Vo Nguyen Giap : Naissance d’une armée [3] – Nous préparons une base armée

Giap_QDNDVN[ndlr] Suite du récit de Vo Nguyen Giap sur la formation militaire de la Ligue Viêt-Minh et la préparation des armes.

NOUS PREPARONS UNE BASE ARMEE

Vers la fin de 1941, de Pac Bo, l’Oncle Ho donna l’ordre d’organiser le premier détachement armé de Cao Bang ; le groupe comprenait les camarades Le Quang Ba, Hoang Sam, Bang Giang, Le Thiet Hung, Duc Thanh, Tho An, etc… sous le commandement du camarade Le Quang Ba. Le détachement avait pour mission d’assurer la protection du P.C., de consolider et maintenir le réseau de communications, tout en participant à la formation militaire des miliciens d’autodéfense et des miliciens de choc.

Dans les régions gagnées par le mouvement révolutionnaire, la population qui adhérait en masse aux associations pour le salut national, organisa parmi les jeunes des détachements d’autodéfense. Le problème de la formation militaire se posa impérativement. De partout, on réclamait des cadres militaires ; mais nous en manquions cruellement. Ceux d’entre nous qui avaient quelques rudiments de formation militaire durent donc participer à ce travail. Tel fut le cas des camarades Thiet Hung, Le Quang Ba, Hoang Sam et Cap. Il fallut envisager d’écrire des brochures de formation militaire. L’Oncle Ho rédigea un texte sur la tactique de guérilla, en termes simples, faciles à comprendre. Le Comité interprovincial, de son côté, donna l’ordre de composer le programme de formation militaire et décida l’adoption des commandements unifiés. Ce n’était pas une tâche aisée car elle était toute nouvelle pour nous. Quand, le simple fait de scander « un, deux » embarrasse les moniteurs faute d’habitude de commander, que dire alors de la troupe ? Le mouvement d’entraînement militaire prit un grand essor. Chaque période durait de cinq à sept jours, aussitôt que les travaux des champs le permettaient. Lorsque les organisations d’autodéfense eurent toutes reçu l’instruction militaire, nous procédâmes à la formation des détachements d’autodéfense et d’assaut, dont les membres furent choisis parmi les miliciens les plus courageux. On peut dire que dans les villages « à cent pour cent », pratiquement tous les jeunes entrèrent dans les formations d’autodéfense et suivirent une ou même deux périodes d’entraînement. Chaque village comptait une ou deux sections d’autodéfense et d’assaut bien organisées et bien entraînées. Au même moment, le Comité interprovincial organisait des cours pour former des cadres militaires. Ces cours duraient en général un mois, avec cinquante à soixante élèves par promotion.

Malgré toutes les entraves nées du fait même de la clandestinité, les écoles édifiées dans la jungle ne manquaient pas d’ « envergure ». Grande fut la stupéfaction de l’ennemi lorsqu’il réussit à découvrir l’emplacement de l’école militaire de la troisième promotion du canton de Kim Ma : il trouva de grands bâtiments couverts de feuilles de lataniers, assez vastes pour abriter des centaines de personnes. Rien ne manquait : amphithéâtre, dortoirs, réfectoires, salles d’armes, terrains d’exercice de cinquante, soixante gradins… A la fin de 1943, dans la région de Nuoc Hai, au district de Hoa An, on put assister de jour à des revues de troupes en plein champ et à des manœuvres qui engageaient quatre à cinq cents, parfois même mille combattants sur une région englobant plusieurs cantons.

Cette rapide croissance des forces armées traduit bien l’ambiance enthousiaste qui préludait à l’insurrection générale. Le ravitaillement en armes et munitions posait un problème non moins sérieux. Chaque milicien d’autodéfense devait se procurer lui-même son arme : sabre, poignard, carabine de chasse ou fusil à amorce. En certains endroits, c’était la population elle-même qui, avec l’argent collecté, achetait en Chine des mousquetons de fabrication locale. Chaque milicien devait aussi se munir d’un rouleau de corde pour s’entraîner à capturer les traîtres. Le Comité interprovincial décida d’installer une forge pour essayer de fabriquer des grenades et des mines. Placé sous la responsabilité du camarade Cap, cet atelier groupait cinq ou six ouvriers. Les matières premières étaient fournies par la population locale qui remettait des plateaux de cuivre, des marmites de fonte ou des cuvettes de fer blanc. Le choix de l’emplacement fut une question très délicate : on se décida enfin pour une vallée encaissée derrière la chaîne du Blockhaus Rouge, ce qui étouffait les bruits des marteaux sur l’enclume. Après quelques mois d’essais éreintants, la première mine vit le jour. A l’essai, chacune de ses parties, prise séparément, donna pleine satisfaction. Au jour J, les camarades Vu Anh et Tong m’invitèrent à venir voir exploser la mine. L’emplacement choisi était proche de la forge, dans un cirque de hautes falaises rocheuses. La mine fut placée dans une petite cavité au pied de la montagne, cependant que les « spectateurs » s’installaient sur les hauteurs, derrière de gros rochers pour se protéger des éclats. Une corde de cent mètres commandait l’explosion. Nous attendions, le coeur battant. Le camarade Cap cria « Feu ! ». Nous avions les yeux braqués sur la mine. Un peu de fumée se dégagea… puis, plus rien… pas la moindre explosion.

Un camarade des minorités Tho éclata de rire et cria dans son dialecte :

« Te nang du Ty » (elle est toujours assise à sa place !)

Ainsi échoua notre premier essai.

Mais le camarade Cap ne se découragea pas. Il continua avec acharnement les recherches, et finit par réussir.

Cette fameuse forge fonctionna jusqu’à la Révolution d’Août, et fut agrandie par la suite : elle devint l’atelier d’armement Lam Son, qui rendit d’immenses services au cours de la résistance en fournissant régulièrement au front les armes et les munitions. La forge du Blockhaus Rouge fut pour ainsi dire notre premier atelier d’armement.

[à suivre]

Source : Extrait de Peuple héroïque. Souvenirs de militants, Hanoi, Éditions en Langues Étrangères, 1961, pp. 106-109.

Épisodes précédents :

Vo Nguyen Giap : Naissance d’une armée [2] – Le mouvement monte en flèche

Giap_QDNDVN[ndlr] Suite du récit de Vo Nguyen Giap sur l’implantation de la Ligue Viêt-Minh et la préparation de l’insurrection armée.

LE MOUVEMENT MONTE EN FLÈCHE

Au bout d’un certain temps, nos activités en Chine furent remarquées par les agents du Kuomingtang qui ne tardèrent pas à savoir que nous étions communistes. Nous reçûmes l’ordre de retourner dans le pays pour une nouvelle mission.

Lorsque le camarade Tong (un des pseudonymes de Pham Van Dong) et moi, nous franchîmes la frontière, le mouvement à Cao Bang était déjà bien parti tandis qu’en bien d’autres endroits, il démarrait vigoureusement. C’était vers la fin de 1941.

La Ligue Viêt Minh touchait déjà de nombreux districts. Les minorités Tho et Nung adhéraient avec enthousiasme aux Associations pour le salut national. Partout jeunes gens et jeunes filles se portaient à l’avant-garde tant pour la propagande et l’organisation que pour l’entraînement militaire. Les femmes n’étaient pas moins résolues. Dans de nombreuses régions, les enfants venaient aussi grossir les rangs des associations pour le salut national où ils servaient comme agents de liaison ou comme guetteurs. Les cellules du Parti gagnaient du terrain dans les communes où le mouvement était particulièrement puissant. Des communes « à cent pour cent » firent peu à peu leur apparition, puis des cantons, des districts. Nous appelions ainsi les régions ou localités dont la population toute entière, à quelques rares exceptions près, militait dans des organisations pour le salut national ou sympathisait avec la cause de la Révolution. Dans les communes « à cent pour cent », le comité Viêt Minh se substituait entièrement aux autorités légales pour régler toutes les affaires de la commune, depuis la célébration des mariages jusqu’aux contestations au sujet des rizières. La plupart des notables se ralliaient à notre cause, les uns sympathisant avec le mouvement, les autres militant ouvertement au sein des associations pour le salut national. Les quelques rares éléments réactionnaires qui restaient se trouvaient politiquement isolés et étroitement surveillés. Une sorte de pouvoir à double face s’établissait à la base : les notables, avant de se rendre au district ou à la province, venaient demander les directives au Comité Viêt Minh et, dès leur retour au village, lui faisaient un rapport détaillé.

Il en était de même avec les miliciens. La plupart d’entre eux étaient noyautés par nous, sinon plus ou moins sympathisants. A cette époque, pour enrayer la montée révolutionnaire, les « autorités supérieures » avaient donné l’ordre aux échelons subalternes de renforcer la surveillance. Chaque village avait de deux à trois postes de garde. Mais les miliciens et la population locale étant de notre côté, les postes de garde de l’ennemi devenaient en fait nos propres postes et un certain nombre d’entre eux nous servirent de relais dans nos réseaux de liaison clandestins.

Le mouvement avait gagné également les hauteurs habitées par la minorité des « Man Blancs ». Ces montagnards menaient une vie des plus misérables, dans des régions arides difficilement accessibles. De rares sentiers, très accidentés, escaladaient ces montagnes escarpées. Comme les colonialistes français et leurs valets, mandarins et notables, les grugeaient jusqu’à la moelle, les Man n’attendaient qu’une occasion pour se soulever. Ils manifestèrent une grande joie quand ils virent pour la première fois des cadres du Viêt Minh. Ils furent très touchés de constater que les Kinh, les Tho et les Man, que la politique colonialiste avait jadis dressés les uns contre les autres, s’unissaient fraternellement dès qu’ils militaient au sein des associations du front Viêt Minh pour chasser les envahisseurs français et japonais. Ils nous aimaient comme des frères et soutenaient la révolution sans réserve.

Les associations pour le salut national s’étendirent rapidement dans cette région. Bientôt, l’organisation du Parti vit bientôt également le jour chez eux. L’un des premiers Man Blancs qui adhéra au Parti s’appelait Hong Tri. Il vivait dans une misérable paillote et brûlait d’une flamme ardente pour la révolution. Lors d’un ratissage organisé par les Japonais, il tomba en héros à la tête des guérilleros de son village.

L’union nationale était un des traits les plus marquants du mouvement. Dès les premiers jours de la lutte clandestine à Cao Bang, nous avions organisé avec succès plusieurs rencontres amicales entre les délégués des différentes minorités Tho, Man, Nung, Kinh, Chinois, etc… Des délégations de Man avaient effectué des visites de courtoisie dans la vallée. Elles avaient toutes reçu un accueil chaleureux de la part de la population locale. Dès leur retour, elles rapportaient fidèlement leurs impressions de voyage à leurs compatriotes. Périodiquement, dans les vallées et les hautes régions, nous organisions de petites expositions de photos et de gravures sur les crimes des colonialistes français et des fascistes japonais et la montée des forces révolutionnaires. A cette occasion, nous montrions les armes et le drapeau de la Révolution, nous faisions connaître l’U.R.S.S. et la révolution mondiale.

Quelque temps plus tard, le Comité provincial de Cao Bang fut réorganisé. Au début de novembre 1942, se tint le Congrès de la Ligue Viêt Minh de Cao Bang au cours duquel fut élu le Comité provincial. L’appareil d’organisation de la Ligue était désormais en place de l’échelon de la commune à celui de la province en passant par le canton et le district. Dans les cantons et districts « à cent pour cent », on organisa des élections démocratiques à partir de l’échelon communal. Après quoi fut formé le Comité interprovincial Cao-Bac-Lang (provinces de Cao Bang, Lang Son, Bac Can) avec le camarade La comme secrétaire général. Cet ancien militant qui était passé au travers de bien des épreuves, possédait une riche expérience et jouissait d’un grand prestige auprès de la population et des membres du Parti. Malgré une santé fragile, il s’acquittait avec abnégation de toutes ses fonctions. Par la suite, il est resté secrétaire du Comité provincial de Cao Bang jusqu’à sa mort survenue l’année dernière.

A cette époque, nous attachions une grande importance à l’éducation politique pour étayer le mouvement.

– Il faut tout d’abord, disait l’oncle Ho, gagner le peuple avant d’aborder le problème de l’insurrection.

Le problème était donc d’étendre et de consolider les organisations de base. De nombreux cours de formation politique accélérés avaient été ouverts dans les districts. Mais les militants de base n’aimaient guère quitter leurs villages et leurs hameaux, cela gênait leur travail dans les champs, sans compter qu’ils risquaient de se « brûler ». Pour pallier à ces difficultés, les « instructeurs » furent organisés en équipes mobiles. Chaque localité avait à préparer un centre clandestin, loin du village, où les militants se rendaient tour à tour avec des vivres pour suivre des cours pendant cinq à sept jours. Au bout d’un certain temps, presque tous les militants des villages étaient passés par ces stages. Le Comité interprovincial décida d’ouvrir de nouveaux cours d’un niveau supérieur qui recevraient également des jeunes gens et des jeunes filles ne faisant pas partie des Comités exécutifs des organisations de base. Nombreux étaient les éléments sûrs qui dans les associations pour le salut national demandaient à suivre ces cours. A la fin de chaque stage, invariablement nous organisions une petite fête amicale à laquelle étaient invités les délégués de toutes les couches de la population ; on chantait, on dansait, on puisait de nouvelles forces pour les tâches à venir. L’Oncle Ho enseignait directement aux militants et parfois aux paysans dans le voisinage du P.C. Les militants locaux, à part un petit nombre, ne connaissaient pas la langue vietnamienne. Les femmes notamment l’ignoraient complètement. L’Oncle Ho nous recommanda donc instamment d’apprendre le Tho. Chez les Man Blancs, nous devions même recourir au dessin pour faire saisir nos idées. Pour faire comprendre que Français et Japonais exploitaient notre peuple, nous représentions un Français et un Japonais frappant des Vietnamiens ou un paysan écrasé sous le poids des impôts et corvées. D’autres fois, nous dessinions un Kinh, un Man et un Tho marchant la main dans la main, pour souligner la nécessité de l’union nationale contre l’envahisseur. Plus tard seulement, les minorités Man, à leur tour, possédèrent leur propre écriture. Le contenu de ces cours était très simple : après l’exposé sommaire de la situation nationale et internationale, nous expliquions pourquoi nous devions engager la lutte contre les Français et les Japonais ; nous parlions ensuite de la préparation à l’insurrection armée, de l’organisation des associations pour le salut national, des détachements d’autodéfense et enfin des cinq points du travail clandestin. Nous enseignions aussi la manière de présider les réunions, de prendre la parole en public, etc…

J’étais responsable d’un de ces groupes d’instructeurs. Notre champ d’activités s’étendait sur les régions de Hoa An, Nguyen Binh, peuplées de minorités Man Blancs. Tous ces cours politiques obtinrent un grand succès. Il m’est arrivé cependant une histoire dont je me souviendrai longtemps. Un beau jour, je crus bien faire en expliquant aux militants, en dehors du programme habituel, les quatre contradictions de la conjoncture internationale. Quelle ne fut ma surprise lorsqu’après la dernière leçon, un des meilleurs éléments, que nous appelions De Tham, leva la main pour demander la parole et déclara :

– Je vous prie de m’autoriser à me retirer de l’Association.

– Mais pourquoi donc, camarade ? lui demandai-je au comble de la stupéfaction.

– Dans la Ligue, je suis prêt à faire tout ce qu’on me demandera. Mais ces études sont trop difficiles. Je n’arrive pas à me mettre tout cela dans la tête et j’ai peur de ne pas pouvoir bien faire ce qu’il faut.

Je venais de recevoir une bonne leçon quant à mes méthodes de formation. Je m’étais efforcé de composer un programme facile à comprendre qui réponde au niveau de mes élèves et voilà que le camarade De Tham demandait à quitter nos rangs parce que j’avais ajouté à mon cours… les quatre contradictions.

Dans le Parti, le travail de formation était considéré comme une tâche importante. Le Comité interprovincial se chargeait des cours politiques à l’intention des militants. Pour un certain nombre de cadres à l’échelon provincial, le programme d’études comprenait aussi, en dehors des résolutions du Comité central et des directives du Comité interprovincial, l’histoire du Parti communiste soviétique.

[à suivre]

Source : Extrait de Peuple héroïque. Souvenirs de militants, Hanoi, Éditions en Langues Étrangères, 1961, pp. 99-105.

Épisode précédent :

Vo Nguyen Giap : Naissance d’une armée [1] – Ho Chi Minh rentre au pays

Giap_QDNDVN[ndlr] A l’occasion de la journée anniversaire de la création de la première brigade de propagande armée (22 décembre 1944), embryon de la future armée populaire vietnamienne, nous publions en sept feuilletons le texte du général Vo Nguyen Giap dans sa version éditée en République Démocratique du Viêt-Nam en 1961. Notez que cette version diffère légèrement du texte publié dans la Petite Collection Maspéro en 1971 (Récits de la résistance vietnamienne) et reproduit sur le blog Guérilla. Le texte présenté ci-dessous fut initialement publié dans Peuple héroïque. Souvenirs de militants, Hanoi, Éditions en Langues Étrangères, 1961, pp. 87-146. Propos du général Giap recueillis par Tran Cu.

* * *

L’UN DES DEUX CENTRES DU MOUVEMENT AU VIET BAC : CAO BANG.

HO CHI MINH RENTRE AU PAYS

Cao Bang est une province où, très tôt, s’est implanté le mouvement révolutionnaire. Dès 1929, il y existait déjà plusieurs groupes de l’Association de la Jeunesse Révolutionnaire y comptait plusieurs groupes. Plus tard, lorsque le Parti Communiste Indochinois fut créé, Cao Bang eut aussitôt ses premières cellules. Malgré la terreur blanche, les organisations de base du Parti réussirent à s’y maintenir jusqu’au moment du Front populaire où la flambée révolutionnaire gagna la masse. Plusieurs meetings saluèrent avec enthousiasme le Congrès national du Parti cependant que les mineurs de Tinh Tuc donnaient le signal des luttes revendicatives. Lorsqu’éclata la Seconde Guerre mondiale, les colonialistes français qui cédaient sur toute la ligne devant les fascistes japonais, jetèrent par contre le meilleur de leurs forces contre le mouvement révolutionnaire. Cao Bang connut aussi la répression. Nos cadres et nos militants, passant dans la clandestinité, maintinrent les organisations de base et entretinrent le mouvement au milieu d’énormes difficultés.

C’est à ce moment critique que le Président Ho Chi Minh arriva dans la région frontalière sino-vietnamienne où se trouvait déjà un petit groupe d’émigrés comprenant les camarades Phung Chi Kien, Pham Van Dong, Hoang Van Hoan, Vu Anh et moi-même. Après l’armistice de 1940 en France, l’Oncle Ho avait jugé que le plus important pour nous était de retourner immédiatement au pays, pour prendre contact avec le Comité central et étendre notre réseau. Ce qui fut fait. Les premiers temps, nous sommes restés provisoirement dans quelques localités chinoises proches de la frontière. C’était une région où était déjà passée l’Armée rouge chinoise qui y avait mené un travail politique très efficace. La population se montra bien disposée à notre égard dès qu’elle sut à qui elle avait affaire. Mieux encore, elle fit même tout pour nous aider. A cette époque, un certain nombre de cadres et de militants de Cao Bang — les camarades Le Quang Ba, Hoang Sam, Bang Giang, etc… – avaient dû se réfugier en Chine pour échapper aux poursuites. Comme ils cherchaient à contacter les dirigeants pour rétablir la liaison avec l’organisation du Parti, ils eurent la chance de rencontrer l’Oncle Ho qui décida de les joindre à notre groupe. Il avait l’intention de leur faire suivre un cours politique après quoi  ils repasseraient la frontière pour établir les premières bases de l’organisation de la Ligue Viêt Minh dans le pays. Ce cours politique accéléré eut lieu dans un village chinois proche de la frontière. L’oncle Ho y apporta un soin méticuleux. Il nous fit discuter le programme qui fut adopté en commun. Il répartit ensuite entre nous la rédaction des six ou sept leçons. Nous devions au préalable composer le plan détaillé de chacun de ces exposés, le soumettre à la discussion collective avant de le développer par écrit. Le texte définitif devait être examiné de nouveau en commun au cours d’une réunion. L’Oncle Ho exigeait que nos leçons soient adaptées au niveau de la masse : claires dans leur contenu, simples dans les termes. Ces cours devaient être imprimés plus tard sous le titre « Le chemin de la libération ».

Ce premier cours de formation politique des cadres de la Ligue Viet Minh fut un grand succès. Nous étions à la veille de la Fête du Têt (Nouvel an lunaire). Les militants franchirent la frontière, débordants de confiance, assurés du succès de leur mission. Après le Têt, l’Oncle Ho revint à son tour dans le pays. Il établit son P.C. dans la grotte de Pac Bo, au sein d’un massif montagneux de deux à trois kilomètres de large sur cinq à six km de long, à un kilomètre seulement de la frontière. Les minorités Nung qui peuplent cette région sont disséminées dans de minuscules agglomérations juchées au flanc des montagnes ou nichées dans des vallées encaissées. L’endroit ne manquait pas de pittoresque avec ses carrés de rizières sertis dans la jungle épaisse et les montagnes abruptes. Une végétation luxuriante masquait presque totalement l’entrée de la caverne ; même de près, elle était difficile à repérer. Très profonde, elle surplombait un charmant ruisseau dont les eaux formaient en un point un assez grand bassin, comme un lac miniature. Le ruisseau cheminait dans un enchevêtrement de rochers capricieux où de grosses stalactites plongeaient sur d’énormes blocs arrondis par l’érosion. C’était là que chaque jour l’Oncle Ho descendait pour travailler, à moins qu’il [n’]allât donner un cours politique dans un village des environs. Pour les repas, il retournait à la grotte. La nuit, pour chasser le froid très vif qui y régnait, on pouvait heureusement se permettre d’allumer un petit feu sans crainte d’être découvert.

L’Oncle Ho, qui attachait une importance extrême à la vigilance, veillait toujours à ce que tout le monde gardât un secret absolu sur tout ce qui concernait le P.C. Il donnait l’ordre de changer de place immédiatement au moindre indice de danger. Une fois, on nous fit savoir que l’ennemi avait envoyé des espions dans la région. Notre P.C. s’enfonça aussitôt plus profondément dans la jungle. Le nouvel emplacement offrait une grande sécurité : pour l’atteindre, il fallait remonter le cours d’un ruisseau, franchir quelques cascades et escalader plusieurs pentes escarpées. Le siège du P.C. n’était qu’une hutte bien cachée sous un enchevêtrement de lianes et de grosses racines. Malheureusement il y faisait si sombre, même en plein jour, que pour travailler, nous devions grimper en haut de la montagne. Plus tard, toujours par précaution, notre P.C. déménagea dans une autre grotte extrêmement exiguë qui pouvait à peine abriter trois ou quatre lits. Les jours de grande pluie, les serpents et diverses bestioles y venaient nous tenir compagnie.

Cette vie de clandestins traqués était extrêmement dure. Pour garder une bonne santé, condition primordiale d’un bon travail, l’Oncle Ho s’en tenait à des règles très strictes. Il se levait très tôt et chaque jour invariablement c’était lui qui nous réveillait. Ensemble, nous faisions quelques mouvements de culture physique ; puis la journée de travail commençait. Pendant la nuit, faute de pétrole pour les lampes, nous nous rassemblions autour d’un feu de bois pour tenir des réunions ou tout simplement bavarder à bâtons rompus. Les heures de repas étaient aussi scrupuleusement respectées ; mais l’ordinaire était bien maigre. De loin en loin seulement, notre menu comportait un petit plat de viande que nous avions baptisé « viande Viêt Minh » et dont voici la recette : viande grillée hachée et pilée dans la proportion d’un quart de viande, trois quarts de gros sel. Quelquefois nous organisions une partie de pêche pour améliorer notre ordinaire. Notre « maître-coq » était un vieux membre du Parti, nommé Lôc. Il veillait avec sollicitude sur la santé de l’Oncle Ho et nous couvait comme une véritable mère poule. Lorsque le Président était fatigué, il pensait toujours à lui mettre de côté un bol de soupe de riz. Notre boisson était l’eau de la source passée à travers un filtre de fortune fait de charbon, de cailloux et de sable.

Malgré toutes ces précautions, aucun d’entre nous n’a échappé au paludisme. L’Oncle Ho lui-même subissait fréquemment des attaques de fièvre Au moment des crises, malgré nos prières, il refusait de se reposer et continuait à présider nos réunions.

– Il faut lutter, se plaisait-il à répéter, pour faire reculer la maladie et la vaincre.

Plus tard, lorsque le mouvement eut pris de l’ampleur, notre P.C. se déplaça à Lam Son, près de Nuoc Hai, au fond d’une vallée encastrée dans une chaîne de montagnes d’accès extrêmement difficile. Nous appelions cet endroit, « le Blockhaus Rouge » parce qu’il était environné de montagnes de couleur rougeâtre et qu’il servait depuis fort longtemps de rendez-vous aux révolutionnaires. L’Oncle Ho conservait toujours le même mode de vie, tout de simplicité et de frugalité. Le séjour dans les grottes et la jungle avait miné sa santé. Lorsque la situation évoluait favorablement, le ravitaillement s’améliorant, notre vie matérielle devenait à peu près satisfaisante. Mais lorsque l’ennemi intensifiait la répression, notre P.C. s’enfonçait plus profondément dans la jungle, et le ravitaillement devenait difficile. Il nous arriva plus d’une fois de nous réfugier parmi les minorités « Man Blancs » (1), qui, faute de riz, ne se nourrissaient que de maïs. Pendant de longs mois, nous aussi, nous avons mangé la soupe de maïs. A la suite de ce régime, on vit la santé de l’Oncle Ho décliner à vue d’œil. Notre vieux camarade Lôc, accomplissant mille prodiges, réussit à trouver un peu de riz qu’il fit cuire à l’intention de l’Oncle Ho. Mais celui-ci lui opposa un refus catégorique. Il lui reprocha même de n’avoir pas sur conserver ce riz précieux pour les camarades malades et continua à partager avec nous la soupe de maïs.

Durant tout ce séjour au Viet Bac, jamais l’Oncle Ho ne fut aussi gravement malade qu’en 1945, après le coup de force des fascistes japonais. A cette époque, nous avions déjà libéré une vaste zone qui ne cessait de s’étendre. Avec l’oncle Ho, nous étions descendus de Cao Bang à Tan Trao. C’était au mois de juillet 1945, dans la période fiévreuse de préparation du Congrès national qui avait été décidé par le Comité central. Le P.C. du Commandement provisoire de la zone libérée se trouvait dans une maison sur pilotis au village de Tan Trao près du gros banian devenu historique depuis. A ce moment, j’assurais la permanence du P.C. L’Oncle Ho logeait dans une petite hutte nichée au flanc de la montagne, à un kilomètre environ du village. La longue marche qu’il avait dû effectuer pour se rendre de Cao Bang à Tan Trao devait l’avoir épuisé. Il tomba gravement malade après une période de grande faiblesse ; la fièvre ne lui laissait aucun répit. Au début, il pouvait encore avaler un peu de soupe de riz. Puis il en fut réduit à la farine de riz délayée dans l’eau. Parfois il délirait. Bien que notre approvisionnement en médicaments se fût amélioré, nous n’avions en tout et pour tout que quelques comprimés de quinine et quelques ampoules d’huile camphrée. Quotidiennement, je me présentais chez lui pour faire le rapport ; je m’inquiétais fort de son état. Mais lorsque je lui demandais des nouvelles de sa santé, il me tranquillisait et insistait toujours pour que je rentre au P.C. expédier les affaires courantes. Le septième jour de sa maladie, je le trouvai plus mal. Comme d’habitude, après le rapport, il me congédia. Prétextant qu’aucune affaire urgente ne m’attendait, j’insistai pour demeurer auprès de lui. Sans doute se rendait-il compte de son état critique, il accepta. Durant la nuit, il se réveilla plusieurs fois et chaque fois il m’appelait. Je sentis confusément qu’il voulait me communiquer des choses extrêmement importantes avant qu’il ne soit trop tard…

De sa voix calme qui prononçait lentement chaque mot, il me dit :

« Cette fois, la conjoncture nationale et internationale nous est extrêmement favorable. Notre Parti ne doit pas laisser passer l’occasion. Nous devons prendre la direction de la lutte nationale pour la conquête de l’indépendance, quoi qu’il en coûte, même si toute la Cordillère vietnamienne doit être la proie des flammes. »

Il s’interrompit un moment pour reprendre son souffle et me donna ensuite quelques conseils pour les problèmes de l’heure :

– Le mouvement révolutionnaire gagne du terrain, me dit-il, mais quand le mouvement monte, il faut toujours veiller à consolider ses assises : renforcer idéologiquement les éléments sûrs, former des cadres. Il faut ouvrir des cours accélérés afin de former à temps les militants locaux et s’attacher particulièrement à l’édification des cellules de façon à pouvoir maintenir le mouvement aux heures critiques. Quant à la lutte armée, dès que les circonstances deviennent favorables, il faut la poursuivre résolument et l’étendre, mais sans oublier de consolider nos bases pour parer à toute éventualité.

En écoutant ces recommandations, j’avais l’impression qu’il envisageait déjà une issue fatale à sa maladie. L’inquiétude s’empara de moi. Je fis immédiatement un rapport détaillé sur son état de santé et dépêchai une estafette pour l’apporter au Comité central. En même temps, je demandais à tous les camarades se trouvant dans la localité de consulter la population locale. Les vieillards du village vinrent alors à notre secours. Ils nous indiquèrent l’adresse d’un médecin traditionnel, réputé pour la guérison de ce genre de fièvre. Un courrier fut dépêché dans la nuit même auprès du médecin qui arriva le lendemain matin. Il prit le pouls du malade, et se rendit dans la forêt où il déterra une sorte de tubercule dont je serais bien en peine de donner le nom. Il le fit brûler et en versa les cendres dans un bol de soupe de riz qu’il fit avaler au malade. L’Oncle Ho ne tarda pas à se sentir mieux et quelques jours plus tard il était parfaitement rétabli.

Notre joie ne saurait se dire. Mais jusqu’à maintenant nous n’avons pu encore découvrir le nom de ce tubercule miraculeux qui guérit si vite l’Oncle Ho.

Revenons maintenant à Cao Bang, au temps où le Président séjournait à Pac Bo. A ce moment, les camarades Phung Chi Kien et Vu Anh étaient déjà là-bas. Le camarade Lam (nom de guerre de Pham Van Dong), le camarade Ly (nom de guerre de Hong Van Hoan) et moi-même, en mission à Tsin Si (Chine), faisions la navette entre cette ville et Kouei Lin. Nous nous rendions souvent à Pac Bo pour faire nos rapports à l’Oncle Ho et recevoir des instructions. De temps en temps, accompagné du camarade Phung Chi Kien, il venait à notre rencontre, dans un endroit situé à mi-chemin entre Pac Bo et notre résidence. Très endurant, il pouvait sans fatigue faire à pied d’une seule traite des dizaines de kilomètres. Une fois, nous le rencontrâmes, comme il était convenu entre nous, à notre rendez-vous situé dans un marché en Chine. Un de nos camarades qui venait de franchir la frontière lui annonça :

– Le camarade X. a été arrêté !

Mais sans se préoccuper autrement de la nouvelle, l’Oncle Ho nous invita à entrer dans une auberge et commanda le repas. C’est seulement après avoir mangé qu’il ouvrit la réunion projetée. Il prit la parole le premier en s’adressant au messager :

– Fais maintenant ton rapport. Quoi qu’il arrive, il ne faut jamais perdre son sang-froid.

Chaque fois que nous revenions au P.C. pour rencontrer l’Oncle Ho nous avions toujours la sensation renconfortante de nous retrouver chez nous, dans une chaleureuse ambiance de famille.

– Le Parti, disait-il souvent, c’est la grande famille des communistes.

Il plaisait aussi à nous répéter :

– Le Parti doit être notre guide en toutes circonstances.

Il n’oubliait jamais de s’enquérir de notre santé et montrait vis-à-vis de chacun une sollicitude constante. Au P.C., il régnait une atmosphère d’optimisme révolutionnaire. Aux heures de poussée du mouvement, les militants qui revenaient en apportant avec eux le bouillonnement fiévreux des organes de base, y trouvaient une atmosphère sereine qui leur rappelait immédiatement que la lutte révolutionnaire serait encore longue et pénible. Aux heures sombres, lorsque l’ennemi semait la terreur parmi la population en désarroi, ils y trouvaient encore, à leur retour de mission, cette même atmosphère sereine d’où se dégageait alors une confiance inébranlable en la victoire finale. J’en ai gardé une impression inoubliable et tiré une précieuse leçon : dans les heures sombres, pas de pessimisme ; dans les heures de triomphe, pas d’optimisme béat. L’Oncle Ho sut à merveille nous insuffler une foi inébranlable en la victoire de la révolution.

– Faire la révolution, disait-il, c’est un travail de longue haleine, un travail qui exige de la ténacité et de la persévérance. Toute décision demande mûre réflexion et ne doit jamais être prise à la légère.

Aussi, en général, à nos retours de mission, si rien n’exigeait une solution urgente, nous observions la règle de travail suivante : l’Oncle Ho posait le problème à débattre et nous laissait un certain temps pour réfléchir. Ensuite avaient lieu la réunion et les discussions. Ses directives étaient toujours très précises et très pratiques. Et lorsqu’ après de minutieuses discussions, nous adoptions les résolutions finales, il exigeait que nous les réalisions coûte que coûte. Il tenait aussi à contrôler effectivement notre plan de travail, quelle que fût son importance. De mon séjour auprès de lui, j’ai pu tirer un précieux enseignement : pour fixer la ligne de la révolution, il faut voir les choses dans leur ensemble et voir loin, mais au moment de passer au travail d’exécution, attacher une grande attention à tous les détails pratiques quelle que soit leur importance. Négliger les détails, c’est compromettre tout l’ensemble des grandes lignes.

Dès que son P.C. fut établi à Pac Bo, l’Oncle Ho donna immédiatement l’ordre de faire paraître le Viêt Lâp (Vietnam Indépendant). Ce journal paraissait clandestinement une fois par semaine, sur deux pages de petit format. Les articles, courts, simples, étaient imprimés en gros caractères, à la lithographie. Les estimant trop courts et trop simplistes, nous proposâmes d’enrichir le contenu et d’utiliser des caractères plus petits pour améliorer la présentation et augmenter le nombre des articles. Mais l’Oncle Ho ne partagea pas ce point de vue.

– Pour que le journal soit au niveau des masses, disait-il, il est de beaucoup préférable de publier des articles courts, en gros caractères.

Effectivement, nous n’avons pas tardé à constater l’efficacité pratique du Viet Lap dans notre travail de propagande et d’organisation. L’influence du journal ne venait pas seulement par sa ligne politique juste, mais aussi par sa forme simple, parfaitement adaptée au niveau de la population. De toute évidence, la première condition pour éveiller la conscience des masses et les guider dans leur marche en avant, c’était d’aborder les problèmes qui les préoccupaient et en parler en des termes qu’elles comprenaient. Par la suite, le journal fit des progrès, il parut sur quatre pages avec une meilleure présentation. Il devait continuer à remporter un grand succès auprès de la population.

L’Oncle Ho attachait une grande importance à la formation idéologique des cadres. Il avait traduit en vietnamien l’Histoire du Parti communiste (Bolchevik) de l’U.R.S.S. De ses propres mains, Il avait dactylographié cette traduction en quelques exemplaires qui nous servaient de document pour nos études.

Il restait en contact étroit avec la population locale, souvent il allait rendre visite aux vieillards ou apprendre aux jeunes à lire. Il aimait profondément les enfants. Avec sa veste indigo à la mode des minorités « Tho », on l’aurait pris pour un paysan de la région. La population l’appelait respectueusement « ong ke », terme réservé aux anciens du village. Simple, optimiste, toujours près du peuple, plein d’un chaleureux esprit de camaraderie, l’Oncle Ho avait déjà ce style de vie qu’il a gardé jusqu’à ce jour.

Au mois de mars [1941], la 8ème Conférence élargie du Comité central se tint sous sa présidence à Pac Bo. Comme chacun le sait, cette réunion devait prendre des décisions de portée historique. Définissant la nouvelle ligne du Parti, elle fit de la libération nationale la question N°1 pour tout le peuple. Elle décida également l’organisation de la Ligue pour l’Indépendance du Viêt Nam (Viêt Minh) et la préparation à l’insurrection armée. Ce fut elle également qui décida de maintenir et d’étendre les deux bases que nous avions à Bac Son-Vu Nhai, et à Cao Bang, pour en faire les foyers de préparation à l’insurrection armée au Viet Bac.

(1) Les « Man Trang », ainsi nommés à cause de leur costume et de leurs parures.

[à suivre]

Source : Extrait de Peuple héroïque. Souvenirs de militants, Hanoi, Éditions en Langues Étrangères, 1961, pp. 87-99.

Nhạc sĩ Việt Dzũng qua đời tại California – Décès du musicien Viet Dzung (1958-2013)

VietDzung[ndlr] A l’occasion du décès prématuré du musicien Viet Dzung (Nguyễn Ngọc Hùng Dũng), nous offrons aux lecteurs de Mémoires d’Indochine cette chanson triste qu’il composa en 1978 pour ses compatriotes restés au pays après le 30 avril 1975. Né à Saigon en 1958, Viet Dzung était une figure bien connue de la communauté vietnamienne en Californie notamment grâce à son rôle de MC au sein du programme de divertissement Asia (Trung Tâm Asia). Infatigable militant pour les droits de l’homme et la démocratie au Viêt-Nam, il fut en tant que journaliste, porte-parole des radios Little Saigon (1992-1996) et Bolsa depuis 1996. Il laisse derrière lui quelques grands titres comme Một Chút Quà Cho Quê Hương / Quelques présents pour la terre natale interprété ici par la grande chanteuse Khánh Ly.

* * *

Một Chút Quà Cho Quê Hương – Khánh Ly – Việt Dzũng

 

Em gởi về cho anh dăm bao thuốc lá
Anh đốt cuộc đời cháy mòn trên ngón tay
Gởi về cho mẹ dăm chiếc kim may
Mẹ may hộ con tim gan quá đọa đầy

Gởi về cho chị dăm ba xấp vải
Chị may áo cưới hay chị may áo tang
Gởi về cho em kẹo bánh thênh thang
Em ăn cho ngọt vì đời nhiều cay đắng

Con gởi về cho cha một manh áo trắng
Cha mặc một lần khi ra pháp trường phơi thây
Gởi về Việt Nam nước mắt đong đầy
Mơ ước một ngày quê hương sẽ thanh bình

Em gởi về cho anh một cây bút máy
Anh vẽ cuộc đời như ước vọng mong manh
Gởi về cho mẹ dăm gói chè xanh
Mẹ pha hộ con nước mắt đã khô cằn

Gởi về cho chị hộp diêm nhóm lửa
Chị đốt cuộc đời trong hoang lạnh mù sương
Gởi về cho em chiếc nhẫn yêu thương
Em bán cho đời tìm đường vượt biên

Con gởi về cho cha vài viên thuốc ngủ
Cha chôn cuộc đời trong trong xứ tù chung thân
Gởi về Việt Nam khúc hát ân cần
Mơ ước yên lành…
trong giấc ngủ…. da…. vàng….

Nhạc Và Lời Việt Dzũng.

 

Source : Nguoi Viet, 20/12/2013.

 

Voir aussi :

Disparition de l’historien vietnamien Đào Hùng (1932-2013)

[ndlr] Annonce de la triste disparition le 17 décembre 2013 de l’historien vietnamien Đào Hùng, fils de Đào Duy Anh et rédacteur en chef adjoint de la célèbre revue d’histoire Tạp chí Xưa và Nay [Jadis et Aujourd’hui]. Hommages.

NhasuhocDaoHung

 

TIN BUỒN  Chúng tôi vô cùng kính tiếc báo tin:

Nhà sử học, Nhà báo, Dịch giả

ĐÀO THẾ HÙNG

(ĐÀO HÙNG)

sinh năm 1932, nguyên quán Khúc Thủy, 

huyện Thanh Oai, Hà Nội

Phó Tổng biên tập Tạp chí Xưa & Nay

đã từ trần hồi 17h07 phút ngày 17 tháng 12 năm 2013

tại Hà Nội, hưởng thọ 82 tuổi.

Lễ viếng từ 09h00 đến 11h00, Thứ Bảy ngày 21.12.2013
tại Nhà tang lễ Bệnh viện Bạch Mai, Hà Nội

Trong giờ phút đau buồn này, chúng tôi thành kính dâng lời cầu nguyện anh linh Nhà sử học Đào Hùng thanh thản về cõi vĩnh hằng. Xin nghiêng mình chia buồn cùng bà quả phụ Công Huyền Tôn Nữ Nghi Trinh và các con cháu trong đại gia đình.

Source : Nguyen Xuan Dien Blog, 18/12/2013.

Voir aussi : Nhà sử học Đào Hùng qua đời, Dân Trí, 18/12/2013.

* * *

Hommages

Very sad news from Prof. Phan Huy Le regarding Dao Hung (Dao The Hung). Dao Hung was the long-time editor of Xua & Nay, the organ of the Association of Vietnamese Historians. This task is now the responsibility of his son Dao The Duc. Besides Duc, who received his Ph.D. in Anthropology from the University of Washington, Dao Hung leaves behind his wife Ton Nu Nghi Trinh, a wonderful cook who specializes in the cuisine of Hue and in particular palace cuisine, and his daughter Hong Mai, a French-trained economist.

Dao Hung was the son of Dao Duy Anh. While his brother Dao The Tuan was allowed to remain in Moscow to study agronomy in the aftermath of the Nhan Van affair, the younger Hung spent ten years exiled from Hanoi. I used to visit Hung every time I was in Hanoi. Hung had an inexhaustible fund of stories regarding Vietnamese history (and seemed to know all the Trostkyists living in France). He will be greatly missed.

Hue Tam Ho Tai (Harvard University)

* * *

J’ai appris hier le décès de mon vieil ami Dào Hùng. Voilà vingt-cinq ans que je le voyais de manière régulière et vingt-cinq ans qu’après chaque rencontre, toujours éblouissante, truffée de surprises et d’informations, fraternelle en diable et cocasse à la folie, je me disais : « S’il y a bien un esprit libre au Vietnam, et rebelle, et drôle, et vert, c’est lui ! ».

La dernière fois, nous avions fait un petit tour en mobylette, ensemble, mais j’ai vite vu qu’il était épuisé et qu’il valait mieux aller boire un café, tranquillement, et discuter le coup assis. Oh ! il touillait encore très bien son mélange de facéties, d’intelligence et de provocations ! Mais il le touillait plus lentement et, comment dire ?, avec moins de flammes et en le coupant d’eau. Il était exténué, fourbu, un peu triste et comme pris dans une pâte collante de pessimisme.

Depuis hier, le téléphone, le mail, les SMS, bref : les mille tentacules vivants qui relient le Vietnam à l’extérieur et les chercheurs entre eux, s’agitent en tous sens pour porter la mauvaise nouvelle et s’en affliger. Il faut dire que Hùng était aimé, énormément, pour lui-même, à l’unanimité. Le temps avance et les générations passent, certes, mais on voit mal comment se consoler d’une disparition qui nous laissera longtemps, à la mesure de l’homme magnifique qu’il était, inconsolables.

Philippe Papin (Ecole Pratique des Hautes Etudes)

* * *

I was very sad to hear of the passing of Dao Hung, respected writer, translator and editor.  I first met Dao Hung in 1978, and from then on always looked forward to our lively, informative talks on each visit to Hanoi.  He had a fine sense of humor, which helped me see even the most boring official pronouncements in a different light.

David G. Marr (Australian National University)

S. E. Trần Văn Đại

SE_TranVanDaiS. E. Trần Văn Đại, Tuần Phủ en retraite. Né en 1876 à Quảng Xuyên (Hải Dương, Tonkin).

Reçu Cử-nhân en 1900. Entré jeune dans la carrière mandarinale, il en a franchi rapidement les échelons jusqu’au grade de Tuần Phủ.

S’est particulièrement intéressé au cours d’une carrière bien remplie, au développement agricole et aux œuvres sociales. On lui doit la création de diverses écoles communales et d’une maternité.

Depuis sa mise à sa retraite, il se consacre tout particulièrement aux études bouddhiques. Il est Vice-président de l’Association bouddhique du Tonkin.

Chevalier de la Légion d’Honneur.

Source : Gouvernement général de l’Indochine, Service de l’Information, Souverains et notabilités d’Indochine. Notices par ordre alphabétique, Hanoi, IDEO, 1943, p. 15.

S. E. Phan Văn Đại

SE_PhanVanDaiS. E. Phan Văn Đại, Tổng Đốc en retraite. Né en 1880 à Đông Thái (Hà Tĩnh, Annam).

Appartient à la famille de S. E. le Võ Hiển Hoàng Trọng Phu, vénérable conseiller de l’Empire d’Annam.

Élevé de l’École de Hậu Bổ (1898-1899), de l’École Coloniale à Paris (1900-1904).

Rédacteur du journal officiel « Đông văn Nhật Báo » en 1904.

Nommé Tri-Huyện en 1906, Tuần Phủ en 1932 et Tổng Đốc en 1936, il prit sa retraite après 31 ans de services.

Il s’occupe actuellement d’œuvres sociales. Il est membre de l’Association pour la Formation Intellectuelle et Morale des Annamites, de l’Amicale des Mandarins du Tonkin et Président du Conseil des Notables de Thái Hà Ấp.

Commandeur du Dragon d’Annam.

Chevalier de la Légion d’Honneur.

Source : Gouvernement général de l’Indochine, Service de l’Information, Souverains et notabilités d’Indochine. Notices par ordre alphabétique, Hanoi, IDEO, 1943, p. 15.

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge