Archives par mot-clé : guerres

François Guillemot : De la “guerre du peuple” à la “guerre civile révolutionnaire”

Résumé de notre communication pour le colloque “La guerre dans les civilisations de l’Orient et de l’Extrême-Orient” organisé par la Société Asiatique, le Collège de France, CRCAO et l’unité Proche-Orient Caucase.

Guillemot_PolémologieRDVN_19mai2015

De la « guerre du peuple » à la « guerre civile révolutionnaire »

Essai de polémologie vietnamienne

Cette communication défend la thèse que l’on ne peut détacher la « guerre révolutionnaire » de son pendant de guerre civile, ce que Mao Zedong résuma dans l’appellation concise de « guerre civile révolutionnaire » (国内革命战争). Mais ce qui fut clairement édicté par Mao pour le cas de la Chine populaire n’a jamais été clairement mis en avant par la polémologie de la République démocratique du Viêt-Nam (RDVN) dans sa guerre de réunification entre 1945 et 1975. Les termes de « guerre civile » (nội chiến) sont restés pendant des décennies le tabou absolu d’une guerre qualifiée dans l’historiographie actuelle de « guerre de destruction » (chiến tranh phá hoại) ou de « guerre d’agression » (chiến tranh xâm lược) versus « guerre du peuple » (chiến tranh nhân dân) puis de « résistance antiaméricaine pour le salut national » (cuộc kháng chiến chống Mĩ cứu nước) et plus généralement pour les deux guerres de « résistance contre le colonialisme français et l’impérialisme américain » (cuộc kháng chiến chống thực dân Pháp và đế quốc Mỹ).

Dans un premier temps, après avoir mesuré l’importance des sources vietnamiennes, nous poserons la question de l’appellation de cette guerre à multiples facettes et notamment de sa dimension de guerre civile. Nous nous intéresserons dans un second temps au concept de « guerre du peuple » (chiến tranh nhân dân) développé par le général Võ Nguyên Giáp pour en comprendre les ressorts. Nous verrons comment ce concept évolue lorsque la décision de la reconquête du Sud par les armes est adoptée lors du 15e Plenum du Parti des Travailleurs du Viêt-Nam (Đảng Lao Động Việt Nam) en janvier 1959. Nous soulignerons l’aide de la Chine populaire et l’influence du maoïsme sur la lutte révolutionnaire “exemplaire” du Viêt-Nam dans le contexte de la brouille sino-soviétique et de la prédominance des thèses de Lê Duẩn, Premier secrétaire du Parti de 1960 à 1976 puis Secrétaire général du PCV de 1976 à 1986, date de sa mort.

Après avoir interrogé le discours sur la nature de la guerre, il s’agira, dans un troisième temps, de sonder la réalité de la guerre, voir « ce que faire la guerre révolutionnaire veut dire » sur le terrain des opérations. Nous suivrons l’évolution de ce type de guerre lorsque la guerre civile atteint son paroxysme notamment dans le Sud sous la forme d’une « guerre civile révolutionnaire », centrée sur l’ennemi intérieur et ouvrant la voie à l’invasion du Sud par le Nord. Nous verrons comment est analysée la figure de l’ennemi (extérieur/intérieur) qui prend forme au Viêt-Nam dès 1945-46 pour se terminer dans les années 1990 avec la fin du conflit cambodgien, marqué par les dernières luttes contre les réseaux armés anticommunistes des exilés vietnamiens infiltrés en péninsule indochinoise.

Enfin, dans une dernière partie, nous questionnerons différents aspects de la guerre populaire et tenterons d’identifier et de mesurer les étapes de la guerre civile entre 1945 et 1975. En conclusion, notre réflexion se portera sur l’impact de long terme que la vision officielle de la guerre fait encore peser sur le destin politique du pays désormais en paix et sur les consciences d’un Viêt-Nam pluriel et transnational.

Guillemot François, IAO, CNRS, ENS de Lyon

Voir le vocabulaire de la guerre en ligne sur notre carnet de recherche sur les femmes et la guerre au Viêt-Nam.

Programme complet du colloque en ligne sur le site du Centre de Recherche sur les Civilisations de l’Asie Orientale (CRCAO) et sur le Blog de l’IAO.

Séminaire L’ordinaire de la guerre – programme 2014-2015 [ENS de Lyon]

[ndlr] Programme d’un important séminaire de l’ENS de Lyon qui rejoint une partie de nos thématiques. Il est organisé par Sylvain Bertschy, François Buton, Boris Gobille, André Loez, Nicolas Mariot, Philippe Olivera et Emmanuelle Picard.

 

L’ordinaire de la guerre. Guerres et violences extrêmes sous le regard des sciences sociales 

L'OrdinaireDeLaGuerre2014-2015

Le séminaire a lieu le mardi de 14h00 à 16h30 aux dates indiquées dans le programme ; il se déroulera à l’ENS de Lyon (15 Parvis R. Descartes, 69007 Lyon). Il est ouvert à tous.

« L’ordinaire de la guerre. Guerres et violences extrêmes sous le regard des sciences sociales » est un séminaire de lectures et de travail sur documents, consacré à l’analyse des explications que les sciences sociales prétendent apporter aux phénomènes de violence collective, sans spécialisation sur une période ou aire géographique particulières. Les auteurs des travaux discutés peuvent être présents et intervenir sans qu’il s’agisse là d’une règle systématique. Le séminaire est ouvert à des participants de toutes disciplines et de toutes institutions. Aussi souvent que possible, le responsable de séance choisit un ou plusieurs articles ou chapitres d’ouvrage qu’il distribue en amont en format papier ou envoie aux participants sous forme électronique. Ces textes sont considérés avoir été lus avant chaque séance. Après une présentation orale du (des) extraits, la discussion collective s’engage.

  • 18 novembre 2014 : “Que montrent les enquêtes sur les pratiques culturelles des poilus ?”Autour des ouvrages d’E. Cronier, T. Hardier et J. F. Jagielski, A. Lafon et B. Gilles. Séance présentée par Nicolas Mariot.

Le séminaire se tiendra dans le bâtiment Buisson (IFE) en salle 1 au rez de chaussée.

 Programme des séances suivantes

  • 13 janvier 2015 : “Écrire l’histoire de la Grande Guerre à l’échelle des empires ». Autour des ouvrages récents de R. Gerwarth, E. Manela, et de A.T. Jarboe, R.S Fogarty. Séance présentée par André Loez.
  • 3 février : Vue d’Extrême Orient : à propos de “La guerre en perspective: histoire et culture militaire en Chine”, Extrême Orient Occident, n°38, octobre 2014. Séance présentée par Emmanuelle Picard.
  • 10 mars : “Guerre civile ou Révolution ? L’oeuvre de Burnett Bolloten dans l’historiographie du conflit espagnol (1936-1939) ». Séance présentée par Philippe Olivera.
  • 7 avril : “Expériences de guerre et folie: ce que la Grande Guerre fait à la psychiatrie française ». Autour des ouvrages récents (2013) de L. Guignard, H. Guillemain et S. Tison. Séance présentée par Sylvain Bertschy.
  • 12 mai : “Actualité des recherches sur le génocide des Tutsi au Rwanda, 1994 ». Séance présentée par Claudine Vidal, Marc Le Pape et Boris Gobille.
  • 2 juin : “Violences de la conquête coloniale en Algérie », autour de G. Weiss, B. Brower et J. Sessions. Séance présentée par François Buton.

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2014 : Séance 5

Année universitaire 2014-2015 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

Mémoires d’Indochine :

La décolonisation et la guerre

vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

Mémoiresd'Indochine_2014

Séance 5 – Mardi 4 novembre 2014

« Marges et frontières post-coloniales »

Participation des étudiants du séminaire au panel : Frontiers encounters, exchanges and frictions. Présentation du panel par Danielle Tan suivie d’une communication de Caroline Grillot “Smuggling or not smuggling? Balancing powers between Chinese traders and Vietnamese law-enforcements agents” (10h-10h30) et d’une communication de Kyoko Kusakabe, “Working through ‘exceptional’ space: A case of women migrant workers in Mae Sot, Thailand” (11h-11h30). Les deux communications seront accompagnées d’une séance de questions-réponses de 30 minutes chacune. Nous quitterons la problématique de la mémoire momentanément pour nous plonger dans celle des relations inter-frontalières et de l’espace social en Asie du Sud-Est. Notons également l’intervention de Vathana Pholsena : “Social change and state emergence in times of war and revolution: Insights from a border region in Laos”,  dès le lundi 3 novembre 2014 (14h-14h30). Le programme de l’ensemble du Workshop est en ligne sur le site Rethinking Asia (PDF).

* * *

Exposés oraux en première partie du séminaire de 9h à 10h :

La question des civils dans la guerre sera au cœur des deux exposés.

 

Pour aller plus loin :

  • Condominas, Georges, L’espace social. A propos de l’Asie du Sud-Est, Paris : Les Indes Savantes, 2006. (Réédition)
  • Goscha, Christopher E., Going Indochinese : Contesting Concepts of Space and Place in French Indochinese, Copenhagen : NIAS Press, 2012.

 

La difficile paix des Vietnamiens avec leur histoire – par Louis Raymond

[ndlr] Tribune libre.

TrongDongVietNam

 

La difficile paix des Vietnamiens avec leur histoire

par Louis Raymond

juin 2014

« Les Chinois peuvent venir, nous les attendons et les battrons une fois encore, comme nous avons battu les Américains et les Français » pouvait-on entendre dans une Hanoï que le mois de Mai a vu se raidir à mesure de l’exacerbation des tensions maritimes en mer de Chine méridionale[1] avec le puissant voisin septentrional. Ces propos, isolés et naïfs, œuvre de jeunes gens ivres d’un discours officiel lénifiant sur l’Histoire, ne sont pas révélateurs de l’opinion. Ils dénotent cependant d’une forte montée du nationalisme populaire dans la capitale vietnamienne en réaction aux événements.

Le 2 mai 2014, la compagnie pétrolière chinoise CNOOC, a en effet décidé d’implanter, avec l’aval de son gouvernement, une plate-forme pétrolière dans les eaux disputées des Paracels, archipel revendiqué par les deux pays, ramenant la tension à son niveau le plus haut depuis la guerre de la frontière en 1979. Cet événement et les escarmouches qui l’ont suivi, ont coïncidé, au Viêt Nam, avec le 60ème anniversaire de la bataille de Diên Biên Phu le 7 mai, commémoration qui voulait exalter la capacité de résistance nationale aux « envahisseurs », quels qu’ils fussent, ou qu’ils soient. La soupe de nouilles et le café du matin sont devenus prétextes à des discussions politiques où le mot de guerre court sur les lèvres. On débat du modèle chinois de développement et de la relation avec le « grand frère ». De temps à autre, ce sont les réactions et décisions des dirigeants nationaux que l’on vient à commenter. La question de la légitimité du pouvoir politique, qui joue sa pérennité dans la résolution de cette crise, ne se cache jamais très loin derrière, même si elle n’est évoquée qu’à demi-mots.

Incarner l’histoire nationale

Le parti communiste Vietnamien (PCV) veut en effet incarner l’union nationale, la souveraineté, le nationalisme et les grandes victoires du XXe siècle. Il a pour cela développé un discours où il s’approprie le destin de la nation. Mais depuis la fin des années 1980 et le « renouveau » économique[2], le passage à une économie de marché à orientation socialiste, quelques pierres ont été enlevées à cet édifice. Le Parti, néanmoins, maintient son discours sur le fond et la forme, quitte à prendre le risque que le peuple, les jeunes les premiers, soient de plus en plus dépris d’abord de l’Histoire officielle, ensuite de l’Histoire, sans épithète. Les événements maritimes de Mai et de Juin, en donnant au débat politique à s’emparer à nouveau de la rue, n’ont eu qu’un effet de révélateur des lames de fond qui traversent l’opinion vietnamienne depuis de nombreuses années, c’est-à-dire aux interrogations quant aux attributs que le PCV se donne.

La mainmise du pouvoir sur l’Histoire se manifeste d’abord par le vocabulaire que l’on utilise pour la décrire. La langue officielle emploie, pour qualifier la première guerre d’Indochine (1946-1954), le terme de « guerre de résistance contre la France » et pour la guerre du Vietnam (1955-1975), de « guerre de résistance contre l’envahisseur américain », de sorte à passer sous silence les prodromes de guerre civile dans la première et cette qualité évidente dans la seconde. Les banderoles, qui décorent les rues à chaque commémoration, en sont l’illustration. La diversité des nationalismes vietnamiens au XXe siècle est niée, le Sud qualifié de « fantoche », les autres partis ayant voulu trouver une troisième voie mis dans le même sac. L’entreprise de mythification trouve son paroxysme avec le culte officiel de Hô Chi Minh,  culte pour lequel il a été déployé, outre la référence constante à l’œuvre et à l’image de celui qui déclarait l’indépendance de la République Démocratique du Viêt Nam le 2 septembre 1945, une géographie mémorielle qui n’est pas exempte de contradictions[3]. La victoire, celle de la prise de Saigon le 30 avril 1975, est censément celle, glorieuse et grandiose, de tout le peuple, quitte à occulter les douleurs que ce dernier a dû endurer pendant trente effroyables années de guerre et les blessures qu’il lui en reste, quitte à omettre le fait qu’une partie de celui-ci s’est retrouvé du côté des perdants. A la fin des années 1980 et au début des années 1990, des écrivains du Nord, à l’instar de Bao Ninh et Nguyên Huy Thiêp[4], ont voulu réhabiliter l’individu comme personnage de l’Histoire. Leurs écrits ont posé problème au pouvoir, et ont dû faire face à la censure. De la même manière, la recherche historique et littéraire est censurée ; les portes se ferment devant la volonté de « non-orthodoxie » de certains jeunes chercheurs, devant des sujets jugés trop « sensibles ». En 2014, 39 ans après la fin de la guerre, la compréhension et la guérison des fractures du XXe siècle sont plus que jamais à la merci du politique.

Le rejet de “l’apprentissage perroquet”

L’enseignement dans les classes du secondaire, outil de tous les Etats du monde pour inculquer un roman national, est le relai principal de ce discours. Pourtant, l’histoire en tant que matière est aujourd’hui reléguée à une place subalterne depuis la récente réforme du baccalauréat (2013), avec des classes désormais optionnelles que de moins en moins d’élèves choisissent. Une enseignante, restée anonyme, rencontrée à Hanoï, résume ainsi la situation : « il faudrait que l’Histoire redevienne obligatoire, j’espère que l’on va revenir sur cette décision [de réforme du BAC] mais le pays est davantage porté aujourd’hui vers les besoins du marché ».

Dans un manuel pour classes de 12ème (terminale) à destination du corps enseignant édité par le ministère de l’éducation en 2012, des consignes et objectifs idéologiques clairs étaient donnés : les élèves doivent être formés au « patriotisme, à la compréhension de l’indépendance nationale inhérente au socialisme »  et à la « foi dans le leadership du Parti et l’avenir de la révolution, la confiance dans l’œuvre de renouveau du pays ».  Le programme de  12ème, portant sur le XXème siècle, fait pour cela des ellipses narratives, qui ne sont pas loin d’être des omissions. Sur la réforme agraire (1953-1957), on peut lire que le succès était « énorme » malgré quelques « erreurs » que « le comité central a voulu corriger lors de son 10ème congrès en septembre 1956 » permettant de limiter leur portée « et préservant le grand succès de la réforme ». Pas un mot sur les tribunaux populaires et les dizaines de milliers d’exécutions politiques, qui ont provoqué des divisions et des déplacements de population d’envergure dans le Viêt Nam d’alors. Les exemples sont nombreux, et encore plus frappants lorsqu’ils concernent la guerre : on préfère parler du nombre d’avions américains abattus que du nombre de morts militaires ou civils du côté des vainqueurs, ou l’on ne mentionne le nom de l’ennemi, le « fantoche » du Sud, qu’à côté du nom de « l’impérialiste américain », sans le moindre effort de définition. Le problème n’est pas tant à l’emphase idéologique, qu’au fait que l’enseignement ne donne pas les clés aux élèves pour comprendre ce qu’est leur pays, et le regarder en face[5]. Les professeurs, pour la plupart, ne sont pour la plupart pas dupes de cela, mais c’est le format des cours, des évaluations, et le manque de moyens pédagogiques qui les limitent et les obligent à s’en tenir au manuel, constatant avec amertume le désamour des élèves pour leur matière.

Les jeunes, en effet, fustigent ce qu’ils appellent « l’apprentissage perroquet », et se tournent vers des matières qui leur semblent être plus concrètes, plus en lien avec le Viêt Nam qui est le leur, comme l’économie. Son, étudiant à l’Ecole du commerce extérieur à Hanoï, porte ainsi un regard rétrospectif très critique sur l’enseignement qu’il a reçu : «  cela ne m’a pas donné envie de découvrir l’histoire de mon pays, et ça n’encourage pas les élèves à réfléchir ». Mai Anh, étudiante à Lyon originaire de Hai Phong, explique elle aussi les lacunes qu’elle a quant à la connaissance de l’histoire par l’enseignement secondaire, qu’elle juge « décourageant ». Il ne faut pas néanmoins tomber dans le fantasme d’une jeunesse totalement ignorante et manipulable à souhait par le pouvoir. Dào Thanh Huyên, journaliste et auteure d’ouvrages historiques sur la guerre d’Indochine, ne se montre pas pessimiste : « il y a une volonté de prise de conscience qui vient vers 25 ou 30 ans, les gens s’intéressent à l’Histoire autrement que par l’enseignement ». Elle ajoute que ce ne sont pas les jeunes qui ont la vision la plus rigide, mais les plus de 40 ans, qui se sont longtemps « contentés de récits mettant en valeur les victoires ».

L’histoire en débats

Sur l’histoire autant que sur l’actualité, la société débat, la parole se délie, surtout dans les familles qui ont été divisées par la guerre. Il y a une recherche d’une vérité autre que celle qui est présentée, une lassitude, même s’il faut souligner que les campagnes restent relativement à l’écart d’un phénomène qui est principalement urbain. Des livres circulent, le plus souvent par le bouche à oreille, à l’instar de l’ouvrage Du côté des vainqueurs de Huy Duc[6]. Ce travail d’enquête récent, écrit par un ancien combattant devenu journaliste, n’est pas exempt de reproches quant à son orientation politique et à l’utilisation des sources, mais il a le mérite de montrer les grandes figures de l’Histoire sous un jour moins mythique, moins impénétrable, et est pour cela apprécié par des lecteurs en quête de déconstruction du discours officiel. Pour Nguyên Qui Duc, journaliste, écrivain, et propriétaire d’un bar à Hanoï, il y a même aujourd’hui une curiosité à l’écart de ce qu’était la République du Viêt Nam, le Sud, pendant la guerre civile : on ne regarde plus l’ancienne Saigon comme une ennemie, mais comme une potentielle source de « bonnes choses ». Les écrivains endossent cependant moins le rôle qu’ils pouvaient avoir il y a vingt ans, à savoir d’ouvrir et d’encourager le débat. Pour Monsieur Duc, dans le Hanoi d’aujourd’hui, ce sont les artistes visuels qui font ce travail. Mais une figure politique étonnante y participe aussi : le député Duong Trung Quôc, historien de formation, qui fait partie des très rares hommes politiques vietnamiens à ne pas être membre du Parti.

Parler d’histoire au Viêt Nam en 2014 n’est plus un tabou, mais les discussions peuvent être enlevées, parfois âpres. Les différentes mémoires, individuelles ou collectives, peuvent en effet se retrouver, en l’absence d’un cadre de référence objectif, en opposition. On questionne les intentions préliminaires au travail de tel ou tel historien cité au cours de la conversation, qu’il soit vietnamien ou étranger, comme si toute crédibilité de l’Histoire en tant que science avait disparu. Lorsqu’ils regardent en arrière, certains militent pour faire réhabiliter des anciens combattants exclus, ou ce sont parfois les anciens combattants eux-mêmes qui se montrent critique envers un régime qui les a oubliés. D’autres aimeraient que l’altérité et la diversité politique dans l’Histoire contemporaine soient davantage reconnues, sans toutefois enlever au PCV son costume de personnage principal. C’est ce que proposent certains Vietnamiens d’Outre-Mer, mais, suspects pour des raisons politiques, ils peinent à se faire entendre. Monsieur Duc, qui a fréquenté la communauté vietnamienne aux Etats-Unis, est catégorique là-dessus : « on ne peut pas attendre ça du gouvernement, qui déjà ne peut pas faire la paix sociale ». Enfin, une partie des Vietnamiens reste profondément attachée aux grandes figures de la révolution et du Parti, en témoigne la foule immense qui est venue rendre hommage au général Giap lors de ses funérailles, à l’automne dernier. Ces discussions se répercutent dans le monde universitaire en Europe ou aux Etats-Unis, où les débats historiographiques peuvent être particulièrement animés, s’ils ne sont agressifs, entre « révisionnistes » et « orthodoxes », clivage qui « continue de faire des ravages » selon François Guillemot, historien du Viêt Nam et ingénieur de recherche au CNRS.

D’où peut venir l’apaisement face à une histoire douloureuse ? Peut-être de ce dialogue interne, d’une mise à plat des mémoires individuelles. C’est en tout cas ce que croit et préconise Madame Huyên. L’enjeu pour le pouvoir politique est de faire en sorte de d’accompagner ce débat qui a cours, plutôt que de le réprimer ; de réduire l’écart entre le pays imaginé par les dirigeants et sa réalité quotidienne, entre le discours officiel et les aspirations populaires. La manière dont l’Etat-Parti gérera le 40ème anniversaire de la prise de Saigon, l’année prochaine, aura en cela l’effet d’un révélateur, après la libération de la parole et le regain de nationalisme qu’a provoqué l’actualité des derniers mois.

 

Louis Raymond.


[1] Les Vietnamiens utilisent le terme « Biên Dông », qui signifie mer de l’Est.

[2] Le Dôi Moi, la réforme économique, a été décidé en 1986.

[3] Cf Marina Marouda, « The State commemoration of Hô Chi Minh », South East Asia Research, 21, 2, pp. 303-321.

[4] Leurs travaux ont été traduits et publiés en français aux éditions Picquier. Lire notamment Le chagrin de la guerre, de Bao Ninh, et Un général à la retraite, de Nguyên Huy Thiêp.

[5] Cf Matthieu Salomon, « Viêt Nam : le Royaume dans les têtes, la faucille et le marteau dans les épaules », Outre-Terre,  n°12, 2005/3, pp.277-288.

[6] Huy Duc, Bên Thang cuôc, Osinbook, Saigon & Londres, 2012, 2 tomes (en vietnamien). Ce livre a fait beaucoup de bruit au Viet Nam et à l’étranger, et a provoqué des réactions et critiques nombreuses.

Hoàng Minh Tường : Le temps des génies invincibles [à paraître]

HoangMinhTuong_LeTempsDesGéniesInvincibles[ndlr] Ouvrage à paraître en novembre aux éditions de La Frémillerie. Sortie officielle le 16 novembre 2014 à 15 heures au salon de l’Autre livre. Présentation de l’éditeur.

Jamais, à note connaissance, l’histoire contemporaine du Vietnam, principalement de sa partie Nord, n’a été relatée de façon aussi franche, aussi crue, aussi puissante. Ce livre, tiré officiellement à 1.000 exemplaires seulement, a connu d’emblée un tel succès qu’il a été aussitôt réimprimé et vendu sous le manteau : avec à ce jour 200.000 exemplaires écoulés de manière non officielle, c’est un best-seller absolu, qui a bouleversé tous ses lecteurs comme en ont témoigné nos contacts sur place et les forums sur Internet.

Hoàng Minh Tường, qui est âgé de soixante-trois ans, est un auteur célébré au Vietnam, où il a une œuvre prolifique à son actif. Du fait des particularités politiques de son pays, il n’a cependant jamais réussi à vivre de sa plume, gagnant sa vie jusqu’à aujourd’hui comme enseignant et journaliste.

« Le temps des génies invincibles » nous plonge dans la société vietnamienne de la seconde moitié du XXe siècle. Cette saga de 650 pages d’une fascinante richesse décrit, à travers le parcours de plusieurs générations, de 1945 à nos jours, les bouleversements terribles qu’a connus le pays : les ravages d’ordre politique, avec deux guerres meurtrières, mais également d’ordre intime, du fait des conflits ayant plongé la société, la culture, la famille, dans des divisions sanglantes qui ont détraqué à jamais une culture millénaire et des liens sacrés.

Le roman de Hoàng Minh Tường relate sur plusieurs générations l’existence de la famille du patriarche Nguyễn Kỳ Phúc, lettré confucéen descendant d’une très ancienne lignée villageoise, représenatnt “l’ordre ancien” du monde, qui accepte après 1945 de servir la cause de la résistance à l’occupant français. Ces quatre fils représentent chacun symboliquement, un aspect du Vietnam post-colonial et de ses déchirements.

Roman traduit du vietnamien.

Site des éditions La Frémillerie.

Colonisations et décolonisations comparées : le Maghreb et l’Indochine dans l’empire français (1830-1962)

[ndlr] Annonce du colloque sur l’histoire comparée du Maghreb et l’Indochine à l’heure de l’empire français. Organisé par Sylvie Thénault (CNRS) et Christopher E. Goscha (UQAM).

* * *

Maghreb&Indochine

Les phénomènes de colonisation et de décolonisation constituent des thèmes majeurs de l’histoire contemporaine des ex-colonies françaises, comme de leur ancienne métropole. Mais les travaux sur ces thèmes s’orientent souvent selon un axe d’analyse franco-vietnamien, franco-algérien, voire franco-français. Les similitudes, les différences, voire les échanges ayant pu exister entre le Vietnam et l’Algérie, ces deux piliers de l’empire aux XIXe et XXe siècles, ne sont jamais envisagés. Et même si les guerres d’Indochine et d’Algérie s’enchaînent chronologiquement, créant une période de guerre continue pour la France allant de 1945 à 1962, rares sont les auteurs qui comparent ces deux guerres dans leurs diverses dimensions diplomatique, économique, culturelle voire mémorielle. L’historiographie gagnerait, aujourd’hui, à dégager l’Indochine et le Maghreb d’approches nationales et bilatérales, en considérant les similitudes, les différences voire les relations entre ces aires de l’empire français sur la longue durée de 1830 à 1962. La comparaison ne serait-elle pas susceptible d’ouvrir de nouvelles pistes de réflexion, permettant de saisir d’une nouvelle façon l’histoire de chacun de ces pays, des liens qui les unissaient, des particularités qui les différenciaient et des dynamiques qui les animaient ? Bien qu’éloignés de part leurs caractéristiques socioculturelles et leurs expériences historiques, ces pays ont suivi des trajectoires parallèles au sein de l’empire français qui nous offrent une occasion de mieux les appréhender dans leur rapport à la métropole.

 

QUAND : 3 et 4 octobre 2014

LIEU : J-2805 (Salle des boiseries) UQAM

Programme PDF en ligne

Source : Institut d’Études Internationales de Montréal (IEIM)

Daniel Hémery : L’Indochine à l’âge des extrêmes – protestations et révolutions (XIXe-XXe) siècles [2007]

[ndlr] Une synthèse incontournable mise en ligne en février 2007. A lire sur le site Europe solidaire sans frontières (ESSF).

"La chasse aux pirates faute de tigres" © Deroo
Nord-Tonkin 1908. “Pirates” décapités après l’affaire des empoisonneurs © Eric Deroo & Pierre Vallaud

 

L’Indochine à l’âge des extrêmes :

protestations et révolutions (XIXe-XXe) siècles

Daniel Hémery (13 février 2007)

I. 1858-1896
Les sociétés indochinoises face à leur mise en dépendance coloniale (1858 – 1896)

II. 1900-1939
Protestations anti-coloniales, nationalisme et communisme, mouvements sociaux (1900-1939)

III. 1940-2006
De la « Guerre des dix mille jours » à la mondialisation (1940-2006) : la révolution déconcertante

* * *

Daniel Hémery un historien français, spécialiste de l’histoire de la péninsule indochinoise. Auteurs d’ouvrages de référence sur Ho Chi Minh, l’Indochine coloniale et les révolutionnaires vietnamiens. Enseignant-chercheur à la retraite, ancien MCF à l’Université Paris Diderot Paris 7.

  • Révolutionnaires vietnamiens et pouvoir colonial en Indochine. Communistes, trotskystes, nationalistes à Saigon de 1932 à 1937, Paris, François Maspero, “Bibliothèque socialiste”, 1975.
  • Guide de recherches sur le Vietnam. Bibliographies, Archives et Bibliothèques de France, Paris, L’Harmattan, “Racines du présent”, 1983 (ouvrage collectif).
  • Les servitudes de la puissance. Une histoire de l’énergie, Paris, Flammarion, 1986 (ouvrage collectif).
  • Hô Chi Minh. De l’Indochine au Vietnam, Paris, Gallimard, “Découvertes Gallimard”, 1990.
  • Indochine, la colonisation ambiguë, 1858-1954, Paris, Editions La Découverte, coll. “textes à l’appui/série histoire contemporaine”, 2001 (nouvelle édition augmentée et mise à jour).

Voir également la Bibliographie partielle mise en ligne sur le site de ESSF (pdf).