« Loin des yeux de ma mère » de Vuong Duy Binh [parution]

VuongDuyBinh_LoinDesYeuxDeMaMère[ndlr] Parution du parcours éprouvant d’un ancien boat people, citoyen heureux vivant en France.

« Puis-je dire qu’à mon âge j’ai déjà vécu tout ce que la vie pouvait m’offrir ? J’ai traversé tant d’épreuves et de situations périlleuses qu’il me semble que plus rien ne peut me surprendre. J’ai connu la guerre, l’exil des boat people, les camps de réfugiés, l’orphelinat dans un pays étranger, avant que de solides études me fassent voyager dans le monde entier. Alors, je ne me plains pas puisque la vie m’a finalement gâté. Je me dis souvent qu’un ange gardien m’accompagne. Il m’arrive de penser que s’il n’y avait pas eu la révolution communiste et sa victoire, je serais sans doute resté à Saigon dans le quartier de Cholon, où je suis né. Dans le meilleur des cas, j’aurais fait de courtes études, peut-être jusqu’au baccalauréat, j’aurais ensuite fondé une famille et vécu de petits boulots. Dans le pire des cas, je serais resté un paysan illettré et aurais repris la boutique de mes parents dans un village au milieu des rizières. Mon destin en a décidé autrement et je me lève tous les matins en me disant que je suis un homme heureux. Ma plus belle prouesse est d’avoir réussi à faire venir mes parents, ma sœur et mon frère auprès de moi à Paris. Le parcours aura été long et semé d’embûches, et j’ai eu envie de raconter cette histoire ordinaire et exceptionnelle à la fois. La voici. V. D. B.

Biographie de VUONG Duy Binh :

Né le 4 octobre 1968 à Saigon au Vietnam. Tandis que la guerre sévit toujours entre le Nord et le Sud Vietnam, son père est contraint d’aller se réfugier parmi les maquisards communistes. Vuong Duy Binh a alors un mois.

  • 1971 : Les nouvelles de son père sont rares mais sa mère et lui réussissent à se rendre à plusieurs reprises dans la jungle pour lui rendre visite. Ces voyages sont risqués, mouvementés, ils ont été arrêtés par la police sud-vietnamienne et ont été emprisonnés à Go Giao (petit ville proche de la frontière du Cambodge).
  • 1974 : Sa mère et lui rejoignent son père et ils s’installent dans la zone occupée à Chay Bi, un village à la frontière du Cambodge.
  • 1975 : Ses parents et lui rentrent à Saigon après la libération de la ville par les nord-Vietnamiens qui ont gagné la guerre contre les Américains, le 30 avril.
  • 1979 : Il embarque avec son cousin et 345 autres personnes sur un bateau de pêcheur de 21m de long pour fuir le Vietnam dans la nuit du 9 avril. L’exil des boat people a commencé. De la mi-mai à début septembre il séjourne dans un camp de refugiés provisoire dans la jungle Malaisienne. De septembre à novembre, il séjourne dans le camp de transfert du couvent « Sisters of infant Jesus » à Kuala Lumpur. Arrivée à Paris le 4 octobre 1979 et accueil par la croix rouge française. Arrivée au foyer A. Chérioux à Vitry sur Seine le 12 novembre.
  • De 1979 à 1986 : études à l’école primaire puis au collège A. Chérioux à Vitry sur Seine. Ensuite, études au lycée Apollinaire à Thiais et obtention du baccalauréat section D en juillet 1986.
  • 1986-1992 : Études supérieures à la faculté de Pharmacie de Chatenay Malabry, docteur en Pharmacie.
  • 1991 : le 21 mars, ses parents, sa sœur et son frère le rejoignent à Paris.

Réf. : Vuong Duy Binh, Loin des yeux de ma mère, Paris, First éditions, 2014. Préface de Sarah Poniatowski et Marc Lavoine.

Source : First éditions

Dr. Sinh Vinh (1944-2014) [Alberta University] – Vĩnh Sính

Dr. Sinh Vinh (1944-2014)

VinhSinh

The Department of History and Classics and the University of Alberta community deeply mourn Professor Sinh Vinh, who passed away on January 1, 2014 at the age of sixty-nine.  He is survived by his loving wife, Kyoko, son, Tan, and daughter-in-law, Grace.

In Hue, Vietnam, Professor Sinh Vinh was born into the royal family that ruled Vietnam’s last dynasty, the Nguyen (1802-1945).  He was educated in Tokyo and at the University of Toronto, where he obtained his MA and PhD degrees in Japanese history.  The University of Alberta benefited from three decades of his teaching of Japanese and Vietnamese history, and the world recognized his prolific and ground-breaking scholarship that produced over a dozen books and translations in English, French and Vietnamese.  His books, among which are Phan Chau Trinh and His Political Writings (2009) and The Future Japan (1989), won many awards, including the Canada-ASEAN Southeast Asia Policy Paper Award in 1993 and the Canada Council’s Canada-Japan Book Award in 1990.  In addition, Professor Vinh wrote about seventy articles and numerous reviews and conference papers.

In scholarship and teaching, as well as in his personal life, Professor Sinh Vinh was a true Confucian gentleman (junzi) with keen interests in poetry and music.  He was generous to all; he nourished his students and inspired them and his colleagues with his moral fortitude and steadfast resolve.  Despite a debilitating stroke, he continued to teach until his retirement several years ago.  His last class, a senior Japanese history course, attracted the full enrollment of fifty-five students.  His scholarship never stopped, and he just recently completed the manuscript for his last book, « Komatsu Kiyoshi – Japanese Activist Adventurer in French Indochina ».

Professor Sinh Vinh’s character was strong and inspiring — like the lofty pine against the frosty winter of blowing snow.  And it was on such a day, hours into the New Year, when he left quietly.

Written by Jennifer W. Jay
University of Alberta

Source : H-Asia & Alberta University, 13/01/2014.

Voir également sur :

 

Bernard Formoso : Les élites cambodgiennes sous l’ère du Cambodian People Party [CASE]

Séminaire général

animé par Andrée Feillard et Rémy Madinier

Sociétés d’Asie du Sud-est : permanences et mutations

Logo_CASE

Jeudi 16 janvier 2014

Bernard FORMOSO, LESC-Paris X Nanterre

CPP

Les élites cambodgiennes sous l’ère du Cambodian People Party

Le Cambodian People Party, faisant suite au Kampuchean People’s Revolutionary Party, contrôle le pays sur un mode hégémonique et autoritaire depuis 1979. Il s’est progressivement transmué en une vaste structure clientéliste pyramidale dont les réseaux se ramifient jusqu’au plus profond des zones rurales. Cette communication analyse la manière dont les anciens leaders khmers rouges pro-vietnamiens ont négocié un virage radical dans les années 1990 en formant une nouvelle élite qui condense pouvoir politique, économique et médiatique, en étroite collusion avec un cercle restreint d’entrepreneurs affairistes. Cette adaptation s’est accompagnée d’un intense travail de légitimation du pouvoir qui joue sur des ressorts culturels dont nous proposerons l’analyse.

 

Le jeudi de 10 heures à 12 heures. Salon du premier étage
Maison de l’Asie, 22 avenue du Président Wilson, 75016 ParisM° Iéna ou Trocadéro

Cambodge année 2013 : les analyses d’Eglises d’Asie

CambodiaNationalFlag[ndlr] L’année 2013 fut particulièrement riche en événements politiques au Cambodge : funérailles nationales de SAR Norodom Sihanouk (1er février), retour d’exil de Sam Rainsy, élections législatives du 28 juillet, manifestations politiques de l’opposition, grèves et manifestations des ouvriers du textile… Pour faire un point général sur la situation chaotique de ces derniers mois, on peut lire les analyses pertinentes de la revue Églises d’Asie (rubrique « Pour approfondir ») qui suit régulièrement l’actualité de ce pays.

* * *

  • POUR APPROFONDIR – Le point sur l’actualité politique et sociale du 20 novembre au 31 décembre 2013

L’actualité politique des derniers mois s’est focalisée sur l’opposition grandissante entre le PSNC (Parti du Salut National Cambodgien, dirigé par Sam Rainsy et Kem Sokha) et le PPC (Parti du Peuple Cambodgien, dirigé par Hun Sen, Premier ministre), qui gouverne seul le pays. Le mouvement de grève qui anime l’ensemble des ouvriers et ouvrières des usines textiles s’inscrit dans le mouvement général de protestation initié par les élections du 27 juillet, même s’il n’a pas été suscité directement par l’opposition : c’est un ras-le-bol général contre l’injustice, le népotisme, la corruption qui sévissent dans tous les secteurs du pays.

Lire la suite : EDA, 07/01/2014.

* * *

  • POUR APPROFONDIR – Le point sur l’actualité politique et sociale du 1er octobre au 21 novembre 2013

Le bras de fer entre le Parti du Peuple Cambodgien (PPC), qui a officiellement gagné les élections du 28 juillet dernier, et le Parti de Salut National Cambodgien (PSNC), qui s’estime vainqueur, continue. Après avoir boycotté l’ouverture de la 5ème législature (23 septembre), les 55 députés de l’opposition organisent des manifestations populaires pour tenter de délégitimer le nouveau gouvernement sur le plan intérieur, et Sam Rainsy tente de le délégitimer à l’extérieur.

Lire la suite : EDA, 22/11/2013.

* * *

  • POUR APPROFONDIR – Le point sur l’actualité politique et sociale du 24 août au 1er octobre 2013

Le 25 août, sur ordre du Conseil constitutionnel du Cambodge (CCC), le Comité national électoral (CNE) remet officiellement les documents électoraux de la province de Kratié : 8 des 13 boîtes de « sécurité A » (la plus haute) ne sont pas scellées. Dans les 13 boîtes, les chiffres sont différents de ceux communiqués aux différents partis. Le 30 août, 12 boîtes semblables de la province de Siemréap sont ouvertes : 7 étaient déchirées ou mal scellées. Le CNE reconnaît les faits, qu’il attribue au peu de formation des présidents de bureaux de vote. Au minimum, cela démontre l’incompétence du CNE. Le CCC demande que les membres du CNE fautifs soient l’objet d’un blâme, mais non punis. Le CNE n’envisage pas pour autant de changer les résultats.

Lire la suite : EDA, 02/10/2013.

* * *

  • POUR APPROFONDIR – Le point sur l’actualité politique et sociale du 1er juillet au 20 août 2013

Le soir même des élections législatives du 28 juillet, le ministère de l’Information donne les résultats – provisoires – du vote : le PPC (Parti du Peuple Cambodgien) est vainqueur avec 68 députés (sur 123), le Parti du Salut du Peuple Cambodgien (PSPC) arrive en seconde position avec 55 députés.

Lire la suite : EDA, 26/08/2013.

* * *

  • POUR APPROFONDIR – Le point sur l’actualité politique et sociale du 12 mai au 30 juin 2013

Bien que la campagne électorale n’ait commencé que le 27 juin, l’activité politique des deux derniers mois a été dominée par la préparation des élections à venir. Le PPC (Parti du Peuple Cambodgien), au pouvoir depuis 1979, spécialement le Premier ministre, s’est particulièrement distingué par sa violence verbale. En revanche, l’opposition, spécialement le PSNC (Parti du Salut National du Cambodge, fusion du PSR et du PDH), s’est honorée par sa retenue.

Lire la suite : EDA, 08/07/2013.

* * *

  • POUR APPROFONDIR – Le point sur l’actualité politique et sociale du 26 mars au 11 mai 2013

La préparation des élections du 28 juillet prochain domine désormais toute la vie politique cambodgienne. Un comité des droits de l’homme composé de parlementaires de 162 pays propose un texte au Conseil de l’Union interparlementaire, dont le Cambodge fait partie, qui demande à ce que Sam Rainsy puisse participer aux futures élections. Le porte-parole du gouvernement cambodgien répond par la négative, car Rainsy a été condamné par une justice indépendante.

Lire la suite : EDA, 15/05/2013.

* * *

  • POUR APPROFONDIR – Le point sur l’actualité politique et sociale du 18 février au 25 mars 2013

Le Parti du Salut National Cambodge (formé par la fusion du Parti Sam Rainsy et du Parti des Droits de l’Homme, de Khem Sokha) tiendra son premier congrès en avril dans lequel il annoncera sa plateforme politique et ses candidats en vue des élections de juillet prochain. Il promet d’ores et déjà d’augmenter les salaires des ouvriers à 150 dollars, ceux des fonctionnaires à 250, ainsi que de donner une retraite de 10 dollars mensuels aux personnes de plus de 65 ans. Il se propose de trouver l’argent en taxant les casinos et les concessions de terrains, ainsi que par la suppression de la corruption.

Lire la suite : EDA, 27/03/2013.

* * *

  • POUR APPROFONDIR – Le point sur l’actualité politique et sociale du 28 décembre 2012 au 13 février 2013

Cent quatre jours après le décès du roi Sihanouk, sa dépouille mortelle a été solennellement transportée du palais royal au crématoire construit spécialement à cet effet sur la place du Méru (Résidence des Divinités), devant le musée national. Un cortège de plus de 4 000 personnes, tous en chemise blanche et pantalon ou jupe noir, l’accompagnait : les hauts dignitaires du Royaume étaient assis dans la mythique Angsar, l’Oie sacrée, véhicule royal, aux côtés de la famille de l’ex-monarque. Suivait le cercueil dans sa chasse dorée, couverte de fleurs de jasmin, puis de l’urne de marbre de Pursat dans laquelle seront déposées une partie de ses cendres.

Lire la suite : EDA, 20/02/2013.

* * *

Nguyễn Văn Dần

NguyenVanDanM. Nguyễn Văn Dần. Né en 1884 à Tân Bình (Mỹ Tho).

Brevet d’interprète militaire.

Certificat d’aptitude de l’École des sous-officiers de Sept-Pagodes (Tonkin).

Moniteur à l’École d’Enfants de troupe (1910 à 1914).

Adjudant-Chef (1920-1932).

Chef du Personnel Subalterne au collège de Mỹ Tho (1933-1941).

Participation aux hostilités :

  • Guerre au Tonkin… 1910-1912
  • Guerre à Madagascar… 1914
  • Grande Guerre… 1914-1918
  • Guerre au Haut Laos (contre les Méos)… 1920

Citation à l’ordre du régiment (1920).

Au cours des opérations dans le Haut Laos 1919-1920, s’est fait remarquer par son courage et son entrain.

Citation à l’ordre de la Division (1921). Excellent Sous-Officier qui s’est particulièrement distingué au cours d’engagements meurtriers contre les Méos révoltés. A toujours fait preuve d’initiative et d’allant dans les reconnaissances périlleuses à lui confiées.

Source : Gouvernement général de l’Indochine, Service de l’Information, Souverains et notabilités d’Indochine. Notices par ordre alphabétique, Hanoi, IDEO, 1943, p. 16.

S. E. Lê Thanh Đàm

S. SE_LeThanhDamE. Lê Thanh Đàm, pseudonyme Nhơn-Văn. Né en 1883 à Ban-Môn (Thừa Thiên, Annam).

Reçu Cử-nhơn en 1909.

A passé les épreuves du concours du Doctorat et admis au Collège de Quốc Tử Giám en 1910.

Nommé à la Résidence de Faifoo en 1911. Hậu Bổ de Quảng Nam en 1915. Tri Huyện intérimaire de Quế Sơn en 1916. Tri Huyện titulaire de Duy-Xuyên en 1916. Tri Huyện de Quảng Xương en 1920. Tri Phủ de Đông Sơn en 1924. Án Sát de la province de Thanh Hóa en 1930. Quản Đạo de Ninh Thuan en 1932. Bố Chánh de la province de Nghệ An en 1934. Tuần Vũ de Quảng Bình en 1936. Thượng Thơ en retraite en 1938. Officier du Dragon de l’Annam (1936).

Source : Gouvernement général de l’Indochine, Service de l’Information, Souverains et notabilités d’Indochine. Notices par ordre alphabétique, Hanoi, IDEO, 1943, p. 16.

Le Vietnam depuis 2000 ans – L’Histoire [en kiosque]

L'Histoire_Vietnam2000AnsLe numéro n°62 des Collections de L’Histoire, consacré à l’histoire longue du Vietnam, paraît aujourd’hui en kiosque. A cette occasion, la revue L’Histoire a mis en ligne dans son intégralité l’article de Pierre Grosser, « La guerre de trente ans ». Retrouvez également sur le site du magazine la présentation intégrale du numéro et la bibliographie complète de ce numéro spécial sur un pays à la fois ancien et né de la guerre, à l’heure de l’année croisée France / Vietnam.

Présentation de l’éditeur

Nul n’a oublié la terrible succession des guerres qui ont ravagé le Vietnam pendant plus de trente ans à partir de 1945 et la diaspora qui en découla. On connait aussi la période coloniale de l’Indochine pourvoyeuse de café et de caoutchouc, et de clichés exotiques. Mais que sait-on des cent tribus originelles, des empereurs Lê et Nguyen, de dame Triêu et des soeurs Trung, les « Jeanne d’Arc vietnamiennes » ? Que sait-on aujourd’hui de cette discrète puissance régionale, toujours communiste dans l’exercice du pouvoir mais ouverte à l’économie de marché ? Les meilleurs spécialistes racontent l’histoire longue du Vietnam.

Par Pierre Asselin, Pierre Brocheux, Christophe Goscha, Pierre Grosser, Annick Guénel, François Guillemot, Andrew Hardy, Michel Hoàng, Pierre Journoud, Anne-Marie Moulin, Philippe Papin, Emmanuel Poisson, Dominique Rolland, Hugues Tertrais, Benoît de Tréglodé.

* * *

Extrait à parcourir en ligne : L’Histoire

Télécharger le Communiqué de presse_L’HISTOIRE.

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge