The Cambodian Genocide Program, 1994-2012

The Cambodian genocide of 1975-1979, in which approximately 1.7 million people lost their lives (21% of the country’s population), was one of the worst human tragedies of the last century. As in the Ottoman Empire during the Armenian genocide, in Nazi Germany, and more recently in East Timor, Guatemala, Yugoslavia, and Rwanda, the Khmer Rouge regime headed by Pol Pot combined extremist ideology with ethnic animosity and a diabolical disregard for human life to produce repression, misery, and murder on a massive scale. On July 18, 2007, Cambodian and international co-prosecutors at the newly established mixed UN/Cambodian tribunal in Phnom Penh found evidence of “crimes against humanity, genocide, grave breaches of the Geneva Convention, homicide, torture and religious persecution.”

Since 1994, the award-winning Cambodian Genocide Program, a project of the Genocide Studies Program at Yale University’s MacMillan Center for International and Area Studies, has been studying these events to learn as much as possible about the tragedy, and to help determine who was responsible for the crimes of the Pol Pot regime. In Phnom Penh in 1996, for instance, we obtained access to the 100,000-page archive of that defunct regime’s security police, the Santebal. This material has been microfilmed by Yale University’s Sterling Library and made available to scholars worldwide. As of January 2008, we have also compiled and published 22,000 biographic and bibliographic records, and over 6,000 photographs, along with documents, translations, maps, and an extensive list of CGP books and research papers on the genocide, as well as the CGP’s newly-enhanced, interactive Cambodian Geographic Database, CGEO, which includes data on: Cambodia’s 13,000 villages; the 115,000 sites targeted in 231,00 U.S. bombing sorties flown over Cambodia in 1965-75, dropping 2.75 million tons of munitions; 158 prisons run by Pol Pot’s Khmer Rouge regime during 1975-1979, and 309 mass-grave sites with an estimated total of 19,000 grave pits; and 76 sites of post-1979 memorials to victims of the Khmer Rouge.

To examine these, and other information we have discovered, click on one of the links on the sidebar.

For a more detailed introduction to the CGP, click here.

Yale assistance to Documentation Center of Cambodia, 1995-2005 (DC-Cam).

Source : CGP Homepage

Le procès des Khmers rouges : trente ans d’enquête sur le génocide cambodgien

CR de lecture par Nicolas Leprêtre ///

L’ouvrage de Francis Deron, écrit en 2009, est à l’image de son auteur : journaliste d’investigation, ayant séjourné en Chine et à Bangkok ces trente dernières années, et décédé peu après la parution de cet ouvrage, il a enquêté sur un régime à proximité de lui, et pourtant si incompréhensible. Son livre est une compilation de ses visites sur le terrain après la fin du régime (en 1981 et 1985[1]), de ses rencontres avec certains khmers rouges[2], et de documents officiels pour l’élaboration du procès.

Francis Deron s’attache à toujours mettre en parallèle les événements d’un même lieu emprunt d’histoire : quand il parle de Tuol Sleng, il n’hésite pas à passer au tournant d’une page de 1975 à 2008, et inversement. Francis Deron se détache ainsi du travail strictement scientifique du chercheur – qu’il ne recherche pas en tant que journaliste –, pour faire vivre l’histoire, quitte à manquer de rigueur : des résumés chronologiques s’insèrent parfois de façon abrupte dans les chapitres, sans cohésion avec les propos, et la structuration des parties casse la dynamique entamée[3].

L’ouvrage prend clairement parti pour la tenue d’un procès, et ce dès la première ligne : « les salauds ont toujours d’excellentes raisons d’être ou d’avoir été des salauds » (p. 11). Au coeur de cet ouvrage, la responsabilité des khmers rouges est posée. Est-elle le produit d’un « contexte », voire même d’un « relativisme culturel » ? Par ce travail d’enquête, Francis Deron rejette ces hypothèses.

Il prend l’exemple du camp de Tuol Sleng pour illustrer son propos. La première partie reconstitue la machine khmers rouges qui s’est mise en place, de façon brutale et obscure. Le 17 avril 1975, les Khmers rouges prennent le pouvoir et le conservent jusqu’au 7 janvier 1979 date de l’invasion vietnamienne. Ils évacuent alors Phnom Penh en quelques jours, au prétexte de bombardements américains imminents : la capitale fut abandonnée pendant cinq ans. L’Angkar, ou « l’Organisation » contrôlant le pays, transforma alors dès 1975 le lycée de Tuol Sleng (ou S-21) en centre de détention, avec des champs d’exterminations aux alentours, un modèle qui s’exporta dans l’ensemble du territoire (annexe 1 : voir la carte en couverture du livre).

Duch, un « homme simple », ancien professeur de mathématique converti au maquis avant la prise de pouvoir des khmers rouges en 1975, fut l’administrateur de ce camp qui exécuta 16 000 à 20 000 prisonniers. Ses crimes furent illustrés par la documentation la plus « complète, systématique et détaillée » (p.70) qui soit, preuve d’une administration solide et de la logique exterminatrice. Pour Francis Deron, à S-21, « la simple détention est une preuve de culpabilité », et il revenait aux tortionnaires d’appliquer de façon méthodique et systématique des souffrances physiques pour engendrer un « [démembrement] du mental » (p.51). La torture fut un moyen, mais aussi « une finalité, et avoir de faux aveux est une preuve de réussite ». A l’image du régime en général, Francis Deron montre que le doute n’a pas de place dans S-21.

Duch organisa sa défense en déclarant qu’il ne voulait être « qu’un bon communiste » (p.25), témoignant qu’il n’était qu’un rouage du système. L’ouvrage de Francis Deron veut balayer cette hypothèse. Il démontre la responsabilité des khmers rouges, mais aussi des pays étrangers, dans leur soutien inavoué aux khmers rouges. A partir de ce constat, il montre la nécessité de juger les responsables à partir d’un tribunal alliant justice cambodgienne et internationale, tout en soulevant les limites d’un tel système. Ce procès est utile au nom des droits de l’homme et lutter contre l’impunité de criminels de guerres, mais aussi afin de reconstruire la mémoire d’un peuple.

La difficile définition de la responsabilité

  • Les khmers rouges et la difficulté de l’opacité de l’Angkar

La difficulté de définir la responsabilité des khmers rouges vient du fait que leur régime fut frappé par le sceau du secret. En effet, il a fallu attendre deux ans pour que Pol Pot fasse son premier voyage à l’étranger, en Chine, et que l’on découvre le visage du premier frère. Au coeur du système se trouve l’Angkar. Il n’y a donc ni parti, ni idéologie, mais une hiérarchie opaque. Cela rend d’autant plus difficile à déterminer la responsabilité personnelle des moins hauts gradés, ainsi que de chacun des hauts dignitaires, puisqu’ils déclareront tous qu’ils ne jouaient qu’un rôle mineur dans le système.

Le risque est alors de rendre l’Angkar responsable. Certes, il n’y eut pas que les hauts dignitaires qui furent responsables de la mort de 1.7 à 2 millions de personnes ; mais pour Francis Deron, « le mieux est l’ennemi du bien », et la course à la responsabilité entraînerait une paralysie du système judiciaire et un déchirement de la population, tant chacun a été touché de près par les exactions des Khmers rouges. Pourtant, ce sera la défense adoptée par les inculpés : les « délires maitrisés » (p.274) des discours des accusés troublent l’établissement d’une responsabilité ; Jacques Vergès, avocat de Khieu Samphan, déclara que son client n’était qu’une « potiche » avec un rôle de représentation à l’étranger[4]. Il joua enfin sur le retardement du procès en demandant la traduction de quelques 16 000 pages du dossier d’instruction en français.

  • Les limites de la question de la responsabilité : quelle place pour les pays étrangers ?

Certains pays ont aussi leur responsabilité dans le maintien du régime. La Chine joua un rôle évidemment majeur : elle « forma » certains des hauts dignitaires, et apporta un soutien financier au régime dès qu’il se déclara officiellement communiste en 1976. La realpolitik des pays occidentaux est également critiquée par Francis Deron, retranscrivant une discussion d’Henri Kissinger, Secrétaire d’Etat américain en 1979 qui soutenait les khmers rouges dans le maquis, dans une haine viscérale contre le régime vietnamien qui venait d’envahir le Cambodge, dans le contexte de Guerre Froide[5].

Enfin, Jacques Vergès souligne la responsabilité des Etats-Unis et de la France, dans la colonisation puis les bombardements lors de la guerre du Vietnam en 1969, qui ne furent pas jugés. D’autres acteurs peuvent être aussi questionnés, comme par exemple le Parti Communiste Français, dont plusieurs khmers rouges étaient membres[6]. Ces questions méritent d’être posées, elles ne le seront toutefois pas par le tribunal spécial, sans quoi il n’aurait pas eu le soutien des Nations Unies. Ainsi, si le rôle de ces pays peut être évoqué, c’est bien la responsabilité individuelle qui est jugée[7].

La responsabilité au cœur du procès des khmers rouges : qui est responsable ?

  • Des simulacres de procès

Deux expériences de procès ont déjà été entamées avant le procès de 2009. La première fut réalisée le 15 juillet 1979, par le gouvernement installé par le Vietnam. Il traduisit en justice Pol Pot et Ieng Sary par contumace, pour trois chefs : crime de génocide, trahison de la révolution, et pour avoir provoqué la guerre contre le Vietnam. Tout deux sont condamnés à mort dans un procès évidemment contestable[8]. Le second exemple fut en 1997, lorsque Pol Pot fut condamné à être assigné en résidence par un autre dignitaire en fuite, Ta Mok, pour le meurtre supposé de l’ancien n°3 Son Sen. Leur crépuscule est à l’image de leur régime : les derniers survivants, méfiants les uns des autres, se trahissent. Pol Pot mourut un an plus tard, sans vraie justice.

Ces tentatives témoignent clairement de la difficulté de mettre en place un système judiciaire stable et indépendant après la purge des khmers rouges. Trois facteurs permettront alors la mise en place d’un vrai procès : le contexte international avec la fin de la guerre froide et le départ du Vietnam au Cambodge ; la lente reconstruction d’un système judiciaire éreinté par les khmers rouges ; et une certaine maturité des esprits qui demanda peu à peu justice[9].

  • Le tribunal spécial pour les khmers rouges

Le gouvernement annonce ainsi le 17 mars 2003 un accord avec les Nations Unies sur la tenue d’un tribunal spécial pour les Khmers rouges. La démarche est inédite : elle souhaite impliquer la justice cambodgienne, dans un double souci de respect de sa souveraineté et de reconstruction d’un système judiciaire[10]. Ici, la charge de la preuve revient à l’accusation, la présomption d’innocence et le droit à la défense sont respectés, et la peine de mort est écartée conformément à la loi cambodgienne. Entre août et novembre 2007, Duch, Nuon Chea, Ieng Sary, Ieng Thirith et Khieu Samphan sont arrêtés et inculpés pour crime de guerre et crime contre l’humanité, commis entre le 17 avril 1975 et le 7 janvier 1979, et mis en accusation le 8 aout 2008.

L’ouvrage de Francis Deron ne décrit que le procès de Duch et sa condamnation à 40 ans de prison, les autres accusés n’étant pas encore traduits en justice à l’heure où parut le livre. Il soulève toutefois des difficultés : celle du difficile témoignage des victimes, et par là même de la mémoire face à un tel traumatisme. Il pose également l’hypocrisie de la question du « génocide », certains soulevant le fait qu’il n’y a pas là l’extermination d’un peuple contre un autre (faut-il dès lors parler d’ « autogénocide » ?). Pour Francis Deron, ces questions sont d’ordre juridique, ce qui explique qu’il ne s’attarde sur les définitions juridiques du procès que sur quelques pages. Son ouvrage entier est un réquisitoire contre les khmers rouges, et pour leur responsabilité.

Un procès, pour quoi faire ?[11] Juger pour l’humanité, et construire la mémoire

  • Juger pour l’humanité

L’intérêt de ce procès est avant tout moral. Il est unique puisque pour la première fois, le génocide n’est pas le produit d’une idéologie. Certes, les hauts dirigeants sont issus du « vernis de marxisme rudimentaire et parisien » (p.147), et l’idéologie marxiste, ainsi que la Terreur française, eurent une place considérable dans leur réflexion. Pourtant, la logique exterminatrice de l’Angkar relève plus de la peur que de l’idéologie (il n’y a pas par exemple de système communautaire comme en Chine). L’impunité n’est pas sans conséquences : aujourd’hui encore, la population cambodgienne souffre des traumatismes et problèmes de santé issus de cette période.

Pour échapper à l’explication culturelle, Francis Deron nous confronte brutalement avec les événements qui se sont déroulés, pour éviter d’échapper au débat de la responsabilité. Francis Deron conclut que « la justice n’est pas une fin en soi, elle est instrument de régulation sociale » (4e partie). C’est un travail utile pour l’humanité : pour le Cambodge, afin de reconstruire une identité collective et achever ce travail de mémoire ; à l’international enfin, pour rappeler que tout crime ne peut rester impuni, à l’heure des révélations de Guantanamo et de Abou Grahib.

  • Construire la mémoire

La première difficulté d’une construction de la mémoire vient du fait qu’il est difficile d’expliquer ce génocide : il n’y a en effet pas de rédemption par une idéologie, comme nous l’avons indiqué. Francis Deron souhaite d’abord trouver dans la personnalité de Duch, dans son passé, des raisons à cette dérive, avant de conclure qu’on ne peut finalement expliquer l’inexplicable.

Ce procès est utile dans la construction de la mémoire à deux titres. Il permet d’échapper à l’explication culturelle, postulant que la religion bouddhique, et plus largement la culture cambodgienne, voire le contexte, admettent plus facilement ces exactions. La confrontation brute avec les événements qui se sont passés lors du procès permet de balayer cet argument. De plus, c’est un exercice de représentation qui s’inscrit dans la même logique que les peintures de l’artiste Vann Nath, ou du film de Rithy Panh en 2004, S-21, La Machine de mort khmère rouge, qui reconstitue les démences destructrices des tortionnaires du S-21. L’exercice s’oppose à ce qu’a pu voir Francis Deron lorsqu’il visitait Tuol Sleng en 1985, alors que le pays était « sous occupation vietnamienne ». Il fut frappé par la théâtralisation des crimes commis dans l’établissement, avec une carte du Cambodge constituée de crânes des victimes à l’issue d’une visite afin de « remporter la conviction finale alors qu’il n’y a pas de doute » (cf. annexe 2). Cette tendance à exagérer témoigne de la manipulation politique faite par le Vietnam pour justifier sa guerre, mais traduit également la difficulté de représentation lorsque « rien ne permet plus de traduire le réel, ni les mots, ni les arts » (4e partie).

C’est donc un processus de réappropriation du passé qui compte tout autant que la condamnation des responsables. Par ce livre, Francis Deron rajoute une modeste pierre dans la construction de la mémoire collective cambodgienne, mais également humaine.

Nicolas Leprêtre – Promotion ASIOC 2011-2012 – 21 novembre 2011

 

Notes :

[1] En juillet 1985, il visita la frontière thaïlando-cambodgienne, et frôla la mort dans une opération de communication du régime qui chassait les khmers rouges (p. 239 – 252), ainsi que Tuol Sleng la même année.

[2] Francis Deron a interviewé Khieu Samphan en 1985, il reporte aussi l’interview de Pol Pot par des journalistes yougoslaves

[3] Alors que la 1ère partie relate l’histoire de Duch, de Tuol Sleng, et de son jugement, les seconde et troisième parties s’affairent à retracer l’histoire du Cambodge (depuis la Mythologie !) et le passé de chaque « frère » du régime, pour arriver dans la quatrième partie au procès des khmers rouges de 2009. Le présent compte-rendu de lecture ne s’attardera pas sur ces deux parties de l’ouvrage qui sont présentes plus à titre informatif, même si des informations y seront reprises.

[4] Pourtant, Khieu Samphan ne se rendit qu’une fois à l’étranger entre 1975 et 1979, en Corée du Nord pour demander au roi en fuite Norodom Sihanouk de revenir au pays, et aucun pays hormis la Chine ne disposait d’ambassade à cette période.

[5] Francis Deron parle alors de « s’aligner sur l’assassin, au lieu de s’aligner sur les soviétiques ».

[6] Ce fut le cas de Pol Pot, 1er frère, Khieu Samphan, chef du régime, Ieng Sary, lieutenant et Son Sen, n°3 des khmers rouges.

[7] Celle-ci est sujette à une controverse en droit exposée longuement dans l’ouvrage.

[8] Ce procès posa problème au tribunal de 2009, puisqu’à son arrestation, Ieng Sary déclara qu’il avait déjà été jugé, puis gracié par le roi en 1996, invoquant ainsi l’impossibilité de rejuger deux fois une même affaire.

[9] Sur ce point, l’émergence d’un procès s’oppose à l’immédiateté des procès de Nuremberg et de Tokyo.

[10] La justice est à double cliquet : la confrontation se fait d’abord en droit cambodgien, puis en droit international si ce premier est incomplet. Les avocats des inculpés rétorquent qu’ils ne peuvent être jugés au titre du droit cambodgien, puisque celui-ci n’existait plus sous leur régime (nullum crimen sine lege), et dénoncent les modifications du droit international depuis les années 1970.

[11] « Un procès : pour quoi faire ? » est le dernier chapitre de l’ouvrage, mais cette partie reprend des réflexions abordée dans l’ensemble du livre.

 

Bibliographie

BIZOT François, Le Portail, Paris, Table ronde, 2000.
Rescapé de S-21, 1er témoin lors du procès des Khmers rouges, François Bizot se remémore et la personnalité complexe de Duch, l’instigateur du camp qu’il a connu auparavant.

CHANDLER David, S-21, ou le crime impuni des Khmers rouges, Paris, Autrement, 2002.
Professeur émérite à l’Université Monash à Melbourne et spécialiste du Cambodge, l’auteur analyse les archives de S-21 et retranscrit des témoignages de victimes.

DERON Francis, Le procès des khmers rouges : trente ans d’enquête sur le génocide du Cambodge, Paris, Gallimard, 2009
Ouvrage sujet de cette fiche de lecture, il retrace par l’exemple de Duch et de S-21, l’horreur du régime des Khmers rouges, de ses instigateurs et la mise en place du procès de 2009.

NATH Vann, Dans l’enfer de Tuol Sleng : l’inquisition khmère rouge en mots et en tableaux, Paris, Calmann-Lévy, 2008
L’artiste survécut à S-21 par ses talents utilisés à des fins de propagande, et publie ses mémoires. Des peintures qu’il a réalisées illustrent la noirceur de son expérience.

Filmographie

PANH Rithy, S-21, la machine de mort Khmère rouge, 2003
Ce documentaire confronte les anciens tortionnaires de Tuol Sleng à leurs anciennes victimes, et reconstitue la vie quotidienne dans le camp de détention.

SCHROEDER Barbet, L’Avocat de la terreur, 2007
Le film retrace la vie de Jacques Vergès, avocat de Khieu Samphan, et explique sa stratégie de plaidoirie. L’avocat évoque le cas des Khmers rouges.

Sitographie

Compte tenu de la proximité des événements du procès des Khmers rouges, il est préférable de se référer à des comptes-rendus de journalistes présents au procès :

Chambres Extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens, Site Officiel [en ligne]. [page consultée le 12.11.11].

DUBUS Arnaud, VAULERIN Arnaud, Les carnets de Phnom Penh : Le Cambodge à l’heure des procès contre les Khmers rouges [en ligne]. [page consultée le 12.11.11].

POREE Anne-Laure, Procès des Khmers rouges, Carnets d’un tribunal au jour le jour [en ligne]. [page consultée le 12.11.11].

 

Diplômé de Sciences Po Lyon et d’un master en sciences sociales à l’ENS de Lyon, Nicolas Leprêtre a travaillé sur les stratégies de reconversion industrielle via des technologies « vertes », thème en devenir dans la recherche sur le Japon. Après un mémoire sur la « ville écologique » de Kitakyûshû sous la direction de M. Philippe Pelletier, son travail porte sur une nouvelle politique environnementale mise en place depuis 2010 au Japon, les éco-communautés (smart community). Il débute en 2012 une thèse sur ce sujet sous la direction de Mme Yveline Lecler. Il a séjourné pendant un an et demi au Japon, à Tokyo (Université de Chûô) puis à Kyushu (Université de Fukuoka).

Etat et société du Viêt-Nam ancien : entretien avec Nguyên Thê Anh – 7 mars 2005

[ndlr] Entre mars et mai 2005, la Fondation Maison des sciences de l’homme à Paris a réalisé trois entretiens filmés du professeur Nguyên Thê Anh sur ses thématiques d’enseignement. L’ouverture de ce carnet de recherche nous donne l’occasion de présenter ces trois entretiens riches pour la connaissance et la compréhension de l’espace indochinois. Le premier volet qui compose cette trilogie aborde l’évolution historique de la monarchie vietnamienne des temps anciens à la période contemporaine. A voir et à revoir.

Nguyên Thê Anh est Professeur émérite de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes – IVe Section (Sorbonne).

Il a dirigé le Centre d’Histoire et Civilisations de la Péninsule indochinoise, qui rassemble des enseignants-chercheurs et chercheurs travaillant sur l’évolution des différents pays du monde indochinois au cours des XIVe-XXe siècles, période de la formation des sociétés et Etats contemporains.

Ainsi, tout en s’attachant spécialement à l’étude de l’histoire socioéconomique et intellectuelle du Viêt-Nam ancien, il a coordonné les activités du Centre autour de l’analyse des rapports entre les Etats et les cultures pour tenter d’évaluer, à partir des situations de contact, les convergences et les divergences entre les sociétés de la péninsule indochinoise et de l’Asie du Sud-Est en général. Dans cette optique, il a consacré ses séminaires des années 2003-2004-2005, à l’EPHE, à une réflexion approfondie sur la légitimation du pouvoir en péninsule indochinoise du XVIIIe au XXe siècle.

Le choix de l’objet d’étude (05:49)

Parties :

Le choix de l’objet d’étude (05:49)
La monarchie vietnamienne (01:47)
Le système confucéen dans la monarchie vietnamienne (02:09)
Le mandarin, position et fonction dans le Vietnam monarchique (19:36)
La mainmise française sur le Vietnam (08:16)
Le système administratif colonial (09:34)
La perception du colonialisme français au Vietnam (13:19)
Mouvements de résistance au Vietnam et émergence du communisme (17:02)
Administration française et occupation japonaise (14:39)

Responsable(s) de cet entretien : Peter Stockinger

Date et lieu de l’entretien : Lundi 7 mars 2005 – Maison des Sciences de l’Homme

Contact : contact-aar@msh-paris.fr

Réalisation : Camille Bonnemazou (ESCoM-FMSH, Paris, France)

Thème(s) : Histoire sociale — Histoire culturelle — Science Politique

Langue(s) : Français

Source : Archives Audiovisuelles de la Recherche

Histoire et composition de l’Indochine : entretien avec Nguyên Thê Anh – 11 avril 2005

[ndlr] Entre mars et mai 2005, la Fondation Maison des sciences de l’homme à Paris a réalisé trois entretiens filmés du professeur Nguyên Thê Anh sur ses thématiques d’enseignement. L’ouverture de ce carnet de recherche nous donne l’occasion de présenter ces trois entretiens riches pour la connaissance et la compréhension de l’espace indochinois. Le second volet de cette trilogie revient sur l’histoire des pays de la péninsule indochinoise et souligne certaines de leurs spécificités.

Définition du terme “Indochine” (03:38)

Parties :

Définition du terme “Indochine” (03:38)
Le bouddhisme theravâda et le bouddhisme mâhâyana (02:59)
Le Champâ (06:43)
Le Cambodge (09:19)
La monarchie cambodgienne (05:15)
La Thaïlande (05:40)
Le Laos (07:54)
Le Myanmar (la Birmanie) (15:41)
Les ethnies qui composent l’Indochine (07:50)

 

Responsable(s) de cet entretien : Peter Stockinger – PU, INaLCO, Programme AAR, ESCoM-FMSH, Paris, France

Date et lieu de l’entretien : Lundi 11 avril 2005 – Fondation Maison des Sciences de l’Homme, 54 boulevard Raspail, 75006 Paris, France

Contact : contact-aar@msh-paris.fr

Réalisation : Richard Fillon (ESCoM-FMSH, Paris, France) , Elisabeth de Pablo (ESCoM-FMSH, Paris, France)

Thème(s) : Histoire sociale — Histoire culturelle — Histoire des religions — Sociologie des religions — Sociologie de la culture — Histoire des peuples — Anthropologie culturelle — Anthropologie des religions

Langue(s) : Français

Source : Archives Audiovisuelles de la Recherche

La France en Indochine : entretien avec Nguyên Thê Anh – 23 mai 2005

[ndlr] Entre mars et mai 2005, la Fondation Maison des sciences de l’homme à Paris a réalisé trois entretiens filmés du professeur Nguyên Thê Anh sur ses thématiques d’enseignement. L’ouverture de ce carnet de recherche nous donne l’occasion de présenter ces trois entretiens riches pour la connaissance et la compréhension de l’espace indochinois. Le dernier volet qui compose cette trilogie revient sur les liens tumultueux entre la France et l’Indochine.

Cet entretien est consacré à la présence française en Indochine. Nguyên Thê Anh se penche ici sur un siècle d’histoire commune entre la France, le Laos, le Viêtnam et le Cambodge. Il rappelle l’importance de la présence française en Indochine et les changements qu’elle a apportés dans la vie des populations indochinoises. Il décrit le processus de révolte anti-coloniale en Indochine et évoque également les traces que la colonisation française y a laissées.
La France en Indochine (entretien complet : 02:09:57)


Parties :

L’alphabétisation de la langue vietnamienne par Alexandre de RHODES (07:29)
Le soutien de l’évêque d’Adran au prince Nguyen Anh (05:25)
La fermeture du Viêtnam à l’Occident (08:09)
Les interventions et l’occupation de la France en Indochine (14:16)
L’organisation du système colonial français en Indochine (16:35)
Les sujets vietnamiens et la France (17:51)
Les colons français au Viêtnam (10:53)
Les relations entre les colons français et les Vietnamiens (07:35)
Les changements des conditions de vie des Vietnamiens apportés par la présence française (09:15)
Les mouvements de révolte (14:49)
Le sort des colons français après l’indépendance du Viêtnam (14:04)
Les traces de la présence française au Viêtnam (03:24)

Responsable(s) de cet entretien : Peter Stockinger

Date et lieu de l’entretien : Lundi 23 mai 2005 – Maison des Sciences de l’Homme

Contact : contact-aar@msh-paris.fr

Réalisation : Richard Fillon (ESCoM-FMSH, Paris, France)

Thème(s) : Anthropologie — Histoire sociale — Histoire culturelle

Langue(s) : Français

Source : Archives Audiovisuelles de la Recherche

Séminaire “Mémoires d’Indochine” : Séance 1

 Année universitaire 2012-2013 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

Mémoires d’Indochine :

Regards internes sur la décolonisation et la guerre

au Viêt-Nam, Laos et Cambodge

 

Séance 1 – Vendredi 28 septembre 2012

« Premières contestations et revendications anticoloniales »

 

Cette séance sera consacrée au processus de colonisation, à la mise en place d’une administration coloniale, à l’exploitation de l’Indochine et aux premières revendications politiques formulées par des Vietnamiens. Critique du fait colonial mais également élaboration d’une pensée nationaliste.

 

Extraits de textes à discuter :

  • [Nguyễn Ái Quốc], « Le procès de la colonisation française », in Ho Chi Minh, Oeuvres choisies (1922-1967), Paris, Editions Maspéro, Petite coll. Maspéro 18, 1970, pp. 46-81.

[Note : il s’agit d’une compilation d’extraits de texte de l’ouvrage paru en France à la Librairie du Travail en 1924]

 

  • Phạm Quỳnh, Nouveaux essais franco-annamites, Huê, Editions Bui-Huy-Tin, MCMXXXVIII [1938], pp. 457-515.

[Note : L’auteur date son texte en 1935]

 

  • [Phan Bội Châu], Mémoires de Phan Boi Chau, traduction et notes de Georges Boudarel, Association pour une meilleure connaissance de l’Asie, Extrait de France-Asie / Asia, n° 194-195, vol. XXII, n° 3-4, 3e et 4e trim. 1968, pp. 17-26.

[Note du traducteur : L’autobiographie fut donc rédigée entre 1929 et le milieu de l’année 1937, sans qu’il soit possible de fixer une date avec une certitude absolue (cf. p. 6)]

 

Pour aller plus loin :

  • Sur le projet colonial :

Patrice Morlat, “Projets coloniaux et mise en pratique : la politique des « fils » de Sarraut en Indochine dans les années vingt”, Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 85 | 2001, 13-28. Voir pdf

  • Sur Phan Boi Chau :

CR de lecture des “Mémoires de Phan Boi Chau” par Pierre Brocheux (BEFEO, 1970, vol. 57, n° 57, pp. 253-257) sur Persée ;

Masaya Shiraishi, “Phan Boi Chau and Japan”, South East Asian Studies, vol. 13, no. 3, December 1975, pp. 427-440. Voir pdf

Vinh Sinh (ed.), Phan Boi Chau and the Dong Du Movement, Yale Center for International and Area Studies, Council on Southeast Asia Studies, The Lac Viet Series – no. 8. Voir pdf

 

 

 

Black April: The Fall of South Vietnam, 1973-75

Avis de parution ; CR de lecture par HistoryBuff ///

[nldr] Nous avons rencontré George J. Veith lors du SouthVietnam Symposium à l’Université de Cornell en juin dernier. Ce chercheur indépendant a noué de solides amitiés avec des personnalités vietnamiennes exilées afin de mieux saisir les réalités peu connues de la guerre. Nous avons évoqué ensemble le destin de Nguyen Tu, journaliste du Chinh Luan, décédé en juillet 2010. L’ouvrage de Veith nous plonge dans les deux dernières années de la guerre du Viêt Nam. Cette histoire militaire a le mérite de prendre en considération le destin des vaincus lors de cette étape cruciale qui mit fin à l’existence de la République du Viêt Nam le 30 avril 1975. Nous présentons ci-après le CR de lecture le plus complet paru sur Amazon.

 

An accurate account on the heroic efforts of the South Vietnamese in the last days

Black April is a book about the fall of South Vietnam in 1975. The book has 18 chapters, each titled by a quote, and an introduction. The book tells the story of South Vietnam in the last two years (1973-1975) of the Vietnam War, starting with the signing of the Paris Peace Accords and ending with the final collapse of South Vietnam on April 30, 1975.

The story is told from a military viewpoint. Those with other interests (e.g., political, social) may be easily turned off with detailed military maneuvers, troop movements, strategies, etc. However, the author skillfully intertwines war scenes with anecdotes of the human spirit, poignant and touching.

For those who are interested in military history, or just history in general, this book is a must-read. The chapters are full of detailed and vivid descriptions with maps and accounts of what happened during the last few months of the war. The author presents the material from a fairly objective position, using sources from all sides, including communist sources, in printed materials, memoirs, articles, etc. In addition to superb narrative, the author also provides valuable insights and analysis on what, how, and why things happened the way they did.

The collapse of South Vietnam started with the Paris Peace Accords in 1973 when Nixon pressed South Vietnam President Thieu into signing the agreement by promising harsh reaction to violations of the Peace Accords by the Communists (Chapter 1). Nixon’s promise to Thieu was kept secret from Congress. However, it is doubtful that things would have been different had Congress known about it.

As expected, the Communists didn’t sign the Peace Accords in good faith. It was merely a trick to allow the Americans to complete the face-saving withdrawal from Vietnam. Le Duan, the North Vietnam leader at the time and a die-hard Marxist, wanted to conquer South Vietnam. He persuaded the Politburo to push forward “revolutionary violence” in a military conquest of the South (Chapter 2).

South Vietnam desperately needed military aid from the U.S. to prepare for the defense. But Congress voted to reduce the aid amount. While South Vietnam prepared for the renewed war, North Vietnam poured supplies down the Ho Chi Minh trail and sent fresh troops to the South (Chapter 3). “[O]ne hundred thousand fresh troops advanced southward in 1973, and another eighty thousand were headed to the battlefields during the first half of 1974.” (p. 69)

The war resumed in South Vietnam when Gerald Ford became U.S. President (Chapter 4). “Ford faced a recalcitrant Congress and a stagnant economy,” (p. 81) and couldn’t do much.

The beginning of the end started with the collapse of Phuoc Long in January 1975 (Chapter 5). “Heavy rains swept Saigon, unusual for January.” Colonel Le Gro’s Vietnamese driver, eyeing the pouring rain, said to him, “Even the gods weep for Phuoc Long.” (p. 110)

Chapters 6 through 16 chronicles the collapse of Corp I and Corp II, from Ban Me Thuot (Chapters 6-7), Thieu’s error in his order of withdrawal (Chapter 8), the retreat from the highlands (Chapter 9), to the chaos and disintegration (Chapter 10), Hue and Corp I collapse (Chapters 11-12), the battle for the coastal cities (Chapter 13), the Communist advance toward Saigon (Chapter 14), the battle for Phan Rang and its capture by the Communists (Chapter 15-16).

The battle of Xuan Loc is the most heroic battle of the war (Chapter 17). Against all odds and clearly outnumbered, under the magnificent command of Brigadier General Le Minh Dao, the men of the 18th Infantry Division, the 82nd ranger battalion, the 1st Airborne Brigade, the Air Force, the 3rd Armored, and the popular and regional forces fought with remarkable courage and skill.

Only when President Duong Van Minh broadcast the surrender order on April 30, 1975, the South Vietnamese soldiers laid down their weapons (Chapter 18). They followed the order of their supreme commander against their own wish to continue fighting. Even when surrendering, they maintained their honor and discipline. In the most moving scene on the final day, the 81st Airborne Rangers surrendered to their enemy with class. “Shouldering their weapons,lining up four abreast in a column stretching almost half a mile long, the two thousand men of ARVN’s most elite unit began marching along the highway toward Saigon. As promised, Colonel Huan was in the first row. . . Soon a Communist officer and troops met Huan on the highway. Huan told the officer his men were prepared to turn over their weapons, but they would not undress. If ordered to do so, they would refuse, and a firefight would break out. The Communist officer relented, and the soldiers of the 81st stacked their arms and dispersed. It was the final unit in Saigon to lay down its weapons.” (p. 494-495). Several South Vietnamese Generals committed suicide. “[M]ost mid- and upper-level commanders stayed with their men. For example, not one Ranger-group or battalion commander deserted his men. Of the senior officers who escaped at the end, Lieutenant Generals Truong and Thi, for example, were no longer commanding units.” (p. 495)

Black April is an accurate account on the heroic efforts of the men of the South Vietnamese Armed Forces who stood up for a last fight against the aggressive North Vietnamese despite lack of ammunition, supplies, equipment, and replacements. They fought till the end. The very end.

A Vietnamese saying says, “Heroes die, but their heroic spirit never dies.” (Anh hung tu, khi hung bat tu.) The country of South Vietnam died, but the spirit of the Vietnamese people never dies.

Black April is about the military defeat of South Vietnam. But the stories in Black April are not just about the fight against communist invasion. They are about the human spirit. They are about the spirit of the Vietnamese people, the peace loving people, who were not given the chance they deserved to fight for freedom.

Réf. : George J Veith, Black April: The Fall of South Vietnam, 1973-1975, Encounter Books, 2012.

Source : HistoryBuff / Amazon

* * *

Aperçu sur Google Books

 

George J. Veith [Author’ presentation]

People often ask me how I got involved in writing about Vietnam, since I did not serve there. Here is the short answer to that question.

I am a former Armor officer, having served in tank units in Germany and the U.S. I’ve always been interested in military history, and in particular, historical mysteries. My initial foray into Vietnam was investigating the POW/MIA issue, a natural fit on both counts. One can’t understand the POW/MIA issue without learning about the war, which led me to dive deeper into the conflict.

I also always wanted to write, and years ago, I found some documents at the Army’s Carlisle Barracks on the Joint Personnel Recovery Center (JPRC), the military’s top-secret unit to recover American prisoners during the Vietnam War. Realizing that no one had ever written about these guys, I made ten trips to Carlisle going through all their Vietnam materials. Eventually I located about 80% of the JPRC weekly and monthly reports, and I was off! That research led to “Code-Name Bright Light,” my first book.

My second book, “Leave No Man Behind,” is the memoirs of my friend Bill Bell, who led the USG’s POW/MIA field investigation teams after the war. It was published in 2004.

In April 2001, my friend and translator, Merle Pribbenow, and I visited MG Le Minh Dao, the last commander of the ARVN 18th Division. We interviewed him about the battle of Xuan Loc, which took place in April 1975. His unit stood their ground in some very heavy combat, and our article on the battle was published in January 2004 in the “Journal of Military History.” Dao was so pleased with our efforts that he begged me turn the paper into a book on the final two years of the war. He emphatically told me that the RVNAF had fought well, and they were not the corrupt cowards so often portrayed in the American media. Thus began a ten-year journey of research and writing that finally culminated in “Black April.”

I hope you enjoy it, and I look forward to your comments.

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge