Archives par mot-clé : Asie

François Guillemot : De la « guerre du peuple » à la « guerre civile révolutionnaire »

Résumé de notre communication pour le colloque « La guerre dans les civilisations de l’Orient et de l’Extrême-Orient » organisé par la Société Asiatique, le Collège de France, CRCAO et l’unité Proche-Orient Caucase.

Guillemot_PolémologieRDVN_19mai2015

De la « guerre du peuple » à la « guerre civile révolutionnaire »

Essai de polémologie vietnamienne

Cette communication défend la thèse que l’on ne peut détacher la « guerre révolutionnaire » de son pendant de guerre civile, ce que Mao Zedong résuma dans l’appellation concise de « guerre civile révolutionnaire » (国内革命战争). Mais ce qui fut clairement édicté par Mao pour le cas de la Chine populaire n’a jamais été clairement mis en avant par la polémologie de la République démocratique du Viêt-Nam (RDVN) dans sa guerre de réunification entre 1945 et 1975. Les termes de « guerre civile » (nội chiến) sont restés pendant des décennies le tabou absolu d’une guerre qualifiée dans l’historiographie actuelle de « guerre de destruction » (chiến tranh phá hoại) ou de « guerre d’agression » (chiến tranh xâm lược) versus « guerre du peuple » (chiến tranh nhân dân) puis de « résistance antiaméricaine pour le salut national » (cuộc kháng chiến chống Mĩ cứu nước) et plus généralement pour les deux guerres de « résistance contre le colonialisme français et l’impérialisme américain » (cuộc kháng chiến chống thực dân Pháp và đế quốc Mỹ).

Dans un premier temps, après avoir mesuré l’importance des sources vietnamiennes, nous poserons la question de l’appellation de cette guerre à multiples facettes et notamment de sa dimension de guerre civile. Nous nous intéresserons dans un second temps au concept de « guerre du peuple » (chiến tranh nhân dân) développé par le général Võ Nguyên Giáp pour en comprendre les ressorts. Nous verrons comment ce concept évolue lorsque la décision de la reconquête du Sud par les armes est adoptée lors du 15e Plenum du Parti des Travailleurs du Viêt-Nam (Đảng Lao Động Việt Nam) en janvier 1959. Nous soulignerons l’aide de la Chine populaire et l’influence du maoïsme sur la lutte révolutionnaire « exemplaire » du Viêt-Nam dans le contexte de la brouille sino-soviétique et de la prédominance des thèses de Lê Duẩn, Premier secrétaire du Parti de 1960 à 1976 puis Secrétaire général du PCV de 1976 à 1986, date de sa mort.

Après avoir interrogé le discours sur la nature de la guerre, il s’agira, dans un troisième temps, de sonder la réalité de la guerre, voir « ce que faire la guerre révolutionnaire veut dire » sur le terrain des opérations. Nous suivrons l’évolution de ce type de guerre lorsque la guerre civile atteint son paroxysme notamment dans le Sud sous la forme d’une « guerre civile révolutionnaire », centrée sur l’ennemi intérieur et ouvrant la voie à l’invasion du Sud par le Nord. Nous verrons comment est analysée la figure de l’ennemi (extérieur/intérieur) qui prend forme au Viêt-Nam dès 1945-46 pour se terminer dans les années 1990 avec la fin du conflit cambodgien, marqué par les dernières luttes contre les réseaux armés anticommunistes des exilés vietnamiens infiltrés en péninsule indochinoise.

Enfin, dans une dernière partie, nous questionnerons différents aspects de la guerre populaire et tenterons d’identifier et de mesurer les étapes de la guerre civile entre 1945 et 1975. En conclusion, notre réflexion se portera sur l’impact de long terme que la vision officielle de la guerre fait encore peser sur le destin politique du pays désormais en paix et sur les consciences d’un Viêt-Nam pluriel et transnational.

Guillemot François, IAO, CNRS, ENS de Lyon

Voir le vocabulaire de la guerre en ligne sur notre carnet de recherche sur les femmes et la guerre au Viêt-Nam.

Programme complet du colloque en ligne sur le site du Centre de Recherche sur les Civilisations de l’Asie Orientale (CRCAO) et sur le Blog de l’IAO.

Le terrain dans l’étude de l’Asie : retours d’expérience et stratégies de recherche [synthèse]

[ndlr] Synthèse de la Journée d’études organisée par l’Institut d’Asie orientale (CNRS/UMR 5062) avec le soutien du GIS Asie et de l’UPS 2999 Réseau Asie & Pacifique.

Synthèse de la journée d’étude : ‘Le terrain dans l’étude de l’Asie : retours d’expérience et stratégies de recherche ‘ (30 et 31 mars 2015)

Rédigée collectivement par Cao Liuying, Fleur Chabaille, Benoit Granier, Nicolas Leprêtre et Tan Xinxin, puis enrichie par les intervenants de la journée.

TerrainAsie2015_1

Cette journée d’étude centrée sur la problématique du terrain asiatique, organisée par un groupe de doctorants de l’Institut d’Asie Orientale avec le soutien du Réseau Asie Pacifique et de l’IAO, a permis de réunir les interventions de 15 jeunes chercheurs dont les travaux relèvent de disciplines et d’aires géographiques différentes. Cette rencontre a donc offert une occasion unique de décloisonnements disciplinaires et géographiques autour d’un aspect central et commun aux recherches menées en Asie. Elle représente de surcroît une première initiative de mise en commun de retours d’expérience entre doctorants, jeunes chercheurs et chercheurs plus expérimentés sur une question rarement analysée en tant que telle. Les deux journées ont atteint l’objectif recherché, à savoir le partage des expériences et des difficultés rencontrées par chacun, et la suggestion mutuelle de solutions entre chercheurs de différents horizons disciplinaires et géographiques. En outre, la richesse des interventions et des échanges a fait ressortir quelques points fondamentaux et transversaux aux expériences de terrain. L’ensemble souligne l’importance cruciale de cette étape dans tout travail de recherche, fournit quelques clés pour aborder au mieux cette phase déterminante et met en évidence un certain nombre de pistes de réflexions.

Cette synthèse, rédigée en premier lieu par les organisateurs des journées, puis enrichie par les apports des intervenants et discutants, met en avant les principaux enjeux dont la saillance a animé les discussions. Les différents points abordés constituent également des pistes, à discuter, dans l’optique d’une valorisation ultérieure – les titres et le regroupement des questions qu’ils proposent étant purement indicatifs.

La présentation du chercheur et les catégories qu’on lui assigne

Les interventions ont mis en lumière la confrontation de chacun à des situations particulières d’enquêtes qui conditionnent l’accès au « terrain ». Si la notion de terrain peut varier selon les disciplines (archives, observation participante, accès aux enquêtés, etc.), les contributions ont souligné la nécessité d’interroger comment chacun s’insère dans son milieu d’enquête. Cela a permis de montrer l’importance de la présentation de soi et des représentations que chacun peut se faire vis-à-vis du chercheur. Chacun a ainsi montré comment le statut ou la catégorie qui lui est assigné(e) et la manière dont il s’insère dans cet environnement amène à des stratégies diverses.

L’appartenance à une institution reconnue dans le pays étudié peut être un avantage de taille en termes d’accès au terrain (cf. Nicolas Leprêtre et Benoit Granier grâce à l’Université de Tokyo, Zhou Mingchao à l’Université d’Aix-Marseille, Yumiko Yamamoto au Centre d’études africaines à l’Université Jawaharlal-Nehru et au Département d’humanités et de développement à l’Université d’agriculture de Chine, Tan Xinxin grâce à l’Académie des sciences sociales de Shanghai). Cependant, dans certains cas, au contraire, l’affiliation universitaire constitue un obstacle. Dans le cas des centres africanistes au Japon la conflictualité entre acteurs institutionnels peut être une menace qui pèse sur la recherche au point de fermer ou d’ouvrir l’accès au terrain (cf. Yumiko Yamamoto). Si les tentatives d’affiliations officielles semblent nécessaires pour mener des recherches dans les pays asiatiques, cette première étape peut s’avérer compliquée en fonction des manières dont est perçu le chercheur, encourant le risque de se voir fermer des accès.

En Chine, la difficulté d’obtenir des autorisations officielles pour mener une enquête anthropologique (cf. Pascale-Marie Milan) ou la manière de se présenter, si l’on se présente comme politiste (cf. Zhou Mingchao), peut mener à des stratégies discursives pour se défaire des positions assignées. La rencontre informelle avec des acteurs institutionnels locaux (cf. Pascale-Marie Milan) ou une présentation (de soi) comme étudiante en sociologie (cf. Zhou Mingchao), peuvent être considérée comme des stratégies de contournement pour accéder au terrain. Un lien épistémique entre la position du chercheur sur son terrain et les données qu’il recueille nécessite en effet d’être attentif à la manière dont il s’inscrit dans son environnement d’enquête. Ainsi, il faut prendre garde à ne pas être assimilé à d’autres professions, telles que le journalisme (cf. Jérôme Soldani, Judith Audin), qui ne permettent souvent d’obtenir que des réponses convenues. Il est donc nécessaire pour le chercheur d’adapter la manière dont il se présente et fait état de ses recherches aux acteurs et aux contextes étudiés. Cette stratégie peut consister à modifier son statut en s’immergeant dans un milieu comme un enseignant (cf. Zhou Mingchao, Yves Russell), ou en participant aux activités ordinaires (cf. Pascale-Marie Milan et Jérôme Soldani).

La présentation du chercheur peut être encore plus délicate sur un terrain clivé où la relation enquêteur/enquêté s’inscrit elle-même dans la configuration de domination dont le chercheur tente de rendre compte. Cette situation nécessite que le chercheur procède à une adaptation constante de sa position en fonction des interlocuteurs dans les interactions, afin d’atténuer les biais introduits par sa présence sur le terrain et de ne pas aggraver la tendance à la méfiance ou au conformisme des enquêtés. Les terrains de recherche avec des groupes minoritaires (cf Pascale-Marie Milan) ou avec des populations migrantes stigmatisées (cf Zhou Mingchao) sont particulièrement soumis à la nécessité de l’intersubjectivité. Sur ce point-là, la situation d’entretien, en soi, se révèle comme un matériau d’enquête riche pour l’analyse sociologique, comme le montre l’enquête de Zhou Mingchao autour des interactions entre les metteurs en œuvre de proximité (direction de l’école et enseignants) et les usagers/ressortissants (élèves et parents d’élèves) de la politique scolaire ségrégative à l’égard des enfants de nongmingong en Chine.

TerrainAsie2015_2

Enfin, la problématique de l’image que le chercheur renvoie de soi et des catégories qu’on lui assigne entre également en résonance avec les questions de genre. En effet, la présentation de Charlotte Thomas a montré toute l’ambivalence, en termes de contraintes et d’opportunités, du fait d’être une chercheuse en Inde. Etre une femme, qui plus est occidentale à la peau et aux yeux clairs, contraint à adapter sa tenue vestimentaire afin de la dissimuler autant que possible, et peut évidemment fermer un certain nombre de portes, comme celles des lieux de socialisation nocturnes et alcoolisés. Cependant, le caractère flou de la situation et l’étonnement suscité auprès des enquêtés peuvent en ouvrir d’autres, en créant des situations étrangères aux acteurs et par conséquent de nouvelles marges de manœuvre pour le chercheur.

La question du genre s’avère particulièrement complexe selon les lieux. Les projections et représentations autour de la femme occidentale sont un aspect à prendre en compte (cf. Charlotte Thomas), mais au-delà des clichés sur les Occidentaux, souvent assignés à la catégorie de « touristes », d’autres « étiquettes » peuvent être accolées de manière plus étonnante. L’expérience de Pascale-Marie Milan sur la multiplicité des positions auxquelles le chercheur peut être assigné souligne la complexité de la positionnalité du chercheur. Tout un lot de clichés accompagne les représentations que l’on se fait des femmes occidentales. Tantôt assignée à la catégorie ontologique masculine du fait de son statut de touriste ou encore associée aux imaginaires érotiques que l’on se fait des femmes « blanches », elle a essayé de prendre différents positionnement en s’adaptant aux catégories locales d’entendement de la féminité afin d’accéder au terrain. Tan Xinxin a partagé un autre cas intéressant : ayant vécu plus de 5 ans en France et n’étant pas d’origine shanghaienne, elle a été interrogée plusieurs fois au sujet de sa nationalité pendant son terrain à Shanghai.

Les enjeux méthodologiques lors de la conduite d’entretien et le décloisonnement des disciplines qui en ressort

Une fois cette étape franchie, la réalisation des entretiens implique plusieurs questionnements majeurs. Parmi eux, la méthode d’enregistrement a été abordée et remise en cause à de nombreuses reprises. Pour la plupart des intervenants, elle constitue une entrave trop importante dans la mesure où elle altère la qualité et l’authenticité des propos échangés. Par conséquent, la plupart des chercheurs ont fait le choix de s’en passer (cf. Nicolas Leprêtre et Benoit Granier, Charlotte Thomas, Pascale-Marie Milan, Jérôme Soldani). Pour d’autres, l’obstacle est parfois balayé en décidant de ne pas demander de permission et d’enregistrer sans autorisation lorsque la présence flagrante d’un enregistreur changera manifestement le discours de l’interviewé (cf. Yves Russell). Cette décision est cruciale et pose des enjeux d’efficacité, d’éthique dont la perception est différente selon les pays (Etats-Unis, Chine, France), voire de risque. Elle suppose parfois une véritable remise en question disciplinaire, notamment en sociologie où l’entretien enregistré est considéré comme le garant de la scientificité du travail de recherche (cf. Judith Audin).

Dans les cas où l’enregistrement n’est pas de mise, la prise de notes est alors fondamentale. Elle doit cependant s’intégrer dans le cadre d’une méthode rigoureuse. L’un des problèmes majeurs repose sur l’accumulation de matériels et la manière de les référencer : l’enchaînement des entretiens ne doit pas se faire au détriment de la retranscription. Ainsi, certains mettent en place une méthodologie particulière avec un temps de latence entre chaque série d’entretiens (cf. Audrey Soula) qui s’accompagne d’une retranscription dans la foulée (cf. Nicolas Leprêtre et Benoit Granier). Reprendre ses notes à chaud est en effet crucial quand aucun enregistrement n’a été réalisé, en particulier quand ces dernières constituent un mélange de langue asiatique, de français et d’anglais. Parfois un interprète local est aussi indispensable pour faire des retranscriptions dans les cas où les entretiens se font en dialecte local, à l’image de l’expérience de Tan Xinxin avec le cas shanghaien.

Si la prise de notes devant les enquêtés est parfois évitée dans les méthodes anthropologiques (cf. Jérôme Soldani qui profite de ses moments de répit pour remplir son carnet de recherche au début de son enquête chez les joueurs de baseball professionnels), certains outils permettent de prendre des notes discrètement, en faisant mine par exemple de répondre à un message depuis son téléphone portable (Adrien Fauve et Judith Audin). Cela permet de prendre le temps du recul et de la réflexion entre chaque entretien et de ne pas se laisser entraîner par l’effet « boule de neige ». Face à cette abondance de ressources, les jeunes chercheurs ont pu échanger plusieurs « astuces » pour éviter de se retrouver ensevelis sous la matière disponible et effectivement récoltée, à l’image des monographies réalisées en milieu, puis fin de séjour (cf. Benoit Granier et Nicolas Leprêtre), et du resserrement stratégique de la problématique opérée par Audrey Soula face à la profusion d’entretiens et de rencontres qui s’offraient à elles, en sélectionnant certains lieux d’enquêtes en particulier sur un double terrain de recherche.

Ce risque qui se retrouve dans toutes les disciplines, en dépit de leurs différences méthodologiques, a permis aux participants de partager une riche discussion sur les outils permettant de faire du terrain. Le point de vue interdisciplinaire de cette journée a en effet permis de montrer des choix de méthodes très variés, souvent complémentaires et se chevauchant parfois, le spectre allant de l’observation flottante (cf. Pascale-Marie Milan, Jérôme Soldani, Charlotte Thomas) à l’observation non participante et distanciée (cf. Judith Audin), en passant par l’observation participante (cf. Yves Russell, Zhou Mingchao) et la méthode également classique des entretiens semi-directifs (Benoit Granier, Nicolas Leprêtre et Yumiko Yamamoto). Chacune comporte ses propres avantages et inconvénients, mais le principal enseignement mis en évidence lors de ces journées est l’absence de réelle spécificité disciplinaire en ce qui concerne les dispositifs méthodologiques mobilisés sur le terrain. Les chercheurs privilégient plutôt une approche pragmatique et une adaptation aux caractéristiques de leur question de recherche et de leur terrain, rompant parfois avec la méthodologie « classique » de leur discipline. C’est notamment le cas des dispositifs d’enquête présentés par Charlotte Thomas, Judith Audin et Zhou Mingchao, qui ont mis la méthode ethnographique au service de leur recherche en science politique, comme a pu le mettre en relief Danielle Tan lors de la discussion.

TerrainAsie2015_3

Enfin, au-delà de ces enjeux que l’on pourrait penser propres à des disciplines comme l’anthropologie, la sociologie ou la science politique, d’autres difficultés nécessitent une forte capacité d’adaptation du chercheur dans un spectre disciplinaire plus large encore au sein des sciences humaines et sociales. Elles peuvent notamment être liées à l’existence d’un terrain documentaire dispersé entre le Japon, l’Inde et la Chine (cf. Yumiko Yamamoto en science politique) ou un « terrain géographique éclaté » pour reprendre l’expression de Cécile Armand (cf. Cécile Armand en histoire et Laurent Sovet en psychologie). Ces distances supposent une grande disponibilité et flexibilité face aux imprévus, par exemple un programme de numérisation qui empêche la consultation de certaines séries d’archives (cf. Cécile Armand) et impératifs du doctorat qui demandent des retours nécessaires en France pour suivre des formations et assurer des enseignements (cf. Laurent Sovet). Ces entraves peuvent être en partie contournées par une préparation numérique du terrain rigoureuse et parfois fastidieuse, avant sa découverte physique (cf. Tan Xinxin). Certaines spécificités du travail de terrain en histoire sont ainsi ressorties : dans cette discipline, les interlocuteurs ne sont souvent pas des êtres humains mais des entités matérielles (archives papiers, photos, films, etc.) de plus en plus dématérialisées (cf. Tan Xinxin et Cécile Armand).

Les débats entre chercheurs de domaines différents ont surtout permis de réaliser que, malgré le fait que le « terrain », dans sa double dimension de « méthode » et d’ « objet », connaisse des acceptions différentes selon les disciplines, le dialogue interdisciplinaire peut se révéler extrêmement fructueux. En effet, bien que les méthodes soient elles-mêmes disciplinairement définies (à l’image de l’enquête de terrain ethnographique), elles ne sont cependant pas le monopole de la discipline dont elles sont issues.

Les impondérables du travail de terrain, porteurs d’entraves et d’opportunités

Ces qualités d’accommodement face aux obstacles rencontrés, qui ressortent de toutes les interventions, révèlent également que les difficultés du terrain ne sont pas forcément là où on les attend. Les terrains volontiers qualifiés d’« autoritaires » comme la Chine peuvent être ceux qui sont les plus fermés, mais aussi paradoxalement les plus ouverts (cf. Yves Russell, Judith Audin et Adrien Fauve, et Zhou Mingchao). S’il est en théorie nécessaire d’obtenir des autorisations pour mener à bien ses recherches, le caractère non-homogène et décentralisé du pouvoir réel accorde parfois aux chercheurs une grande marge de manœuvre en cas d’arrangement avec les autorités locales, notamment si le sujet n’est pas politiquement sensible, à l’image de l’expérience de Pascale-Marie Milan en Chine. Dans le cas de la République populaire de Chine, Jean-François Huchet et Christine Cornet ont par ailleurs apporté une mise en perspective intéressante puisque le processus de formalisation et de codification de l’accès au terrain en Chine semble laisser moins de flexibilité aux chercheurs, tandis que le flou et les zones d’ombres antérieurs leurs accordaient davantage de libertés.

Le contournement peut également se faire sur le terrain linguistique. Malgré l’insuffisance de leur capacité linguistique, certains chercheurs ont montré qu’ils avaient réussi à délimiter leur recherche de manière à surmonter cet obstacle (cf. Cécile Armand, Judith Audin). Cela peut même constituer un argument qui justifie l’enregistrement de conversations auprès des enquêtés (cf. Judith Audin et Adrien Fauve) ou ne pas poser problème quand l’introduction et la présence d’un intermédiaire local sont de toute façon indispensables (cf. Charlotte Thomas). La tentation d’utiliser l’anglais peut être forte, mais le risque est d’avoir un interlocuteur qui n’ait pas un niveau suffisant, ce qui peut engendrer des problèmes de compréhension. Néanmoins, la bonne volonté de discuter avec les enquêtés dans leur langue est parfois bloquée par le désir de ces derniers à s’exprimer en anglais malgré tout (cf. Benoit Granier et Nicolas Leprêtre).

En outre, à l’image de l’obstacle linguistique qui peut parfois constituer une ressource dont ne bénéficieraient pas des chercheurs locaux, un certain nombre de difficultés ou d’échecs apparents peuvent paradoxalement être vus comme d’authentiques et précieux résultats de recherche. Charlotte Thomas dans le cas de l’Inde et Nicolas Leprêtre et Benoit Granier dans le cas du Japon ont ainsi montré que si des silences ou des réponses « langue de bois » peuvent rendre difficile la collecte d’informations précises, ils sont également révélateurs de tensions et de relations de pouvoir, que des entretiens ultérieurs sont susceptibles de mettre au jour ou qui seront exploités comme tel dans le cadre de la thèse.

Prendre en compte les spécificités du terrain en Asie, tout en questionnant la pertinence de la distinction par « pays » ou « région »

Cette diversité des « surprises », obstacles et déblocages rencontrés sur le terrain conduisent à réorienter et décloisonner la réflexion d’un point de vue géographique. Comme l’a souligné François Guillemot, compte tenu des différences locales au sein d’un même pays, il n’est sans doute pas toujours pertinent de raisonner en termes de « pays » ou de « région ». A titre d’exemple, selon l’objet d’étude, l’accessibilité peut être plus grande en Chine qu’au Japon. De plus, le critère d’accessibilité ne suffit pas : il ne garantit ni la profusion, ni la qualité des informations délivrées. En adoptant des stratégies de contournement, les chercheurs peuvent même dans certains cas récolter davantage d’informations dans des pays pourtant « autoritaires » et « fermés » comme la Chine que dans des démocraties libérales où le discours est souvent très policé (cf. Pascale-Marie Milan et Yves Russell).

Cette remarque fait écho au constat général selon lequel les relations interpersonnelles jouent un rôle crucial et apparaissent comme un élément fondamental, dans l’ensemble des expériences de terrain relatées. D’une part, l’introduction auprès des enquêtés grâce à des « contacts introducteurs » (cf. Benoit Granier et Nicolas Leprêtre) et la familiarisation avec son nouvel environnement de recherche grâce à des « tuteurs de terrain » (cf. Yumiko Yamamoto) sont décisifs dans l’obtention et le bon déroulement des entretiens. Certaines contributions ont également montré le rôle crucial du réseau, élément primordial pour rendre compte d’un système social dans le cas d’une ethnographie multi-située (cf. Audrey Soula).

La mise en place d’un réseau de contacts en lien avec son objet d’étude peut être une stratégie efficace qui nécessite à la fois d’être réactif et intrusif (cf. Vladimir Stolojan-Filipesco). L’appui sur un réseau académique (cf. Tan Xinxin) mais aussi familial peut s’avérer également un atout de poids (cf. Yves Russell, Jérôme Soldani, Pascale-Marie Milan, Audrey Soula). En particulier, si Zhou Mingchao a pu obtenir le parrainage du Bureau de l’éducation pour son travail de terrain, c’est en partie grâce à la présentation préliminaire de son proche qui avait précédemment eu des relations professionnelles avec le personnel du Bureau, ce qui rejoint aussi le constat général sur le rôle important des relations interpersonnelles (dit du guanxi en chinois). Néanmoins, la variable interpersonnelle est également la source d’un certain nombre de problèmes puisque les contacts introducteurs peuvent perturber les entretiens lorsqu’ils font le choix d’accompagner le chercheur (cf. Benoit Granier et Nicolas Leprêtre). En outre, d’autres paramètres plus personnels, notamment des sentiments d’empathie ou de compassion, peuvent aussi remettre en question le chercheur dans son objectivité (cf. Sun Jiawen, Zhou Mingchao).

Bien gérer la temporalité du travail du terrain

Toutes ces stratégies nécessitent du temps pour être mises en place, sans compter la recherche de financements qui peut être tout aussi chronophage, bien qu’une connaissance fine des institutions concernées et des procédures permet d’apporter des ressources financières et matérielles insoupçonnées (cf. Laurent Sovet). Cet impératif constitue un leitmotiv majeur de la journée d’étude, au cours de laquelle l’enjeu de la temporalité a été abordé et discuté sous de multiples dimensions. D’une part, des réflexions ont abondé sur la question selon laquelle le terrain constituerait ou non une rupture, ce qui pose des questions plus générales relatives à la temporalité de la recherche et à la distance accordée à un « terrain » lorsqu’on y vit. D’autre part, l’inscription du terrain dans la durée ouvre des portes et permet des pratiques impossibles sur une courte période.

De nombreuses contributions ont mis en avant le rôle du hasard et des impondérables dans l’obtention de contacts et d’entretiens (cf. Benoit Granier et Nicolas Leprêtre, Jérôme Soldani, Audrey Soula), ainsi que la nécessité d’être insistant et d’avoir quelque chose à échanger sur le long terme (cf. Yves Russell) ou de littéralement suivre le cheminement des interlocuteurs à l’intérieur d’un espace social plutôt que dans un espace physique (cf. Audrey Soula). Cette implication nécessite une préparation en amont et n’exclut pas non plus quelques coupures. Dans ce long processus, la patience est une qualité essentielle. De plus, l’immersion ne doit pas empêcher une prise de recul constante vis-à-vis de l’objet étudié. Jean-François Huchet a notamment insisté sur le difficile équilibre à trouver dans le rapport avec son terrain et les risques à être trop aspiré par ce dernier. Pour les prévenir, il est préférable de maintenir un va-et-vient constant entre le terrain et la théorie en s’interrogeant sur la manière dont le questionnement théorique est modifié par l’expérience pratique de l’enquête. C’est là tout l’enjeu de la construction du sujet sur place qui doit s’accompagner d’une transparence sur les obstacles rencontrés par le chercheur.

En permettant à chacun d’exprimer un franc retour d’expériences, cette journée a eu le mérite de lever en partie le voile sur ces difficultés et de dégager des stratégies qui pourront sans doute servir à d’autres jeunes chercheurs s’apprêtant à fouler leur premier terrain en Asie.

Photo à la une : FG, Terrain à Tokyo, décembre 2014 / Photos de la Journée d’études : Cao Liuying.

Entretien avec François Maspero : « Quelques malentendus » [Période, 2014]

[ndlr] A l’occasion de la mort de François Maspéro (1932-2015), éditeur et écrivain fortement « engagé » à gauche (et fils du sinologue Henri Maspéro), invitation à relire son interview dans Période, une revue en ligne de théorie marxiste dans laquelle il revient sur son parcours et ses « paysages humains« . Mise en ligne le 18 septembre 2014.

À nos yeux, François Maspero a été l’un des grands passeurs de la pensée et de l’héritage communiste et anticolonialiste de l’après-guerre. Les éditions Maspero sont une référence incontournable de l’édition critique. Elles ont été le théâtre de débats importants à l’extrême gauche dans les années 1960-1970 et ont joué un rôle pionnier sur de nombreux plans. Maspero est celui qui a publié Fanon, les écrits politiques de Baldwin, Malcolm X, le Che, des anthologies des classiques du mouvement ouvrier, la collection « Théorie » de Louis Althusser, la revue « Partisans »… Nous avons souhaité l’interroger sur son projet et les ambitions éditoriales qu’il avait à l’époque. Nous reproduisons ici ce qu’il appelle une « tentative de réponse » à nos questions.

FrancoisMaspero_1967
Portrait daté du 13 juillet 1967 à Paris de l’éditeur et écrivain François Maspéro © AFP

Lire l’entretien : Revue Période

 

Chesneaux_LeVietnam_1968
« Le Vietnam: études de politique et d’histoire » de Jean Chesneaux paru en 1968 et traduit de l’italien « Perché il Vietnam resiste ».

Titres sur l’Asie parus dans la Petite Collection Maspéro (1967-1982) :

[n°2] Mao Tsé-Toung, Écrits choisis en 3 volumes – I.

[n°3] Mao Tsé-Toung, Écrits choisis en 3 volumes – II.

[n°4] Mao Tsé-Toung, Écrits choisis en 3 volumes – III.

[n°14] Général V.N. Giap, Guerre du peuple, armée du peuple.

[n°18] Ho Chi Minh, Œuvres choisies.

[n°22] Charles Bettelheim, La construction du socialisme en Chine.

[n°24] Jean Chesneaux, Le Vietnam.

[n°79] Charles Bettelheim, L’Inde indépendante.

[n°80] Vo Nguyen Giap, Récits de la résistance vietnamienne.

[n°92] Jean Daubier, Histoire de la révolution culturelle prolétarienne en Chine, I.

[n°93] Jean Daubier, Histoire de la révolution culturelle prolétarienne en Chine, II.

[n°150] Pierre Rousset, Le parti communiste vietnamien.

[n°209] Patrick Tissier, L’éducation en Chine populaire.

* * *

Pour en savoir plus sur le parcours de cet éditeur :

 

Journées d’Etude : Le terrain dans l’étude de l’Asie – 30 & 31 mars 2015

TerrainEtudeAsie_2015[ndlr] Les 30 et 31 mars 2015, Journée d’étude : « Le terrain dans l’étude de l’Asie : retours d’expérience et stratégies de recherche » organisée par les doctorants de l’IAO. Salle de conférence du site Buisson de l’Institut français de l’éducation (ENS de Lyon). Programme des deux journées.

 

Le terrain dans l’étude de l’Asie :

retours d’expériences et stratégies de recherche

Journée d’étude organisée par l’Institut d’Asie orientale (CNRS/UMR 5062) avec le soutien du GIS Asie et de l’UPS 2999 Réseau Asie & Pacifique.

30 et 31 mars 2015

Salle de conférence, site Buisson de l’Institut Français de l’Éducation (ENS de Lyon)

 

Lundi 30 mars 2015

9h-10h : Accueil des intervenants et du public

10h-10h30 : Introduction et remerciements de Christine Cornet, directrice adjointe de l’Institut d’Asie Orientale (UMR 5062)

10h30-12h30 : Session 1 : Définition et préparation du terrain entre adaptations et accommodements

Présidents de session : Audrey Baron-Gutty (chercheuse associée, IAO) et Paul van der Grijp (IAO)

  • Audrey Soula (LISST) : “Quand la catastrophe de Fukushima vient bouleverser la recherche ethnologique. Stratégies d’adaptation sur le terrain au Japon”.
  • Benoit Granier et Nicolas Leprêtre (IAO) : “Obtenir et réaliser des entretiens avec les acteurs haut-placés d’une politique publique au Japon. Expériences de terrain d’une recherche sur les villes intelligentes japonaises en 2014”.
  • Yumiko Yamamoto (CERI / Sciences Po) : “Particularités de la recherche bibliographique et de la prise d’interviews au Japon, en Chine et en Inde dans une perspective comparée : à partir d’étude de cas d’Aide au développement en Afrique de l’Ouest”.

12h30-14h30 : Pause déjeuner

14h30-16h30 : Session 2 : Au cœur du terrain historique : contraintes et méthodes dans l’accès et le traitement des données

Président de session : Jean-François Huchet (INALCO)

  • Cécile Armand (IAO) : “Glissements de terrain publicitaire à Shanghai : comment l’apprenti-e chercheur-se peut-il/elle s’adapter aux contraintes d’une certaine recherche historique en Chine ?”.
  • Vladimir Stolojan-Filipesco (CESSMA) : “Le passé comme terrain en Asie de l’Est, l’exemple de Taïwan”.
  • Tan Xinxin (IAO) : “Du terrain physique au terrain virtuel : fouille et dépouillement des sources par les approches numériques”.

19h : Buffet dînatoire

* * *

Mardi 31 mars 2015

9h-9h30 : Accueil des intervenants et du public

9h30-12h30 : Session 3 : Stratégies de terrain (1) : cas d’études en Chine

Présidentes de session : Cao Liuying (ENS de Lyon, East China Normal University) et Fleur Chabaille (Université Lyon 2, IAO)

  • Pascale-Marie Milan (LARHRA), “L’intrication du personnel et du politique. Stratégies et tactiques de terrain chez les Mosuo de Chine (Yunnan/Sichuan)”.
  • Zhou Mingchao (LTD) : “Enquêter dans une école pour les enfants de travailleurs migrants ruraux en Chine : l’identité de l’enquêteur en question sur le terrain”.

Pause (15 minutes)

  • Russell Yves (CECMC) : “Approcher le monde de l’enseignement chinois, toute une histoire…”
  • Sun Jiawen (CECMC) : “Surmonter le fossé générationnel : imitation, empathie et intégration”

12h30-14h : Pause déjeuner

14h-17h : Session 4 : Stratégies de terrain (2) : cas d’études en Asie orientale et du sud

Présidente de session : Danielle Tan (Sciences Po Lyon, IAO)

  • Charlotte Thomas (CERI / Noria Research) : “L’exploration de Juhapura et de ses habitants grâce à la méthode ethnographique : une plongée au cœur du ghetto musulman par le truchement du microscope”.
  • Jérôme Soldani (Institut d’Histoire de Taïwan) : “Comme un éléphant dans un magasin de porcelaine : enquêter auprès dʼune équipe professionnelle de baseball à Taïwan”.

Pause (15 minutes)

  • Laurent Sovet (Paris, CNAM) : “Conduire des recherches en psychologie en Corée du Sud : un retour d’expérience”.
  • Judith Audin (CEMC / EHESS) et Adrien Fauve (CERI / Sciences Po) : “Enquêter dans des villes en situation autoritaire : quelles spécificités méthodologiques et théoriques des terrains asiatiques ? Une comparaison Chine-Kazakhstan”.

17h-17h30 : Conclusion de la journée d’étude

Source : http://journeeasie.blogspot.fr/

logo-iao2

gis-Asie

Séminaire : Villes diffuses en Asie. Nouvelles perspectives sur le desakota – 9 avril 2015

[ndlr] Programme détaillé du séminaire accompagné de son argumentaire et d’une bibliographie.

Villes diffuses en Asie

Nouvelles perspectives sur le desakota

Séminaire organisé dans le cadre du DSA « Architecture et Projet Urbain», ENSA de Paris-Belleville avec l’UMR-AUSSER.

9 avril 2015

Salle des enseignants, ENSAPB, de 14h30 à 17h45

 

PROGRAMME

  • 14h30-15h. Introduction. Adèle Esposito, chargée de recherche CNRS-AUSSER
  • 15h-15h30. Le desakota en son envers, son endroit : agriculture et aménagement des périphéries métropolitaines de Shanghai. Etienne Monin, doctorant, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Laboratoire Prodig UMR 8586
  • 15h30-15h45. Questions/ Réponses
  • 15h45-16h. Pause
  • 16h-16h30. Les métropoles diffuses en Chine : processus de transition urbaine dans la région de delta du fleuve Yangzi. Andrea Palmioli, doctorant UMR AUSser
  • 16h30-16h45. Questions/Réponses
  • 16h45-17h15. Enjeux de l’étalement urbain sur les recompositions des pratiques quotidiennes des habitants périurbains de Hanoi. Gwenn Pulliat, ATER, Aix Marseille Université/ESPE
  • 17h15-17h45. Questions/Réponses & Discussion animée par Adèle Esposito
photo_AndreaPalmioli
© Andrea Palmioli

 

Ce séminaire vise à engager une réflexion sur les processus et les formes de l’urbanisation diffuse en Asie. Par urbanisation diffuse, on entend une figure de l’urbanisation caractérisée par l’alternance, la coexistence, et l’hybridation de formes urbaines et rurales, dispersées sur des territoires urbanisés à basse densité (Piccinato e Sartore 1990, Piccinato, Quilici et Tafuri 1962, Barattucci 2015). Avec des temporalités spécifiques à chaque pays d’Asie, on assiste, depuis environ trente ans, à la formation de régions métropolitaines et de territoires urbanisés (McGee 2009). Pour décrire la nature de ces phénomènes, des chercheurs travaillant sur l’Asie ont construit des concepts aptes à saisir les processus à l’œuvre dans ces contextes. Parmi ceux-ci, Mc Gee (1991) a désigné, par le néologisme desakota (de l’indonésien, desa, village ; kota, ville), des régions caractérisées par la mixité entre activités agricoles et non-agricoles qui, souvent, se développent le long de corridors reliant de grands noyaux urbains (Sui et Zeng 2001). Dès lors, de nombreux travaux se sont servis du concept de desakota pour appréhender les phénomènes urbains en Asie (inter al. Guldin 1996 ; Hebbert 1994). Ces travaux se sont principalement intéressés aux métropoles et aux grands pôles de développement  et ont privilégié certains terrains (ex. l’Asie de l’Est et l’Indonésie). La majorité d’entre eux a développé des approches d’analyse fondées sur une appréhension géoéconomique des phénomènes urbains ou sur l’évaluation des pro et contra de cette figure de l’urbanisation sur le plan environnemental, administratif, et social.

Ce séminaire vise à ouvrir des pistes d’investigation sur l’urbanisation diffuse et le desakota, qui ont été moins développées par la littérature, mais tout autant importantes pour comprendre les processus d’urbanisation en Asie contemporaine. Sans prétention d’exhaustivité, sont livrées ici quelques thématiques de réflexion qui pourront être développées par les contributions à ce séminaire.

1) Les fondements théoriques, les outils conceptuels et analytiques qui permettent d’appréhender les phénomènes d’urbanisation diffuse en Asie.

Le panorama de la recherche sur l’Asie a été largement influencé par les notions de desakota et de « extended metropolitan region » développées par McGee. En revanche, des travaux portant sur des contextes occidentaux ont développé d’autres désignations, inter alia celle de « concentration dispersée métropolitaine » (Castells 1998), de « post-suburbanisation » (Phelps et Wu 2011) et de « métropole horizontale » (Secchi et Viganò 2013).

Des concepts élaborés pour des contextes occidentaux, peuvent-ils éclairer ou servir comme catégories d’analyse pour l’étude des contextes asiatiques ? Quelles sont, s’il y en a, les singularités irréductibles des villes diffuses asiatiques ? Certains auteurs (inter alia Yokohari et al. 2000) ont essayé de montrer que la figure urbaine du desakota serait spécifique à l’Asie. Par ailleurs, des recherches récentes sur le site archéologique d’Angkor ont établi un lien entre l’urbanisme des anciennes capitales khmères (caractérisées par la basse densité et la prévalence des fonctions agraires) et les phénomènes contemporains de desakota en Asie du Sud-Est[1].

2) L’urbanisation diffuse des villes moyennes  

Les travaux sur l’urbanisation diffuse en Asie ont été en grande partie focalisés sur les métropoles et les grandes villes. Mais désormais, les processus d’urbanisation dispersée concernent aussi les villes de taille moyenne qui sont capables d’attirer des capitaux, des ressources, et de nouvelles populations. Parmi celles-ci, les villes touristiques (par exemple, la ville de Melaka), où la spécialisation patrimoniale et commerciale du centre historique amène au déplacement d’autres fonctions (administratives, résidentielles, etc.) vers la périphérie, mais aussi à l’implantation de nouvelles formes et activités dans des vastes territoires urbanisés. A l’instar de Robinson (2006), le séminaire accueillera des contributions étudiant l’originalité et l’innovation des processus d’urbanisation dans ces villes dites « ordinaires » par rapport aux grandes agglomérations de la région.

3) La reconfiguration des centralités urbaines

Une grande partie des recherches sur l’urbanisation dispersée a analysé les franges métropolitaines, le périurbain, et les nouvelles zones d’expansion. Dans un article récent, McGee (2009) souligne l’importance de conduire des recherches sur « les marges des méga-régions urbaines » qui concentreront 75% de la croissance urbaine au cours des prochaines décennies. Or, si ces recherches s’avèreront fort utiles, McGee souligne également l’importance de travailler sur la redéfinition des rapports entre centre et périphérie, sur leur articulation… ou désarticulation. Quel est le rôle des centres urbains, et en particuliers des noyaux historiques des villes diffuses ?  Quelles nouvelles centralités se configurent lorsque le territoire urbain s’élargit ? Comment ces centralités s’articulent-elles, sur le plan physique, spatial, et fonctionnel, dans des grandes agglomérations diffuses ?

4) Le devenir de l’idée de « ville » à l’épreuve de la dispersion.

Les périmètres urbains s’élargissent : les municipalités de Hanoi et de Ho Chi Minh-Ville ont, par exemple, vu leurs frontières s’agrandir à partir de 2008, avec l’inclusion de vastes zones rurales. La municipalité de Siem Reap, au Cambodge, inclut aujourd’hui 13 communes, dont 3 auparavant rurales, et une surface cultivée de plus de 12.000ha.

Le terme ville, est-il utilisé pour décrire ces territoires urbanisés mais hybrides ? Quelles sont les significations qui lui sont associées ? Dans un travail récent, McGee (2009) invite les chercheurs à interroger la pertinence actuelle de ce mot, et de celui qui lui est souvent opposé, de « campagne ». Une interrogation qui doit être fondée sur la connaissance du bagage historique et culturel de ces notions, et de leur portée politique dans les stratégies d’aménagement et de gouvernance urbaine.

De nature exploratoire, ce séminaire inaugure une réflexion de longue haleine sur la thématique de la « ville diffuse », qui sera développée à l’ENSA de Paris-Belleville, à l’UMR AUSser, et au Labex Futurs Urbains, à partir de cette année. Il vise alors à identifier des chercheurs, et surtout des jeunes chercheurs, qui pourraient être impliqués dans cette réflexion à venir.

 

[1] http://sydney.edu.au/southeast-asia-centre/students/field-schools-exchanges/cambodia.shtml – 13 février 2015.

Contact : adeleesposito@yahoo.fr

Il est préférable de communiquer par email votre participation au séminaire

 

Bibliographie sélective.

Barattucci, C. 2015. « Campagna urbanizzata, urbanizzazione diffusa et città diffusa : les inventions lexicales des urbanistes italiens après 1960 », dans Coudroy, L. et Ratouis, O. (a cura di), Langages techniques et spécialisés de l’urbain, Collection Les mots de la ville. Paris : Unesco – Maison des sciences de l’homme – Ehess, Paris (en cours de publication).

Castells, M. 1998. La société en réseaux. L’ère de l’information. Paris, Fayard.

Franck, M., Goldblum, C. et Taillard, C. (dir.), 2012, Territoires de l’urbain en Asie du Sud-Est. Métropolisations en mode mineur, Paris : CNRS Editions, coll. « Etudes Imasie-Pacifique ».

Chaléard, J.-L. (dir.), 2014, Métropoles aux Suds. Le défi des périphéries? Paris : Karthala-Prodig.

Guldin, G.E., 1996. “Desakotas and beyond: urbanization in southern China”, in Ethnology, vol. 35, n°4, pp. 265–283.

Hebbert, M., 1994. “Sen-biki amidst Desakota: Urban Sprawl and Urban Planning in Japan” in Shapira, P., Masser, I., Edginton, D.W. (eds.), Planning for Cities and Regions in Japan. Liverpool: Liverpool Universities Press, pp. 70–91.

McGee, T.-G., 1991. “Presidential Address: Eurocentrism in geography – the case of Asia Urbanization” in The Canadian Geographer, n° 35, 332–344.

McGee, T.-G., 2009. The Spatiality of Urbanization: The Policy Challenges of Mega-Urban and Desakota Regions of Southeast Asia, in: Working Paper -N. 161. Presented at the UNU-IAS, Yokoama, p. 40.

Phelps, N.-A. and Fulong Wu (eds.). 2011. International Perspectives on Suburbanization: a Post-suburban World? New York: Palgrave MacMillan.

Piccinato, G., and Sartore, M. 1990. “Spazio rurale e urbanizzazione diffusa: il caso veneto.” In Clementi, A. et Perego, F. (a cura di), Eupolis. La Riqualificazione Della Città in Europa. Roma-Bari: Laterza, pp. 489-505.

Piccinato, G., V. Quilici, and M. Tafuri. 1962. “La Città Territorio, verso una nuova dimensione.” In Casabella Continuità, n° 270, p. 16.

Robinson, J. 2006. Ordinary Cities. Between Modernity and Development. London-New York: Routledge.

Secchi, B. et Vigano’, P. 2013. Habiter le Grand Paris. L’habitabilité des territoires: cycles de vie, continuité urbaine, métropole horizontale. Paris: Atelier International du Grand Paris. Publication en ligne: http://www.ateliergrandparis.fr/aigp/conseil/studio/Studio13Habiter2013.pdf 16 février 2015.

Sui, Z.-D., Zheng, H., 2001. “Modeling the dynamics of landscape structure in Asia’s emerging desakota regions: a case study in Shenzhen”, in Landscape and Urban Planning, n° 53, 37–52.

Yokohari, M., Takeuchi, K., Watanabe, T., Yokota, S., 2000. “Beyond greenbelts and zoning: A new planning concept for the environment of Asian mega-cities”, in Landscape and Urban Planning, n° 47, pp. 159–171.

Thy Phu : Diasporic Vietnamese Family Photographs, Orphan Images, and the Art of Recollection

[ndlr] Signalement d’un article paru dans Trans Asia Photography Review (Volume 5, Issue 1: Photography and Diaspora, Guest Edited by Anthony W. Lee, Fall 2014). Un numéro entièrement dédié à l’étude de la photographie asiatique de plusieurs diasporas. Il explore le travail et les réflexions d’artistes sur la mémoire. Nous remercions Caroline Grillot pour nous avoir signalé cette édition en ligne.

DinhQLe_CrossingTheFartherShore_2014
Dinh Q. Lê, detail from Crossing the Farther Shore, 2014 © Nash Baker and the Rice Gallery, Houston.

Nathalie Huynh Chau Nguyen yearns for a box of photos her family shipped to their temporary home in Japan in 1975, a box that never arrived. The journalist Andrew Lam confesses to the “unforgivable act” of burning his family photos, which reduced three generations to ashes.[1] During her first journey back to Vietnam in thirty years, Kim’s hired car circles the roads of Bien Hoa, a town just south of Saigon, in search of the photo studio where dozens of her portraits were kept, only to learn that the owners have emigrated and no one knows what happened to these old photos. She returns to her home in Ontario, disappointed and bereft.[2]

Such stories of visual yearning are familiar to the Vietnamese diaspora. They are especially poignant for the first wave of refugees, those who fled in 1975, in the immediate aftermath of the fall of Saigon, as well as for the second wave, the “boat people,” whose plight gave rise to the Indochinese humanitarian crisis of the late 1970s to the early 2000s.[3] For these two groups, photos are an often fraught, incomplete record of a painful past.

As they awaited their chance to flee, refugees hid, altered, abandoned, buried, or even burned photos that contained incriminating evidence of collaboration with Americans and loyalty to the defeated Republic of Vietnam. Many of those who fled abandoned compromising pictures in the name of survival. For others, photos that remained intact were left behind to make room for jewelry with which to barter and enough food to keep them going.

Photographs lie at the core of the Vietnamese diaspora, especially for those who struggle to piece together incomplete stories told by images, many of which were defaced, discarded, or destroyed. At the same time, such photos represent a tie to the families left behind, whether as memories of artifacts that no longer exist or as surviving images that evoke layers of memories.

Despite the prominence of these stories of visual longing among diasporic Vietnamese, however, few critics have paid careful attention to them. How has photography — especially family photography — affected this community? This paper explores the function of family images in recent projects by first- and second-wave refugees.

Lire la suite / Read more : Trans Asia Photography Review

Génocides tropicaux. Catastrophes naturelles et famines coloniales. Aux origines du sous-développement [2003]

Davis_GénocidesTropicaux[ndlr] Une approche « longue durée » sur l’histoire de la colonisation et du climat et les conséquences sur le développement des pays colonisés. Paru il y a plus de dix ans (2001 en anglais dans sa version originale et 2003 pour la version française) cet ouvrage à thèse a fait débat pour son parti pris anti-libéral. Son auteur, Mike Davis, « chercheur inclassable de la gauche américaine » selon Libération, défend une histoire critique de la mondialisation. Titre original : Late Victorian Holocausts: El Niño Famines and the Making of the Third World. Réédité en 2006, présentation de l’éditeur ci-après.

À la fin du XIXe siècle, plus de cinquante millions de personnes moururent dans d’épouvantables famines qui survinrent quasi simultanément en Inde, au Brésil, en Chine et en Afrique. Déclenchées par le phénomène climatique aujourd’hui connu sous le nom d’El Niño, la sécheresse et les inondations provoquèrent des épidémies terribles, l’exode des populations rurales et des révoltes brutalement réprimées. C’est cette tragédie humaine absolument méconnue que Mike Davis relate dans cet ouvrage. Il montre en particulier comment la « négligence active » des administrations coloniales et leur foi aveugle dans le libre-échange aggrava de façon meurtrière ces situations catastrophiques. Ce livre offre une description saisissante des méfaits du colonialisme et de son régime politique et économique. Il présente ainsi un autre regard sur la naissance du tiers monde, en construisant une double histoire économique et climatique du développement qui conduit à penser l’interconnexion des deux grandeurs, naturelles et humaines, dans le cadre de ce qui était déjà, au XIXe siècle, un « système-monde ». À bien des égards, Génocides tropicaux ajoute un chapitre important au grand « livre noir du capitalisme libéral ».

Table des matières :

RemerciementsIntroduction – Vacances au pays des famines – L’histoire secrète du XIXe siècle – Les « forçats de la faim » – Définitionspréalables – El Niño – Sécheresse – Famine (causalité) – Famine (mortalité due à la) – Holocauste (image de l’) – I. La grande sécheresse, 1876-1878 – 1. Les fantômes de Victoria – Le Néron des Indes – Le « salaire de Temple » – La « grève des secours » – Lytton descend de l’Olympe – « Meurtres de masses » – Famine et nationalisme – 2. Quand les pauvres dévorent leur propre toit – La Chine – Le Brésil – 3. Messies et canonnières – Sécheresse et projets impériaux en Afrique – Les tombes à ciel ouvert d’Afrique du Nord – Le nombre des victimes dans le monde II. El Niño et le nouvel impérialisme, 1888-1902 – 4. Le gouvernement de l’enfer – Après la charrue, la sécheresse – Éthiopie : « jours cruels » – Le jihad vaincu par la famine – Apocalypse fin de siècle ? – 5. Le carnaval des squelettes – « Les charniers du gouvernement » (1896-1897) – Malheur aux petits enfants – Le ciel bleu de la famine (1899-1902) – « Un vice-roi authentiquement impérialiste » – Le « chant de la famine » – L’enfer du Gujarat – 6. Révolutions millénaristes – Chine : quand les chrétiens « mettent le ciel en bouteille » – Brésil : la guerre de la Fin du monde – Asie : la famine comme stratégie coloniale – Afrique : les Européens vus comme des sauterelles – Des séquelles durant tout le XXe siècleIII. À la recherche d’ENSO – 7. Le mystère des moussons – Une science impériale – Socialisme et taches solaires – Géopolitique et oscillation australe – Bjerknes et le paradigme ENSO – Un régime multidécennal ? – 8. Climats de famine – Téléconnexion et causalité – Les climatologies régionales du phénomène ENSOUne chronologie du phénomène El NiñoIV. Écologie politique des famines – 9. Les origines du tiers monde – « Mauvais climat » ou « mauvais système » ? – Les « lois de cuir » contre les « lois de fer » – Perspectives sur la vulnérabilité – La défaite de l’Asie – L’économie de la fin de l’ère victorienne – Étalon or et militarismeL’hypothèse malthusienne – Le déficit d’irrigation – 10. Inde : la modernisation de la pauvreté – La misère nue des producteurs de coton – Affamés par le boom céréalier – L’État colonial – Enclosures victoriennes – Le déclin de l’irrigation indigène – 11. Chine : la révocation des mandats – De l’autarcie au marché – L’épuisement des réserves des greniers – Corruption et décentralisation – La rançon de l’âge d’or – La déforestation de la Chine du Nord – La crise de la Commission du fleuve Jaune – L’abandon de l’aménagement hydraulique – 12. Brésil : race et capital dans le Nordeste – Colonialisme informel et pouvoir d’État – Eugénisme et involution économique – Le déclin écologique – Le boom du coton – La farce de l’irrigation – Notes.

L’auteur :

Mike Davis, né en 1946 à Fontana (Californie), ancien camionneur et ouvrier d’entrepôt frigorifique, enseigne aujourd’hui la sociologie urbaine. Chercheur indépendant doté d’une grande curiosité interdisciplinaire, il a publié un livre sur l’histoire de la classe ouvrière américaine, intitulé Prisoners of the American Dream. City of Quartz (La Découverte, 1998 ; nouvelle édition La Découverte/poche, 2000), Génocides tropicaux (La Découverte, 2003 ; nouvelle édition 2006) et Au-delà de Blade Runner (Allia, 2006). Il a reçu le « Best Book Award de la American Social Science » et le prix 1998 « Lire la Ville ».

Source : La Découverte

Pour en savoir plus :

  • CR de lecture de Cyrille Ferraton, « Mike Davis, Génocides tropicaux. Catastrophes naturelles et famines coloniales (1870-1900). Aux origines du sous-développement, Paris, La Découverte, 2003, 479 p., trad. Late Victorian Holocausts, El Niño Famines and the Making of the Third World, 2001. », Astérion [En ligne], 2 | 2004, mis en ligne le 05 avril 2005. URL : http://asterion.revues.org/97
  • CR de lecture de Alicia Sliwinski, Génocides Tropicaux. Catastrophes naturelles et famines coloniales. Aux origines du sous-développement by Mike Davis; Marc Saint-Upéry (trad.), Anthropologica, Vol. 45, No. 2 (2003), pp. 307-309.