Nguyễn Chí Thiện (1939-2012) : L’auteur des « Fleurs de l’enfer » s’en est allé

Nguyen Chi Thien, l’auteur des Fleurs de l’enfer est décédé le 2 octobre à l’âge de 73 ans en Californie. Pour son attitude critique vis-à-vis du régime, il passa 27 ans de sa vie dans les geôles du Viêt Nam communiste. A l’occasion de sa disparition, Mémoires d’Indochine reproduit ci-après sa fiche biographique parue dans The Viet Nam Literature Project. Composés de mémoire pendant les différentes périodes d’incarcérations de Nguyen Chi Thien entre 1960 et 1991, les poésies du receuil les Fleurs de l’enfer ont été traduites en langue anglaise et éditées à plusieurs reprises. Elles furent interprétées au Théâtre du Ranelagh à Paris en 1987 par Stanislas de la Tousche et Katharina Wittkowska. Une façon pour les éditions Đường Mới La voie nouvelle de rendre hommage au poète contestataire alors qu’il était encore emprisonné au Viêt-Nam.

FG

 

Nguyen Chi Thien

There is nothing beautiful about my poetry
It’s like highway robbery, oppression, TB blood cough
There is nothing noble about my poetry
It’s like death, perspiration, and rifle butts
My poetry is made up of horrible images
Like the Party, the Youth Union, our leaders, the Central Committee
My poetry is somewhat weak in imagination
Being true like jail, hunger, suffering
My poetry is simply for common folks
To read and see through the red demons’ black hearts

1975 – from Flowers of Hell by Nguyen Chi Thien translated by Nguyen Ngoc Bich

Nguyen Chi Thien was born in 1939 in Ha Noi.  His father worked as an official in the municipal court and his mother sold small necessities in the neighborhood.  At the end of 1946, when the war between France and Vietnam broke out, his family fled to their native village in the countryside.

The family returned to a more stable Ha Noi in 1949 and Thien started school in private academies. After the defeat of the French in 1954 he cheered the Viet Minh revolutionaries as they also returned to the city, proud to invite soldiers home to supper.

The drama of Nguyen Chi Thien’s life begins in Haiphong, the strongly Communist port city of northern Viet Nam.  When Thien contracted tuberculosis in 1956 his parents sold their house for money to treat their son and moved with him near his sister and her family there.

The authorities already held Thien in suspicion, because his brother had joined the National Army moving to South Vietnam.  One day in December, 1960 Thien unwittingly stepped over the line while covering the high school class of a sick friend.

Thien noticed the history textbook taught that the Soviet Union had defeated the Imperial Army of Japan in Manchuria, bringing an end to World War II.  Oh no, he told his students, the United States defeated Japan when they dropped the atomic bomb on Hiroshima and Nagasaki.

Nguyen Chi Thien paid for this remark with three years and six months in labor camps, on a sentence of two years.  He met other literary men in jail, composed poems in his head and learned them by heart.  In 1966 he was returned to prison after a short release.

This time the police charged him with composing politically irreverent poems that circulated in Ha Noi and Hai Phong.  He denied it, and spent another eleven years and five months in labor camps.

Authorities never brought him to trial, for lack of evidence, but they had the right man.  The tubercular youth had become an outlaw whose every step and breath counted the beat of verses, poetry against oppression.

In 1977, two years after Saigon fell, Thien and other political prisoners were released to make room for officers of the Republic of Viet Nam.   He had been composing poems all the while, and now seized the opportunity of freedom to write them down and bring his art to the world.

Two days after Bastille Day, on July 16, 1979, Thien dashed into the British Embassy at Ha Noi with his manuscript of four hundred poems.  He had prepared a cover letter in French, but the embassy of France was too closely guarded.

British diplomats welcomed him and promised to send his manuscript out of the country. When he got out of the Embassy, security agents waited for him at the gate.  Dragged to Hoa Lo prison, the famous Ha Noi Hilton now empty of US flyers, he spent another twelve years in jail and prison camps, often in stocks in solitary darkness.

It came to a total of twenty-seven years’ imprisonment.  But meanwhile, the British diplomats kept their word.  Nguyen Chi Thien’s manuscript collection Flowers of Hell appeared in Vietnamese in two separate editions overseas.

Nguyen Chi Thien had the great satisfaction of seeing a copy of his book waved in his face by his angry captors.  He didn’t know that his poems also were translated into English, French, German, Dutch, Chinese, Spanish, and Korean.  They were set to music by the great Pham Duy and sung around the world.

While their author lay in irons, Thien’s poems won the International Poetry Award in Rotterdam in 1985.  Six years later the poet was released from jail, as the socialist world collapsed in 1991.  He lived in Ha Noi under close watch by the authorities, but his international following also kept an eye on Thien.

Human Rights Watch honored him in 1995.  That year he emigrated to the United States, due to the intervention of Noburo Masuoka, retired Air Force colonel, a career military officer who was drafted into the U.S. Army from an internment camp for Japanese Americans in 1945.

After the normalization of relations with Viet Nam, Masuoka was able to arrange special asylum for the poet in the United States.  Thien went to Virginia, the home of his brother, Nguyen Cong Gian, whom he had not seen for forty-one years.

Gian himself had lived America only since 1993.  A lieutenant colonel in the Army of the Republic of Viet Nam, he had been taken to a re-education camp in the North right after the fall of Saigon in 1975, to remain for thirteen years.

As if released from prison once more, Thien wrote down another book’s worth of poems from memory.  The three hundred Vietnamese poems and some select English translations were published in 1996.

In 1998, The International Parliament of Writers awarded Nguyen Chi Thien a three-year fellowship in France.  He lectured around Europe while he wrote and published a collection of short stories, rooted in the reality of his years in Hoa Lo prison.

Nguyen Chi Thien returned from France to Orange County, California, where he took the oath of American citizenship in 2004.  He continues to improve his health and speaks regularly on humanitarian issues of interest to the Vietnamese community.

Source : Fiche Nguyen Chi Thien sur VNLP

 

* * *

En 1987, Stanislas de la Tousche et Katharina Wittkowska interprétaient une sélection de poèmes des Fleurs de l’Enfer traduits par Jean Maïs et Bui Xuan Quang.


Voir aussi l’article que lui a consacré Radio Free Asia : Defiant Vietnamese Poet Dies

Mangkra Souvannaphouma : Laos – Autopsie d’une monarchie assassinée

Armoiries royales du Laos

Comment le Royaume du Laos a-t-il disparu le 2 décembre 1975 dans l’indifférence générale du monde ? Créé en 1353 par le jeune prince Fa-Ngum, le royaume du Lane-Xang devient un Etat indépendant en 1949 dans le cadre de l’Union française. Il est entraîné dans la guerre d’Indochine jusqu’en 1954 avec la naissance du parti communiste laotien, le Pathet-Lao, qui s’allie à Hô-Chi-Minh. Dès lors, le Laos tombe dans l’engrenage de la guerre du Vietnam qui aboutit, en 1975, à la prise du pouvoir par le Nèo-Lao-Hak-Xat, pro-communiste vietnamien.

La monarchie, vieille de sept siècles, est abolie et remplacée par une République dite « démocratique et populaire » à la solde du Vietnam communiste. En mars 1978, le roi, la reine, le prince héritier ainsi que tous les princes détenus dans la capitale royale de Luang-Prabang sont déportés dans l’indifférence des monarchies asiatiques et européennes ainsi que des États signataires des accords de Genève de 1962 reconnaissant la souveraineté et la neutralité du royaume. Plus de 30 000 prisonniers politiques (fonctionnaires, militaires et étudiants) sont envoyés dans des camps de « samanâs », véritables goulags créés par les Lao-Viets : la plupart n’en reviendront pas.

Le prince Mangkra Souvannaphouma, officier-pilote de la Royal Lao Air Force et diplômé de l’Ecole supérieure de guerre de Paris, est le neveu du dernier souverain laotien. De par ses fonctions auprès du Premier ministre, son père, du ministre de la Défense nationale et à l’état-major général. il est un observateur privilégié de la période dramatique dans l’histoire du Laos qui vit la monarchie disparaître au profit du régime communiste. Avec précision, il apporte des éléments inédits à la connaissance de l’histoire laotienne.

Aperçu sur Google Books

Annexes du livre en pdf sur Laos.net

Biographie du Prince Mangkra Souvannaphouma en pdf sur Laos.net

Prince Phetsarath (1890-1959): Nationalism and Royalty in the Making of Modern Laos

Søren Ivarsson and Christopher E. Goscha, « Prince Phetsarath (1890–1959): Nationalism and Royalty in the Making of Modern Laos », Journal of Southeast Asian Studies, 38 (1), Feb. 2007, pp. 55–81.

A biography of Prince Phetsarath highlights how a specific idea about Laos and its culture was formed under French colonial rule and nurtured under the Japanese occupation and its aftermath. During these periods, Phetsarath’s understanding of Lao cultural nationalism was transformed into a political and anticolonial nationalism. While ultimately a study of failure, Phetsarath’s activities show that anticolonial nationalism did not always have to be linked to Communist movements to be ‘revolutionary’, and suggests the importance of taking into account non-revolutionary and non-Communist actors – even members of royal blood – in order to better understand the complexity that went into the making of modern postcolonial states.

Article à lire sur le site de Christopher Goscha (pdf)

Images rares de la grande famine au Tonkin 1944-45

[ndlr] Le grand photographe vietnamien Vo An Ninh (1907-2009) a été le témoin direct de la grande famine qui a ravagé une partie du Tonkin l’hiver 1944-1945. Le site Giao Duc.net (Education.net) a mis en ligne le 11 juin 2012 dix neuf clichés rares de cet événement capital qui fit des centaines de milliers de morts (entre 400.000 et deux millions). Un bilan très lourd puisqu’il « représente 10% de la population des provinces touchées en l’espace de cinq mois », selon Pierre Brocheux, qui souligne qu’il paraît incalculable.

Tận mắt xem 19 bức ảnh về nạn đói năm 1945 của cố nghệ sĩ Võ An Ninh

(GDVN) – Khoảng hai triệu người dân Việt Nam chết đói tháng giáp hạt năm 1945 đã được cố nghệ sĩ Võ An Ninh ghi lại qua những tấm hình đen trắng có giá trị vô cùng to lớn trong lịch sử nước nhà để thế hệ những người dân Việt xem lại bỗng thấy xót xa, chua xót.

Source : Giao Duc.net

Voir aussi sur Bao Moi

Programme d’action du Parti Communiste Annamite – Mars 1930

Traduction des statuts et du programme d’action

du Việt-Nam Cộng-sản Đảng

(Parti Communiste Annamite) – Mars 1930

Etendard officiel du PCV
www.cpv.org.vn

Nom :

Đảng Cộng-sản Việt-Nam (Parti Communiste Annamite).

But :

Le parti communiste du Việt-Nam a pour but de diriger les classes prolétariennes en vue d’abattre le capitalisme et l’impérialisme et d’instaurer une société communiste.

Conditions d’admission :

Tout individu fidèle aux principes communistes, aux statuts du parti et à l’internationale communiste, désireux de consacrer ses forces à la lutte des classes, consciencieux et risquant sa vie, obéissant aux ordres de ses chefs et contribuant aux dépenses de la communauté, peut être admis dans le parti.

L’ouvrier qui désire son admission doit être présenté par un membre du parti et faire un stage de trois mois. L’artisan, le cultivateur ou tirailleur qui désire son admission doit être présenté par deux membres du parti et faire un stage de six mois. Tout étudiant ou membre d’un parti étranger doit être présenté par deux membres du parti et faire un stage de neuf mois. L’adhérent âgé de moins de 21 ans est versé au groupe de la jeunesse communiste.

Structure de l’organisation :

La sous-section comprend tous les membres appartenant à une usine, à un atelier, à une mine, à une ligne de chemin de fer, à un bateau, à une concession, à un village, à une rue, etc…

Section de sous-préfecture, Section de bourgade, Section de quartier :

La Section de sous-préfecture comprend les sous-sections d’une sous-préfecture.

La Section de bourgade comprend les sous-sections de peu d’importance.

La Section de quartier comprend les sous-sections d’une grande ville telle que Saigon, Cholon, Haiphong et Hanoi ou d’une grande exploitation industrielle (Mines de Hongay par exemple).

Section de province, Section de ville et Section spéciale :

La Section de province comprend toutes les sections de sous-préfecture et de bourgade d’une province.

La Section spéciale comprend les sections de quartier d’un grand centre industriel.

Trung-ương (Comité Central).

Attributions des membres du parti.

a) Propagation des principes communistes et embrigadement des masses prolétariennes ;

b) Participation aux luttes politique et économique des ouvriers et cultivateurs ;

c) Application des décisions et de la politique du parti et de l’internationale communiste ;

d) Enquête générale ;

e) Recrutement et dressage de nouveaux adhérents.

Droits des membres du parti :

Réunion des sous-sections. – Tout membre stagiaire a voix délibérative et peut émettre son avis, mais il n’a pas le droit de décider, d’élire et d’être élu.

Des sections et des comités exécutifs :

a) Chaque section est dirigée par un comité exécutif qui fixe les travaux des adhérents et en surveille l’exécution ;

b) Le comité exécutif rend compte aux adhérents de toutes les questions qui les intéressent.

Dépenses :

a) Les dépenses sont couvertes par les cotisations des membres et le montant des collectes ;

b) Les cotisations mensuelles sont fixées par le Comité exécutif en tenant compte de la situation pécuniaire de chacun ;

c) Tout adhérent malade ou sans travail est dispensé de paiement de sa cotisation mensuelle.

Discipline :

a) Tout adhérent ne peut changer de localité sans l’autorisation du parti ; il est versé d’office à la section de la localité dans laquelle il s’installe ;

b) Tout adhérent a le droit de discuter et d’opiner et le devoir de se soumettre à toutes les décisions prises à la majorité des voix ;

c)  Tout adhérent coupable est puni par le comité exécutif de sa section ou par les représentants du parti réunis en assemblée générale.

 

PROGRAMME D’ACTION DU PARTI

Le développement économique de l’Annam a suivi le développement économique impérialiste ; les capitaux étrangers sont centralisés dans les banques, les capitaux du pays s’accroissent, les industries grandes ou petites sont toutes prospères, le nombre des ouvriers augmente sans cesse, celui des cultivateurs et des artisans souffrant de la misère est de plus en plus élevé, etc…

Néanmoins, le système féodaliste subsistant et l’engeance des hobereaux régnant en maître, nous prônons la révolution agraire et la révolution bourgeoise démocratique comme prélude à l’instauration de la société communiste.

A – Au point de vue social :

a) La population est libre de s’organiser ;

b) Enseignement professionnel général.

 

B – Au point de vue politique :

a) Combattre l’impérialisme français et le féodalisme régnicole ;

b) Rendre l’Annam entièrement libre ;

c) Instituer un gouvernement composé de travailleurs, d’agriculteurs et de militaires ;

d) Organiser des milices prolétariennes.

 

C – Au point de vue économique :

a) Annuler tous les emprunts nationaux ;

b) Confisquer tous les moyens de production (sociétés de transport, banques, etc…) des capitalistes français au profit du gouvernement prolétarien ;

c) Confisquer toutes les concessions des impérialistes français et les répartir entre les pauvres cultivateurs annamites ;

d) Supprimer les impôts en faveur des pauvres ;

e) Développer l’artisanat et l’agriculture ;

f) Appliquer la journée de huit heures ;

 

D – Autres points de vue :

a) Conditions d’admissions ;

Les conditions d’admissions trop sévères pour la titularisation des stagiaires et l’admission des ouvriers dans les syndicats.

b) L’organisation défectueuse du parti est cause de son isolement et de son éloignement des masses populaires ; d’où danger extérieur et intérieur.

c) Suppression des partis Thanh-Niên et Tân-Việt dont la politique s’écarte considérablement de celle de l’internationale communiste.

d) Mode d’élection des membres du comité central provisoire :

1° Désignation par le comité central d’Indochine de cinq délégués pour le Tonkin et l’Annam.

2° Pour la Cochinchine, désignation de deux délégués choisis par délégués de l’Annam et du Tonkin.

3° Le programme et la tactique du Cộng-Sản Việt-Nam seront fixés par les représentants de la IIIe internationale.

e) Les statuts du parti rédigés par les représentants de la IIIe internationale seront lus sommairement en présence de chaque postulant.

f) Les cellules existantes seront dissoutes :

1° En rejetant toute nouvelle demande d’admission ;

2° En admettant dans le syndicat des ouvriers et des paysans les prolétaires qui ne peuvent adhérer au parti ;

3° En versant au syndicat des étudiants tous les étudiants ne pouvant pas être admis dans le parti ;

4° En inscrivant à la section anti-impérialiste tous les autres camarades intellectuels ou petits bourgeois.

f’) Les groupes de défense seront dissous et leurs membres seront versés à la section anti-impérialiste.

 

Source : « Traduction des statuts et du programme d’action du Việt-Nam Cộng-sản Đảng (Parti communiste annamite). – 1930 », in Gouvernement général de l’Indochine, Direction des Affaires Politiques et de la Sûreté Générale, Contribution à l’histoire des mouvements politiques de l’Indochine française. Documents – Vol. N° IV. Le « Đông-Dương Cộng-sản Đảng » ou « Parti communiste indochinois » (1925-1933), 1933, pp. 73-75 (Annexe n° 5). [présentés par Louis Marty, Directeur p. i. des Affaires politiques de la Sûreté générale].

Parti nationaliste du Đại Việt : Doctrine de la conservation du peuple [1939]

PARTI NATIONALISTE DU DAI VIÊT

2ème Partie


DOCTRINE DE LA CONSERVATION DU PEUPLE

(Notions sommaires)

En vue d’éviter des erreurs qui pourraient être commises au cours de l’action, il convient d’établir une doctrine servant de critérium pour le système du parti, de centre d’attraction de force pour le rassemblement des membres et d’aiguille « boussole » aimantée pour la réalisation de l’œuvre de reconstruction de demain.

 

La question vitale est le Centre de l’Histoire :

Le but sacré de tous les agissements de l’Homme depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, c’est de réaliser la subsistance individuelle (c’est l’instinct de conservation).

Un individu travaille jour et nuit pour subsister.

Depuis la Préhistoire jusqu’à ce jour, une race se consacre au défrichement des montagnes et forêts, à la culture de la terre, à l’élevage, à la constitution des tribus ou des nations pour atteindre le même but : lutte pour assurer la vie collective et pour perpétrer la prospérité. C’est par suite de la question vitale que les HAN exterminèrent les MIEU, le DAI VIET, annihila le Champa, Rome détruisit Carthage, la race blanche mit en fuite la race rouge.

Alors, nous avons vu que la question vitale est le centre des questions sociales et des perturbations historiques.

 

L’internationalisme, incapable de résoudre la question vitale.

Pour résoudre la question de subsistance, nous ne sommes pas en mesure d’entreprendre la pratique de l’internationalisme. Cette entreprise finira par être absolument une illusion.

Psychologiquement parlant, l’internationalisme ne convient pas aux instincts originels de l’homme. Mais, pratiquement, cette doctrine n’a plus sa raison d’être.

Au point de vue psychologique, nous voyons que l’instinct de conservation de la conscience de la race existent à l’état permanent dans l’esprit de tous les hommes, à leur naissance, et se conservent intactes à travers le temps.

Ces deux facultés constituent les causes déterminantes de deux sentiments disparates : l’amour et la haine. De tout temps, l’homme a tendance naturelle à préférer et à se considérer plus que tout autre ce dont nous avons l’impression de nous appartenir en propre. La différence originelle entraîne la cause de la naissance de toutes les dissensions de la société humaine.

C’est par suite de ces sentiments antagonistes que naissent les distinctions de parenté, de camaraderie, d’amitié. De là sont engendrés l’esprit de partis, l’esprit de nations, l’esprit de races, des pensées nationalistes, l’amour de ses compatriotes, la haine des envahisseurs de son pays.

Les deux facultés sus-mentionnées sont immuables. Il en résulte donc que l’union des hommes rencontre toujours un antagonisme latent mais vivace.

Ajoutons que les pensées humaines se diffèrent les unes des autres. Chacun pense à sa façon. L’amour-propre, l’amour des honneurs et la passion de l’autorité engendrent l’effusion de sang et la séparation des hommes liés par leur consanguinité, partisans d’une même doctrine, fidèles d’une même religion, la formation des partis qui s’opposent.

Au temps jadis, existaient des guerres de religion en Europe, des rivalités entre éléments de même race.

On se demande qu’il y a quelque chose qui séduit l’homme plus la religion. Toutefois, il est impossible d’empêcher les adeptes de se diviser. De nos temps, les apôtres de Karl Marx se divisent en 5 ou 7 sectes, chaque secte s’installe dans une région et occupe quelques agglomérations populaires, puis sème la discorde, la haine. De là, rivalités et conflits éternels. Finalement, aucun n’est arrivé à dominer le monde.

Jusqu’ici, aucun vaste empire ne dure. D’autant plus que les races humaines sont extrêmement variées ; il en est de même pour leurs mœurs, habitudes, religion et langues. Une petite pensée mal comprise entraînerait de graves conséquences. Si jamais il existait dans un coin du monde un homme de talent de prouesses, à l’esprit indépendant et aimant la gloire et l’autorité, celui-ci exploiterait les lacunes et les faiblesses humaines pour conquérir ses compatriotes. En ce moment, s’amasseraient autour de cet individu des parentés proches ou lointaines et ensuite des personnes étrangères à la famille. Ces nations hétérogènes aboutiraient probablement à la dislocation. Le rêve de l’union mondiale est une pire illusion.

Pratiquement, le nombre de rations de bouche augmente, mais l’étendue du globe terrestre ne grandit jamais, les matières premières se raréfient, les possibilités techniques sont limitées, du moment que l’ambition de l’homme est sans borne.

Le genre humain acculé à l’impasse ne pourrait donc pas éviter les rivalités et conflits.

En résumé, l’Internationalisme n’est pas en mesure de régler la question vitale qui, par contre, ne pourrait se résoudre dans le domaine d’un peuple, d’une nation ou d’un continent.

 

Notre peuple est en devoir de résoudre soi-même la question vitale de ses éléments.

Qui ne se fie à soi est perdu. Un peuple qui ne se fie pas à soi est condamné à sa perte. Notre peuple se doit de nourrir la confiance en ses propres capacités, s’il veut devenir puissant. Il lui faut examiner les causes de sa grandeur ou de sa décadence et d’en chercher remède.

A travers une longue période de domination chinoise depuis la conquête du Nam Viêt, par l’Empereur HAN VU DE, de la dynastie des TRIEU, jusqu’au règne de NGU QUY, notre peuple avait souffert d’oppressions et de souffrances. En cette période embryonnaire, il résistait à sa perte. Au contraire, il parvenait à fonder une autonomie, sauvegardait les qualités caractéristiques de sa race et exterminait toutes les peuplades avoisinantes.

Examinons donc de près l’origine de ce succès. Tout découle de notre esprit de racisme très développé, existant depuis la plus haute antiquité. Cet esprit, grandit de jour en jour en s’étendant pour devenir le patriotisme, l’amour de la patrie.

Les Dynasties des LY et des TRÂN consacraient leurs efforts pour la formation de l’esprit nationaliste, qui unissait notre peuple en un bloc. A l’intérieur, on s’entendait admirablement ; à l’extérieur, on était dans la possibilité de repousser l’envahisseur pour se créer une voie de salut. Lecture faite de l’Histoire s’étendant sur 40 siècles, nous voyons notre pays décliné quand cet esprit nationaliste s’affaiblit. Lorsqu’il se renforce, notre nation prospère.

 

Le nationalisme est l’unique cause de la conservation de notre peuple.

A l’heure présente, la question que nous sommes en devoir de résoudre sur le champ, c’est l’émancipation de notre peuple à tous les points de vue : matériel et moral. Pour arriver droit au but, nous ne pouvons pas suivre une voie autre que celle qui consiste à faire développer à l’extrême l’esprit nationaliste existant à l’état naturel en tous les hommes. Doué d’esprit nationaliste, on sent qu’on est né avec des devoirs impérieux vis-à-vis de la patrie, de ses devanciers, ou de ses successeurs. De Là ; les exemples de sacrifice au service de la Nation s’imposent.

Donc, la libération du peuple ouvre le chemin à une oeuvre durable qui est à la recherche d’une existence stable pour la race. La subsistance s’avère donc le vrai but que nous poursuivons. Or, la doctrine de la subsistance se révèle comme le socialisme du fait que toutes les questions sociales découlent de celles de la subsistance. La cause néfaste du conflit des classes dans les nations dont l’industrie est en grand essor, provient de l’irrégularité de la vie sociale. De ce que la subsistance de ces classes est oppressée. Si nous réglons la question de la subsistance collective, nous résolvons par là même, jusqu’au fondement, toutes les questions sociales.

En conclusion, notre doctrine sera celle-ci : « Doctrine de la Subsistance du Peuple » : Rechercher la subsistance du peuple, c’est rechercher le bonheur pour chacun. Mais tout droit implique des devoirs.

Tous les concitoyens se doivent de travailler pour arriver au but.

La reconstruction nationale se basera sur les principes fondamentaux qui consistent à se servir de tous les talents et aptitudes latentes en nous pour créer le bonheur pour la masse. Non seulement, il sera question d’élever le niveau de la vie matérielle, mais aussi de développer du plus haut point le degré de la vie intellectuelle et morale.

Pour éviter des conflits qui pourraient surgir entre les hommes, nous devons :

« Unir nos compatriotes, les soumettre à une autorité dirigeante unique et puissante ».

 

Source : SHD, 10H 607. DOCUMENT MANUSCRIT : Proclamation du « Parti Nationaliste du Dai-Viêt » (Đại Việt Quốc Dân Đảng). TFEO – TFIS, État-Major, 2e Bureau, N° 2143/2S – Secret. SP. 50.295, le 19 mai 1948 : Traduction d’un document sur le DVQDD. Transmis à : M. le Général Commandant les TFEO (2e Bureau) ; M. le chef de la Sûreté Fédérale en Cochinchine. Le Gal de Brigade Latour, Commandant les troupes françaises en Indochine du Sud ; PO le Colonel Méric, chef d’État-Major. Signé : PA le Capitaine A.M. Savani, chef du 2e Bureau.

 

Proclamation du parti nationaliste du Đại Việt [1939]

PROCLAMATION

« PARTI NATIONALISTE DU DAI VIÊT »

(Đại Việt Quốc Dân Đảng)

Etendard du Front QDD en 1945-46
(partis Dai Viet et VNQDD)

PREMIERE PARTIE

LE MANIFESTE.

Citoyens du Đại Việt ! [1]

Depuis quatre millénaires d’histoire et de culture des lettres, le peuple vietnamien est toujours fier de sa puissance.

Un examen de notre histoire du passé montre que, parmi les nations de l’Est-Asiatique, seul notre pays jouit d’une glorieuse dignité nationale, du fait que notre peuple dispose d’une culture ancienne, d’une forte âme nationale, de belles pages d’histoire.

Les grands hommes et les héros existent de tout temps. La politique de la Dynastie des Trân, le régime économique de celle de Hô, l’écrivain de talent Nguyên Du, la doctrine de Chu An se perpétuent à la postérité.

Des hauts faits de guerre enregistrés dans l’histoire de l’homme ne l’emporteront jamais sur nos campagnes d’extermination des Minh, de pacification des Thanh, de domination des Nguyên.

Les Mongols, réputés comme des peuplades les plus féroces du monde, voulaient à deux reprises envahir notre pays « Đại Việt » et étaient complètement décimées.

Quelle gloire pour un petit peuple vivant sur un territoire étroit, qui a maintes fois vaincu d’autres nations plus puissantes, tels que la destruction du Champa, l’annexion du Chan Lap, le renversement du Cambodge et du Laos, le bouleversement du Siam, de la Birmanie, en vue de refouler nos frontières!

L’expansion de notre peuple est excessivement forte.

Au cours de notre indépendance aussi bien qu’au temps de domination par une autre race, nous continuons à progresser sans répit, n’étant retenus par aucune force.

Des alternatives de grandeur et de servitude déroulées sur notre sol nous ont formés, capables de résister à toute situation.

Nos brillantes performances enregistrées dans l’histoire en évolution de notre peuple ont attesté que celui-ci dispose suffisamment de qualités et d’énergie nécessaires pour devenir un des peuples les plus puissants du monde.

Mais, par malheur, sur le chemin du progrès, notre peuple doit traverser une période désastreuse.

Vers la fin du XIXe siècle, le flux de l’Occident roula avec impétuosité à l’Orient.

Les Occidentaux sollicitaient des échanges commerciaux, l’ouverture des ports, puis entreprenaient la conquête des territoires pour la prise des débouchées en matières premières.

L’Extrême-Orient qui était en paix se transforma en champ de bataille où se mesuraient les conquérants. La presque totalité des pays orientaux devenaient tour à tour conquis, car la forme humaine ne pouvait résister contre les armes ultra-modernes.

Notre pays comptait parmi ceux-là.

Pendant plus d’un demi siècle placé sous la domination de l’Empire Français, notre pays était considéré comme un dépôt de matières premières, un débouché et un centre de main d’œuvre à vil prix.

On s’empara de toutes nos sources de revenus, nos ressources, on confine notre peuple à l’arrière-garde de la civilisation industrielle. L’agriculture, base de notre système économique national, ne pouvait pas se développer.

Il s’ensuit que le standing de vie de notre peuple est proportionnellement très bas. Au surplus, on empoisonne notre mentalité, on corrompt nos mœurs, on sème des dissensions entre le Nord et le Sud pour favoriser l’administration. On paie les ambitieux pour espionner leurs compatriotes et y répandre la suspicion. Les gens de talent doués d’esprit chevaleresque sont supprimés ou déportés pour insoumission. Quant aux fripons, aux traîtres, usant de basse flagornerie et se créant une situation sur les cadavres des compatriotes, ils occupent les situations les plus élevées de l’échelle sociale.

L’Empire français se réserve le Monopole de l’éducation et le contrôle de tous les organes de presse dans le but de bloquer l’esprit populaire, il ne forme qu’une élite intellectuelle de servitude, apte à exécuter les ordres.

Perdant notre esprit d’indépendance, nous considérant esclaves des autres, nous somme habitués à supporter la honte. Résignés à notre sort de serviteurs, nous nous rivalisons d’importance.

La conséquence désastreuse de la Domination française est l’épuisement de nos ressources, la ruine de notre économie, la corruption de nos mœurs, l’asservissement de notre esprit.

En cet état des choses, notre peuple est acculé à l’impasse, tant au point de vue matériel que moral.

L’occasion venue, si nous ne cherchons pas à nous émanciper nous ne sommes pas très loin de l’abîme final.

Pour que notre Đại Việt devienne une nation puissante, occupe une situation digne de ses vertus innées, nous nous devons de résoudre d’urgence deux questions d’importance capitale.

1- Émancipation intégrale de notre nation.

2- Réforme sociale radicale.

Sur le plan international et parmi les nations, nous devons reconnaître que seul l’intérêt existe.

Compatriotes, comprenez à fond ceci :

Reconstruire la souveraineté de notre pays Đại Việt est le devoir sacré de chaque Vietnamien. Nous seuls, nous sommes sincères pour notre vie et notre bonheur. Compter sur les autres, c’est se conduire vers le chemin de la mort.

A l’heure présente, la puissance française n’est pas complètement annihilée.

Nous devons nous créer immédiatement une force effective pour détruire les plans de ceux qui nourrissent la mal-intention de conquête et pour servir de base à notre diplomatie.

Cette force est la clef de notre œuvre de libération nationale et constitue une forte assurance pour l’indépendance de notre Nation. Mais pour créer cette force, il convient de nous unir de former un seul parti politique capable de résoudre toute question importante.

L’œuvre d’émancipation totale terminée, les réformes sociales s’avèrent capitales.

Simultanément, nous devons d’une part éviter le mauvais côté du capitalisme, et d’autre part, entreprendre une reconstruction d’ordre économique et moral, en profitant de l’après-guerre où des désordres qui règnent encore dans d’autres pays. Quand les plaies de ceux-ci se referment, notre nation dispose déjà d’une position très solide et nul peuple ne peut envier de nous envahir. La réalisation d’un vaste programme dans un temps limité nous force à reconnaître que : « Il convient de nous doter d’un Gouvernement extrêmement puissant, capable de décider de ses actes avec rapidité et discrétion – de détruire tout antagonisme intérieur ou extérieur ».

C’est pour cette raison que nous devons tendre vers un Gouvernement particulièrement perspicace composé exclusivement d’éléments patriotes placés sous l’égide d’un seul parti « le Parti Nationaliste Révolutionnaire » d’éléments doués d’une vraie impartialité de notre peuple actuel.

En vue de réaliser l’œuvre de libération nationale et de réforme sociale, il nous convient de disposer d’un parti politique purement nationaliste pour unifier toutes les forces patriotiques réelles et pour être capable de diriger les concitoyens dans toutes les luttes.

Ce parti idéal a déjà fait son apparition.

En Septembre 1939, dès que les premiers coups de canons crépitèrent dans le ciel de l’Europe annonçant à l’Univers le prélude d’une guerre, en ce pays Đại Việt il se forma un parti purement nationaliste chargé d’assurer et de sauvegarder l’avenir de la Nation.

Ce parti se nomme  » Đại Việt Quốc Dân Đảng » (Parti Nationaliste du Đại Việt).

Les termes Đại Việt montrent l’esprit d’indépendance et la ferme volonté de voir la nation devenir de plus en plus puissante et prospère. Les 3 mots Quốc dân Đảng prouvent que ce parti n’est pas un bien particulier à n’importe quel milieu, mais qu’il constitue une propriété commune de notre peuple.

Le but poursuivi par le Parti Nationaliste du Đại Việt c’est rassembler tous les éléments distingués de divers milieux pour en constituer une force invincible. Cette force est prête à renverser toute influence ennemie tendant à l’invasion ; pour en réaliser l’Indépendance absolue et le bonheur général, pour en édifier une nation riche et puissante.

Au point de vue diplomatique, le Parti Nationaliste du Đại Việt coopère sincèrement avec toute nation manifestant sa franche collaboration pour mettre en œuvre le but susvisé et considère comme ennemie mortelle toute nation animée d’un idéal antagoniste.

– Compatriotes du Đại Việt !

– Ayons confiance en l’avenir radieux de notre Patrimoine.

– Unissons-nous pour exécuter un ordre unique.

– Rassemblons-nous sous le drapeau du Parti Nationaliste du Đại Việt.

– Un parti purement nationaliste.

– Doté d’un programme d’action politique.

– Dirigé par un leader perspicace.

– Disposant de bases stables sur tout le territoire de l’Indochine.

– Luttons jusqu’à l’obtention de l’Indépendance absolue.

– Renversons tout ennemi nourrissant la mal-intention de conquérir notre Patrie.

– Vive le Peuple du Đại Việt !

– Vive le Đại Việt !

– Vive le Parti Nationaliste du Đại Việt !

[1] Dai Viêt = Viêt Nam

Source : SHD, 10H 4199, dos. «  2e Bureau – Politique »  intitulé « DVQDD & VNQDD », ch. « VI – DVQDD », pièce : TFEO, Troupes Françaises en Indochine du Sud, État-Major – 2e Bureau, n° 1842/2S[?], « Traduction d’un Document du « Parti Nationaliste du Dai-Viêt » », 2 mai 1948. Le Gal de Brigade Latour, Commandant les Troupes Françaises en Indochine du Sud. PO Le Cl Méric, chef d’Etat-Major. Signé : PA Le Capitaine AM Savani, chef du 2e Bureau.

Le texte original en vietnamien est en ligne sur Tin Paris

DVQDD_Proclamation_1939 [pdf]

 

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge