Archives par mot-clé : Laos

Expériences de rééducation au Laos (RDPL)

[ndlr] Les mémoires sur l’histoire contemporaine du Laos sont suffisamment rares pour être signalés. Ces dernières années, trois récits d’anciens prisonniers (et rescapés) des camps de rééducation en République démocratique populaire lao (RDPL) ont été publiés en langue anglaise. Nous remercions notre collègue Vatthana Pholsena pour nous avoir indiquer l’existence de ces ouvrages dont le plus riche est celui de Bousang Khamkeo publié en 2006 mentionné dans la bibliographie du séminaire.

  • Bounsang Khamkeo, I Little Slave. Washington: Eastern Washington University Press, 2006.

Raised in the hierarchical society of traditional Laos, Bounsang Khamkeo earned his doctorate in political science in France and returned home in 1973 to a country in political chaos in the wake of the Vietnam War. He worked for the government until 1981 before being imprisoned by the communist Pathet Lao government after running afoul of a politically ambitious boss. I Little Slave is the account of his seven-year struggle in prison to stay alive and keep sane in spite of harsh physical privation and endless psychological abuse. Khamkeo’s story is a moving and important one at a time when political oppression and crimes against human rights are on the rise throughout the world.

  • Khamphanh Thammakhanty, Get to the Trunk, Destroy the Roots: The Fall from Monarchy to Socialism. Portland, 2004, publication à compte d’auteur.

The book covers five topics. From the introduction: A brief history of Laos; the political maneuvering during the last two years prior to the overthrow of the Lao royalty and the fall of its rightist government; the dispatch of prisoners to the various concentration camps; the direct and indirect forms of punishment imposed on the defeated Lao people; additional information on daily life at Sop Hao Prison.

  • Nakhonkham Bouphanouvong, Sixteen years in the Land of Death: Revolution and Reeducation in Laos. Bangkok: White Lotus, 2003.

Sixteen Years in the Land of Death: Revolution and Reeducation in Laos, is the account of the life of Nakhonkham Bouphanouvong, a Lao man who survived incarceration from 1975 to 1991 in the communist run reeducation camps located in the province of Huaphan in northeastern Laos. During that time he suffered through hard labor, torture and near starvation along with many other high-ranking Royal Lao government and army officials, many of whom did not live to tell of their own experience. Prior to his imprisonment Nakhonkham endured three decades of civil war in Laos. He left the capital city of Vientiane and his life as a student behind in 1945 to join the nationalistic Lao Issara movement where he worked as a soldier, propagandist and writer through the 1950’s. Nakhonkham later witnessed the Lao Issara’s transformation in eastern Laos into a full-fledged communist revolution. Not convinced by the communist rhetoric, he left to join the Neutralist faction formed in the early 1960’s. With the Neutralist’s demise not long after its formation, Nakhonkham found it necessary to join the Royal Lao Government where he worked as an editor for several publications and eventually became a high-ranking police officer in Vientiane. Having come full circle, by 1975 Nakhonkham found himself on, the losing side of the civil war and lived in Laos as a political prisoner until emigrating to the United States in 1992.

Mithouna : La Route n°9. Témoignage sur le goulag laotien [2001]

En 1975, les Communistes prennent le pouvoir au royaume du Laos. Dans les jours qui suivent, tous les officiers et sous-officiers de l’armée royale laotienne sont arrêtés et déportés dans des camps de rééducation. Les voilà condamnés sans jugement à une peine dont ils ignorent la durée pour des crimes qu’ils n’ont pas commis. Parmi eux, Mithouna, l’auteur de ce livre.

 

C’est la vie dans quelques-uns de ces camps, établis à proximité de la Route n°9, puis dans une prison à régime sévère, que nous décrit Mithouna. Son récit, vivant et détaillé, constitue un précieux témoignage sur l’un des aspects les plus sombres et les plus ignorés du Laos contemporain. C’est en même temps une leçon de courage : on y voit comment l’auteur, grâce à sa force d’âme, sa patience et son intelligence, parvient à traverser sans désespérer ces terribles années, puis à retrouver la liberté.

Mithouna s’était juré de témoigner un jour. Avec ce livre c’est chose faite.

Mithouna vit désormais avec sa famille en France, où il a obtenu l’asile politique, puis la nationalisté française. Outre ses activités professionnelles, il compose en laotien des poèmes et des chansons.

André Rosset a fait connaissance de Mithouna dans le cadre de ses activités bénévoles dans un comité local d’aide aux réfugiés du sud-est asiatique. (présentation de la quatrième de couverture).

Réf. : Mithouna (avec André Rosset), La Route n° 9. Témoignage sur le goulag laotien, Paris, L’Harmattan, Mémoires asiatiques, 2001, 398 p.

Aperçu sur Google Books

Sources on Vietnam Laos Cambodia “Left-Wing Bloodbaths” – by Paul Bogdanor

Skulls from the Cambodian Killing Fields
© 2012 Steven G. Kellman

[ndlr] Sur son site personnel l’écrivain londonien Paul Bogdanor consacre une page aux sources en ligne sur les “Bains de sang de gauche”. Nous avons extrait de sa liste les sources concernant directement le Viêt Nam, le Laos et le Cambodge. Textes de chercheurs, de journalistes ou de simples témoins sont répertoriés aux côtés de rapports d’enquête et de documents d’archives. On y retrouve le débat sur les victimes de la réforme agraire de 1953-1956 en RDVN, des documents sur les techniques de répression des “contre-révolutionnaires” dans les trois pays, des témoignages sur les goulags vietnamiens et laotiens après 1975 et sur le génocide cambodgien perpétré par les Khmers rouges. Certains de ces textes seront évoqués en introduction de la séance 6 du séminaire. Les annotations sont celles de l’auteur.

 

Left-Wing Bloodbaths

Radical leftists would have us believe that they stand for democracy, progress, human rights and social justice. But when they seize power, they introduce slavery, terror, famine, concentration camps and mass murder. As the Marxists used to say, this is no accident.

 

Vietnam

– Pre-1975

  • The Massacre of Hue – In this communist massacre, thousands of men, women and children were mercilessly slaughtered.

– Post-1975

Laos

 

Cambodia

– Civil War

  • President Ford, News Conference on Cambodia [PDF] – President Ford warns of “an unbelievable horror story” if the communists capture Cambodia.

– Killing Fields

  • Bruce Sharp, Counting Hell – Studies demonstrating that the death toll was in the millions.

CIA : Opérations Laos – Amerikas geheimer Krieg in Laos

La guerre du Viêt-Nam fut le premier conflit retransmis à la télévision. Pourtant, c’est le Laos voisin qui constitua la cible d’une guerre aérienne interminable et démesurée, devenant le pays le plus bombardé de l’histoire. Cette « guerre secrète », l’opération la plus importante menée par la CIA, reste aujourd’hui encore largement ignorée. Les spécialistes parlent de crimes de guerre et la comparent aux conflits actuels en Irak et en Afghanistan. Dans CIA – Opération Laos, les principaux protagonistes de cette opération (anciens agents de la CIA, pilotes américains, combattants laotiens, reporters de guerre) nous conduisent jusqu’à l’emplacement stratégique du conflit. (tvmag Le Figaro).

Durée : 80min.
Genre : Docu-info – Historique
Origine : Allemagne
Année de réalisation : 2008
Réalisation : Marc Eberle
Rediffusion(s) : 08/04/2012 à 18:55 sur Histoire

La CIA et L’Opération Laos (partie 1)

La CIA et L’Opération Laos (partie 2)

La CIA et L’Opération Laos (partie 3)

La CIA et L’Opération Laos (partie 4)

Sisouk Na Champassak : Tempête sur le Laos [1961]

[ndlr] Témoignage direct du prince Sisouk na Champassak (1928-1985) sur la guerre civile laotienne. Paru en 1961, Tempête sur le Laos retrace les événements politiques du Laos de la Seconde guerre mondiale jusqu’en 1960. La vision est celle d’un officiel du gouvernement royal alors très impliqué dans les affaires politiques et internationales de son pays. L’auteur explique sa démarche dans l’avant-propos qui suit. L’ouvrage est paru initialement en langue anglaise sous le titre Storm over Laos, a contemporary history (New York, Praeger, 1961).

Avant-propos de l’auteur

Ce livre n’est qu’une esquisse. C’est une série de témoignages et de récits vécus des événements qui ont pesé lourdement sur le destin de mon pays depuis 1945. Depuis seize ans, le royaume du Laos vit dans l’insécurité et la guerre, et pourtant l’opinion internationale n’a jamais été clairement informée de la nature que mène le peuple du Royaume du Million d’Éléphants contre les ingérences de la République démocratique du Nord Vietnam et de ses empiètements successifs d’abord, sous le couvert d’une prétendue libération des pays de l’ancienne Indochine française, et ensuite, au nom d’une croisade idéologique. Dans ce livre je me suis borné à relater les faits, surtout depuis la Conférence de Genève de juillet 1954 en essayant de les analyser sans préjugés ni passion. J’ai été mêlé de près ou de loin dans tout cet enchaînement de drames qui déchirent mon pays. J’ai collaboré avec Son Excellence Katay Don Sasorith, alors premier ministre, en tant que son directeur de cabinet et représentant du gouvernement royal auprès de la Commission Internationale de Contrôle ; j’ai servi Son Altesse le prince Souvanna Phouma, en qualité de secrétaire général du Conseil des ministres ; et j’ai eu l’honneur de faire partie du gouvernement de son Excellence Phoui Sananikone, comme secrétaire d’Etat à l’Information et à la Jeunesse, gouvernement au sein duquel le général Phoumi détenait le portefeuille du secrétariat d’État à la Défense nationale. Je connais le prince Boun Oum Na Champassak dont je suis l’un des proches parents et pour lequel j’éprouve le plus grand respect et la plus grande affection. En outre, j’ai participé à toutes les négociations et conversations avec les leaders du Pathet-Lao depuis la première prise de contact à la plaine des Jarres en janvier 1955, jusqu’à la Conférence de Vientiane, en août 1956. En passant par le rendez-vous Katay D. Sasorith-prince Souphannouvong de Rangoon.

Mon but n’est pas de faire l’apologie de telle ou telle politique de ces hommes au pouvoir depuis la naissance du Laos indépendant, mais de montrer à l’opinion publique les diverses étapes de ce qu’il convient d’appeler les « approches du communisme international pour la conquête de l’Asie du Sud-Est », et surtout les difficultés de toutes sorte qui assaillent un pays petit enclavé, né dans l’équivoque de Genève, et placé en sandwich entre les deux camps antagonistes dans une zone de tension où pressions et dépressions atteignent souvent leur maximum.

Je souhaite que ce livre puisse ramener les laotiens égarés dans la communauté nationale afin d’édifier un Laos uni, neutre, et indépendant. Je forme également le voeu que les Laotiens de quelque bord qu’ils soient fassent notre propre évolution au lieu de faire la révolution des autres.

Réf. Sisouk Na Champassak, Tempête sur le Laos, Paris, La Table Ronde, « L’ordre du jour », 1961, 266 p.

 

Couverture de l’édition new-yorkaise
(Frederick A. Praeger, 1961)

 

Prince Sisouk na Champassak (March 28, 1928 in Pakse, Champassak, Laos – May 10, 1985 in Santa Ana, California, United States). He was the eldest son of Chao Bounsouane na Champassak, who was in turn the eldest son of the last King of Champassak, Chao Ratsadanay. His brother is Chao Sisanga Na Champassak.

Prince Sisouk was a member of the Na Champassak royal family or house. He served as Secretary General of the Royal Government in the Kingdom of Laos. He is the author of Storm over Laos, a history of Laos from World War II until about 1961.

He became Minister of Finance and Minister of Defense in the pre-1975 Royal Lao Government. After fleeing Laos in May 1975, as the country fell to the communist Pathet Lao, he immigrated to France. In 1981, he became a key political leader of the resistance against the communist Lao PDR government, together with General Vang Pao. He died in Vang Pao’s house in Santa Ana, California. (source : Wikipedia – page consultée le 10 octobre 2012).

Book review :

By Gordon Leonard, in Political Research Quartely, Volume 15 (4): 738-740, December, 1962.

Mangkra Souvannaphouma : Laos – Autopsie d’une monarchie assassinée

Armoiries royales du Laos

Comment le Royaume du Laos a-t-il disparu le 2 décembre 1975 dans l’indifférence générale du monde ? Créé en 1353 par le jeune prince Fa-Ngum, le royaume du Lane-Xang devient un Etat indépendant en 1949 dans le cadre de l’Union française. Il est entraîné dans la guerre d’Indochine jusqu’en 1954 avec la naissance du parti communiste laotien, le Pathet-Lao, qui s’allie à Hô-Chi-Minh. Dès lors, le Laos tombe dans l’engrenage de la guerre du Vietnam qui aboutit, en 1975, à la prise du pouvoir par le Nèo-Lao-Hak-Xat, pro-communiste vietnamien.

La monarchie, vieille de sept siècles, est abolie et remplacée par une République dite “démocratique et populaire” à la solde du Vietnam communiste. En mars 1978, le roi, la reine, le prince héritier ainsi que tous les princes détenus dans la capitale royale de Luang-Prabang sont déportés dans l’indifférence des monarchies asiatiques et européennes ainsi que des États signataires des accords de Genève de 1962 reconnaissant la souveraineté et la neutralité du royaume. Plus de 30 000 prisonniers politiques (fonctionnaires, militaires et étudiants) sont envoyés dans des camps de “samanâs”, véritables goulags créés par les Lao-Viets : la plupart n’en reviendront pas.

Le prince Mangkra Souvannaphouma, officier-pilote de la Royal Lao Air Force et diplômé de l’Ecole supérieure de guerre de Paris, est le neveu du dernier souverain laotien. De par ses fonctions auprès du Premier ministre, son père, du ministre de la Défense nationale et à l’état-major général. il est un observateur privilégié de la période dramatique dans l’histoire du Laos qui vit la monarchie disparaître au profit du régime communiste. Avec précision, il apporte des éléments inédits à la connaissance de l’histoire laotienne.

Aperçu sur Google Books

Annexes du livre en pdf sur Laos.net

Biographie du Prince Mangkra Souvannaphouma en pdf sur Laos.net

Prince Phetsarath (1890-1959): Nationalism and Royalty in the Making of Modern Laos

Søren Ivarsson and Christopher E. Goscha, “Prince Phetsarath (1890–1959): Nationalism and Royalty in the Making of Modern Laos”, Journal of Southeast Asian Studies, 38 (1), Feb. 2007, pp. 55–81.

A biography of Prince Phetsarath highlights how a specific idea about Laos and its culture was formed under French colonial rule and nurtured under the Japanese occupation and its aftermath. During these periods, Phetsarath’s understanding of Lao cultural nationalism was transformed into a political and anticolonial nationalism. While ultimately a study of failure, Phetsarath’s activities show that anticolonial nationalism did not always have to be linked to Communist movements to be ‘revolutionary’, and suggests the importance of taking into account non-revolutionary and non-Communist actors – even members of royal blood – in order to better understand the complexity that went into the making of modern postcolonial states.

Article à lire sur le site de Christopher Goscha (pdf)