Archives par mot-clé : nationalisme

Người thật trong truyện của Ðỗ Tốn – Viên Linh

[ndlr] Article de Viên Linh sur les nationalistes révolutionnaires du VNQDD en Chine du Sud (province de Guangzhou) dans les années quarante en plein conflit sino-japonais. Quand la fiction rejoint la réalité dans une nouvelle de l’écrivain Do Ton.

– Ai là Nhất Linh, Ðỗ Ðình Ðạo, Trương Bảo Sơn, … trong nhóm 9 đảng viên VNQDÐ ở Quảng Châu qua truyện ngắn Ả Hẩu?

do-ton
Nhà văn Ðỗ Tốn (1921-1973) © Diễn Ðàn Sách Xưa Việt Nam

Thập niên ’40, thành viên các đảng phái quốc gia bị Pháp lùng bắt nhiều người phải rút dần khỏi Hà Nội, khi qua biên giới Trung Hoa đành ở lại đó sống cuộc đời lưu vong (như trường hợp Nguyễn Tường Bách), và trong có Ðỗ Tốn, tác giả tập truyện Hoa Vông Vang thời tiền chiến, và truyện ngắn Ả Hẩu viết tại miền Nam trước khi qua đời tại Sài Gòn. Ông tên thật Ðỗ Ðình Tốn, sinh năm 1921, anh họ nhà cách mạng từng là quân ủy trung ương của Việt Nam Quốc Dân Ðảng Ðỗ Ðình Ðạo – mà cái chết bởi một viên đạn bí ẩn đã gây sôi nổi dư luận Hà Nội trước 1954.

Lire la suite : Nguoi Viet, 05/10/2016.

Séminaire Mémoires d’Indochine : Synopsis 2016

Année universitaire 2016-2017 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

MémoiresIndochine_2016_une

Imaginaires nationaux : de l’empire colonial aux états-nations d’aujourd’hui

Lieu : ENS de Lyon, site Descartes

Enseignant : François Guillemot

Courriel : francois.guillemot@ens-lyon.fr

Jour : le mardi

Horaires : 9h-12h

Salles : F114, F111, F004 (voir calendrier)

Structure du séminaire :

Chaque séance de 3 heures se décompose en deux parties. La première partie est consacrée à l’étude des documents, auparavant lus par tous. La seconde partie est consacrée aux exposés oraux des étudiants et/ou consiste en une discussion autour d’un documentaire historique. Dans tous les cas, les deux parties exigent la participation active des étudiants.

Description succincte et objectif du séminaire :

L’histoire de la décolonisation de la péninsule indochinoise a le plus souvent été présentée sous l’angle des littératures officielles marquées par le prisme des vainqueurs et dans lesquelles la parole des populations reste assez peu lisible. Le Viêt-Nam échappe en partie à cette règle car les vaincus (en outre, les Américains et les Vietnamiens exilés de la République du Sud) ont chacun de leur côté beaucoup écrit sur leur expérience de la décolonisation et de la guerre. A l’intérieur du pays, aux côtés d’une peinture héroïque et hagiographique de la révolution et de lutte pour l’indépendance, de nouveaux témoignages entendent bousculer les certitudes. Les Cambodgiens ont largement témoigné du destin de leur pays en guerre en particulier de la violence vécue pendant la dictature du Kampuchéa Démocratique. Le procès des Khmers Rouges a ravivé les traumatismes mais aussi refermé une des pages les plus sombres de l’histoire du XXe siècle. Au Laos, les nouvelles réalités locales interpellent les jeunes adultes de la diaspora sur leur identité et la mémoire collective élaborée en exil. A l’appui de nombreuses publications historiques et politiques et de construction de lieux de mémoires imposants, les vainqueurs de ces trois pays continuent d’affirmer leur légitimité gagnée au prix d’un sacrifice de plus en plus mis à mal par les réalités postcoloniales et la parole d’après-guerre.

L’objectif de ce séminaire est d’inverser la tendance générale des histoires officielles pour se plonger dans les récits de vie, témoignages et mémoires des acteurs, de réfléchir sur leur contenu explicite ou implicite, de poser un regard critique sur ces écrits (biographiques et « archives de soi »), de réintroduire ces sources « marginales » de l’histoire dans la « grande histoire » de ces pays. Cette approche, très liée aux enjeux mémoriels, permettra de mieux saisir comment nous sortons d’une période où la conscience historique prévalait pour entrer dans une ère où les mémoires envahissent peu à peu la sphère politique. Mémoires manipulées, mémoires conflictuelles ou juxtaposées, tronquées ou oubliées, chacun de ces aspects sera discuté à travers les textes et les exposés oraux du séminaire. La décolonisation de l’Indochine et ses suites avec l’avènement des États-nations postcoloniaux (Viêt-Nam, Laos et Cambodge) sera donc ici appréhendée à travers la vision originale des témoins et acteurs de ces pays. Il s’agira en quelque sorte de prendre la juste mesure des mémoires, écrites ou orales, pour interroger l’histoire récente de ces trois pays, et tenter d’élaborer une histoire vue du bas.

Cette année, le séminaire sera consacré aux imaginaires nationaux des trois pays de l’Indochine et aux entités ethniques sans États. La constitution des États-nations de la péninsule indochinoise, tels que nous les connaissons aujourd’hui, s’est faite au cours du XXe siècle par une décolonisation brutale marquée par la guerre civile. L’avènement des États indépendants, cambodgiens, laotiens ou vietnamiens, fut l’enjeu d’une âpre lutte entre différents types de systèmes politiques et projets de société tout comme d’une confrontation des imaginaires nationaux. Le séminaire s’intéressera aux multiples possibles qui ont jalonné l’histoire de ces trois pays au cours du XXe siècle ainsi qu’à leur environnement géo-ethnique. En interrogeant le passé et la mémoire, il s’agira de faire apparaître les mythes fondateurs sous-jacents (longue durée) et les sources d’inspiration de ces trois États entre décolonisation et Guerre froide ou encore d’exposer la pluralité des nationalismes.

Mots clés : imaginaire national ; nationalisme ; identité ; ethnicité ; construction stato-nationale ; discours politiques ; théories politiques ; symboles et emblèmes nationaux ; transferts culturels

Sites du séminaire :

★ ★ ★

Plan du séminaire (sous réserve de modifications) :

Séance introductive : mardi 20 septembre 2016 (F114)

  • Imaginaires nationaux d’Indochine en question (notions, modalités, calendrier)

Séance 1 : mardi 27 septembre 2016 (F114)

  • Mythes et génies fondateurs

Séance 2 : mardi 4 octobre 2016 (F114)

  • Symboles et emblèmes nationaux

Séance 3 : mardi 11 octobre 2016 (F114)

  • Les États cambodgiens (1863-1993)

Séance 4 : mardi 18 octobre 2016 (F114)

  • Les États laotiens (1899-1975)

Séance 5 : mardi 8 novembre 2016 (F111)

  • Les États vietnamiens (1802-1975)

Séance 6 : mardi 15 novembre 2016 (F111)

  • Marges, ethnies minoritaires et frontières

Séance 7 : mardi 22 novembre 2016 (F004)

  • L’espace social et transnational indochinois d’hier et d’aujourd’hui

★ ★ ★

Bibliographie

Instruments de travail :

DALLOZ, Jacques, Dictionnaire de la guerre d’Indochine 1945-1954, Paris, Armand Colin, 2006. Présentation éditeur.

DULUCQ, Sophie, KLEIN, Jean-François, STORA, Benjamin (sous la dir.) Les mots de la colonisation, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2008. Présentation éditeur.

GOSCHA, Christopher E., Historical Dictionary of the Indochina War (1945-1954). An International and Interdisciplinary Approach, Honolulu, University of Hawaii Press/Copenhagen, Nordic Institute of Asian Studies, 2012. (voir lien “Guerre d’Indochine 1945-1956″ ci-dessus). Présentation éditeur.

KLEIN, Jean-François, SINGARAVELOU, Pierre & SUREMAINN, Marie-Albane de, Atlas des empires coloniaux : XIXe-XXe siècles, Paris, Éditions Autrement, Série Atlas/Mémoires, 2012. Présentation éditeur.

TERTRAIS, Hugues, Atlas des guerres d’Indochine, 1940-1990. De l’Indochine française à l’ouverture internationale, Paris, Éditions Autrement, Série Atlas/Mémoires, 2004 (réédition 2007). Présentation éditeur.

★ ★ ★

Processus colonisation / décolonisation (connaissances générales requises) :

AGERON, Charles-Robert, La décolonisation française, Paris, Armand Colin, coll. Cursus, série Histoire, 1991.

BROCHEUX, Pierre & HEMERY, Daniel, Indochine la colonisation ambiguë 1858-1954, Paris, Éditions La Découverte, textes à l’appui / histoire contemporaine, 2001, nouvelle éd. augmentée et mise à jour. Version anglaise sous le titre Indochina: An Ambiguous Colonization, 1858-1954, Berkeley, University of California Press, 2011. Présentation éditeur (fr.)

CESARI, Laurent, L’Indochine en guerres 1945-1993, Paris, Éditions Belin, Histoire Belin Sup, 1995.

COOPER, Frederick, Le colonialisme en question. Théorie, connaissance, histoire, Paris, Payot, 2010. Présentation éditeur.

DOMMEN, Arthur, The Indochinese experience of the French and the Americans: nationalism and communism in Cambodia, Laos, and Vietnam, Bloomington, IN, Indiana University Press, 2001. Présentation éditeur.

FERRO, Marc, Histoire des colonisations. Des conquêtes aux indépendances XIIIe-XXe siècle, Paris, Éditions du Seuil, septembre 1994. Présentation éditeur.

GRIMAL, Henri, La décolonisation de 1919 à nos jours, Paris, Éditions Complexe, 1985, nouvelle édition revue et mise à jour (réédité en 1999).

HA, Marie-Paule, French women and the Empire: the case of Indochina, Oxford, Oxford University Press, 2014. Présentation éditeur.

HUGON, Anne (dir.), Histoire des femmes en situation coloniale : Afrique et Asie, XXe siècle, Paris, Éditions Karthala, 2004. Présentation éditeur.

LORIN, Amaury & TARAUD, Christelle, Nouvelle histoire des colonisations européennes (XIXe-XXe siècles). Sociétés, cultures, politiques, Paris, Presses Universitaires de France, “Le nœud gordien”, 2013. Présentation éditeur.

TARAUD, Christelle, La colonisation, Paris, Éditions Le Cavalier bleu, coll. “idées reçues”, 2008. Présentation éditeur.

★ ★ ★

Quelques lectures pour accompagner le séminaire :

ABDOUL-CARIME, Nasir / MIKAELIAN, Grégory et THACH, Joseph (eds.), Le passé des Khmers. Langue, textes, rites, Berne, Peter Lang, 2016. Présentation éditeur.

ABDOUL-CARIME, Nasir, « Note sur l’identité communautaire khmère, une approche historique et une relecture socio-politique », Péninsule, n° 50, 2005 (1), pp. 41-57.

ANDERSON, Benedict, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte / Poche, 2006. Présentation éditeur.

BREEN, Keith & O’NEIL, Shane (eds.), After the nation? Critical reflections on nationalism and postnationalism, Basingstoke, Plagrave Macmillan, 2010. Présentation éditeur.

DALISSON, Rémi, Les guerres et la mémoire, Paris, CNRS éditions, 2013. Présentation éditeur.

FERRETTI, Feredico, « Géographie et imaginaires nationaux entre le XIXe et le XXe siècle : l’invention de l’Italie et la circulation des cultures géographiques », Annales de géographie 4/2014 (n° 698) , pp. 1062-1087. Voir aussi du même auteur : « Géographie, tournant culturel et imaginaires nationaux: Risorgimento, irrédentisme et l’invention géographique de l’Italie », (PDF sur Hal SHS).

GOSCHA, Christopher, Indochine ou Vietnam ?, Paris, Vendémiaire, 2015. Traduction de Going Indochinese. Contesting Concepts of Space and Place in French Indochina, Copenhagen, NIAS Press, 2012. Présentation éditeur (fr.).

GOSCHA, Christopher, The Penguin History of Modern Vietnam, London, Allen Lane, 2016. Présentation éditeur.

LARCHER, Agathe, La légitimation française en Indochine. Mythes et réalités de la « collaboration franco-vietnamienne » et du réformisme colonial (1905-1945), Thèse d’histoire, Université Paris 7, 2000. Notice Sudoc.

LOUBES, Olivier & RODRIGO, Annelise (03/12/2013), Pierre Laborie, un historien “trouble-mémoire”, Monde sociaux : http://sms.hypotheses.org/1651

HARDY, Andrew, Red Hills. Migrants and the state in the highlands of Vietnam, Copenhagen, Singapore, NIAS press / ISEAS, 2005. Présentation éditeur.

HARTOG, François, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Éditions du Seuil, coll. Points Histoire H458, 2012 (rééd.). Présentation éditeur.

HICKEY, Gerald C., Free in the forest. Ethnohistory of the Vietnamese central highlands, 1954-1976, New Haven, Yale University Press, 1982.

HUE-TAM HO TAI (ed.), The Country of Memory. Remaking the Past in Late Socialist Vietnam, Berkeley, University of California Press, 2001. Présentation éditeur.

IVARSSON, Søren, Creating Laos, The Making of a Lao Space between Indochina and Siam, 1860-1945, Copenhagen, NIAS Press, 2008. Présentation éditeur.

LE FAILLER, Philippe, La rivière Noire, l’intégration d’une marche frontière au Vietnam, Paris, CNRS éditions, coll. « CNRS Alpha », 2014. Présentation éditeur.

PAPIN, Philippe, Viêt-Nam, parcours d’une nation, Paris, Belin / La documentation française, 2003, 2e édition.

PO DHARMA, Du Flm au Fulro : une lutte des minorités du sud indochinois, 1955-1975, Paris, Les Indes savantes, 2006. Présentation éditeur.

RICOEUR, Paul, La mémoire, l’histoire et l’oubli, Paris, Éditions du Seuil, Points Essais 494, 2000 (rééd. 2003). Présentation éditeur.

TAYLOR, Philip, The Khmer lands of Vietnam: environment, cosmology, and sovereignty, Singapore, NUS Press / Copenhagen, NIAS Press, 2014. Présentation éditeur.

TODOROV, Tzvetan, Mémoire du mal, tentation du bien. Enquête sur le siècle, Paris, Robert Laffont, 2000. Présentation éditeur.

VERNEY, Sébastien, L’Indochine sous Vichy, entre Révolution nationale, collaboration et identités nationales, 1940-1945, Paris, Riveneuve, 2012. Présentation éditeur.

WATERSON, Roxana & KWOK Kian-Woon (eds), Contestations of memory in Southeast Asia, Singapore, National University of Singapore Press, 2012. Présentation éditeur.

Numéros spéciaux de revues :

BRUHNS, Hinnerk et BURGUIERE, André, « Imaginaires nationaux. Origines, usages, figures », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 58e Année, n° 1, janvier-février 2003, pp. 37-39. En ligne sur Cairn.

DEBARDIEUX, Bernard, « Imaginaires nationaux et post-nationaux du lieu », Communications, 87, 2010. Autour du lieu, sous la direction de Aline Brochot et Martin de la Soudière, pp. 27-41. En ligne sur Persée.

VIRGILI, Fabrice (éd.), “Les lois genrées de la guerre”, CLIO Femmes, Genre, Histoire, n° 39, 2014. Voir en ligne.

★ ★ ★

Travaux à faire et notation :

Présence régulière au séminaire requise, participation active, lecture et commentaire des documents proposés obligatoires (30 % de la note).

Chaque étudiant devra faire le Compte rendu de lecture [CR] d’un ouvrage sur 3 ou 4 pages (maxi) interligne 1,5 accompagné d’une recherche bibliographique autour de l’ouvrage (40 % de la note).

Le même ouvrage sera présenté oralement pendant vingt minutes au cours du séminaire (30 % de la note). Des précisions sur ces travaux seront apportées lors de la première séance du mardi 20 septembre 2016.

Mémoires d’Indochine 2016 / synopsis (PDF MàJ 21/09/2016)

Mémoires d’Indochine 2016 / sélection d’ouvrages (PDF MàJ 22/09/2016)

Image « à la une » : Tigre du zoo de Thu Dau Mot, Binh Duong © 2014 FG / Illustration du séminaire © 2016 FG

Proclamation of all involved nationalist parties [on South China Sea]

[ndlr] Proclamation des partis nationalistes Viet Nam Quoc Dan Dang, Dai Viet Quoc Dan Dang et Dan Xa au sujet de la décision de la Cour permanente d’arbitrage de La Haye dans le conflit maritime qui opposent les Philippines à la Chine.

PROCLAMATION

OF ALL INVOLVED NATIONALIST PARTIES, ORGANIZATIONS, POLITICAL ACTIVISTS, AND FELLOW VIETNAMESE,
In support of the July 12, 2016 ruling of the United Nations Arbitral Tribunal in favor of the Philippines against China’s illegal claim of the South China Sea

 Our grievances against China include:

1. From the Chinese dynasties of the past to the Communist state of China today, China have persistently attempted to invade, harass, and occupy the surrounding countries of Asia.

2. Communist authorities in Beijing have drawn arbitrary maps that show an unjustified and illegal “nine-dotted line” claim over 85% of the South China Sea as their own. China built military facilities on numerous strategic points throughout the South China Sea, including, but not limited to, the Spratley and Paracel Islands of Vietnam and the Scarborough Reef of the Philippines. Furthermore, they have occupied the waters of Brunei, Indonesia, Malaysia.

3. The Southeast Asian countries have protested and condemned the brazen and despicable invasions of China. In particular, an arbitration case was brought by the Republic of the Philippines under the arbitration provisions of the United Nations Convention on the Law of the Sea (UNCLOS) against the People’s Republic of China. On July 12, 2016, an arbitral tribunal under the UNCLOS ruled that the aforementioned maps have no legal basis.

4. Despite the ruling of the Tribunal, and supports of the world countries, China completely disregards the decision; and obstinately continues its provocations and invasions into other parts of the South China Sea.

5. In addition to these appalling actions, China has also dammed the Mekong River watershed, causing widespread and oftentimes disastrous water shortages that destroy the environment and ecosystem of Vietnam, Cambodia, and Laos.

Based on these grievances, We, the United Citizens, Expatriates, and Nationalist Political Forces of Vietnam, unanimously declare that:

1. We fully support and endorse the ruling of the Arbitral Tribunal on the law of the South China Sea.

2. We warmly praise the government and the peoples of the Philippines in their valiant struggle to protect the integrity of their territory in the midst of a brutal and unprecedented invasion of China. This is a legitimate, wise, and brave decision that we hope will set a model for more Southeast Asian countries to follow.

3. We condemn China for illegally invading and claiming the South China Sea which belongs to Southeast Asia. We demand Chinese government to obey the ruling of the Tribunal; and to immediately cease and desist the damming of the Mekong River watershed and release of toxins into the South China Sea.

4. We denounce and vilify the spineless and cowardly Vietnamese Communist Party leaders for always bending and submissive to the will of Beijing. The Vietnamese government neither dared to institute legal proceedings against Communist China nor named China in several killings of Vietnamese fishermen in the disputed waters. They did not even blame China for the release of toxic chemicals into the waters and land of Vietnam. Instead, the Vietnamese Communist Party actively suppresses and imprisons its own citizens who speak out against China.

5. We urgently call upon the international community to pressure China into respecting the decision of the Tribunal, and to denounce and stop China’s invasion which is indicated by its breach of peace, cause of disputes, and start of war in the South China and East Asian Seas.

6. We earnestly call for all fellow Vietnamese living in Vietnam and all Vietnamese expatriates abroad to unite as one faction in order to eradicate the Vietnamese Communist cowards and to build a liberal political institution of freedom and democracy. From this, we the people can create a just and representative internal power based on nationalism to protect our fatherland. 

Effective on the 25rd of July, 2016

Signing in the order of time:  

NOTE: The above Proclamation is posted on the following websites. There are no time limits in signing the Proclamation.

Please email Baovebiendong2016@gmail.com to add your support to this Proclamation.

http://www.vietquoc.org
http://www.daivietquocdandang.net/

★ ★ ★

 

TUYÊN CÁO

CỦA CÁC CHÍNH ĐẢNG, TỔ CHỨC, HỘI ĐOÀN,

NHÂN SĨ VÀ ĐỒNG BÀO

ỦNG HỘ PHÁN QUYẾT BIỂN ĐÔNG

CỦA TÒA TRỌNG TÀI QUỐC TẾ NGÀY 12-7-2016

 

Nhận định rằng:

  • Qua các triều đại lịch sử của Trung Hoa và Trung Cộng hiện nay, chủ trương bá quyền xâm lược, cưỡng chiếm và hủy diệt các lân quốc là nhất quán và bất biến.
  • Nhà cầm quyền Cộng Sản Bắc Kinh đã tự vẽ bản đồ chín đoạn (tức hình lưỡi bò), chiếm 85% diện tích Biển Đông, xây dựng các cơ sở quân sự trên Hoàng Sa và Trường Sa của Việt Nam, tại bãi đá Scraborough của Phi Luật Tân và lấn chiếm các vùng biển của Brunei, Indonesia, Mã Lai…
  • Các quốc gia liên hệ trong vùng đã phản đối và lên án sự xâm chiếm ngang ngược này của Trung Cộng, đặc biệt, chính phủ Phi Luật Tân đã kiện Trung Cộng ra Tòa Án Trọng tài Thường Trực La Haye. Ngày 12 tháng 7 năm 2016, Tòa đã ra phán quyết bác bỏ chủ quyền lịch sử của Trung Cộng ở khu vực thuộc hình lưỡi bò nói trên là không có cơ sở pháp lý.
  • Bất chấp sự phán quyết của Tòa Án Quốc tế và sự tán đồng của hầu hết các quốc gia Âu châu, Mỹ Châu, Úc châu, Á châu…, Trung Cộng một mặt hoàn toàn phủ nhận phán quyết này, mặt khác ngoan cố tiếp tục có những hành động khiêu khích và xâm chiếm các phần khác trong khu vực.
  • Ngoài ra, Trung Cộng còn ngăn chận nước đầu nguồn của sông Mekong gây thảm nạn thiếu nước và hủy diệt môi sinh của các quốc gia Việt Nam, Cao Miên và Ai Lao.

Trước hành động ngang ngược, bất chấp đạo lý và luật pháp quốc tế của Trung Cộng, chúng tôi, các Chính Đảng, Tôn Giáo, Cộng Đồng, Hội Đoàn, Nhân sĩ và Đồng bào trong và ngoài nước ký tên dưới đây đồng thanh tuyên bố:

  1. Hoàn toàn tán đồng và ủng hộ phán quyết của Tòa Án Trọng Tài Thường Trực ngày 12-7-2016.
  2. Nhiệt liệt ca ngợi chính phủ và nhân dân Phi Luật Tân đã cương quyết đấu tranh bảo vệ sự vẹn toàn lãnh thổ của mình trước sự xâm lăng thô bạo của Trung Cộng, đã kiện Trung Cộng ra Tòa Án Trọng Tài Thường Trực. Đây là hành động chính đáng, khôn ngoan và dũng cảm, tạo một khuôn mẫu tiền lệ cho những quốc gia đang có tranh chấp về biển đảo là phải tuân thủ và áp dụng Công ước Liên Hiệp Quốc về Luật Biển (UNLOS) 1982.
  3. Cực lực lên án Trung Cộng đã và đang xâm chiếm bất hợp pháp Biển Đông. Đòi Trung Cộng phải tuân thủ phán quyết của Tòa Án Trọng Tài Thường Trực La Haye nói trên. Mặt khác, Trung Cộng hãy chấm dứt ngay mọi hành động chận nước đầu nguồn sông Mekong và ngưng xả thải chất độc trên đất và biển Việt Nam.
  4. Nghiêm khắc lên án Tập đoàn Cộng Sản Việt Nam luôn luôn thần phục Bắc Kinh, không dám kiện Trung Cộng ra Toà Án Trọng tài Quốc Tế, thậm chí còn không dám nêu tên Trung Cộng trước những hành động giết hại ngư dân hoặc thải chất độc hủy diệt môi trường tại Việt Nam, đàn áp những người yêu nước biểu tình chống xâm lược Bắc Kinh.
  5. Khẩn kêu gọi cộng đồng quốc tế buộc Trung Cộng phải tôn trọng pháp quyết của Tòa Trọng tài Quốc Tế, lên án và ngăn chận Trung Cộng xâm lăng, phá hoại hòa bình, gây tranh chấp và khởi động chiến tranh trên Biển Đông cũng như biển Hoa Đông.
  6. Thiết tha kêu gọi toàn thể quốc dân Việt Nam trong và ngoài nước đoàn kết đấu tranh giải thể chế độ độc tài Cộng Sản Việt Nam, xây dựng một thể chế chính trị tự do dân chủ, từ đó tạo nôi lực và sức mạnh dân tộc để bảo vệ Giang sơn Tổ quốc.

Ngày 23 tháng 7 năm 2016

Ký theo thứ tự thời gian:

  • Việt Nam Quốc Dân Đảng: Lê Thành Nhân-Chủ Tịch Hội Đồng Chấp Hành Trung Ương VNQDĐ.
  • Đại Việt Quốc Dân Đảng: Trần Trọng Đạt-Chủ Tịch Đại Việt Quốc Dân Đảng
  • Việt Nam Dân Chủ Xã Hội Đảng (Dân Xã Đảng): Lê Hồng Thanh – Tổng Bí Thư Dân Xã Đảng.

GHI CHÚ: Bản tuyên cáo này sẽ được đăng trên trang mạng lưới toàn cầu để toàn dân có thể cùng ký tên không giới hạn thời gian.

Email liên lạc: Baovebiendong2016@gmail.com

Trang mạng lưới toàn cầu:

http://www.vietquoc.org
http://www.daivietquocdandang.net/

 

Christopher Goscha: « Towards a History of Modern Vietnam » [Cornell University]

[ndlr] Excellente conférence de notre collègue Christopher Goscha à l’occasion de la présentation de son nouvel ouvrage sur le Viêt-Nam. Une nouvelle histoire pour comprendre la pluralité du Viêt-Nam d’aujourd’hui et comment ce pays s’est construit culturellement, géographiquement, humainement.

Cornell Voices on Vietnam Spring 2016 Speakers’ Series presents  Professor Christopher Goscha (Professor of History at Université du Québec à Montréal) – « Towards a History of Modern Vietnam. » Recorded May 5, 2016.

This event is co-sponsored by Southeast Asia Program, the Department of Asian Studies, the Department of History and the Department of Government.

Acclaimed historian and Vietnam specialist Christopher Goscha discusses his latest work, The Penguin History of Modern Vietnam (2016). Popular impressions of Vietnam are still largely dominated by the Vietnam War, with most English-language accounts focused on American experiences, sources, and perspectives. But Vietnam’s history is much richer and more complex than a mere Cold War confrontation, complete with expansion, schisms, colonial conquest and subjugation, cultural renaissance, and revolution.

Drawing on research and discoveries from a host of Vietnamese-language and global sources, Professor Goscha outlines a rich and compelling overview of modern Vietnamese history, portraying a cast of memorable characters – from Emperors to rebels, poets to priests – and providing a fascinating look at the intricacies and complexities of modern Vietnamese history. Compelling for scholars and non-specialists alike, The Penguin History of Modern Vietnam represents the first English-language general history of contemporary Vietnam.

Source : Voices On Vietnam

17 juin 2016 – Tưởng niệm anh hùng liệt Sĩ Việt Nam Quốc Dân Đảng

[ndlr] L’hommage annuel à Nguyen Thai Hoc, chef du Parti National du Viêt-Nam guillotiné par les Français le 17 juin 1930 à Yên Bai avec 12 de ses compatriotes en réponse à l’insurrection anticoloniale de février.

NguyenThaiHoc_VNQDD_2016Source : Viet Quoc

Les noms des treize guillotinés

Bùi Tử Toàn

Bùi Văn Chuẩn

Bùi Văn Cửu

Ðào Văn Nhít

Ðỗ Văn Sứ

Hà Văn Lạo

Ngô Văn Du

Nguyễn An

Nguyễn Ðức Thịnh

Nguyễn Như Liên

Nguyễn Thái Học

Nguyễn Văn Tiềm

Phó Ðức Chính

 

VNQDD_17-06-1930Une des seules images de l’exécution des révolutionnaires du Parti Nationaliste. La tête de Nguyen Thai Hoc apparaît entourée d’un cercle. La source de l’image n’est pas mentionnée, elle proviendrait d’un journal franco-vietnamien édité en Indochine en 1930.

Voir aussi :

VNQDĐ 2016 : Unification et nouvelle espérance du nationalisme vietnamien

LogoVNQDD_2016Au mois de janvier 2016 s’est déroulé le XIIe Congrès national du Parti communiste vietnamien (PCV). Au début du mois d’avril, le Parti national du Viêt-Nam (VNQDĐ), son concurrent historique dans la lutte pour l’indépendance, s’est également réuni lors d’un congrès national important à Little Saigon aux États-Unis. Cet événement  que seuls les médias vietnamiens de l’étranger ont relayé (Người Việt, Viễn Đông, Việt Báo, FreeVN.net…) n’a rien d’anodin. Au prix d’un combat opiniâtre très coûteux sur le plan humain, le Parti a survécu et s’est même reconstitué à l’étranger. Il entend se repositionner comme l’une des principales forces d’opposition au régime de parti unique vietnamien.

Fondé le 25 décembre 1927 à Hanoi, le Parti national du Viêt-Nam, parti indépendantiste de type nationaliste-révolutionnaire1, a vu bon nombre de ses militants emprisonnés ou tués par la Sûreté coloniale après l’échec de l’insurrection générale de février 1930. Treize de ses partisans dont Nguyễn Thái Học, le chef du parti, furent guillotinés le 17 juin 1930 à Yên Bái, haut lieu de l’insurrection nationaliste. Des centaines de militants furent envoyés dans les bagnes indochinois et jusqu’en Guyane. Soumis à une terrible répression sanglante, le parti dut sa survie à une poignée de militants exilés en Chine du Sud notamment au Yunnan. Il refit surface au Viêt-Nam (encore colonisé) à la fin des années 30 et redevint très actif sur la scène politique vietnamienne pendant les années 1945-1946 avec sa participation au nouveau pouvoir de la jeune république2 aux côtés du Việt Minh. Selon l’historien Phạm Cao Dương, contrairement au Parti communiste indochinois (PCI), organe dirigeant du Việt Minh, le VNQDĐ n’a pas tenté de s’imposer comme parti unique de la jeune république et de prescrire une seule idéologie (en outre le marxisme-léninisme dont se réclame toujours le PCV) à l’ensemble de la nation.

BanThoNguyenThaiHoc_2015
Autel de Nguyen Thai Hoc lors d’une commémoration des guillotinés de Yen Bay en Californie © DR

En avril 1945, le VNQDĐ s’allia à deux autres partis nationalistes (le Đại Việt Quốc Dân Đảng de Trương Tử Anh et le Đại Việt Dân Chính de Nguyễn Tường Tam) dans un Front des Partis nationalistes (Mặt trận Quốc Dân Đảng3. Pendant une période décisive mais courte, il participa au gouvernement d’union et de résistance dirigé par Hồ Chí Minh (mars-novembre 1946). Tout en collaborant au premier gouvernement pluraliste de la RDVN4, le parti conserva sa forte détestation des Français de retour à Hanoi en mars 1946 après les Accords Sainteny/Hồ Chí Minh. Refusant ces accords avec l’ancien colonisateur, une partie du VNQDĐ fit dissidence pour s’opposer au retour de la France dans le nord du pays5. A partir de juillet 1946, lorsque les troupes d’occupation chinoises quittèrent le nord Viêt-Nam, les forces de Sécurité du Việt Minh lancèrent, sur ordre de Võ Nguyên Giáp, chargé des affaires militaires du gouvernement et de Trường Chinh, secrétaire général du PCI (devenu clandestin en novembre 1945), une vaste opération policière contre l’opposition nationaliste dernier frein à l’instauration de la dictature. Incriminée dans l’affaire dite « Ôn Như Hầu », une sordide affaire de cadavres déterrés dont les assassinats furent attribués au parti nationaliste, la décision du Viêt-Minh/PCI d’en finir avec l’opposition fut généralisée. Lors de son discours au Congrès d’unification d’avril 2016, le professeur Phạm Cao Duơng rappela que son père « s’était sacrifié » (đã hy sinh) en 1946, date du départ de la guerre civile entre Vietnamiens6. A la fois anticolonialiste et anticommuniste, le front QDĐ défendit ses zones de guerre dans le Tonkin et en Annam à la fois contre l’armée régulière de la RDVN (Vệ Quốc Đoàn, ébauche de la future armée populaire) et les forces militaires françaises jusqu’à la fin de l’année 1946.

Photo rare de la cérémonie en hommage à Nguyen Thai Hoc à Hanoi en juin 1946 sur laquelle apparaît le drapeau du Front QDD. © Xua & Nay 2013
Photo rare de la cérémonie en hommage à Nguyen Thai Hoc à Hanoi en juin 1946 sur laquelle apparaît le drapeau du Front QDD. © Xua & Nay 2013

Subissant de plein fouet la répression de la Sûreté du Viêt-Minh (emprisonnement et liquidations physiques), les militants de ce front QDĐ reprirent le chemin de l’exil jusqu’à l’avènement du régime de Bảo Đại en 1949, l’ex-empereur prenant la tête de l’État du Viêt-Nam (Quốc gia Việt Nam, in État anticommuniste concurrent de la RDVN). Une partie de la formation politique décida de rester dans l’ombre n’ayant qu’une confiance relative en l’ex-empereur et sa capacité à établir une république parlementaire à la fois démocratique et sociale. Ils ne furent pas démentis par l’histoire.

Fondamentalement indépendantiste et révolutionnaire, le parti prit peu à peu ses distances avec le gouvernement de Bảo Đại. Entre 1953 et 1956, d’abord dans les zones contrôlées par le Viêt-Minh puis pendant la réforme agraire radicale orchestrée par le Parti des Travailleurs du Viêt-Nam7, de nombreux membres du VNQDĐ furent de nouveau persécutés ainsi que leurs familles. Le VNQDĐ poursuivit sa lutte au Sud de 1954 à 1975 mais comme bon nombre de formations nationalistes, il effectua une traversée du désert sous le régime autocratique de Ngô Đình Diệm. Bon nombre de ses militants furent encore pourchassés ou emprisonnés. Pendant la guerre et ce jusqu’en 1975, la lutte se poursuivit dans le Quảng Ngãi et le Quảng Nam, deux fiefs électoraux du VNQDĐ, contre le FNL Sud Viêt-Nam et les forces communistes nordistes infiltrées.

Sous l’ère républicaine, à partir de 1964, le VNQDĐ entra dans un processus d’atomisation de ses forces. Il ne comptait pas moins de dix branches différentes sous la Seconde République de Nguyễn Văn Thiệu8. Après la chute de Saigon, le VNQDĐ fut interdit comme toutes les autres formations politiques non communistes jugées « réactionnaires ». Il ne dut encore une fois sa survie que grâce à la détermination de quelques militants présents en Europe et aux États-Unis. Des cellules se reconstituèrent mais les anciennes querelles entre chefs ne permettaient pas d’envisager une fusion des différentes factions.

ID_33798_politics_1967.jpg
Affiche électorale de la liste Nguyen Hoa Hiep – Nguyen The Truyen pour les élections générales de 1967 au Sud Viêt-Nam © Corbis

Ces dix dernières années, après la disparition d’un certain nombre de chefs de faction, des membres décidèrent d’enterrer les vieilles querelles pour reprendre le chemin du combat national.  Le site web Viet Quoc fut mis sur pied. En 2006, la célèbre monographie de Hoàng Văn Dào (l’édition révisée de 1970) fut rééditée aux États-Unis et en 2008 elle fut traduite en anglais pour la première fois9. Au Viêt-Nam même, en 2014, la biographie de Nguyễn Thái Học rédigée par l’intellectuel Nhượng Tống, un des fondateurs du parti assassiné en 1949 par le Việt Minh, a été réédité à Hanoi10. Une nouvelle histoire du VNQDĐ fut publiée par le chercheur Nguyễn Văn Khánh11. Bien qu’épousant la thèse officielle d’un bon « VNQDĐ authentique » avant 1930 et d’un « VNQDĐ réactionnaire » à partir de 1945, pour la première fois, la recherche vietnamienne reconsidérait la place de ce parti dans l’histoire nationale. Récemment, la mémoire des anciens membres du VNQDĐ relégués dans les bagnes de Guyane a été révélée et exposée dans une émission grand public diffusée sur VTV4, la chaîne dédiée aux Vietnamiens de l’étranger. Tous ces signes démontrent le regain d’intérêt pour l’histoire de ce parti dans le processus complexe de la lutte pour l’indépendance du pays.

HoangVanDao_VNQDD_2008
Cliquer sur l’image pour l’aperçu Google Books.

Lors de son discours du 3 avril, le professeur Phạm Cao Dương souligna l’importance de l’unification du parti qui fut divisé pendant plusieurs décennies, sans doute pendant plus d’un demi-siècle, malgré la qualité des dirigeants de chaque branche12. Cette unification revêt, selon lui, une signification importante à la fois pour la communauté vietnamienne à l’étranger mais aussi pour les compatriotes à l’intérieur du pays. De même, le docteur Mã Xái souligna le caractère historique de cette unification et sa portée non moins importante pour les partis politiques exilés, rappelons-le, encore interdits au Viêt-Nam depuis la réunification (juillet 1976). Lapsus révélateur, le docteur Mã Xái félicita la « réunification du Đại Việt » avant de se reprendre, sans doute ceci laissait poindre une espérance secrète13. Enfin, Lê Nguyên Minh, ancien vice-président du Tân Đại Việt fit remarquer que le Việt Quốc s’était finalement réunifié avant le Đai Việt, ce dernier étant divisé depuis 1964-1965 en trois partis différents14.

CoVNQDD_2013
Drapeau du VNQDD lors d’une manifestation à Washington contre la venue de l’ancien Président de la RSVN en 2013. Le DVQDD possède également ce même drapeau conçu en 1945 lors de l’alliance entre les deux formations politiques © DR

En 2013, le drapeau du VNQDĐ apparut dans plusieurs manifestations antichinoises organisées à l’étranger. C’est sans doute le contexte géopolitique et social notamment la question chinoise qui a réveillé l’un des plus anciens partis révolutionnaires du Viêt-Nam. L’existence du Viêt-Nam est menacée, selon ce parti, par deux faits : par la dictature du Parti communiste vietnamien ainsi que par l’expansionnisme chinois. L’appel est radical : « Si le peuple vietnamien ne met pas fin au régime communiste, le régime communiste mettra fin à l’indépendance du peuple vietnamien »15. On retrouve ici la vieille problématique de la survivance de la nation face à la Chine. Les organisations sont conscientes que seule l’union des nationalistes vietnamiens est la clé de la réussite du combat contre le totalitarisme communiste, seule issue pour sortir de la domination chinoise.

“Cương quyết đấu tranh bảo vệ tổ quốc. Đây là cuộc đấu tranh chính nghĩa, và đấu tranh chính nghĩa nhất định sẽ có thắng lợi cuối cùng…Tình trạng hiện nay đã báo động rằng Nếu dân tộc Việt Nam không đứng lên chấm dứt chế độ cộng sản Việt Nam thì Cộng sản Việt Nam sẽ chấm dứt dân tộc Việt Nam để dâng hiến cho Tàu. Cánh cửa công lý không bao giờ hé mở dưới chế độ cộng sản Việt Nam. Mất nước là mất tất cả!” (Lê Thành Nhân)

Devise_VNQDDDu 1er au 3 avril 2016, un grand congrès national, nous devrions dire transnational, se déroula en Californie. Ces trois jours de congrès rassemblèrent des militants des États-Unis, du Canada, d’Europe,   d’Australie et d’autres pays. La tâche significative de ce congrès consista à (ré-)unifier le parti sous une seule appellation générale « Việt Nam Quốc Dân Đảng » et un seul slogan : Dân tộc độc lập (Indépendance nationale), dân quyền tự do (Liberté civiles), dân sinh hạnh phúc (Bien-être du peuple). Une devise que la RDVN emprunta au VNQDĐ en 1945 et, elle-même, inspirée de la théorie des trois peuples de Sun Yat-sen traduite en vietnamien par Nhượng Tống et publié dans les années 1925-1927 par les éditions Nam Đồng Thư Xã16.

Ce retour aux origines est justifié par le nouveau Conseil de direction comme nécessaire pour faire face au PCV et constituer une alternative viable au communisme vietnamien. Le parti s’organise en effet pour la période postcommuniste. Le nouveau bureau directeur fut présenté publiquement le 3 avril 2016 lors d’une réunion rassemblant, essentiellement masculine, les principales organisations politiques vietnamiennes exilées présentes aux États-Unis : le Đại Việt Quốc Dân Đảng (représenté par son dirigeant Trần Trọng Đạt), le Tân Đại Việt (Mã Xái), le Việt Tân (Nguyễn Quốc Quân), l’Alliance pour la démocratie (Liên Minh Dân Chủ)… et des responsables d’associations de la communauté vietnamo-américaine. En particulier, dans un discours énergique, le président du ĐVQDĐ a réaffirmé sa solidarité dans la lutte et sa proximité politique avec le VNQDĐ tout en rendant hommage à Nguyễn Thái Học son fondateur. Enfin, on nota le soutien de la sénatrice Janet Nguyen, fidèle alliée de la lutte pour la démocratie au Viêt-Nam.

225678-Ra-Mat-QDD-1-60
De gauche à droite : MM. Lê Thành Nhân, Trần Tử Thanh, Lê Quốc Việt, Nguyễn Khắc Ninh, Phan Thanh Châu, Lê Trung Khương, Trần Việt Đạo © DR

Le Nouveau Conseil directeur du VNQDĐ (Tân Hội Đồng Lãnh Đạo Việt Nam Quốc Dân Đảng) est désormais composé de dix membres (photo ci-dessus) dont trois présidents : Lê Thành Nhân (président du Conseil des délégués), Trần Tử Thanh (président du Conseil exécutif), Lê Quốc Việt (président du Conseil de contrôle), Nguyễn Khắc Ninh, Phan Thanh Châu, Lê Trung Khương, Trần Minh Vũ, Trần Việt Đạo, Vũ Sơn17.

Cet effort d’unification des forces soulève néanmoins quelques interrogations. De combien le parti dispose-t-il de cadres et notamment de jeunes cadres ? Quid de la formation politique des jeunes générations et du rôle assigné aux femmes ? Quels sont ses relais et ses soutiens à l’intérieur du pays ? Pourra-t-il dépasser l’entre-soi familial ou le clanisme souvent observé dans les formations politiques (ce qui n’est pas spécifique au VNQDĐ) ? Ces questions se posent au regard de la visibilité de ce parti à l’intérieur du pays. Son activisme semble au point mort (par rapport à d’autres organisations) et une division interne liée aux événements de 1945-1946, savamment entretenue par le régime (qui n’hésita pas à créer un « Nouveau VNQDĐ » soumis au Viêt-Minh à la fin de l’année 1946), n’a pas disparu.

Le parti refuse par principe la coopération mais dans le cas d’une hypothétique transition politique où le multipartisme serait rétabli cette assertion pourrait être reconsidérée. Échaudé par sa propre expérience historique, le VNQDĐ, comme la plupart des organisations politiques exilées et interdites en République Socialiste du Viêt-Nam, ne croit pas à un partage du pouvoir avec le PCV. Deux solutions se présentent alors : le renversement du régime par la révolution violente ou l’évolution pacifique, cette dernière option étant privilégiée18.

★ ★ ★

Le VNQDĐ, en tant que « parti anticolonialiste traditionnel » reste dans l’imaginaire populaire celui qui a échoué mais a fait preuve de courage sous le colonialisme. Il conserve une aura non négligeable parmi les intellectuels du pays et l’annonce de cette unification des forces, attendue depuis longtemps, redonnera sans aucun doute à ses nombreux sympathisants du baume au cœur. C’est un petit pas de plus dans la longue marche de la lutte de ce parti contre la dictature communiste vietnamienne. Le nouveau dirigeant Lê Thành Nhân sait que la tâche est immense : formation des cadres, réorganisation générale des cellules sur le plan mondial, communication interne et externe pour une organisation devenue transnationale. La résurrection véritable du VNQDĐ se fera au prix de ces multiples efforts.

Installé au pouvoir depuis des décennies, le PCV ne devrait guère s’inquiéter de l’unification des forces en Californie de son concurrent historique qui revient de loin. Mais si, à l’avenir, des cellules de militants du VNQDĐ devaient reprendre pied à l’intérieur du pays sur ce programme politique de changement de régime, accompagné d’un discours nationaliste radical ancré dans la profondeur historique du parti (de l’anticolonialisme à l’anti-expansionnisme chinois), cela pourrait changer la donne.

François Guillemot, MàJ 18/04/2016.

Vidéos de référence.

Pour en savoir plus :

Nguyen Huy, Việt Nam Quốc Dân Ðảng ra mắt tân ban chấp hành, Nguoi Viet, 05/04/2016.

Thanh Phong, Lễ ra mắt tân Hội Đồng Lãnh Đạo Việt Nam Quốc Dân Đảng, Vien Dong Daily News, 04/04/2016.

VNQDĐ Đại Hội Toàn Đảng, Ra Mắt Tân Hội Đồng Lãnh Đạo, Viet Bao, 22/03/2016.

Phát biểu của Chủ Tịch Đảng Tân Đại Việt nhơn ngày Hợp Nhứt VNQD Đảng và Lễ Ra Mắt Tân Hội Đồng BLĐ VNQD Đảng, Tan Dai Viet, 05/04/2016.

3597 Lễ Ra Mắt Tân Ban Lãnh Đạo Toàn Đảng (Thống Nhất) Việt Nam Quốc Dân Đảng Tại Little Saigon Nam California, Viet Bao, 07/04/2016. (lien vers la vidéo de FreeVN.net en ligne)

Documents politiques sur le site du Viet Quoc :

Notes

  1. Prônant le renversement du pouvoir colonial par la violence armée et l’instauration d’une république sociale et nationale []
  2. République Démocratique du Viêt-Nam instaurée le 2 septembre 1945 par Hồ Chí Minh []
  3. Le ĐVQDĐ fut fondé en 1938 et existe toujours en exil. Le ĐVDC fusionna avec le VNQDĐ en 1945 sous l’impulsion de Nguyễn Tường Tam []
  4. Réunissant des membres issus des cinq formations suivantes : Parti communiste indochinois, Parti démocrate et Parti socialiste au sein de la Ligue Việt Minh ; Ligue révolutionnaire du Việt Nam dite ĐMH ou Việt Cách et Parti national, VNQDĐ ou Việt Quốc, correspondant à l’opposition []
  5. En juillet 1945, les Accords de Potsdam avait décidé que le Viêt-Nam devait être séparé en deux zones séparées au niveau du 16e Parallèle pour désarmer les forces japonaises vaincues. Les troupes chinoises de Tchang Kai-shek furent chargées de cette tâche au nord, les troupes britanniques au Sud []
  6. Cf. FreeVN.net, vidéo 3597 citée en référence, minute 57:25 et suiv. []
  7. Nouveau nom du PCI adopté lors du seconde congrès de février 1951 []
  8. Nguyễn Khắc Ngữ, Đại cương về các đảng phái chính trị Việt Nam, Montréal, Tủ sách nghiên cứu sử địa, 1989, pp. 72-75 []
  9. Hoang Van Dao, Viet Nam Quoc Dan Dang : a contemporary history of a national struggle, 1927-1954, Pittsburgh, PA, RoseDog Books, 2008 (traduction de Huynh Khue) []
  10. Nhượng Tống, Nguyễn Thái Học (1902-1930), Hà Nội, NXB Hội Nhà văn / Nhã Nam, 2014 []
  11. Nguyễn Văn Khánh, Việt Nam quoc dân đảng trong lịch sử cách mạng Việt Nam, Hà Nội, NXB Khoa học xã hội, 2005, réédité en 2012 chez Thế Giới []
  12. Citons pour mémoire quelques grandes personnalités du VNQDĐ : Nguyễn Hòa Hiệp, Nguyễn Tường Tam, Trần Văn Tuyên, Vũ Hồng Khanh… []
  13. Notons que le dirigeant du ĐVQDĐ fit le même lapsus à la fin de son discours, vidéo 3597, 1h27:48 []
  14. Cf. vidéo 3597, op. cit., 1h43. Une réunification du Đại Việt fut tentée en 1988 sous l’égide de Nguyễn Ngọc Huy mais elle ne dura que quelques années []
  15. Voir le discours de Lê Thành Nhân, vidéo 3597, minute 35:40 et suiv. []
  16. Réunissant un groupe d’intellectuels, cette maison d’édition figure de précurseur du VNQDĐ []
  17. Annoncés dans la vidéo 3597, op. cit., minute 26:08 et suiv. []
  18. Comme le rappelait Lê Thành Nhân dans le reportage  de SBTN (seconde vidéo ci-dessus). Voir aussi Lê Minh Nguyên en 2012 dans un autre entretien : minute 3:44 et suiv. []