci put aboutir aujourd’hui, selon M. Sơn, à la construction d’une « démocratie » (entendons ici « populaire » ou « socialiste ») et d’un État de droit « socialiste ». Selon cet auteur la RSVN est régie selon les trois principes suivants : le Parti dirige (Ðảng lãnh đạo), l’État gère (Nhà nước quản lý) et le Peuple est souverain (Nhân dân làm chủ). Parti, État, Peuple, nous sommes bien dans la configuration d’un État dirigé par un parti unique dans le cadre du centralisme démocratique comme le stipule la constitution de ce pays. La dimension originale de ce système, si ce n’est qu’il se maintient dans une économie capitaliste mondialisée, reste à démontrer. Une intervenante vietnamienne au moment des questions de la salle fit remarquer que la « démocratie » (dân chủ) présentée par l’auteur dans son intervention n’était en réalité que la confiscation du pouvoir du peuple par le parti (đảng trị). On ne pouvait être plus clair, d’ailleurs cette assertion ne reçut pas de commentaires de la part des Vietnamiens.

QuestionPublic © DdM
Question d’une auditrice : dân chủ ou đảng trị ? © 2016 DdM

Dans la série des questions réponses sur les divisions du pays, Patrice Jorland rappela que le Viêt-Nam était un pays fortement décentralisé, avec la prégnance des facteurs locaux. La guerre fut elle-même conduite de façon décentralisée. C’est une donnée qui perdure. Le pays ne présente pas qu’une facette nord/sud mais une grande diversité régionale et ethnique. Il convient pour le PCV d’articuler le développement des basses terres avec celui des moyennes et hautes terres habitées par les ethnies minoritaires. Ce petit rappel de géographie sociale n’était pas inutile pour un auditeur de la salle qui avait toujours en tête le 17e Parallèle et la division nord-sud de la période de la guerre.

Pour clore ce premier atelier de la matinée (de 9h45 à 13h30), nous retiendrons que l’originalité la plus forte qui se distingue des interventions au sein de ce système d’État-Parti est incarnée par le rôle du peuple vietnamien, un rôle majeur souligné par Sylvie Fanchette dans la résistance quotidienne face à l’arbitraire dans un triptyque bien rodé « décisions du Parti/contestations du peuple/négociations et recul si nécessaire ». J’ajouterai que l’originalité du système vietnamien repose aussi beaucoup sur une « approche pragmatique », permettant à la fois de préserver la face du Parti et d’endiguer une contestation populaire d’envergure qui pourrait s’organiser sur le modèle des « révolutions citoyennes », ce que redoutent le plus les autorités actuelles.

François Guillemot, MàJ 17/03/2016.

Lire la suite : Deuxième atelier : État des lieux et défis

Image “à la une” : Saigon au crépuscule © 2014 FG.

Les portraits des intervenants sont de Dominique de Miscault

Notes

  1. Je modère ce propos sur l’auditoire plutôt âgé car un intervenant m’a signalé qu’il y avait aussi en fond de salle une poignée de jeunes, Vietnamiens ou Français d’origine vietnamienne, et, plus près des premiers rangs, quelques compagnons de l’ancien régime sud-vietnamien []
  2. Par exemple à l’économiste Nguyễn Xuân Oánh (1921-2003), par deux fois Premier ministre de la République du Viêt-Nam pendant la période troublée de 1964 et 1965 puis conseiller économique de Nguyễn Văn Linh (1915-1998) l’ancien Secrétaire général du PCV, et du Premier ministre Võ Văn Kiệt (1922-2008) []
  3. Voir ce qu’il dit du pouvoir vietnamien dans ses mémoires sur son expérience de conseiller spécial auprès de Hanoi []

David Lan Pham : Two hamlets in Nam Bo – CR de lecture par Camille Le Guilloux

CR de lecture de Camille Le Guilloux : David Lan Pham, Two hamlets in Nam Bo. Memoirs of life in Viet Nam through Japanese occupation, the French and Americans wars, and Communist rule, 1940-1986, Jefferson, NC, & London, McFarland, 2000, 299 p.

DavidLanPham_TwoHamletsInNamBoCet ouvrage, publié en 2000, est une autobiographie relatant la vie de David Lan Pham, de son vrai nom Pham Dinh Lan. Il naît en 1940, à Thu Dau Mot dans le sud du Vietnam, lors de l’occupation de l’Indochine par le Japon. Il est diplômé de l’Université de Saigon et a enseigné l’histoire et les langues. Par ailleurs, il a pris part à la vie culturelle du Sud-Vietnam avant 1975 et a été entre autres Secrétaire général des enseignants vietnamiens de l’Association des Enseignants d’Histoire et de Géographie et secrétaire général de l’Association de la Bibliothèque nationale vietnamienne. Il vit actuellement aux États-Unis, à Toledo, où il travaille auprès des réfugiés et rédige des ouvrages concernant le Vietnam.

Jusqu’à son départ en 1985, il est le témoin direct de l’occupation japonaise, de la guerre d’Indochine, de la guerre du Vietnam puis de la paix sous le régime communiste. Au travers de son ouvrage, il rend compte de la vie sociale et politique tourmentée du Vietnam pendant quatre décennies. En partant de deux petits villages, Binh Chuan et Tuy An, de la région du Sud-Est (Dông Nam Bô), dans lesquels il a grandi, l’auteur nous apprend comment les Vietnamiens ont survécu et se sont adaptés aux guerres et aux différents régimes. Il mêle les faits historiques, ses analyses politiques, le récit de sa propre vie et des anecdotes de la vie quotidienne pour dresser le portrait de la population vietnamienne.

1940-1954 : Occupation japonaise, domination française, répression Viêt-Minh

L’ouvrage s’ouvre sur une description des deux villages dans les années 1940 : Tuy An et Binh Chuan. Tuy An est un village fondé par l’arrière-grand-père de l’auteur. L’agriculture y est peu développée, c’est pourquoi les villageois doivent étudier pour s’en sortir. Beaucoup parlent le français. Par rapport à Tuy An, Binh Chuan est plus rural, les villageois sont majoritairement des fermiers. Selon l’auteur, le destin de ces deux villages est représentatif de ce qui se passe dans le reste du pays. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Binh Chuan n’a pas été dévasté, mais les villageois ont souffert de la faim et du manque de produits de première nécessité. En effet, suite à la défaite française contre l’Allemagne en 1940, les Japonais pénètrent en Indochine. Les soldats japonais atteignent Binh Chuan où ils battent les villageois et les forcent à faire des corvées. Après la guerre, les personnes ayant accompli ces corvées sont accusées de collaborer avec les Japonais : c’est le premier témoignage de l’atmosphère de suspicion et d’accusations mutuelles qui va régner par la suite au Vietnam. Cependant, l’auteur fait partie d’une famille plutôt riche et respectée, et a relativement peu souffert de la guerre. La violence de l’occupation japonaise est même peu relatée. David Lan Pham souligne par ailleurs l’absence de problèmes majeurs entre les villageois (comme le vol) et met au contraire l’accent sur la solidarité qui régnait entre eux.

Cependant, cette époque décrite par l’auteur comme une « peaceful life in wartime » se termine avec la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le 9 mars 1945, les occupants japonais attaquent l’administration et les garnisons françaises qu’ils avaient laissées en place. L’opération Meigo signe la fin du protectorat français sur l’Indochine. C’est un grand bouleversement dans la vie de l’auteur, car son père, professeur employé par l’administration française, perd son emploi. La famille déménage ensuite à Tuy An pour que l’auteur ait accès à une meilleure éducation. Suite à la capitulation japonaise et à la « révolution d’août » menée par le Viêt Minh, Ho Chi Minh déclare le 2 septembre 1945 l’indépendance du Vietnam et la création de la République Démocratique du Vietnam, dont il est le président. Si la majorité des Vietnamiens dans l’entourage de l’auteur se réjouissent de l’indépendance, son père au contraire reste sceptique et peu perméable aux arguments des partisans du Viêt Minh qu’il doit accueillir chez lui. Il faisait partie des gens peu impliqués en politique et dubitatifs face à l’emploi du terme « démocratie » pour expliquer les bains de sang perpétrés par les révolutionnaires. Pour cette raison, il est surveillé par la police du Viêt Minh.

BaoCongAnMoi1946
“Sécurité publique nouvelle”, le journal de la police relatant la répression des opposants en 1946 © DR

A partir de 1946, l’armée française tente de reconquérir l’Indochine. L’avancée des troupes est violente : Tuy An est détruit. Le climat de suspicion est alors à son comble : la police du Viêt Minh accuse le père de travailler pour les Français. Les Français finissent par s’emparer de Tuy An, et tuent les membres du Viêt Minh, dont l’oncle de l’auteur. Par extension, les Français accusent le père d’être Viêt Minh et l’emprisonnent à Laithieu, tandis que la mère et les frères sont menacés par le Viêt Minh qui accuse toujours le père de collaborer avec les Français. L’auteur retourne alors à Binh Chuan auprès de sa grand-mère. Ce que vit la famille de l’auteur reflète le quotidien des Vietnamiens : le jour, les Vietnamiens sont persécutés par les Français, qui les soupçonnent d’appartenir au Viêt Minh. La nuit, les personnes relâchées par les Français sont interrogées par le Viêt Minh, qui les voit comme des collaborateurs. Finalement, le père de l’auteur est relâché par les Français, et devient professeur à Laithieu. C’est donc dans cette ville, contrôlée par les Français, que la famille de l’auteur est réunifiée. Le jeune auteur y est témoin de nombreux massacres de prisonniers par les Français. Les corps sont jetés dans la rivière. Le fort ressentiment de l’auteur à l’égard de la domination française sur son pays le pousse en 1950 – il a alors 10 ans – à essayer de rejoindre le Viêt Minh pour la combattre. Il se rend alors à Binh Chuan, qui est contrôlé par le Viêt Minh, mais il est renvoyé à Laithieu par sa grand-mère. En raison de ce voyage de deux jours à peine, ces parents sont inquiétés par l’administration française qui les soupçonne d’accointance avec le Viêt Minh. L’auteur lui-même est interrogé et échappe de peu à la torture.

1955-1975 : Guerre froide et « Bloody war »

1954 signe la défaite de la France et marque la fin de la guerre d’Indochine. La Conférence de Genève convient du cessez-le-feu et de l’armistice entre l’armée française et la République démocratique du Vietnam. Le pays est séparé en deux au niveau du 17e Parallèle. L’auteur vit alors à Saigon pour ses études, il a 14 ans. La vie dans le Vietnam du Sud est relativement paisible, malgré la corruption et les vices (opium, jeux, maisons closes…). La République du Vietnam au Sud est créée en 1955 : elle est soutenue par les Etats-Unis car elle est anticommuniste. De 1955 jusqu’à son assassinat en 1963, Ngo Dinh Diem en est le président. Les services secrets du régime nationaliste menacent les partisans du Viêt Minh du Vietnam du Sud restés sur place, mais aussi les intellectuels ou autres individus critiquant le président. Lorsque l’auteur commence à enseigner l’histoire et la géographie, il doit donc faire attention de ne rien dire à l’encontre des politiques du gouvernement. David Lan Pham a une opinion politique particulière : il ne soutient ni le régime communiste du nord-Vietnam ni pleinement la République du Vietnam au Sud. Il représente une troisième voie, celle en faveur de l’indépendance et de la démocratie incarnée, par exemple, par le Tan Dai Viet de Nguyen Ngoc Huy. Or le gouvernement de Saigon échoue à installer une véritable démocratie.

DividedVietnamMap

La guerre du Vietnam succède à la guerre d’Indochine. En 1965, les troupes américaines débarquent au Vietnam du Sud pour aider la République du Vietnam à repousser l’expansion des communistes. Dans les années 1960, la culture américaine prend le pas sur la culture française et s’affiche dans les grandes villes du Sud. Le confort y augmente aussi, grâce à la diffusion des frigidaires, de la climatisation, de la télévision ou encore des scooters, signes de modernité. L’auteur retourne vivre à Laithieu après son mariage. Pendant longtemps, Saigon n’est pas touchée directement par la guerre. Cependant, pendant les années de guerre, les Vietnam du Nord et du Sud s’appauvrissent et sont de plus en plus dépendants de l’aide extérieure. Après les accords de paix de Paris en 1973, les États-Unis retirent leurs troupes. Les Vietnamiens du Sud combattent donc par eux-mêmes le Viêt Công et les troupes nord-vietnamiennes jusqu’à la capitulation du gouvernement de Saigon en 1975. Pour faire face à la violence de la guerre, les Vietnamiens se réfugient dans le vaudou et les horoscopes.

1975-1986 : De la « paix communiste » au départ en mer

Si l’année 1975 apporte enfin la paix au Vietnam, elle représente une rupture définitive pour l’auteur : « April 30 [1975] marked a big change in my life. Unpredictably, it separated me from my country forever ». A 35 ans, il se retrouve dans la même situation que son père en 1945 : il est forcé de quitter sa place de professeur lorsque le gouvernement de Saigon tombe aux mains du Vietnam du Nord, car un de ses collègues l’accuse d’être contre-révolutionnaire. Les officiers, les hommes politiques ou encore les professeurs sont envoyés dans des camps de rééducation. L’auteur y échappe, bien qu’il soit surveillé de près par les bo doi. La police locale cherche à prouver qu’il est « réactionnaire » dans le but de le mettre en prison. Elle vient l’interroger une à deux fois par mois, fouille sa maison et lui confisque ses biens. L’auteur détruit lui-même certains de ses livres et sa machine à écrire. Il a évité la prison grâce aux témoignages bienveillants de ses voisins et de sa famille. Certainement aussi parce qu’il impressionnait les membres du parti communiste venant l’interroger – dont il souligne à plusieurs reprises le manque d’éducation. Sa situation se répercute sur sa famille : ses enfants ne peuvent pas être membres des jeunesses communistes, ou continuer leurs études, parce qu’il est surveillé par la police.

DavidLanPham_StudentIDcard
Carte d’étudiant de David Lan Pham, Faculté de Lettres de Saigon, 1966 © McFarland

Pour faire face à l’appauvrissement de sa famille, l’auteur se met à pratiquer l’acupuncture pour soigner les gens autour de lui. Il tente de faire des plantations à Tuy An, mais on lui vole toutes ses récoltes. Il enseigne ensuite les langues, mais cela est politiquement dangereux : cela encouragerait les gens à fuir le Vietnam. L’auteur se tourne vers la religion à mesure qu’il s’affaiblit physiquement (ce qui peut expliquer les passages mystiques de l’ouvrage). La malnutrition touche toute la population, à l’exception des cadres du parti communiste, qui ont accès aux soins et à la nourriture. Les vols de nourriture sont fréquents, ainsi que de tous les autres biens de première nécessité. Si la pauvreté et la malnutrition étaient compréhensibles en temps de guerre, ce n’est plus le cas pendant la paix. Cependant, les Vietnamiens s’adaptent. D’après une connaissance de l’auteur, il n’y a que deux solutions : ou l’on travaille pour le gouvernement communiste, ou l’on part. Le départ du pays devient le sujet de conversation principal au sud du Vietnam pendant les années 1970 et 1980. Dans un premier temps, l’auteur se refuse à quitter son pays : il n’a pas assez d’argent pour partir et ne veut pas vivre dans un autre pays. Il vit donc 10 ans sous le régime communiste. Alors qu’il envisage de faire partir son fils aîné, il est convaincu par sa belle-sœur de partir avec lui et son frère.

DavidLanPhan_BoatPeople
Photo prise le 29 mai 1985, lorsque l’auteur (en bas à droite, avec le sac) est secouru par le Jean Charcot après 2 jours de dérive en mer de Chine méridionale © Philippe Théard / McFarland

Ils partent du Vietnam en bateau le 27 mai 1985. L’auteur a alors 45 ans. Le voyage est très éprouvant : ils peuvent à peine bouger dans le navire, ils suffoquent, la nourriture vient à manquer… Le 29 mai, leur bateau est secouru par le Jean Charcot, un navire de Médecins du Monde. Ils passent ensuite plusieurs mois dans un camp de réfugiés aux Philippines. La vie y est assez paisible. Ils partent le 27 janvier 1986 pour Toledo, Ohio, où leur famille les rejoindra. Le livre se termine sur quelques extraits de poèmes de l’auteur, exprimant sa nostalgie du Vietnam.

Une mémoire critique

David Lan Pham écrit ses mémoires en 2000, soit 14 ans après son arrivée aux États-Unis : ce sont des mémoires reconstruites. L’ouvrage aborde un grand nombre de sujets assez librement. Si le style est clair et aisé à lire, il est cependant parfois difficile de suivre l’auteur. En effet, si ses réflexions sur les faits historiques s’appuient sur beaucoup de noms et de dates, il n’en va pas de même lorsqu’il aborde les faits personnels. Il ne donne pas le nom des gens qu’il rencontre et très peu de dates. L’auteur fait parfois des prolepses et des analepses qui peuvent éventuellement amener le lecteur à faire des erreurs d’interprétation.

En dépit de cette difficulté, l’ouvrage est extrêmement bien documenté : les faits historiques sont clairement expliqués et l’auteur rapporte les trajectoires des nombreuses personnes qu’il a rencontrées. Au fil de l’ouvrage, la vie sociale et culturelle des Vietnamiens est décrite avec soin. Il est facile de supposer un travail actif de recherche d’informations, toutefois l’ouvrage ne dispose pas de bibliographie et l’auteur ne mentionne pas la manière dont il a récolté ces témoignages – avant ou après son départ ? Qui lui a fourni les dialogues datant de sa petite enfance ? -, ce qui peut laisser le lecteur sur sa faim. Enfin, la liberté d’esprit de l’auteur est très appréciable : il ne prend le parti d’aucun gouvernement au pouvoir. Il reste au contraire sceptique et critique.

Camille Le Guilloux, promotion ASIOC 2015-2016.

 

Bibliographie complémentaire :

  • David Lan Pham (2004), International Politico – Cultural Influences on Vietnam in the 20th Century, États-Unis, Xlibris, 256 p.
  • David Lan Pham (2007), Ho Chi Minh (1980-1969), États-Unis, Xlibris, 282 p.
  • Kenneth William Taylor (2013), A history of the Vietnamese, Cambridge university press, 696 p.
  • Philippe Langlet, Quach Thanh Tâm (2001), Introduction à l’histoire contemporaine du Viêt Nam : de la réunification au néocommunisme (1975-2001), Paris, Les Indes Savantes, 247 p.

_______________

Camille Le Guilloux est étudiante du master 2 Asie Orientale Contemporaine à l’IEP de Lyon et à l’ENS de Lyon. Elle effectue actuellement un mémoire de recherche sur le développement du livre numérique au Japon, dans le cadre d’un échange académique avec l’université de Waseda à Tokyo.