Archives par mot-clé : RDVN

Giới thiệu 150 hiện vật về giai đoạn “Cải cách ruộng đất 1946-1957”

[ndlr] Exposition exceptionnelle sur la “Réforme agraire de 1946-1957” présentée au Musée de l’histoire nationale à Hanoi de septembre à décembre 2014. Comme le précise le résumé ci-dessous deux étapes sont considérées : la situation de la paysannerie avant la réforme agraire, notamment avec la révolution d’août 1945, et la réforme en elle-même sur une période de onze ans. L’objectif est à la fois d’éduquer les jeunes générations sur ce sujet et de “renforcer la confiance du peuple envers le Parti et le gouvernement”, un objectif très politique, qui semble loin des préoccupations historiques soulevées par la radicalité de cette réforme et de son impact sur le long terme. A voir pour se faire une idée du traitement réservé à cette période clé de l’histoire de la RDVN (République Démocratique du Viêt-Nam).

CaiCachRuongDat1946-1957Présentation de 150 objets et documents liés à la période 1946-1957

(Cinet)- Từ tháng 9 đến tháng 12/2014, tại Bảo tàng Lịch sử quốc gia sẽ tổ chức trưng bày chuyên đề “Cải cách ruộng đất 1946-1957”.

Với diện tích trưng bày khoảng 230m2, công chúng sẽ có dịp tiếp cận trực tiếp với gần 150 hiện vật, tư liệu gốc, ảnh tư liệu lịch sử về cải cách ruộng đất đang được lưu giữ tại Bảo tàng Lịch sử quốc gia và các cơ quan lưu trữ, các bảo tàng ở Hà Nội và địa phương như: Cục Lưu trữ Văn phòng Trung ương Đảng, Văn phòng Chính phủ, Văn phòng Quốc hội, Trung tâm Lưu trữ Quốc gia I, II, III, Bảo tàng Hồ Chí Minh và bảo tàng các tỉnh Hưng Yên, Thái Nguyên, Nam Định, Thái Bình… Đây là những tư liệu, hiện vật quý hiếm, chứa đựng nhiều giá trị nội dung lịch sử và lần đầu tiên được đưa ra trưng bày, giới thiệu đến đông đảo công chúng trong khuôn khổ một trưng bày chuyên đề với qui mô lớn và được Bảo tàng Lịch sử quốc gia nghiên cứu nội dung, lựa chọn hiện vật kỹ lưỡng trong nhiều tháng qua.

Trưng bày chuyên đề “Cải cách ruộng đất 1946-1957” gồm 2 phần chính: Nông thôn Việt Nam trước cải cách ruộng đất và Cải cách ruộng đất 1946-1957. Trong đó có các nội dung chính như: tình hình ruộng đất trước cách mạng tháng Tám năm 1945; đời sống địa chủ phong kiến và nông dân trước cách mạng tháng Tám năm 1945; chủ trương của Đảng, Chính phủ về cải cách ruộng đất; cải cách ruộng đất; cửa chữa sai lầm và một số bài học kinh nghiệm; hoàn thành thắng lợi.

Trưng bày là một hoạt động thiết thực góp phần tuyên truyền, giáo dục cho đông đảo tầng lớp nhân dân, đặc biệt thế hệ trẻ nhận thức đúng hơn về cuộc cách mạng ruộng đất trong tiến trình cách mạng giải phóng dân tộc ở nước ta những năm 1946-1957. Qua đó củng cố niềm tin, niềm tự hào về Đảng, Chính Phủ và sự nghiệp cách mạng của nhân dân Việt Nam trong thời kỳ đổi mới, xây dựng và phát triển đất nước hiện nay.

BTV

See more at: Cinet, 05/09/2014.

Pour en savoir plus (en quelques images) :

* * *

DanOan_TrienLamCaiCachRuongDat
Manifestation de paysans contestataires, “indignés”, devant l’exposition sur la Réforme agraire en RDVN.

Pour suivre la polémique locale liée à cette exposition. Mise à jour du 12/09/2014.

Voir aussi les billets marqués CCRĐ publiés sur le Blog de Nguyen Xuan Dien

TIN HOT: ĐÓNG CỬA TRIỂN LÃM CẢI CÁCH RUỘNG ĐẤT (CẬP NHẬT LÚC NỬA ĐÊM)

David G. Marr: Vietnam – State, War, and Revolution (1945-1946) [H-Diplo]

Marr_VietnamStateWarRevolution[ndlr] Un H-Diplo important sur le dernier ouvrage du grand historien David G. Marr. Introduction de Stein Tonnesson, analyses de Pierre Brocheux, Shawn McHale, Pham Quang Minh et Tuong Vu suivies de la réponse de l’auteur. A lire sur H-Diplo.

Vietnam: State, War, and Revolution (1945–1946) is a work of immense value for future debates about such issues, because it brings so many previously unknown facts to the table. The book is likely to attract many Vietnamese readers. Books like these cannot yet be produced by Vietnam-based Vietnamese scholars, who are not free to undertake independent research on topics of major political importance. Once Marr’s book appears in a complete and fully reliable Vietnamese translation – as Pham Quang Minh says it must – it is likely to become a work of reference in Vietnam. My hope is that it will set a standard of historical craftsmanship for future generations of Vietnamese historians (Stein Tonnesson).

Accéder aux textes (PDF) :

H-Diplo Roundtable on David G. Marr. Vietnam: State, War, and Revolution (1945-1946)
3 June 2014

 

Appel pour les droits de l’Homme au Viêt-Nam – 25/12/2012

Manifestation patriotique devant l’Opéra de Saigon le 9 décembre 2012.
Source : xuandienhannom.blogspot.fr

[ndlr] Pourquoi Mémoires d’Indochine s’intéresse à cet Appel ? Nous considérons que par son contenu juridique, ses références explicites à Ho Chi Minh, à l’avènement de la RDVN en septembre 1945, par ses signataires, pour certains, figures connues de l’opposition saigonnaise au cours de la guerre du Viêt-Nam, il présente une dimension historique. Rédigé à l’intérieur du pays, il est publié sur le site de la revue Dien Dan en trois langues (français, anglais, vietnamien). Au 15 janvier 2013, l’Appel comptabilisait 1836 signatures.

 

[Préambule de la revue Dien Dan] Un appel pour les Droits de l’Homme “reconnus par la Constitution vietnamienne et la Convention internationale dont le Vietnam est signataire” a été rendu public le 28 décembre 2012 dernier. Il demande à l’Assemblée Nationale d’abolir l’article 88 du Code pénal punissant les “crimes de propagande contre l’Etat” (de nombreuses personnes sont emprisonnées au nom de cet article) et un arrêté considéré comme anti-constitutionnel et que le gouvernement invoque pour interdire des manifestations pacifiques (notamment pour condamner l’agressivité chinoise en Mer de l’Asie du Sud-Est).

En une semaine, un millier de personnes ont signé cet appel initié par des personnalités bien connues : le mathématicien Hoàng Tụy, le général ancien ambassadeur en Chine Nguyễn Trọng Vĩnh, les professeurs Chu Hảo, Nguyễn Huệ Chi, Tương Lai, Phạm Duy Hiển, les écrivains Nguyên Ngọc, Nguyễn Duy, Phạm Xuân Nguyên, l’évêque Paul Nguyễn Thái Hợp, les militants du mouvement des villes du Sud pendant la résistance anti-américaine Huỳnh Tấn Mẫm, Cao Lập, Lê Hiếu Đằng, André Menras (alias Hồ Cương Quyết)…

Appel pour les droits de l’Homme au Vietnam

Nous, Vietnamiens soussignés, appelons les autorités et l’ensemble du peuple à réaliser et garantir les droits de l’Homme inscrits dans la Constitution de la République Socialiste du Vietnam et dans la Convention internationale dont le Vietnam est signataire.

Parmi ces droits il y a la liberté de parole, de presse, le droit à l’information, la liberté de réunion, d’association, le droit de manifester selon l’article 69 de la Constitution de 1992 (amendée en 2001) et selon les articles 19, 21 et 22 de la Convention internationale sur les droits civiques et politiques à laquelle le Vietnam a adhéré en 1982.

Dans la Déclaration d’Indépendance du 2 septembre 1945, le Président Ho Chi Minh a mis en avant les droits universels de l’Homme inscrits dans la Déclaration américaine d’Indépendance de 1776 et dans la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen de 1791 de la Révolution française, affirmant qu’il s’agit là des « vérités incontestables ».

Dans cet esprit, nous demandons que l’Assemblée nationale supprime l’article 88 du Code pénal vietnamien sur le « crime de propagande contre l’Etat de la République socialiste du Vietnam » et l’arrêté gouvernemental 38/2005/ NĐ-CP du 18 mars 2005 sur « quelques mesures pour garantir l’ordre public ».

L’article 88 du Code pénal qui définit de manière vague et obscure le crime de propagande contre l’Etat de la République socialiste du Vietnam vise en réalité à étouffer la liberté de parole inscrite et garantie dans la Constitution vietnamienne et dans la Convention internationale sur les droits civiques et politiques. Débattre contradictoirement, critiquer des actions de l’Etat, pétitionner sur des questions juridiques, politiques, sur l’appareil d’Etat… constituent l’exercice indispensable et permanent de la démocratie pour faire progresser la société. Mais, avec l’article 88 du Code pénal, tout citoyen auteur de n’importe laquelle de ces actions peut être châtié. Nombreux sont les citoyens vietnamiens qui ont été et qui sont mis en instance, poursuivis, jugés sur ce chef d’accusation, suscitant ainsi le mécontentement de notre peuple et la réprobation du monde au sujet de la situation des droits de l’Homme au Vietnam.

L’arrêté gouvernemental 38/2005/NĐ-CP du 18 mars 2005 est par essence un arrêté interdisant les manifestations. Edicté hors des instances compétentes il a un contenu anticonstitutionnel. Selon les articles 50 et 51 de la Constitution de 1992 (amendée en 2001) les droits des personnes et des citoyens sont établis par la Constitution et la loi, c’est-à-dire fixés par l’Assemblée nationale. Le gouvernement n’a pas le droit de fixer ces droits, encore moins celui de les limiter, de les empêcher, ou de les interdire. Juste après la Déclaration d’indépendance, le Président Ho Chi Minh a signé le décret numéro 31 du 13/9/1945 selon lequel manifester est un droit fondamental dans un régime démocratique et qui stipule que les citoyens doivent seulement annoncer la manifestation aux autorités locales avant son déroulement. Jusqu’ici, aucune loi n’a abrogé ce décret, ce qui signifie qu’il conserve encore toute sa valeur légale. L’arrêté 38 évoqué plus haut va à l’encontre de ce décret, de l’actuelle Constitution et de la Convention internationale sur les Droits civiques et politiques. Il faut donc l’abroger immédiatement.

Nous appelons nos compatriotes à demander à toutes les instances du pouvoir de garantir l’exercice des droits de l’homme et du citoyen ainsi inscrits dans la Constitution vietnamienne et dans la Convention internationale dont notre pays est signataire.

Nous proposons aux juristes, avocats, professeurs en droit… qu’ils fassent connaître et propagent le plus largement auprès de nos compatriotes les droits des personnes et des citoyens, auprès des autorités, des forces de l’ordre telles que la police, l’armée, les milices populaires, auprès des organisations appartenant au Front de la Patrie du Vietnam… afin que chaque citoyen vietnamien puisse jouir des mêmes droits que ceux d’autres peuples dans le monde, afin que les autorités vietnamiennes respectent et garantissent ces droits de la personne à leurs compatriotes.

Nous appelons les cadres, les fonctionnaires, les officiers, les soldats et les policiers dans chaque service compétent au Vietnam à respecter les droits des personnes tels qu’ils sont inscrits dans la Constitution du Vietnam et dans les Conventions internationales relatives à ces droits. Nous les appelons à garantir ces droits tels qu’ils sont reconnus internationalement et à ne pas suivre aveuglément des ordres qui portent atteinte aux droits de l’Homme.

Réaliser et garantir les droits des personnes au Vietnam, c’est la meilleure façon pour édifier un Vietnam «pacifique, réunifié, indépendant, démocratique et prospère», ayant sa place dans le monde. C’est aussi la meilleure voie pour réaliser la concorde et la réconciliation nationales, répondant ainsi aux aspirations de l’ensemble de nos compatriotes.

Pour réaliser ces droits, l’Assemblée nationale doit avant tout abroger l’article 88 du code pénal et l’arrêté 38/N Đ-CD/2005. Elle doit demander aux autorités de libérer tous les détenus emprisonnés en vertu de l’article 88 du Code civil pour avoir manifesté ouvertement et pacifiquement leurs opinions politiques.

Une fois encore nous appelons l’ensemble de nos compatriotes à faire appliquer avec détermination les droits de l’homme fondamentaux et à obliger les autorités à les respecter et les garantir.

Pour exprimer cette volonté, nous souhaitons que nos compatriotes dans le pays et à l’étranger participent activement à la signature de cet appel et le fassent signer autour d’eux.

Nous avons la conviction que la lutte du peuple vietnamien pour conquérir les droits de l’Homme aura l’approbation et le soutien croissants des peuples du monde.

25/12/2012

Traduit par André Menras – Hồ Cương Quyết et Nguyễn Ngọc Giao

Source : Dien Dan Forum

Le texte original en vietnamien.

Tuyên ngôn độc lập nước Việt Nam Dân Chủ Cộng Hòa – Hà Nội 2/09/1945

Source : vietstamp.net

[ndlr] Le 2 septembre 1945, Hô Chi Minh, au nom du gouvernement provisoire, décrète l’indépendance du pays et proclame officiellement la fondation de la République Démocratique du Viêt Nam (RDVN).

Le texte de la proclamation originale en langue vietnamienne est présenté ci-dessous puis dans une version audio-visuelle sur You Tube suivie de la prestation de serment sur la place Ba Dinh.

 

Hỡi đồng bào cả nước,

“Tất cả mọi người đều sinh ra có quyền bình đẳng. Tạo hóa cho họ những quyền không ai có thể xâm phạm được; trong những quyền  ấy, có quyền được sống, quyền tự do và quyền mưu cầu hạnh phúc”.

Lời bất hủ ấy ở trong bản Tuyên ngôn độc lập năm 1776 của nước Mỹ. Suy rộng ra, câu ấy có ý nghĩa là: tất cả các dân tộc trên thế giới đều sinh ra bình đẳng; dân tộc nào cũng có quyền sống, quyền sung sướng và quyền tự do.

Bản tuyên ngôn nhân quyền và dân quyền của cách mạng Pháp năm 1791 cũng nói: “người ta sinh ra tự do và bình đẳng về quyền lợi, và phải luôn luôn được tự do và bình đẳng về quyền lợi”.

Đó là những lẽ phải không ai chối cãi được.

Thế mà hơn tám mươi năm nay, bọn thực dân Pháp lợi dụng lá cờ tự do, bình đẳng, bác ái, đến cướp đất nước ta, áp bức đồng bào ta. hành động của chúng trái hẳn với nhân đạo và chính nghĩa.

Về chính trị, chúng tuyệt đối không cho nhân dân ta một chút tự do dân chủ nào.

Chúng thi hành những luật pháp dã man. Chúng lập ba chế độ khác nhau ở trung, nam, bắc để ngăn cản việc thống nhất nước nhà của ta, để ngăn cản dân tộc ta đoàn kết.

Chúng lập ra nhà tù nhiều hơn trường học. Chúng thẳng tay chém giết những người yêu nước thương nòi của ta. Chúng tắm các cuộc khởi nghĩa của ta trong những bể máu.

Chúng ràng buộc dư luận, thi hành chính sách ngu dân.

Chúng dùng thuốc phiện, rượu cồn để làm cho nòi giống ta suy nhược.

Về kinh tế, chúng bóc lột dân ta đến tận xương tủy, khiến cho dân ta nghèo nàn, thiếu thốn, nước ta xơ xác, tiêu điều.

Chúng cướp không ruộng đất, hầm mỏ, nguyên liệu.

Chúng đặt ra hàng trăm thứ thuế vô lý, làm cho dân ta, nhất là dân cày và dân buôn, trở nên bần cùng.

Chúng không cho các nhà tư sản ta ngóc đầu lên. Chúng bóc lột công nhân ta một cách vô cùng tàn nhẫn.

Mùa thu năm 1940, phát-xít Nhật đến xâm lăng Đông – dương để mở thêm căn cứ đánh đồng minh, thì bọn thực dân Pháp quỳ gối đầu hàng, mở cửa nước ta rước Nhật. Từ đó dân ta chịu hai tầng xiềng xích: Pháp và Nhật. Từ đó dân ta càng cực khổ, nghèo nàn. kết quả là cuối năm ngoái sang đầu năm nay, từ Quảng trị đến Bắc kỳ hơn hai triệu đồng bào ta bị chết đói.

Ngày 9 tháng 3 năm nay, Nhật tước khí giới của quân đội Pháp. Bọn thực dân Pháp hoặc bỏ chạy hoặc đầu hàng. Thế là chẳng những chúng không “bảo hộ” được ta, trái lại, trong 5 năm, chúng dã man bán nước ta hai lần cho Nhật.

Trước ngày mồng 9 tháng 3, biết bao lần Việt minh đã kêu gọi người Pháp liên minh để chống Nhật. Bọn thực dân Pháp đã không đáp ứng, lại thẳng tay khủng bố Việt minh hơn nữa.

Thậm chí đến khi thua chạy, chúng còn nhẫn tâm giết nốt số đông tù chính trị ở Yên bái và Cao bằng.

Tuy vậy, đối với nước Pháp, đồng bào ta vẫn giữ một thái độ khoan hồng và nhân đạo. Sau cuộc biến động ngày mồng 9 tháng 3, Việt minh đã giúp cho nhiều người Pháp chạy qua biên thùy, lại cứu cho nhiều người Pháp ra khỏi nhà giam Nhật, và bảo vệ tính mạng và tài sản cho họ.

Sự thật là từ mùa thu năm 1940, nước ta đã thành thuộc địa của Nhật, chứ không phải thuộc địa của Pháp nữa. Khi Nhật hàng Đồng minh thì nhân dân cả nước ta đã nổi dậy giành chính quyền lập nên nước Việt Nam Dân chủ Cộng hòa.

Sự thật là dân ta đã lấy lại nước Việt Nam từ tay Nhật, chứ không phải từ tay Pháp.

Pháp chạy, Nhật hàng, vua Bảo Đại thoái vị. dân ta đã đánh đổ các xiềng xích thực dân gần một trăm năm nay để gây dựng nên nước Việt Nam độc lập. Dân ta lại đánh đổ chế độ quân chủ mấy mươi thế kỷ mà lập nên chế độ dân chủ cộng hòa.

Bởi thế cho nên, chúng tôi, lâm thời chính phủ của nước Việt Nam mới, đại biểu cho toàn dân Việt Nam, tuyên bố thoát ly hẳn quan hệ thực dân với Pháp, xóa bỏ hết những hiệp ước mà Pháp đã ký về nước Việt Nam, xóa bỏ tất cả mọi đặc quyền của Pháp trên đất nước Việt Nam.

Toàn dân Việt Nam, trên dưới một lòng, kiên quyết chống lại âm mưu của bọn thực dân Pháp.

Chúng tôi tin rằng các nước đồng minh đã công nhận những nguyên tắc dân tộc bình đẳng ở các hội nghị Tê-hê-răng và Cựu-kim-sơn, quyết không thể không công nhận quyền độc lập của dân Việt Nam.

Một dân tộc đã gan góc chống ách nô lệ của Pháp hơn tám mươi năm nay, một dân tộc đã gan góc đứng về phe đồng minh chống phát-xít mấy năm nay, dân tộc đó phải được tự do! dân tộc đó phải được độc lập!

Vì những lẽ trên, chúng tôi, Chính phủ lâm thời của nước Việt Nam Dân chủ Cộng hòa, trịnh trọng tuyên bố với thế giới rằng:

Nước Việt Nam có quyền hưởng tự do và độc lập, và sự thật đã thành một nước tự do, độc lập. Toàn thể dân tộc Việt Nam quyết đem tất cả tinh thần và lực lượng, tính mạng và của cải để giữ vững quyền tự do, độc lập ấy.

Source : Tuoi Tre Oline

* * *

Déclaration d’indépendance de la République démocratique du Viêt-Nam – Hanoi, 2 septembre 1945

Le 2 septembre 1945, Hô Chi Minh, au nom du gouvernement provisoire, décrète l’indépendance du pays et proclame officiellement la naissance de la République Démocratique du Viêt Nam (RDVN).

« Tous les hommes naissent égaux. Le Créateur nous a donné des droits inviolables, le droit de vivre, le droit d’être libres et le droit de réaliser notre bonheur. »

Cette parole immortelle est tirée de la Déclaration d’Indépendance des États-Unis d’Amérique en 1776. Prise dans un sens plus large, cette phrase signifie : tous les peuples sur la terre sont nés égaux ; tous les peuples ont le droit de vivre, d’être heureux, d’être libres.

La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de la Révolution française de 1791 proclame également : « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. »

Ce sont là des vérités indéniables.

Et pourtant, pendant plus de quatre-vingts années, les colonialistes français, abusant de drapeau de la liberté de l’égalité, de la fraternité, ont violé notre terre et opprimé nos compatriotes. Leurs actes vont directement à l’encontre des idéaux d’humanité et de justice.

Dans le domaine politique, ils nous ont privés de toutes les libertés.

Ils nous ont imposé les lois inhumaines. Ils ont constitué trois régimes politiques différents dans le Nord, le Centre et le Sud du Viet Nam pour détruire notre unité nationale et empêcher l’union de notre peuple.

Ils ont construit plus de prisons que d’écoles. Ils ont sévi sans merci contre nos patriotes. Ils ont noyé nos révolutions dans les fleuves de sang. Ils ont jugulé l’opinion publique et pratiqué une politique d’obscurantisme. Ils nous ont imposé l’usage de l’opium et de l’alcool pour affaiblir notre race.

Dans le domaine économique, ils nous ont exploités jusqu’à la moelle, ils ont réduit notre peuple à la plus noire misère et saccagé impitoyablement notre pays.

Ils ont spolié nos rizières, nos mines, nos forêts, nos matières premières. Ils ont détenu le privilège d’émission des billets de banque et le monopole du commerce extérieur.

Ils ont inventé des centaines d’impôts injustifiables, acculé nos compatriotes, surtout les paysans et les commerçants, à l’extrême pauvreté.

Ils ont empêché notre bourgeoisie nationale de prospérer. Ils ont exploité nos ouvriers de la manière la plus barbare.

En automne 1940, quand les fascistes japonais, en vue de combattre les Alliés, ont envahi l’Indochine pour organiser de nouvelles bases de guerre, les colonialistes français se sont rendus à genoux pour leur livrer leur pays.

Depuis, notre peuple, sous le double joug japonais et français, a été saigné littéralement. Le résultat a été terrifiant. Dans les derniers mois de l’année passée et le début de cette année, du Quang Tri au Nord Viet Nam, plus de deux millions de nos compatriotes sont morts de faim.

Le 9 mars dernier, les Japonais désarmèrent les troupes françaises. Les colonialistes français se sont enfuis ou se sont rendus. Ainsi, bien loin de nous « protéger » en l’espace de cinq ans, ils ont par deux fois vendu notre pays aux Japonais.

Avant le 9 mars, à plusieurs reprises, la Ligue Viet Minh a invité les Français à se joindre à elle pour lutter contre les Japonais. Les colonialistes français, au lieu de répondre à cet appel, ont sévi de plus belle contre les partisans du Viet Minh. Lors de leur débandade, ils sont allés jusqu’à assassiner un grand nombre de prisonniers politiques incarcérés à Yen Bay et à Cao Bang.

Malgré tout cela, nos compatriotes on continué à garder à l’égard des Français une attitude clémente et humaine. Après les événements du 9 mars, la Ligue Viet Minh a aidé de nombreux Français à passer la frontière, en a sauvé d’autres de prisons nippones et a protégé la vie et les biens de tous les Français.

En fait, depuis l’automne de 1940, notre pays a cessé d’être une colonie française pour devenir une possession nippone.

Après la reddition des Japonais, notre peuple tout entier s’est dressé pour reconquérir sa souveraineté nationale et a fondé la République démocratique du Viet Nam.

La vérité est que notre peuple a repris son indépendance des mains des Japonais et non de celles des Français.

Les Français s’enfuient, les Japonais se rendent, l’empereur Bao Dai abdique. Notre peuple a brisé toutes les chaînes qui ont pesé sur nous durant près d’un siècle, pour faire de notre Viet Nam un pays indépendant.

Notre peuple a, du même coup, renversé le régime monarchique établi depuis des dizaines de siècles, pour fonder la République démocratique.

Pour ces raisons, nous, membres du gouvernement provisoire, déclarons, au nom du peuple du Viet Nam tout entier, nous affranchir complètement de tout rapport colonial avec la France impérialiste, annuler tous les traités que la France a signés au sujet du Viet Nam, abolir tous les privilèges que les Français se sont arrogés sur notre territoire.

Tout le peuple du Viet Nam, animé d’une même volonté, est déterminé à lutter jusqu’au bout contre toute tentative d’agression de la part des colonialistes français.

Nous sommes convaincus que les Alliés qui ont reconnu les principes de l’égalité des peuples aux conférences de Téhéran et de San Francisco, ne peuvent pas ne pas reconnaître l’indépendance du Viet Nam.

Un peuple qui s’est obstinément opposé à la domination française pendant plus de quatre-vingts ans, un peuple qui, durant ces années, s’est résolument rangé du coté des Alliés pour lutter contre le fascisme, ce peuple a le droit d’être libre, ce peuple a le droit d’être indépendant.

Pour ces raisons, nous, membres du gouvernement provisoire de la République démocratique du Viet Nam, proclamons solennellement au monde entier :

Le Viet Nam a le droit d’être libre et indépendant et, en fait, est devenu un pays libre et indépendant. Tout le peuple du Viet Nam est décidé à mobiliser toutes ses forces spirituelles et matérielles, à sacrifier sa vie et ses biens pour garder son droit à la liberté et à l’indépendance.

Hanoi, le 2 septembre 1945.

Ho Chi Minh, président.

Référence :

Extrait de : Ruscio, Alain, Hô Chi Minh, Textes 1914 – 1969, Paris : L’Harmattan, 1990. 231 p.

Source : CVCE

Voir aussi : Digithèque MJP

Nord Viêt-Nam – décembre 1972 : quelle victoire et pour qui ?

La campagne de bombardement du Nord Viêt-Nam (principalement à Hanoi et Haiphong) au mois de décembre 1972, affublée de cette dénomination cynique de “bombardements de Noël”, fit, selon les estimations occidentales, plus d’un millier de victimes civiles et 1600 selon Hanoi. Dans un article du 28/12/2012, le site vietnamien de la BBC pose cette question toujours sujette à discussion : “Hanoi a abattu combien de B-52 ?” (Hà Nội bắn rơi bao nhiêu B-52?). En effet, la question n’est pas réglée entre les différentes versions avancées par la presse en RSVN et aux Etats-Unis. Si ce détail est important pour la vérité historique, il l’est peut être moins que les conséquences de cette opération militaire qui incita fortement les deux parties, pour des raisons différentes, à retourner à la table des négociations à Paris pour tenter de mettre un terme à la guerre.

Le très officiel site du PCV diffusait en 2004 ses propres chiffres et selon lui, du 18 au 30 décembre 1972, 81 avions américains dont 34 B52 avaient été abattus pendant ces douze jours d’enfer [1]. Cette campagne intitulée du côté de la RDVN le “Dien Bien Phu aérien”, en souvenir de la cuisante défaite française du 7 mai 1954, est présentée comme une victoire incontestable qui “a contribué à obliger les impérialistes américains à signer les Accords de Paris de janvier 1973 et à se retirer du Sud Viêt-Nam”. Alors que le chiffre de 34 B52 était habituellement admis et répété sur les médias communistes vietnamiens, le 19 décembre 2010, le site de l’Armée populaire publiait une évaluation à la baisse affirmant que le Nord Viêt-Nam “avait abattu en douze jours et nuits (du 18 au 29 décembre 1972), 23 B52 et fait prisonnier de nombreux aviateurs américains” [2]. La polémique n’est donc pas tant sur les chiffres que sur l’interprétation et l’exploitation à faire de cette action militaire américaine. Dans les deux cas, il s’agit d’une “victoire politique et militaire”.

Dans un article (sans commentaires) illustré de panneaux commémoratifs et “pédagogiques” paru le 28 novembre 2012 dans le journal Dât Viêt, les chiffres de 4025 victimes tuées et de 3327 blessés étaient avancés avec un nombre record de 100.000 tonnes de bombes versées sur le Nord Viêt-Nam à ce moment là. Un second panneau rappelait que 5480 maisons, 24 écoles et 5 hôpitaux et de nombreux autres lieux clés de la ville (pagodes, théâtres…) avaient été totalement détruits par les bombardements (voir ci-dessous) [3]. Autant dire que la pression venue du ciel était très forte si l’on considère ces chiffres avec sérieux. A la suite de l’importante Offensive de Pâques (Chiến dịch Xuân hè 1972) contre la République du Viêt-Nam au Sud du 17e Parallèle, les forces de l’Armée populaire de la RDVN étaient très affaiblies. Elles avaient entre le 30 mars et le 22 octobre 1972 essuyé d’énormes pertes en hommes et en matériel et l’Etat-major nordiste avait notamment sous-estimé la capacité du Sud à résister et à reprendre l’initiative sur son territoire grâce à l’intervention massive de l’aviation américaine.

Du côté américain, l’opération militaire intitulée “Linebacker II” fut déclenchée en décembre et dura 11 jours et non douze (the 11- Day War). Elle fait suite à une première “Linebacker I” déclenchée à partir de mai 1972 pour tester la défense aérienne nord-vietnamienne et répondre à l’Offensive de Pâques menée par la RDVN contre le Sud. Selon la BBC, l’opération de décembre coûta la vie à huit aviateurs américains, tués ou blessés en vol, mais 25 disparurent, 33 furent faits prisonniers et 26 furent récupérés et sauvés. Au total, 15 B52 furent abattus. Sur 741 vols raids aériens, 729 furent accomplis et 12 raids abandonnés [4]. Aucune raison n’est donnée sur ces abandons. De même que pour la RDVN, cette campagne est présentée par les Etats-Unis comme une victoire militaire qui força les dirigeants du Nord Viêt-Nam à retourner à la table des négociations alors dans l’impasse. Le 8 janvier 1973, les deux parties se retrouvèrent effectivement à Paris pour poursuivre les discussions engagées sur la fin de la guerre alors même que les relations entre Henry Kissinger et le gouvernement de Saigon étaient très tendues. La République du Viêt-Nam (Sud) redoutait à juste titre que le retour hâtif des forces américaines sans réelle contrepartie pour le Nord ne précipitât l’invasion programmée du Sud par Hanoi.

Les deux parties nord-vietnamiennes et américaines, “victorieuses”, se mirent d’accord pour sceller le sort de Saigon le seul vrai perdant des Accords de Paris de janvier 1973. Hanoi pouvait maintenir et renforcer secrètement son soutien à son bras politique et armé au Sud (GRP et FNL-Sud Viêt-Nam), les soldats américains pouvaient se retirer “dans l’honneur” et au bénéfice de la “vietnamisation”, la République du Viêt-Nam était censée survivre dans un rapport de force désormais inégal. Le 30 avril 1975, les chars nord-vietnamiens entraient dans Saigon après trente années d’acharnement politique et militaire, d’offensives sanglantes et de campagnes meurtrières, de combats fratricides, dans le but de réunifier le Viêt-Nam sous l’égide du seul vainqueur totalitaire pour une “victoire totale” (toàn thắng) qui se voulait totalisante et définitive.

François Guillemot, 29/12/2012. D’après les deux articles de la BBC.

Notes

[1] Thượng tá Trần Việt Anh, Trận Điện Biên Phủ trên không, 14/10/2004 (Viện Lịch sử quân sự Việt Nam biên soạn). Article rédigé par l’Institut d’Histoire militaire du Viêt-Nam.

[2] Đỗ Sâm, Hà Nội 12 ngày đêm “Điện Biên Phủ trên không”, QĐND – Chủ Nhật, 19/12/2010.

[3] “Điện Biên Phủ trên không: Phục dựng hình ảnh B-52, SAM-2, MiG-21”, Báo Đất Việt, 28/11/2012.

[4] “North Vietnam, 1972: The Christmas bombing of Hanoi”, BBC Magazine, 24/12/2012. (voir extrait et lien ci-dessous)

 

* * *

North Vietnam, 1972: The Christmas bombing of Hanoi

The biggest ever bombing campaign by US B-52 aircraft took place over Christmas 40 years ago, when the US dropped 20,000 tonnes of explosives on North Vietnam. More than 1,000 Vietnamese died, but the assault may have helped bring about the peace deal signed a month later.

Operation Linebacker II was President Richard Nixon’s attempt to hasten the end of the Vietnam War, as the growing strength of the Viet Cong caused heavy casualties among US ground troops.

The capture and torture of downed airmen in the north, regularly paraded on television, was also an embarrassment for Washington. Nixon was under pressure to bring the troops home.

At the same time, long-running negotiations in Paris between the warring parties had broken down.

The relationship between American negotiator Henry Kissinger and the government in the south was strained, while Le Duc Tho – representing the northern Communist government – was refusing to budge on the issue of prisoner releases. So the Americans decided to take decisive action.

Read more / Lire la suite : BBC Magazine, 24/12.2012.

Ecouter le témoignage de Ha Mi : Vietnam Christmas Bombing, 26/12/2012.

Những “Vệ út” : Les enfants-soldats de Ho Chi Minh au début de la guerre d’Indochine

Lors des soixante jours de résistance à Hanoi entre le 19 décembre 1946 et le 17 février 1947, une “force spéciale” agissait aux côtés des troupes de l’armée régulière de la RDVN. Elle était constitué d’enfants d’à peine dix ans, ceux que l’on appelait alors affectueusement les “Vệ út”, les “cadets des Forces d’Autodéfense”.

Cet aspect peu connu de la résistance vietnamienne a été révélé en décembre 2006 à l’occasion du soixantième anniversaire du déclenchement de la guerre. L’emploi des enfants dans la résistance fut également mentionné dans les mémoires de Vo Nguyen Giap. L’historien Christopher Goscha a souligné l’utilisation de ces “recrues intéressantes” pour le Viêt-Minh à Hanoi et Saigon et en a rappelé les limites. [1]

Jusqu’à aujourd’hui peu de recherches se sont intéressées spécifiquement aux rôles des enfants dans la guerre d’Indochine puis plus tard lors de la guerre du Viêt-Nam de quelque bord qu’ils fussent. Il est vrai que cet aspect de la guerre nécessite un accès aux archives et à défaut la construction d’un corpus de témoignages vérifiés et solides. Qui étaient-ils ? Combien étaient-ils ? Que faisaient-ils ? Comment se comportaient-ils face au feu ? Une série d’articles parus en 2006 dans le journal Tuổi Trẻ [Jeunesse] revenait sur le destin (côté RDVN) de quelques-uns de ces survivants d’une époque qui façonna leur destin. [2]

Source : www.vnmilitaryhistory.net

“Qui étaient-ils ?” est la première question qui vient à l’esprit. Il s’agissait la plupart du temps d’enfants pauvres, d’orphelins, de petits vendeurs de rues (de journaux ou de sandwiches), de cireurs de chaussures qui passaient leurs journées dans les rues d’Hanoi pour trouver de quoi survivre et se nourrir. De nombreux orphelins ayant survécu à la terrible famine de l’hiver 1944-1945 avaient été poussés dans le hameau des travailleurs pauvres de Phuc Tân, Phuc Xa aux abords du Fleuve rouge. A cette époque la langue de terre de Phuc Tân, longeant le Fleuve rouge, rassemblait plus d’une centaine de paillotes branlantes qui abritaient les travailleurs pauvres mais également des dizaines d’enfants abandonnés ou malchanceux. Tous les “gavroches” de la ville trouvaient là un refuge et un peu de réconfort. Des liens d’amitié se nouèrent, des destins communs pouvaient s’épauler. Puis la guerre arriva à grands pas. Et le 19 décembre Phu Tân s’embrasait.

Pour empêcher le Viêt-Minh de se ravitailler, les forces du CEFEO incendièrent ce quartier de misère sans en mesurer les conséquences. Des dizaines de jeunes furent immanquablement pris dans le cercle de la guerre. Ces enfants quittèrent leur Phu Tân en feu pour investir la capitale. Dans l’autre sens, les citoyens de Hanoi cherchaient à fuir par tous les moyens vers les provinces adjacentes de Nam Dinh, Ha Nam, Ninh Binh… Quant aux “poussières de vie” de Hanoi, elles se retrouvèrent aux barricades dressées par les Forces d’Autodéfense et, de fait, furent associées à la résistance. Jeune agent de liaison de 11 ans, l’ancien “cadet” Nguyen Van Phuc expose ses motivations :

“La chose extraordinaire est que moi et de nombreux autres gamins de mon âge qui tentions d’échapper à l’évacuation se retrouvèrent là à participer à la résistance. Notre objectif étaient vraiment simple : rester pour frapper ceux qui avaient brûlé nos maisons à Phuc Tân” [3].

L’idée d’en découdre prévalait sans mesurer véritablement ce que comportait cet engagement sur les premières lignes comme le rappelle Nguyen Van Hieu : “Nous étions encore trop petits pour comprendre que la guerre et la mort se cotoyaient de très près” [4].

Những Vệ út trong mùa đông 1946 – Ảnh tư liệu.
Source : http://www.vnmilitaryhistory.net

Mais à Hanoi, la situation devint intenable pour le Viêt-Minh lorsque la voie secrète pour le ravitaillement fut découverte. Il fallut penser à évacuer. Un accord fut trouvé avec les consuls chinois, britannique et américains pour respecter avec les Français une trève de ving-quatre heures permettant l’évacuation des civils chinois, hindous et vietnamiens de la ville. Vo Nguyen Giap rappelle cet épisode dans La résistance encerclée :

Le haut commandement décida de laisser dans l’interzone I une petite unité de cinq cents combattants sélectionnés. La plupart de nos forces devant être évacuées avec les civils pendant la trève. Toutefois, après l’évacuation, selon le rapport du PC du régiment, notre effectif sur place était encore de mille deux cents combattants, dont deux cents femmes et soixante quinze enfants. Nous n’avions pas compté ceux qui, éludant le recensement sélectif, étaient décidés à continuer le combat dans l’interzone. [5]

Autant dire que ceux qui restèrent faisaient figure de volontaires de la mort car les bombardements de l’aviation et de l’artillerie françaises reprirent avec plus d’intensité pour anéantir les dernières poches de résistance du Viêt-Minh.

Evalués à plus de 175, les enfants-soldats de Ho Chi Minh des premiers temps de la résistance servaient comme agents de liaison entre les unités Viêt-Minh, comme éclaireurs logés sur les toits des maisons pour surveiller l’avancée des troupes françaises, comme agents de ravitaillement ou de renseignement. Si peu prirent les armes (elles-mêmes en nombre réduit), certains possédaient des grenades et beaucoup se sacrifièrent lors des durs combats urbains. Peu à peu, ces enfants furent intégrés dans l’armée régulière (Ve Quoc Quan) principalement en tant qu’agents de liaisons. Ils furent pris en main politiquement et militairement dans les détachements de jeunesse du Viêt-Minh. Lors de l’évacuation de la ville en février 1947, ils furent regroupés à Dai Thu dans la province de Thai Nguyên comme le souligne Dang Van Tich :

“Les cadets d’Autodéfense suivirent leurs ainés lors du repli du Régiment de la Capitale. En arrivant à Thai Nguyên, le groupement des cadets qui ne comptaient plus qu’environ 120 enfants fut rassemblé en deux compagnies. Ce fut l’unique chance pour que tous les cadets ayant participé aux 60 jours de résistance puissent faire connaissance” [6].

Nhạc sĩ quyết tử quân Lương Ngọc Trác với các em Vệ út Trang Công Lũy (phải), 10 tuổi và Phạm Đình Luận (trái), 9 tuổi – những chú bé liên lạc gan dạ trên chiến lũy Liên khu 1.

Un ouvrage illustré, rassemblant 145 photographies, a été publié en 2006 par l’ancien “cadet d’Autodéfense” Dang Van Tich mais la vie quotidienne de ces 175 enfant-soldats pris dans le feu de la guérilla urbaine de 1946 puis dans la longue guerre de trente ans restent encore méconnus. Les journalistes Tran Dinh Tu et Lam Hoai ont commencé à lever le voile sur le destin de quelques-uns de ces survivants, engagés bon gré mal gré dans une aventure guerrière qu’ils ne pouvaient imaginer aussi longue et déterminante pour leur pays.

François Guillemot, 20/12/2012.

Notes :

[1] Christopher E. Goscha, Vietnam, un Etat né de la guerre 1945-1954, Paris, Armand Colin, 2011, pp. 145-146.

[2] Voir les liens aux 6 articles en vietnamien ci-dessous : “Những Vệ út trên chiến hào vệ quốc”. Christopher Goscha s’appuie sur ces documents pour retracer l’histoire des “Vê ut”, voir Vietnam, un Etat né de la guerre, pp. 157-159.

[3] TRẦN ĐÌNH TÚ, “Những Vệ út trên chiến hào vệ quốc“, Tuổi Trẻ, 11/12/2006.

[4] TRẦN ĐÌNH TÚ, “Những “Gavroche” Hà thành“, Tuổi Trẻ, 11/12/2006.

[5] Vo Nguyen Giap, Mémoires 1946-1954. Tome 1 :  La résistance encerclée, Fontenay-sous-Bois, Anako Editions, coll. Grands Témoins, 2003, p. 53.

[6] TRẦN ĐÌNH TÚ, “Những “Gavroche” Hà thành“, art. cit.

Pour en savoir plus :

  • La série de six articles parus en 2006 sur Tuổi Trẻ : “Kỷ niệm 60 năm ngày Toàn quốc kháng chiến (19-12-1946 – 19-12-2006)”

Những Vệ út trên chiến hào vệ quốc

>> Kỳ 1: Tuổi thơ dữ dội
>> Kỳ 2: Những “Gavroche” Hà thành
>> Kỳ 3: Nữ Vệ út và báu vật 60 năm
>> Kỳ 4: Tiểu đội nhí và “chiến thuật xe bò”
>> Kỳ 5: Người chép sử Vệ út

>> Kỳ 6: Cô đầu phố Khâm Thiên

  • Nguyễn Trọng Hàm, Đặng Văn Tích, Hoàng Kim Đáng (biên soạn), Quyết tử để Tổ Quốc quyết sinh, Hà Nội : Nhà xuất bản Quân đội nhân dân, 2005.