Archives par mot-clé : nationalisme

Søren Ivarsson : Creating Laos – CR de lecture de Constance Voisin

Ivarsson_CreatingLaosIl n’est pas si évident de penser le Laos en tant que nation au XIXème siècle, particulièrement avant l’arrivée des Français en 1860. Au cours du XVIIème siècle le royaume de Lan Xang, alors indépendant, se morcelle en effet en trois différents royaumes : Luang Phrabang, Xiengkhuang et Champasak, et passent tous sous contrôle du royaume siamois voisin. Dans l’ouvrage Creating Laos: The Making of Lao Space between Siam and Indochina, 1860-1945, Søren Ivarsson examine comment la présence française au Laos, de 1860 à 1945 a impulsé la création d’un espace et d’une identité Lao. La position du Laos entre deux espaces à tendance hégémonique : Siam et l’Indochine, fait de son édification nationale un processus particulièrement contesté. Ivarsson Soren développe ainsi dans cet ouvrage l’hypothèse selon laquelle la formation d’un espace Lao ne peut être effective sans qu’une politique de dissociation du royaume de Siam soit mise en place par le pouvoir colonial. Il montre ainsi que ce processus demande de la part des acteurs français et lao d’agir sur deux plans distincts : la création d’une entité territoriale avec l’instauration de frontières claires et précises et la recréation d’une entité culturelle, distincte de la culture siamoise.

Afin de répondre à son hypothèse, l’auteur décompose son ouvrage en cinq chapitres. Le premier chapitre s’intéresse à l’arrivée des coloniaux dans la zone ; le second analyse le discours thaïlandais sur l’espace lao en termes historiques et ethniques ; le troisième étudie le processus de création de routes, d’histoire, de culture, de religion par les français durant la période 1893-1940 ; le quatrième s’intéresse plus particulièrement à la période 1941-1945 et tente d’analyser l’impact de la campagne de réveil national ; le dernier chapitre quant à lui, étudie le phénomène de réappropriation du nationalisme culturel par les Laotiens afin de lutter contre l’hégémonie coloniale française.

Dans ce compte-rendu de lecture nous allons plus particulièrement nous intéresser aux processus de création d’une entité territoriale et d’une entité culturelle.

Création d’une entité territoriale

Plusieurs étapes ont été nécessaires à la création de l’entité territoriale du Laos contemporain. Dans un premier temps, afin d’affirmer son pouvoir sur la zone, la France a mis en place une politique de remise en question systématique de la suzeraineté siamoise qui s’est principalement traduite par une production cartographique. Et finalement en 1893 un traité est signé entre le royaume de Siam et le pouvoir colonial français. Même s’il fut signé par la force, des canonniers étant dirigés sur Bangkok, ce dernier marque la première reconnaissance internationale de la présence française. Ce traité révèle, selon l’auteur, que la construction d’une entité lao n’est pas évidente pour les Français. Le Laos n’y est en effet pas référencié en tant qu’entité politique mais uniquement en tant qu’une entité géographique. Dans cette continuité, lors de la constitution de l’espace colonial l’entité politique du territoire n’est pas envisagée, il est ainsi divisé en 1895 en deux administrations, chacune dirigée par un Commandant Supérieur. Par ailleurs, si l’espace lao intègre l’Union Indochinoise dès 1899, il faudra attendre 1941 pour qu’une entité lao soit politiquement crée et que l’unification du territoire soit réalisée.

En s’appuyant sur travail d’Eugen Weber[1] qui déclare que « l’unité nationale est impossible sans une unité des infrastructures routières »[2], l’auteur révèle qu’en parallèle de la construction administrative d’un territoire, la France a instauré différents projets, chacun ayant pour but de rendre le territoire autonome en infrastructures tout en essayant de l’intégrer à l’espace indochinois. Ces efforts se sont traduits par la construction de la route coloniale numéro huit qui relie Thakhek à Vinh et de la route coloniale numéro neuf reliant Savannakhet à Dong-Ha en 1924 et 1926. Søren note qu’il faudra ainsi attendre 1926 pour que le Laos soit connecté à l’espace indochinois. Cet effort tardif ne permet néanmoins pas de changer la donne, les biens continuent en effet de transiter par Bangkok car le voyage reste deux fois plus rapide.

L’auteur note qu’il existe un réel besoin, du côté des Français, de déconnecter territorialement l’espace lao de Siam. Cependant, il faudra attendre les années quarante pour que les projets d’infrastructures participent activement au processus de déconnexion.

Construction d’une entité culturelle

La construction d’un espace lao ne se résumant pas seulement à une construction administrative, le pouvoir colonial français espèrent déconnecter le Laos du Siam sur le plan ethnique, historique mais également linguistique.

Le Siam justifiant l’appartenance des territoires de l’est du Mékong en se plaçant sur un discours ethnique, dès l’arrivée des français, une étude « scientifique » a été menée afin de démontrer que le lao n’est pas un synonyme du thaï du nord mais appartient bien à une ethnie à part entière. Des différences physiologique et psychique ont ainsi été identifiées afin de placer l’ethnie lao sur le même pied d’égalité que l’ethnie thaï.

Néanmoins si une tentative de différenciation ethnique a été réalisée au XIXe siècle, les politiques de promotion de la culture lao ne sont entreprises par l’administration coloniale qu’à partir des années trente. Cette politique entreprend dans un premier temps de réécrire l’histoire lao afin qu’une continuité entre le royaume de Lan Xang et le protectorat français s’établisse. Des compilations de chroniques sont ainsi réalisées et la première histoire du Laos fut écrite à l’occasion de l’exposition coloniale de 1931 à Paris par Paul Le Boulanger (Histoire du Laos français, Plon, 1930). Dans cette histoire, la colonisation est décrite comme une conséquence naturelle, les Français ayant permis la libéralisation du Laos de l’impérialisme siamois. En parallèle à cette réécriture, les Français mènent également des politiques de restauration des monuments historiques afin de diffuser le message selon lequel des reliques de l’histoire glorieuse du Laos ont pu être restaurées grâce à la “bonté” de l’action française.

Un programme de nationalisation de la religion bouddhique a également été mené afin de restaurer l’aura religieux de Ventiane et éviter que les moines aillent étudier à Bangkok. Selon l’auteur, les Français craignaient que les moines laotiens qui effectuaient leurs études à Bangkok soient spirituellement assujettis. Un institut Bouddhique a ainsi été créé en 1930 afin de centraliser les diverses institutions existantes.

Parallèlement à ces deux politiques, un effort de standardisation de la langue a été réalisé afin de différencier la langue lao de la langue thaïe. Plusieurs propositions d’alphabet ont été faites mais aucune n’est arrivée à concilier le langage utilisé par les moines bouddhistes et celui du peuple. Il existe ainsi en 1930 trois alphabets et deux systèmes orthographiques. Afin de concilier les deux langages un alphabet romain est proposé par les français en 1942, mais fut rejeté quelques années plus tard. Cette volonté de romanisation traduit le désir des Français de moderniser mais également de distinguer le laotien de la langue thaïe, dont l’alphasyllabaire est inspiré du sanskrit.

LaoNhay
© The National Library of Australia

La Seconde Guerre mondiale marque la dernière étape dans la construction de la culture nationale. L’Amiral Decoux, sous autorité du régime de Vichy, a instauré une politique de rénovation nationale, dont l’objectif principal est d’assurer le support de la population locale. Ce plan espère augmenter le niveau de vie de la population, stimuler la production agricole, améliorer le système éducatif et le système de santé. Les élites sont particulièrement visées par cette campagne, l’administration leur propose de nombreux postes de fonctionnaires et augmente le salaire de ceux qui le sont déjà. Cette politique de rénovation culturelle s’accompagne d’une politique de réveil de l’esprit national laotien. En Janvier 1941 un journal, le Lao Nhay est ainsi créé par le Service de la Propagande. Ce journal est écrit en lao afin de toucher les masses. Søren considère que celui-ci a joué un rôle déterminant dans la construction de l’imaginaire national. Il prend l’exemple de la section des nouvelles qui permet de créer une sensation d’espace unifié en reliant des informations qui proviennent de toutes les provinces lao. La section littérature permet quant à elle de diffuser et de promouvoir des œuvres contemporaines. Les auteurs de ces œuvres ont été pour beaucoup subventionnés par le journal lui-même à condition que les codes instaurés, tels que la conservation des règles d’écriture traditionnelle, soient respectés. Ces codes permettent par ailleurs de relier les œuvres contemporaines aux œuvres passés. Simultanément, des symboles sont, pour la première fois, associés au Laos, un drapeau et hymne national sont ainsi créés.

* * *

En s’appuyant sur de nombreux ouvrages et références historiques, Søren Ivarsson considère que malgré certaines politiques peu efficaces, la France a influencé de manière décisive la formation d’un territoire et d’une identité lao, particulièrement pendant les dernières années de la colonisation. L’identité qui a été construite par l’administration française a été reprise par les acteurs lao puis transformée sous l’égide des nationalistes afin de combattre précisément cette hégémonie française.

Constance Voisin, promotion ASIOC 2013-2014

Réf. : Søren Ivarsson, Creating Laos: The Making of Lao Space between Siam and Indochina, 1860-1945, Copenhague, NIAS Press, 2008.


Notes

[1] Eugen WEBER – Peasants into Frenchmen: The Modernization of Rural France, 1870-1914, Stanford University Press, 1976.

[2] « There could be no national unity, before there was national circulation » in Peasants into Frenchman, p. 218.

Réf. illustration du Lao Nhay : New Mandala (2008)

 

Constance Voisin est étudiante en Master 2 à l’ENS de Lyon, ses recherches actuelles portent sur la politique d’aide publique au développement instaurée par la Corée du Sud.

Daniel Hémery : L’Indochine à l’âge des extrêmes – protestations et révolutions (XIXe-XXe) siècles [2007]

[ndlr] Une synthèse incontournable mise en ligne en février 2007. A lire sur le site Europe solidaire sans frontières (ESSF).

"La chasse aux pirates faute de tigres" © Deroo
Nord-Tonkin 1908. “Pirates” décapités après l’affaire des empoisonneurs © Eric Deroo & Pierre Vallaud

 

L’Indochine à l’âge des extrêmes :

protestations et révolutions (XIXe-XXe) siècles

Daniel Hémery (13 février 2007)

I. 1858-1896
Les sociétés indochinoises face à leur mise en dépendance coloniale (1858 – 1896)

II. 1900-1939
Protestations anti-coloniales, nationalisme et communisme, mouvements sociaux (1900-1939)

III. 1940-2006
De la « Guerre des dix mille jours » à la mondialisation (1940-2006) : la révolution déconcertante

* * *

Daniel Hémery un historien français, spécialiste de l’histoire de la péninsule indochinoise. Auteurs d’ouvrages de référence sur Ho Chi Minh, l’Indochine coloniale et les révolutionnaires vietnamiens. Enseignant-chercheur à la retraite, ancien MCF à l’Université Paris Diderot Paris 7.

  • Révolutionnaires vietnamiens et pouvoir colonial en Indochine. Communistes, trotskystes, nationalistes à Saigon de 1932 à 1937, Paris, François Maspero, “Bibliothèque socialiste”, 1975.
  • Guide de recherches sur le Vietnam. Bibliographies, Archives et Bibliothèques de France, Paris, L’Harmattan, “Racines du présent”, 1983 (ouvrage collectif).
  • Les servitudes de la puissance. Une histoire de l’énergie, Paris, Flammarion, 1986 (ouvrage collectif).
  • Hô Chi Minh. De l’Indochine au Vietnam, Paris, Gallimard, “Découvertes Gallimard”, 1990.
  • Indochine, la colonisation ambiguë, 1858-1954, Paris, Editions La Découverte, coll. “textes à l’appui/série histoire contemporaine”, 2001 (nouvelle édition augmentée et mise à jour).

Voir également la Bibliographie partielle mise en ligne sur le site de ESSF (pdf).

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2013 : Récits de vie et Bilan

Année universitaire 2013-2014 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

 Mémoires d’Indochine :

 Regards internes sur la décolonisation et la guerre

 au Viêt-Nam, Laos et Cambodge

MémoiresIndochine2013ter

Séance bilan – Mardi 19 novembre 2013

 « Récits de vie » / Bilan du séminaire

La dernière séance propose une discussion autour de deux récits de vie. Le premier concerne la vie politique de M. Claude Vo Thanh Loc (1912-1988), un Vietnamien résidant en France depuis les années vingt, passé de la mouvance communiste libertaire anticolonialiste au nationalisme puis au catholicisme social. Sa fille, Mme Marie-France Vo présentera son parcours en s’appuyant sur des documents personnels et des publications inédites. Le second récit présenté par Louis Raymond concerne les vicissitudes d’une famille vietnamienne face aux événements historiques au Cambodge puis au Viêt-Nam (Sud) pendant la période de la guerre.

Le bilan du séminaire consistera en une discussion critique générale sur les thématiques abordées, les concepts étudiés, les questionnements en cours sur l’histoire et la mémoire de ces trois pays et leurs interactions complexes. Seront abordés les possibles améliorations du séminaire tant sur le plan pratique qu’au niveau du contenu.

 

* * *

Claude Vo-Thanh-Loc (1912-1988) :

parcours d’un vietnamien nationaliste, social-chrétien.

par Marie-France Vo

Vo_Thanh_Loc_déc.1967
Le professeur Vo Thanh Loc à Lyon en 1967 © MF Vo

Charles Keith, Catholic Vietnam. A Church from Empire to Nation – CR de lecture par Pierre Brocheux

Keith_CatholicVietnamKEITH Charles, Catholic Vietnam. A Church from Empire to Nation, University Press of California, 2012, 312 p., bibliographie, index, 14 photographies.

Récemment encore, l’historiographie du catholicisme (Église, clergé et fidèles) au Viêt Nam se réduisait à l’histoire des missions catholiques, des missionnaires occidentaux, des persécutions et du martyrologue. Ce sont des historiens américains qui, une fois de plus, dans l’historiographie du Viêt Nam et de la colonisation française proposent une perspective neuve. Parmi eux, Jacob Ramsay avait ouvert la voie avec Mandarins and Martyrs… (voir recension dans Outre-Mers. Revue d’Histoire 364-365 / 2009, p. 397-399).

À la suite de Jacob Ramsay qui avait centré son récit-analyse sur le XIXème siècle, Charles Keith s’attache à l’évolution du Catholicisme vietnamien pendant la période de la domination coloniale française, essentiellement le XXème siècle. La période fut particulièrement critique à cause de la coïncidence et de la collusion entre domination étrangère et catholicisme. Le règne de l’empereur Minh Mạng (1820-1840) détermina le cours des relations entre la monarchie viet et la chrétienté. Le rejet de la religion étrangère et de ses servants jugés incompatibles avec une entité où le politique, le religieux et le social sont entrelacés, fut désormais nourri par la résistance à l’agression suivie de la lutte pour recouvrer l’indépendance.

Les sept chapitres de la démonstration sont fondés sur une documentation exhaustive à laquelle l’auteur a pu accéder grâce à sa connaissance du français mais aussi du quốc ngữ.  Charles  Keith a mobilisé toutes les ressources archivistiques des États et des institutions religieuses de Hanoi, Ho Chi Minh-ville, Paris, Rome. Il dépouillé 19 périodiques en français et autant en quốc ngữ. Un tel labeur force l’admiration. Mais l’abondance documentaire ne suffit pas à faire un bon livre, l’auteur aurait pu s’y noyer s’il  n’avait  posé de bonnes questions qui ont guidé sa recherche et ses interprétations.

Au XIXème siècle, les persécutions anti-chrétiennes (de l’empereur Minh Mạng à Tự Đức, 1820-1883) n’éradiquèrent pas la doctrine étrangère ni la communauté catholique autochtone, au contraire elles les renforça. Elles eurent deux conséquences qui ne furent pas perçues du première coup :

  • 1. Le clergé indigène encore  faible numériquement et dont la formation n’était pas assez approfondie remplacèrent les missionnaires européens en fuite ou obligés de se terrer dans la clandestinité. En forçant le propos, on dira, qu’en maints endroits, l’église indigène gagna en autonomie (Jacob Ramsay, op.cit.)
  • 2. Lorsque les Français s’engagèrent dans la conquête de la péninsule indochinoise, ils trouvèrent des alliés qui vinrent naturellement se mettre sous leur aile protectrice.  Cette alliance de fait approfondit le fossé entre les catholiques et la majorité de la population (massacres de 1885).

La communauté et le clergé indigène s’affirmèrent d’abord comme une identité distincte et autonome par rapport à la majorité de la population et de la doctrine d‘État officielle marquée au sceau du confucianisme. Mais en même temps, pendant les huit décennies suivant la conquête, les catholiques vietnamiens durent surmonter et même défaire l’amalgame entre leur religion venue de l’étranger et la sujétion imposée par le même étranger.  Se faire reconnaître une place dans la cité et faire reconnaître leur religion comme partie intégrante de la culture vietnamienne : c’est le sujet du livre.

L’émancipation de la catholicité vietnamienne débuta véritablement dans le premier tiers du XXème siècle où elle s’inscrivit dans l’évolution de la colonisation, du monde catholique et du monde tout court. Le chapitre 2 du livre brosse le tableau d’une Église coloniale divisée suivant la hiérarchie raciale de la société coloniale.  L’auteur brosse le tableau de situations relationnelles très complexes qui divisaient le monde colonial en Indochine. Cette complexité résultait des pouvoirs détenus par les uns et les autres : clergé indigène/clergé missionnaire européen (français et aussi espagnol), administration coloniale qui reproduit les clivages de la métropole : catholiques et non catholiques, catholiques et républicains, franc-maçons, anticléricaux. Par conséquent, le corps ecclésiastique est lui même clivé selon le schéma dominants–dominés et il est le théâtre de frictions voire de heurts. Leopold Cadière, grande figure des Missions étrangères de Paris et un des pères de la vietnamologie, déplora explicitement la discrimination raciale au sein du clergé d’Indochine qu’il jugeait fruit du contexte politique et contraire à la doctrine chrétienne (p. 97).

Cependant, la catholicité vietnamienne changea progressivement mais sûrement sous l’influence de changements survenus dans le monde catholique, dans l’empire colonial et dans le monde tout court (les denses chapitres 3, 4 et 5 contiennent le récit et l’analyse de ces transmutations). Fondamentalement, l’Église catholique romaine ne pouvait pas admettre ou s’accommoder de la domination coloniale installée et entretenue par la violence sur une base de rapports inégaux entre les hommes. En outre, elle pressentait que la collusion ou la confusion entre domination coloniale et évangélisation ne pouvait que porter préjudice à celle-ci. Le pape Léon XIII (1873-1903) exprima sa préoccupation à ce sujet et il réclama qu’une attention particulière fut portée à la formation et à la promotion des clergés non européens.  Les papes Benoît XV en 1919 et Pie XI en 1926, donnèrent le signal de la « décolonisation catholique ».

De leur côté, les catholiques vietnamiens s’adressèrent directement à la papauté. En  1922, le grand mandarin Nguyễn Hữu Bài se rendit à Rome et présenta quatre revendications : uniformisation des recueils de prières et manuels de catéchismes en quốc ngữ, uniformisation des textes d’enseignement pour les séminaires, une hiérarchie ecclésiastique vietnamienne et une journée de célébration des martyrs vietnamiens (p. 97-99). En 1941, les petits et grands séminaires utilisaient des publications en langue nationale.

Les catholiques ne sont pas un monde fermé, en une seule décennie, ils resserrent leurs liens communautaires, ils élargissent leur horizon au niveau international : à Rome comme à Manille, ils sont présents dans les congrès eucharistiques, les rencontres de jeunes catholiques, les grands pèlerinages (en 1938, celui de La Vang dans le centre Viêt Nam est mis au même rang que ceux de Lourdes et de Fatima).

Les efforts du Vatican tendirent à faire naître ou à renforcer les clergés locaux ou nationaux sur la base de l’égalité et de la justice furent stimulés par l’apparition de doctrines et de forces sociales et politiques concurrentes comme le socialisme puis le communisme.

Le tournant fut pris en Chine dès 1924 et en Indochine dans les années 1930. L’investiture de quatre évêques vietnamiens de 1933 à 1938, accompagna l’émergence d’une élite où figuraient de nombreux catholiques, de la culture moderne où la presse en quốc ngữ prit une place et une influence grandissante. La question sociale occupa une place centrale dans les débats de société où elle fut rapidement indissociable de la question nationale. Le syndicalisme légal qui apparut au Viêt Nam dans les années 1950 naquit des initiatives des militants de la Jeunesse ouvrière chrétienne / JOC. Le clergé prit part aux grand débats de société et le peuple catholique se trouva impliqué dans les débats sur l’avenir de la nation. Le peuple et le clergé y gagnèrent leur autonomie.

La seconde guerre mondiale, la division du monde en deux et la guerre froide mirent à l’épreuve les catholiques vietnamiens qui durent faire un choix devant le drame de la guerre d’indépendance puis la guerre civile qui suivit jusqu’en 1975. La mouvance  catholique conservatrice dont Ngô Đình Diệm fut le représentant, ne résista pas  à la tentation du pouvoir politique (Le quatrième Vietnamien a recevoir l’investiture épiscopale fut son frère aîné, Ngô Đình Thục) (chapitres 6 et 7). Si Diêm fut renversé, si les communistes prirent le pouvoir qu’ils conservent encore aujourd’hui, la catholicité vietnamienne est devenu sinon un contre-pouvoir, du moins un interlocuteur incontournable, reconnu comme partie intégrante de la nation.  Simultanément, la culture chrétienne est reconnue comme composante de la culture nationale.

Il est souhaitable que ce récit d’une histoire partagée , parfaitement lisible et convaincant et qui comble une lacune historiographique soit traduit en français.

Pierre Brocheux.

CR de lecture publié sur Mémoires d’Indochine avec l’aimable autorisation de l’auteur.

Annonce de la parution de cet ouvrage sur Mémoires d’Indochine et notice SUDOC.

Conférence : La révolution inachevée du nationalisme vietnamien – François Guillemot

Guillemot_PageTitre_RévolutionInachevéeCette communication s’intéresse aux projets avortés ou inachevés dans la construction d’un Viêt-Nam non communiste. Les différents processus, rappelés brièvement, permettent de comprendre ce qui fonde le Viêt-Nam actuel dans toute sa complexité. Nous interrogeons les rapports ambivalents entre nationalisme et démocratie à l’aune de quatre phases : situation coloniale, temps des révolutions, lutte pour l’indépendance, transformation idéologique. Toute une série d’acteurs impliqués à divers degrés dans l’avènement d’une solution politique démocratique et leurs projets sont évoqués, pour l’essentiel : Phan Chau Trinh, Nguyen An Ninh, Pham Quynh, Hoang Dao, Hoang Van Co, Tran Van Tung, Nguyen Van Tam, Nguyen Ngoc Huy, Nguyen Van Bong, Nguyen Manh Tuong, Ha Si Phu, Nguyen Ho, Tran Do…

Tran Van Tung et l'idéal d'un nationalisme libéral, humaniste et progressiste.
Tran Van Tung et l’idéal d’un nationalisme libéral, humaniste et progressiste.

Ainsi cet essai d’interprétation privilégie les projets politiques d’une multitude d’acteurs qui inscrivirent le devenir de leur pays dans un processus démocratique, dans une “pravis non-révolutionnaire” qui s’opposa sur de nombreux points aux projets et sratégies révolutionnaires qu’ils aient été nationalistes ou communistes. De Phan Chau Trinh, le précurseur, à Tran Do, le général dissident, en passant par Tran Van Tung ou Nguyen Ngoc Huy, les tenants d’un “nationalisme libéral”, le processus inachevé de cette révolution démocratique est étudié en confrontant les déclarations d’intention à la réalité historique d’un Viêt-Nam inscrit dans les conjonctures spécifiques de la colonisation à l’indépendance nationale.

– – –

Affiche_RévolutionInachevée_UQAM

Cliquer sur l’affiche pour l’agrandir

Indochine. Des territoires et des hommes (1856-1956) [parution]

IndochineTerritoiresHommesIndochine. Des territoires et des hommes (1856-1956)

Édition publiée sous la direction de Christophe Bertrand, Caroline Herbelin et Jean-François Klein

Coédition Gallimard/Musée de l’Armée

Albums Beaux Livres, Gallimard, 316 pages, 500 ill., sous couverture illustrée, 200 x 300 mm.

Le processus de colonisation et de décolonisation de l’ancienne Indochine française tient presque tout entier dans un siècle, de 1856 à 1956. Les dernières avancées de l’historiographie permettent de l’appréhender dans son ensemble, pour mieux comprendre sa spécificité : l’Indochine, enjeu politique et économique mais aussi mythe littéraire, constitue un cas à part dans l’histoire de l’empire colonial français. En diversifiant les approches – militaire, politique, sociale, économique, religieuse, culturelle – et en croisant les regards d’historiens français, cambodgiens, laotiens, vietnamiens et anglo-saxons, cet ouvrage vise à en offrir l’image la plus complète.

Un ensemble exceptionnel de près de 400 œuvres, objets et documents, souvent inédits – peintures, dessins et photographies, armes, uniformes et emblèmes, archives et imprimés provenant des collections du musée de l’Armée et de nombreuses institutions patrimoniales de référence –, donne à voir toutes les facettes du passé complexe de l’Indochine. Leur diversité fait écho au travail des auteurs et vient nourrir la réflexion.

Source : Gallimard

  • Agenda :

Exposition Indochine. Des territoires et des hommes, 1856-1956

Du 16 octobre 2013 au 26 janvier 2014

Musée de l’Armée, Paris

Dai Viêt, indépendance et révolution au Viêt-Nam – CR de lecture par Bernard Dupaigne

Guillemot_DaiViêt

Académie des Sciences d’Outre-Mer

Les recensions de l’Académie

Dai Viêt, indépendance et révolution au Viêt-Nam : l’échec de la troisième voie, 1938-1955 / François Guillemotéd. les Indes savantes, 2012
cote : 59.155

Hô Chi Minh, l’« éclairé », avait du charme, et il s’en est abondamment servi auprès de ses compatriotes et des Occidentaux « démocrates ». Il était également un redoutable homme politique, prompt à se méfier de ses concurrents dans la course pour le pouvoir, à les écarter sous prétexte de « révisionnisme », ou à les éliminer. Il a su assurer sa prééminence, supériorité qui se manifestera enfin par de gigantesques affiches à son effigie dans tous les lieux visibles. C’est ainsi, en creux, un cours de réussite qui nous est donné par ce fascinant ouvrage, reflet d’une thèse de doctorat d’État en histoire, soutenue à l’EPHE en 2003. Il nous montre ce qu’il aurait fallu faire pour que l’Histoire en fût changée.

Vue de Paris, l’histoire récente vietnamienne est linéaire. Le vaillant parti communiste vietnamien aurait fini par prendre le dessus sur les colonialismes français, puis américains, avec l’appui du peuple soulevé. L’auteur de ce livre ne cherche pas à prouver le contraire. Il se contente de remarquer que « malheur au Vaincu ! », et de poser un regard interne sur le Vietnam, en ajoutant la nécessaire dimension vietnamienne aux histoires reconstruites après coup. L’histoire contemporaine du Vietnam est restée jusqu’à présent connue à sens unique : « dans les ouvrages français sur cette guerre franco-vietnamienne, les acteurs vietnamiens sont quasiment absents ». Du côté Viêt Minh, il est surtout fait référence au célèbre duo, Hô Chi Minh et Vo Nguyen Giap ; du côté « nationaliste » à Bao Dai. L’intérêt de cet ouvrage remarquable est que l’auteur, qui parle vietnamien, a eu accès à toutes les sources écrites, aux archives, et aux témoignages des acteurs encore vivants. Ainsi, prend-il l’histoire depuis le début, mettant en scène tous les acteurs, décrivant leurs pensées et leur stratégie, comme s’il ne savait pas qui allait gagner à la fin.

La « guerre d’Indochine » (1945-1954) est ainsi certainement une guerre anticoloniale, mais surtout une guerre civile fratricide entre communistes, aidés par l’URSS et la Chine de la « guerre froide », et nationalistes vietnamiens. Le Viêt Minh avait réussi l’union de ses membres, dans la terreur, par les exclusions et les éliminations ; les nationalistes étaient restés jusqu’au bout divisés, par des querelles d’idées et de personnes. Ils n’ont pas su s’imposer lors de la période révolutionnaire d’août 1945 entre le départ des Japonais et le retour des troupes françaises : le Viêt Minh, mieux organisé, prit seul le pouvoir à Hanoï le 19 août.

L’auteur nous détaille ainsi, et pour la première fois, non l’histoire du nationalisme vietnamien non communiste dans son ensemble, ce qui aurait représenté une tâche impossible, mais l’évolution, depuis ses origines, d’un courant nationaliste révolutionnaire incarné par le « Dai Viêt » ou « Dai Viêt Quôc Dân Dang », Parti National du Grand Vietnam. Ce parti réclamait l’indépendance : son projet de libération sociale et nationale (doctrine de la Survivance du Peuple) s’est confronté au conflit idéologique opposant totalitarisme communiste et État national, tout en tentant de préserver la pérennité du parti au milieu de ses contestations internes.

Bien que certains membres du parti aient participé, après la partition du pays, aux gouvernements de la République du Sud Viêt-Nam, ce sont eux « les principaux perdants de l’histoire contemporaine du Viêt-Nam » et ce texte foisonnant leur rend au moins justice.

Le Viêt-Nam reste encore « l’un des mythes puissants de ce vingtième siècle ». Il est bon que l’on en connaisse toute l’histoire, et tous les acteurs. Et pas seulement ceux dont l’action a été réécrite pour être idéalisée. Construire un parti révolutionnaire qui se voulait internationaliste n’a pu se faire que par une lutte féroce contre les tenants de la ligne nationale.

Comprendre les mouvements nationalistes dans le monde reste encore d’une grande nécessité. Ainsi, on ne peut qu’encourager cet auteur novateur à poursuivre sa réflexion par un ouvrage plus synthétique, destiné celui-ci à un public plus large.

Bernard Dupaigne.

Source : ASOMCR de lecture (pdf)