Archives par mot-clé : guerre d’Indochine

Indochine SOS : Andrée Viollis et la question coloniale – par Anne Renoult

Indochine SOS

Andrée Viollis et la question coloniale

par
Anne Renoult
diplômée d’études approfondies

 


Introduction

Andrée Viollis (1870-1950) fut une grande journaliste, saluée en son temps pour son talent et connue pour ses nombreux engagements. L’un d’eux concernait l’Indochine et les Indochinois, et plus généralement la question coloniale. L’étude du soutien qu’elle manifesta aux peuples colonisés, dès ses débuts dans le journalisme au tournant du siècle jusqu’à ses derniers articles et prises de position pendant la guerre d’Indochine, permet de questionner la notion d’anticolonialisme, à la fois comme courant de pensée et comme engagement, et son évolution au cours de la première moitié du xxe siècle. Cette étude porte, d’une part, sur les motivations et sur les formes concrètes de l’engagement de Viollis en faveur des colonisés et, d’autre part, sur l’ensemble polyphonique de contestations du système colonial dans lequel celle de Viollis s’insère. Le problème indochinois étant au cœur de l’engagement de Viollis sur cette question, il a servi de fil conducteur à cette recherche et en a fourni le cadre et la chronologie.

 


Sources

Archives publiques et privées ont été croisées pour mener à bien cette enquête. Les papiers d’Andrée Viollis, conservés en partie en main privée et en partie aux archives du Parti communiste français, contiennent de la correspondance, des photographies, des carnets de notes, des manuscrits et de la documentation relatifs aux questions coloniales, au problème indochinois en particulier. Ces documents ont été mis en regard des écrits publiés par Viollis (ouvrages et articles), d’articles parus dans la presse de métropole et d’Indochine à l’époque, de publications diverses sur les questions coloniales et de nombreux autres documents d’archives provenant des autorités (ministère des Colonies, ministère de l’Intérieur, gouvernement de l’Indochine), conservées aux Archives nationales et à la préfecture de police de Paris, et d’autres acteurs des affaires coloniales, contemporains de Viollis, comme Léon Blum, Daniel Guérin, ou la Ligue des droits de l’homme.

 


Première partie

La découverte de l’Indochine (1931)


Chapitre premier

Invitations au voyage

Quelles furent les motivations de Viollis, grand reporter attachée à sa liberté de déplacement et de point de vue, à accepter l’offre de son rédacteur en chef au Petit Parisien de couvrir le voyage officiel du ministre des Colonies, Paul Reynaud, en Indochine, à l’hiver 1931 ? La première était son envie d’aller en Extrême-Orient, portée par son goût des voyages et son environnement familial et professionnel. La deuxième était son intérêt pour les questions coloniales, qui remontait à ses débuts journalistiques dans La Fronde au début du siècle et que l’actualité ne faisait qu’attiser. Viollis avait parcouru en 1930 l’Inde déjà soulevée contre les Anglais. La mutinerie de Yen Bay en février 1930, les retombées de la crise économique et l’ouverture de l’exposition coloniale de Vincennes en mai 1931, avaient mis l’Indochine sur le devant de la scène coloniale française.

Chapitre II

La couverture du voyage ministériel

En trente ans de carrière, Viollis était pour la première fois confrontée à ce genre d’exercice professionnel. Dans Le Petit Parisien, elle rendit compte des déplacements et des allocutions officielles du ministre des Colonies dans un style qui faisait une large place au pittoresque et à l’émotion. Elle resta volontairement en retrait sur les questions politiques et ne fit qu’esquisser quelques ombres au tableau de la colonisation française en Indochine. Dans ses carnets de notes au contraire, au cours du voyage officiel (octobre-novembre 1931) et après le départ du ministre (décembre 1931), elle accumula des faits précis et saillants qui accusaient le contraste entre le décor officiel et les réalités politiques, économiques et sociales de la colonie.

 


Deuxième partie

Quelques notes sur l’Indochine (1933)


Chapitre premier

Le tournant intellectuel et politique des années 1932-1933

À son retour, Viollis fut sollicitée de toutes parts pour témoigner de son expérience asiatique et pour soutenir les mouvements naissants de lutte contre la guerre et le fascisme. Après avoir beaucoup réfléchi au sens de sa mission de journaliste et à l’articulation possible entre son métier et ses engagements, Viollis accepta de s’engager publiquement. Elle manifesta notamment son opposition à l’hitlérisme, sa sympathie pour l’URSS et, concernant l’Indochine, son soutien aux prisonniers politiques. Elle devint avec Francis Jourdain l’une des figures centrales du Comité de défense et d’amnistie des Indochinois, fondé en mars 1933 pour réclamer l’amnistie des prisonniers politiques indochinois. Dans ce contexte, la mise au net de ses carnets de notes devenait de plus en plus une nécessité.

Chapitre II

Un témoignage accablant (décembre 1933)

Viollis mit beaucoup de temps à mettre en forme et à publier son témoignage pour plusieurs raisons, dont sa crainte des retombées que lui vaudrait une telle critique des autorités coloniales françaises. Intitulé « Quelques notes sur l’Indochine », il parut dans Esprit, une jeune revue progressiste chrétienne, qui avait déjà montré sa conscience du problème colonial. Viollis abordait plusieurs problèmes qu’elle n’avait pas traités dans ses articles du Petit Parisien : le régime des prisons, les dénis de justice, les troubles politiques et leur répression, la famine et la misère, le manque d’égards envers les Annamites. Elle rapportait aussi des cas de torture pratiquée dans les commissariats sur les prisonniers politiques.

Chapitre III

Prolongements

Les notes de Viollis ne passèrent pas inaperçues dans la presse de gauche et dans la presse chrétienne. Une polémique eut lieu pendant un an entre la jeune revue Esprit, qui continuait à s’engager sur la question coloniale, et l’ancienne revue Études animée par les jésuites. D’autres réactions, échelonnées dans le temps, vinrent alimenter des publications et des manifestations qui allaient toutes dans le sens d’une critique du système colonial, que ce soit dans son principe ou seulement dans ses réalisations. Viollis relayait les campagnes du Comité d’amnistie auprès de ses amis et de l’opinion.

 


Troisième partie

Indochine SOS (1935)


Chapitre premier

Le devoir de publier

Peu de temps après la publication de son article dans Esprit, Andrée Viollis fut encouragée à aller plus loin, à compléter ses notes et à en faire un livre. La parution tardive de l’ouvrage peut s’expliquer par l’urgence du combat antifasciste, mais aussi par les difficultés rencontrées par Viollis liées à ses engagements. Indochine SOS sortit au mois de septembre 1935 chez Gallimard, avec une préface d’André Malraux, dans un contexte de relance du débat colonial, à l’occasion de la guerre d’éthiopie. Viollis tenta de faire une place à ce débat dans Vendredi, le nouvel hebdomadaire politique et littéraire qu’elle codirigea avec André Chamson et Jean Guéhenno à partir de novembre 1935.

Chapitre II

Des documents à charge

Dans Indochine SOS, les « Quelques notes sur l’Indochine » parues dans Esprit sont complétées et insérées dans un ensemble de textes – la préface de Malraux, l’avant-propos de Viollis, les annexes et la bibliographie – qui font de l’ensemble un document à la fois littéraire, journalistique et politique. L’étude de la genèse de l’avant-propos permet de mesurer à quel point il fut difficile pour Viollis de concilier ses idées avancées sur la question coloniale et la nécessité de se faire entendre de l’opinion qu’elle essayait d’alerter. Viollis laissa parler ses notes et surtout les annexes, ensemble de documents tirés de la presse ou inédits qui mettaient en lumière les dysfonctionnements et les injustices qui régnaient en Indochine.

Chapitre III

Un livre qui fit grand bruit

Indochine SOS valut à Viollis de nombreux comptes rendus et commentaires, élogieux ou hostiles. Elle trouva auprès de ses amis des marques de soutien, comme le banquet qui fut organisé en son honneur et en celui de Félicien Challaye à la fin de décembre 1935. Le SOS de Viollis se fit assurément entendre, même si le problème indochinois, et plus largement le problème colonial, paraissait moins menaçant que les manœuvres hitlériennes. Cette publication renforça la légitimité de Viollis à intervenir sur les questions coloniales. La notoriété de Viollis, la reconnaissance professionnelle dont elle jouissait, profitèrent aux partisans des réformes coloniales.

 


Quatrième partie

De l’espérance à la désillusion (1936-1945)


Chapitre premier

Vigilance en faveur des réformes et contre la répression

La victoire du Front populaire souleva de grandes espérances tant en France que dans les colonies. L’humanisme colonial qui semblait l’inspirer devait pouvoir conduire à des réformes politiques et sociales. Les premières mesures ministérielles furent cependant ambiguës et limitées. Sur les questions de l’amnistie politique, du Congrès indochinois, de l’épuration de l’administration, Viollis, et avec elle Francis Jourdain, ou encore Daniel Guérin, tentèrent en vain d’infléchir les décisions de leur ancien camarade de lutte au Comité d’amnistie, Marius Moutet, nouveau ministre des Colonies du gouvernement de Léon Blum.

Chapitre II

L’échec de la Commission d’enquête dans les colonies

La constitution de la commission d’enquête parlementaire sur la situation politique, économique et morale dans les territoires français d’outre-mer, prévue par le programme du Rassemblement populaire, fut longue et problématique. La nomination d’Andrée Viollis, comme celle d’André Gide ou de Louis Roubaud, suscita de vives oppositions. Viollis ne put participer activement aux travaux de la commission, retenue par son métier, en Espagne notamment. Elle contribua toutefois dans le cadre de la 3e sous-commission et avec Victor Basch, président de la Ligue des droits de l’homme, à l’élaboration d’un rapport sur les aspirations politiques des Indochinois. Pour Viollis et pour tous ceux qui comme elle croyaient en la possibilité de réformes libérales dans les colonies, l’enterrement de la Commission d’enquête, à la fin de 1938, faute de crédits suffisants, resta emblématique des efforts avortés de cette période en matière coloniale.

Chapitre III

Priorité à la lutte antifasciste

Face à la montée des périls, Viollis se rangea à l’analyse selon laquelle il fallait en priorité lutter contre le fascisme avant d’aider à la libération des colonies. La conclusion du reportage qu’elle fit en Tunisie pour Ce Soir allait dans ce sens. Certes, les réformes avaient trop tardé et il était urgent de les mettre en œuvre, mais selon elle, la stratégie de Bourguiba – qu’elle rencontra en prison et qu’elle jugeait trop extrémiste – n’était pas la bonne. Viollis redoubla d’efforts pour venir en aide à l’Espagne républicaine, mais elle continua aussi son combat pour faire avancer la cause de l’amnistie des prisonniers politiques en Indochine, en appuyant notamment les démarches du Secours populaire de France et des colonies.

 


Cinquième partie

La guerre d’Indochine et la réédition d’Indochine SOS
(1945-1950)


Chapitre premier

Éviter la guerre

La question indochinoise fut la première sur laquelle Andrée Viollis se pencha dès la fin du conflit mondial. Cinq articles écrits en octobre et novembre 1945 témoignent de son intérêt et de sa compétence sur cette question et marquent le début de son engagement contre la guerre et en faveur d’une politique de négociations. Cet engagement se traduisit aussi dès 1945 par la défense des Vietnamiens poursuivis en métropole et la présidence d’un meeting en faveur de l’amitié franco-vietnamienne. Membre fondateur de l’Association France-Viêt-Nam, elle s’attacha à faire connaître les revendications de la République démocratique du Viêt-Nam. Elle rencontra les membres de la délégation vietnamienne lors de leur passage à Paris en vue des négociations de Fontainebleau, ainsi que le Président Hô Chi Minh. À partir de l’hiver 1946, elle assista, impuissante, à la rupture des négociations et au déclenchement du conflit.

Chapitre II

Dénoncer la guerre

Alors que Viollis était en reportage au début de 1947 en Afrique du Sud où elle s’intéressait au problème racial et social sud-africain, la France s’était engagée davantage dans la guerre en Indochine. Au cours de cette année 1947 qui vit cette guerre susciter des refus prononcés, Viollis signa l’introduction d’une brochure éditée par le PCF intitulée La Vérité sur le Viêt-Nam et soutint la campagne de l’hiver 1947-1948 organisée par le parti pour la libération des Vietnamiens emprisonnés. La protestation anticoloniale prit de l’ampleur à la fin de 1948 et en 1949, à l’occasion de l’affaire malgache et du mouvement pour la paix. Viollis se rendit en Afrique noire et s’indigna du déroulement du procès de Tananarive.

Chapitre III

La réédition d’Indochine SOS

Dans le contexte de mobilisation croissante d’intellectuels contre la guerre d’Indochine et de décolonisation en marche (Inde en 1947, Birmanie en 1948, etc.), Indochine SOS fut réédité à la fin de 1949 par une maison d’édition du Parti communiste, les Éditeurs français réunis, avec une préface de Francis Jourdain. Le livre paraît alors qu’un débat sur les « atrocités françaises » en Indochine agite l’opinion depuis l’été 1949. C’est surtout à travers ce thème que la mémoire d’Indochine SOS, de 1945 jusqu’à aujourd’hui, a perduré. Les débats sur la torture pendant la guerre d’Algérie et plus généralement sur le bilan de la colonisation ont mis en lumière toute l’actualité de ce livre.

 


Conclusion

Si, dans tous les courants de pensée, des voix se firent entendre pour contester certaines pratiques coloniales, l’idée du bien fondé de la colonisation, la croyance en la mission civilisatrice de la France dans les colonies étaient largement partagées. Viollis elle-même était imprégnée par la culture impériale de son temps, même si très tôt elle perçut les contradictions idéologiques et politiques de l’entreprise coloniale menée par la Troisième République et les dénonça. Dans les années 1930 et 1940, sa volonté d’alerter l’opinion sur le problème colonial et ses difficultés à le faire témoignent de la complexité du combat anticolonialiste et réformiste. Viollis reste un nom symbole de ce combat et son engagement permet d’éclairer celui d’autres intellectuels.


Annexes

Carte de l’Indochine dans les années 1930. — Chronologie du voyage d’Andrée Viollis en Indochine. — édition des articles d’Andrée Viollis, envoyée spéciale du Petit Parisien en Indochine. — Index des groupes et associations, périodiques, lieux, personnes.

Source : Thèses de l’École nationale des chartes


Les Hmong du Laos 1945-1975 – mémoire IEP de Tiphanie Grall

Le général Vang Pao (1929-2011)

Les Hmong du Laos 1945-1975. Leur engagement dans les guerres d’Indochine aux côtés des Occidentaux : enjeux et réalités

Genèse du sujet

Les Hmong sortent de l’anonymat

L’existence du peuple hmong demeurait encore largement ignorée du grand public il y a seulement une trentaine d’années. Ce n’est que dans les années 1970, alors que la guerre que menaient les Américains au Vietnam touchait à sa fin, que les Hmong firent leur apparition en toile de fond des débats géopolitiques internationaux, en raison du rôle qu’ils avaient tenu auprès des Etats-Unis en lutte contre la progression du communisme dans la péninsule indochinoise.

Au fur et à mesure que la Maison Blanche se trouvait contrainte de révéler la réalité de l’action américaine en Indochine, les circonstances de l’intervention parallèle américaine au Laos devinrent, sous la plume des journalistes et reporters de guerre présents sur place, « une guerre secrète » que la CIA menait contre les communistes avec l’aide de minorités ethniques de la région. Ces révélations alimentèrent les polémiques quant à la véracité de ces suppositions et projetèrent les Hmong sur le devant de la scène internationale. En effet, la plupart des combattants ayant servi dans les rangs de cette armée secrète utilisée par la CIA étaient des Hmong (1). Pour Mai Na M. Lee, ces débats ont eu pour conséquence de faire des Hmong une des minorités les plus connues du sud-est asiatique.

Peu à peu, à partir du milieu des années soixante-dix, la littérature concernant les guerres d’Indochine se fait de plus en plus fournie et le rôle des Hmong, parmi celui d’autres minorités ethniques montagnardes, y est largement évoqué. Il est alors également plus communément établi que les Hmong, avant de s’engager, pour certains, aux côtés des Américains, ont joué un rôle similaire auprès des Français, impliqués vingt ans plus tôt dans la première guerre d’Indochine.

Réflexions personnelles

J’ai personnellement eu connaissance de l’existence du peuple hmong il y a deux ans lors de la réalisation d’une présentation orale sur les minorités ethniques d’Asie du sud-est. A cette fin, j’ai lu l’ouvrage de Jane Hamilton-Merritt, Tragic Mountains, qui m’a plus particulièrement éclairée sur le rôle joué par les Hmong auprès des Français, puis des Américains durant les trente années de guerre quasi-incessantes qu’a connu l’Indochine en général, et plus particulièrement le Vietnam, entre 1945 et 1975.

L’idée d’approfondir cette question dans le cadre d’un mémoire m’est venue lors d’un voyage au Vietnam, en janvier de cette année, et très précisément suite à la visite du musée de la guerre d’Ho Chi Minh ville. On peut y voir de nombreux vestiges de la guerre américaine au Vietnam – photographies, matériel de guerre…- et des touristes américains s’y presser en grand nombre. M’interrogeant sur la perception actuelle et mutuelle des anciens protagonistes de cette guerre trente ans seulement après son terme, j’ai eu envie de réaliser un travail portant sur cette période de l’histoire des relations internationales, et plus particulièrement sur cette alliance improbable entre un peuple vivant reclus dans les montagnes du nord de l’Indochine et deux puissances mondiales, qui à première vue, étaient supposées vaincre sans mal les mouvements communistes de libération nationale.

Réf. : Tiphanie Grall, Les Hmong du Laos 1945-1975. Leur engagement dans les guerres d’Indochine aux côtés des Occidentaux : enjeux et réalités, Mémoire de fin d’études à l’Institut d’Etudes Politiques de Lyon 4ème année Section INTER, 2ème année Diplôme du Monde Extrême Oriental Contemporain. Séminaire Asie dirigé par M. Corcuff. 16 juin 2006, 94 p.

A lire sur Doc. SciencesPo Lyon

A télécharger en pdf

« Ðiện Biên Phủ vu d’en face », paroles de vétérans vietnamiens – par Carole Vann

par Carole Vann | Infosud/Tribune des droits humains ///

Pour la première fois au Vietnam, de jeunes journalistes revisitent l’histoire de leur pays en publiant les souvenirs des vétérans de Dien Bien Phu, où a eu lieu le 7 mai 1954 la victoire décisive des Vietminh contre le colonisateur français. Au fil des récits, les mythes propagandistes se déconstruisent.

Après une guerre, l’histoire s’écrit généralement dans la perspective du vainqueur. Il en résulte une « vérité » tronquée où la voix des vaincus est occultée. Curieusement, au Vietnam, lors de la guerre contre l’occupant français, les vainqueurs sont longtemps restés silencieux.

La victoire décisive des Vietminh le 7 mai 1954 à Dien Bien Phu est pourtant la seule bataille « rangée et perdue par une armée européenne pendant toute l’histoire des décolonisations », selon l’historien Jean-Pierre Rioux, spécialiste de ces questions.

Côté français, 16 000 hommes solidement équipés avaient été parachutés dans la région. Côté vietnamien, 55 000 « bôdoi » (combattants vietminh) bien moins armés, et surtout 260 000 civils, pieds nus pour la plupart.

Sans oublier l’utilisation déterminante de 21 000 bicyclettes pour l’acheminement des armes et des vivres.

Or, si les témoignages français sont nombreux sur la défaite, les quelques récits vietnamiens existants ont été soigneusement moulés dans le discours propagandiste. La version officielle des faits, destinée à nourrir la solidarité et la fierté patriotiques, a fait l’impasse sur les individus et leurs histoires personnelles.

Donner la parole aux témoins

Face à ces « trous de mémoire » dans l’histoire de leur pays, six journalistes vietnamiens, dont un ancien vétéran de Dien Bien Phu, se sont lancés, 55 ans après l’événement, dans une enquête auprès des derniers témoins de cette page historique.

Entre 2007 et 2009, ils ont parcouru le pays à la recherche de ces autres petites vérités sur une mythique bataille qui ouvrait la voie à la décolonisation dans les pays du tiers monde.

Ils ont ainsi recueilli les témoignages de 250 vétérans du nord au sud du Vietnam -parmi eux le célèbre général Giap, qui a mené les Vietminh- pour en faire un recueil inédit et poignant d’humanité.

Publié l’année passée au Vietnam, « Dien Bien Phu vu d’en face », préfacé par Jean-Pierre Rioux, paraît aujourd’hui en français.

Transporteurs de riz ou de munitions, artistes envoyés au front pour remonter le moral des troupes, journalistes, médecins, infirmiers, femmes et hommes, se livrent au côté des « bôdoi », ces « hommes verts » au casque rond tant redoutés par les soldats français.

Mais pour la première fois de leur vie, ils racontent non pas « les actes héroïques guidés par le Parti et qui ont mené à la victoire du peuple », des faits lus et relus dans les manuels scolaires et les journaux nationaux.

Cette fois-ci, ce sont les récits sur leurs peurs, leurs amours, leurs rêves, toutes ces pensées intimes qui leur passaient par la tête quand les armes et les explosions se déchaînaient, dans cette terrible cuvette de Dien Bien Phu.

Pour anéantir le camp retranché de l’Union française en Indochine, l’Armée populaire du Vietnam a mené trois phases d’offensives.

Les combattants de l’ombre

Au fil des pages, le mythe de « La Victoire finale des héros au patriotisme infaillible » s’efface derrière une mosaïque d’évocations simples de ces combattants de l’ombre. Ainsi, cette jeune danseuse qui s’est enrôlée pour pouvoir échapper au contrôle familial et parcourir le pays.

Ou ce citadin, un « petit bourgeois » pour ses compagnons d’armes paysans. Ces derniers, irrités par sa maladresse, acceptaient de faire les tâches manuelles à sa place. En échange, le « petit bourgeois » leur racontait « Les Misérables » de Victor Hugo.

Il y avait aussi, dans une tranchée alors que les armes pétaradaient, cette toute jeune infirmière pétrifiée de honte, parce qu’un soldat blessé lui demandait de l’aider à uriner.

C’est le hasard d’une rencontre qui a ouvert les yeux des auteurs, eux-mêmes enfants chéris du régime de Hanoï. Dang Duc Tuê raconte :

« Jusqu’en 2004, nous ne savions pas grand chose de Dien Bien Phu, tout était très abstrait. Pire, on ne se posait même pas de questions par rapport aux récits héroïques dont nous étions bercés ».

Ce journaliste talentueux, en partie formé en France, était invité le mois dernier au Congrès du journalisme d’investigation à Genève pour raconter l’aventure qu’a constitué cette enquête dans un pays encore très verrouillé politiquement.

Son émérite consœur, Dao Thanh Huyen, qui a suivi le même cursus, renchérit :

« Nous avions hérité passivement de cette mémoire collective, écrite dans les manuels et répétée dans les médias : les Français et les Américains étaient les méchants envahisseurs, et nous, nous avions gagné toutes les guerres. Mais du pourquoi et du comment, nous n’en savions rien. »

« Le déclic qui a bouleversé notre regard »

En 2004, les deux journalistes dispensent une formation dans la région de Dien Bien Phu. Parmi leurs stagiaires, Oncle Mai (Bac Mai), à l’époque tout jeune agent de liaison, leur confie « ses » souvenirs de la bataille. Huyen confie :

« Il a été le déclic qui a bouleversé notre regard. A travers ses récits, des hommes et des femmes liés à cette guerre se sont mis à exister. »

Guidés par Bac Mai, devenu entre-temps l’un des co-auteurs du recueil, les deux journalistes vont de surprise en surprise. Quel n’est pas leur étonnement lorsqu’un historien militaire, invité comme expert à la formation, brise l’un des mythes fondateurs de la victoire de Dien Bien Phu :

« Savez-vous qu’il n’y a jamais eu de drapeau vietminh planté le 7 mai 1954 sur le bunker du général de Castries [il menait les troupes françaises au moment de la défaite, ndlr] ? »

Ils apprennent alors que cette image avait été montée après la guerre pour le documentaire du réalisateur soviétique Roman Karmen. Les photos prises lors du tournage ont été diffusées ensuite dans le monde entier. Se substituant à la réalité, cette scène est devenue LE symbole incontesté de la victoire vietminh, et des pays opprimés, contre le colonisateur.

« Le pays avait d’autant plus besoin de ces versions officielles que les guerres se sont enchaînées au Vietnam. Celle contre les Américains, puis contre les Chinois au nord et les Khmers rouges au sud. Il fallait donc entretenir le patriotisme.

Du coup, lorsque la paix est arrivée dans les années 1980, cette “ vérité ” biaisée était déjà bien ancrée, même chez les vétérans. »

Aujourd’hui, alors que la bataille de Dien Bien Phu a plus d’un demi-siècle, le Vietnam osera-t-il enfin se délester de sa grande histoire au profit des petites histoires de son peuple ? C’est en tout cas ce qu’espèrent les auteurs du recueil.

Tuê raconte :

« La démarche n’a pas été sans encombres. Nous avons essuyé pas mal de refus des vétérans. Certains sans explications, d’autres ont proclamé ne pas vouloir revisiter la version officielle des faits.

D’autres encore ne voulaient pas être “floués une fois de plus par des journalistes incapables d’entendre un autre son de cloche que celui du Parti”. »

Selon Tuê, si la version vietnamienne a pu être publiée, c’est grâce à un concours de circonstances favorables : festivités autour des 55 ans de Dien Bien Phu, préface d’un prestigieux historien du pays, et soutien au sein des Editions politiques nationales, l’éditeur officiel du Parti.

Comment les autorités fabriquent les héros

Pour Jean-Pierre Rioux, un tel livre contribue à sortir la bataille de Dien Bien Phu de l’histoire officielle du Vietnam. Et Mari Carmen Gonzalez, historienne spécialiste de la mémoire liée au franquisme, de constater :

« On peut y décrypter comment les autorités sélectionnent et fabriquent les héros alors qu’eux-mêmes ne se perçoivent pas comme tels. »

Comme lorsque ce soldat raconte :

« J’étais parmi les plus pauvres, et des gens de ma famille avaient été tués par des Français en 1949. C’est peut-être pour ces deux raisons que j’ai eu le titre de “ héros ”, alors que nous étions nombreux à œuvrer dans le tunnel… »

Un autre militaire :

« Je parle français. J’entends parfois des soldats adverses crier avant de mourir. Des frères d’armes illettrés me demandent : “Que dit-il ?” “Il appelle sa maman…”

Mourants, mercenaires ou colonialistes, ils sont comme nous, des jeunes hommes qui n’ont pas encore de femme et qui invoquent leur maman avant de s’éteindre. »

Pour Mari Carmen Rodriguez, une telle humanisation face à la souffrance de l’autre ne peut rimer avec un discours propagandiste.

Les auteurs insistent toutefois sur la nature journalistique et non historiographique de leur démarche. « Pour nous, il s’agissait avant tout de sauver ces souvenirs avant que les témoins ne disparaissent », précise Huyen.

Jean-Pierre Rioux confirme :

« Ces témoignages constituent un matériau fabuleux sur lequel travailler. C’est le début de la parole libérée. Mais pour que ce travail puisse être traité de manière historique, il faut pouvoir accéder aux archives, ce qui n’est pour l’instant pas possible du côté vietnamien.

Or tant que l’histoire officielle prédomine, cela restera difficile. Ce problème n’est d’ailleurs pas spécifique à la guerre d’Indochine, il existe aussi en Algérie. »

Quoiqu’il en soit, la roue tourne aussi au Vietnam. Depuis que le recueil est paru dans le pays de Ho Chi Minh, nombre de journalistes sur place ont poursuivi l’enquête pour le compte de leur média.Tuë se réjouit :

« Ils s’intéressent maintenant plus aux individus qui ont fait l’histoire, au lieu de se contenter des quelques héros mis en avant par les autorités. C’est très encourageant. »

Source : Rue89

Journal d’un combattant Viêt Minh

[ndlr] La parution en 2011 du carnet de guerre à Dien Bien Phu de Pham Thanh Tâm et du recueil de témoignages Dien Bien Phu vu d’en face (2010) nous donne l’occasion de redécouvrir le Journal d’un combattant Viêt Minh de Ngo Van Chieu, paru en 1955, « traduit et adapté » par Jacques Despuech.

Ngo Van Chieu, officier Viêt Minh, membre de la Délégation de la République Démocratique du Viêt Nam à la Conférence de Genève de juillet 1954, remet à Despuech une « masse de documents, carnets, feuilles éparses, mal tenus, couverts de boue et de sueur, qu’il traînait avec lui et où il avait noté ses impressions de route » (p. 7) qui a servi à l’élaboration de l’ouvrage.

L’historien Alain Ruscio avait fait une présentation succincte de ce journal dans La guerre “française” d’Indochine (1945-1954). Les sources de la connaissance que nous reproduisons ci-dessous.

Ngo Van Chieu, Journal d’un combattant Viêt Minh, Paris, Editions du Seuil, 1955.

Document recueilli et traduit par Jacques Despuech.

En 1954, durant la Conférence de Genève, Jacques Despuech fait la connaissance de Ngo Van Chieu, délégué de la RDVN. Les deux hommes sympathisent. Le Vietnamien sort un jour de ces dossiers un vieux cahier et le confie au journaliste. C’est de document que Despuech publie un an plus tard. Cette présentation, faite par Despuech lui-même dans la préface, incite à la méfiance, reconnaissons-le. Cependant, à la lecture, la possibilité (la probabilité ?) d’avoir affaire à un document authentique s’impose. Les situations sont vraisemblables, la chronologie est respectée, le ton général est bien celui d’un journal personnel.

L’ouvrage commence en 1941. L’auteur, né dans une famille catholique, s’intéresse à la vie politique internationale. La défaite française lui paraît « incompréhensible » (p. 19). De même pour les divers renoncements français, en Indochine, devant les exigences japonaises. Les Japonais ne sont d’ailleurs pas populaires auprès des Vietnamiens. Survient le 9 mars 1945. La vie politique vietnamienne connaît une certaine effervescence. Dans la rue, les gens parlent beaucoup. Durant l’été apparaissent les premiers orateurs Viêt Minh. Bonne description de l’exaltation nationaliste et révolutionnaire des journées d’août 1945 (p. 22 et suiv.), puis de la journée de la proclamation de l’Indépendance (p. 40 et suiv.). Chieu adhère au Viet Minh. Muté  dans la province de Vinh, il y connaît ses premiers affrontements avec le Corps expéditionnaire. Il signale la présence de militaires japonais, peu nombreux. Par contre, de nombreux miliciens vietnamiens formés par les Japonais intègrent alors le Viêt Minh. Retour à Hanoi. Description de l’état d’esprit de la population lors des Accords du 6 mars, puis du retour des Français (pp. 67 et suiv.). Les incidents commencent, puis se multiplient. Bonne description de l’état d’esprit des militants Viêt Minh de base, fait de confiance en Hô Chi Minh et de mécontentement face aux empiètements français. L’auteur reconnaît qu’il y a eu divergence de vues entre les politiques et les miliciens Tu Ve. Dénonciation de la surenchère des nationalistes. La préparation militaire s’intensifie. Les militaires Viêt Minh reçoivent « fin octobre » l’ordre de se tenir prêts à toute éventualité (p. 102). Concernant l’affaire de Hanoi en décembre, Chieu estime que les Français sont seuls responsables.

Le récit s’interrompt à ce moment [décembre 1946] pour reprendre en octobre 1950. Récit des premiers combats de la bataille des frontières puis de la bataille elle-même (pp. 125 et suiv.). Excellentes pages sur l’imbrication du militaire et du politique, la répartition des tâches entre le commandant militaire et le commissaire politique, les séances de critiques et d’autocritiques… Chieu reconnaît qu’après la bataille des frontières, les combattants pensaient arriver très vite à Hanoi (pp. 140 et suiv.) mais le combat se durcit. L’apparition du napalm, par exemple, suscite l’effroi des combattants. Même les plus aguerris sont terrifiés (pp. 147 et suiv.). Chieu est alors blessé. Il est affecté à l’éducation politique des prisonniers du Corps expéditionnaire. Il qualifie la volonté de convaincre ceux-ci de « naïve » (p. 183). De retour au front, il y est de nouveau blessé.

Alain Ruscio

 

Réf. : Alain Ruscio (dir.), La guerre “française” d’Indochine (1945-1954). Les sources de la connaissance, Paris, Les Indes Savantes, 2002, pp. 682-683.

Carnet de guerre d’un jeune Viêt-Minh à Diên Biên Phu

CR de lecture par Matthieu Boisdron.

Ce « carnet de guerre d’un jeune Viêt-minh à Diên Biên Phu », récemment découvert par une journaliste américaine, s’avère particulièrement intéressant à plusieurs titres. Né en 1933 à Haiphong, Pham Thanh Tâm, de parents ouvriers, a bénéficié du système éducatif installé par le colon avant d’adhérer à la Ligue pour l’indépendance du Viêtnam (ou Viêt-minh) fondée par Hô Chi Minh en 1941. Durablement marqué par la grande famine de 1944/45 – due aux Japonais qui ont réquisitionné le riz pour nourrir leur armée avec le concours de l’administration coloniale française – l’auteur s’engage très jeune, dès l’âge de 15 ans, dans la lutte pour l’indépendance de son pays dès lors que sa ville est violemment bombardée par la Marine française le 23 novembre 1945, quelques mois seulement après le retour de la puissance coloniale.

Outre le cheminement d’un jeune garçon éduqué issu d’un milieu populaire vers la cause indépendantiste et, concomitamment, le communisme, ce livre révèle la très forte imprégnation idéologique et la solide éducation politique des combattants du Viêt-minh. Les pages de ce texte, fidèles à l’orthodoxie communiste, peuvent au premier abord apparaître comme un simple travail de propagande. Il n’en est pourtant rien. Pham Thanh Tâm ne cherche à aucun moment à s’affranchir de la vision anti-impérialiste et sacrificielle développée par ses chefs. Comme le note Stéphane Audoin-Rouzeau dans sa préface, « il est lui-même un instrument docile de cette propagande ». Mieux, ce carnet « nullement écrit en vue d’une publication quelconque […] dit l’adéquation parfaite de l’auteur […] avec la façon dont le Viêt-minh pensait la guerre ».

Surtout, si la célèbre bataille de Diên Biên Phu a laissé de nombreux témoignages du côté français, les témoignages écrits sur le vif au moment des combats par des témoins Viêt-minh sont extrêmement rares. Pham Thanh Tâm, journaliste à la division d’artillerie de l’armée populaire, bénéficiait là d’une position privilégiée au moment de la grande offensive contre la forteresse française. Ses descriptions des combats, de la vie des soldats ou encore des opérations militaires sont particulièrement circonstanciées et riches d’enseignements. Enfin, maniant aussi bien le crayon que la plume, l’auteur a laissé – outre ses carnets – de nombreux croquis, dessins ou aquarelles. Une grande partie d’entre eux est présentée dans ce livre bien réalisé et très agréable à feuilleter, et viennent émailler la lecture au fil des pages.

Matthieu Boisdron

Source : Histobibio.com

Lire l’avant-propos de Jessica-Harrison-Hall – Armand Colin : pdf

Autres CR de lecture dans la presse :

Viêt Nam : L’Etat-Parti en débat sur H-Diplo

Pour faire suite à la publication du riche débat sur H-Diplo au sujet de l’ouvrage de Christopher E. Goscha, nous reprenons la discussion engagée hier. Nous ne reviendrons pas en détail ici sur les commentaires des chercheurs américains, par ailleurs tous mesurés et dûment argumentés, pour reprendre la discussion avec nos collègues et amis Philippe Papin et Christopher E. Goscha sur quelques points qui nous paraissent mériter une réflexion aussi sommaire soit-elle.

Le premier point concerne la question des sources. Dans son chapitre sur la santé, tout à fait inédit pour la recherche sur cette guerre, Christopher Goscha s’appuie sur une source vietnamienne qui peut-être avec emphase refait l’histoire du service de santé du Viêt-Minh. Source non recevable en tant que telle selon Philippe Papin qui, dans un style glaçant, conteste les chiffres du chapitre V de cet ouvrage. Cette joute orale auquel Goscha a répondu avec beaucoup de modestie m’a interpellé et je me suis posé une question sur la validité de cette source comme tout historien de base. Sur les textes édités en RSVN dans les années 1990, il y aurait sans doute beaucoup à dire et à critiquer et il y a sûrement un peu d’emphase dans les reconstructions d’après-guerre qui, souvent, ne citent pas leurs sources.

Cependant, on ne peut écarter l’idée que des rédacteurs consciencieux se soient souciés de donner des informations chiffrées fiables qu’ils ont peut-être d’ailleurs extraites eux-mêmes des archives publiques ou privées. Donc la question des données chiffrées est délicate et impossible à trancher en l’état tant que les archives ne seront pas largement ouvertes aux chercheurs vietnamiens ou étrangers. A priori un ouvrage publié en 1995, en pleine vague de rédaction de nouveaux mémoires sur la guerre, me donne le sentiment qu’il ne peut pas être totalement trafiqué. Le Viêt-Nam sous l’impulsion du Doi Moi (le Renouveau) et marqué par la fin des conflits régionaux veut parler plus franchement de la guerre. Seule l’ouverture des archives confirmera ou non cette tendance à l’emphase.

La question des sources est bien entendu cruciale et Goscha souligne bien le déficit de certaines sources. Malgré ce fait, les fonds archivistiques incroyables que l’on possède en France sur le Viêt-Minh et notamment les pièces Viêt-Minh saisies en opération, recoupées avec les sources vietnamiennes de seconde main, donnent au chercheur une connaissance assez convaincante de l’état de la question. Autre fait singulier, beaucoup de chercheurs vietnamiens (RSVN) se rendent aux Archives nationales d’Outre-mer à Aix pour consulter les documents auxquels ils n’ont pas accès dans leur propre pays afin d’écrire sur leur propre histoire, ceci donc à partir des archives françaises très riches de la colonisation. Les premiers visiteurs étrangers des ANOM sont des Vietnamiens.

Le second point plus lourd est une charge contre la problématique défendue par Goscha et explicitement exposée dans le sous-titre de son ouvrage. La RDVN fut-elle un Etat né de la guerre ? Grandi dans la guerre, consolidé par la guerre, construit par la guerre, imposé par la guerre et marqué par la guerre… Goscha le démontre dans ces dix chapitres thématiques. Papin conteste cette assertion argumentée pour mettre en avant ce qu’il pense en fin connaisseur de cette société qu’il a connu pendant plus de dix ans à la tête de l’EFEO (Ecole Française d’Extrême-Orient). La joute reprend de plus belle entre le « skeleton state » (l’Etat squelettique) structure chétive inventée et placée sous le contrôle ardu du Parti et le propos plus bigarré de Goscha qui argumente sur la faiblesse des communistes vietnamiens qui n’ont eu de cesse de s’appuyer sur les structures survivantes de l’Etat colonial et de l’Etat confucéen (même si ce dernier point ne me semble pas assez développé). Plutôt que d’examiner en détail ce lien si particulier entre guerre et avènement étatique défendu par Goscha, Papin insiste sur sa propre conception de l’Etat-Parti, un « parti créé avant l’Etat, un parti faiseur d’Etat, un parti dissimulé derrière l’Etat pendant la guerre ».[1] Le débat est stimulant mais le problème est que le contradicteur n’explique pas vraiment s’il approuve l’argument du lien Parti-Etat et de sa nature au fil des 9 années de guerre défendu par Goscha et plus gênant il ne donne pas non plus de références précises pour étayer son propre raisonnement. Il et vrai que Philippe Papin, de par son expérience très empirique du Viêt-Nam, a peut-être eu des informations orales solides sur le sujet. Cependant, la déconstruction d’une problématique ne peut faire l’impasse sur les sources sur lesquelles on s’appuie.

Ce débat m’a pour le coup stimulé et mon sentiment est que l’on ne peut pas passer sous silence l’influence française gouvernementale (ce qui apparaît bien dans l’ouvrage) tout comme le substrat confucéen bureaucratique.[2] En 1945, le parti s’est greffé sur quelque chose d’existant, une bureaucratie conquise par l’idée d’indépendance nationale, mais il a en quelque sorte étouffé l’Etat pendant les années 1950. C’est sans doute au sortir de la première guerre d’Indochine en 1954 que le « jeu » parti-Etat a débuté, un jeu que l’anthropologue John Kleinen décrivait comme une « comédie » pour exprimer le caractère fusionnel actuel des deux entités.[3] A la lecture de ce H-Diplo, on peut considérer que le Parti s’est transformé en un Etat dans l’Etat pour mieux contrôler cet Etat fébrile qui paradoxalement, a permis aux communistes vietnamiens d’accéder au pouvoir en août 1945 et de les assister dans la fondation de la RDVN le 2 septembre 1945.[4] Une étude fine sur le “fonctionnariat” telle que celle menée par Emmanuel Poisson sur le mandarinat tonkinois à l’épreuve de la colonisation pourrait éclairer ce point de vue.[5] Un Parti-Etat logé au sein de l’Etat traditionnel, la chose n’est pas si absurde.

Pour conclure :

Au fil de leurs commentaires, les chercheurs américains ont formulé deux souhaits : placer au sein de l’ouvrage un chapitre sur l’économie et prendre toute la mesure (peut-être dans une dimension comparatiste) de l’avènement de l’Etat national de Bao Dai. Sur le premier point, il faut relire la thèse de Goscha soutenue en 2000 sous la direction de Nguyen The Anh puisqu’elle s’attarde sur la dimension économique avec soin et l’auteur admet qu’un tel chapitre aurait renforcé son argument.[6] Sur le second point, cela nécessiterait ni plus ni moins un autre ouvrage car l’histoire des concurrents du Viêt-Minh reste encore largement méconnue. Pour finir sur cette courte intervention, il faut remercier H-Diplo pour cette série de commentaires éclairants (52 pages) ainsi que tous les chercheurs américains et français pour avoir jouer le jeu du débat sans langue de bois. Ils ouvrent ainsi la voie à d’autres recherches, d’autres pistes qui enrichiront les études sur l’Etat-parti vietnamien, sur son existence tumultueuse et permettent d’ores et déjà de réfléchir sur son devenir.

FG


[1] “The Party came before the State, the Party made the State and hid behind it during the war”. Voir H-Diplo Roundtable Review, Vol. XIV, No. 1 (2012), p. 32.

[2] Voir en particulier l’analyse de Nguyen The Anh sur le rapport entre communisme et confucianisme : « Le Viêt Nam entre confucianisme et modernité », in Nguyen The Anh, Parcours d’un historien du Viêt Nam, Paris, les Indes Savantes, 2008, pp. 854-866

[3] Cf. John Kleinen, « La comédie de l’État-parti. Le Viêt Nam depuis la réunification », Raisons politiques 3/2001 (no 3), p. 37-54. Article en ligne : www.cairn.info/revue-raisons-politiques-2001-3-page-37.htm

[4] Sur les années cinquante, on relira avec intérêt l’étude fouillée de Bertrand de Harthing, Entre le peuple et la nation. La République Démocratique du Viêt Nam de 1953 à 1957, Paris, EFEO, Monographies n° 189, 2003.

[5] Emmanuel Poisson, Mandarins et subalternes au nord du Viêt Nam. Une bureaucratie à l’épreuve (1820-1918), Paris, Maisonneuve & Larose, 2004.

[6] Voir en particulier le chapitre 1 de la quatrième partie de sa thèse : “La Chine du Sud et les réseaux commerciaux non-communistes de la RDVN (1945-1950)”, pp. 628-656 (Christopher E. Goscha, Le contexte asiatique de la guerre franco-vietnamienne. Réseaux, relations et économie, EPHE, IV section, Sciences historiques et philologiques, thèse de doctorat d’Histoire sous la direction du Professeur Nguyen The Anh, 2000, 2 tomes).

Voir aussi notre précédent billet :

“Vietnam – Un Etat né de la guerre” de Christopher E. Goscha – par Denis Leroux

Vietnam – Un Etat né de la guerre 1945-1954 de Christopher E. Goscha

CR de lecture par Denis Leroux

La guerre d’Indochine est indéniablement un des enfants pauvres de l’historiographie française des guerres contemporaines. Si Michel Bodin est parvenu à écrire une histoire sociale du corps expéditionnaire ou Alain Ruscio à détailler les relations complexes qui lient les communistes français aux évènements d’Extrême-Orient, les publications consacrées à ce conflit oscillent souvent entre la littérature de vétérans et une histoire politique dépassant rarement l’étude de ses principaux acteurs et de la chronologie des affrontements. Comment s’étonner alors de l’absence de travaux portant sur le Viet Minh et la république démocratique du Vietnam, l’ennemi qu’affronta alors l’armée française ?

Lire la suite sur D’une guerre à l’autre