Archives par mot-clé : Asie du Sud-Est

André Menras : “Tâche d’huile” et “coups de bélier” – l’affaire de la plateforme de forage chinoise

Atelier de réflexion : les enjeux de la crise sino-vietnamienne.

Samedi 24 mai 2014. ENS de Lyon

★ ★ ★

L’affaire de la plateforme de forage chinoise :

une nouvelle avancée dans la stratégie d’expansion en “tâche d’huile” et en “coups de bélier” pour annexer la mer du Sud-Est asiatique.

Par André Menras (Hồ Cương Quyết)

Chercheur indépendant

AndréMenras_24-05-2014
André Menras à l’Institut d’Asie Orientale à Lyon © 2014 IAO

 

On ne peut pas comprendre la situation présente si l’on se confine à quelques évènements récents sous peine de considérer les affrontements actuels comme l’expression de “disputes” territoriales dans lesquelles les parties concernées seraient renvoyées dos à dos dans une confusion de responsabilité et de légitimité. Une telle neutralité poncepilatique exclurait toute possibilité de règlement équitable sans lequel la paix ne saurait exister et durer. L’examen chronologique des événements historiques marquants est absolument nécessaire, sinon suffisant, pour identifier les sources du conflit et leur expression actuelle afin de peser plus efficacement pour son règlement.

Tout au long de cette intervention je ne parlerai pas de Mer de Chine méridionale car ce géonyme attribué par les cartographes coloniaux et, à partir des années 60, repris dans une grande majorité des atlas, porte, innocemment ou non, une connotation malsaine sur le plan de la souveraineté. De “Mer de Chine” à “Mer de la Chine” il n’y a en effet qu’un petit mot à penser pour déposséder au profit de l’Empire les nations riveraines de cet espace maritime vital pour elles. Cette Méditerranée de l’Asie du Sud-Est n’est ni historiquement, ni juridiquement, ni dans la pratique ancestrale, un lac exclusivement chinois. Elle est le bien commun des nations qui la bordent et de la communauté internationale qui en emprunte le passage avec une fréquence sans cesse accrue.

DaiNamNhatThongToanDo
Đại Nam nhất thống toàn đồ

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

1°) Chronologie de l’annexion chinoise de l’archipel des Paracels

L’examen détaillé des dates historiques depuis la période précoloniale jusqu’ à aujourd’hui révèle clairement la naissance puis la montée en puissance des appétits chinois sur Les Paracels et au-delà, en passant par l’annexion totale de l’Archipel jusqu’à l’installation actuelle de la plateforme de forage dans la zone économique exclusive du Vietnam.

A) Durant la période précoloniale, l’An Nam a édifié sur l’archipel une souveraineté incontestée.

Depuis les seigneurs Nguyen, en 1702, la première brigade de Hoang Sa (alors appelé Cat Vang) est constituée avec 70 jeunes hommes du village de An Vinh (dont les descendants vivent toujours à Ly Son) pour, sous les ordres des seigneurs se rendre chaque année dans l’archipel, y récupérer des restes d’épaves, et en ramener des produits de la mer. Avec les empereurs Nguyen la tradition se continue et se développe.

  • 1816 : Gia Long déclare les droits souverains de l’empire d’An Nam [Viêt Nam] sur l’archipel appelé alors “Cat Vang “.
  • 1833-1836 : Ming Mang ordonne l’érection d’un temple, la construction d’une stèle de souveraineté et la plantation d’arbres.
  • 1867 : Tu Duc décerne le titre de héros à des “binh si”, soldats de la mer, ayant péri dans leur périple vers Hoang Sa… Autant d’actes étatiques cohérents et annuels de la part de l’empire d’An Nam [Dai Nam] qui justifient pleinement droit à souveraineté. Sans aucune contestation de la part de quelque autre État.

B) Première période coloniale jusqu’au début du XXème siècle : La Chine reconnaît implicitement cette souveraineté.

  • 1884 : traité de Hue. “La France s’engage à garantir l’intégrité des États de SM. Le roi d’An Nam”. Et donc des Paracels. La même année édition d’une carte chinoise de “l’empire unifié ” dont le point le plus austral est la pointe sud de l’île d’Hai Nan. Elle ne comprend donc pas Les Paracels.
  • 1885 : traité franco-chinois de Tianjin. La Chine renonce à toute prétention de suzeraineté sur l’An Nam et donc sur les Paracels.
  • 1906 : édition d’un manuel national d’enseignement de la géographie : le “Zhong guo dilixue giao keshu”. La limite australe de l’empire est toujours l’île d’Hai Nan.

C) Première période coloniale jusqu’en 1945 : naissance des appétits chinois.

  • 1909 : débarquement de 24h des troupes de l’Amiral Li Zhu sur l’île de Pattle. Opération commanditée par le gouverneur du Guang xi-Guangdong.
  • 1925 : le Gouverneur Général d’Indochine annonce que l’Archipel est sous la souveraineté de l’An Nam sous protectorat français.
  • 1925-1936 : série d’articles d’Henri Cucherousset dans “L’Éveil économique de l’Indochine” qui proteste contre la “mollesse” des devoirs protecteurs de la France sur l’archipel.
  • 1931-1932 : la Chine adjuge l’exploitation du guano (phosphates) sur l’archipel à des particuliers. Protestation officielle française.
  • 1937-1939: détachement de gardes coloniaux dépêché sur Pattle pour y construire un phare, une station météo, une station TFS et y dresser une stèle portant l’inscription “République française-Royaume d’An Nam-Archipel des Paracels : 1816-île de Pattle 1938”.

D) Deuxième période coloniale jusqu’en 1954 : les appétits chinois deviennent prétentions souveraines naissantes.

  • 1945 : la Chine nationaliste reçoit mission de désarmer les Japonais au nord du 16ème parallèle.
  • 1947 : les troupes de Chang Kaï-chek débarquent sur les Paracels orientales. La France envoie un détachement militaire qui prend garnison sur Pattle et demande un arbitrage international. Refus de la Chine. La même année, apparition de la première ligne en U en 11 traits, matérialisant les prétentions souveraines chinoise sur 80% de la mer du Sud Est asiatique.
  • 1950 : la Chine évacue sa garnison de l’île boisée. Le contrôle de l’archipel est officiellement remis à l’empereur Bao Dai.
  • 1951 : conférence de San Francisco. Les Paracels et les Spratleys abandonnées par les Japonais, ne sont attribuées à personne. L’URSS propose de les placer sous la souveraineté de la Chine de Mao. Proposition rejetée à l’écrasante majorité. Le ministre des Affaires étrangères de Bao Dai réaffirme la souveraineté du Vietnam. Silence de la France.
  • 1954 : Accords de Genève. Toutes les îles passent sous l’administration de la République du Sud Vietnam. Pas de protestation de la Chine présente lors des négociations.

E) L’après Genève jusqu’au départ des Américains : la violence du fait accompli.

  • 1956 : retrait des Français et relève par les troupes de la République du Viêt-Nam sur Pattle et le groupe du croissant (Sud-ouest de l’archipel). Les troupes de la République populaire de Chine débarquent discrètement sur la partie orientale (Amphitrite) et ne la quitteront plus.
  • 1958 : note diplomatique du Premier ministre de la RDVN Pham Van Dong qui “enregistre et approuve” une déclaration de la RPC fixant à 12 milles nautiques la limite des eaux territoriales de la Chine. Pékin utilise encore aujourd’hui cette note pour étayer son argumentation de souveraineté.
  • 1974 : la marine de guerre chinoise s’empare de la totalité de l’archipel. 64 morts vietnamiens. La 7ème flotte US à proximité, appelée au secours par son allié sud-vietnamien, ne réagit pas. L’observateur de la République du Viêt-Nam à l’ONU demande un examen de la question par le Conseil de Sécurité. Sans succès. Aucun soutien des USA ni de la France.
tuongniem-haichien-HS1974
19 janvier 2014 : commémoration du 40e anniversaire de la bataille des Paracels © 2014 Tin Tuc Hang Ngay

F) L’après 1974 jusqu’en 2009 : consolidation de la base de Hoang Sa, légitimation et nouveaux coups de force.

  • 1982 : Convention de Montego Bay sur le droit à la mer signée et ratifiée par la Chine et le Vietnam : “Aucun État ne peut légitimement soumettre une partie de la Haute mer à sa souveraineté”.
  • 1988 : coup de force sanglant à Gac Ma (Johnson reef). 74 morts vietnamiens de la République Socialiste du Vietnam.
  • 1992 : la Chine octroie à la compagnie US Crestone Energy une concession d’exploitation située dans la ZEE du Vietnam.
  • 1989-1995 : occupation par la Chine de récifs et d’îlots supplémentaires dont celui de Panganaban reef (Mischief reef) dans la ZEE des Philippines.
  • 2002 : signature de la “Déclaration de (bonne) conduite” (DOC), gentlemen agreement, entre la Chine et les pays de l’ASEAN. “…Ne pas faire usage de la force ou de menace pour régler les différents ; ne pas compliquer la situation par de nouvelles édifications…” Début d’une campagne chinoise de menaces et de chantage pour dissuader les compagnies pétrolières étrangères de coopérer avec le Vietnam et les Philippines dans les ZEE de ces pays.
  • 2007 : loi chinoise instituant la ville de “Tam Sa” dépendant de Hai Nan et basée à Phu Lâm (Paracels).
BaoVeHSTS
“Ensemble exploitons et protégeons la mer et les îles du Viêt-Nam”

G) A partir de 2009, accélération de l’escalade et de sa légitimation.

  • 2009 : en mars, L’USNS américain “Impeccable” se voit barrer la route au large d’Hai Nan par des bâtiments de la flotte chinoise. Avril : à Quinddao, grand show international de la puissance militaire navale chinoise. Mai : note diplomatique chinoise au secrétaire général de l’ONU en réaction au dépôt de l’acte de souveraineté du Vietnam et de l’acte conjoint que ce pays a déposé avec la Malaisie. La Chine y affirme ses prétentions souveraines matérialisées par la ligne en U en 9 traits (ou langue de boeuf) englobant 80% de l’espace maritime et la totalité des archipels de la mer du Sud-Est asiatique. Du 16 mai au 1er août : Pékin décrète unilatéralement l’interdiction de pêcher dans la zone. Octobre : sommet de l’ASEAN en Thaïlande. La Chine refuse d’aborder de façon multipartite la question des différends en Mer du Sud-Est asiatique. Décembre : Pékin annonce sa décision de “développer le tourisme sur une grande échelle” dans la zone en U. L’assemblée nationale adopte la loi sur “la protection et le développement des îles”.
  • 2011 : en mai, agression sur le “Binh minh 02” navire d’exploration sismique de la compagnie PetroVietnam, en ZEE du Vietnam. Septembre : agression sur le “Viking”, autre navire vietnamien de prospection, dans la ZEE du Vietnam.
  • 2012 : sommet de l’ASEAN. La Chine fait pression sur le Cambodge, alors président, pour empêcher un communiqué commun en faveur d’un “Code de conduite” ayant force de loi en mer du Sud-Est asiatique. Avril-mai : affrontement de 3 semaines avec Les Philippines à Scarborough shoal (archipel des Spratleys) en ZEE des Philippines. Juillet : la Chine fait élire le Président de “Tam Sa” et installe un centre de communication satellitaire 3G sur l’île de Phu Lam. Août : vingt-trois-mille chalutiers chinois partent de Quang Dong et Hai Nan pour aller pêcher en mer du Sud-Est asiatique. Création aux Paracels d’une unité militaire de l’APL à l’échelle d’une division pour la “zone de défense de Tam Sa” comme “un appareil pour gouverner la mer”.
  • 2013 : en juin, édition du livre “Ville de Tam Sa, Chine : Histoire, ressources et rôle dans la défense nationale”. Novembre : zone d’Identification aérienne crée par la Chine dans la Mer dite de Chine orientale, vis à vis du Japon. Le Japon et les 10 pays de l’ASEAN se déclarent d’accord pour “coopérer davantage afin de garantir la liberté de survol et la sécurité de l’aviation civile”.
  • 2014 : en janvier, décret de la province de Hai Nan qui exige une autorisation pour tout chalutier “étranger” en activité dans la zone en U, sous peine de fortes amendes et de sanctions allant jusqu’ à la confiscation du chalutier et la comparution devant un tribunal chinois. Mai : implantation d’une plateforme de forage géante (HD 981) en pleine ZEE du Vietnam. Affrontements au large de l’île Tri Tôn (archipel de Hoang Sa) 10 policiers de la marine vietnamienne blessés, 4 bâtiments vietnamiens éperonnés et endommagés, un chalutier vietnamien coulé.
MerAsieDuSudEst
Le tracé en rouge de la “langue de bœuf chinoise” sur 80% de l’espace maritime

2°) Lignes de force de la stratégie expansionniste de Pékin

  • 1°) Dans ce “going out” annexionniste vers le Sud maritime, Pékin a commencé par le plus proximal : Les Paracels.
  • 2°) A partir de cette base qu’elle consolide, elle jette des ponts vers de nouvelles bases, par tache d’huile ou par coups de force ponctuels, à l’intérieur des ZEE des nations riveraines qu’elle veut transformer en “zones disputées”.
  • 3°) Toutes ces actions sont basées sur la violence militaire et sur la surprise. Aucun des traités ou accords signés aussi bien sur le plan international que sur le plan local ne sont respectés.
  • 4°) Au niveau tactique, Pékin utilise toujours des périodes de vide ou de faiblesse de puissance pour porter de nouveaux coups. (départ des colonialistes français en 1956, départ des USA en 1974, faiblesse de la RSVN privée du soutien de l’URSS dès la fin des années 70, faiblesse relative des USA, malgré leur politique de “pivot” vers la zone Pacifique-Asie… Faiblesse économique de l’Europe demandeuse de contrats chinois provisoirement salvateurs).
  • 5°) Sa tactique diplomatique et économique est toujours celle de la division. Par gratifications ou par rétorsions économiques. Le refus d’arbitrage international ou de discussion multilatérale est une constante historique de sa diplomatie.

3°) Responsabilités et dette de la communauté internationale

  • a) L’État colonialiste français a d’une certaine façon aidé l’An Nam a se libérer de l’emprise chinoise et a assimiler des “territoires sans maître” (dans les Spratleys ) dont le Vietnam a hérité au titre de l’ “Uti Possidetis Suis”. Mais, d’un autre côté, il a quelquefois aiguisé les appétits chinois en oubliant ou trahissant les intérêts de l’État “protégé” pour ses propres visées à court terme. “Les Paracels pourraient constituer une matière de marchandage ou une contre-partie à des concessions (avec la Chine) de notre part sur d’autres points” (lettre du 20 mars 1930 de P. Pasquier, Gouverneur général de l’Indochine au ministre des colonies). Il en est de même du mutisme de la France lors de la Conférence de San Francisco en 1951 et lors de l’invasion chinoise des Paracels en 1974…
  • b) Les USA, administration Nixon-Kissinger : abandon total lors de l’invasion chinoise de 1974. Mutisme de la 7ème flotte à proximité. Kissinger : “La position des USA est de ne pas soutenir les prétentions de souveraineté vietnamiennes sur les îles.” (Foreign relations of the United States 1969-1976; Volume VIII; China 1973-1976: Document 66).
  • c) Aujourd’hui. Toutes proportions gardées, l’Histoire a déjà connu des dictatures ponctuellement puissantes en quête d’ “espace vital”. Le traité de Munich en 1938 a montré l’illusion qui consiste à acheter la paix à de tels régimes en abandonnant à leurs appétits des espaces souverains d’autres nations. Winston Churchill commentait ainsi ce genre d’abandon : “On nous a proposé la honte ou la guerre. Nous avons choisi la honte et nous avons eu la guerre”. Être neutre aujourd’hui, c’est faire respecter le droit international contre la politique de la canonnière. C’est aussi une façon de ne pas subir soi-même la loi du canon.
ngu_dan_VietTTXVN
Pêcheurs vietnamiens © TTXVN

4°) Les pêcheurs du Centre du Vietnam :

les droits de l’Homme s’arrêtent-ils où commence la mer ?

L’Histoire, c’est aussi la vie quotidienne des simples gens. Pour des dizaines de milliers de pêcheurs vietnamiens qui doivent aller gagner leur vie autour des îles Paracels, c’est une tragédie permanente car chaque sortie en mer peut être la dernière.

La plupart des informations concernant les agressions chinoises sur les pêcheurs sont de sources très officielles : Rapports du poste 328 des garde-côtes et du Comité populaire de district de Ly Son. Certaines informations proviennent aussi de journaux officiels vietnamiens (Tuoi Tre, Thanh Nien, Vietnam net, Phap luat, Dan tri, Saigon Tiep Thi, Lao Dong, et de la BBC). Ces statistiques sont cependant incomplètes car ces informations, jugées « sensibles » sont difficiles à obtenir de la part des autorités et les pêcheurs n’ont pas la liberté et l’organisation pour les communiquer. (Année 2008 par exemple.)

De 2002 à 2014, j’ai pu répertorier des centaines d’agressions. Environ 2000 pêcheurs en ont été victimes. 30 tués ou “disparus” par temps calme. 120 dont le chalutier a été éperonné et qui ont été sauvés in extremis. 500 emprisonnés sur l’île de Phu Lam de quelques jours à près de 2 mois et libérés contre rançon payée par la famille (7000 à 8000 USD). Matériel de pêche systématiquement détruit ou confisqué. Prise de pêche confisquée.

Voir en fin d’article le film documentaire “Hoang Sa Vietnam : La meurtrissure”. (film toujours interdit de projection au Vietnam).

Ces hommes et leurs familles sont les victimes d’une véritable politique terroriste qui vise à vider cette partie de la mer des pêcheurs vietnamiens absolument sans défense pour les remplacer par des pêcheurs chinois. Jusqu’ici les organisations internationales comme Amnesty international, interpellées pour réagir face à ces traitements inhumains, sont restées sans réaction. L’État du Vietnam non seulement ne protège toujours pas ses pêcheurs mais n’ose même pas les organiser pour faire un procès à la Chine devant le Tribunal international sur le droit à la mer…

Lyon, le 24 mai 2014

André Menras

Pour citer cet article :

Menras, André (30 mai 2014), « L’affaire de la plateforme de forage chinoise : une nouvelle avancée dans la stratégie d’expansion en “tâche d’huile” et en “coups de bélier” pour annexer la mer du Sud-Est asiatique », Mémoires d’Indochine [carnet de recherche] : https://indomemoires.hypotheses.org/15066 (Page consultée le …).

Les forces armées en Asie du Sud-Est : doctrines et liens civilo-militaires – 30 avril 2014 [séminaire Asia Centre]

Séminaire Observatoire Asie du Sud-Est

Logo_AsiaCentre

* * *

Les forces armées en Asie du Sud-est :
doctrines et liens civilo-militaires

Mercredi 30 avril 2014
de 15h00 à 18h00

École militaire
Amphithéâtre Louis
1 place Joffre – 75007 Paris
Métro : École militaire
1er étage

Habituels acteurs des jeux politiques nationaux, les armées sud-est asiatiques prennent le large et s’affirment à l’échelle régionale, notamment vis-à-vis des grandes puissances. Il a donc été décidé, dans le cadre du séminaire 2014 de l’Observatoire Asie du Sud-Est, d’inviter des chercheurs européens et de l’ASEAN pour débattre : d’une part des doctrines militaires, d’autre part des interférences avec le monde politico-industriel, notamment au sein des pays en pointe dans les partenariats stratégiques avec la France.

  • Professor Geoffrey Till, Emeritus Professor of Maritime Studies, King’s College London, Visiting Professor, RSIS (S. Rajaratnam School of International Studies – Singapore).
  • Christian Le Mière, Senior Fellow for Naval Forces and Maritime Security, IISS (International Institute for Strategic Studies – London).
  • Associate Professor Leonard C. Sebastian, Head of Undergraduate Studies, Coordinator of Indonesia Programme, RSIS (S. Rajaratnam School of International Studies – Singapore).
  • Dr. Tang Siew-Mun, Director (Foreign Policy and Security Studies), ISIS (Institute of Strategic and International Studies – Malaysia).

Le séminaire est organisé en collaboration avec la Délégation aux Affaires stratégiques du ministère de la Défense et avec le soutien de l’Irsem. Ce séminaire se tiendra en anglais. Une carte d’identité vous sera demandée à l’entrée.

Les invitations sont délivrées de façon nominale. Nous vous remercions par avance de bien vouloir nous confirmer votre participation avant le lundi 28 avril par courriel auprès d’Eric Frécon (e.frecon@centreasia.eu) et Rozenn Jouannigot (r.jouannigot@centreasia.eu).

Source : Asia Centre

The 2014 AAS Annual Conference: Philadelphia – Panels on Southeast Asia

[ndlr] La grande conférence annuelle de l’Association for Asian Studies se déroulera du jeudi 27 mars au dimanche 30 mars 2014 à Philadelphie. Aperçu des différents panels de cette année sur l’Asie du Sud-Est.

AAS-AnnualConf_2014Cliquez sur l’image pour accéder au programme complet en ligne

Southeast Asia

40. Cambodian Ceramics, Settlement Patterns, and Environmental Adaptation. Sponsored by Center for Khmer Studies. John Miksic, National University of Singapore

144. Center for Lao Studies: Changing Faces of Lao Communities. Vinya Sysamouth, Center for Lao Studies

42. Changing Dynamics of the Burma/Myanmar’s Borderlands: Historical and Ethnographic Perspectives. Yoko Hayami, Kyoto University

209. Connected and Local Histories of Arakan: New Textual and Epigraphic Studies. Sponsored by Burma Studies Group. Christian Lammerts, Rutgers University

142. Constructions of Childhoods in Colonial and Post-Colonial Vietnam. Olga Dror, Texas A&M University

210. Dien Bien Phu: Long Histories and Contested Futures. Sponsored by Vietnam Studies Group. Christian Lentz, University of North Carolina at Chapel Hill

341. Domestic Politics and Foreign Policy in Southeast Asia: Implications for Regional Order (ROUNDTABLE). Ann Marie Murphy, Seton Hall University

109. Ghosts, Magic, and Healing in Thailand. Justin McDaniel, University of Pennsylvania

279. Global City’s Dharma: Buddhism and Modernity in Singapore. Jack Meng-Tat Chia, Cornell University

111. Hanoi’s Domestic and International Challenges during the Vietnam War. Pierre Asselin, Hawaii Pacific University

312. Imagining Indonesia’s Forests: A Multidisciplinary Discussion on Forest Use, Perception, and Change across the Archipelago. Sponsored by The American Institute for Indonesian Studies (AIFIS). Rebakah Daro Minarchek, Cornell University

246. Inhabiting the Shadows: Political, Economic, and Cultural Repertoires in Contemporary Cambodia. Sponsored by Center for Khmer Studies. Andrew Mertha, Cornell University

247. Masculinities and Femininities in the Indonesian Islamic Revival. Sponsored by Indonesian and East Timor Studies Committee (IETSC). Nancy Smith-Hefner, Boston University

178. Migration, ‘Illegality’ and Citizenship in Contemporary Malaysia. Catherine Allerton, London School of Economics

314. Mortuary Ritual and Material Culture in Southeast Asia. Alison Carter, University of Wisconsin-Madison

80. Myanmar: The Dynamics of Positive Change (ROUNDTABLE). David Steinberg, Georgetown University

245. New Histories of Vietnamese Political Parties, 1920-1955. Haydon Cherry, North Carolina State University

79. New Media and Malaysia’s 2013 Election. Ross Tapsell, The Australian National University

143. New Perspectives on the Chinese in the Modern Colonial Philippines. Justin Jackson, Columbia University

18. Political Dynasty in Indonesia: Family Networks, Personality Politics and the Pursuit of Democracy. Jemma Purdey, Deakin University

9. Postcolonial Nation-Building in Southeast Asia During the Cold War. Sinae Hyun, University of Wisconsin-Madison

280. Post-Conflict Issues in Aceh, Poso and Ambon: Individuals, NGOs, and Local Governments. Sponsored by Indonesian and East Timor Studies Committee (IETSC). Julie Chernov Hwang, Goucher College

131. Practicing Politics in Malaysia and Singapore. Sponsored by Malaysia, Singapore, Brunei Study Group. Eric Thompson, National University of Singapore

78. Queer Southeast Asia: States, Markets, and Media. Sponsored by Southeast Asia Council. Peter Jackson, Australian National University

41. Reconfiguring Informality: Space and Livelihood Remapped in East and Southeast Asian Cities. B. Lynne Milgram, OCAD University

179. Refashioning Identities: The Politics of Dress in Early Modern Southeast Asia. Leslie Woodhouse, UC Berkeley

343. Rethinking Affect, Emotion, and Sentiment in post-reform Vietnam. Allen Tran, Bucknell College

177. Rethinking Philippine Studies through Histories of Money and Finance: New Perspectives on Colonialism, Nationalism, and Democracy. Sponsored by Philippine Studies Group. Allan Lumba, Harvard University

342. Sharia Dynamics: Everyday Life and Sociopolitical Conflict (Double Panel). Timothy Daniels, Hofstra University

211. Southeast Asian Language Programs: Current State and Future Opportunities for Collaboration. Sponsored by COTSEAL. Ellen Rafferty, University of Wisconsin-Madison

10. Speculative Orientations in Economic Life in Southeast Asia (Part 1). Sarah Grant, University of California, Riverside

176. The Expansion of the Notion of Indigenous Identity in Southeast Asia. Sponsored by Thailand, Lao and Cambodia (TLC) Group. Ian Baird, University of Wisconsin-Madison

313. The Future of ASEAN and New Member States with a Special Focus on Thailand (ROUNDTABLE). Pram Sousamout, Chulalongkorn University

175. The ‘Losers’ of Southeast Asia – Histories, Societies, and States outside the Center. Taylor Easum, New York University

212. When is Politics? Islam and the Idea of ‘the Political’ in Indonesian Studies. Sponsored by IETSC. Richard Fox, Universität Heidelberg

110. Where History and Archaeology Intersect: Southeast Asian Case Studies. Sponsored by Southeast Asia Council. Nam Kim, University of Wisconsin-Madison; Miriam Stark, University of Hawai’i-Manoa

Source : AAS Annual Conference

Programme complet en ligne : Digital Asian Studies ou AAS

L’Asie du Sud-Est 2014. Bilan, enjeux et perspectives [parution]

L'AsieDuSudEst_2014[ndlr] Présentation de l’éditeur.

Chaque année l’Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine (Irasec), basé à Bangkok, analyse les principaux événements politiques, économiques, sociaux, environnementaux ou religieux survenus dans l’ensemble du sous-continent asiatique.

Établissant une rétrospective des faits majeurs de l’année passée, cette collection participe d’une meilleure compréhension des grands enjeux et des perspectives à court ou moyen terme dans une région comprenant près de 600 millions d’habitants et qui, plus que jamais, joue un rôle d’interface entre les grands pôles asiatiques et l’Occident. Grâce au travail de terrain tout au long de l’année de nombreux chercheurs et experts, la collection L’Asie du Sud-Est offre un décryptage d’une actualité asiatique complexe, dense et dynamique.

Outre une analyse claire et détaillée, Asie du Sud-Est 2014 propose trois dossiers et un débat sur des sujets d’actualité représentatifs des changements en cours. De nombreux outils pratiques sur l’Asie du Sud-Est sont également disponibles, au nombre desquels une chronologie des événements des douze derniers mois ainsi qu’une liste des principaux ouvrages publiés au cours de l’année. Il est augmenté pour la première fois d’un très utile inventaire des principaux think tanks en Asie du Sud-Est.

Réf. Jérémy Jammes & François Robinne, L’Asie du Sud-Est 2014. Bilan, enjeux et perspectives, Bangkok-Paris, IRASEC / Les Indes Savantes, 2014, 475 p. avec les contributions de Sarah Anaïs Andrieu, François-Xavier Bonnet, Christine Cabasset, Jean-Raphaël Charbonnière, Arnaud Dubus, Renaud Egreteau, Nathalie Fau, Bernard Formoso, Eric Frécon, Laurent Gédéon, François Guillemot, Anne Yvonne Guillou, Bruno Jetin, Fabienne Luco, Marie Mellac, Grégory Mikaelian, Vatthana Pholsena et Marie-Sybille de Vienne.

Site de l’IRASEC (USR 3142 – UMIFRE 22 CNRS MAEE)

L’art du pathétique en Asie du Sud-est insulaire [séminaire CASE]

Séminaire général animé par

Andrée Feillard et Rémy Madinier

Logo_CASE


Sociétés d’Asie du Sud-est : permanences et mutations


Jeudi 28 novembre 2013

Véronique ARNAUD, Hélène BOUVIER, Josiane CAUQUELIN, Dana RAPPOPORT, CASE-CNRS

L’art du pathétique en Asie du Sud-est insulaire :

ethnologie, esthétique et émotions

Un groupe d’ethnologues du CASE a mené une réflexion commune, à partir de ses matériaux de littérature orale, rituelle ou profane, sur la notion de « pathétique », de son statut dans un ensemble narratif, mis en scène ou non, de sa pertinence dans les taxonomies locales de l’émotion, de son rôle esthétique dans la forme codifiée qui le porte, enfin  de son expression linguistique et, le cas échéant, non verbale. L’expression stylisée de la souffrance, du malheur, de la douleur, des épreuves de la vie et de la violence émotionnelle paroxystique que représente la mort, a ainsi été explorée à partir de quatre terrains, dans leurs langues vernaculaires, deux à Taïwan et deux en Indonésie.  Les mots, les voix et les pleurs présentés ici sont ceux des chants responsoriaux des Tao Do-pongso de Lanyu, Taïwan (Véronique Arnaud), du théâtre à Madura, Indonésie (Hélène Bouvier), des chamanes des Puyuma de Taïwan (Josiane Cauquelin), et des chanteurs de Lamaholot à Flores, Indonésie (Dana Rappoport).

Le jeudi de 10 heures à 12 heures. Salon du premier étage

Maison de l’Asie, 22 avenue du Président Wilson, 75016 Paris

M° Iéna ou Trocadéro

Conférence : Fragments culturels et itinéraire personnel – Bérurier Noir et l’Asie

BxN_EmpereurTomato-Ketchup
Disque 45 t. en hommage à Shuji Terayama. Réédition 2013.

 

Bérurier Noir et l’Asie

Fragments culturels et itinéraire personnel

(1974-1989)

par François Guillemot

 

Cette conférence inédite sur le groupe Bérurier Noir s’attachera à présenter des aspects peu connus de la genèse du groupe alternatif des années 1980. En tant qu’ancien chanteur de cette formation, j’ai privilégié une perspective culturelle qui permet de mieux comprendre les sources d’inspiration des chansons et des thématiques portées par Bérurier Noir entre 1983 et 1989. Ce sera l’occasion de porter un regard à la fois introspectif et rétrospectif sur une aventure exceptionnelle de sept ans. La conférence s’articule autour de quatre temps forts :

  • L’apprentissage du nihilisme (1974-1979).
  • Dissidences occidentales en noir et blanc (1980-1984)
  • Le cirque mondial de la guerre (1985-1987)
  • Le sang rouge des illusions de Saigon à Tien An Men (1988-1989)

Le spectateur sera plongé dans un tourbillon d’actions débutant au lycée Paul Valéry (Paris 12e), se poursuivant dans la rue sur le Parvis Beaubourg, les squatts et l’Usine Pali-Kao, pour investir le Zénith de Paris le 3 mars 1988, le Québec par deux fois et finalement l’Olympia les 9, 10 et 11 novembre 1989 alors que tombe le mur de Berlin. Sur le plan culturel, ce voyage mènera l’auditoire du cinéma d’avant-garde japonais aux films politique européens, de la bande à Baader-Meinhof à l’association Actes Energie Perdue, de la boutique Harry Cover (aux Halles) au dojos de Karaté, du “No future” au “Yes future”, du noir & blanc à la couleur. L’épilogue rappellera brièvement la continuité décelable chez Molodoï (1990-1996), Les Anges Déchus (1999-2002) et l’ultime Déformation (2003-2006). La conférence sera suivie d’un débat.

Affiche_BxN_UQAM

 Cliquez sur l’affiche pour l’agrandir

BxN_Sampan
Disque 45 t. dédié à l’opération Sampan paru en 1988.

 

Annonce de la conférence sur le CHRS (Centre d’Histoire des Régulations Sociales) de l’UQAM.

P.-E. Bachelet : Cartographies et représentations géographiques du Campā, des premiers siècles de l’ère chrétienne au milieu du XIXe siècle

Pierre-Emmanuel Bachelet a soutenu le lundi 8 juillet 2013 son mémoire de Master 2 en Histoire moderne et contemporaine à l’ENS de Lyon. Mémoire dirigé par Jean-Pascal Bassino (Professeur, Université de Grenoble) et François Guillemot (IR CNRS, IAO).

Reposant sur l’étude rigoureuse d’un corpus de près de 70 cartes anciennes de multiples provenances (européennes, chinoises, vietnamiennes, japonaises ou arabes), P.-E. Bachelet propose une approche du territoire cam par le ciel et une vue de la mer. Ce Champa “vu du ciel et de la mer” offre une image inédite de la représentation spatiale (par les étrangers) de ce royaume disparu et de son importance à travers les siècles. En faisant appel aux documents cartographiques et géographiques (à travers les données des routiers), cette étude historique, entreprise sur la longue durée, est une belle contribution aux études cam et ouvre des perspectives de recherche sur les réseaux commerciaux, la représentation de l’autre et la circulation des idées en Asie du Sud-Est.

Détail du Kunyu Wanguo Quantu (坤輿萬國全圖). Reproduction japonaise, circa 1605
Détail du Kunyu Wanguo Quantu (坤輿萬國全圖). Reproduction japonaise, circa 1605

Cartographies et représentations géographiques du Campā, des premiers siècles de l’ère chrétienne au milieu du XIXe siècle

Un aperçu de la géographie du royaume cam d’après les géographes et les navigateurs asiatiques, musulmans et européens.

Pierre-Emmanuel Bachelet, ENS de Lyon

Résumé

Cette étude s’intéresse à la place qu’occupe le Campā dans la cartographie européenne, musulmane et asiatique et dans les textes qui ont trait à sa géographie. Il tente d’apporter un éclairage différent, à travers un nouveau type de sources, sur l’importance du royaume cam dans les réseaux commerciaux d’Asie du Sud-Est et sur la connaissance qu’en ont les géographes et navigateurs. Les cartographies chinoise, japonaise et vietnamienne y sont abordées : ces cartes mettent l’accent sur la conception symbolique que les Chinois ou les Japonais ont du monde, ou encore sur les revendications politiques et territoriales des Chinois et Vietnamiens en Asie du Sud-Est. Les cartographes musulmans et européens tentent quand à eux de donner une image plus réaliste de ces contrées éloignées, en intégrant à leurs travaux des informations issues des auteurs médiévaux (Marco Polo…), de Ptolémée et bien entendu des navigateurs qui explorent les côtes cam à partir du XVIe siècle. Dans tous les cas on assiste à une standardisation autour de critères cartographiques occidentaux, du XVIIe au XIXe siècle : le Campā occupe une place de plus en plus réduite dans ces cartes, ce qui est peu étonnant vu les amputations territoriales subies au long de ces périodes. Récits de voyage, routiers, récits de missionnaires et encyclopédies permettent de compléter cet aperçu en intégrant des descriptions des côtes, des coordonnées et d’autres détails sur la géographie du royaume cam.

P.-E. Bachelet a travaillé en M1 sur l’historiographie du Campā et sur les sources européennes relatives à l’activité commerciale, la situation politique et la société cam. Il a consacré son M2 à la place du Campā dans la cartographie et projette de travailler en thèse sur les relations entre le Campā/le Sud Viêt Nam et le Japon aux XVIe et XVIIe siècles.