Archives par mot-clé : histoire

Claire Edington – “Beyond the Asylum: Colonial Psychiatry in French Indochina, 1880-1940” [PhD diss.]

Munch_thescream[ndlr] Annonce sur le Vietnam Studies Group (VSG) de la récente soutenance de thèse de doctorat (PhD) de Claire Edington en Sciences sociomédicales à l’Université de Columbia. Titre de la thèse : « Beyond the Asylum: Colonial Psychiatry in French Indochina, 1880-1940 », une histoire inédite de la société indochinoise vue sous l’angle de la psychiatrie.

Claire’s dissertation, « Beyond the Asylum: Colonial Psychiatry in French Indochina, 1890-1954 [1880-1940], » is the first book length study of the history of psychiatry in Vietnam. It looks beyond the asylum to consider how psychiatry in French Indochina expanded the reach of the late colonial state while working to redefine the relationship between the state and its subjects. The project examines the movements of patients in and out of psychiatric care as a way to better understand how notions of normality and abnormality were produced in negotiations between experts and families and between colonial bureaucrats and colonial subjects. It aims to reorient the colonial history of medicine and public health away from the focus on expert discourses and medical institutions and towards their entanglements with other kinds of colonial projects and indigenous forms of knowledge.

Source : Sociomedical Sciences PhD – Columbia University

Voir la page de l’auteure : Columbia University

Illustration : « Le Cri » d’Edvard Munch.

Marini : Relation nouvelle et curieuse du royaume de Tunquin [nouvelle édition critique de Nguyễn Tấn Hưng]

[ndlr] Dans le cadre de la réédition critique des récits des anciens voyageurs européens au Viêt Nam, Nguyen Tan Hung a entrepris de reprendre et d’annoter ceux des missionnaires jésuites qui se trouvaient parmi les premiers Supérieurs de l’Église du Tonkin : Alexandre de Rhodes (1627-1630), Giovanni Filippo de Marini (1647-1658) et Joseph Tissanier (1658-1663). Cette édition dûment annotée intéressera les lecteurs curieux de redécouvrir le Viêt Nam du XVIIème siècle.

Nguyen Tan Hung a le plaisir de nous annoncer la parution de :

NguyenTanHung_Marini

 

Giovanni Filippo de Marini

(1608-1682)

Relation nouvelle et curieuse du royaume de Tunquin

 

Réactualisation et annotation de Nguyen Tan Hung

Préface de Philippe Papin

Réf. : Giovanni Filippo de Marini, Nguyen Tan Hung (édition annotée par), Relation nouvelle et curieuse du royaume de Tunquin, Éditions Joseph Ouaknine, 2013, 350 p. ISBN : 978-2-35664-079-6

Extrait de la préface :

La Relation nouvelle et curieuse du père Marini s’insère dans une série de tableaux descriptifs et de récits de voyage portant sur le Vietnam, et sur ses chrétientés, qui commence à la fin de la première moitié du XVIIe siècle et se poursuit, à des rythmes divers, jusqu’au cœur du XIXe siècle. Avant lui, les grands précurseurs que furent Giuliano Baldinotti, Christoforo Borri et Alexandre de Rhodes avaient déjà frayé la voie en témoignant de ce qu’ils avaient vu et appris au Vietnam. Aussi, au moment où il met en forme ses notes, autour des années 1660-1662, Filippo de Marini dispose-t-il, sur sa table de travail et sous forme de livres, déjà connus du public, d’un corpus solide de connaissances et d’impressions, d’anecdotes et de vérités, de faits avérés et d’idées reçues qui ont cours, qui sont bien établis et qu’il ne peut négliger. Ses affirmations, fondées sur une longue observation et une longue enquête, puisqu’il a vécu onze ans au nord du Vietnam, avec quelques interruptions, se glissent dans ce moule préexistant. D’autre part, et il faut s’en souvenir lorsqu’on les lit, Marini et ses semblables n’écrivent pas pour le seul plaisir de faire découvrir un pays et ses habitants ; ils accomplissent en réalité une mission prosélyte, laquelle succède à leur mission sur le terrain mais se tourne cette fois en direction de l’opinion lettrée européenne et, plus encore, en direction des relais de l’autorité politique en Europe. Baldinotti, Borri, Rhodes, Marini et tous les autres sont des militants, au sens originel du mot : ils mènent le combat, et ce combat vise à la défense et à l’expansion des chrétientés d’Asie. Par conséquent, l’image qu’ils fournissent du contexte local, de l’histoire et de la géographie, des mœurs et des coutumes, est une image qui vise avant toute chose à convaincre. On s’en persuadera en lisant la description par Marini de la richesse insolente du Vietnam, de cette abondance perpétuelle qui fait que l’habitant possède un estomac d’autruche et « ne se lève de table que quand il ne peut plus manger », le pays croulant sous le poids de ressources naturelles qui, précisément, sont celles que convoitent les négociants européens (bois, chanvre, coton, épices). On s’en persuadera encore en lisant ce qu’il dit du système politique local – si fragile qu’un rien pourrait le modifier – et d’une population robuste travailleuse qui, si elle était affranchie de la tyrannie de ses maîtres, userait de ses qualités à meilleur bénéfice.

Lire la suite sur Terre lointaine, le blog de Nguyen Tan Hung.

Série documentaire : « Chine, le nouvel Empire » de Jean-Michel Carré [2013]

China[ndlr] Signalement de la série documentaire en trois volets diffusée sur Arte le 30 avril 2013. A travers une fresque retraçant un siècle et demi d’histoire, Jean-Michel Carré propose une nouvelle lecture de l’histoire contemporaine de la Chine pour mieux comprendre l’avènement de la future première puissance mondiale. Il abandonne une vision « ethnocentrée » pour interroger les discours chinois à l’intérieur du pays et restituer la complexité la transformation rapide de ce pays.

L’importance de l’histoire de ce pays pour ces voisins de la péninsule indochinoise n’est plus à démontrer et nous invite à prendre conscience des enjeux actuels tant économiques que géopolitiques car comme le rappelle Qian Liqun, historien et philosophe, dans l’introduction du premier volet : « La Chine a accompli sa tâche historique alors quelle voie doit suivre cette Chine désormais unifiée, indépendante et économiquement développée ? C’est une question très sensible actuellement. C’est une question à laquelle chaque chinois doit répondre. Mais compte tenu de l’influence et de la position de la Chine sur la scène internationale, ce n’est plus seulement le problème de la Chine ».

Le texte ci-dessous est extrait du dossier de presse de la chaîne Arte comprenant une interview du réalisateur.

* * *

Chine, le nouvel empire

une série documentaire de Jean-Michel Carré
Coproduction : ARTE France, les films grain de sable (2012, 3x60mn)

À l’horizon 2017, la Chine accèdera au premier rang économique mondial. Chine, le nouvel Empire propose, à travers le regard des seuls citoyens chinois, une peinture globale d’un siècle et demi d’histoire, depuis la première guerre de l’opium, en 1839, jusqu’à la nomination de Xi Jinping à la présidence de la République Populaire en mars 2013.

De nombreuses analyses et archives inédites, mettent en perspective les événements politiques, passés et contemporains, qui ont forgé la Chine d’aujourd’hui. Un document indispensable pour comprendre l’actualité et le futur d’un pays hors norme qui, à lui seul, a le pouvoir de transformer le monde.

1ère partie : La Chine s’éveille

De la révolte républicaine de Sun Yat Sen en 1911 jusqu’à la mort de Mao Zedong en 1976, la Chine se libère des puissances occidentales qui l’avaient occupée depuis les guerres de l’opium. Cette période voit l’avènement de la République Populaire de Chine en passant par la République de Tchang kai-Chek, les errements et les victoires d’un parti communiste omnipotent dirigé par Mao Zedong et les relations complexes entre l’Empire du milieu, les États-Unis et l’URSS qui annoncent les bouleversements géostratégiques à venir.

2ème partie : La Chine s’affirme

L’ouverture libérale voulue par Deng Xiaoping, le successeur de Mao, fait souffler en Chine un vent inédit d’ouverture économique et de réformes. Dix ans plus tard, la perversité du capitalisme à la chinoise engendre les évènements de Tian An Men en 1989, qui se terminent dans un bain de sang. En isolant Deng Xiaoping, accusé d’avoir porté malgré lui le débat politique dans la rue, le Parti Communiste Chinois reprend une mainmise totale sur l’appareil d’État.

3ème partie : La Chine domine

En 2001, la Chine est acceptée dans l’Organisation Mondiale du Commerce, ce qui va bouleverser les rapports économiques planétaires. La Chine devient l’usine du monde. Sous la présidence de Hu Jintao et sa « Société harmonieuse », elle obtient la tenue des JO de 2008 et l’Exposition Universelle de 2010, dont elle utilise les retombées pour magnifier sa puissance retrouvée. En dix ans, elle passe de la 6ème à la seconde place dans l’économie mondiale pour atteindre prochainement la première. La Chine sera-t-elle assez forte pour tirer un bilan critique des pires moments de son passé ? Face à sa devise « Prospérité et croissance » qui prédomine aujourd’hui, la Chine saura-t-elle inventer un socialisme plus humain capable de concurrencer les charmes trompeurs du capitalisme ?

  • « Chine, le nouvel empire » : une série documentaire inédite de Jean-Michel Carré qui retrace un siècle et demi d’histoire d’une des plus grandes puissances mondiales. Voir PDF : Le dossier de presse.

 

Entretien avec Jean-Michel Carré [extrait]

Pourquoi avez-vous choisi de vous entretenir uniquement avec des Chinois vivant en Chine, donc soumis à la surveillance des autorités ?

Chacun de mes interlocuteurs a souhaité s’exprimer à visage découvert, en assumant les risques d’une parole dont la liberté m’a moi-même étonné. Des risques bien réels, même si le film ne peut être diffusé à la télévision chinoise, notamment parce qu’il évoque frontalement plusieurs tabous de l’histoire nationale : la grande famine qui a résulté de la collectivisation forcée, les massacres de la Révolution culturelle, l’oppression des minorités, la répression des manifestations de Tian An Men, les purges au sein du Parti qui viennent de frapper Bo Xilai… Je voulais offrir au grand public, non pas la vision généralement ethnocentrée que les médias occidentaux donnent de la Chine, mais l’image, infiniment plus paradoxale et plus riche, que les Chinois en ont eux-mêmes. C’est pourquoi j’ai rencontré ces personnes de tous les horizons, dans une quarantaine de lieux différents et dans toute la Chine. Il suffit de les écouter pour comprendre qu’en dépit de la censure et de la répression, le débat, la réflexion, la critique, n’en sont pas moins intensément vivants en Chine. Je crois avoir abordé grâce à eux tous les problèmes essentiels de cette société en pleine mutation – pour paraphraser Deng Xiaoping, je me suis efforcé de « toucher chaque pierre de la rivière en la traversant ». Le tableau n’a rien d’idyllique, et pourtant, ces trois ans de travail m’ont insufflé beaucoup plus d’espoir que d’inquiétude. Peut-être parce qu’on ressent de façon palpable un dynamisme collectif, une confiance en soi et en l’avenir, y compris pour changer les choses, que l’Europe a perdu depuis la fin des Trente Glorieuses.

Lire la suite : Dossier de presse.

A lire sur Hypotheses.org :

Tuan Hoang: Ideology in Urban South Vietnam, 1950-1975 [PhD diss.]

[ndlr] Signalement d’une thèse de doctorat d’histoire soutenue le 26 mars 2013 à l’Université Notre-Dame (Indiana, Etats-Unis). Félicitations à Tuan Hoang pour ce travail qui apporte une pierre supplémentaire au renouveau des études sur la République du Viêt-Nam (Sud).

FDC_Struggle&Development

 Cliquez sur l’image pour l’agrandir (source: Manh Hai Photo Gallery)

Hoang, Tuan: Ideology in Urban South Vietnam, 1950-1975

This dissertation addresses the subject of noncommunist political and cultural ideology in urban South Vietnam during 1954-1975. It contributes to the historiography of the Vietnam War, specifically on the long-neglected Republic of Vietnam (RVN) that has received greater attention in the last decade. The basic argument is that the postcolonial ideological vision of most urban South Vietnamese diverged greatly from that of the Vietnamese communist revolutionaries. This vision explains for the puzzling question on why the communist revolutionaries were far more effective in winning the minds and hearts of Vietnamese in countryside than in cities. At the same time, this vision was complicated by the uneasy relationship with the Americans.

The dissertation examines four aspects in particular. First is the construction of anticommunism: Although influenced by Cold War bipolarity, anticommunism in urban South Vietnam was shaped initially and primarily by earlier differences about modernity and post-colonialism. It was intensified through intra-Vietnamese experiences of the First Indochina War.

The second aspect is the promotion of individualism. Instead of the socialist person as advocated by communist revolutionaries, urban South Vietnamese promoted a bourgeois petit vision of the postcolonial person. Much of the sources for this promotion came from the West, especially France and the U.S. But it was left to urban South Vietnamese writers to interpret and promote what this person ought to be.

The third one concerns the development of nationalism. Urban South Vietnam continued to uphold the views of nationalism developed during late colonialism, such as the elevation of national heroes and the essentialization of Vietnamese civilization. Noncommunist South Vietnamese urbanites were influenced by ethnic nationalism, although they also developed the tendency to look towards other newly independent nations for nationalistic inspiration and ideas about their own postcolonial nation.

The last aspect has to do with the relationship with Americans: The views of urban South Vietnamese on the U.S. were generally positive during the early years of the RVN. But there was also wariness that burst into resentment and anti-Americanism after Washington Americanized the war in 1965. The dissertation looks into two very different urban groups in order to extract the variety of sources about anti-Americanism.

Source : University of Notre-Dame

Table of contents :

  • Acknowledgments – iii
  • Introduction Urban South Vietnam in the American Experience and Historiography – p. 1
  • Chapter One: Vietnamese Communism and Anticommunism Until 1954 – p. 48
  • Chapter Two: The Critique of Communism in Urban South Vietnam – p. 99
  • Chapter Three: Individualism in Urban South Vietnam: Background and Context – p. 168
  • Chapter Four: The Promotion of “Learning To Be Human” – p. 222
  • Chapter Five: The Development and Continuity of Nationalism – p. 334
  • Chapter Six: Perceptions of the U.S. Before the Americanization of the War – p. 408
  • Chapter Seven: The Roots and Growth of Anti-Americanism – p. 464
  • Epilogue – p. 515
  • Bibliography – p. 523

[à paraître] David G. Marr: Vietnam – State, War, and Revolution (1945-1946)

Marr_VietnamStateWarRevolution[ndlr] L’année 2013 s’annonce déjà comme un « très bon cru » pour les études sur le Viêt-Nam. Les publications des jeunes chercheurs côtoient cette année celles des « anciens ». Parmi ceux-ci l’incontournable David G. Marr qui en trois études majeures a balayé l’histoire du Viêt-Nam contemporain en résistance et en révolution. Une saga historique fondamentale, méticuleuse et précise qui couvre une longue période de  1885 à 1945 (voir plus bas).

Voici le quatrième volet consacré à la période 1945-1946 qui se présente comme une suite logique de Vietnam 1945. Une somme de 721 pages à lire, à utiliser, et à placer dans toutes les bonnes bibliothèques. Présentation de l’éditeur, appréciations élogieuses de collègues et aperçu Google books ci-dessous. Date de parution affichée : 30 avril 2013.

Réf. : David G. Marr, Vietnam: State, War, and Revolution (1945-1946), Berkeley, CA : University of California Press, coll. From Indochina to Vietnam: Revolution and War in a Global Perspective, 2013, 721 p.

Amidst the revolutionary euphoria of August 1945, most Vietnamese believed that colonialism and war were being left behind in favor of independence and modernization. The late-September British-French coup de force in Saigon cast a pall over such assumptions. Ho Chi Minh tried to negotiate a mutually advantageous relationship with France, but meanwhile told his lieutenants to plan for a war in which the nascent state might have to survive without allies. In this landmark study, David Marr evokes the uncertainty and contingency as well as coherence and momentum of fast-paced events. Mining recently accessible sources in Aix-en-Provence and Hanoi, Marr explains what became the largest, most intense mobilization of human resources ever seen in Vietnam.

“The primary contribution of this remarkable book is that it fills in a gaping void in the historical record of the origins of the modern independent state of Vietnam and, in doing so, provides us with a far deeper understanding of the origins of the Vietnam War… an extraordinary achievement.” —David Elliott, author of Changing Worlds: Vietnam’s Transition From Cold War to Globalization

“Like Marr’s three big earlier books on Vietnam since 1884 this pathbreaking study of how the modern nation state was born is bound to become a classic. A must for any curriculum.”—Stein Tønnesson, author of Vietnam 1946: How the War Began

“In this meticulous autopsy of the fifteen months following the 1945 August Revolution, David Marr shows that Vietnam’s Communists did not shape, guide or control events to the extent they claimed and many others believed. Vietnam: State, War, and Revolution is a profound analysis of social mobilization and state formation in extraordinarily fluid circumstances. A monumental contribution to the history of modern Vietnam and to the study of revolutionary post-colonial states.” —William S. Turley, author of The Second Indochina War: A Concise Political and Military History

« This is a fascinatingly broad, detailed, and fluent account of how determined Vietnamese revolutionaries created a postcolonial state in Southeast Asia in the mid 1940s, against the extremely severe odds of food shortages, foreign invasions, little international recognition, and colonial repression. No book about Vietnam has ever succeeded so well as this one in answering Thomas Carlyle’s famous question about revolutions: What was it like to be there? »—Alexander Woodside, author of Community and Revolution in Modern Vietnam

“Achieving independence from France was a stupendous Vietnamese achievement about which David Marr earlier wrote the prize-winning book Vietnam 1945: The Quest for Power (1995). Vietnamese establishing a viable government for the entire country as they faced the likelihood of another French military invasion was quite another challenge. Success, Marr demonstrates in this splendidly written and detailed new study, Vietnam: State, War, and Revolution, was never a sure thing. From this meticulously researched book, historians, political scientists, and students of revolution in all disciplines, Vietnamese and non-Vietnamese alike, will learn much about state-making in times of immense adversity.” —Benedict J. Tria Kerkvliet, Emeritus Professor, The Australian National University

David Marr is Emeritus Professor of History at Australian National University and the author of Vietnamese Anticolonialism, 1885-1925 (1971), Vietnamese Tradition on Trial, 1920-1945 (1981), and Vietnam 1945: The Quest for Power (1995), all published with University of California Press.

 

Remise du prix Phan Châu Trinh 2012

Parmi les lauréats du prix Phan Chau Trinh de cette année (prix 2012, liste publiée le 18 mars 2013), se trouvent trois personnalités bien connues des chercheurs français. Il s’agit de Mme Bui Tran Phuong, historienne et rectrice de l’Université Hoa Sen à Ho Chi Minh-Ville et de deux autres historiens du Viêt-Nam : les professeurs Philippe Langlet et Lê Thành Khôi. L’annonce de cette remise de prix nous invite à les féliciter chaleureusement pour leurs contributions, dans leurs domaines respectifs, à la connaissance du Viêt-Nam. Le prix de cette sixième édition a  été remis dans un premier temps en France. Il est délivré aujourd’hui à HCM-Ville.

Nous avons ici une pensée toute particulière pour notre ancien professeur d’histoire Philippe Langlet, enseignant-chercheur à la section de vietnamien de l’Université de Paris Diderot Paris 7. En 2008, le professeur Langlet avait fait don à l’Institut d’Asie Orientale (IAO) d’une collection d’environ 200 ouvrages en langue vietnamienne, de plus de 200 cartes et de quelques collections de périodiques. Sa collection de cartes sur l’Indochine et le Viêt-Nam contemporain, très précieuse pour la recherche, a été depuis numérisée en grande partie. Elle est peu à peu mise en ligne sur le site Virtual Saigon, base de données iconographiques et cartographiques.

FG, 29/03/2013

L'ancienne présidente de la RSVN Nguyên Thi Binh remet le prix Phan Châu Trinh 2012 au docteur Philippe Langlet. © 2013 Lê Hà/Vietnam+
L’ancienne présidente de la RSVN Nguyên Thi Binh remet le prix Phan Châu Trinh 2012 au docteur Philippe Langlet. © 2013 Lê Hà/Vietnam+

Remise du prix Phan Châu Trinh 2012

Six personnes dont un Français se verront décerner les prix Phan Châu Trinh 2012 pour leurs contributions dans divers secteurs : culture et éducation, traduction, vietnamologie, recherche, a annoncé le Fonds culturel Phan Châu Trinh.

La remise des prix aura lieu le 29 mars à Hô Chi Minh-Ville, a déclaré lundi après-midi à Hanoi à la presse le professeur Chu Hao, vice-président permanent du Fonds culturel Phan Châu Trinh.

Mme Bui Trân Phuong, rectrice de l’Université Hoa Sen (Hô Chi Minh-Ville), et Vu Duc Hiêu, directeur du Musée de l’Espace culturel Muong à Hoa Binh (Nord), recevront le Prix de la culture et de l’éducation.

Le Prix de la recherche sera attribué au professeur Lê Thanh Khôi pour ses contributions à l’étude des civilisations orientales et occidentales. Lê Thanh Khôi, né à Hanoi en 1923, est Professeur émérite d’éducation comparée et d’éducation et développement à la Sorbonne. En 1970, il a été nommé professeur associé, professeur puis titulaire à l’Université Paris V – René Descartes où il enseigne l’éducation comparée. Il est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages et de nombreux articles publiés dans des revues et des ouvrages collectifs.

Le prix de la Vietnamologie sera remis au Dr Philipe Langlet pour ses contributions à la recherche et à la présentation à l’étranger de la culture et de l’histoire du Vietnam.

Philippe Langlet, historien et enseignant-chercheur à la section de vietnamien de l’Université de Paris Diderot, Paris 7, a écrit plusieurs ouvrages importants sur le Vietnam.

Chu Tiên Anh et Pham Duy Hiên se partageront le prix de la traduction.

Fondé en 2007, membre de l’Union des associations scientifiques et techniques du Vietnam (VUSTA), le Fonds culturel Phan Châu Trinh a pour but de mobiliser les ressources intellectuelles et matérielles pour une renaissance culturelle du pays, contribuant aussi à sa modernisation. – AVI

Source : Vietnam+

L'ancienne vice-présidente du Vietnam, Nguyên Thi Binh, remet le prix de la recherche au professeur Lê Thành Khôi, le 21 mars à Paris. © 2013 Lê Hà/CVN
L’ancienne vice-présidente du Vietnam, Nguyên Thi Binh, remet le prix de la recherche au professeur Lê Thành Khôi, le 21 mars à Paris. © 2013 Lê Hà/CVN

Remise du prix Phan Châu Trinh 2012 à Paris

Un professeur vietnamien de France et un Français se sont vu décerner les prix Phan Châu Trinh 2012 pour leurs contributions à plusieurs secteurs dont la recherche et la vietnamologie, a annoncé le Fonds culturel Phan Châu Trinh.

L’ancienne vice-présidente de la République, Nguyên Thi Binh, qui est également présidente du Fonds culturel Phan Châu Trinh, actuellement en France pour participer à la Semaine célébrant le 40e anniversaire de la signature des Accords de Paris, a remis le 21 mars à Paris le prix de la recherche au professeur Lê Thành Khôi pour ses contributions à l’étude des civilisations orientales et occidentales.

Lê Thành Khôi, né à Hanoi en 1923, est professeur émérite d’éducation comparée et d’éducation et développement à la Sorbonne. En 1970, il est élu professeur associé, professeur puis titulaire à l’Université Paris V – René Descartes où il enseigne l’éducation comparée. Il est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages et de nombreux articles publiés dans des revues et des ouvrages collectifs.

Nguyên Thi Binh a aussi remis le prix de la vietnamologie au Dr Philipe Langlet pour ses contributions à la recherche et à la présentation à l’étranger de la culture et de l’histoire du Vietnam.

Philippe Langlet, historien et enseignant-chercheur à la section de vietnamien de l’Université de Paris Diderot, Paris 7, a écrit plusieurs ouvrages importants sur le Vietnam.

Fondé en 2007, membre de l’Union des associations scientifiques et techniques du Vietnam (VUSTA), le Fonds culturel Phan Châu Trinh a pour but de mobiliser les ressources intellectuelles et matérielles pour une renaissance culturelle du pays, mais aussi en vue de contribuer à sa modernisation.

Texte et photos : Lê Hà/CVN

Source : Le Courrier du Vietnam

TS. Bùi Trân Phượng đã có nhiều đóng góp tiêu biểu trong việc phát triển văn hóa và giáo dục © 2013 HSU
TS. Bùi Trân Phượng đã có nhiều đóng góp tiêu biểu trong việc phát triển văn hóa và giáo dục
© 2013 HSU

TS. Bùi Trân Phượng được trao giải thưởng văn hóa Phan Châu Trinh lần thứ VI

Ngày 18/3, Qũy văn hóa Phan Châu Trinh đã công bố danh sách những cá nhân nhận giải thưởng Văn hóa Phan Châu Trinh lần thứ VI – năm 2012.

Theo đó, giải Vì sự nghiệp Văn hóa và Giáo dục đã được trao cho TS. Bùi Trân Phượng – Hiệu trưởng Trường Đại học Hoa Sen và ông Vũ Đức Hiểu – Giám đốc Bảo tàng Không gian Văn hóa Mường; giải Dịch thuật cho ông Chu Tiến Ánh và ông Phạm Duy Hiển (bút danh Phạm Nguyên Trường); giải Nghiên cứu cho nhà sử học Lê Thành Khôi; giải Việt Nam học cho nhà Việt Nam học người Pháp Philippe Langlet.

Quỹ Văn hóa Phan Châu Trinh, tiền thân là Quỹ Dịch thuật Phan Châu Trinh, được thành lập tháng 1-2007. Năm 2008, Quỹ được đổi tên thành Quỹ Văn hóa Phan Châu Trinh. Bên cạnh chương trình tài trợ và hỗ trợ dịch thuật các tác phẩm thuộc dự án Tủ sách Tinh hoa Tri thức Thế giới, Quỹ có nhiều hoạt động văn hóa khác, đặc biệt là việc khuyến khích, tôn vinh các công trình nghiên cứu văn hóa đặc sắc; tổ chức phổ biến các giá trị văn hóa Việt Nam và thế giới. Quỹ Văn hóa Phan Châu Trinh chủ trương hệ thống Giải thưởng Văn hóa Phan Châu Trinh, định kỳ và không định kỳ bao gồm các giải thưởng “Vì Sự nghiệp Văn hóa và Giáo dục”, “Dịch thuật”, “Việt Nam học” và giải « Nghiên cứu » cho các nhà hoạt động giáo dục, văn hóa, nhà khoa học, dịch giả trong và ngoài nước.

Trong 5 lần trao giải (2007-2011), Quỹ đã vinh dự được trao tặng và vinh danh nhiều dịch giả, nhà khoa học, nhà văn hóa trong và ngoài nước như Bùi Văn Nam Sơn, Lê Hồng Sâm, Nguyễn Đình Đầu, David Marr, Hồ Ngọc Đại, G. Condominas, Hoàng Tụy, Kevin Bowen, Nguyễn Sự, Nguyễn Văn Khoa, Alain Ruscio…

  • Buổi giới thiệu hệ thống Giải thưởng Văn hóa Phan Châu Trinh lần thứ VI – năm 2012 sẽ diễn ra tại Hội trường tầng 3, VUSTA 53 Nguyễn Du, Hai Bà Trưng, Hà Nội.
  • Lễ trao giải thưởng Văn hóa Phan Châu Trinh lần VI năm 2012 sẽ diễn vào lúc 19:00, Ngày 29/3/2013  tại Phòng hội Sunflower (lầu 1) Khách sạn REX, 141 Nguyễn Huệ – Quận 1 – TP Hồ Chí Minh.

Source : HSU, 19/03/2013

Misalliance: Ngo Dinh Diem, the United States, and the Fate of South Vietnam – Edward Miller

Miller_MisallianceNgoDinhDiem&US_2013[ndlr] Nous avions annoncé dans un court billet sur le renouveau historiographique dans les recherches sur le régime de Ngo Dinh Diem, la parution prochaine de l’ouvrage de l’historien américain Edward Miller. L’ouvrage est désormais paru chez Harvard University Press et, selon les premiers avis, se présente déjà comme une étude incontournable sur l’homme d’État, son projet de construction nationale et la Première République du Viêt-Nam (1955-1963). Présentation de l’éditeur ci-dessous.

In the annals of Vietnam War history, no figure has been more controversial than Ngo Dinh Diem. During the 1950s, U.S. leaders hailed Diem as “the miracle man of Southeast Asia” and funneled huge amounts of aid to his South Vietnamese government. But in 1963 Diem was ousted and assassinated in a coup endorsed by President John F. Kennedy. Diem’s alliance with Washington has long been seen as a Cold War relationship gone bad, undone either by American arrogance or by Diem’s stubbornness. In Misalliance, Edward Miller provides a convincing new explanation for Diem’s downfall and the larger tragedy of South Vietnam.

For Diem and U.S. leaders, Miller argues, the alliance was more than just a joint effort to contain communism. It was also a means for each side to pursue its plans for nation building in South Vietnam. Miller’s definitive portrait of Diem—based on extensive research in Vietnamese, French, and American archives—demonstrates that the South Vietnamese leader was neither Washington’s pawn nor a tradition-bound mandarin. Rather, he was a shrewd and ruthless operator with his own vision for Vietnam’s modernization. In 1963, allied clashes over development and reform, combined with rising internal resistance to Diem’s nation building programs, fractured the alliance and changed the course of the Vietnam War.

In depicting the rise and fall of the U.S.–Diem partnership, Misalliance shows how America’s fate in Vietnam was written not only on the battlefield but also in Washington’s dealings with its Vietnamese allies.

Edward Miller is Associate Professor of History at Dartmouth College.

Reviews:

“A monumental contribution to our understanding of America’s misguided intervention in Vietnam. Great books advance knowledge as well as historical debate, and this is exactly what Miller achieves. Misalliance could easily be the best new book of the year.”—Larry Berman, author of Zumwalt: The Life and Times of Admiral Elmo Russell “Bud” Zumwalt, Jr.

“An extraordinary book, brilliantly conceived and cogently argued. Miller transcends the scholarly and political polemics of Vietnam War literature, presenting readers with a fresh and original take on Ngo Dinh Diem and South Vietnam’s relationship with the U.S. Misalliance is sure to be greeted with widespread acclaim.”—Andrew Preston, author of The War Council: McGeorge Bundy, the NSC, and Vietnam

Miller rejects the simplistic and partisan interpretations that have dominated earlier accounts of America’s partnership with Vietnam. Misalliance will be not only a major advance in our understanding of Ngo Dinh Diem and U.S.–Vietnamese relations, it will fundamentally alter the direction of scholarship on the Vietnam War.”—Keith Weller Taylor, author of The Birth of Vietnam

“An exemplary work of research and scholarship. Miller dispels in definitive fashion the myth that Ngo Dinh Diem owed his appointment as prime minister of a nascent South Vietnam to American intercession or that he was ever a ‘tool’ of the Americans.”—Rufus Phillips, author of Why Vietnam Matters: An Eyewitness Account of Lessons Not Learned

Table of Contents:

  • Map 1. Indochina after the Geneva Conference of 1954
  • Map 2. The headquarters of militia commanders in southern Vietnam, 1954–1955
  • Introduction
  • 1. Man of Faith
  • 2. New Beginnings
  • 3. The Making of an Alliance
  • 4. Revolutions and Republics
  • 5. Settlers and Engineers
  • 6. Countering Insurgents
  • 7. Limited Partners
  • 8. Mixed Signals
  • 9. The Unmaking of an Alliance
  • Conclusion
  • Abbreviations
  • Published Collections of Government Documents
  • Notes
  • Acknowledgments
  • Index

Réf. : Edward Miller, Misalliance: Ngo Dinh Diem, the United States, and the Fate of South Vietnam, Harvard, Harvard University Press, 2013, 432 p.

Source : Harvard University Press

Carnets du Viêt Nam : 10 ans !

[ndlr] Avec la parution de son 36ème numéro, la revue Carnets du Viêt Nam « fête » ses dix ans : une longévité tout à fait exceptionnelle pour une revue culturelle portée par deux personnes, animée depuis sa création par des centaines de contributions et soutenue par des lecteurs/trices fidèles. La passion de ces deux infatigables travailleurs ne s’est jamais éteinte malgré les aléas de l’édition et une importante charge de travail. Chapeau !… conique comme il se doit. Sommaire détaillé ci-dessous préparé par Dominique Foulon et Philippe Dumont.

 

Carnets du Viêt Nam n°36

mars 2013

 

Editorial :

Putain ! dix ans…

Il faut bien un événement de la sorte pour me forcer à employer pareil langage, dans une référence explicite au Guignols de l’Info (du temps où ils avaient des choses pertinentes à dire). Car comme disait ma grand-mère « le prolétariat n’a rien à gagner à être grossier » ; je cite d’ailleurs de mémoire plus l’esprit de cet adage que ses propos exacts…/…

Qu’au terme de cette décennie soient remerciés toutes celles et ceux qui ont bien voulu nous confier leurs textes, leurs analyses et leurs photos. Ils sont trop nombreux pour être cités. Nous gardons aussi le souvenir de ceux et celles qui s’en sont allés au terme de leur vie et ont laissé leurs traces à travers ces pages. Et nos remerciements vont aussi à ceux et celles qui, à un moment donné, ont offert de leur temps et de leur énergie à cette revue avant de s’en éloigner. Et surtout merci à nos lecteurs et abonnés grâce à qui la revue a pu se maintenir tant bien que mal.

Dominique Foulon

Sommaire

[p. 2]

Forum
par Maurice Rives et Liêm Khê Luguern

cdvn

[p. 3]

Editorial

cdvn

[p. 4]

L’année du Serpent

Le 10 février 2013 le Dragon cède sa place au Serpent pour la nouvelle année, et cela jusqu’au 31 janvier 2014. À l’instar du chinois, le calendrier luni-solaire vietnamien est fondé sur un cycle sexagésimal (60 ans) résultat d’associations duelles entre 10 troncs célestes et 12 rameaux terrestres. C’est le système Can-Chi. par Patrick Fermi

cdvn
[p. 6]

Actualité

Grèves, crise économique et « éléments extrémistes » La période du Têt a de nouveau été l’occasion de nouvelles grèves. Dans le delta du Mékong plusieurs milliers de travailleurs ont cessé le travail pendant deux jours pour protester contre la réduction de moitié de leur prime du Nouvel An, une prime qui constitue une sorte de 13e mois toujours bien venu avant les festivités.

Blogueur libéré d’une clinique psychiatrique
Le blogueur Lê Anh Hùng a été libéré le 5 février 2013 d’un établissement psychiatrique à Hanoi, après presque deux semaines de détention. Arrêté le 24 janvier à Hung Yên au sud de Hanoi pour des vérifications à propos de ses « papiers de séjour temporaire », il s’est retrouvé détenu dans un établissement psychiatrique,

Sécurité alimentaire
Il est peu probable que l’on trouve un jour de la viande de cheval dans les nems au porc, toutefois la sécurité alimentaire reste toujours un sujet préoccupant dans tout le pays. Le 11 février dans la bourgade de Dai Tân, à quelques kilomètres de Hoi An dans la province de Quang Nam, plusieurs centaines de personnes se sont opposées aux autorités qui entendaient ensevelir des carcasses de porcs appartenant de surcroît à un responsable local des affaires sanitaires. par Dominique Foulon

Disparition de Nguyen Van Thanh
Thanh nous a quittés. C’était un jour particulier. Un jour que nous serons nombreux à ne jamais oublier. Le 1er décembre 2012. Depuis plus de six mois, Richard, Claude et Fabrice Trinh mettaient toute leur énergie à organiser à Salin-de-Giraud une journée d’information sur l’histoire des travailleurs indochinois en France, et en particulier en Camargue. Afin que la population comprenne et s’approprie le projet d’érection d’une stèle à la mémoire de ces 20.000 Vietnamiens venus en France en 1939. par Pierre Daum

cdvn
[p. 8]

L’affaire du café Turquetti

Une bagarre, lors d’une réunion publique dans un café parisien ene 1929, entre « indépendantistes annamites » et militants d’extrême-droite, fut le point de départ d’une mutation politique importante dans l’immigration indochinoise… par Dominique Foulon

cdvn
[p. 11]

Retour sur l’exposition du Musée Cernuschi Du fleuve Rouge au Mékong, Visions du Viêt Nam

Quelques questions à Loan de Fontbrune, commissaire de l’exposition par Vu Ngoc Quynh, Une Indochine rêvée par Laurent Colin, De quelques traits empoisonnés par Philippe Dumont

cdvn

[p. 15]

Le lien de dette dans la migration informelle des prostituées vietnamiennes à Singapour : Exploitation ou accord gagnant-gagnant ?

Dire que le crédit finance la migration transnationale n’a rien d’original. La recherche l’a maintes fois établi tant pour les migrations régulières que pour celles dites irrégulières. Au Viêt Nam comme ailleurs, migrer coûte de l’argent, et les coûts sont généralement portés par le migrant ou sa famille. Cette règle vaut pour la mobilité des prostituées vietnamiennes en Asie du Sud-Est. par Nicolas Lainez

cdvn
[p. 18]

Naître au Viêt Nam / 3e partie : Les handicaps chez l’enfant en 2013

Thématique universelle, le handicap chez l’enfant constitue une préoccupation essentielle dans la société vietnamienne contemporaine. Comme dans tous les pays, qu’ils soient industrialisés ou en voie de développement, 1 à 3 % des enfants sont atteints de handicaps, sans préjuger de leur étiologie, et jusqu’à 5 % de la population présente « un risque » de handicap, qui se révélera tôt ou tard en fonction de la pathologie causale et/ou de l’environnement. par Dominique Lamiot et Gildas Tréguier

cdvn

[p. 22]

Hôn bach, l’âme en soie blanche

Il est à la gare, enfin. Depuis le temps. Hommes d’affaires, attaché-cases. Seniors rigolards. Femmes d’affaires à pantalons. Touristes, origine indéterminée. Trois punks à chiens en colloque avec quatre longues filles en short, ces jambes qu’on fait aujourd’hui, treize centimètres à la douzaine. Ding dong. Paris-Le Mans-Angers-Nantes annoncé. Heureusement qu’il a la photo, et que l’ami est chinois, l’ami pas vu depuis… il doit calculer, cinquante années plus tôt, bon poids. La mémoire faufile vers les lointains, effaçant le temps et l’espace. par Henri Copin

cdvn
[p. 24]

Le coin du Fantôme :

Ce soir j’ai 22 ans par Gérald Gorridge


cdvn
[p. 26]

La représentation de Kim Vân Kiêu dans l’imagerie populaire

La littérature classique a été largement illustrée dans l’imagerie populaire . Quatre romans, en particulier, ont fait l’objet de nombreuses séries d’estampes. Deux romans chinois : Les Trois Royaumes et Le Voyage en Occident ; et deux romans vietnamiens : l’Histoire de Thach Sanh et naturellement Kim Vân Kiêu, le chef-d’œuvre absolu de la littérature vietnamienne. C’est la représentation du poème de Nguyên Du (1765-1820) dans l’imagerie de la rue Hàng Trông (rue des Tambours), à Hanoi et dans celle du village de Dông Hô que nous voudrions analyser ici. par Jean-Pierre Pascal

 

cdvn
[p. 30]

Les images-caractères han viêt au quotidien : Phúc – Bonheur

Dans le précédent numéro des Carnets du Viêt Nam, nous nous étions penchés sur l’une des « Trois Étoiles du Bonheur », à savoir Tho, la Longévité…/…. Dans cet article, il sera question de Phúc, le Bonheur, …/…. On sait que la notion de bonheur est un thème philosophique inépuisable et l’on ne sera donc guère étonné que le terme lui-même connaisse de nombreuses définitions. par Patrick Fermi

 

cdvn
[p. 34
]

Traduire l’humour des ca dao

Appartenant à un domaine de la littérature populaire spécifiquement vietnamienne, le ca dao (poème-chanson populaire) se charge de thèmes proches de la vie quotidienne : amour, travaux champêtres, coutumes villageoises, pratiques sociales, satire des mœurs ou des individus (mandarin cupide, devin)… C’est une des raisons pour lesquelles il se transmet facilement de bouche à oreilles, de génération en génération. par Bùi Thu Thuy

 

cdvn cdvn

[p. 37]

Công Binh, la longue nuit indochinoise un film de Lam Lê

Ouvriers soldats ou soldats ouvriers ? Je m’intéresserai d’abord au titre. On disait lính tho (« soldat ouvrier »), Lam Lê retient công binh. Ces mots d’origine chinoise, sont donnés dans les dictionnaires pour « soldat du génie » ou « sapeur » quand ce n’est pas « charpentier ». Comprenons que c’est un « soldat » (binh) qui a la tâche d’un « ouvrier » ou « travailleur manuel » (công), le déterminant précédant le nom dans la syntaxe sino-vietnamienne. Retenir công binh pour désigner les ONS du « Service de la main-d’œuvre coloniale nord-africaine et indigène » c’est renverser la lecture dans l’ordre syntaxique vietnamien : công binh devient un « ouvrier » (ou un « manœuvre ») « militaire » (ou « sous régime militaire »)… par Philippe Dumont

cdvn

[p. 40]

A voir ou à ne pas voir

Mille jours à Saigon, documentaire de Marie-Christine Courtès – Son Indochine de Bruno Collet – Aventures en Indochine 1946-1954 de Patrick Jeudy – Putains de guerre documentaire de Stéphane Benhamou et Sergio G. par Philippe Dumont

 

cdvn
[p. 42]

Page oubliée : Union mixte
par Pham Duy Khiêm

cdvn
[p. 43]

Lecture :

Le communisme vietnamien (1919-1991). Construction d’un État-nation entre Moscou et Pékin, par Céline Marangé
Voici un épais volume dont on devine aisément qu’il est le produit d’un long travail. Il comprend des sources peu utilisées jusqu’à présent, en particulier celles de l’ex-Union Soviétique. Surtout, il traite à la fois d’un courant politique majeur du XXe siècle et d’un pays qui a été au centre des principaux événements durant la même période. …/… Hélas, malgré ce début intéressant Céline Marangé place son travail dans la droite ligne de « l’école du Livre noir ». En conséquence de quoi le mouvement communiste mondial est décrit comme une vaste conspiration internationale. par Dominique Foulon

[p. 41]
Livres

par Patrick Fermi et Philippe Dumont

 

  • Nuoc mâm Baby
    polar noir de Jan Thirion Bihorel,
    éd. Krak
    oen, 2012 211 pages, 10 €
LesMaîtresdelaCitéPourpre
  • Les Maîtres de la Cité pourpre roman historique de Vo Thi Trang et Jacky Moreau Paris, L’Harmattan, 2012 284 pages, 29 €
  • Made in Vietnam roman jeunesse de Carolin Philipps, traduit de l’allemand par Florence Quillet Paris, Bayard jeunesse, 2012 236 pages, 11,50 €
  • L’Ombre douce
    roman de Hoai Huong Nguyen Viviane Hamy, 2013 160 pages, 15 €
  • Printemps inachevé
    roman de Lý Thu Hô Lavau (89), La Frémillerie, 2012 218 pages, 14 €

cdvn
Hommage à Janine Gillon

Le 19 janvier, au Centre Culturel Vietnamien de Paris, ses amis du CID Viêt Nam et sa famille rendaient hommage à Janine Gillon. Le blanc est la couleur du deuil au Viêt Nam. Est-ce pour cela que la capitale était couverte de neige ce jour-là ? Les plus romantiques de ses amis présents assurément le pensaient. Réunion d’hommage durant laquelle les souvenirs et les anecdotes joyeuses brossaient le portrait de l’amie dont on peut dire que la compagnie n’engendrait pas la tristesse. Sa passion de la littérature a été évoquée, ses travaux de traduction, sa passion pour le Viêt Nam, son goût pour le bon vin et pour la vie, tout simplement. Le CID a publié un numéro spécial de son bulletin avec un recueil d’une partie de ses écrits(1). Au moment de boucler ce numéro des Carnets son absence se fait sentir.
Janine tu nous manques.

D.F.

Le « choc colonial » et l’émergence des nationalismes vietnamiens – 1885-1945 [cours agrégation 2013]

Dans le cadre du programme de l’agrégation d’histoire de cette année portant sur « Les sociétés coloniales – Afrique, Asie, Antilles – années 1850-années 1950 », nous proposons un aperçu de l’histoire contemporaine du Viêt-Nam à travers la thématique du nationalisme comme alternative au système colonial.

 

ENS de Lyon

Agrégation d’Histoire 2013

mercredi 9 janvier 2013

14-18h

Salle F008

Le « choc colonial » et l’émergence des nationalismes vietnamiens – 1885-1945

François Guillemot

 

 

Résumé :

Cette intervention de quatre heures propose une lecture interne du « choc colonial » imposé au Viêt-Nam accompagné de ses interactions/adaptations et de ses violentes contestations. Le cheminement révolutionnaire vietnamien est analysé sous l’angle de l’histoire politique des organisations légales ou clandestines qui occupèrent le devant de la scène pendant un demi-siècle. Les bouleversements importants que provoque la colonisation sur les plans politiques, culturels, géographiques, économiques et sociaux engendrent plusieurs formes de résistance (mouvement d’Aide au Roi, millénarisme) et l’adaptation à la nouvelle donne par une profonde remise en cause de la monarchie acculée au déclin. En se concentrant sur les différentes solutions nationalistes exprimées par les Vietnamien-nes depuis le début du XXe siècle comme alternative viable au système colonial, l’intervention met en évidence de façon chronologique la multiplicité des nationalismes vietnamiens, leurs difficultés d’existence contre le système colonial ou en interaction avec celui-ci (par exemple avec Nguyen Van Vinh).

L’intervention s’intéresse au nationalisme traditionnel des monarchistes (du Can Vuong à Pham Quynh), au nationalisme démocratique (ou humaniste) de Phan Chu Trinh soucieux des droits de ses compatriotes, au nationalisme révolutionnaire que Phan Boi Chau initia, repris par le VNQDD, au nationalisme culturel du Tu Luc Van Doan (Groupe littéraire autonome) par lequel le Viêt-Nam découpé se restructure mentalement, au transnationalisme indochinois des Vietnamiens dans les années quarante. Ce dernier débouche sur deux voies : une voie communiste (Viêt Minh/PCI) qui reste fidèle à ce transnationalisme régional et une voie nationaliste impériale dans sa dimension conquérante incarnée par les nouveaux partis Dai Viêt sous l’occupation japonaise. Le processus qui mène à l’indépendance donne le sentiment d’une synthèse inachevée avec l’avènement d’un national-communisme aux contours flous lors de la Révolution d’août 1945. Avec le retour militaire de la France, toutes ces solutions, même modérées, sont mises en échec. Le nationalisme devient plus pragmatique (pour sa propre survie) avec l’État associé de Bao Dai. A la fin de la guerre d’Indochine et le partage du pays, il laisse la place à deux nationalismes d’État-Parti, l’un à vocation messianique avec le régime « personnaliste » de Ngo Dinh Diem en 1955 à Saigon, l’autre d’obédience marxiste-léniniste-maoïste, avec la mise en place d’un communisme de guerre pour conquérir le Sud.

 

Textes sources en ligne :

 

Documents :

  • Fiche de lecture Daniel Hémery et Pierre Brocheux, Indochine, la colonisation ambigüe (1858-1954) par S. Pautet.

Sur le rôle des femmes vietnamiennes dans le processus révolutionnaire :

Le Centre Bophana à Phnom Penh – មជ្ឈមណ្ឌល បុប្ផាណា [2006]

[ndlr] En décembre 2006, le cinéaste Rithy Panh inaugurait le Centre Bophana à Phnom Penh, un centre de documentation historique à vocation pédagogique sur le passé khmer. La page d’entrée du site donne le ton de cette entreprise : « Je vois un lien entre l’absence de travail de mémoire et le déficit de démocratie, l’absence d’état de droit ou encore le sous-développement ». Les objectifs du Centre de ressources audiovisuelles sont rappelés ci-dessous à travers la page de présentation de son site et dans le reportage réalisé par Tristan Mendès-France et Alban Fischer lors de son inauguration.

 

Présentation

Le Centre Bophana

Notre ambition est de récolter, image après image, bribes de vie et éclats de voix. Pour tenter de comprendre, tenter de donner un nom, une âme, un visage, une voix à ceux qui en ont été privés. Rendre aux victimes d’une histoire meurtrière leur destin et leur mémoire. Retrouver la liberté de parole en intégrant la réflexion sur le passé à la construction du présent, afin de sortir de la tragédie et commencer à inventer le futur.

Il ne s’agit pas seulement de restaurer la mémoire, mais aussi de renouer la trame insaisissable d’une identité multiple et vivante, celle de la société cambodgienne contemporaine.

La genèse du projet

C’est au début des années 90 que le cinéaste Rithy Panh, en réalisant ses premiers documentaires au Cambodge, prend conscience de l’état critique du patrimoine audiovisuel du pays : après des décennies de guerres, de coups d’état et de folie génocidaire, les quelques archives épargnées semblent attendre que le temps, la chaleur ou la poussière achèvent de les effacer. Encore une décennie ou deux, et la mémoire audiovisuelle du Cambodge se réduira à zéro, chiffre emblématique de la période khmère rouge que chacun s’emploie pourtant à dépasser.

Les préoccupations de Rithy Panh font écho à celles du cinéaste Ieu Pannakar, alors responsable de la Direction du Cinéma au sein du Ministère de la Culture et des Beaux Arts du Cambodge ; les deux hommes se prennent à rêver d’un lieu de mémoire et de création, où le patrimoine audiovisuel retrouverait un sens et une nouvelle dynamique.

Le projet de Centre de ressources audiovisuelles voit le jour dans un contexte plus favorable aujourd’hui : l’on reconnaît aux archives historiques et à la culture un rôle clé dans l’expression de l’identité d’une nation et dans la constitution de son patrimoine.

Les autorités cambodgiennes ont rapidement adhéré au principe et facilité l’hébergement du Centre. Puis les collaborations engagées au niveau français (coopération bilatérale, appuis techniques et financiers, accès aux collections des grands centres d’archives) ont apporté un soutien décisif. En quelques mois, le projet a pris forme et promet au Cambodge de se doter enfin d’un espace qui recueille et donne la parole à ceux restés trop longtemps silencieux.

En évoquant le nom de Bophana, le Centre veut se faire le relais du message de résistance, de courage et de dignité que cette jeune prisonnière du centre de détention S21 a laissé. Le projet qu’il porte, celui de reconstituer le patrimoine audiovisuel cambodgien, vise à ouvrir un accès à la mémoire. Pour se souvenir, transmettre une histoire et une culture aux générations futures, et bâtir ensemble un avenir.

Source : Centre Bophana

Image extraite de Bophana, une tragédie cambodgienne
(Rithy Panh, 1996)

* * *

Cambodge, une mémoire en question

Blogtrotters.fr Jour 2 – par Tristan Mendès-France et Alban Fischer [09:00]


[JOUR2] Centre Bophana Cambodge Rithy Panh par BlogTrotters