Archives par mot-clé : nationalisme

Charles Keith, Catholic Vietnam. A Church from Empire to Nation – CR de lecture par Pierre Brocheux

Keith_CatholicVietnamKEITH Charles, Catholic Vietnam. A Church from Empire to Nation, University Press of California, 2012, 312 p., bibliographie, index, 14 photographies.

Récemment encore, l’historiographie du catholicisme (Église, clergé et fidèles) au Viêt Nam se réduisait à l’histoire des missions catholiques, des missionnaires occidentaux, des persécutions et du martyrologue. Ce sont des historiens américains qui, une fois de plus, dans l’historiographie du Viêt Nam et de la colonisation française proposent une perspective neuve. Parmi eux, Jacob Ramsay avait ouvert la voie avec Mandarins and Martyrs… (voir recension dans Outre-Mers. Revue d’Histoire 364-365 / 2009, p. 397-399).

À la suite de Jacob Ramsay qui avait centré son récit-analyse sur le XIXème siècle, Charles Keith s’attache à l’évolution du Catholicisme vietnamien pendant la période de la domination coloniale française, essentiellement le XXème siècle. La période fut particulièrement critique à cause de la coïncidence et de la collusion entre domination étrangère et catholicisme. Le règne de l’empereur Minh Mạng (1820-1840) détermina le cours des relations entre la monarchie viet et la chrétienté. Le rejet de la religion étrangère et de ses servants jugés incompatibles avec une entité où le politique, le religieux et le social sont entrelacés, fut désormais nourri par la résistance à l’agression suivie de la lutte pour recouvrer l’indépendance.

Les sept chapitres de la démonstration sont fondés sur une documentation exhaustive à laquelle l’auteur a pu accéder grâce à sa connaissance du français mais aussi du quốc ngữ.  Charles  Keith a mobilisé toutes les ressources archivistiques des États et des institutions religieuses de Hanoi, Ho Chi Minh-ville, Paris, Rome. Il dépouillé 19 périodiques en français et autant en quốc ngữ. Un tel labeur force l’admiration. Mais l’abondance documentaire ne suffit pas à faire un bon livre, l’auteur aurait pu s’y noyer s’il  n’avait  posé de bonnes questions qui ont guidé sa recherche et ses interprétations.

Au XIXème siècle, les persécutions anti-chrétiennes (de l’empereur Minh Mạng à Tự Đức, 1820-1883) n’éradiquèrent pas la doctrine étrangère ni la communauté catholique autochtone, au contraire elles les renforça. Elles eurent deux conséquences qui ne furent pas perçues du première coup :

  • 1. Le clergé indigène encore  faible numériquement et dont la formation n’était pas assez approfondie remplacèrent les missionnaires européens en fuite ou obligés de se terrer dans la clandestinité. En forçant le propos, on dira, qu’en maints endroits, l’église indigène gagna en autonomie (Jacob Ramsay, op.cit.)
  • 2. Lorsque les Français s’engagèrent dans la conquête de la péninsule indochinoise, ils trouvèrent des alliés qui vinrent naturellement se mettre sous leur aile protectrice.  Cette alliance de fait approfondit le fossé entre les catholiques et la majorité de la population (massacres de 1885).

La communauté et le clergé indigène s’affirmèrent d’abord comme une identité distincte et autonome par rapport à la majorité de la population et de la doctrine d‘État officielle marquée au sceau du confucianisme. Mais en même temps, pendant les huit décennies suivant la conquête, les catholiques vietnamiens durent surmonter et même défaire l’amalgame entre leur religion venue de l’étranger et la sujétion imposée par le même étranger.  Se faire reconnaître une place dans la cité et faire reconnaître leur religion comme partie intégrante de la culture vietnamienne : c’est le sujet du livre.

L’émancipation de la catholicité vietnamienne débuta véritablement dans le premier tiers du XXème siècle où elle s’inscrivit dans l’évolution de la colonisation, du monde catholique et du monde tout court. Le chapitre 2 du livre brosse le tableau d’une Église coloniale divisée suivant la hiérarchie raciale de la société coloniale.  L’auteur brosse le tableau de situations relationnelles très complexes qui divisaient le monde colonial en Indochine. Cette complexité résultait des pouvoirs détenus par les uns et les autres : clergé indigène/clergé missionnaire européen (français et aussi espagnol), administration coloniale qui reproduit les clivages de la métropole : catholiques et non catholiques, catholiques et républicains, franc-maçons, anticléricaux. Par conséquent, le corps ecclésiastique est lui même clivé selon le schéma dominants–dominés et il est le théâtre de frictions voire de heurts. Leopold Cadière, grande figure des Missions étrangères de Paris et un des pères de la vietnamologie, déplora explicitement la discrimination raciale au sein du clergé d’Indochine qu’il jugeait fruit du contexte politique et contraire à la doctrine chrétienne (p. 97).

Cependant, la catholicité vietnamienne changea progressivement mais sûrement sous l’influence de changements survenus dans le monde catholique, dans l’empire colonial et dans le monde tout court (les denses chapitres 3, 4 et 5 contiennent le récit et l’analyse de ces transmutations). Fondamentalement, l’Église catholique romaine ne pouvait pas admettre ou s’accommoder de la domination coloniale installée et entretenue par la violence sur une base de rapports inégaux entre les hommes. En outre, elle pressentait que la collusion ou la confusion entre domination coloniale et évangélisation ne pouvait que porter préjudice à celle-ci. Le pape Léon XIII (1873-1903) exprima sa préoccupation à ce sujet et il réclama qu’une attention particulière fut portée à la formation et à la promotion des clergés non européens.  Les papes Benoît XV en 1919 et Pie XI en 1926, donnèrent le signal de la « décolonisation catholique ».

De leur côté, les catholiques vietnamiens s’adressèrent directement à la papauté. En  1922, le grand mandarin Nguyễn Hữu Bài se rendit à Rome et présenta quatre revendications : uniformisation des recueils de prières et manuels de catéchismes en quốc ngữ, uniformisation des textes d’enseignement pour les séminaires, une hiérarchie ecclésiastique vietnamienne et une journée de célébration des martyrs vietnamiens (p. 97-99). En 1941, les petits et grands séminaires utilisaient des publications en langue nationale.

Les catholiques ne sont pas un monde fermé, en une seule décennie, ils resserrent leurs liens communautaires, ils élargissent leur horizon au niveau international : à Rome comme à Manille, ils sont présents dans les congrès eucharistiques, les rencontres de jeunes catholiques, les grands pèlerinages (en 1938, celui de La Vang dans le centre Viêt Nam est mis au même rang que ceux de Lourdes et de Fatima).

Les efforts du Vatican tendirent à faire naître ou à renforcer les clergés locaux ou nationaux sur la base de l’égalité et de la justice furent stimulés par l’apparition de doctrines et de forces sociales et politiques concurrentes comme le socialisme puis le communisme.

Le tournant fut pris en Chine dès 1924 et en Indochine dans les années 1930. L’investiture de quatre évêques vietnamiens de 1933 à 1938, accompagna l’émergence d’une élite où figuraient de nombreux catholiques, de la culture moderne où la presse en quốc ngữ prit une place et une influence grandissante. La question sociale occupa une place centrale dans les débats de société où elle fut rapidement indissociable de la question nationale. Le syndicalisme légal qui apparut au Viêt Nam dans les années 1950 naquit des initiatives des militants de la Jeunesse ouvrière chrétienne / JOC. Le clergé prit part aux grand débats de société et le peuple catholique se trouva impliqué dans les débats sur l’avenir de la nation. Le peuple et le clergé y gagnèrent leur autonomie.

La seconde guerre mondiale, la division du monde en deux et la guerre froide mirent à l’épreuve les catholiques vietnamiens qui durent faire un choix devant le drame de la guerre d’indépendance puis la guerre civile qui suivit jusqu’en 1975. La mouvance  catholique conservatrice dont Ngô Đình Diệm fut le représentant, ne résista pas  à la tentation du pouvoir politique (Le quatrième Vietnamien a recevoir l’investiture épiscopale fut son frère aîné, Ngô Đình Thục) (chapitres 6 et 7). Si Diêm fut renversé, si les communistes prirent le pouvoir qu’ils conservent encore aujourd’hui, la catholicité vietnamienne est devenu sinon un contre-pouvoir, du moins un interlocuteur incontournable, reconnu comme partie intégrante de la nation.  Simultanément, la culture chrétienne est reconnue comme composante de la culture nationale.

Il est souhaitable que ce récit d’une histoire partagée , parfaitement lisible et convaincant et qui comble une lacune historiographique soit traduit en français.

Pierre Brocheux.

CR de lecture publié sur Mémoires d’Indochine avec l’aimable autorisation de l’auteur.

Annonce de la parution de cet ouvrage sur Mémoires d’Indochine et notice SUDOC.

Conférence : La révolution inachevée du nationalisme vietnamien – François Guillemot

Guillemot_PageTitre_RévolutionInachevéeCette communication s’intéresse aux projets avortés ou inachevés dans la construction d’un Viêt-Nam non communiste. Les différents processus, rappelés brièvement, permettent de comprendre ce qui fonde le Viêt-Nam actuel dans toute sa complexité. Nous interrogeons les rapports ambivalents entre nationalisme et démocratie à l’aune de quatre phases : situation coloniale, temps des révolutions, lutte pour l’indépendance, transformation idéologique. Toute une série d’acteurs impliqués à divers degrés dans l’avènement d’une solution politique démocratique et leurs projets sont évoqués, pour l’essentiel : Phan Chau Trinh, Nguyen An Ninh, Pham Quynh, Hoang Dao, Hoang Van Co, Tran Van Tung, Nguyen Van Tam, Nguyen Ngoc Huy, Nguyen Van Bong, Nguyen Manh Tuong, Ha Si Phu, Nguyen Ho, Tran Do…

Tran Van Tung et l'idéal d'un nationalisme libéral, humaniste et progressiste.
Tran Van Tung et l’idéal d’un nationalisme libéral, humaniste et progressiste.

Ainsi cet essai d’interprétation privilégie les projets politiques d’une multitude d’acteurs qui inscrivirent le devenir de leur pays dans un processus démocratique, dans une “pravis non-révolutionnaire” qui s’opposa sur de nombreux points aux projets et sratégies révolutionnaires qu’ils aient été nationalistes ou communistes. De Phan Chau Trinh, le précurseur, à Tran Do, le général dissident, en passant par Tran Van Tung ou Nguyen Ngoc Huy, les tenants d’un “nationalisme libéral”, le processus inachevé de cette révolution démocratique est étudié en confrontant les déclarations d’intention à la réalité historique d’un Viêt-Nam inscrit dans les conjonctures spécifiques de la colonisation à l’indépendance nationale.

– – –

Affiche_RévolutionInachevée_UQAM

Cliquer sur l’affiche pour l’agrandir

Indochine. Des territoires et des hommes (1856-1956) [parution]

IndochineTerritoiresHommesIndochine. Des territoires et des hommes (1856-1956)

Édition publiée sous la direction de Christophe Bertrand, Caroline Herbelin et Jean-François Klein

Coédition Gallimard/Musée de l’Armée

Albums Beaux Livres, Gallimard, 316 pages, 500 ill., sous couverture illustrée, 200 x 300 mm.

Le processus de colonisation et de décolonisation de l’ancienne Indochine française tient presque tout entier dans un siècle, de 1856 à 1956. Les dernières avancées de l’historiographie permettent de l’appréhender dans son ensemble, pour mieux comprendre sa spécificité : l’Indochine, enjeu politique et économique mais aussi mythe littéraire, constitue un cas à part dans l’histoire de l’empire colonial français. En diversifiant les approches – militaire, politique, sociale, économique, religieuse, culturelle – et en croisant les regards d’historiens français, cambodgiens, laotiens, vietnamiens et anglo-saxons, cet ouvrage vise à en offrir l’image la plus complète.

Un ensemble exceptionnel de près de 400 œuvres, objets et documents, souvent inédits – peintures, dessins et photographies, armes, uniformes et emblèmes, archives et imprimés provenant des collections du musée de l’Armée et de nombreuses institutions patrimoniales de référence –, donne à voir toutes les facettes du passé complexe de l’Indochine. Leur diversité fait écho au travail des auteurs et vient nourrir la réflexion.

Source : Gallimard

  • Agenda :

Exposition Indochine. Des territoires et des hommes, 1856-1956

Du 16 octobre 2013 au 26 janvier 2014

Musée de l’Armée, Paris

Dai Viêt, indépendance et révolution au Viêt-Nam – CR de lecture par Bernard Dupaigne

Guillemot_DaiViêt

Académie des Sciences d’Outre-Mer

Les recensions de l’Académie

Dai Viêt, indépendance et révolution au Viêt-Nam : l’échec de la troisième voie, 1938-1955 / François Guillemotéd. les Indes savantes, 2012
cote : 59.155

Hô Chi Minh, l’« éclairé », avait du charme, et il s’en est abondamment servi auprès de ses compatriotes et des Occidentaux « démocrates ». Il était également un redoutable homme politique, prompt à se méfier de ses concurrents dans la course pour le pouvoir, à les écarter sous prétexte de « révisionnisme », ou à les éliminer. Il a su assurer sa prééminence, supériorité qui se manifestera enfin par de gigantesques affiches à son effigie dans tous les lieux visibles. C’est ainsi, en creux, un cours de réussite qui nous est donné par ce fascinant ouvrage, reflet d’une thèse de doctorat d’État en histoire, soutenue à l’EPHE en 2003. Il nous montre ce qu’il aurait fallu faire pour que l’Histoire en fût changée.

Vue de Paris, l’histoire récente vietnamienne est linéaire. Le vaillant parti communiste vietnamien aurait fini par prendre le dessus sur les colonialismes français, puis américains, avec l’appui du peuple soulevé. L’auteur de ce livre ne cherche pas à prouver le contraire. Il se contente de remarquer que « malheur au Vaincu ! », et de poser un regard interne sur le Vietnam, en ajoutant la nécessaire dimension vietnamienne aux histoires reconstruites après coup. L’histoire contemporaine du Vietnam est restée jusqu’à présent connue à sens unique : « dans les ouvrages français sur cette guerre franco-vietnamienne, les acteurs vietnamiens sont quasiment absents ». Du côté Viêt Minh, il est surtout fait référence au célèbre duo, Hô Chi Minh et Vo Nguyen Giap ; du côté « nationaliste » à Bao Dai. L’intérêt de cet ouvrage remarquable est que l’auteur, qui parle vietnamien, a eu accès à toutes les sources écrites, aux archives, et aux témoignages des acteurs encore vivants. Ainsi, prend-il l’histoire depuis le début, mettant en scène tous les acteurs, décrivant leurs pensées et leur stratégie, comme s’il ne savait pas qui allait gagner à la fin.

La « guerre d’Indochine » (1945-1954) est ainsi certainement une guerre anticoloniale, mais surtout une guerre civile fratricide entre communistes, aidés par l’URSS et la Chine de la « guerre froide », et nationalistes vietnamiens. Le Viêt Minh avait réussi l’union de ses membres, dans la terreur, par les exclusions et les éliminations ; les nationalistes étaient restés jusqu’au bout divisés, par des querelles d’idées et de personnes. Ils n’ont pas su s’imposer lors de la période révolutionnaire d’août 1945 entre le départ des Japonais et le retour des troupes françaises : le Viêt Minh, mieux organisé, prit seul le pouvoir à Hanoï le 19 août.

L’auteur nous détaille ainsi, et pour la première fois, non l’histoire du nationalisme vietnamien non communiste dans son ensemble, ce qui aurait représenté une tâche impossible, mais l’évolution, depuis ses origines, d’un courant nationaliste révolutionnaire incarné par le « Dai Viêt » ou « Dai Viêt Quôc Dân Dang », Parti National du Grand Vietnam. Ce parti réclamait l’indépendance : son projet de libération sociale et nationale (doctrine de la Survivance du Peuple) s’est confronté au conflit idéologique opposant totalitarisme communiste et État national, tout en tentant de préserver la pérennité du parti au milieu de ses contestations internes.

Bien que certains membres du parti aient participé, après la partition du pays, aux gouvernements de la République du Sud Viêt-Nam, ce sont eux « les principaux perdants de l’histoire contemporaine du Viêt-Nam » et ce texte foisonnant leur rend au moins justice.

Le Viêt-Nam reste encore « l’un des mythes puissants de ce vingtième siècle ». Il est bon que l’on en connaisse toute l’histoire, et tous les acteurs. Et pas seulement ceux dont l’action a été réécrite pour être idéalisée. Construire un parti révolutionnaire qui se voulait internationaliste n’a pu se faire que par une lutte féroce contre les tenants de la ligne nationale.

Comprendre les mouvements nationalistes dans le monde reste encore d’une grande nécessité. Ainsi, on ne peut qu’encourager cet auteur novateur à poursuivre sa réflexion par un ouvrage plus synthétique, destiné celui-ci à un public plus large.

Bernard Dupaigne.

Source : ASOMCR de lecture (pdf)

Nguyễn Tường Bách (1916-2013), de la lutte révolutionnaire à l’exil prolongé: un destin vietnamien

Nguyen-Tuong-BachDepuis le 11 mai 2013, le docteur Nguyễn Tường Bách* nous a quittés. Décédé à l’âge de 97 ans à l’hôpital de Fountain Valley en Californie, il reste un personnage méconnu mais néanmoins incontournable de l’histoire contemporaine du Viêt-Nam. Cadet de la célèbre famille de lettrés Nguyễn Tường, Nguyễn Tường Bách, né en 1916 à Câm Giang dans la province de Hai Duong, fut de tous les combats littéraires et politiques menés par le groupe littéraire autonome (Tự lực Văn Đoàn) et les partis nationalistes Đại Việt Dân Chính et VNQDĐ (Parti National du Viêt-Nam). Ses grands frères, les célèbres Nguyễn Tường Tam (Nhất Linh), Nguyễn Tường Long (Hoàng Đạo) et Nguyễn Tường Lân (Thạch Lam) ainsi que sa soeur Nguyễn Thị Thế jouèrent un rôle prépondérant dans le renouveau littéraire des années 1930.

Nguyễn Tường Bách de son nom de plume Vien Son rédigea très tôt des poésies et des nouvelles dans les deux grands journaux du Tự lực Văn Đoàn, Phong Hóa (Moeurs) et Ngày Nay (Temps modernes). Il intégra le lycée du Protectorat (trường Bưởi) avant de poursuivre ses études à la Faculté de Médecine de l’Université indochinoise. Il y reçut son diplôme de médecine en 1944. Mais Nguyễn Tường Bách fut surtout connu pour son engagement politique aux côtés de son grand frère Tam. Il fut d’abord affilié au Đại Việt Dân Chính (Parti Populaire du Grand Viêt-Nam), le nouveau parti créé et dirigé par Tam en 1939. Il avait alors 23 ans. Ce nouveau parti influencé par les nationalismes autoritaires japonais et européens rassemblait autour de Tam, l’artiste laqueur Nguyễn Gia Trí et le théoricien Hoàng Đạo. Bách de son côté prit en charge les éditions Đời Nay.

InsigneVNQDD
Insigne du VNQDD en 1945-1946 © Eric Deroo

Le jeune parti nationaliste tenta de développer des groupes d’assaut dans la province de Bắc Ninh et s’activa à Hanoi. Il fut rapidement repéré par la Sûreté coloniale qui, ayant gardé la main sur les affaires intérieures malgré la présence japonaise, lança contre lui et d’autres formations “antifrançaises” une vaste répression à l’automne 1941. Nguyễn Tường Tam, le chef, fut activement recherché mais il s’était déjà réfugié en Chine. C’est à ce moment que le parti qui pensait s’accommoder de la présence japonaise ou du moins obtenir un soutien de la Kempeitai pour mener la révolution nationaliste changea radicalement d’option politique. Le groupe se rapprocha du VNQDĐ de l’Extérieur regroupé au Yunnan et entre 1943 et 1945 organisa la nouvelle alliance des partis nationalistes révolutionnaires qui devait concurrencer le Viêt-Minh, l’organisation patronnée par le Parti communiste indochinois (PCI). Le Front des Partis Nationalistes (Mặt trận Quốc dân Đảng) fut ainsi créé en mai 1945 en Chine du Sud avant de prendre pied à Hanoi tardivement à la fin de l’année 1945 alors que des événements décisifs (Révolution d’août, proclamation de l’indépendance et création de la RDVN) avaient totalement changé la donne.

Après le coup de force japonais du 9 mars 1945, Nguyễn Tường Bách reprit en main la nouvelle édition du quotidien Ngày Nay avec Khái Hưng et Hoàng Đạo. Comme le Bình Minh, le Việt Nam Thời báo ou le Hải Phòng Nhat Bao, le journal soutint la nouvelle indépendance proclamée par l’empereur Bảo Đại le 11 mars 1945 mais il aspirait aussi à parfaire la révolution nationaliste “Đại Việt” en marche. Les événements se précipitèrent au mois d’août 1945 avec l’apparition du Front Viêt-Minh dans les différentes manifestations organisées à Hanoi. Même si celles-ci étaient au départ mises sur pieds pour soutenir l’action du gouvernement Trần Trọng Kim fragilisé, elles furent prises en main par les cadres du PCI. Après la capitulation japonaise, la situation était mûre et les membres du PCI n’eurent aucun mal à s’emparer de la fronde populaire. Le mot d’ordre d’indépendance nationale était général et mobilisa le peuple en marche. Les nationalistes du Đại Việt et du VNQDĐ hésitèrent à prendre le pouvoir par la force des mains japonaises. Ils manquèrent cette occasion unique que le Viêt-Minh, le front créé en mai 1941 dirigé par le PCI, sut saisir.

Photographie rare de la cérémonie en hommage à Nguyen Thai Hoc à Hanoi en juin 1946 sur laquelle apparaît le drapeau du Front QDD. © Xua & Nay 2013
Photographie rare de la cérémonie en hommage à Nguyen Thai Hoc à Hanoi le 18 juin 1946 sur laquelle apparaît le drapeau du Front QDD. © 2013 Xua & Nay 

 

 

HoiKy_NguyenTruongBachLa suite des événements se résument en une lutte acharnée entre les partisans nationalistes anticommunistes des mouvement Quốc Dân Đảng (QDD) – Ðồng Minh Hội (DMH) et ceux du Viêt-Minh/PCI pour le pouvoir. Bénéficiant de la présence massive des Chinois au nord du 16e Parallèle jusqu’en juin 1946, les nationalistes révolutionnaires obligèrent le Viêt-Minh à former un gouvernement provisoire d’Union nationale en janvier 1946 puis un gouvernement d’Union et de résistance à partir de mars 1946. Mais à Hanoi, avec les Accords du 6 mars qui entérinèrent le retour militaire de la France, la partie était d’ores et déjà perdue. A partir de février 1946, Nguyễn Tường Bách créa, dirigea et organisa les Jeunesses Nationalistes (Quốc Gia Thanh Niên Đoàn) pour concurrencer l’organisation de jeunesse du Viêt-Minh (Đoàn Thanh niên Cứu Quốc).

Le Front QDĐ se replia dans ses zones de résistances à l’Ouest du delta du fleuve rouge à Vĩnh Yên, Yên Bái ou Chapa. La confrontation militaire avec les forces armées du gouvernement de la RDVN appuyées par La France fut inévitable. Nguyễn Tường Bách rejoignit la “Troisième zone de guerre” du Front nationaliste qu’il codirigea avec Vũ Hồng Khanh. Entre juin et novembre 1946, les partisans QDĐ, sans soutien, reculèrent jusqu’à la frontière chinoise avant de prendre le chemin de l’exil. Bách s’exila en Chine à partir d’août 1946 pour échapper à la répression Viêt-Minh comme bon nombre de partisans nationalistes. Il s’installa provisoirement à Kunming et se maria avec Hua Bao Lien, une sino-vietnamienne à la fin de cette année tumultueuse.

Son destin fut désormais lié à celui de l’histoire de la Chine, pays qu’il ne quitta que 40 décennies plus tard en 1988. Ses activités politiques se poursuivirent quelques années en Chine du Sud au Yunnan puis à Hong-Kong en 1947. Le VNQDĐ recomposé de 1947 n’adhèrait pas à la “solution Bảo Đại” dont il se méfiait. Les nationalistes étaient divisés : fallait-il soutenir cette initiative aux côtés des Français ou se maintenir dans une troisième voie minoritaire à la fois anticolonialiste et anticommuniste. La plupart d’entre eux qui avaient le mal du pays et bon gré mal gré décidèrent de rejoindre Hanoi entre 1948 et 1950. Le célèbre chef du VNQDĐ Vũ Hồng Khanh prit même la direction du Ministère de la Jeunesse et des Sports sous le gouvernement de Nguyễn Văn Tâm en 1952.

L'édition du journal du VNQDD (21 février 1946) annonçant la formation des Jeunesses Nationalistes
L’édition du journal du VNQDD (21 février 1946) annonçant la formation des Jeunesses Nationalistes

Nguyễn Tường Bách choisit une autre voie. Celle de l’exil sur le long terme. Il s’installa avec sa famille à Canton et y exerça la médecine jusqu’à sa retraite. Personne n’entendit plus parler de lui jusqu’en 1988 date à laquelle il rejoignit les États-Unis. Son frère Thạch Lam, tuberculeux, était parti très jeune en 1942, son autre frère Hoàng Đạo était décédé soudainement lors d’un voyage en train en 1948, son autre frère Nhất Linh s’était suicidé en 1963 à Saigon et sa soeur Nguyễn Thị Thế devait décéder en 1997 aux États-Unis. Un autre de ses frères, Nguyễn Tường Cẩm, avait été assassiné par le Viêt-Minh au Nord à l’âge de 44 ans. Il était donc le dernier de cette illustre famille de lettrés. Le nouvel environnement au Sud de la Californie le replongea dans la politique vietnamienne. Il avait conservé ses alliances et son fort attachement au VNQDĐ. Il reprit ses activités politiques au sein de cette organisation et rédigea des articles pour les revues du parti, par exemple dans le mensuel Dân Văn édité en Allemagne. Il s’investit dans l’organisation de plusieurs mouvements exilés défendant la démocratie et devint un des conseillers du mouvement Réseau des Droits de l’Homme au Viet Nam (Mang Luoi Nhan Quyen Viet Nam – Vietnam Human Rights Network) créé en novembre 1997 à Santa Ana en Californie.

NguyenTuongBach_HoiKyPhanIIL’œuvre littéraire de Nguyễn Tường Bách reflète son engagement des années 1945-46. Dans un roman fleuve intitulé Trên sông Hồng cuồn cuộn [Sur le Fleuve Rouge tourmenté] il décrivit l’atmosphère de lutte politique contre le colonialisme français et contre le communisme. Il publia trois mémoires qui constituent de véritables témoignages historiques de cette époque décisive qui vit l’avènement de la guerre civile au Viêt-Nam. Le premier texte intitulé Việt Nam những ngày lịch sử [Viêt-Nam, des jours historiques] fut publié à Montréal en 1981 par les éditions “Nghiên-cứu sử-địa Việt-Nam”, dirigées par l’historien Nguyễn Khắc Ngữ. Dix ans plus tard, il publia ses mémoires en deux tomes. Le premier volume couvre la période de 1916 à 1946, le second ses années d’exil en Chine (1946-1988) et aux États-Unis (1988-2000). Il fut témoin des grands bouleversements du siècle chinois : Révolution culturelle puis fin du maoïsme triomphant.

Installé aux États-Unis en 1988, il considérait que la lutte pour un Viêt-Nam débarrassé du régime communiste n’était pas achevée. Il mit toutes ses forces pour poursuivre ce combat sans jamais entrer dans les complications politiques de la communauté exilée aux États-Unis. Nous l’avions interviewé au téléphone en 1998 pour notre recherche sur les partis Đại Việt. Très abordable et sans langue de bois, il connaissait parfaitement les faiblesses du mouvement nationaliste de 1945-1946 pour l’avoir vécu de l’intérieur. Militant du VNQDĐ jusqu’à sa mort, Nguyễn Tường Bách laisse en héritage un itinéraire précieux et fondamental pour mieux saisir les enjeux politiques, sociaux ou culturels du Viêt-Nam contemporain.

* Ne pas confondre avec son homonyme né à Huê en 1948 et spécialiste du bouddhisme.

François Guillemot, 30-09-2013.

Pour en savoir plus :

  • Lire la page hommage du magazine littéraire Co Thom
  • Voir aussi l’annonce de son décès sur le site du VNQDD, 18-05-2013.

 

* * *

 

* * *

LIRE EN LIGNE :

Việt Nam, Một Thế Kỷ Qua, Mot Sach Info

Việt Nam, Một Thế Kỷ Qua, VN Thu Quan

Việt Nam, Một Thế Kỷ Qua, Viet Messenger

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2013 : Séance 1

Année universitaire 2013-2014 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

Mémoires d’Indochine :

Regards internes sur la décolonisation et la guerre

au Viêt-Nam, Laos et Cambodge

MémoiresIndochine2013ter

 

Séance 1 – Mardi 24 septembre 2013

« Premières contestations et revendications anticoloniales »

 

Cette séance sera consacrée au processus de colonisation, à la mise en place d’une administration coloniale, à l’exploitation de l’Indochine et aux premières revendications politiques formulées par des Vietnamiens. Critique du fait colonial mais également élaboration d’une pensée nationaliste.

 

Extraits de textes à discuter :

  • [Nguyễn Ái Quốc], « Le procès de la colonisation française », in Ho Chi Minh, Oeuvres choisies (1922-1967), Paris, Editions Maspéro, Petite coll. Maspéro 18, 1970, pp. 46-81.

L’impôt du sang

I. La guerre et les “indigènes”

II. Le volontariat

III. Le fruit du sacrifice

L’exploitation des Indigènes

Citation Vigné d’Octon

Le réveil des esclaves

I. En Indochine

II. Au Dahomey

III. En Syrie

IV. La Révolution russe et les peuples coloniaux

V. Prolétaires et paysans des colonies !

VI. Un appel de l’internationale pausanne aux paysans travailleurs des colonies

VII. L’organisation syndicale dans les colonies [suivi du Manifeste de “l’Union intercoloniale”].

[Note : il s’agit d’une compilation d’extraits de texte de l’ouvrage paru en France à la Librairie du Travail en 1924]

 

  • Phạm Quỳnh, Nouveaux essais franco-annamites, Huê, Editions Bui-Huy-Tin, MCMXXXVIII [1938], pp. 457-515.

Partie VI : L’idée nationale ; Chapitre 33 : Vers une doctrine nationale

I. Nécessité du nationalisme annamite

II. Nationalisme annamite et Protectorat français

III. Nationalisme et monarchie

IV. Nationalisme politique et nationalisme culturel

V. Le front commun de l’élite annamite

[Note : L’auteur date son texte en 1935]

 

  • Nguyen An Ninh, “La France et l’Indochine”, Europe, n° 31, 15 juillet 1925, pp. 257-277.

 * * *

Pour aller plus loin :

 

  • Sur le projet colonial :

– Patrice Morlat, “Projets coloniaux et mise en pratique : la politique des « fils » de Sarraut en Indochine dans les années vingt”, Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 85 | 2001, 13-28. Voir pdf

 

  • Sur Pham Quynh (1892-1945) :

– Notice biographique de Linh Dinh sur le site VNLP (Viet Nam Literature Project)

– Georges Odo, “Phạm Quỳnh : Franc-Maçon francophile et nationaliste“.

– Voir aussi les articles consacrés à Pham Quynh sur Pham Ton’s Blog (en vietnamien).

 

  • Sur Nguyen An Ninh (1900-1943) :

Nguyen Anh Ninh (Wikipedia eng.)

– Nguyen An Ninh sur Viet Nam mon pays natal (Site de Dang Anh Tuan)

Causerie sur Nguyen An Ninh le 4 septembre 2005 (AIVF)

 

  • Sur Nguyen Ai Quoc et le groupe des Cinq Dragons à Paris :

– Pierre Brocheux, “Une histoire croisée : l’immigration politique indochinoise en France, 1911-1945“. Voir aussi sur Mémoires d’Indochine.

– Voir également Mémento Personnalités séance 1 sur Mémoires d’Indochine