Archives par mot-clé : dissidence

Disparition du Père Chan Tin, le 1er Décembre 2012

[ndlr] Annonce de la disparition du père Chân Tin par Nguyen Ngoc Giao, Dien Dan Forum. L’article a été publié sur le nouveau site Actualités Vietnam.

Le Père Chan Tin est mort à 16h05,  le 1er Décembre 2012, à l’âge de 92 ans.

C’était un religieux engagé. Durant toute  sa vie il a lutté  pour l’indépendance, la liberté, la démocratie et les droits de l’Homme.

Chan Tin était né le 15 Novembre 1920, dans le village de Van Xuan, district de Huong Tra, province de Thua Thien-Hue. Après avoir prononcé ses premiers vœux chez les Rédemptoristes en 1944, Chan Tin est sacré prêtre en 1949. En 1963, il est nommé directeur de la revue Duc Me (Sainte Mère).

En 1969, avec les prêtres Truong Ba Can, Nguyen Ngoc Lan, d’autres prêtres et des amis progressistes, Chan Tin fonde la revue Doi Dien (Faire Face). Cette revue de qualité devient le porte-drapeau du mouvement urbain du Sud-Vietnam contre l’intervention américaine, contre la dictature du général Nguyen Van Thieu, la corruption et l’injustice sociale.

En 1970, avec les prêtres Nguyen Huy Lich, Nguyen Ngoc Lan et le Professeur Ly Chanh Trung, le Père Chan Tin prend fortement position contre les tortures infligées aux étudiants arrêtés. A la suite de ces protestations, le gouvernement Nguyen Van Thieu doit libérer les étudiants dont le leader Huynh Tan Mam. Le mouvement des étudiants sud-vietnamiens prend alors un essor, sans discontinuer jusqu’à la fin de la guerre.

Source : sachxua.net

Chan Tin devient une figure de proue de la « troisième composante », présidant le Comité pour la libération des prisonniers politiques, luttant pour l’application de l’Accord de Paris (1).

Au lendemain de la libération de Saigon en 1975, Chan Tin et la « gauche catholique » servent avec efficacité de pont entre le pouvoir communiste et l’Eglise catholique du Sud, notamment Mgr Nguyen Van Binh, archevêque de Saigon. La « lune de miel » commence bien : sa revue Doi Dien et le journal Tin Sang (dirigé par le député catholique Ngo Cong Duc) obtiennent tout de suite l’autorisation de reparaitre. C’est en fait une décision prise par Tran Bach Dang, responsable de l’information et de la propagande du Gouvernement Révolutionnaire Provisoire ; décision fortement condamnée par Le Duc Tho, l’homme fort du Bureau Politique.

La revue du père Chan Tin cesse définitivement de paraitre  en 1978, deux ans plus tard, c’est au tour du quotidien Tin Sang : l’échec de la politique gauchiste en matière économique, l’isolement du Vietnam face au blocus sino-américain renforcent chez la vieille garde du Parti Communiste Vietnamien, la peur du spectre catholique apparu dans la lointaine Pologne (création de Solidarnosc, impact de l’élection de Jean-Paul II).

Le « divorce » du groupe du Père Chan Tin (et de son ami Nguyen Ngoc Lan, marié entretemps) avec le régime, s’est doublé du conflit fratricide avec le groupe du père Truong Ba Can (également rédemptoriste) qui dirige la revue « Cong giao va Dan toc » (Catholicisme et Nation) soupçonnée d’être trop proche du pouvoir.

Une période de détente, ouverte en 1986 avec la Doi Moi (politique du Renouveau), n’a pas duré au-delà de l’été 1989 (massacre de Tiananmen, élections libres en Pologne). En mai 1990, Chan Tin et Nguyen Ngoc Lan  sont « assignés à résidence » pour « propagande contre le régime », le premier loin de Saigon, le second à domicile.

Le père Chan Tin, libéré en 1993, continue d’être objet de pressions, voire de violences (il a été passablement blessé lors d’un accident simulé par la police en 1998 lorsqu’il se rendait aux obsèques de Nguyen Van Tran, vétéran communiste).

Par ses écrits et ses homélies, le prêtre rédemptoriste a continué, jusqu’à la fin de sa vie, de s’engager pour la démocratisation du pays, pour le respect des libertés et des droits de l’Homme.

Par Nguyen Ngoc Giao

NOTES

(1)  Le 27 janvier 1973, l’Accord “sur la cessation de la guerre et le rétablissement de la paix”  est  signé à Paris entre les Etats-Unis, la République Démocratique du Vietnam (RDV), la République du Sud Vietnam et le Gouvernement Révolutionnaire Provisoire (GRP) de la République  du Sud  Vietnam (anciennement Front National de Libération). Il met fin à 10 années de guerre entre les Etats-Unis et le Vietnam. L’accord prévoit, dans son volet militaire, le retrait des forces américaines dans un délai de 60 jours et l’échange des prisonniers. Sur le plan politique, les deux “parties sud-vietnamiennes” (Saigon et GRP) s’engagent à parvenir à une solution politique par la formation d’un gouvernement “de concorde et de réconciliation nationales” tripartite (incluant la “troisième composante”). Si les troupes américaines ont pu partir dans l’ordre, avec les pilotes et GIs américains détenus par la RDV et le GRP, le règlement politique n’a jamais vu le jour, Saigon refusant tout compromis avec le GRP et réprimant férocement la troisième composante. Washington soutient à fond l’attitude de Saigon, car à ses yeux, l’arrivée des “communistes” au pouvoir à Saigon par des élections libres est “mille fois pire” que leur arrivée par les tanks. Washington ne veut absolument pas d’un deuxième Allende (le premier va par ailleurs être renversé et tué en septembre de la même année 1973). Les tanks “communistes” sont donc arrivés le 30 avril 75.

Les négociateurs sont Lê Duc Tho pour la République Démocratique du Vietnam et Henry Kissinger pour les Etats Unis. Ils recevront le prix Nobel de la Paix en 1973, mais Lê Duc Tho le refusera.

Source : Actualités Vietnam

Cette information en vietnamien sur RFA :

Chúng tôi vừa nhận được tin linh mục Stephano Chân Tín đã qua đời vào chiều hôm nay tại nhà thờ Kỳ Đồng thuộc Dòng Chúa Cứu Thế Sài Gòn. Linh mục  Stephano Chân Tín được bổ nhiệm làm Giám Ðốc Nguyệt San Ðức Mẹ vào năm 1963. Năm 1969 Linh mục Chân Tín đứng ra thành lập tạp chí Đối Diện, một tờ báo có khuynh hướng chính trị chống lại chính phủ thời bấy giờ và kêu gọi tẩy chay tham nhũng cũng như tranh đấu cho những bất công xã hội. Ông là một Linh mục rất nổi tiếng vì có lập trường chính trị của người được coi là thuộc thành phần thứ ba không theo cũng như không ủng hộ phe nào trong thời kỳ trước năm 1975.

Lire la suite : Radio Free Asia, 01/12/2012

  • Voir aussi l’interview : « Đầu năm phỏng vấn linh mục Chân Tín về Giáo hội và Đất nước », Nữ Vương Công Lý, 14/02/2012

Rencontre : Rithy Panh – Duong Thu Huong, le pouvoir des mots [2007]

Le cinéaste cambodgien poursuit son travail de mémoire sur son pays d’origine. La romancière vietnamienne est enfin reconnue en France, où elle s’est exilée. Rencontre entre deux artistes qui croient au pouvoir des mots.

Libres voix

Ce jour-là, Duong Thu Huong vient de recevoir le prix des lectrices de Elle 2007 pour son merveilleux roman Terre des oublis, paru l’année dernière. C’est son sixième livre publié en français, mais le premier à connaître un tel succès: 40 000 exemplaires vendus, avant même que l’ouvrage ait été primé. Thu Huong, de son prénom (en vietnamien, on place le patronyme devant), n’a pas l’air de réaliser. « Ecrivain, c’est un métier minable! Il faut au moins être un auteur de best-sellers pour s’en sortir », s’esclaffe ce petit bout de femme au caractère bien trempé, qui paraît tellement moins que ses 60 ans. « Justement, renchérit Rithy Panh, amusé, ce prix va relancer les ventes de votre roman, mais aussi de vos livres plus anciens. » Sans oublier cet Itinéraire d’enfance, beau récit d’initiation, en librairie depuis peu, plus de vingt ans après sa parution au Vietnam. Rithy Panh, lui, vient de sortir son nouveau documentaire sur les prostituées de Phnom Penh, Le papier ne peut pas envelopper la braise, qu’il a également décliné en livre, un témoignage extrêmement poignant.

Le courant passe tout de suite entre la romancière vietnamienne et le cinéaste cambodgien de 43 ans. Notre proposition de rencontre, dans un bistrot parisien de la place de la République, non loin des bureaux de Rithy Panh, ne les a pas surpris. Outre la proximité géographique de leurs pays d’origine et leur actualité éditoriale respective, Duong Thu Huong et Rithy Panh ont en commun des parents instituteurs, sa mère à elle et son père à lui – autrement dit des intellectuels. Ils ont surtout en commun l’expérience de la guerre: contre les Américains puis le Parti communiste vietnamien pour Duong Thu Huong; contre les Khmers rouges pour Rithy Panh. Son célèbre documentaire sorti en 2004, S-21, la machine de mort khmère rouge, rappelait l’ampleur de cette folie meurtrière qui, de 1975 à 1979, a provoqué l’extermination du quart de la population cambodgienne, environ 1,8 million de personnes.

« Notre génération a été victime d’une immense tromperie »

« La guerre laisse des traces sur des générations entières », souligne le cinéaste, qui a franchi la frontière thaïlandaise à l’âge de 14 ans avant de se réfugier en France et de s’installer à Paris. Il y a déjà rencontré Duong Thu Huong en 1994. Cette année-là, elle avait pu se rendre dans la capitale après l’intervention de Danielle Mitterrand, pour recevoir la médaille des Arts et des Lettres. C’est que l’enfant chérie du Parti communiste vietnamien était devenue la bête noire du régime depuis qu’elle avait osé réclamer publiquement la démocratie et la liberté pour son pays, en 1985. « Notre génération a été victime d’une immense tromperie. Toute une jeunesse a été inutilement brisée », regrette-t-elle.

Licenciée de son poste de scénariste au Studio Films Fiction, une entreprise d’Etat, elle fut mise d’office à la retraite en 1990 et, l’année suivante, passa onze mois en prison, avec pour seule compagnie le vieux dictionnaire français-vietnamien de son père. « Mes livres sont toujours interdits au Vietnam », raconte Thu Huong, que sa nouvelle éditrice, Sabine Wespieser, a fini par faire venir définitivement à Paris en 2005, avec le concours des ambassades de France et d’Italie à Hanoi. « Mais beaucoup de gens peuvent lire vos livres sous le manteau, lance Rithy Panh, c’est une forme de résistance. » Ses films à lui sont diffusés au Cambodge. « Non pas dans des salles commerciales, mais auprès d’associations, avec toujours une démarche d’accompagnement, d’explication. Pour faire un travail de mémoire, il faut y aller étape par étape. Le Cambodge est en train de reconstruire son histoire. Le procès des Khmers rouges va avoir lieu, il n’est même pas question de les mettre en prison, mais il faut qu’ils reconnaissent leurs fautes et que la justice puisse fonctionner. C’est important pour bâtir l’avenir. » Duong Thu Huong enchaîne: « De même que le Vietnam doit cesser d’emprisonner tous ceux qui s’expriment à contre-courant, comme ce fut le cas récemment pour deux avocats et un prêtre. »

En quoi un écrivain et un cinéaste peuvent-ils participer de cette ouverture nécessaire? « Les artistes n’ont pas vocation à faire la guerre, mais à améliorer notre vision des choses, comme un éclairage, répond Rithy Panh. L’artiste n’est pas un magicien qui transforme le monde, ce n’est qu’un regard. Si je donne la parole à quelqu’un, j’assume cette parole, ce regard. En cela, il est plus facile d’être écrivain, car le cinéaste, lui, risque davantage de verser dans le voyeurisme. » Duong Thu Huong ne veut plus entendre parler du 7e art depuis que les autorités ont versé de l’acide sulfurique sur les pellicules du film qu’elle a fini par réaliser, Le Temple des espoirs, pour lequel elle avait investi toute sa fortune. « C’était mon rêve, maintenant je hais le cinéma. » Rithy la coupe: « Mais non! Vous êtes trop têtue pour renoncer. Et puis vous pouvez écrire votre film et le faire réaliser par quelqu’un d’autre. » Il reconnaît toutefois: « Faire un film prend beaucoup de temps. Si on a envie de se rebeller, avec un crayon et une feuille de papier c’est plus facile! » Mais, pour lui, l’exercice reste ardu. Et, s’il s’est décidé à publier Le papier ne peut pas envelopper la braise, « c’est parce que ces prostituées s’exprimaient avec beaucoup d’éloquence. C’est d’ailleurs l’une d’elles qui a trouvé le titre du livre ». Finalement, qu’importent les moyens, pourvu que la culture ait le dernier mot, résume le cinéaste: « La culture est là pour empêcher le mal de gagner du terrain. On devient un assassin quand la barbarie prend la place de la culture. C’est un véritable enjeu. »

Par Peras Delphine et L’Express, publié le 14/06/2007.

Nguyễn Mạnh Tường : Un excommunié – Hanoi 1954-1991. Procès d’un intellectuel

Nguyen Manh Tuong, Un Excommunié. Hanoi 1954-1991 : Procès d’un intellectuel, Paris, Que Me, 1992, 346 p. Présentation de l’éditeur ci-dessous :

Nguyen Manh Tuong, avocat et écrivain vietnamien, ancien Bâtonnier de Hanoi, est né en 1909. Il a obtenu, à 22 ans, en la même année 1932, un Doctorat d’Etat ès-Lettres et un Doctorat en Droit à l’université de Montpellier. Dès 1946, il rejoint, au maquis, le gouvernement Ho Chi Minh. Après Dien Bien Phu, il revient en 1955 à Hanoi avec une dizaine de titres honorifiques décernés par le gouvernement de la résistance dont il fut, de 1945 à 1956, le représentant dans plusieurs conférences internationales. Sa fameuse critique, sur les erreurs colossales commises par les autorités communistes au cours de la Réforme Agraire (il a été question de centaines de milliers de victimes), qu’il a prononcée à la réunion du Front Patriotique à Hanoi le 30 octobre 1956, lui a valu la disgrâce. Depuis, sa vie est pauvreté et maladie.

Un excommunié est un de ses récits autobiographiques se passant de 1955 à 1991, à Hanoi. Le manuscrit est parvenu, à l’automne 1991, à Paris, avec son désir de le voir publier. Il hésitera ensuite, pour finalement décider en ces termes, dans une lettre datée de Hanoi le 16 mars 1992 :

… « J’ai souhaité retarder la publication de mes ouvrages, parce que les circonstances récentes me mettent en alerte. Mais vous m’avez fait franchir le Rubicon et je vous donne raison : le risque est grand mais il faut tenter le risque. J’attends donc le pire en souhaitant qu’il n’arrive pas. Mais si on pousse la barbarie jusqu’à m’infliger le même traitement qu’à d’autres intellectuels accusés de médire du régime, j’attends de pied ferme des épreuves dont je connais la dureté. Je suis décidé, si l’éventualité se produisait, d’entamer une grève de la faim jusqu’à ce mort s’ensuive. A 84 ans, j’ai connu de la vie le meilleur et le pire et n’éprouve pas de regret à quitter cette vie au cours de laquelle j’ai rempli mon devoir d’intellectuel devant le peuple et devant l’histoire ! » …

Nguyen Manh Tuong devait décéder le 13 juin en 1997 à Hanoi.

* * *

Extrait :

Le droit et la politique

Entre le politicien et le juriste, il existe une divergence d’optiques, d’habitudes mentales, de pratiques intellectuelles.

La politique est un monde aux frontières floues qu’on peut franchir sans passeport et qu’on franchit souvent sans s’en douter ! Le sol y est mouvant, couvert de dunes de sable que les vents déplacent à leur gré, traversé de marais qu’on doit longer pour éviter des enlisements mortels ! Ici triomphe l’ambiguïté. Et l’imprécision des gestes comme du langage permet les interprétations les plus diverses, souvent contradictoires. Le voyageur qui s’y aventure doit renoncer au besoin de logique, de clarté et de précision, penser dans l’immédiat sans référence au passé ni appel au futur, s’interdire toute moralité ou sentimentalité, et surtout témoigner un sens aigu, dynamique de l’opportunité !

Le monde juridique, au contraire, est entouré de montagnes et de fleuves qui servent de frontières naturelles. Ici règnent la rigueur géométrique, la logique rationnelle, la précision et la clarté cartésiennes. Entre la légalité et l’illégalité, la ligne de démarcation est nette, comme entre le blanc et le noir. La terminologie cerne les idées, en fixe le contenu, ne laisse flotter autour d’elles aucune marge d’ombre où puisse se nicher l’équivoque ou qui permette une prestidigitation verbale, une jonglerie avec des mots ! Le raisonnement juridique provoque le choc des idées, et le palme revient à celui dont la logique s’appuie solidement sur des principes de droit, des textes de loi sans vaine logomachie, dans la froide sérénité de la dialectique, sous le soleil glacial de la raison !

(Un Excommunié – 1991, pp. 29-30)

* * *

« Longue plainte d’un avocat et intellectuel vietnamien célèbre, « excommunié » par le régime de Hanoi en 1956. Le livre s’étend peu sur les années passées au maquis et insiste sur la polémique de 1956 ainsi que sur le traitement infligé à l’excommunié : isolement et pauvreté. Ce récit complète, sans les éclipser, les nombreux autres témoignages sur la répression dans le Vietnam communiste ». (Persée – Revue française de science politique, « Informations bibliographiques », 1993, vol. 43, n°5, p. 882).

* * *

  • L’ouvrage est disponible en anglais en ligne sur le site Ai Huu Luat Khoa.com (Nguyen Manh Tuong, An Excommunicated – pdf – Bich Hop Publishings, 2008).
  • L’ouvrage est disponible en vietnamien en ligne sur le site Viet Studies
  • Il a été réédité en 2003 sous le titre de Kẻ bị khai trừ par Tiếng Quê Hương.
  • Voir le CR de lecture en vietnamien de cet ouvrage : Trịnh Bình An, « Đọc “Kẻ bị khai trừ” của Nguyễn Mạnh Tường« , 22-02-2012, sur DVC Online.

Georges Boudarel : Cent fleurs écloses dans la nuit du Vietnam [1991]

[ndlr] Paru à la fin de l’année 1991 alors que la fin de l’URSS est annoncée et que les mouvements démocratiques dans les pays de l’Europe de l’Est arrivent au pouvoir, l’ouvrage de Georges Boudarel rappelle les débuts de la dissidence communiste vietnamienne en RDVN entre 1954 et 1956. A l’appui de sources encore largement méconnues à cette époque, il explore les tenants et les aboutissants de la contestation interne et les acteurs de la demande d’une démocratisation du régime. La célèbre affaire des revues « Humanisme et Belles Œuvres » (Nhan Van – Giai Pham) est savamment décortiquée et illustrée par des références littéraires produites par les accusés. Elle sonne le départ d’une épuration brutale au sein du parti sous le masque d’une réforme agraire radicale. L’ouvrage épuisé aujourd’hui est paru alors que débute une autre affaire franco-française sur la décolonisation : « l’affaire Boudarel ».

Boudarel, Georges, Cent fleurs écloses dans la nuit du Vietnam. Communisme et dissidence 1954-1956, Paris, Jacques Bertoin, 1991, 301 p.

Présentation de l’éditeur

Georges Boudarel relate dans cet ouvrage une période charnière de l’histoire du Vietnam, entre le colonialisme et l’indépendance, le stalinisme et la libéralisation, la Chine et l’URSS. Fort de son expérience controversée sur le terrain, il produit ici un travail d’historien nourri par sa connaissance de la langue et du peuple vietnamien, par l’analyse systématique des sources, pour la plupart inédites en français (presse quotidienne et périodiques vietnamiens), et de nombreuses œuvres littéraires d’une qualité surprenante.

L’auteur nous révèle que des intellectuels, des militaires et des écrivains ont très tôt inscrit dans la tradition politique du Vietnam un regard critique qui subsiste encore aujourd’hui. La répression fut spectaculaire. Georges Boudarel nous fait vivre dans l’intimité des familles villageoises la réforme agraire qui, sous couvert de redistribuer les terres, instaura au Vietnam un régime de terreur et de délation.

Ce livre s’achève sur des perspectives et une question. La richesse de la dissidence, apparue voici près de quarante ans au Vietnam, fera-t-elle que ce pays, exceptionnel à bien des titres, sera aussi celui qui saura réformer le système communiste sans abandonner son idéologie ?

Dans sa page de remerciements, Boudarel revient rapidement sur les conditions d’élaboration de cet ouvrage.

Ma collaboration avec le Viet Minh de 1950 à 1964 est à l’origine de ce travail. Membre du parti communiste vietnamien jusqu’en 1964, j’ai plus ou moins partagé certaines des vues que je critique aujourd’hui. Ma propre évolution dans le cadre vietnamien m’a permis de connaître certains des contestataires ou des officiels dont je parle et de rassembler à l’époque une documentation imprimée, ouvrages et périodiques.

Cette étude entend toutefois se situer sur un plan historique aussi objectif que possible. Pour éviter les approximations, j’ai donc tenu à dépouiller le quotidien du parti communiste Nhan Zan (le Peuple) de 1954 à 1960 et à opérer nombre de sondages dans les diverses publications en quoc ngu de l’époque.

Je n’aurais pu réaliser cette recherche et ce travail sans l’octroi par le Social Science Research Council de New York une bourse de la fondation Ford. Celle-ci me permit notamment de trouver des matériaux à l’Institut des Etudes Etrangères d’Osaka grâce au professeur Masaya Shiraishi, en Australie grâce au Dr David Marr, à la School of Pacific and South-East Asian Studies à Canberra et aux Etats-Unis où j’explorai les trésors de l’université Cornell et du centre de recherche de M. Douglas Pike à Berkeley. Je tiens à leur exprimer ici tous mes remerciements.

Sur le parcours controversé de l’auteur :

Jean-Claude Pomonti, « Georges Boudarel, ancien commissaire politique stalinien », Le Monde, 29 décembre 2003. A lire sur le blog de Patrick Guénin, Le Viêt Nam, aujourd’hui (1997-2003).

Pierre Marie Giraud, « Boudarel, commissaire politique dans un camp vietminh et universitaire », Agence France Presse, 29 décembre 2003. A lire sur le blog de Patrick Guénin, Le Viêt Nam, aujourd’hui (1997-2003).

Pour le rappel succinct de « l’Affaire Boudarel », voir l’entrée Wikipedia à son nom.

Nguyễn Chí Thiện (1939-2012) : L’auteur des « Fleurs de l’enfer » s’en est allé

Nguyen Chi Thien, l’auteur des Fleurs de l’enfer est décédé le 2 octobre à l’âge de 73 ans en Californie. Pour son attitude critique vis-à-vis du régime, il passa 27 ans de sa vie dans les geôles du Viêt Nam communiste. A l’occasion de sa disparition, Mémoires d’Indochine reproduit ci-après sa fiche biographique parue dans The Viet Nam Literature Project. Composés de mémoire pendant les différentes périodes d’incarcérations de Nguyen Chi Thien entre 1960 et 1991, les poésies du receuil les Fleurs de l’enfer ont été traduites en langue anglaise et éditées à plusieurs reprises. Elles furent interprétées au Théâtre du Ranelagh à Paris en 1987 par Stanislas de la Tousche et Katharina Wittkowska. Une façon pour les éditions Đường Mới La voie nouvelle de rendre hommage au poète contestataire alors qu’il était encore emprisonné au Viêt-Nam.

FG

 

Nguyen Chi Thien

There is nothing beautiful about my poetry
It’s like highway robbery, oppression, TB blood cough
There is nothing noble about my poetry
It’s like death, perspiration, and rifle butts
My poetry is made up of horrible images
Like the Party, the Youth Union, our leaders, the Central Committee
My poetry is somewhat weak in imagination
Being true like jail, hunger, suffering
My poetry is simply for common folks
To read and see through the red demons’ black hearts

1975 – from Flowers of Hell by Nguyen Chi Thien translated by Nguyen Ngoc Bich

Nguyen Chi Thien was born in 1939 in Ha Noi.  His father worked as an official in the municipal court and his mother sold small necessities in the neighborhood.  At the end of 1946, when the war between France and Vietnam broke out, his family fled to their native village in the countryside.

The family returned to a more stable Ha Noi in 1949 and Thien started school in private academies. After the defeat of the French in 1954 he cheered the Viet Minh revolutionaries as they also returned to the city, proud to invite soldiers home to supper.

The drama of Nguyen Chi Thien’s life begins in Haiphong, the strongly Communist port city of northern Viet Nam.  When Thien contracted tuberculosis in 1956 his parents sold their house for money to treat their son and moved with him near his sister and her family there.

The authorities already held Thien in suspicion, because his brother had joined the National Army moving to South Vietnam.  One day in December, 1960 Thien unwittingly stepped over the line while covering the high school class of a sick friend.

Thien noticed the history textbook taught that the Soviet Union had defeated the Imperial Army of Japan in Manchuria, bringing an end to World War II.  Oh no, he told his students, the United States defeated Japan when they dropped the atomic bomb on Hiroshima and Nagasaki.

Nguyen Chi Thien paid for this remark with three years and six months in labor camps, on a sentence of two years.  He met other literary men in jail, composed poems in his head and learned them by heart.  In 1966 he was returned to prison after a short release.

This time the police charged him with composing politically irreverent poems that circulated in Ha Noi and Hai Phong.  He denied it, and spent another eleven years and five months in labor camps.

Authorities never brought him to trial, for lack of evidence, but they had the right man.  The tubercular youth had become an outlaw whose every step and breath counted the beat of verses, poetry against oppression.

In 1977, two years after Saigon fell, Thien and other political prisoners were released to make room for officers of the Republic of Viet Nam.   He had been composing poems all the while, and now seized the opportunity of freedom to write them down and bring his art to the world.

Two days after Bastille Day, on July 16, 1979, Thien dashed into the British Embassy at Ha Noi with his manuscript of four hundred poems.  He had prepared a cover letter in French, but the embassy of France was too closely guarded.

British diplomats welcomed him and promised to send his manuscript out of the country. When he got out of the Embassy, security agents waited for him at the gate.  Dragged to Hoa Lo prison, the famous Ha Noi Hilton now empty of US flyers, he spent another twelve years in jail and prison camps, often in stocks in solitary darkness.

It came to a total of twenty-seven years’ imprisonment.  But meanwhile, the British diplomats kept their word.  Nguyen Chi Thien’s manuscript collection Flowers of Hell appeared in Vietnamese in two separate editions overseas.

Nguyen Chi Thien had the great satisfaction of seeing a copy of his book waved in his face by his angry captors.  He didn’t know that his poems also were translated into English, French, German, Dutch, Chinese, Spanish, and Korean.  They were set to music by the great Pham Duy and sung around the world.

While their author lay in irons, Thien’s poems won the International Poetry Award in Rotterdam in 1985.  Six years later the poet was released from jail, as the socialist world collapsed in 1991.  He lived in Ha Noi under close watch by the authorities, but his international following also kept an eye on Thien.

Human Rights Watch honored him in 1995.  That year he emigrated to the United States, due to the intervention of Noburo Masuoka, retired Air Force colonel, a career military officer who was drafted into the U.S. Army from an internment camp for Japanese Americans in 1945.

After the normalization of relations with Viet Nam, Masuoka was able to arrange special asylum for the poet in the United States.  Thien went to Virginia, the home of his brother, Nguyen Cong Gian, whom he had not seen for forty-one years.

Gian himself had lived America only since 1993.  A lieutenant colonel in the Army of the Republic of Viet Nam, he had been taken to a re-education camp in the North right after the fall of Saigon in 1975, to remain for thirteen years.

As if released from prison once more, Thien wrote down another book’s worth of poems from memory.  The three hundred Vietnamese poems and some select English translations were published in 1996.

In 1998, The International Parliament of Writers awarded Nguyen Chi Thien a three-year fellowship in France.  He lectured around Europe while he wrote and published a collection of short stories, rooted in the reality of his years in Hoa Lo prison.

Nguyen Chi Thien returned from France to Orange County, California, where he took the oath of American citizenship in 2004.  He continues to improve his health and speaks regularly on humanitarian issues of interest to the Vietnamese community.

Source : Fiche Nguyen Chi Thien sur VNLP

 

* * *

En 1987, Stanislas de la Tousche et Katharina Wittkowska interprétaient une sélection de poèmes des Fleurs de l’Enfer traduits par Jean Maïs et Bui Xuan Quang.


Voir aussi l’article que lui a consacré Radio Free Asia : Defiant Vietnamese Poet Dies