Cérémonie de la remise du Prix des Droits de l’Homme Viêt-Nam 2013 – Paris 08/12/2013

Le Réseau des Droits de l’Homme Vietnam

en collaboration avec

L’Association France-Vietnam d’Entraide

 VHRN_logo

 

Cérémonie de la remise

du Prix des Droits de l’Homme Vietnam 2013


Paris, le 08 décembre 2013

de 15h à 19h

Studio Raspail

216 Boulevard Raspail

75014 Paris – France

* * *

Le PRIX des Droits de L’Homme Vietnam

Depuis 2002, chaque année le Réseau des Droits de l’Homme Vietnam  choisit, pour remettre le Prix des Droits de l’Homme Vietnam, des militants qui se sont distingués dans leur combat pour la liberté, les droits de l’homme et la démocratie :

2002: Vénérable Thích Quảng Độ, Père Thaddeus Nguyễn Văn Lý

2003: MM. Nguyễn Vũ Bình, Lê Chí Quang, Nguyễn Khắc Toàn, Dr Phạm Hồng Sơn

2004:  M. Phạm Quế Dương, Dr. Nguyễn Đan Quế

2005: M. Lê Quang Liêm,  P. Pierre Phan Văn Lợi, Vénérable Thích Tuệ Sỹ

2006:  MM. Đỗ Nam Hải, Nguyễn Chính Kết

2007: M.  Hoàng Minh Chính, l’avocat Nguyễn Văn Đài, l’avocate Lê Thị Công Nhân

2008: Vénérable Thích Thiện Minh, le blogueur « Điếu Cày » Nguyễn Vă Hải, le magazine Tự Do Ngôn Luận

2009: L’écrivain Trần Khải Thanh Thủy, Révérend Nguyễn Công Chính

2010: Le journaliste Trương Minh Đức, le défenseur des droits des travailleurs Đoàn Huy Chương

2011: Le juriste Cù Huy Hà Vũ, Mlle Đỗ Thị Minh Hạnh, engagée dans la défense des droits des travailleurs.

2012: Mlle Phạm Thanh Nghiên, la blogueuse Tạ Phong Tần et Mme Huỳnh Thục Vy.

Cette année, le Réseau des Droits de l’Homme Vietnam  a l’honneur de décerner à Paris, France, le Prix des Droits de l’Homme Vietnam 2013 à trois militants remarquables: M. Lê Quốc Quân, avocat, M. Trần Huỳnh Duy Thức, responsable d’un groupe de Recherche pour la Démocratie et M. Nguyễn Hoàng Quốc Hùng, défenseur des droits des travailleurs.

 

NguyenHoangQuocHungNGUYỄN HOÀNG QUỐC HÙNG

 Âgé de 32 ans, diplômé de l’École de technologie de Ho-Chi-Minh-Ville, a consacré tout son temps à la lutte pour les droits des travailleurs. Il a participé au deuxième congrès du Comité pour la protection des travailleurs en Malaisie, fin 2009. Cette même année, en compagnie de deux de ses camarades, il est allé aux Hauts Plateaux du Centre Vietnam photographier les opérations d’exploitation minière de bauxite des Chinois et les a ensuite publiées sur Internet. Il a été aussi l’un des organisateurs des grèves en faveur des droits des travailleurs, notamment à l’usine de chaussures My Phong dans la province de Trà Vinh, fin janvier 2010, avec la participation de plus de dix mille ouvriers. Arrêté le 24 février 2010 à Lâm Dông, il a été placé en isolement cellulaire, torturé mentalement et physiquement, ne pouvant recevoir aucune provision de sa famille. Devant un tribunal de première instance le 26 octobre 2010 et un tribunal d’appel le 18 mars 2011, Nguyen Hoang Quoc Hung et ses deux camarades ont bravement rejeté toutes les accusations de la part des procureurs. Il a toujours maintenu sa déclaration d’innocent et dénoncé le traitement inhumain qu’on lui avait fait subir au cours des interrogatoires. Il a été condamné à 9 ans de prison ; ses camarades Mlle Do Thi Minh Hanh et M. Doan Huy Chuong ont, chacun, été condamnés à 7 ans de prison.

 

LeQuocQuanLÊ QUỐC QUÂN

 Âgé de 42 ans, militant et avocat des droits de l’homme de longue date, a lutté pour la liberté religieuse en participant aux séances de prières et aux manifestations organisées par les catholiques de Hanoi devant l’ancienne nonciature apostolique du Vatican et à la paroisse de Thai Ha en 2007 et 2008. En tant qu’avocat, il s’est porté volontaire pour défendre ceux qui étaient injustement accusés, parmi ceux-ci le juriste Cu Huy Ha Vu. En tant que « patriote », il s’est joint aux manifestations contre les ambitions expansionnistes de la Chine. Il s’est également présenté comme candidat à l’Assemblée nationale afin de pouvoir poursuivre sa lutte dans l’arène officielle, mais le rejet de sa candidature a mis fin à cet effort.  Malgré de nombreuses arrestations et menaces de la part du gouvernement communiste vietnamien, il n’a pas abandonné la lutte pour la justice, la dignité humaine, et les droits de l’homme. Le 28 décembre 2012, il a été arrêté pour la troisième fois. Et au mois d’octobre dernier, il a été condamné à 30 mois de prison  et à une amende de 1,2 milliards de dông suite à une fausse inculpation d’évasion fiscale. Très estimé, en particulier par les jeunes et les intellectuels, Le Quoc Quan inspire l’admiration des organisations des droits de l’homme à travers le monde.

 

TranHuynhDuyThucTRẦN HUỲNH DUY THỨC

Âgé de 47 ans, cet ingénieur et homme d’affaires a réussi dans le domaine de la télécom-munication et a fondé avec M. Le Thang Long et M. Le Cong Dinh, le groupe de recherche Chấn (signifiant “Restauration”) dont le but était de proposer des solutions pour les réformes socio-économiques du pays. En 2007, il a ouvert un blog sous le nom de plume Tran Dong Chan, qui publiait ses réflexions sur les problèmes économiques et sociaux du Viêt Nam. Il est aussi l’auteur de deux ouvrages traitant de la réforme et de la démocratie, « Le chemin pour le Viêt Nam »  (dont il est co-auteur) et « À la recherche de la démocratie et de la prospérité». Dans ces deux livres, il appelle le gouvernement vietnamien à respecter les droits de l’homme et le peuple vietnamien à ne pas être soumis à la peur. Pour ses multiples écrits critiques, il a été arrêté le 24 mai 2009. Avec lui, tous les membres du groupe d’étude Chấn ont été par la suite condamnés à des peines sévères. À son procès le 20 janvier 2010, il a déclaré avec fermeté : « Je n’ai  tenté de renverser aucun gouvernement. Je n’ai fait que combattre les dictatures, et je continuerai mon combat aussi longtemps que nécessaire. » Il a été condamné à 16 ans d’emprisonnement et 5 ans de résidence surveillée.

* * *

 

Le réseau des droits de l’homme Viêt Nam

 

CONTEXTE

Dans les années 1990, alors que les violations des droits de l’homme au Viêt Nam ont été commises à un rythme alarmant, un front unifié des militants pour les droits de l’homme s’est fait jour. En novembre 1997, un rassemblement international des militants vietnamiens pour les droits de l’homme a eu lieu à Santa Ana en Californie afin de fonder  une coalition avec les objectifs suivants:

  • Améliorer l’efficacité des activités en matière des droits de l’homme à travers le monde en facilitant la coordination des militants et organisations vietnamiens.
  • Mobiliser l’appui des gouvernements, des médias, et des différentes organisations partageant les mêmes objectifs afin de promouvoir les droits de l’homme à travers le monde.
  • Sensibiliser le public quant aux violations des droits de l’homme au Viêt Nam.

 

OBJECTIF

Promouvoir les droits de l’homme, les libertés civiles et toutes les autres libertés fondamentales en faveur de tous les citoyens vietnamiens, les droits et les libertés proclamés par les Nations Unies dans la Déclaration universelle des droits de l’homme

Président: M. Nguyễn Bá Tùng, DPA

Assistants au président : M. Nguyễn Thanh Trang et M. Lê Minh Nguyên, PhD

Vice-présidents:

Dr. Lâm Thu Vân, responsable du Canada
M. Nguyễn Mậu Trinh, chargé des relations avec le gouvernement des États Unis
M.  Đoàn Việt Trung, responsable de l’Australie

Mme Quản Mỹ Lan, responsable de l’Europe

M. Đoàn Thanh Liêm, avocat,  chargé des relations avec les ONG

Secrétaire général: M. Nguyễn Kim Bình

Trésorier : M. Nguyễn Quang Huy

Membres permanents des comités:

M. Nguyễn Ngọc Anh, Dr. Nguyễn Tiến Cảnh,  M. Trần Minh Công, M. Đoàn Thế Cường, M. Tôn Thất Dziên, Mlle Nguyên Dung, M. Ngô Văn Hiếu, Mme Nguyễn Thị Hồng Liên, M. Nguyễn Ngọc Quỳnh, M. Huỳnh Lương Thiện, Mme Đỗ Thị Thuấn, Mme Nguyễn Ninh Thuận, M. Trương Minh Trí, PhD, Mlle Nguyễn Khuê Tú, M. Chu Bá Yến.

CONSEIL DE SURVEILLANCE

Président: Dr Nguyễn Văn Đức

Membres: M. Đỗ Anh Tài, et M. Đỗ Như Điện

CONSEIL CONSULTATIF

Prof.  Nguyễn Ngọc Bích, M. Nguyễn Minh Cần, Maître Trần Thanh Hiệp, M. Đoàn Viết Hoạt, PhD, Rév. Nguyễn Hữu Lễ, Dr Nguyễn Quốc Quân, Maître Nguyễn Hữu Thống, Dr Nguyễn Văn Trần, Maître Lâm Lễ Trinh.

 

Contact

Le Réseau des droits de l’homme vietnamien est un organisme à but non lucratif qui jouit de l’exemption d’impôt conformément à la loi fédérale des États Unis.

Vietnam Human Rights Network

8971 Colchester Ave

Westminster, CA 92683 – USA

wwvv.vietnamhumanrights.net

Source : Association France-Vietnam d’Entraide (AFVE) / Vietnam Human Rights Network (VNHRN)

Trịnh Văn Cu

TrinhVanCuM. Trịnh Văn Cu, né en 1892 à Thuận Vi (Thái Bình, Tonkin).

Engagé volontaire pour cinq ans au 4e R.T.T. en janvier 1915.

Campagne contre l’Allemagne : avril à octobre 1915 ; Côte des Somalis octobre 1915 à mai 1916 ; Armée d’Orient de mai 1916 au 11 novembre 1918.

« Très bon tirailleur, très brave au feu, a fait preuve de beaucoup d’allant et de courage pendant les opérations de juillet et septembre 1918 ».

Rengagements successifs de 1920 à 1930.

Nommé Sergent en 1927.

Libéré du service actif le 6 janvier 1930 après quinze ans de service.

Croix de Guerre, Médaille militaire.

Médaille de la Victoire et Commémorative.

Source : Gouvernement général de l’Indochine, Service de l’Information, Souverains et notabilités d’Indochine. Notices par ordre alphabétique, Hanoi, IDEO, 1943, p. 15.

Grégory Mikaelian : Areno, le prince des mots [séminaire CASE – 12 décembre 2013]

Séminaire général animé par

Andrée Feillard et Rémy Madinier

Logo_CASE


Sociétés d’Asie du Sud-est : permanences et mutations

 

Jeudi 12 décembre :

Grégory MIKAELIAN, CASE-CNRS

Areno Iukanthor, Cambodgian painter and prince, grandson of the king Nobodom Ist. © Roger-Viollet / Topfoto
Areno Iukanthor, Cambodgian painter and prince, grandson of the king Nobodom Ist. © Roger-Viollet / Topfoto

Areno, le prince des mots.

Un aristocrate khmer à l’école des humanités françaises

(1896-circa 1969)

Occulté par les élites cambodgiennes qui en ont pourtant conservé le souvenir, ignoré des enquêtes littéraires et méconnu des livres d’histoire, Areno Iukanthor nous plonge aussi bien dans l’orientalisme français des années trente que dans la course au trône du Cambodge ou dans l’imaginaire de l’aristocratie khmère post-angkorienne (XVe-XIXe siècle), dont il revendiqua haut et fort la tradition. Petit-fils du roi Norodom (r. 1860-1904), cette figure d’excellence fut élève aux Beaux-Arts de Paris dans les années 1920 avant de devenir un petit prince des arts et des lettres parisiennes. Peintre et poète, il fut aussi un polémiste de talent qui dénonça vigoureusement les travers du Protectorat, n’ayant de cesse de ferrailler par les mots contre une nouvelle élite de parvenus, souvent d’anciens interprètes installés aux postes clefs par les Français, aux dépens des princes du sang.

Pour livrer ce combat méta-politique, il employa les armes textuelles de la culture humaniste acquise sur les bancs de l’université française. Initié à l’école des maîtres de la science orientaliste et marié à une artiste française, il incarne dans le même temps une recherche de dialogue entre l’Orient et l’Occident, à une époque où cette question structure le champ intellectuel métropolitain, autour de personnalités comme Sylvain Lévi, René Guénon ou Romain Rolland, qu’il côtoya tous les trois. Tour à tour sorélien, maurassien, guénonien, puis rosicrucien adepte de la synarchie, son éclectisme politique et spirituel évoque le parcours de certains « non conformistes » des années trente, mais aussi, et peut-être surtout, une manière propre aux aristocraties cambodgiennes de faire synthèse de diverses influences étrangères pour refonder une vision du monde qui fasse sens, hic et nunc.

Le jeudi de 10 heures à 12 heures. Salon du premier étage
Maison de l’Asie, 22 avenue du Président Wilson, 75016 Paris

M° Iéna ou Trocadéro

Info ou intox ? Aperçu sur les pièges de l’information officielle

[ndlr] Avertissement au lecteur. Des doutes ont été émis quant à l’authenticité des sites gouvernementaux cités dans le billet d’hier. Apparus sur la toile depuis 2011, ces sites diffusent jusqu’à présent des informations officielles. Par précaution car un doute persiste sur l’origine de ces sites, nous avons remplacé l’article d’hier par une réflexion sur cette source d’information.

Ecran_nguyentandung.org

Alors que nous avions mis en ligne hier vendredi 6 décembre un billet intitulé « Quand le site du PM vietnamien fait la promo de Mein Kampf » pour interroger le traitement de l’information sur un site dédié au Premier ministre Nguyen Tan Dung [1], deux collègues chercheurs nous ont mis en garde sur l’authenticité des sites d’où provenait l’information [2].

Il existe en effet actuellement de sérieux doutes sur une collection de sites hébergés à l’étranger, apparus sur la toile en 2011, et qui, jusqu’à présent, se sont cantonnés à relayer et à diffuser largement l’information officielle en provenance de la République Socialiste du Viêt-Nam (RSVN).

Il s’agit des principaux sites suivants :

  • Site dédié au Premier ministre Nguyen Tan Dung (23,3 M. de visiteurs au Vietnam) et ses autres déclinaisons .biz ; .net ; .info
  • Site dédié au Secrétaire général du Parti Communiste du Vietnam Nguyen Phu Trong (près d’un million de visiteurs au Vietnam)
  • Site dédié au Président de la République de la RSVN Truong Tan Sang (1,8 M. de visiteurs au Vietnam)
  • Site dédié au Ministre de la Police populaire Tran Dai Quang (5,7 M. de visiteurs au Vietnam)

Autrement dit, l’action des piliers du régime communiste (État-Parti / Armée / Police) est suivie quotidiennement et soutenue par cette collection qui démultiplie l’information de façon quasi identique d’un site à l’autre. En particulier, l’information relative à la dissidence est souvent menaçante et injurieuse envers les contestataires comme le souligne le blogueur Anh Ba Sàm [3] ou encore envers les organes de presse étrangers en langue vietnamienne comme nous avons pu le constater lors de la parution d’articles sur le général Vo Nguyen Giap [4]. Si l’on en croit le « flagcounter » de chacun des sites, l’auditoire de ces relais du pouvoir est de plusieurs millions de personnes et révèle une portée internationale conséquente. En clair, il s’agit là d’un puissant instrument d’information.

Cette collection est complétée par un site dédié à la thématique de la Mer de Chine méridionale :

Et d’autres personnalités importantes (liste non exhaustive) :

  • Pham Vu Luan (ministre de l’éducation et de la formation)

Le « site-mère » (ou matrice) de cette série est estampillé « nguyentandung.org » du nom du Premier ministre vietnamien qui, malgré une apparence très professionnelle, serait un site illégal ne bénéficiant d’aucune validation du pouvoir actuel, le Premier ministre possédant son site officiel d’information depuis le mois d’août 2007 (voir note 2).

Plusieurs organes de presse, notamment le journal Tuoi Tre et le Quan Doi Nhan Dan, organe de l’Armée populaire, ont signalé dès septembre 2011 la dangerosité potentielle de ces sites [5]. Le journal Tuoi Tre fut le premier, relayé par le journal de l’armée populaire mais depuis les informations relatives à ce vrai ou faux piratage d’envergure sont en réalité assez maigres.

La question qui se pose est complexe. Ces sites, qui apparaissent aujourd’hui comme de véritables leaders d’opinion, sont-ils réellement des plateformes pirates off-shore déconnectées du pouvoir ? Sont-ils tolérés en tant que relais efficaces de la propagande d’État à l’étranger ? Ont-ils été créés par une officine spéciale de propagande du pouvoir dans le but de défendre le régime ? S’ils sont effectivement de « faux » sites sur lesquels le pouvoir n’a pas la main, quels sont les mobiles de leurs auteurs ?

La dangerosité d’une telle opération de propagande a été soulignée par Tuoi Tre. Selon l’avis des experts en cybersécurité les effets d’un tel piratage sont incalculables. Un concepteur professionnel de sites en  propose une analyse :

« les propriétaires de sites veulent susciter l’intérêt, la confiance du lecteur, en premier lieu en étant toujours crédibles, en fournissant rapidement l’information à l’instar des les journaux officiels au Vietnam. Après un certain temps lorsque le niveau de prestige est assuré, alors que la confiance du lecteur est à son plus grand niveau, les propriétaires des sites peuvent mettre en place des informations dont l’impact se révèle non des moindres pour le lecteur. Il suffit de diffuser une seule information fausse sur la politique [du gouvernement] à partir de ces pages pour provoquer des perturbations notables dans la société  » [6].

Certains internautes ont exprimé leur avis. Par exemple Thành Phong estime pour sa part que l’inquiétude suscitée par ces sites pouvant nuire au prestige des dirigeants n’est pas totalement justifiée. En s’appuyant sur son expérience de lecteur assidu effectuant un suivi régulier de ces sites, il relativise la question du « propriétaire masqué » : « je pense qu’il peut s’agir ici de pages d’information véritables des dirigeants. Elles émaneraient d’une organisation ou d’un d’un groupe de confiance hautement qualifié et chargé d’exécuter, de d’apporter les informations des dirigeants au plus près de la population » [7].

Le blogueur Anh Ba Sàm s’interroge sur le professionnalisme de ces sites et leur pérennité malgré les mises en garde du pouvoir. Pour lui, il est étrange que ces sites / blogs soient toujours très actifs, affichant simultanément les nouvelles de manière très professionnelle. Ceci prouverait qu’il existe du personnel, des techniciens dédiés à nourrir ce réseau et suppose un coût relativement important pour la maintenance de ce système. Il fait remarquer que l’accès à ces sites n’a d’ailleurs jamais été bloqué par les autorités du pays, notamment à travers un pare-feu efficace [8].

Il paraît en effet difficilement croyable que la mise en place de ces plateformes soit totalement déconnectée des sphères du pouvoir vietnamien. Si c’était le cas, nous aurions affaire à une affaire de contre-information d’une ampleur jamais égalée dans ce pays. Si cela s’avérait au contraire une affaire judicieusement montée par une officine secrète du pouvoir ou un « groupe d’intérêt » comme le suppose certains blogueurs cela pourrait servir le régime en cas de cyberattaques pour lui permettre de continuer à diffuser son credo. On peut également supposer que cette initiative « illégale » a été envisagée pour contrer la popularité des blogs dissidents et d’information libre les plus en vue. Affaire à suivre.

FG, 07/12/2013.

 

Notes

[1] L’article critiquait la présentation in extenso d’une traduction inédite de Mein Kampf en vietnamien accompagnée d’une iconographie racoleuse sur le site « nguyentandung.org » (mot clé Mein Kampf et thématique Chuyên đề).

[2] L’historien Shawn McHale et l’étudiant Louis Raymond, actuellement en Master ASIOC, nous ont rapidement mis en garde sur l’authenticité de ces sites. Shawn McHale a notamment rappelé que le site officiel du Premier ministre Nguyen Tan Dung est : thutuong.chinhphu.vn (depuis août 2007).

[3] Trần Hùng, Ai đã tuồn ảnh cho Website mang danh lãnh đạo?, Dan Luan, 21/06/2013 (Theo blog Trần Hùng và Anh Ba Sàm)

[4] Voir sur Mémoires d’Indochine : Le vieux général, le député audacieux et la jeune blogueuse.

[5] Tràn lan web mạo danh lãnh đạo, Tuoi Tre Online, 11/09/2011. Repris sur Bao Moi ; information reprise par la BBC le lendemain : Nhiều trang web ‘giả danh’ lãnh đạo, BBC, 12/09/2011. Voir aussi : THIỆN VĂN, Bài 3: Ngăn ngừa hiểm họa từ những trang web giả mạo, QDND, 24/04/2012.

[6] Tràn lan web mạo danh lãnh đạo, Tuoi Tre Online, art. cit.

[7] Thành Phong, Ai là “Chủ nhân giấu mặt” các trang web “giả mạo” lãnh đạo?, 20/08/2012.

[8] Trần Hùng, Ai đã tuồn ảnh cho Website mang danh lãnh đạo?, art. cit.

 

Pour en savoir plus (classement par date de parution) :

Tràn lan web mạo danh lãnh đạo, Tuoi Tre Online, 11/09/2011.

Tràn lan web mạo danh lãnh đạo Đảng, Nhà nước, VTC News, 12/09/2011.

THIỆN VĂN, Bài 3: Ngăn ngừa hiểm họa từ những trang web giả mạo, QDND, 24/04/2012.

Hoa Tử Huyền – MicronetNews, Phải làm gì với website mạo danh lãnh đạo cấp cao Việt Nam?, 05/10/2011.

Thùy Linh, Website chính thức của Thủ tướng Nguyễn Tấn Dũng, 05/08/2013.

Richard Rechtman : Les vivantes [parution]

Rechtman_LesVivantes[ndlr] Présentation de l’éditeur.

17 avril 1975, les troupes de Pol Pot pénètrent dans Phnom Penh, la capitale du Cambodge, après quatre années de guerre civile. En quelques heures, la ville est intégralement vidée de ses occupants. Les citadins, comme les habitants des campagnes jusqu’alors non acquises aux Khmers rouges, sont déportés dans les zones les plus hostiles du pays. Travaux forcés, exécutions sommaires, famines, meurtres de masse… Dans ce désastre qui s’annonce, où plus du tiers de la population du pays sera exterminée, et où vivre se résumera simplement à ne pas mourir, rares seront les voix qui parviendront à se faire entendre. Ce livre retrace le destin de l’une d’entre elles. Celle d’une femme prise dans la tourmente d’événements qui lui échappent et pourtant l’emprisonnent, et qui puisera dans les ressorts les plus profonds de son intimité les armes d’une lutte sans merci contre les blessures de sa chair. Avec le fol espoir de vivre, pour ne pas les laisser gagner. Vivre, pour ne pas voir son propre corps disparaître. Vivre encore, juste l’instant suivant…

Réf. Richard Rechtman, Les vivantes, Paris, Editions Léo Scheer, collection Littérature, 2013, 152 p.

Source : Editions Léo Scheer

L’auteur

Richard Rechtman est psychiatre, psychanalyste et anthropologue, directeur d’études à l’EHESS. Il a créé et dirige depuis 1990 le dispositif de consultations psychiatriques spécialisées pour réfugiés cambodgiens au sein du Centre Philippe Paumelle de Paris. Il est membre du Centre de Ressources Audiovisuelles du Cambodge, fondé par le cinéaste cambodgien Rithy Panh et de l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (Iris). Il a notamment publié L’empire du traumatisme en collaboration avec Didier Fassin (Flammarion, 2007).

Source : EHESS

Richard Owens: Measuring smallholder land investments in Northwest Vietnam: A cross-cultural study of three highland villages… [PhD] – presented by Jean Michaud

[ndlr] Message de Jean Michaud paru initialement sur VSG et reproduit sur Mémoires d’Indochine avec son aimable autorisation.

Richard Owens with Hmong farmers during harvest season for dry rice in Thuan Chau district, Son La Province, Northwest Vietnam.
Richard Owens with Hmong farmers during harvest season for dry rice in Thuan Chau district, Son La Province, Northwest Vietnam.

This to congratulate Richard Owens who has recently defended successfully his PhD dissertation in social anthropology at University of Georgia (USA) titled « Measuring smallholder land investments in Northwest Vietnam: A cross-cultural study of three highland villages in Phỏng Lái commune, Sơn La province. »

His abstract states:

« In this dissertation, I investigate the connection between land tenure and the conservation of natural resources in the northwestern uplands of Vietnam (Son La province) through a focus on the political and economic forces that shape smallholder investment practices. Within a historically-informed context, I analyze and compare smallholder land use decisions among Kinh, Hmong, and Thai groups considering identity, cultural practices, and household economics.  Recently, Vietnam has banned swidden agriculture in favor of the intensification of upland agriculture. To that purpose, it has provided technology, subsidies, and extension services targeted to lowland majority development models.

During the course of this dissertation, I analyze soil conservation activities in three villages (between and within designs) and across the commune at the household level.  Results from investment activities (short-term, long-term and household rate categories) show that smallholders’ long-term investments are significantly smaller in relation to household investments. I contend that there are a number of social, economic, and environmental reasons for why Hmong, Thai and Kinh are not making significant soil conservation investments. State polices aimed at suppressing swidden agriculture have been replaced with intensive upland farming, leading to increased erosion and land degradation. Traditional swidden systems do not require inputs, hence they are not receiving long-term investments. Upland farming is possible through the use of inorganic fertilizers that are necessary for HYV maize production. Examining the failure of the property rights to conserve natural resources this research makes a significant contribution to the theory of property rights This study considers the socio-cultural and economics dynamics of land title and natural resource management. « 

What I would also like to stress about Richard’s work is that he finds that ethnicity matters when locals get to assess economic opportunities and make strategic choices. The Hmông and Thái ways, he finds, are distinct from the Kinh’s and express different views on modernity, identity and aspirations. His research thus dovetails nicely with other recent dissertations based in rural communities of the northern highlands stressing that these non-Kinh societies show creativity and pro-activity in the course of their social and symbolic reproduction, such as (among others) Jennifer Sowerwine (Berkeley 2004), Bent Jørgensen (Göteborg 2006), Tran Hong Hanh (Freie U. Berlin 2006), Christine Bonnin (McGill 2011), Achariya Choowonglert (Chiang Mai 2012), Ho Ngoc Son (ANU 2012), and O’Briain (Sheffield 2012).

Jean Michaud
Département d’Anthropologie / Université Laval (Québec)

Ken MacLean: The Government of Mistrust – Illegibility and Bureaucratic Power in Socialist Vietnam [parution]

McLean_TheGovernmentOfMistrust_SocialistVietnam[ndlr] Présentation de l’éditeur.

A groundbreaking book that looks at bureaucratic documents as a major history-shaping force

Focusing on the creation and misuse of government documents in Vietnam since the 1920s, The Government of Mistrust reveals how profoundly the dynamics of bureaucracy have affected Vietnamese efforts to build a socialist society. In examining the flurries of paperwork and directives that moved back and forth between high- and low-level officials, Ken MacLean underscores a paradox: in trying to gather accurate information about the realities of life in rural areas, and thus better govern from Hanoi, the Vietnamese central government employed strategies that actually made the state increasingly illegible to itself.

MacLean exposes a falsified world existing largely on paper. As high-level officials attempted to execute centralized planning via decrees, procedures, questionnaires, and audits, low-level officials and peasants used their own strategies to solve local problems. To obtain hoped-for aid from the central government, locals overstated their needs and underreported the resources they actually possessed. Higher-ups attempted to re-establish centralized control and legibility by creating yet more bureaucratic procedures. Amidst the resulting mistrust and ambiguity, many low-level officials were able to engage in strategic action and tactical maneuvering that have shaped socialism in Vietnam in surprising ways.

Ken MacLean is assistant professor of international development and social change at Clark University, where he is also the director of Asian studies. His scholarship on Vietnam and Burma has appeared in the Journal of Vietnamese Studies and Comparative Studies in Society and History.

“A highly original book with an unusually innovative methodology. MacLean describes policy and political processes in human terms.” — Oscar Salemink, University of Copenhagen

Source : The University of Wisconsin Press

Aperçu sur Amazon : Look inside

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge