Archives par mot-clé : République Socialiste du Viêt-Nam

Hearing on the situation of human rights in Vietnam at the Canadian Parliament [Do Hoang Diem]

DoHoangDiem_CanadaApril2015[ndlr] Audition sur la situation des droits de l’homme au Viêt-Nam au Parlement canadien le 21 avril 2015. Exposé de Đỗ Hoàng Điềm, président du Viêt Tân (Parti pour la Réforme du Viêt-Nam) suivi d’une série de questions portant notamment sur le trafic humain, la corruption, la pression exercée sur les groupes religieux indépendants, le système judiciaire, le harcèlement contre les avocats investis dans des dossiers sensibles et le contrôle de l’information et d’internet en particulier.

* * *

Organisateur de l’audition : Canada’s Subcommittee on International Human Rights of the Standing Committee on Foreign Affairs and International Development.

 

Source : Viet Tan (texte complet en langue française) – MINUTES OF PROCEEDINGS

  • Le Viet Tan, basée aux États-Unis, est un réseau militant pour le changement démocratique non violent au Viêt-Nam. Il est considérée comme une organisation «terroriste» par Hanoï.

* * *

Pour en savoir plus :

Ngo Vinh Long : After the Fall of Saigon [The Cairo Review of Global Affairs]

[ndlr] Publication en ligne d’un article de Ngo Vinh Long sur le destin du Viêt-Nam contemporain notamment à travers le rôle des Etats-Unis entre 1945 et 1975. Les relations complexes entre les deux pays depuis la réunification est analysé, le poids des contraintes mesuré et les progrès soulignés.

The Vietnam War or Second Indochina War—known in Vietnam as the American War—was one of the most destructive conflicts in history, and ended with a triumphant victory for Ho Chi Minh’s Communist forces and the most humiliating military defeat the United States has ever experienced. If a single image represents the historical drama, perhaps it is the one of the Huey helicopter evacuating American personnel and Vietnamese associates from a U.S. embassy building rooftop. Ho’s Communist forces and their southern allies in the National Liberation Front had succeeded in toppling the U.S.-backed southern government of the Republic of Vietnam, and driving American troops, numbering a half million at the peak of the war, out of the country. The conflict between 1955 and 1975 left more than two million Vietnamese dead, and some 58,000 American troops perished.

USEmbassySaigon_April1975
Evacuation from a U.S. embassy building, Saigon, April 29, 1975 © 1975 Hubert Van Es/Bettman/Corbis

Outside Vietnam, it is sometimes forgotten that the United States had also been deeply involved in the First Indochina War from 1946 to 1954, and would also become involved in the Third Indochina War from 1979 to 1989. These three wars brought enormous physical, economic, social, and moral dislocation to Vietnam, and caused deep antagonism between the governments of Vietnam and the United States as well as polarization among the Vietnamese themselves.

Forty years after the Fall of Saigon it may seem surprising that the United States and Vietnam have not only reconciled but their bilateral relations are thriving in many respects. And the Vietnam-United States rapprochement has helped foster a growing reconciliation among bitter Vietnamese adversaries, too.

Lire la suite / Read more : The Cairo Review of Global Affairs, 06/04/2015.

Thi-Hien Tran et Pierric Le Neveu: Vietnam – 40 ans après la victoire contre les Américains – Impressions de voyage

ReportageVietNam2014[ndlr] Voici un reportage à vif de Tran Thi Hien sur son pays natal. Celle qui « a fermé les yeux pendant des années » par affection pour les siens et sa terre offre un tableau saisissant du Viêt-Nam communiste tout en expliquant ce qui a motivé son nouvel engagement pour une évolution politique pacifique. A lire sur Mediapart.

Embarquement à Roissy, ce 21 août 2014, pour un voyage de quatre semaines au Vietnam. Atterrissage à Ho Chi Minh-Ville et correspondance vers Da Nang où nous attendent mes anciens camarades d’études en Pologne pour quelques jours de partage de souvenirs et d’excursions… Puis nous avons continué notre route vers le Nord, parcourant 2 500 kilomètres en train via Hue, Dong Hoi, Thanh Hoa, Ninh Binh, Ha Noi, Ha Giang, Dong Van, Hai Phong, et Ha Long, en profitant de séjours d’un à trois jours à chacune de ces étapes.

Pierric a rédigé fin septembre un compte-rendu de voyage lié à nos actions en faveur des victimes de l’Agent Orange à Thanh Hoa qu’il a publié sur le site du FaAOD — www.faaod.fr — et sur les pages des réseaux sociaux qu’il abonde. Je tenais, de mon côté, à partager un ressenti un peu différent, tant avec mes amis « proches » du Vietnam qu’avec tous ceux qui envisagent d’aller un jour visiter mon pays natal.

Je voudrais leur dire que malgré le bonheur de fouler la terre de mes ancêtres, j’ai souffert de constater un sentiment d’injustice affectant de plus en plus profondément tous ceux que nous avons rencontrés. Je comprends que la politique du pays est subie et souvent sujette à caution, qu’elle ne semble plus être en phase avec les aspirations du peuple, qu’elle reste floue, et que, malgré l’émergence d’une classe moyenne, les riches deviennent de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres.

Le Vietnam est gouverné par un parti unique. Les médias dépendent de l’État, l’éducation nationale et les programmes scolaires sont définis par le gouvernement ; les représentants de l’état, la police et l’armée, sont omniprésents dans la vie de tous les jours de chaque citoyen qui peut être amené à rendre compte de ses actes à tout moment.

J’ai ressenti, plus particulièrement cette année, un mécontentement généralisé à tous les niveaux de la société. C’est le cas, pour commencer, des anciens combattants qui ont risqué leur vie contre l’armée américaine, qui n’en sont pas toujours revenus indemnes et qui n’oublient pas le sacrifice de leurs camarades, les victimes civiles, la destruction de leur environnement et la perte de leurs maigres biens. Quarante ans après la fin de la guerre, ils ne reconnaissent, ni les visions de l’oncle Ho, ni l’engagement et les promesses du parti qui les a façonnés. Comme s’ils pensaient : « tout ça pour ça »…

Les jeunes voudraient plus de liberté ; les intellectuels (écrivains, avocats, professeurs d’université…) réclament de pouvoir exercer sans contrainte leur métier ; les ouvriers aspirent à davantage de justice sociale face aux patrons qui les exploitent ; les paysans rêvent d’une vie moins pénible et de ne pas courir le risque de se voir confisquer leurs terres pour des grands travaux ou des complexes immobiliers qui ne les concernent pas…

La vie des citoyens vietnamiens est de fait complètement « encadrée » dans une société rongée par la corruption.

Lire la suite sur Mediapart, 24/11/2014.

Article complet en PDF.

André Menras : Chronologie non exhaustive des agressions chinoises sur les pêcheurs du Centre Vietnam (2002-2014)

Chronologie non exhaustive  des agressions chinoises de 2002 à juin 2014 sur les pêcheurs du Centre Vietnam

par André Menras

Menras_PêcheursVN_3
Offrandes du pêcheur © 2014 Menras

Note liminaire : La plupart des informations concernant les agressions sur les pêcheurs sont de sources très officielles : Rapports du poste 328 des gardes-frontière et du Comité populaire de district de Ly Son. (Photocopies à disposition) Certaines informations proviennent aussi de journaux officiels vietnamiens (Tuoi Tre, Thanh Nien, Vietnam net, Phap luat, Dan tri, Saigon Tiep Thi, Lao Dong, de la BBC…). Ces statistiques sont cependant très incomplètes car ces informations, jugées « sensibles » sont difficiles à obtenir de la part des autorités vietnamiennes et les pêcheurs n’ont pas la liberté, les moyens matériels et l’organisation pour les communiquer par eux-mêmes. (Année 2008 par exemple.)

De 2002 à 2014, environ 2000 pêcheurs du Centre Vietnam ont été victimes des agressions chinoises autour et au large de l’archipel Hoàng Sa (Paracels). Certains y ont laissé la vie, d’autres tous leurs biens, leur santé, leur avenir et peut-être celui de leurs enfants.

Voici des dates et faits qui parlent d’eux-mêmes, avec quelques jalons qui marquent l’environnement politique au moment des faits.

2002

  • 2002 : 1 chalutier capturé et 16 hommes ; amende 80000 yuans.

2003

  • 2003 : 5 chalutiers capturés et 57 hommes ; confiscation pêche, équipements ; amendes selon : de 10000 dollars, 70000 yuans, 50000 yuans.

2004

  • 2004 : 6 chalutiers capturés et 76 hommes ; confiscation pêche et équipements ; amendes 30 millions de VND.

2005

  • 08/01/: Chalutier vietnamien agressé par les gardes-pêche chinois à l’ouest de la zone de démarcation du golfe du Tonkin (côté commun). Huit pêcheurs tués, deux blessés et 4 arrêtés.
  • Du 20/01/ au 04/03/2005 : 14 chalutiers capturés et 162 pêcheurs ; confisqué pêche et équipements. Montant des amendes  amende de 20 millions VND à 150 Millions de VND (1066 €).
  • Du 22/04 au 14/07/2005 : amende de 70000 yuans (8157 €).
  • Détention de M.Lê Văn Phước (14/07) et M. Mai Phụng Lưu (même date).

2006

  • 2006 : 11 chalutiers capturés et 133 hommes ; confiscation pêche, équipements ; amendes de 10 à 150 millions VND. Les «  contrevenants » sont pris en photo et filmés. 1 chalutier coulé (M.Dương Thọ, village An Hải). Son propriétaire est détenu le 23/10.

2007

  • 2007 : 3 chalutiers capturés et 110 hommes ; confiscation pêche, matériel ; amende de 70 à 250 Millions de VND. 1 chalutier confisqué : M. Mai Phụng Lưu, village An Hải, à nouveau emprisonné le 21/01.

2008

  • 2008 : année pauvre en information d’agressions de la part de la Chine envers les pêcheurs vietnamiens. Mais Pékin a une façade de paix à préserver pour la réussite des J.O. et les dirigeants vietnamiens jouent le jeu avec zèle en verrouillant soigneusement les informations.
  • 29/04 et 30/04 2008 : anniversaire de l’indépendance du Vietnam réunifié : accueil de la flamme olympique chinoise à Hồ Chí Minh Ville et à Hà Nội et arrestation de manifestants contre les agressions de Pékin sur les archipels de Hoàng Sa et Trường Sa.
  • 19/05 /2008 : Le Chalutier de M. Nguyễn Thanh Thu, village de Bình Châu a été éperonné et coulé au large de Hoàng Sa. Les 24 hommes d’équipage ont pu être sauvés par un chalutier voisin.
  • 07/2008 : la Chine reconnaît officiellement qu’elle a exigé de la compagnie américaine Exxon Mobil de cesser l’exploitation du pétrole en coopération avec le Vietnam. L’absence de réaction vigoureuse du côté vietnamien a poussé Exxon à obtempérer.
  • 15/07/2008 : Le chalutier de M. Đặng Nam, village de Nghĩa An (Phú Yên) est éperonné et coulé de nuit. Sauvés par un chalutier de passage. 7 des neuf pêcheurs gravement blessés.

2009

  • 15/01/2009 : éperonnage nocturne d’un chalutier originaire de Phú Yên : 9 disparus.
  • 08/03/2009 : Cinq bâtiments chinois font barrage au navire américain non armé de « surveillance des mers », l’USNS Impeccable, dans les eaux internationales à 75 miles nautiques au sud de Hai Nan. La Chine demande aux Américains de cesser ces « actions de surveillance illégales » dans sa zone économique exclusive.
  • 19/05/2009 : éperonnage chalutier de Bình Châu : coulé. 26 hommes sauvés par chalutier ami.
  • 16/06/2009 : capture dans les eaux de Hoàng Sa de 12 pêcheurs de An Hải ; libérés 2 mois après. (Pêcheurs Nguyễn Chí Thành et Dương Văn Tân perdu 1 milliard de dongs (35539 €).
  • 07/07/2009 : 3 chalutiers capturés à Hoàng Sa avec 37 hommes. 2 chalutiers confisqués ; amende 210000 yuans. 25 hommes sur les 37 sont renvoyés sur un seul bateau.
  • 15/07/2009 : 1 chalutier de Quảng Ngãi éperonné et coulé à Hoàng Sa avec 9 hommes à bord.
  • 01/08/2009 : 13 pêcheurs capturés et libérés10 jours plus tard contre rançon.
  • 28/09/2009 : 16 chalutiers surpris par typhon N°9 avec 200 hommes (île de Trụ Cầu, archipel Hoàng Sa). Tirs chinois leur interdisant l’accès au port pendant la tempête ; capturés ensuite, pillés, tabassés.
  • 12/12/2009 : 3 chalutiers capturés à Hoàng Sa. 2 chalutiers confisqués. 43 hommes renvoyés sur un seul bateau.

2010

  • 05/02/2010 : Le commandement des gardes-frontière de Đà Nẵng (Centre Vietnam) déclare la présence de deux flottilles de chalutiers chinois avec au total 130 embarcations en action de pêche à 45 miles nautiques des côtes des provinces de Quảng Tri , Thưa Thiên Huế, jusqu’à Đà Nẵng. La police des mers vietnamienne déclare les avoir repoussé.
  • 03/03 /2010 : 7 pêcheurs province de Quảng Bình disparus en mer.
  • 09/03/2010 : Chalutier QNg-96516 de M. Dương Thanh Phú, originaire de Ly Son a été éperonné et coulé en action de pêche à Hoàng Sa. Ses 17 membres d’équipage ont été secourus in extremis par un chalutier qui pêchait dans les parages.
  • 30/03/2010 : M. Nguyễn Minh Triết, Président de la République Socialiste du Viêt Nam en visite dans la petite île de Bạch Long Vĩ, à 70 miles nautiques au large de Hải Phòng : « Concernant les frontières terrestres et maritimes, nous avons toujours privilégié la paix et l’amitié entre nos deux peuples et les peuples voisins… Avec la paix et l’amitié, le peuple peut avoir une existence stable. Ceci a toujours été la bonne volonté de notre peuple tout au long des milliers d’années d’édification et de préservation de notre pays. Sur la base de la négociation, des échanges et de la persuasion… Ne laisser aucun agresseur empiéter sur nos rivages, notre espace maritime et insulaire : ceci est la volonté juste, ferme et immuable du Parti et de l’Etat. Nous ne convoitons rien qui appartienne à autrui mais nous ne cèderons pas un seul pouce de notre terre natale. »
  • 30/04/2010 : jour anniversaire de l’indépendance du Viet Nam réunifié, l’agence Chine Nouvelle annonce la signature d’un contrat de coopération pour l’exploitation du pétrole entre la compagnie chinoise COSL et la société américaine Devon Energy.
  • 12/06 /2010 : le chalutier QNg- 96193 de M.Võ Xuân Tiến, du village An Hải, île de Lý Sơn (Quảng Ngãi) a été éperonné et coulé dans la nuit pendant le sommeil de ses 18 membres d’équipage à 30 miles nautiques de la ville de Qui Nhơn.
  • Du 10 au 22/06/2010 : La Chine ayant déclaré unilatéralement l’interdiction de pêcher, la marine de guerre chinoise chasse 31 chalutiers vietnamiens en action de pêche dans l’espace maritime sous souveraineté vietnamienne dans le golfe du Tonkin.
  • 04/05/2010: Dans les parages de Hoàng Sa, la marine de guerre chinoise prend en chasse 3 chalutiers vietnamiens (2 originaires de Bình Châu et 1 de Lý Sơn).
  • Un chalutier a été capturé avec 11 pêcheurs. Ils ont été détenus à Hoàng Sa dans l’île de Phú Lâm et libérés contre rançon de 70000 yuans.
  • Du 05/05 au 16/05/2010 : Selon le rapport des garde-frontière de Quảng Ngãi et plusieurs témoignages de pêcheurs, des flottilles de dizaines de chalutiers chinois sont signalées à seulement 40 miles nautiques de l’île vietnamienne de Lý Sơn.
  • 07/05/2010 : Les bâtiments HQ 261 et HQ 263 de la marine de guerre vietnamienne appareillent du port de Đà Nẵng pour des manœuvres communes avec des bâtiments de la Marine de Libération Populaire chinoise… Ils passent au large de l’archipel de Hoàng Sa sous souveraineté vietnamienne, occupé par la Chine et où sont détenus des pêcheurs vietnamiens en attente de paiement de rançon…
  • 15/05/2010 : libération des 11 pêcheurs détenus et libérés 10 jours après contre 8000 euros. Instruments de navigation, vivres, prises de pêche, centaines de litres de carburant ont été confisqués.
  • Début 06/2010 : Le général Phùng Quang Thanh, ministre de la défense du Vietnam déclare : « La mer de l’Est est tranquille, je dirige l’armée jour après jour, heure après heure. J’ai la situation en main de façon tout à fait naturelle. Les activités économiques y sont normales. Le transport maritime est normal. Les travaux de la mer se déroulent normalement… Nos médias doivent se garder de laisser d’autres pays utiliser la question de la Mer de l’Est pour diviser les relations entre le Vietnam et la Chine, diviser le Parti, diviser l’Etat et notre peuple. »
  • 12/06/2010 : Un chalutier de Lý Sơn est éperonné et coulé en pleine nuit à 40 miles de la côte du Centre Vietnam. Les 18 hommes de l’équipage de M. Võ Xuân Tiền sont sauvés in extremis après 7 heures de dérive, par un chalutier ami.
  • 03/12/2010 : La frégate lance–missiles Xiangfan de la marine chinoise arrive à Đà Nẵng pour une visite amicale après sa participation à une patrouille commune sino-vietnamienne.

2011

  • 12/01/2011 ; 6 pêcheurs de l’équipage Le Minh Tan « disparaissent » corps et biens par temps calme dans les parages de l’îlot Bombay, archipel d’Hoàng Sa, occupé par les Chinois, « triangle des Bermudes » des pêcheurs vietnamiens.
  • 03/03/2011 : La marine philippine appuyée par 2 avions de combat fait face aux patrouilleurs chinois escortant un navire sondeur dans la zone de Reed Bank, à 200 kms de l’île de Palawan, près du point d’exploitation pétrolière Malampaya. Les bâtiments chinois quittent la zone.
  • 26/05/2011 : Trois navires chinois  sectionnent les câbles de sondage sismique du navire de prospection vietnamien Bình Minh 02 à 120 miles marins du Cap de Đại Lanh (province de Phú Yên), en pleine Zone économique exclusive du Vietnam et à 340 miles marins des côtes chinoises de Hai Nan.
  • 31/05/2011 : Tirs de la marine de guerre chinoise sur 4 chalutiers de la ville de Tuy Hòa (province de Phú Yên) en action de pêche sur le plateau continental du Vietnam.
  • 05/06/2011 : Manifestation populaire de rue à Ho Chi Minh-ville  (HCMV) et Hà Nội contre les agressions chinoises. C’est la première d’une série de 11 qui se renouvellent de façon hebdomadaire jusqu’au 21/08/2011. Arrestations musclées et emprisonnements.
  • 09/06/2011 : Un « navire de pêche » chinois escorté par deux navires  de surveillance des pêches chinois  percute volontairement et sectionne les câbles d’exploration du navire Viking II de la compagnie Petro Vietnam à l’intérieur de la zone économique exclusive du Vietnam.
  • 14/07/2011 : équipage Lê Văn Cương, 13 hommes, attaqués par «  bateau blanc à coque d’acier » (patrouilleur marine de guerre chinoise) dans les parages de Đá Loi (Hoàng Sa) occupé par les Chinois. Destruction cabine, instruments de navigation, eau potable et jerricans diesel, instruments de pêche, confiscation de la pêche.
  • 17/07/2011 : manifestations réprimées à Ha Noi et HCM-ville. Arrestations, interrogatoires, violences policières. Nombreuses lettres ouvertes adressées aux autorités vietnamiennes directement et par le web. Pas de réponses. Pétitions et déclarations signées par des centaines de citoyens circulent sur le web.
  • Entre 19/07 et 22/07/2011 : un navire de guerre chinois a sommé un bâtiment indien l’Airavat  en visite au Vietnam de s’identifier et d’expliquer sa présence Mer d’Asie du Sud-est, à 45 miles nautiques au large des côtes vietnamiennes. Pas de protestation des dirigeants vietnamiens.
  • 04/08/2011 : La chaîne de télévision nationale VTV1 consacre 15 minutes du journal du soir pour calomnier les manifestants et les pages internet « réactionnaires ». Très nombreuses lettres de protestation de la part d’intellectuels célèbres et respectés qui se trouvaient parmi les manifestants.
  • 14/08/2011 : Chalutier de M. Trần Hiền (Lý Sơn) capturé à Hoang sa avec 10 hommes d’équipage. Les militaires chinois ont cofisqué les prises de pêche, les équipements de navigation et de plongée avant de menacer les pêcheurs, établir un dossier sur chacun, et de les laisser repartir. Le rapport du17/06/2011 du commandement des gardes-côtes de Quảng Ngãi stipule que depuis le début du mois, 4 autres chalutiers de la province ont été capturés et pillés par la marine chinoise.(MM. Phạm Hà, (Bình Châu), Huỳnh Công Nhiệm (An Hải – Lý Sơn), Lê Vinh (An Vĩnh), Võ Đào (Bình Châu).
  • 18/08/2011 : équipage Nguyen Van Thanh, 7 hommes, capturés, confiscation de l’ancre, de la pêche, plus de 100 millions de VND (3 553€) de dégâts et pertes ; libérés le 24/08 contre 6 250  US dollars payés par les familles à un intermédiaire au Vietnam même !
  • 21/08/2011 : Manifestation interdite par décret, non signé et illégal, émanant du Comité Populaire de la ville de Ha Noi. Grand déploiement policier, nouvelles arrestations, présence de char dans la rue.
  • 29/08/2011 : Réunion à Pékin : Conversations stratégiques Défense-Sécurité sino–vietnamiennes (deuxième réunion). Le général Nguyễn Chí Vịnh, vice ministre de la Défense et chef de la délégation vietnamienne, se déclare décidé à « accroître les échanges, la coopération, la coordination des forces navales, des gardes-côtes, des forces armées des deux pays aux frontières… ». Mr Nguyễn Chí Vịnh annonce à cette occasion la « ferme décision de régler la question des rassemblements et manifestations au Vietnam afin qu’elles ne se reproduisent plus »… « La réalité est que la Chine s’est engagée à ne pas s’emparer de la terre et de la mer du Vietnam et que le Vietnam ne cèdera jamais hors de tout principe, sur la question de souveraineté. Le Vietnam ne s’appuiera sur aucun autre pays pour s’opposer à la Chine… ». «… Les forces ennemies s’appuient sur deux arguments factices pour saboter nos bonnes relations : Premièrement, le Vietnam s’appuie sur les USA pour s’opposer à la Chine. Deuxièmement, le Vietnam cède devant la Chine qui s’empare de ses terres et de son espace maritime. Ce sont là des arguties défavorables au Parti et à l’Etat du Vietnam ainsi qu’aux relations sino-vietnamiennes… »
  • 09/09/2011 : la marine chinoise et la société de téléphonie « China Mobile » inaugurent un chantier d’édification de 8 bases de téléphonie mobile et 3 postes de communication satellite dans les îlots occupés des Spratleys.
  • 10/09/2011 : l’Agence Chine Nouvelle annonce le départ d’un nouveau bâtiment de Hai Nan pour Trường Sa (Spratleys) afin d’« aider à l’exploitation piscicole dans la période à venir ». Actuellement la Chine compte jusqu’à 500 navires de pêche en activité permanente dans la zone.
  • 23/09/2011 : Répondant à l’AFP, un leader de la compagnie pétrolière indienne ONGC Videsh Ltd déclare que sa compagnie « effectuera les forages d’exploration dans la zone choisie selon un calendrier conforme aux exigences techniques ». Cette déclaration fait suite à celle faite la veille par le porte -parole du Ministère des Affaires Etrangères chinois selon laquelle : « Toutes les activités d’exploitation de pétrole et de gaz de la part de sociétés étrangères sans autorisation des autorités chinoises sont illégales et sans valeur ». Le journal chinois « Global times » qualifie de « provocation politique » de la part du Vietnam cette invitation de coopération à la compagnie indienne.
  • 24/09/2011 : Mr Trương Văn Đức et Mr Trương Tài en action de pêche avec deux chalutiers originaires de Binh Chau et Ly Son dans la zone de Hoang Sa sont surpris par la tempête. Lorsqu’ils cherchent abri dans l’île de Trụ  Cẩu, ils essuient le feu des militaires chinois et sont pris en chasse 4 heures durant par leur marine de guerre. Tirs sur les chalutiers, heurts sur la coque, cabine brûlées par jet d’engins incendiaires, bombardement par canon à eau à bout portant.(rapport des garde-côtes de Sa Kỳ).
  • 24/09/2011: L’association des paysans de la ville de Đà Nẵng annonce au journal Lao Động qu’au cours du mois dernier, au moins 5 chalutiers de 350 CV ont été vendus. Coût d’un de ces chalutiers : 2 milliards de VN dongs (environ 67000 euros). Chaque bateau fait vivre une centaine de personnes (sur terre et en mer). Le journal commente : « Ce phénomène traduit les difficultés pour les pêcheurs (du Centre Vietnam) de coller à la mer. Ils l’abandonnent… Pour le seul district de Thanh Khê (port de Đà Nẵng) sur les 124 bateaux au-dessus de 90CV qui vont pêcher au large, 60 ont déjà été vendus pour rejoindre d’autres provinces ». Dans le même temps, les chalutiers chinois se concentrent de plus en plus près des côtes du Centre Vietnam.

2012

  • 3/1/2012: Chalutier QNg 66101 agressé, 21 pêcheurs malmenés
  • Chalutier QNg66074 confisqué.
  • 11/01/2012: Deux pêcheurs chinois à bord du navire Guifang 21558 qui dérivaient en raison d’une panne de moteur ont été secourus par des pêcheurs vietnamiens et ont été remorqués vers la ville de Hà Long avant d’être rapatriés en Chine.
  • 22/01/2012: Chalutier GNg 90576TS confisqué.
  • A 5 heures du matin, le chalutier QNg-90281 avec à son bord 11 pêcheurs du hameau Châu Thuận, village de Bình Châu, district de Bình Sơn a regagné le continent après avoir subi l’assaut d’un bâtiment « étranger ». Selon le patron du chalutier, M. Đặng Tằm, l’incident s’est produit à 15h le 22/02. A ce moment-là, les 11 pêcheurs de ce chalutier pêchaient dans la zone de Hoàng Sa appartenant au Vietnam lorsqu’ils ont soudainement été pris en chasse, abordés et harcelés par un navire militaire « étranger ». La marine chinoise contrôle totalement cette zone. « Les militaires ont utilisé leurs fusils pour nous pousser dans la cabine de pilotage. Ils ont utilisé des canons à eau de forte taille pour nous rassembler vers la proue, nous ont bandé les yeux et tabassé certains d’entre nous. J’estime à 500 millions de dongs les dégâts causés au chalutier. » Matériel de pêche détruit ou pillé. Tirs de balles incendiaires sur la cabine et sur la coque. M. Tằm et ses dix hommes d’équipage ont été emprisonnés à Phú Lâm. C’est la deuxième fois en 2 ans. La première en mai 2010 : 70000 yuan de rançon pour sa libération et confiscation de tout son matériel, y compris le moteur.
  • 3/03/2012 : Deux chalutiers originaires d’An Hai, île de Ly Son, capturés par les Chinois à Hoang Sa. Celui de M. Trần Hiền (QNg-66074TS) et de M. Lê Vinh (QNg 66101 TS). Refusant de payer la rançon à l’invite des autotités vietnamiennes, les 21 hommes ont été détenus 49 jours sur l’ïle de Phu Lam, dans des conditions carcérales extrêmes. Ils sont rentrés à Ly Son sur le même chalutier le 22 avril. Le chalutier de M. Lê Vinh a été confisqué.
  • 30/3/2012: 2 nouvelles agressions, pas de détails précis.
  • 16/05/2012: Le chalutier QNg-50003 TS de M. Nguyễn Thành Nhất, hameau Châu Thuận, village de Bình Châu, district de Bình Sơn (Quang Ngai) a été capturé à Hoang sa avec 7 membres d’équipage. Un autre chalutier, (QNg-55003TS), celui de M. Trần Phương, originaire du même village, a été confisqué. Les deux équipages, 14 hommes en tout, sont rentrés au port sur le chalutier de M. Nguyễn Thành Nhất. 3 tonnes de poissons ont été confisquées, les tuyeaux de plongée ont été sectionnés, les appareils d’orientation volés ainsi que la sonde, les combinaisons de plongée…pour une valeur de 400 millions de dongs.
  • 7/05/2012: chalutier QNg94411TS confisqué.
  • 7/05/2012 : chalutier QNg 44867 TS confisqué.
  • 7/06/2012 : chalutier QNg 94487 TS immobilisé 3 jours ; chalutier QNg 96845 TS immobilisé 3 jours ; chalutier QNg 94779 TS immobilisé 3 jours et chalutier QNg 94096 TS idem.
  • 12/06/2012: QNg 90133 TS: prises de pêche confisquées et destruction du matériel de pêche et de navigation.
  • 2/07/2012 : Six chalutiers de Sa Hùynh (village Phổ Thạnh Pho, district de Đức Phổ, province de Quang Ngai) capturés par les Chinois. Les chalutiers de Nguyễn Duy Nam (QNg 94411TS) ; M. Nguyễn Duy Việt (QNg4487TS) ; Trần Minh Giữ (QNg 94484TS) ; M. Võ Quốc Việt (QNg 96845 TS) ; M. Lục Nghĩa Minh (QNg 94779TS) ; M. Lục Nghỉa Thành (QNg 94096TS). Les chalutiers QNg 94411TS et QNg 94779 TS ont été confisqués. Prises de pêche et matériel des autres chalutiers ont été confisqués. En tout 42 pêcheurs ont été concernés.
  • 15/07/2012 : Une flotte de 30 chalutiers chinois partis de Hai Nan sont entrés dans la zone vietnamienne de l’archipel de Trường Sa . Protestation vietnamienne.

2013

  • 2013: Pas de détention MAIS….
  • 28/1/2013: Le Chalutier QNg 55535 TS pris sous le feu sous le feu du bâtiment chinois 787.
  • 11/03/2013: Chalutier de M. Bùi Tấn Thành agressé.
  • 11/03/2013: Chalutier QNg 966979 TS agressé par le bâtiment chinois 841.
  • 13/03/2013: Chalutier QNg 96417 TS agressé par le bâtiment chinois 262.
  • 13/03/2013: Chalutier QNg 96382 TS agressé par le bâtiment chinois 263.
  • 16/03/2013: Chalutier QNg 50949 TS agressé . Destruction du matériel de pêche. Confiscation de la prise.
  • 17/03/2013: Chalutier QNg 96399 TS pris en chasse par bâtiment et hélicoptère chinois.
  • 20/03/2013 : Le chalutier QNg 96382 TS pris sous le feu des balles incendiaires et cabine détruite.
  • 23/03/2013 :Le chalutier QNg 94590 TS est arraisonné. Destruction du matériel de pêche. Confiscation de la pêche .
  • 20/05/2013: Le chalutier 90917 TS éperonné par 3 fois.
  • 28/05/2013 : Le chalutier QNg 93768 TS immobilisé 4 heures.
  • 7/07/2013 : Le chalutier QNg96787 TS est éperonné , les pêcheurs frappés. Le matériel et la pêche détruits ou confisqués. De même pour le chalutier QNg 90153 TS.

2014

  • 1/03/2014 : Le chalutier QNg 90479TS de M. Võ Văn Lựu originaire de Bình Châu, Quảng Ngãi, a été attaqué dans la zone de Hoàng Sa par un navire chinois ayant à son bord environ 35 hommes armés de fusils et de matraques type taser. M. Lựu et les 14 pêcheurs ont été frappés et blessés. Tous les équipements de plongée, d’orientation et de communication ainsi que les 5 tonnes de prise de pêche, poissons et homards, ont été pillés.
  • 07/05/2014 : Alors qu ‘il pêchait près de l’île Colins (Hoàng Sa), le chalutier QNg 96416 TS de M. Nguyễn Lộc (Lý Sơn) avec 16 pêcheurs à son bord a subi de la part du bateau chinois N° 1241 des tirs de balles incendiaires, des jets de marteaux, de bouteilles, de boulons. Les câbles des instruments de communication et d’orientation ont été sectionnés à l’aide de faucilles. Il a ensuite été sévèrement éperonné par un autre bateau chinois. La coque enfoncée et la cabine en partie détruite.
  • 16/05/2014 : Le chalutier QNg 90205TS dont le chef de bord est M. Nguyễn Văn Quang, originaire de Bình Sơn, avec à son bord 12 pêcheurs, a été attaqué par le bateau chinois de surveillance des pêches N° 306. Après avoir arraisonné le chalutier, les Chinois ont frappé les pêcheurs. Deux d’entre eux, MM. Nguyễn Huyền Lê Anh et Nguyễn Tấn Hải ont été grièvement blessés.
  • 16/05/2014 : Le chalutier QNg 90045TS dont le chef de bord est M. Võ Bá Nha originaire de Bình Châu avec 9 pêcheurs a été surpris près de l’île de l’arbre, à 4 milles nautiques de l’île de Phú Lâm (Hoàng Sa), en pleine action de pêche en plongée. Il a dû fuir tous feux éteints pour échapper trois heures durant au bâtiment chinois de surveillance des pêches N°306 qui l’abordait et le bombardait de… pierres ! La cabine est en partie détruite mais il n’y a aucun blessé.
  • 17/05/2014 : Le chalutier QNg 96011TS avec 13 pêcheurs à bord a été arraisonné par le bâtiment chinois N°21102 près de l’île Triton ( Hoàng Sa). Tout le matériel a été détruit.
  • 26/05/2014 : Le chalutier ĐNa 90152TS originaire de Đà Nẵng avec 10 pêcheurs à bord été éperonné et coulé par le bâtiment chinois N° 11209. L’équipage a pu être sauvé par la police des mers vietnamienne.
Menras_PêcheursVN_1
Pêcheurs vietnamiens © 2014 Menras

 

* * *

Quelques données supplémentaires

Interdiction de pêche décrétée annuellement par la Chine

du 16mai au 1er août. (Au plus fort de la saison)

En Mai 2009 en même temps qu’elle dépose à l’O.N.U sa carte « langue de bœuf en 9 traits », prétention  de souveraineté sur 80% de la mer du Sud-Est asiatique, la Chine interdit la pêche dans toute cette zone (voir carte ci-dessous) dont une grande partie empiète très largement sur  la ZEE du Vietnam. (Zone Economique Exclusive selon la loi sur le droit à la mer de l’ONU, dite de Montego Bay 1982, dont la Chine est signataire).

ChineseAreaFishingBan_HaiDangVu
Territorial Scope of the Chinese Fishing Ban in 2011 © 2011 Hai-Dang Vu

Parmi les buts visés

1) Transformer la ZEE du Vietnam en zone contestée.

2) Terroriser les pêcheurs non protégés pour qu’ ils abandonnent ma mer et laissent le champ libre aux pêcheurs chinois.

Dommages matériels subis par les pêcheurs (1 euro= environ 28000 dongs Vietnam. 1 euro= environ 8,2 yuan chinois (renminbi).

Revenus moyens des pêcheurs ouvriers (de loin les plus nombreux)

Voici quelques chiffres pour octobre 2011 (chiffres à réactualiser pour 2014) :

Salaire moyen d’un pêcheur – plongeur qui se loue pour une pêche hauturière vers l’Archipel Hoang Sa : autour de 5 millions de dongs (un peu moins de 180 euros) par mois (deux sorties de 15 jours pour un petit chalutier de 90 cv, une sortie d’un mois pour un chalutier de 250cv). La somme peut aller jusqu’à 8 millions VND (Vietnam dongs) si la pêche a été très bonne et descendre en dessous de 5 millions VND si la pêche a été mauvaise car souvent l’équipage partage chance et malchance.

Le prix d’un bateau de 90cv est d’un milliard VND, celui d’un 250cv est d’un milliard et demi VND.

Pour un « patron » pêcheur, l’investissement pour un chalutier de 90CV qui va pêcher à Hoang Sa pour 15 jours de sortie est de 150 millions VND (carburant, salaires, vivres etc…). Pour un 250cv et un mois de mer la somme dépasse les 200 millions VND.

La saison de pêche commence après le Tết (février solaire, nouvel an de l’année lunaire) et finit en septembre. Hors cette période les dangers de typhons violents sont plus fréquents. Il faut aussi préciser que de mi-mai au 1er août, donc en pleine saison de pêche, les Chinois ont unilatéralement décrété que la pêche était interdite « pour protéger l’environnement ». En fait, leurs propres chalutiers continuent de pêcher. Et quelquefois très près des côtes vietnamiennes. Pour les pêcheurs, les mois d’hiver se passent à terre à de petits boulots et à la maigre pêche côtière. Une journée à ramasser les algues marines sur la côte ou à trier et conditionner l’aïl (principale denrée agricole de l’île de Ly Son) rapporte de 30000 à 50000 VND. C’est essentiellement le travail des femmes et des enfants.

 « Dédommager ? » :

En avril 2014, le tribunal des affaires maritimes de Shanghai a ordonné la confiscation d’un cargo japonais pour se dédommager d’une dette de guerre datant de 1936: Trente millions de dollars pour deux bateaux perdus. Les japonais ont payé.

Combien de dizaines de milliards de dollars la Chine doit-elle au Vietnam pour l’emprunt forcé des Paracels pendant 40 ans, pour le manque à gagner économique que cela représente, pour les familles des militaires vietnamiens tués lors de l’annexion de l’archipel, pour les milliers de pêcheurs malmenés et interdits de pêche pendant ces dizaines d’années, pour les dizaines de pêcheurs tués, les dizaines de chalutiers coulés et confisqués, les centaines de rançons encaissées ? Si les dégâts de ce holdup monumental et ses conséquences devaient être seulement mesurés en termes d ‘argent un tel dédommagement boosterait l’économie du Vietnam pendant des années et sortirait de la misère des milliers de famille encore victimes de ces crimes.

Pour les dirigeants chinois, la seule façon de sortir par le haut de cette tragédie de leur fait est à l’opposé de la voie qu’ils ont choisi d’imposer : il faut cesser immédiatement toute agression et incursion dans l’espace maritime et insulaire sous souveraineté vietnamienne et prendre ses dispositions pour rendre à César ce qui lui appartient : rendre Hoàng Sa au Vietnam. Toute autre voie ne peut être qu’éphémère et conduire la Chine et la paix dans une impasse douloureuse.

André Menras

Chronologie réalisée par André Menras arrêtée au 01/06/2014. Textes et photos de l’auteur, publiés avec son aimable autorisation.

Nguyễn Hữu Lễ : Je dois vivre ! Chroniques du goulag Hô-Chi-Minh, 1975-1988 [parution]

NguyenHuuLe_JeDoisVivreL’ouvrage du prêtre Nguyễn Hữu Lễ, originaire de Vinh Long, est le récit détaillé d’une plongée hallucinante et absurde dans l’univers carcéral du Viêt-Nam communiste. Mais c’est surtout un récit à l’échelle humaine, une histoire d’en bas, celle des concentrationnaires et de leurs relations complexes dans une situation de survie. Ce récit aux accents balzaciens et sociologiques fait surgir des personnages de l’ombre, les oubliés de la rééducation, le petit peuple des prisons.

Arrêté en mai 1976 dans la jungle des hauts plateaux, le père Lễ expose avec moult détails la descente aux enfers qu’il dut subir pendant onze ans de mai 1976 à l’été 1988. « Onze années à survivre dans les prisons du Nord » dont près de dix ans dans le sinistre camp de Thanh Cam comme de nombreux autres compatriotes du Sud. La liste des prisons et des camps défile comme autant de moments clés de ce déchaînement de haine pour avilir le vaincu. Ceci marque le départ de la lourde punition que le Nord compte infliger à ce Sud rebelle qui, de 1955 à 1975, osa faire face au totalitarisme nordiste.

À l’heure où l’altruisme fait défaut dans nos sociétés développées et atomisées il faut lire ce livre avec attention. En gardant la même ouverture d’esprit que son auteur (et son détachement), on peut saisir les ressorts d’une humanité mise à mal et qui a perdu son essence dans le goulag vietnamien. Mais tout n’est jamais définitivement perdu et la note d’espoir que le père Lễ nous insuffle en fin d’ouvrage est une belle leçon de vie, la vie à tout prix. (extrait de la préface de FG).

Source : Indes Savantes

Dominique Foulon : La situation sociale vietnamienne – une lutte des classes qui ne poserait pas la question du pouvoir ?

Atelier de réflexion : les enjeux de la crise sino-vietnamienne.

Samedi 24 mai 2014. ENS de Lyon

★ ★ ★

La situation sociale vietnamienne : une lutte des classes qui ne poserait pas la question du pouvoir ?

Par Dominique Foulon

Carnets du Viêt Nam

Résumé :

Les manifestations et les émeutes qui ont secoué le Viêt Nam voici deux semaines ont surpris par leur importance et par leur violence. On dénombre en effet 22 provinces touchées par le phénomène selon la presse vietnamienne. Toutefois, pour exceptionnelles qu’elles soient par leur ampleur, ces violences ne sont pas inhabituelles dans la vie sociale vietnamienne de ces dernières années. La contestation ouvrière et paysanne est une donnée récurrente de la vie politique du pays même si elle fait rarement la une de la presse. Au delà du caractère strictement revendicatif, cette contestation a engendré des attitudes de défiance avec l’autorité dans différents secteurs de la société. Cela ne signifie pas que, comme on le lit, souvent en pareil cas, que le pouvoir serait sur le point de s’écrouler, on pourrait même s’interroger pour savoir si, en définitive, au delà du spectaculaire ces évènements ne seraient pas la preuve d’une certaine “normalité” ? Une lutte de classe traditionnelle qui toutefois ne poserait pas directement la question du pouvoir politique.

Dominique Foulon à l'Institut d'Asie Orientale © 2014 IAO
Dominique Foulon à l’Institut d’Asie Orientale © 2014 IAO 

* * *

Les émeutes qui ont secoué le Viêt Nam voici deux semaines ont surpris par leur violence et par leur multiplicité puisque l’on dénombre 22 provinces touchées par le phénomène selon la presse vietnamienne. En effet, elle annonce que le calme est revenu dans 22 provinces c’est donc, par déduction, qu’il n’y avait pas le calme auparavant…

Le nombre de manifestants est, lui aussi, inhabituel et démontre, si besoin était, l’émotion et l’exaspération que les multiples incursions et provocations chinoises aux alentours des îles contestées suscitent dans l’opinion publique. Cependant au delà de ce que les médias présentaient comme une vague de protestation nationaliste, voire xénophobe, me revint en mémoire le couplet d’une de mes chansons préférées :

« Une explosion fantastique
N’en a pas laissé une brique.
On crut qu’c’était Fantômas,
Mais c’était la lutte des classes »

La Java des bons enfants

Chanson de Guy Debord
Musique de Francis Lemonnier

Pour exceptionnelles qu’elles soient, ces violences ne sont pas une nouveauté au Viêt Nam. Depuis des années des contestations importantes émaillent l’actualité sociale du pays. Mais l’attaque et la mise à sac de sociétés chinoises, taïwanaises, sud-coréennes posent, à mon avis, d’autres questions que celles qui tournent autour de la question de la souveraineté des îles Hoàng Sa et Truong Sa. Depuis des années les grèves qui ont éclaté dans les entreprises avec des capitaux provenant de ces pays outre des revendications classiques de salaires et de conditions de travail mettent aussi, surtout, en avant de manière récurrente et précise, le respect de la dignité humaine. Nous y reviendrons.

Mme Le Hien Duc incarnation de la lutte contre la corruption © Nguyen Xuan Dien
Mme Le Hien Duc incarnation de la lutte contre la corruption © Nguyen Xuan Dien

Une longue liste de troubles sociaux :

  • En 1997, des émeutes paysannes avaient éclaté dans la province de Thai Binh au sud de Haiphong, ces violences firent plusieurs morts. Il y eut à l’époque de nombreux articles mais, à ma connaissance, aucun film ni aucune photo n’ont été diffusées.
  • En 2001, plusieurs personnes ont été blessées et de multiples arrestations ont été effectuées lors des manifestations des minorités ethniques dans les Hauts-plateaux du Centre du Vietnam. Des « provocateurs (déjà) ont détruit des bâtiments publics, y compris une école mardi à Buon Me Thuot, capitale de la province de Dac Lac » écrivait alors un quotidien. Ces incidents firent plusieurs blessés, y compris parmi les forces de sécurité. Des films tournés par les journalistes vietnamiens de ces incidents existent mais (toujours à ma connaissance) n’ont jamais été diffusés.

Ce qui change depuis ces années c’est l’introduction dans la vie quotidienne des gens des nouveaux moyens de communications que ce soit internet bien sûr mais aussi les téléphones portables. On sait qu’il y a en moyenne 1,8 téléphones portables par habitants au Viêt Nam (92,5 millions d’habitants en 2013) que malgré des difficultés l’accès aux réseaux sociaux il est aisé de poster des vidéos sur le Net. Ainsi en quelques heures (parfois moins) des évènements filmés via un téléphone portable se retrouve visionné par des milliers de personnes.

Depuis des années les démonstrations de masse pacifique ou non se sont multipliées.

On se souvient du centre de Hanoi bloqué par des milliers de catholiques en 2008 lorsqu’ils réclamaient (à tort ou à raison) le retour d’un terrain à l’église.

Sans faire une liste exhaustive voici quelques faits significatifs dans différents domaines.

Grève ouvrière dans la zone industrielle Nomura à Haiphong en mai 2011 © Dan Tri
Grève ouvrière dans la zone industrielle Nomura à Haiphong en mai 2011 © Dan Tri

Grèves ouvrières

  • 7 juin 2005 des milliers de travailleurs d’une usine de chaussures taïwanaise Hue Phong sabotent du matériel et des installations pour protester contre les horaires trop long, les mauvais traitements physiques, les bas salaires et la violation de leur droit.
  • Décembre 2005/janvier 2006 une centaine de grèves dans les usines à travers tout le pays 40 à 50 000 grévistes dans la région d’Hô Chi Minh-ville. Les entreprises étrangères (Taiwan et Corée du Sud), outre les bas salaires, sont accusées de ne pas respecter les lois sociales du Viêt Nam. Les travailleurs réclament le paiement des heures supplémentaires, des congés, de meilleur conditions de travail pour les femmes enceintes et surtout ce qui revient surtout : le respect. La presse à l ‘époque évoque des cas « où la dignité et l’honneur des salariés ont été mis en cause ». A l’époque l’usine de chaussures Rieker (compagnie de Hong Kong) dans la province de Quan Nam voulait congédier purement et simplement les grévistes. Des négociations avec les syndicats ont évité cela et permis des améliorations. Ces multiples grèves « sauvages » (sans autorisation des syndicats officiels) avaient à l’époque mis le doigt sur le caractère obsolète du droit de grève de l’époque puisque selon les règles en place il fallait au moins 3 semaines pour démarrer un mouvement social considéré comme « légal ».
  • En 2007 541 grèves recensées dans tout le pays.
  • En 2008 : 775 grèves. Au cours de cette année dans l’usine taïwanaise Sun Jade dans la province de Thanh Hoa 3 grèves pour protester contre les mauvais traitements, les humiliations voire les violences de la maitrise.
  • Avril 2010 grèves dans le Dong Nai dans l’usine du groupe taïwanais Pou Chen qui produit les chaussures Nike. Là aussi les revendications ayant aux salaires mais aussi à la mauvaise qualité des repas une question qui va prendre une ampleur importante dans les années suivantes avec de nombreuses intoxications alimentaires parfois graves dans les cantines des usines. (une recherche sur ce thème dans le journal Thanh Niên renvoie à sept pages d’articles à ce sujet).
  • 2011 : 857 grèves durant les onze premiers mois de l’année soit le double de 2010.
  • Début 2013 vague de grèves dans le Delta du Mékong quand de nombreuses entreprises à l’approche du Têt n’ont pas proposé de primes (équivalent du 13e mois) en particulier les travailleurs de Hau Giang exportateur de crevettes (+18% d’exportation en plus et 10% de plus de bénéfice). A cette occasion le président du comité populaire de Hau Giang a dénoncé « les éléments extrémistes » .
  • Janvier 2014 incidents violents sur le chantier de construction d’une future usine Samsung dans la province de Thai Nguyen au Nord de Hanoi. Des centaines d’ouvriers s’en prennent au local et aux véhicules des gardiens qu’ils incendient. Les multiples contrôles tatillons et semble-t-il l’interdiction de rentrer avec son repas ont exaspéré les ouvriers.
  • Au lendemain des émeutes et des grèves les ouvriers d’une usine coréenne Shilla Bags Vietnam d’Hô Chi Minh-ville étaient encore en grève pour le paiement des jours de grève, pour obtenir des repas mangeables et des toilettes ouvertes toute la journée et non seulement 1h30 le matin. Ces toilettes n’étant par ailleurs disponibles qu’avec une carte et il y a trois cartes pour 80 ouvriers.
Grève au sein de l'entreprise Rieker Vietnam pour protester contre les mauvaises conditions de travail (avril 2010) © Dien Dan Doanh Nghiep
Grève au sein de l’entreprise Rieker Vietnam pour protester contre les mauvaises conditions de travail (avril 2010) © Dien Dan Doanh Nghiep

Les expulsions à la campagne

Phénomène ancien et lui aussi récurent ; voici 15 ou 20 ans que des paysans viennent aux abords des ministères réclamer justice en groupe avec des banderoles et des portraits d’Hô Chi Minh.

Il est difficile de dénombrer toutes ces manifestations.

Ce problème a pris une autre dimension quand en janvier 2012 à Tiên Lang, dans la région d’Haiphong, quand Doan Van Vuon et sa famille se sont opposés à leur expulsion à l’aide de mine artisanale et fusils de chasse, en ouvrant le feu sur la police et les représentants des autorités locales. Cette riposte a sidéré beaucoup de monde et conduit de nombreux dirigeants à s’interroger publiquement sur les raisons de ces évènements et mettre en cause les pratiques douteuses des responsables locaux.

En mars de la même année, de nouveaux des rassemblements massifs de paysans : devant l’Assemblée Nationale à Hanoi le 24 avril ; dans la banlieue de la capitale à Van Giang 2000 personnes se heurtent à des centaines de policiers anti-émeutes et à de nombreux policiers en civils ou à des « civils » indéterminés mafieux, hommes de main, sbires… Parmi les multiples vidéos, souvent impressionnantes, de ces incidents on retiendra celle où l’on voit deux journalistes battus violemment par des civils et des policiers (ci-dessous).

Récemment encore des nervis ont tiré sur des paysans qui, à Van Giang, continuent de s’opposer à la confiscation de leur terre et ce malgré le fait qu’ils aient alerté les autorités locales des menaces qui planaient sur eux.

Avril 2013 toujours dans la région d’Haiphong des paysans qui occupaient leur terrain ont été attaqués par des vigiles et des « civils » armés de briques et de matraques, il y a eu des blessés.

Manifestation paysanne contre le projet Ecopark à Van Giang en 2012 © BBC
Manifestation paysanne contre le projet Ecopark à Van Giang en 2012 © BBC

Les expropriations sont nombreuses. Les baux signés il y a 20 ans par les paysans arrivent à échéance et beaucoup ne sont pas reconduits. De nombreux terrains à proximité des villes ont vu leur valeur multipliée de manière fantastique. Non seulement les paysans ne peuvent garder leur terre mais souvent les indemnités qu’ils touchent ne correspondent même pas à l’investissement effectué durant deux décennies pour améliorer les terrains. Ils ne peuvent alors même pas récupérer d’autres terres cultivables Sans parler des énormes plus values qui passent dans les poches de corrompus.

Violences policières

Là aussi les cas sont trop nombreux pour être tous énumérés. Décès suite à des matraquages, morts au poste de police… Ce qui est nouveau depuis 2010 s’illustrent par les réactions de la population comme en juillet 2010 dans la province de Bac Giang quand des milliers de personnes participant aux funérailles d’un jeune motocycliste mort lors d’une course poursuite avec la police. La foule a porté le cercueil devant le bâtiment du Comité Populaire et en a arraché les grilles. Heurts violents avec la police anti-émeutes.

Violence policière à Ha Noi contre des supporters de football en 2009 © VN Express
Violence policière à Ha Noi contre des supporters de football en 2009 © VN Express

Depuis, lors de plusieurs funérailles, les familles ont fait un crochet qui devant un comité populaire ou un poste de police pour présenter le cercueil du défunt mort des suites de son passage dans les locaux de la police.

Lors d’une enquête à propos de la mort d’un voleur de chien (chose hélas très courante plusieurs voleurs ou suspects ont été lynchés et tués en différents endroits du Viêt Nam) la police s’est rendue coupable de torture pour faire avouer des gens interpellés.

Lors du procès d’un inculpé, une centaine de villageois sont venus au tribunal avec leurs aveux. Ces cent personnes ont chacune déclaré avoir tué le voleur. Une action collective et contestataire rare.

La police en plus du mépris qu’elle inspire ne suscite plus ou beaucoup moins de crainte qu’auparavant.

10 Avril 2014, plus de 100 policiers mobilisés pour récupérer quatre policiers enlevés par la foule en colère, dans la province de Ha Tinh. Neuf policiers ont été blessés et plusieurs locaux officiels ainsi que les maisons de quatre responsables locaux ont été endommagées par une foule de plusieurs centaines de personnes en colère protestant contre un projet de cimetière.

Poster des associations issues de la société civile contre la violence policière © 2014
Poster des associations issues de la société civile contre la violence policière © 2014

Le sort des travailleurs à l’étranger

Actuellement environ trois millions de Vietnamien/nes travaillent à l’étranger avec des contrats légaux mais parfois dans des conditions pénibles ou désastreuses (Moyen-Orient, États du Golfe, Malaisie). De nombreux Vietnamiens travaillent clandestinement en Chine.

On peut aussi parler du problème lancinant du trafic d’êtres humains, essentiellement des femmes, envoyées en Chine au Cambodge, à Taïwan ou dans d’autres pays pour des « mariages » arrangés ou pour être livrées à la prostitution. Un phénomène qui participe à un certain climat quand on sait que beaucoup de ces « mariages » ne sont qu’un alibi pour une nouvelle forme d’asservissement.

Les foules imposantes qui ont accompagné les funérailles du général Vo Nguyen Giap alors que le gouvernement ramenait le deuil général à deux jours, pour cause de réception du premier ministre chinois, est aussi un indice d’une assurance en soi qui ne manque pas de s’exprimer dans d’autres domaines.

L’ensemble de ces faits, dont la liste est loin d’être exhaustive, participe à un sentiment général de défiance et aussi de confiance en soi qui va, semble-t-il, perdurer. Pour autant ces mouvements, parfois très radicaux dans leur expression, ne posent pas directement la question du pouvoir politique. Mais pour combien de temps ?

Dominique Foulon, 24 mai 2014.

Pour citer cet article :

Foulon, Dominique (1er juin 2014), « La situation sociale vietnamienne : une lutte des classes qui ne poserait pas la question du pouvoir ? », Mémoires d’Indochine [carnet de recherche] : https://indomemoires.hypotheses.org/15104 (Page consultée le …).

Atelier de réflexion : les enjeux de la crise sino-vietnamienne

L’Institut d’Asie Orientale (IAO) et l’Association Culturelle des Vietnamiens du Rhône organisent

Atelier de réflexion : les enjeux de la crise sino-vietnamienne

Samedi 24 mai, de 15h à 18h, Salle de réunion de l’IAO (R66)

L’atelier se propose d’analyser les récents événements liés à l’implantation d’une plateforme pétrolière dans les eaux contestées des Paracels. Cette implantation considérée comme « illégale » par le Viêt-Nam a engendré de nombreuses manifestations de rue partout dans le pays. Il s’agira de rappeler les enjeux géopolitiques du moment et de comprendre les causes des violences antichinoises qui se sont déroulées principalement dans les provinces de Binh Duong, Dong Nai et de Ha Tinh ainsi que leur impact sur le Viêt-Nam.

Intervenants :

  • Christophe Tran (ACVR) : Les réactions des Vietnamiens à l’étranger

 

Places limitées. Inscription requise auprès de l’IAO :

laurent.gedeon@ens-lyon.fr ou francois.guillemot@ens-lyon.fr

AtelierReflexionChine-Vietnam_2014_05_24