Archives par mot-clé : Etats-Unis

Le Ly Hayslip : Entre Ciel et Terre – par Hélène Lê

S’il est un seul bouquin à recommander aux générations qui par chance ne vécurent pas la Guerre du Vietnam, il s’agit bien d’Entre le Ciel et la Terre (When Heaven and Earth change places : A Vietnamese Woman’s Journey from War to Peace).

Le Ly Hayslip, à l’aide de Jay Wurts, y conte son parcours de simple paysanne vietnamienne, tour à tour enfant, soldate, amante. Edité en 1998, le texte n’a pas perdu de sa force et s’ancre plus que jamais dans l’actualité. Le destin de cette grande dame qui inspira Oliver Stone, pour un troisième film consacré à la guerre du Vietnam (Entre Ciel et Terre, 1993), fascine par la compassion qui s’en dégage.

Parce qu’il est un témoignage de femme – un des seuls qu’il soit possible de trouver en librairie -, cet ouvrage autobiographique est dénué d’une violence cliché que l’on associe à la Guerre du Vietnam, nombre de films cultes aidant. Le Ly Hayslip ouvre les portes d’un dialogue en vu d’une compréhension, dont le manque engendra la haine sous ses yeux d’enfant, d’adolescente puis de femme. Pour la première fois, une Vietnamienne tente de saisir à l’aide des enseignements bouddhistes reçus de son père, le mécanisme complexe de la violence, omniprésent dans son existence. Dire qu’elle y parvient lui volerait de son crédit et pourtant… Au fil des pages, pardonner et aimer ses propres bourreaux devient possible, à l’instar de ce qu’elle fit.

S’il n’y avait pas eu son désir de paix, qui aurait braqué les projecteurs sur de simples paysans, acteurs obligés de cette guerre ? Du côté américain, les hommages aux soldats vétérans ne font pas défaut. A tel point qu’il n’est plus un seul Américain qui ne sache les séquelles psychologiques liées aux multiples massacres perpétrés au Vietnam.
En revanche, on néglige par manque de matière les dommages collatéraux qu’elle causa chez toute une génération de paysans vietnamiens enrôlés dans un idéal de patriotisme instrumentalisé. Le Ly Hayslip rétablit cet oubli à travers une réflexion sur le concept de bonheur chez les Vietnamiens, intelligemment confronté à celui de ses compatriotes d’adoption américains.

A l’adresse des Vietnamiens qui ont fui le pays suite à la guerre, Le Ly Hayslip offre un hommage symbolique à ceux qui comme elle, demeurent entre ciel et terre. Mais bien au delà d’une simple leçon d’amour, il s’agit d’un puissant message universel de tolérance et de paix. La seule arme qui vaille véritablement la peine d’être dégainée.

Hélène Le

A lire !
Hayslip Le Ly, When Heaven and Earth change places : A Vietnamese Woman’s journey from War to Peace, 1989.

Hayslip Le Ly, Child of War, Woman of Peace, 1993.

Réf. : Le Ly Hayslip (avec Jay Wurst), Entre le ciel et la terre, Paris : Editions du Seuil, 1993.

Source : Buddha Channel TV

* * *

« En 1986, citoyenne des Etats-Unis après avoir vécu seize ans en Amérique, je suis retourné au Vietnam. Je voulais savoir ce qu’étaient devenus ma famille, mon village, mon peuple et l’homme que j’avais aimé et qui m’avait donné mon premier fils. Je suis partie avec beaucoup de souvenirs et de nombreuses questions. Ce livre est l’histoire de ce dont je me souviens et de ce que j’ai découvert. »

Phung Thi Le Ly Hayslip

San Diego, Californie, 1989

Duong Thu Huong: Le vol noir des corbeaux [1999]

Crow par Smabs Sputzer (Flickr)

[Note d’Églises d’Asie, Bulletin EDA n° 293, 16-09-1999] – Ce texte traduit du vietnamien par Nguyên Huu Tân Duc est paru dans la revue « Tin Nhà », numéro de septembre 1999. Il a pour auteur une des jeunes écrivains les plus célèbres du Vietnam d’aujourd’hui, Mme Duong Thu Huong. Sa réputation dépasse largement les frontières de son pays puisque de nombreuses de ses ouvres sont traduites en français, dont les deux plus célèbres sont « Les paradis aveugles » et « Histoire d’amour racontée avant l’aube. Elle a reçu du ministre de la Culture français l’insigne de chevalier des arts et des lettres en 1994, lors d’un voyage en France. Récemment un de ses romans traduits en français, « Au-delà des illusions » a fait partie de la sélection du Prix Femina étranger. Montée au front à l’âge de vingt ans, membre du Parti communiste, elle a participé du côté des troupes communistes à la guerre opposant le Nord et le Sud. C’est au début des années 1990 qu’elle a manifesté ouvertement sa dissidence aussi bien dans son ouvre romanesque que par de violents pamphlets relevant le caractère despotique du pouvoir exercé par le Parti communiste et prenant position pour la démocratie et les droits de l’homme. Elle fut rapidement exclue du Parti. Arrêtée le 14 avril 1991, elle fut libérée au bout de neuf mois grâce à la pression internationale. Le texte traduit ci-dessous, diffusé cette année dans la diaspora vietnamienne, dresse le portrait pessimiste d’une société qui, selon l’analyse de la romancière, n’est pas encore sortie de la guerre.

 

Duong Thu Huong : Le vol noir des corbeaux

De la guerre, le poète chinois avait écrit jadis : « Là où les chevaux de guerre ont passé, dix ans après l’herbe n’a pas repoussé et le vent porte encore l’odeur du sang. » L’inspiration des anciens était poignante mais comme retenue, terrifiante mais encore indistincte. En ce temps-là, il n’y avait ni bombes atomiques ou thermonucléaires, ni armes chimiques ou biologiques, ni toutes ces arrière-pensées et ces intentions inavouées derrière chaque conflit. Les hommes de ce temps aimaient la discrétion et la sobriété, aussi la souffrance, même décrite de façon pathétique, restait-elle voilée derrière un halo de beautés conventionnelles et intemporelles : la solitude, les cadavres enveloppés dans la peau des chevaux, les ossements se desséchant dans le sable et la poussière, le vent glacé, la neige qui tombe, et une lancinante nostalgie.

Les siècles ont passé, l’habit a changé, et avec lui, les mentalités. L’homme a osé se débarrasser de vêtures de toutes sortes pour contempler ses propres souffrances et, en même temps, regarder hardiment son propre corps. Aussi la littérature est-elle aujourd’hui moins pathétique et moins romantique que jadis, mais elle a gagné en sincérité et en cruauté. Parlant de la guerre, on ne se contente plus de pleurer sur le sort des orphelins errant sur les routes, des lavandières attendant au bord de la rivière le retour de leurs maris ; on s’est aventuré jusqu’au fin fond de la jungle pour y trouver, parquées en victimes propitiatoires, des régiments entiers de femelles soldates, le cheveu hirsute, le teint verdâtre, en proie aux désordres physiologiques chroniques et aux crises de folie collectives, aspirant après un horizon de douceur introuvable. Après la guerre, la littérature avait suivi ces dizaines de milliers de vieilles filles massées dans des camps de travail forestiers ou agraires désolés, où misère et tristesse ont fait perdre la raison à ces malheureuses qui n’avaient d’autre désir que de voir surgir, à l’improviste, un mâle, peu importe qu’il soit bandit de grand chemin, marchand ambulant ou criminel chassé de la ville et de la campagne, dans le seul espoir d’être violées par lui, et à l’issue de cet accouplement-éclair, de tomber enceintes…

Mais en dépit de tous ses efforts, la littérature est incapable de soutenir le poids de la souffrance humaine, une souffrance qui s’étale nue au soleil comme dans l’obscurité de la nuit. Nul écrivain n’est capable d’entrer dans la peau de ces dizaines de milliers d’enfants vagabonds qui mendient leur humble ration de riz quotidienne dans les orphelinats. Aucune personnalité engagée dans quelque ouvre humanitaire n’a assez de courage et de patience pour aller à la rencontre de ces milliers d’enfants malformés, ces petits monstres condamnés dès leur naissance à ne jamais connaître la condition humaine et qui ne survivent que comme des morceaux de chair impotents, confinés dans des chambres sans lumière pour échapper à la curiosité des voisins, entourés de la seule honte de leurs parents. Selon l’enquête la plus récente, la province de Thai Binh tient le triste record national du nombre d’enfants malformés issus de parents anciens combattants, victimes d’émanations toxiques de l’ « agent Orange ». Pourtant, ces enfants difformes peuvent toujours être vus par le monde extérieur et, en cas de besoin, exhibés dans les salles d’exposition des crimes de guerre…

Toutefois la guerre n’a pas fait que semer des souffrances visibles à l’œil nu, des crimes susceptibles d’être recensés et exposés. Elle recèle aussi d’autres dimensions de la souffrance. Et ce sont précisément ces dimensions-là qui représentent les pertes les plus terribles, celles qui sapent les fondements moraux de l’humanité en général et de chaque peuple en particulier. Si le bonheur est ressenti différemment d’un peuple à l’autre, il en va de même de la souffrance. Ainsi les traces laissées par la guerre diffèrent-elles d’un pays à l’autre. Lors de la Seconde Guerre mondiale, Ilya Ehrenbourg avait écrit : « Lorsque tombe le soir, on n’entend plus le son du piano sous les fenêtres. L’Europe s’est appauvrie. » Je ne sais pourquoi cette phrase ne cesse de me hanter depuis mon enfance. Ces dernières années, ayant l’occasion de traverser quelques villes d’Europe, en regardant les fenêtres des immeubles le long des rues, j’ai soudain compris pourquoi cette phrase banale m’avait poursuivie pendant presque un demi-siècle : c’est qu’elle décrivait la guerre survenue dans d’autres contrées, engendrant d’autres dévastations et affectant le sort d’autres hommes. Elle ne concerne nullement ce qui se passe ici, dans mon pays, le Vietnam, terre de paysans à la peine, où la civilisation urbaine est tout juste naissante, où la nostalgie des rizières continue de hanter et de submerger l’âme des citadins, où résonne encore sous la lune bucolique la plainte langoureuse du monocorde ou le lamento morose de la vielle.

En terre d’Europe, les institutions démocratiques ont été mises en place et consolidées au cours des siècles pour former un soubassement solide. Quels que soient les ravages causés par la guerre, les atrocités perpétrées par les SS par exemple dans les camps de concentration et les usines de transformation de la chair humaine qui poussaient comme des champignons, une fois les fours crématoires éteints, les criminels de guerre condamnés ou en fuite, les bombes réduites au silence, la société a retrouvé la paix et l’homme la possibilité de reconstruire la vie. Les institutions d’une société civilisée ressemblent aux marches d’un escalier qui permettent aux hommes de monter à la recherche de la maison du bonheur, même si le bonheur n’est pas également partagé entre tous les hommes de par le monde. Le souvenir de leurs souffrances, que les citoyens d’Europe gardent au fond de leur âme, les a rendus plus mûrs, plus vigilants devant la résurgence de manifestations pathologiques venant de politiciens des extrêmes (gauche aussi bien que droite), d’organisations néo-fascistes ou de groupuscules néo-terroristes. Ainsi, la conscience civique progresse, les droits civiques sont mis à profit au maximum et de façon positive. Ainsi, dès que les canons se taisent, arrive la colombe avec sa branche d’olivier – symbole tout à fait représentatif de la tradition occidentale, image qui ne brille pas par son romantisme mais dont la valeur réside dans sa vérité et sa permanence dans le temps. Dix ans après la guerre, vers les années 1955-56, on organisait déjà des concours de violon et de piano. L’Europe revit. Et le soir, on entend de nouveau le son du piano résonner derrière les fenêtres.

Dans notre pays, vingt-cinq années après le conflit, le son du piano ne sort toujours pas des fenêtres, alors que le peuple balbutie timidement les leçons de démocratie élémentaire au milieu de mille tracasseries et détresses. Ici, la guerre a fait résonner d’autres échos. Elle n’a pas rendu les citoyens plus mûrs ni plus sages, ne les a pas incités à exercer hardiment leurs droits civiques. Au contraire, elle a rendu la masse plus veule et plus accommodante pour accepter les humiliations et baisser la tête devant les forfaits.

Dans la tragique histoire du peuple vietnamien, les guerres désastreuses sont légion. Elles ont épuisé la quasi-totalité du capital courage de ce peuple. Le courage, comme toute autre qualité morale, n’est pas un potentiel illimité. Il n’est pas comme le riz dans la marmite de Thach Sanh, ne se reproduit pas indéfiniment comme les algues ou les protoplasmes. Comme le portefeuille gonflé de billets, il n’est pas sans fond. Ce courage a été mobilisé jusqu’à ses dernières ressources lors des cataclysmes qui ont frappé le pays, et une fois sorti de ces épreuves, l’homme baisse la tête et accepte facilement n’importe quelle condition pour survivre. Dans la plus extrême misère, il se consolera toujours : ça vaut mieux que de vivre sous les bombes, et dans la plus flagrante humiliation : c’est encore pire de mourir. L’habitude contractée dans la guerre qui consiste à mépriser la vie humaine a exacerbé l’instinct criminel chez une minorité, alors qu’elle a renforcé la patience et la résignation de la masse. Ce qui explique la perplexité de maints vietnamologues devant ce paradoxe : comment un peuple si brave dans la guerre peut-il être si veule en temps de paix ? A mon avis, il n’y a pas de quoi s’étonner. Là où les institutions démocratiques ne sont pas encore bien assises, où les hommes ne sont pas conscients de leur droit de vivre en tant qu’hommes, n’importe quel brave soldat peut faire un citoyen abruti et lâche.

Ne vous attendez pas encore à entendre le son du piano, il n’y a que la plainte du monocorde ou le lamento de la vielle – une musique faite pour consoler des âmes niaises, qui ressassent les souvenirs de splendeurs et d’horizons depuis longtemps disparus, de ces horizons chimériques dont les pâles reflets les aident à oublier l’amertume de leur vie réelle.

Nul besoin d’être grand clerc pour deviner que ceux qui détiennent le pouvoir à la fois baignent dans cette mentalité et en profitent systématiquement. Autrement dit, ce pouvoir subsiste en s’abritant derrière le fantôme de la guerre, et en même temps les tenants de ce même pouvoir profitent de l’existence de ce fantôme tout en le fuyant. Encore un de ces paradoxes difficiles à comprendre ? Non, la vie en fait n’en recèle pas tant. Car autant le souvenir de la guerre sème de germes de faiblesse et de résignation dans l’esprit de la masse exclue du pouvoir, autant il aiguise la soif de jouissance chez ceux qui le détiennent : toujours plus, encore et encore. Une soif d’argent, digne de l’époque du pré-capitalisme occidental, est en train de se répandre dans cette pauvre terre d’Indochine, après une longue guerre dévastatrice menée par des dirigeants dont la majorité gardent, vissés dans leur cervelle, les dogmes du communisme totalitaire alors que, dans leurs veines, coule le sang de petits tyrans ruraux. Les dieux ne sont plus. La boîte de Pandore s’est ouverte, d’où s’échappent une bande de démons rapaces. Ne reste que le reflet falot d’un horizon lointain derrière lequel luit le canon du fusil.

Car c’est sur le canon du fusil qu’est assis le pouvoir. Là est le principe immuable de cet État : il ne faut jamais l’oublier. Les anciens combattants qui ont mené la révolte paysanne de Thai Binh sont morts les uns après les autres dans l’obscurité et le silence. Ils sont morts sans laisser de traces, oubliés par les médias, abandonnés par les reporters étrangers dont les caméras se tournaient déjà vers d’autres objectifs. Qui pouvait entendre leurs cris d’agonie dans les camps isolés et dispersés, où on les parquait au milieu de criminels de droit commun, de bandits de grand chemin et de tueurs à gages ! Il y a cent différentes façons de mourir, et toutes ont été englouties sous les vivats qui s’élevaient des chantiers le jour d’inauguration, sous les bruyants flonflons qui accueillaient des délégations d’hommes d’affaires accourant de Corée du Sud, du Japon, de Hong-kong, d’Australie et de France.

Les anciens combattants de Thai Binh – province qui compte le plus grand nombre de ‘héros morts pour la Patrie’ et en même temps le plus grand nombre d’enfants malformés de tout le pays – ont été des boucs émissaires de choix de la dernière guerre. Ils pensaient sûrement que ce gouvernement était leur gouvernement. Ce qui leur restait encore de courage après les combats les a poussé à agir. Ils s’imaginaient que le sang qu’ils avaient versé avec leurs frères d’armes pendant plus de trois mille jours sous les bombes, leur garantissait le droit de parler pour réclamer la justice. Dans leur mémoire de gens simples, flottait la vague et douce illusion que ceux qui détiennent le pouvoir furent leurs compagnons, leurs chefs de groupe avec qui ils avaient partagé la vie dans la jungle de Truong Sôn pendant toute la durée de l’héroïque guerre anti-américaine. Pauvres anciens combattants de Thai Binh, qui semblaient avoir ignoré ce mot fameux : « La révolution finit toujours par manger ses propres enfants. » ! Le mirage de Truong Sôn les a finalement conduits vers une mort sans gloire dans des camps implacables et sans nom.

Le Vietnam ne connaît pas de Tian An Men. Le grand art de nos dirigeants consiste à laisser macérer des ‘tian an men’ dans le formol du silence et de l’oubli, de les déchirer en mille lambeaux que le vent disperse dans le néant. Sur ce point, les dirigeants chinois feraient mieux de venir prendre des leçons chez leurs homologues du Sud. Les fantômes des anciens combattants de Thai Binh continuent de me hanter : sont-ils encore à rôder dans la plaine, ou déjà retournés dans la jungle obscure de Truong Son pour y retrouver les doux souvenirs des jours anciens ?

Nos ancêtres aimaient à dire : « Lingot d’or se perd, motte de terre perdure. » Si l’ancien dicton s’avère exact, alors la guerre a emporté les meilleurs, les plus braves et les plus loyaux d’entre nous, épargnant ceux dont la sagesse consiste à louvoyer, les opportunistes, ceux qui se tapissent dans l’ombre des allées du pouvoir, les forts en gueule prodigues en gesticulations et pantalonnades, toujours prompts à s’esquiver devant les dangers et les sacrifices. Reste-t-il encore quelque conscience en ces âmes? Et quelle conscience peut-on encore trouver dans ces gangs de contrebandiers d’Etat, ces repaires de voleurs du Parti unique, ces bandes de fils d’apparatchik qui prennent régulièrement l’avion de Hongkong pour aller s’amuser dans les bordels et brûler des dollars par centaines de milliers dans des salles de jeu ?

Là où la lumière n’est plus, l’obscurité se répand. Là où la noblesse a disparu, le cynisme et la bassesse triomphent. Le moteur de toute action politique ou de tout comportement n’est plus l’amour de la patrie mais la cupidité et l’intérêt égoïstes. La logique du profit prime celle de la raison et de la vertu. Pour servir les intérêts personnels, on érige le passé comme un temple qui, pour avoir été quelque peu désacralisé, n’en reste pas moins fascinant et enchanteur pour les âmes naïves et timorées. Et le pouvoir qui a été installé sur le canon du fusil reste toujours un bourreau avec la hache à la main, prêt à trancher net le cou à tous ceux qui, soit par révolte soit par curiosité, veulent soulever le voile du sérail pour voir comment les ‘voleurs de jour’ [1] que sont les nouveaux mandarins s’y partagent le gâteau.

Parmi les rumeurs et chuchotements circulant au sein de la population, on entend souvent cette devinette : combien de milliards de dollars la mafia vietnamienne a-t-elle subtilisés au peuple et mis à l’ombre dans les banques en Suisse, à Bangkok ou à Singapour ? Et cette phrase que chacun a sur le bout de la langue : si un gouvernement Aquino s’installe ici et procède à un inventaire, on peut se demander si la fortune des roitelets et barons d’Annam de tout poil dépasse ou non celle du couple Marcos. Mais ces propos chuchotés dans l’ombre ne sont qu’une façon pour le peuple de se défouler ; ce qui domine la surface du fleuve de la vie est toujours le tonitruant monologue, inlassable et sans vergogne, du Parti au pouvoir.

Tout récemment, des articles de presse ont été publiés en protestation contre la politique de l’OTAN, dont le chef de file est évidemment l’Amérique. Des meetings ont été organisés en grande pompe pour susciter la haine et appeler la population à la lutte. J’ai appris qu’en ces occasions, des écrivains vietnamiens ont fait preuve d’une belle ardeur et d’un enthousiasme tapageur, certains s’étant même fait inscrire sur la liste des volontaires pour aller sur le terrain afin d’écrire des articles anti-OTAN. Quelle intrépidité, qui mérite hommage et citation ! Mais je ne comprends pas pourquoi ces écrivains ne se sont pas portés volontaires pour aller voir plutôt ce qui se passe chez nous, là-haut, en amont de la rivière Mong Cai, avant de partir se battre contre l’OTAN en Yougoslavie !

Car c’est là que nos frères aînés chinois sont en train de construire des barrages qui ont pour effet de modifier gravement l’écologie de la région du Viêt Bac, faisant perdre à des millions de nos compatriotes leurs moyens de subsistance et les réduisant à brève échéance à la misère. Nos écrivains ne savent-ils pas la vérité ou, la sachant, font-ils la sourde oreille ? La solidarité de l’internationalisme prolétarien d’antan pèse-t-elle si lourd dans leur conscience qu’ils doivent fermer les yeux et se boucher les oreilles, ou bien les reflets des bougies slaves et les chants polyphoniques orthodoxes les fascinent-ils davantage que les souffrances déchirantes de leurs congénères ? Admettons que l’OTAN ne soit qu’une clique de gendarmes internationaux violant la souveraineté d’un Etat, du moins le fait-elle avec un motif valable en soutenant la minorité affaiblie que sont les Albanais. Quant aux frères aînés chinois qui envahissent nos régions frontalières, notre sol et nos eaux territoriales, qui construisent des barrages qui détournent le cours de nos fleuves, sur quel motif se fondent-ils ? Qu’on nous présente un argument au moins aussi valable que la défense du peuple kosovar avancée par l’OTAN pour justifier sa politique d’invasion ! Mais trêve de discours sur les écrivains de ce pays : de tout temps, les chevaux ont porté des oillères et n’ont fait que suivre le chemin de leurs maîtres !

Ce dont je veux parler, c’est du contraste entre, d’une part, le tintamarre fait autour de cette mobilisation générale anti-OTAN – présentée comme le symbole d’un Vietnam porte-étendard de la conscience humaine et héroïque vainqueur de l’Amérique – et, d’autre part, la timidité dans la résistance contre l’invasion et les exactions flagrantes perpétrées par nos voisins du Nord : on dirait le cri étouffé d’un enfant qui bégaye. Ainsi lit-on dans le journal Nhân Dân Dimanche du 28 mars 1999 (page 8) la déclaration suivante du porte-parole du ministère des Affaires étrangères : « Comme nous l’avons déjà affirmé à maintes reprises, le Vietnam a suffisamment de preuves historiques et d’arguments juridiques pour démontrer sa souveraineté sur sa région d’économie spéciale et son plateau continental. Toute action de la part de quelque autre Etat que ce soit touchant aux deux archipels Paracel et Spratly est assimilable à une action touchant à la région d’économie spéciale. » Tout Vietnamien quelque peu attentif aux destinées du pays sait parfaitement que le gouvernement chinois a effrontément lancé ses forces armées contre les îles Paracel et Spratly, et qu’il a, dès la fin de la visite en Chine de notre premier ministre Lê Kha Phiêu, signifié l’interdiction de pêche à nos pêcheurs en juillet et août de cette année. Alors, à quoi rime cette vague allusion du porte-parole des Affaires étrangères : « Toute action de la part de quelque autre Etat. » ? Un tel bafouillage dans un communiqué officiel ne fait pas honneur à ses auteurs.

Il m’arrive souvent de m’interroger : le comportement d’un groupe ou d’une collectivité humaine n’est-il pas régi par les mêmes règles, le plus souvent inconscientes, que celles qui régissent le comportement d’un individu ? Le soutien frénétique apporté par les autorités vietnamiennes au gouvernement yougoslave s’explique par le principe ‘qui se ressemble s’assemble’. Ici, c’est le règne du parti unique ; là, la domination d’une famille. D’un côté, on massacre des gens parce qu’ils sont d’une autre race ; de l’autre, on réprime ceux qui s’opposent à l’oppression et réclament la justice. Le caractère maffieux est le dénominateur commun des gouvernements barbares qui ne connaissent que l’intérêt égoïste comme principe d’action. Dans quelle mesure cette hypothèse est-elle fondée ? Je n’ai encore ni le temps ni les conditions nécessaires pour le vérifier, mais de telles idées sont sûrement assez répandues parmi ceux qui prennent la peine de réfléchir.

Les journalistes étrangers s’interrogent souvent sur la ligne politique du gouvernement vietnamien ; ils s’expliquent mal le retournement récent qui, après tant d’efforts péniblement déployés pour courtiser l’Amérique et l’Europe, frise le paradoxe. Alors, messieurs les observateurs occidentaux, vous devez assurément vous creuser les méninges encore longtemps pour toucher la vérité de ce pays. Car vous n’avez pas encore compris la psychologie de ces parasites. Pour ceux-là, il n’y a pas de logique ni de principe d’action. Leur psychologie est celle du thang bôm – le nigaud qui ne voit pas plus loin que le bout de son nez. Leur objectif, c’est le gâteau qu’ils ont à portée de la main. Se sachant incapables, n’ayant aucune qualité qui puisse leur permettre d’exister par eux-mêmes, ils en sont réduits à déterrer le passé pour s’abriter derrière les fantômes de la guerre anti-américaine, à l’ombre du temple qui exhale encore les relents d’encens de jadis, et profiter de la naïveté de la masse pour prolonger leur règne.

Tout ce qui peut rappeler ce remède salvateur : ‘le Parti glorieux conduisant la nation vers la victoire sur l’impérialisme US’, sera systématiquement exploité, l’affaire de l’OTAN offrant l’occasion la plus propice. D’un autre côté, ne pouvant se tenir sur leurs deux jambes, n’ayant ni la force ni la volonté de tourner la page de l’histoire, ils doivent se pendre aux basques du grand voisin, tout en se cramponnant à la planche vermoulue du bateau du socialisme déjà mis en pièces par les tempêtes. Car ce n’est qu’en exhibant l’enseigne du socialisme qu’ils peuvent encore spolier sans vergogne le peuple et transformer les biens de la nation en comptes individuels dans les banques étrangères. C’est précisément pour conserver cette source de profits qu’ils sont obligés de se mettre à plat ventre pour encaisser, sans mot dire, les gifles aux trente-six chandelles que leur flanque le voisin du Nord.

De tout temps, les âmes cupides sont sans pudeur. Autrement dit, la noblesse de cœur et le respect de soi sont des notions illusoires, étrangères à ceux qui n’ont pas les qualités pour comprendre ces choses. Hélas, où sont maintenant les glorieux ancêtres des Viets : les Nguyen Trai, Phi Khanh, Trân Binh Trong, les Nguyên Bieu, Mac Dinh Chi, Giang Van Minh, etc. [2] ? Si leurs mânes pouvaient s’exprimer aujourd’hui, elles hurleraient d’indignation et s’arracheraient les entrailles avant de disparaître comme poussière si elles devaient être témoins des comportements et agissements des hommes qui conduisent aujourd’hui le peuple Viet.

Vingt-quatre années ont passé depuis le 30 avril 1975 : presque un quart de siècle, mais les paysans habillés en soldats ont toujours les pieds dans la boue de la rizière. L’ombre de la guerre a recouvert le temple où se nichent les bandits, tandis que la foule des naïfs timorés continue de se nourrir des reflets d’horizons perdus, en se consolant de ‘plutôt vivre dans la honte que de mourir’ ! C’est ainsi que l’avènement de la démocratie est toujours renvoyé aux calendes grecques, les occasions de bâtir une société de progrès toujours incertaines. Voilà le fruit tropical d’arrière-saison – conséquence invisible mais la plus terrible et la plus durable causée par la guerre dans notre pays. Voilà le vrai handicap moral, le monstre engendré par la guerre dans l’âme d’un peuple.

Où est donc passée la fameuse colombe de Picasso ? Elle doit voler sous d’autres cieux, dans quelque patrie appartenant à d’autres hommes, à des gens qui savent se respecter, qui chérissent le sang qu’ils ont versé, qui connaissent la valeur de leur propre vie et de celle de leurs semblables. Chez eux, dix ans après la guerre, le son du piano a résonné sous les fenêtres, remplissant l’air des crépuscules.

Cet oiseau de rêve n’est pas encore arrivé dans ce pays, où nous pataugeons toujours dans la boue, le cour tranquille, indifférents à notre propre sang versé, dociles et résignés devant l’oppression et heureux avec le bol de riz arrosé de nuoc mam d’étrilles [3]. Nous qui n’avons encore jamais osé ouvrir grand nos yeux pour contempler et aimer la vie comme une valeur digne d’exister, habitués que nous sommes à ne regarder la vie présente qu’avec des yeux mi-clos, en nous laissant hypnotiser par le souvenir des reflets d’horizons disparus.

Un quart de siècle après la guerre, sur cette terre qui est nôtre, on n’entend toujours que le battement d’aile des corbeaux sur les cimetières qui se succèdent à perte de vue du nord au sud, du sud au nord.

L’oiseau qui tient la branche d’olivier dans son bec se cache encore quelque part dans la brume de l’horizon. En quelque rivage lointain. En attendant l’aurore.

Titre original : ‘Tiêng vô canh cua bây qua den’, littéralement ‘le bruit du battement d’aile d’un vol de corbeaux noirs’. La traduction proposée est empruntée à la première phrase du fameux Chant des Partisans : «Ami / entends-tu / le vol noir / des corbeaux / sur la plaine.», paroles de Joseph Kessel et Maurice Druon, musique d’Anne Marly (1943), qui fut adopté comme chant de marche par la Résistance française pendant les dernières années de la Seconde Guerre mondiale et deviendra l’hymne de la Libération de la France. L’auteur, qui a voyagé en France et en Europe ces dernières années, a pu sans doute prendre connaissance de ce chant.

Duong Thu Huong, 16/09/1999 – texte par Traduit par Nguyen Huu Tân Duc.

 

Notes

[1] Dicton populaire : Cuop dem là giac, cuop ngay là quan : ‘les bandits volent la nuit, les mandarins volent le jour’.

[2] Nguyên Trai, (Nguyên) Phi Khanh, Trân Binh Trong, Nguyên Biêu, Mac Dinh Chi, Giang Van Minh, … : personnages historiques ayant vécu aux 14e et 15e siècles, sauf le dernier (16e17e). Tous furent de grands serviteurs de l’Etat sous les dynasties Lê et Trân. Distingués par leur sens du bien public et leur amour du peuple autant que par leur vaste savoir et leur courage, ils ont à jamais marqué la mémoire collective des Viets qui aiment à les citer en exemples, parmi tant d’autres, lorsque la Patrie est en danger et l’identité nationale en cause. Il n’est pas indifférent que l’auteur ait sélectionné dans le lot des ‘grands hommes’ ceux qui ont particulièrement brillé par leur droiture et leur noblesse d’âme. Il n’est pas non plus indifférent que tous aient péri par le glaive, et cela, mis à part le premier, pour avoir tenu tête au grand voisin du Nord.

[3] D’ordinaire, le nuoc mam est une saumure obtenue par macération de poissons de mer et de crevettes ; il forme l’ingrédient de base de l’alimentation des Vietnamiens. Dans la hiérarchie des nuoc mam, caractérisés par leur origine régionale dont le Phan Thiêt et le Phu Quôc constituent les ‘grands crus’, le nuoc mam cua dông (saumure d’étrilles de rizière) n’a pas sa place : situé tout en bas de l’échelle, c’est le nuoc mam du paysan miséreux, du ‘lumpenprolétariat’.

Remerciements : le Père Jean Maïs, MEP, a bien voulu relire la traduction, à laquelle il a apporté des améliorations appréciées.

Source : Eglises d’Asie

Mémoires d’Indochine remercie M. Nguyên Huu Tân Duc et la revue Eglises d’Asie pour leur aimable autorisation pour la reproduction de cette traduction.

Gina Marie Weaver : Ideologies of Forgetting – Rape in the Vietnam War

Gina Marie Weaver, Ideologies of Forgetting. Rape in the Vietnam War, New York, State University of New York Press, 2010, 198 p.

First book to study rape and sexual abuse of Vietnamese women by U.S. soldiers during the Vietnam War.

Rape has long been a part of war, and recent conflicts in Bosnia, Rwanda, and Darfur demonstrate that it may be becoming an even more integral strategy of modern warfare. In contrast to the media attention to sexual violence against women in these recent conflicts, however, the incidence and consequences of rape in the Vietnam War have been largely overlooked. Using testimony, oral accounts, literature, and film, Ideologies of Forgetting focuses on the rape and sexual abuse of Vietnamese women by U.S. soldiers during the Vietnam War, and argues that the erasure and elision of these practices of sexual violence in the U.S. popular imagination perpetuate the violent masculinity central to contemporary U.S. military culture. Gina Marie Weaver claims that recognition of this violence is important not just for an accurate historical record, but also to truly understand the Vietnam veteran’s trauma, which often stems from his aggression rather than his victimization.

“This is exactly the moment to take a new hard hook at the incidents of rape in the U.S. war in Vietnam—and its extended consequences for both the victims and the perpetrators of those rapes.” — Cynthia Enloe, author of Globalization and Militarism: Feminists Make the Link

“At a time when the phrase ‘support our troops’ has become a national mantra, recognition of how that support was enabled and narrativized becomes even more important.” — Susan Jeffords, author of The Remasculinization of America: Gender and the Vietnam War

Gina Marie Weaver is Assistant Professor of English at Southern Nazarene University.

Aperçu sur Google Books

John Prados : La guerre du Viêt Nam – CR de lecture par Pierre Brocheux

John Prados, La guerre du Viêt Nam, Paris, Perrin, 2011, 833 p., index,cartes, photos.


Aux États Unis, la Vietnam War est le sujet de milliers (probablement plus) d’ouvrages : livres, articles, films, BD, jeux vidéos. En France, les publications sont, pour ainsi dire, inexistantes, les éditions Perrin ont donc pris l’heureuse initiative de faire traduire et d’éditer ce livre récent (il est sorti en 2009 aux Presses universitaires du Kansas). Le récit–analyse de Prados se situe dans un champ historiographique où, depuis plusieurs décennies, s’affrontent les “orthodoxes” selon lesquels la guerre ne pouvait pas être gagnée, et les “révisionnistes” qui affirment le contraire et parfois plus : ainsi Walt Rostow, conseiller du président L-B Johnson, pour qui la guerre avait été gagnée parce qu’elle avait préservé les autre pays asiatiques de l’emprise du communisme.

L’auteur revient à  la guerre franco-vietnamienne d’Indochine – là où les États-Unis avaient mis le doigt dans l’engrenage – mais il ne conduit pas son exposé de façon classique et linéaire, c’est ainsi que son premier chapitre démarre en avril 1971 où il fait le récit de la manifestation des vétérans américains contre la guerre portée au sud du Laos par l’offensive sud vietnamienne. Pour ne pas réécrire une énième histoire de la guerre,  il poursuit en « scannant » des thèmes qui ont été déjà étudiés : les présidents américains qui se sont succédés après F-D Roosevelt face à la question indochinoise  et notamment L-B Johnson et sa décision « d’escalade » dans l’intervention américaine, le tournant de 1968 (l’offensive du nouvel an), la politique de Richard Nixon et son conseiller H. Kissinger, les contradictions internes de la République vietnamienne et de son armée (et nouveauté : les débats sur la tactique et la stratégie au sein de l’état-major nord vietnamien). L’auteur y ajoute un volet personnel en donnant une place non négligeable au mouvement anti-guerre aux États Unis, mais dans la nébuleuse de la mouvance anti-guerre, il s’attache plus spécifiquement à l’organisation Vietnam Veterans against the War / VVAW dont il fit lui même partie. Ses critiques n’ont pas manqué de relever l’insertion dans le récit de son expérience personnelle qu’ils taxent de subjectif et de partial tandis que l’auteur lui donne le statut et la justification de témoignage engagé.

John Prados cherche à démontrer que la guerre ne pouvait pas être gagnée par les Américains pour deux raisons principales : l’exagération de l’importance stratégique du Vietnam dans la guerre froide et en regard de ce fait, l’État sud vietnamien était très faible. En dépit des moyens financiers et militaires mis en œuvre pour le nation building, les gouvernants américains aveuglés par leur anticommunisme voulurent ignorer que les adversaires étaient porteurs reconnus de l’idéologie nationale unitaire. Ce qu’ils prenaient pour la nation building n’était qu’un State building sur des fondations fragiles pour ne pas dire inexistantes.

Pour ce retour à  une histoire globale de la guerre par une démarche originale et par des chemins de traverse, John Prados possédait un acquis de connaissances et de réflexions sur la guerre du Vietnam. Il s’y intéressa dès 1960 et en 1983, il publia son premier ouvrage sur  L’opération Vautour, intervention envisagée au moment du siège de Dien Bien Phu. Il poursuivit par de nombreux autres livres (par exemple les opérations clandestines de la CIA) et articles construits non seulement par le  dépouillement d’archives mais aussi par de nombreuses enquêtes .

Cependant, l’atout qui semble déterminant est l’accès aux archives du National Security Council dont il  eut la charge du classement et de la conservation. Le temps qui passa ouvrit les vannes d’une documentation de première main : le plein effet des évènements produits après-coup, la déclassification, la loi sur les libertés de la recherche documentaire, la rédaction des mémoires-justifications, la libération des voix des participant et  des témoins ont été un grand profit pour l’auteur. Sans compter ce que le présent suggère à l’historien, en l’occurrence l’intervention armée américaine en Irak.

C’est également après coup que l’insertion dans le récit de l’expérience anti-guerre de l’auteur apparait pertinente parce qu’elle rend compte de l’importance accordée par les gouvernants américains à l’opinion de leurs concitoyens : elle dévoile une véritable guerre (on est tenté de la qualifier de guerre civile ) à travers la multiplicité des moyens (parfois sans scrupules : infiltrations, usages de faux, mises en scène provocatrices, passages à tabac) mis en œuvre par le FBI et  la police des États, la magistrature, pour contrer voire supprimer la contestation. Toutefois les efforts déployés n’ont pu empêcher le scandale du Watergate.

En tant que démonstration selon laquelle les États Unis ne pouvait gagner la guerre  et en dépit de la masse documentaire très riche et bien brassée, le livre peut ne pas emporter la conviction des lecteurs, néanmoins il est un très bon livre, bien traduit, parfaitement lisible. J’ajoute que la Notice bibliographique de 21 pages (787-808) et les notes de références souvent explicites en font un bon guide de recherche pour qui veut aller plus loin dans la connaissance du sujet.

Pierre Brocheux

Ha Mai Viet : Steel and Blood – South Vietnamese Armor and the War for Southeast Asia [2] – two book reviews

Ha Mai Viet, Steel and Blood: South Vietnamese Armor and the War for Southeast Asia, Annapolis: U.S. Naval Institute Press, 2008, 459 p.

Book Review by LtCol Raymond A. Stewart, USMC (Ret).

 

Colonel Ha Mai Viet provides his meticulously researched, impressively written and well-presented book about South Vietnam tanks in “Steel and Blood.” The author details the combat history of the Army of the Republic of Vietnam (ARVN) Armor (AF) from “Ferocious Battles, 1963-68” through “Vietnamization, 1969-74” to the final days of the Republic in 1975—“The Capture of South Vietnam.” His is a riveting account of tank battle after tank battle, pitting the ARVNAF’s M41 and M48 tanks against the NVA enemy’s T54, T59, T34 and PT76 tanks.

Somewhat of a surprise to a Marine Corps Vietnam tanker—and possible Army armor as well—and for certain to those who declared that Vietnam was not “tank country” are the numbers and types of armored vehicles employed by both sides and the importance the VC/NVA enemy and ARVN alike placed on the use of armored vehicles in general and tanks specifically. Just one example: By 1975, the NVA had an estimated 600 T54s in or on the border of South Vietnam supplied by large, well-concealed fuel lines with sophisticated pumping and fueling stations that ran through Laos and Cambodia hundreds of kilometers from Haiphong in the north.

In battle after battle, from the Plain of Reeds through the three-front General Offensive and battles for the Central High­lands to the final assault on Saigon itself, Col Ha Mai Viet provides the reader with the often heart-wrenchingly candid and unwashed details of bloody victories and even more horrific defeats. He does not embellish the value of the ARVNAF in its successful fights nor does he minimize the faults of senior leaderships’ failed decisions contributing to catastrophic defeats. The author keeps to the rapid movement of armor and the battles in which tanks participate by extracting related details and placing them in “Notes.” There are 80 pages of notes, which add an impressive dimension of understanding of ARVNAF leadership, or lack of it.

In the second half of the book, the “Mil­itary History” segment, Col Ha Mai Viet’s attention to detail and in-depth research provide the reader the historical background of the ARVN in general terms and, more specifically, trace the establishment, growth and deployment of the armored forces (ARVNAF).

While certainly not the “grabber” that one finds in page after page of Part I, Part II is of significant value in understanding the development, structure, employment, logistics and administration of ARVNAF in terms of equipment. The author provides interesting information on the back­ground and training of the armored personnel and quite candid comments on the ARVNAF leadership.

To follow the battles, I found the paucity of maps—there are just two small-detail maps—made the reading (and enjoyment) of the book somewhat difficult. Also, com­mand structure, order of battle, and table of organization and equipment diagrams would have greatly helped in better understanding of the material.

Col. Ha Mai Viet states unequivocally that South Vietnam could have defeated the VC/NVA on the battlefield had the Uni­ted States made good on its agreement to support the South after the withdrawal of American ground forces.

This thoroughly researched book, a 10-year effort, relies on both personal knowledge and interviews of hundreds of former ARVN as well as VC/NVA soldiers and officers of all ranks and military occupational specialties. To obtain a more balanced view—and with an armored slant—of the war that took more than 58,000 American lives, this book is a highly recommended read.

Source : Leatherneck, magazine of the Marines, Marine Corps Association.

Présentation de l’ouvrage sur U.S. Naval Institute.

* * *

Book Review by Jay Veith.

Of the several thousand tomes published about the Vietnam War, only a few English-language viewpoints written by our Vietnamese allies grace the bookshelves. The South Vietnamese perspective, constrained by cultural and linguistic barriers, is unfortunately marginalized in the war’s literature for Americans. Due to these barriers, U.S. historians, even if interested in South Vietnamese motivations and actions, are left with little except military adviser reports, obscure embassy cables, or shallow news articles. Thus reduced to bit players, the South Vietnamese have become caricatures; either cowardly incompetents or corrupt warlords, with an occasional brave soul or hard-fighting unit briefly mentioned. A more balanced and deeper picture of America’s wartime partner has long been needed.

Former armor Colonel Ha Mai Viet has offered precisely that, a penetrating insight into the battlefield contributions of the South Vietnamese tank officers who fought alongside their American friends. His book details the contributions of a small but influential element of the ARVN, its armor/cavalry forces. Unknown to most, by war’s end the armor branch had grown considerably from its French roots. In 1975, Brigadier General Tran Quang Khoi’s 3rd Armored Cavalry Brigade, the III Corps organic tank unit, was undoubtedly the most powerful brigade-size element in the ARVN. Reflecting a rare combined arms outlook, Khoi built a formidable combat out-fit from previously independent armor, artillery, engineer, and ranger units. His merged brigade was still defending outside of Saigon when the final surrender came.

Viet spent ten years traveling the globe, tracking down and interviewing many of his former comrades-in-arms. He portrays the heroic deeds of his fellow soldiers while unflinchingly condemning South Vietnamese leadership errors. Covering two main topics, Combat and Military History, Viet outlines twenty-three separate battles from the ARVN side. The bulk of the Combat section covers the Tet Offensive, Lam Son 719, the Easter Offensive, and the bloody retreat in 1975 from the Central Highlands. He also provides rich details on unknown battles such as the terrible clash at Dambe in Cambodia in 1971. The Military History part provides unique facts on the formation and growth of the ARVN armor/cavalry branch from 1954 to 1975, including unit commanders, weapons, and organizational structure.

Brilliantly translated, no future work on Vietnam battles will be complete without reviewing this publication. Colonel Viet has provided a tremendous amount of fresh information, almost all of it oral history. That is the strength and weakness of the book. Like all interviews, the ones in this book only provide the participant’s side. For example, the account by Colonel Nguyen Van Dong concerning the Central Highlands retreat, while new and highly informative, perpetuates the myth that Brigadier General Pham Duy Tat, the II Corps Ranger Commander, was responsible for the convoy on Route 7B. Tat, when presented with Dong’s remarks, categorically denied the accusations, a point of view absent from Viet’s book. This is not to cast fault, as Viet was only interested in the stories of his armor colleagues. Yet without access to That’s perspective, the unsuspecting historian would perpetuate the story. Unfortunately, as General Cao Van Vien once told the reviewer, the war remains much like the movie « Rashomon »: the truth is subjective to the individual. Colonel Viet nevertheless deserves enormous credit for his industrious research and fine account. His is a major and much needed addition to the history of the Vietnam War.

Copyright © 2009 Society for Military History
Project MUSE® – View Citation
Réf. :

  • Jay Veith. « Steel and Blood: South Vietnamese Armor and the War for Southeast Asia (review). » The Journal of Military History 73.3 (2009): 1020-1021. Project MUSE. Web. 27 Dec. 2011. <http://muse.jhu.edu/>.
  •  Veith, J.(2009). Steel and Blood: South Vietnamese Armor and the War for Southeast Asia (review). The Journal of Military History 73(3), 1020-1021. Society for Military History.

Ha Mai Viet : Steel and Blood – South Vietnamese Armor and the War for Southeast Asia [1]

Ha Mai Viet, Steel and Blood: South Vietnamese Armor and the War for Southeast Asia, Annapolis: U.S. Naval Institute Press, 2008, 459 p., $40.00 USD, ISBN: 978-1591149194.

Book Review by Dr J.R. McKay.

 

Ha Mai Viet’s Steel and Blood: South Vietnamese Armor and the War for Southeast Asia is an ambitious work. The author tried to produce both a history of the armoured branch of the Army of the Republic of Vietnam[1] (ARVN) and a history of the armoured branch’s unit’s roles on the ARVN’s battles with the Vietnamese Communist forces. While South Vietnam, and by default the ARVN, and its armoured branch lasted for only twenty years, this was a nation and an army that fought against its enemies for most of that time.[2]

Steel and Blood is effectively two smaller books in one. The first part is a “Combat History” of the armoured branch’s participation in battles as well as a narrative of the war from an ARVN perspective. The second part of the book, “Military History,” is a summary of the organizational history of the South Vietnamese Armor Corps, a compendium of information on that branch and a comparison of its equipment with that of its North Vietnamese counterpart.

The combat history describes a series of battles from 1963 to 1975, based upon ARVN’s battles with the Communists. It starts with an orientation on the role of the armoured branch’s units in a series of battles, but slowly transforms into a general narrative on the progress of the war. Colonel Viet tried to tell the tale of what happened, balancing between what he stated that he sought to do and providing the proverbial “bigger picture.” While this might frustrate some readers, some observations merit mention.

First, one should keep in mind that he has provided a glimpse into a perspective that is often overlooked. The common narrative with regard to the ARVN has been that it was overly oriented on the byzantine politics of Saigon and insufficiently focused on waging counter-insurgency operations until 1968, when the Tet Offensive led to the development of a more combat-oriented ethos. Colonel Viet’s book points out that a number of ARVN units often fought harder than was realized at the time or since despite the political proclivities of some of the ARVN’s general officers.[3]

Second, the author left one with the distinct impression that ARVN units tended to view their advisors less as sources of advice than sources of firepower. One gets the sense that during the earlier years, in some cases, ARVN officers may have resented advice from the technically sound yet less experienced advisors. The perception of advisors as sources of firepower appears to have become more acute after the 1972 Easter Offensive. The Nixon Administration’s policy of “Vietnamization” meant the phased withdrawal of American combat forces and increasingly shifting the burden of combat onto the ARVN. The Nixon Administration could not reverse this trend for domestic political reasons and sought to make greater use of air power as a result. This is a potential lesson for those destined for advisory duties; those being advised may be more interested in one’s capacity to influence the battle than one’s advice on how to do same.

Third, the book leaves one with the distinct impression that as the Communists made the transition from guerrilla warfare to mobile warfare, the importance of ARVN’s armoured branch increased. The early battles described organizations analogous to reconnaissance squadrons conducting economy of force operations against the Viet Cong; the later battles described ARVN tanks duelling with the North Vietnamese counterparts. Indeed, the Communist fielding of T-54 equipped units prompted the ARVN’s fielding of a number of M-48 “Patton” equipped units to cope with the threat. This also supports a broader point about the nature of insurgencies. The endgame of any insurgency is to set the conditions for assuring victory once conventional warfare begins. Colonel Viet’s accounts of battle start with clashes with the Viet Cong guerrillas in the mid 1960s and ends with tank battles between the North Vietnamese Army and the ARVN.

This section of the book, unfortunately, was at times difficult to follow. The author sought to describe both operational and tactical actions without maps, but made references to a series of place names. While there was an appendix providing general maps of South Vietnam and the Ho Chi Minh trail, the inclusion of a series of smaller maps that showed the location and how the battles occurred would have helped clarify the “combat history.” Throughout this section, one was tempted to read the “military history” to get a sense of the evolution of the armoured branch’s organizations before linking it to their combat performance.

The military history was a collection of related topics designed to inform the reader about the war, the armoured branch’s evolution and its equipment. Again, the ARVN perspective was enlightening and it allows one to see the conflict through Vietnamese, albeit Southern, eyes, as opposed to the American or French perspectives. The organizational history began with the Vietnamese National Army of 1950, which was the army raised by the French within Vietnam during the war with the Viet Minh. The ARVN’s armoured branch’s roots lay in the creation of a series of reconnaissance platoons in 1950, which coalesced into companies[4] in 1951, battalions by 1953 and regiments by 1954. After the Vietnamese National Army became the ARVN in 1955, these reconnaissance regiments became armoured cavalry regiments, four armoured regiments, a school and an amphibious group. In this period, they were equipped with Second World War era equipment cast off by the French that had been donated by the United States. During the 1960s, the older equipment was replaced by M113 armoured personnel carriers and M-41 “Bulldog” tanks.[5]

The book describes the 1960s as a developmental period where the armoured branch began to specialize more. Armoured cavalry companies were the most common unit, but the branch also began to field reconnaissance and tank companies as well. Indeed, the book left one with the impression that the ARVN armoured branch fought most frequently as companies within larger entities. Indeed, the ambitious combination of the “combat history” and the “military history” was most useful in illuminating such matters. Colonel Viet followed this discussion of the evolution of the branch’s units with a compendium of facts. This had the effect of breaking a logical sequence of information in order to provide a series of interesting yet esoteric facts. He identified every commander of an ARVN armoured unit from the troop to the brigade level, the surgeons, and provided an account of their reunion at Fort Knox in 2000. Unfortunately, the multiple sources of information made this section, and indeed the book, seem less of a general history than a sourcebook or compendium of facts about the ARVN armoured branch.

Ha Mai Viet was a South Vietnamese Armor corps officer who served for 21 years, retiring as a Colonel. During that time, he had served in a number of different positions within armoured units, but his two most noteworthy positions were as an Assistant Division Commander and as the chief of the Quang Tri province.6 This meant he had fought the Communists for at least twelve years before leaving his country in its final days. His patriotism and pride in his military have been reflected in his writing. In addition, he wrote some of the accounts of specific battles from a personal perspective. Readers should take these points in mind before passing judgement on the book’s value.

Readers may be wondering what value a book about a nation that vanished a quarter century ago may have today. What can the ARVN’s experience tell us today? Is it relevant for the Canadian Forces in the early 21st century? The short answer to such questions is yes; however, this depends upon one’s perspective and interests. Those interested in comparing the evolution of different armoured branches may also wish to read those parts of the book. One should note that the ARVN’s approach to combat development was based upon trial and error in battle; they did not have the luxury of time to consider their organizations in great detail. Furthermore, reading the ARVN perspective may give pause for thought for those destined for advisory duties about what those being advised may be thinking.

Dr J.R. McKay

Endnotes

1. The RVN is better known as South Vietnam.

2. Many readers will no doubt be aware of the American participation in the war, spanning from 1964 to 1973 and the end of the war between North and South Vietnam (1973-1975), however, many may not be aware that South Vietnam had to contend with several armed groups in its infancy in 1955 and coup attempts from within the ARVN. The Communist insurgency began in South Vietnam in 1957 and North Vietnam began to provide support to that insurgency in 1959. A year later, the North Vietnamese sought to see all armed resistance groups in South Vietnam coalesce into the National Liberation Front for South Vietnam (NLF). Readers may recognize the other, slightly inaccurate, name for the NLF—the Viet Cong. The ARVN began fighting [?]

3. There are two examples of this phenomenon. The author defends the actions and decisions of ARVN tactical commanders at the Battle of Ap Bac (January 1963) and the President’s direction that contributed to the disaster in Operation LAM SON 719 (January 1971). For details, see: Ha Mai Viet, former Colonel, ARVN, Steel and Blood: South Vietnamese Armour and the War for Southeast Asia, (Annapolis: U.S. Naval Institute Press, 2008), 16-17 and 84. For examples of the criticism levelled on those two incidents, see: Lieutenant General Phillip B. Davidson, U.S. Army, Retired, Vietnam at War: The History 1946-1975, (Novato: Presidio, 1988), 573-604, and Neil Sheehan, A Bright Shining Lie: John Paul Vann and America in Vietnam, (New York: Random House, 1988), 203-265.

4. Readers should be aware that due to the influence of the U.S. Army, the ARVN armoured branch used the term “Troop” to describe subunit-sized organizations and the term “Squadron” for unitsized organizations. This review uses the generic Canadian Army terminology of “company” and “battalion.”

5. The M-41 “Bulldog” came into American service during the Korean War and entered ARVN service in 1964. It weighed 24 tons, its main armament was 76 mm, it had 12 to 38 mm of armour, and it could reach speeds of 72 km/h.

6. This province was in Military Region 1 / I Corps Tactical Zone, just south of the Demilitarized Zone. He left South Vietnam in 1975, during the final days of that country.

Source : Canadian Army Journal, Vol. 12.1 Spring 2009, pp. 123-125 (pdf).

© Her Majesty the Queen in Right of Canada, as represented by the Minister of National Defence, 2009

CIA : Opérations Laos – Amerikas geheimer Krieg in Laos

La guerre du Viêt-Nam fut le premier conflit retransmis à la télévision. Pourtant, c’est le Laos voisin qui constitua la cible d’une guerre aérienne interminable et démesurée, devenant le pays le plus bombardé de l’histoire. Cette « guerre secrète », l’opération la plus importante menée par la CIA, reste aujourd’hui encore largement ignorée. Les spécialistes parlent de crimes de guerre et la comparent aux conflits actuels en Irak et en Afghanistan. Dans CIA – Opération Laos, les principaux protagonistes de cette opération (anciens agents de la CIA, pilotes américains, combattants laotiens, reporters de guerre) nous conduisent jusqu’à l’emplacement stratégique du conflit. (tvmag Le Figaro).

Durée : 80min.
Genre : Docu-info – Historique
Origine : Allemagne
Année de réalisation : 2008
Réalisation : Marc Eberle
Rediffusion(s) : 08/04/2012 à 18:55 sur Histoire

La CIA et L’Opération Laos (partie 1)

La CIA et L’Opération Laos (partie 2)

La CIA et L’Opération Laos (partie 3)

La CIA et L’Opération Laos (partie 4)