Séminaire « Histoire des réseaux marchands et des communautés allogènes à l’époque moderne (c. XIVe-c. XIXe siècles) »

Histoire et sociétés des pays de la péninsule indochinoise 2 – 44HSPI50

Grégory Mikaelian (CNRS – UMR 8170) et Emmanuel Poisson (U. Paris Diderot – UMR 7219

Programme du séminaire de Master 2

2e semestre 2013-2014


Histoire des réseaux marchands et des communautés allogènes à l’époque moderne (c. XIVe-c. XIXe siècles)

CarteAncienneAsie
Jeudi de 13 h à 15 h – Salle : 479 C

Université Paris Diderot

Bâtiment des Grands Moulins – Aile C – 4e étage

16 rue Marguerite Duras – 75013 Paris

  • 6 février 2014 : Claudine Salmon (Centre national de la recherche scientifique, Centre Asie du Sud-Est

« Les loyalistes Ming en Asie du Sud-Est (c. 1650-c. 1730) ».

  • 13 février 2014 : Guillaume Carré (École des Hautes Études en Sciences Sociales, Centre de recherches sur le Japon)

 « Établissements japonais au Vietnam à l’époque pré-moderne : témoignages textuels et archéologique ».

  • 20 février 2014 : Marie-Sybille de Vienne (Institut National des Langues et Civilisations Orientales,Centre Asie du Sud et du Sud-Est)

« Les flux commerciaux en mer de Chine à partir des sources de la VOC ».

  • 6 mars 2014 : Eric Guérassimoff (Université Paris Diderot / Sociétés en Développement. Études Transdisciplinaires)

« Marchands et immigrants chinois dans la région du détroit de Melaka (Malacca), du Xe au début du XXe siècle. Continuité et rupture dans les formes d’implantation et l’organisation de la circulation migratoire ».

  • 13 mars 2014 : Alain Forest (Université Paris Diderot / Sociétés en Développement. Études Transdisciplinaires)

« Les vicissitudes du commerce français au XVIIe siècle ».

  • 20 mars 2014 : François Thierry (Bibliothèque nationale de France, Département des Monnaies, médailles et antiques)

« Les relations entre la Chine et l’Inde du Sud : connaissances et échanges (des Han de l’Ouest aux Song du Nord) ».

  • 27 mars 2014 : Elsa Clavé (Université Paris Diderot / CNRS, Centre Asie du Sud-Est)

« Les réseauxde l’islamisation aux Philippines (XIVe-XVIIesiècles) : pour une relecture historique de temps long des mythes d’islamisation des sultanats de Sulu et de Magindanao ».

  • 3 avril 2014 : Frank Lestringant (Université Paris-Sorbonne IV, Centre Roland Mousnier)

« L’Asie dans la Cosmographie universelle du pilote et cartographe Le Testu (1556) ».

  • 10 avril 2014 : Pierre-Yves Manguin (École française d’Extrême-Orient / CNRS, Centre Asie du Sud-Est)

« Les navires de l’Asie du Sud-Est insulaire : un reflet des réseaux marchands ».

  • 15 mai 2014 : Michel Lorillard (École française d’Extrême-Orient)

« Réseaux marchands au Laos au XVIIe siècle ».

  • 22 mai 2014 : Paul Wormser (Institut National des Langues et Civilisations Orientales / CNRS, Centre Asie du Sud-Est)

« Les réseaux de l’islamisation en Insulinde ».

Séminaire « Histoire de l’Asie, Circulation des idées et des savoirs, réseaux transnationaux et acteurs »

Programme du séminaire de Master 1 et Master 2
Histoire de l’Asie 43 HI 4762
à l’Université Denis Diderot – Paris 7
2eme semestre 2013-2014

Logo_DenisDiderot_Paris7

Master Recherche : Histoire et Civilisations comparées
Spécialité : Histoire des mondes

* * *
Circulation des idées et des savoirs, réseaux transnationaux et acteurs

Claire Tran Thi Liên, Anne Sophie Bentz

Ce séminaire vise à introduire les étudiants à la recherche sur les sociétés et Etats d’Asie (les deux grandes aires sinisée et indianisée, ainsi que l’Asie Sud-Est) à l’époque moderne et contemporaine. En dépit de périodes de fermeture pour certains pays (Chine, Japon, Corée), l’espace asiatique se définit comme une zone privilégiée d’échanges (culturel, religieux, économique et politique) et lieu de production d’institutions et de modèles étatiques et religieux. Le séminaire se penchera de manière privilégiée sur la thématique des circulations des idéologies et modèles politiques et des savoirs culturels et religieux, avec une attention particulière portée aux acteurs et réseaux transnationaux, tant dans l’aire Asie qu’au-delà (mondes dits occidentaux notamment). Il entend en outre initier les étudiants à « la fabrique de l’histoire » de l’Asie en privilégiant une approche diversifiée des sources et des ressources documentaires, ainsi que des historiographies, et promouvoir une ouverture sur les méthodes de terrain des autres sciences sociales. Dans le cadre d’une collaboration avec la BNF et l’Ina, un accent particulier sera mis sur les sources imprimées et audio-visuelles.

Chargées du séminaire : Claire Tran Thi Liên, Maître de conférences et Anne Sophie Bentz, Maître de conférences.

  • Vendredi 24 janvier, Séance commune avec l’Inalco

Monique Selim, Directrice de recherche, IRD
Hommes et femmes dans la production de la société civile à Canton.

  • Vendredi 31 janvier

Anne Sophie Bentz
Historiographie: Historiographie du nationalisme en Asie (2eme partie).

  • Vendredi 7 février séance organisée en collaboration avec l’Issmm (EHESS)

Vedi Hadiz, Murdoch University, Perth (Australie)
Islamic politics in Southeast Asia.

  • Vendredi 14 février

Suppya Nut, chargé de cours à l’Inalco et à l’Université de Cologne
L’art de la danse traditionnelle khmère : le rôle des femmes dans la transmission.

  • Vendredi 21 février Séance commune avec l’Inalco

Kim Hui Yeon, Maître de conférences, Inalco
Le développement du « pentecôtisme coréen » en Asie du Sud-Est : la circulation d’un modèle coréen de développement ?

  • Vendredi 7 mars

Sophie Quinn Judge, Professeure à Temple University (Philadelphie) et professeure invitée à Paris Diderot
Women in the early Vietnamese communist movement: Nguyen Thi Minh Khai, Her Unexamined Legacy.

  • Vendredi 14 mars Séance commune avec l’Inalco

Sophie Quinn Judge, Professeure à Temple University (Philadelphie) et professeure invitée à Paris Diderot
International Influences on the Vietnamese Communist Movement: from Moscow and Paris to Shanghai and Singapore.

  • Vendredi 21 mars

Elsa Clavé, doctorante à l’EHESS, laboratoire Case,
Les femmes et la politique en contexte colonial. Aceh (Indonésie) et Sulu (Philippines), fin XIXe-début XXe.

  • Vendredi 28 mars

Joel Cabalion, Docteur en sociologie, EHESS/ Centre d’Études de l’Inde et de l’Asie du Sud
Déplacer et replacer l’ordre social : le système des castes en question.

  • Vendredi 4 avril

Evelyn Ackerman, professeur à la Cuny (City University of NY), Lehman College
The Introduction of Surgery in Tonkin at the beginning of the 20th century.

  • Vendredi 11 avril / Séance commune avec l’Inalco

Adriaan Bedner, professeur à l’Université de Leiden
Implementation, Vernacularisation or Neglecting: National Human Rights Commissions in Indonesia and Malaysia and the Freedom of Religion.

  • Vendredi 9 mai

Séance de présentation des travaux par les étudiants

  • Vendredi 16 mai Séance commune avec l’Inalco

Florence Galmiche, Maître de conférences, Université Paris Diderot
Le bouddhisme des villes en Corée du Sud.

Ouvert aux masters 2ère année, aux doctorants et auditeurs libres
Périodicité et horaire : vendredi de 10h à 12h

Lieu : Université Denis Diderot – Paris 7
Site Paris Rive Gauche (PRG), salle 204
Bâtiment Olympe de Gouge, rue Albert Einstein, Paris 13e
Métro ligne 14 Arrêt Bibliothèque François Mitterrand.

Peter Zinoman: Vietnamese Colonial Republican – The Political Vision of Vu Trong Phung [parution]

Zinoman_VuTrongPhung[ndlr] Une étude importante de Peter Zinoman vient de paraître. Présentation de l’éditeur.

This volume is a comprehensive study of Vietnam’s greatest and most controversial 20th century writer who died tragically in 1939 at the age of 28. Vu Trong Phung is known for a remarkable collection of politically provocative novels and sensational works of non-fiction reportage that were banned by the communist state from 1960 to 1986.

Leading Vietnam scholar, Zinoman, resurrects the life and work of an important intellectual and author in order to reveal a neglected political project that is excluded from conventional accounts of modern Vietnamese political history. He sees Vu Trong Phung as a leading proponent of a localized republican tradition that opposed colonialism, communism, and unfettered capitalism—and that led both to the banning of his work and to the durability of his popular appeal in Vietnam today.

Contents

List of Illustrations
Acknowledgments

Introduction
1. Sources of Vu Trong Phung’s Colonial Republicanism
2. Capitalism and Social Reform
3. The Question of Communism
4. The Crisis of Vietnamese Sexuality
5. Banning Vu Trong Phung
Conclusion

Notes
Bibliography
Index

Peter Zinoman is Professor of History and Southeast Asian Studies at the University of California, Berkeley; author of The Colonial Bastille: A History of Imprisonment in Vietnam, 1862-1940 (UC Press, 2001); and cotranslator of Dumb Luck: A Novel by Vu Trong Phung.

* * *

Reviews

« Vietnamese Colonial Republican is the best single study of a major twentieth-century Southeast Asian writer, and his critical relationship to both the colonial and postcolonial eras, known to me. It offers an unsurpassed discussion of the complexities of colonial modernity and their troubled Cold War aftermath. » —Alexander Woodside, author of Community and Revolution in Modern Vietnam

« Peter Zinoman and Vu Trong Phung are two gadflies who were meant for each other. In this wonderfully researched and beautifully crafted biography, Zinoman introduces us to the short productive life and extraordinary times of modern Vietnam’s greatest writer. Vu Trong Phung’s social critiques earned him the opprobrium of communists and colonialists in the 1930s, but the themes he explored remain as relevant today as ever. And as always, Zinoman argues provocatively: Phung serves as a case study in how French Republicanism worked itself out in fascinating ways in the empire. Neither Zinoman nor his subject disappoint. » —Christopher Goscha, author of Going Indochinese: Contesting Concepts of Space and Place in French Indochina.

« In Vietnamese Colonial Republican, Peter Zinoman gives three important contributions to the study of modern Vietnam. First, he proposes a new interpretation of debates among intellectuals in the interwar period; his exposition of ‘colonial republicanism’ is a fresh and compelling alternative to the version of modern politics that primarily focuses upon the Vietnamese communists. Second, his analysis of the work of Vu Trong Phung greatly expands our view of literature, thought, and culture in the 1930s. Third, his discussion of ‘reform communism’ offers a fresh vantage on Hanoi politics in the late 1950s. This professionally documented work is clear and readable, yet full of substance. » —Keith Weller Taylor, author of The Birth of Vietnam.

Source : University of California Press

 

La présence française au Viêt-Nam, réponse de Pierre Brocheux à « L’Histoire » (janvier 2014)

[ndlr] Nous publions ci-dessous le commentaire de Pierre Brocheux à propos du CR de l’exposition Indochine (Musée de l’armée) publié dans le n° 395 (janvier) de la revue L’Histoire.

J’ai sursauté en lisant le compte-rendu de l’historienne Huguette Meunier sur l’exposition « Indochine », p.36 du dernier numéro de L’Histoire (395, janvier 2014). La dernière phrase télescope l’histoire de façon abrupte et erronée. Elle écrit : « La page française est définitivement tournée- même si subsiste à Saïgon une rue Pasteur et une rue Yersin »,  j’ai cru rêver, ….

Certes, en 1955, les troupes françaises évacuent le nord du 17ème parallèle mais les Français se replient sur le sud que l’armée française ne quittera qu’en avril 1956. En outre, l’armée laisse derrière elle environ 17 000 ressortissants français (européens, eurasiens et « Français de l’Inde » selon les termes de l’époque). Jusqu’en 1975, les grandes plantations d’hévéas (Michelin et d’autres), l’industrie automobile (Citroën pour le montage des « méharis »), les entreprises industrielles comme les Brasseries et Glacières d’Indochine, les laboratoires pharmaceutiques (Rhône Poulenc et Roussel-Uclaf) continuent de produire ; il y avait six lycées et autant d’écoles primaires (relevant de la Mission culturelle française) sans compter les établissements catholiques, les  Alliances françaises, où l’enseignement était donnée en français, tandis que des professeurs étaient détachés dans l’enseignement supérieur (médecine, sciences, lettres, écoles d’ingénieurs au centre polytechnique de Phu Tho aux portes de Saïgon).

On trouvait la même situation au Cambodge et au Laos où la France conserva des intérêts économiques et culturels importants, jusqu’en 1975. Au Laos même, à Seno, la France  conserva une base militaire aérienne jusqu’en 1963. Et figurez vous qu’à Hanoï, le lycée Albert Sarraut, n’a été fermé qu’en 1963…

Pierre Brocheux, professeur d’Histoire au lycée J-J Rousseau, à Saïgon, de 1960 à 1968.

Classe de 4e, Lycée Jean-Jacques Rousseau, Saigon. Prof. Pierre Brocheux. © AEJJR
Classe de 4e, Lycée Jean-Jacques Rousseau, Saigon, 1968. Professeur Pierre Brocheux. © AEJJR

Site de l’Amicale des anciens élèves du Lycée Chasseloup-Laubat / Jean-Jacques Rousseau (AEJJR).

Entretien avec Christopher Goscha : le Viêt-Nam dans la fabrique de l’histoire mondiale

ChristopherGoscha[ndlr] L’émission La Fabrique de l’histoire (France Culture) poursuit son investigation sur le Viêt-Nam ancien et contemporain avec un entretien avec l’historien Christopher E. Goscha, enseignant-chercheur à l’UQAM à Montréal. Cet entretien est diffusé à l’occasion de la sortie du numéro spécial de la revue L’Histoire consacré au Viêt-Nam.

Sont abordés quelques-unes des thématiques chères à cet historien spécialiste de l’Indochine coloniale et des Etats post-coloniaux (Viêt-Nam, Laos et Cambodge) : les modernités asiatiques pré-coloniales ; l’approche transnationale de la révolution et de la guerre en Asie ; l’émergence du Viêt-Nam contemporain, un état-nation forgé par la guerre ; la guerre d’Indochine et son contexte asiatique ; les guerres en péninsule indochinoise de 1945 à 1991.

A réécouter en podcast : La fabrique de l’histoire (à partir de 8:30)

Goscha&Ostermann_ConnectingHistories_SEAPublications récentes :

  • (sous la dir. de Ch. Goscha), Dossier : Vietnam de l’insurrection à la dictature 1920-2012, in Courtois, Stéphane (dir.), Communisme 2013, Paris, Editions Vendémiaire, 2013.
  • Going Indochinese: Contesting Concepts of Space and Place in French Indochina, 1885-1945, Honolulu/Copenhagen: University of Hawaii Press/Nordic Institute of Asian Studies, 2012.
  • Vietnam : Un Etat né de la guerre, 1945-1954, Paris, Armand Colin, 2011.
  • Historical Dictionary of the Indochina War: An International and Interdisciplinary Approach (1945-1954), Honolulu, University of Hawaii Press/Copenhagen, Nordic Institute of Asian Studies, 2011.
  • (sous la dir. de Ch. Goscha & Christian Ostermann), Connecting Histories: Decolonization and the Cold War in Southeast Asia, Woodrow Wilson Center/Standford University Press, 2009.

 * * *

Site de Christopher Goscha à l’UQAM – Profil sur la page de l’UQAM

Lê Hiếu Đằng (1944-2014) – De la lutte anti-américaine à la dissidence anti-chinoise

LeHieuDangL’annonce a été faite sur les ondes de la BBC et de RFI : l’avocat et ancien leader étudiant sudiste du temps de la guerre est décédé à Ho Chi Minh-Ville le 22 janvier 2014 à l’Hôpital du peuple 115 à l’âge de 70 ans.

Né dans la province de Quang Nam le 6 janvier 1944, Le Hieu Dang suivit des études de droit à Saigon en 1964 et épousa avec hardiesse la lutte anti-américaine pour l’indépendance nationale. En particulier, il fut un des leaders étudiants les plus actifs au sein de l’Association générale des étudiants de Saigon pendant la période de la guerre.

Il exerça des responsabilités dans des organisations paracommunistes au Sud Viêt-Nam notamment en tant que vice secrétaire général de l’Alliance des Forces nationales de la Démocratie et de la Paix de 1968 à 1977. Condamné à mort par contumace par le régime de Saigon, il fut pendant 45 ans un compagnon de route du communisme vietnamien et fut pendant vingt ans (1989-2009) le vice président du Front de la Patrie à HCM-Ville.

Ce pedigree très officiel bascula ces dernières années lorsque, à partir de 2011, Le Hieu Dang repris son activisme de jeunesse en manifestant régulièrement pour la cause de la lutte anti-chinoise. Dégouté par l’immobilisme de l’Etat-Parti sur les questions territoriales en Mer de Chine méridionale (archipels des Paracels et Spratleys) et sur les questions de démocratie politique, il devint de plus en plus critique envers le Parti communiste vietnamien, l’organisation à laquelle il avait été fidèle pendant plus de quatre décennies.

LeHieuDang_BieuTinh
Le Hieu Dang à la manifestation anti-chinoise du 1er juillet 2012 à HCM-Ville. © Bauxite Việt Nam

En janvier 2013, il fit partie des 72 intellectuels signataires qui proposèrent un changement radical de constitution dans le sens d’une véritable démocratisation du régime. Au mois d’août 2013, il fit des aveux politiques en dénonçant la répression exercée contre les jeunes patriotes vietnamiens, accusant le PCV d’avoir trahi l’idéal révolutionnaire, trahi le peuple et ses propres compagnons de route. Il appela à la création d’un nouveau parti politique « social-démocrate » comme alternative à « l’illusion socialiste ». Le 4 décembre dernier, il rédigea une lettre proclamant haut et fort son abandon du parti.

Vilipendé par le pouvoir communiste pour cette dissidence assumée, il conserva néanmoins de nombreuses amitiés au sein de l’appareil envieuses de son courage. De la lutte anti-américaine à lutte anti-chinoise, Le Hieu Dang symbolise une forme de patriotisme séditieux qui dépasse aujourd’hui les frontières du pays. Ses prises de position pour la démocratie résonnent comme une tragédie amère pour tous celles et ceux qui avaient cru au renversement de la République du Viêt-Nam (Sud, 1955-1975) comme solution définitive pour établir un Viêt-Nam réunifié et pacifié au socialisme à visage humain. La désillusion fut immense.

FG, 23/01/2014.

 * * *

Hommages et actualités de la presse en ligne

Mise à jour du 27/01/2014.

Lê Hiếu Đằng (1944-2014)Dien Dan Forum

Lê Hiếu Đằng: Một biểu tượng suốt đời tranh đấuViet Studies (reprise de l’article de RFA)

Luật gia Lê Hiếu Đằng qua đời, thọ 70 tuổi, RFA, 22/01/2013.

Nhớ Lê Hiếu Đằng – Giáp Văn Dương, Viet Studies, 24/01/2014.

Ông Lê Hiếu Đằng qua đời, Thanh Niên Online, 23/01/2014.

Ông Lê Hiếu Đằng qua đời ở Sài Gòn, Nguoi Viet, 22/01/2013.

Ông Lê Hiếu Đằng ‘đau đáu’ về đất nước, BBC, 22/01/2014.

Vĩnh biệt Anh Lê Hiếu Đằng!, Viet Studies, 26/01/2014.

 

*

LeHieuDang_DangMoi
« Une société vraiment démocratique comprenant des partis d’opposition, à mon avis, est une chose très saine ».
© Dien Dan Xa Hoi Dan Su
LeHieuDang_XaHoiDanSu
« Avec une société civile vigoureuse on peut espérer mobiliser la force de la nation toute entière pour s’opposer à l’expansionisme de Beijing ».
© Huynh Ngoc Chenh Blog

* * *

Sur le Blog de Nguyen Xuan Dien

NHÂN SĨ TRÍ THỨC HÀ NỘI HỌP MẶT TƯỞNG NIỆM ÔNG LÊ HIẾU ĐẰNG

BBC, RFI ĐƯA TIN ÔNG LÊ HIẾU ĐẰNG QUA ĐỜI

TIN BUỒN: VÔ CÙNG THƯƠNG TIẾC VĨNH BIỆT LUẬT GIA LÊ HIẾU ĐẰNG

* * *

Lê Hiếu Đằng (Wikipedia VN)

* * *

Annonce du décès et dernière entrevue à l’hôpital sur la chaîne de L’église des Rédemptoristes à Saigon.

Nguyen Thuy Phuong : L’école française au Vietnam de 1945 à 1975 [thèse en ligne]

Nguyen Thuy Phuong a soutenu sa thèse de doctorat en Sciences de l’éducation le 20 septembre 2013 à l’Université Paris Descartes. Sa thèse est désormais en ligne sur le site de Paris Descartes. Elle peut être téléchargée en cliquant sur le titre :

L’école française au Vietnam de 1945 à 1975

* * *

logoUniversitéParisDescartes_SHSanté

L’école française au Vietnam de 1945 à 1975. De la mission civilisatrice à la diplomatie culturelle

Résumé en français :

Ce travail de recherche historique retrace l’évolution de l’école française au Vietnam de 1945 à 1975, en s’appuyant à la fois sur les archives et sur les témoignages d’anciens élèves et professeurs. Dans l’Indochine coloniale, sous couvert de la « mission civilisatrice », les Français instaurent un système éducatif destiné à produire des subalternes, leur crainte étant de créer des « déclassés » menaçants pour l’ordre colonial. Pourtant, en dépit des résistances officielles, les élites vietnamiennes font entrer leurs enfants dans les lycées français réservés en principe aux Européens, s’appropriant en partie ces établissements.

Après la Seconde Guerre mondiale, le Vietnam s’engage dans la voie de l’indépendance, obligeant les Français à repenser leur doctrine scolaire, qui, après avoir cru un moment que la France resterait « l’éducatrice de l’Indochine », se résolvent à un rôle d’accompagnement via la création d’une mission culturelle. Il n’est plus question de limiter l’accès des Vietnamiens aux lycées français mais au contraire de leur ouvrir les portes pour leur proposer un enseignement de haut niveau. La défaite française de Điện Biên Phủ en 1954, qui voit la France se désengager du Vietnam, accélère la mutation de l’ancien système éducatif colonial. En passant sous la tutelle des Affaires étrangères, l’enseignement français au Vietnam devient un instrument de la diplomatie culturelle. Les Français espèrent qu’une présence culturelle assurée notamment par leurs prestigieux lycées leur garantira une influence déterminante. Au Nord, dans la République Démocratique du Vietnam pro-soviétique, le Lycée Albert-Sarraut devient la seule école occidentale à fonctionner dans un État du bloc communiste, et permet aux Français de conserver en pleine Guerre froide un lien privilégié avec un pays considéré en Occident comme un ennemi. Cette expérience unique s’achève en 1965 faute d’entente entre Français et Nord-Vietnamiens sur la nature du lycée. Au Sud, dans la République du Vietnam nationaliste et pro-américaine, la situation reste plus longtemps favorable aux Français. Les élites vietnamiennes se pressent aux portes des lycées français, gages d’un enseignement de qualité et d’un meilleur avenir pour leurs enfants dans un pays en guerre. Pour les Français, cette attirance pour leurs écoles et pour la culture française leur permet de contrer l’influence grandissante des États-Unis, qui investissent lourdement dans la réforme de l’État sud-vietnamien et notamment dans celle du système éducatif. Cependant, les gouvernements sud-vietnamiens, pour des raisons politiques, décrètent à la fin des années 1960 la nationalisation progressive de ces écoles. Après la réunification en avril 1975, tous les établissements français sont rendus au Vietnam. Telle qu’il est raconté par l’histoire « officielle » des archives, le parcours du système d’enseignement français au Vietnam se termine donc par un échec. Au Nord comme au Sud, les satisfactions qu’en retirent les dirigeants français sont minimales. Les élites vietnamiennes ne se sont pas ralliées aux positions françaises. Culturellement, la francophonie au Vietnam régresse dès les années 1950.

En revanche, pour la centaine d’anciens élèves que nous avons interrogés sur cette période de leur vie, le système d’enseignement français est décrit comme un véritable succès, en dépit de parcours familiaux et scolaires particulièrement tourmentés. Leur perception de l’école française est unanimement positive. Ils ont étudié au sein de ces établissements dans une ambiance pacifique, studieuse et égalitaire. Ils reconnaissent à l’école française un rôle fondamental dans la construction de leur personnalité, ainsi que dans leur réussite personnelle au cours de leur existence. C’est grâce à cette école qu’ils sont devenus des êtres « complets », riches de leur double culture. De leur point de vue, l’école française au Vietnam après la colonisation est une réussite. On voit ici, au travers de cette comparaison entre l’interprétation historique et l’interprétation mémorielle de l’école française au Vietnam entre 1945 et 1975, combien histoire et mémoire sont complémentaires dans notre compréhension du passé.

Mots clés : Vietnam, Indochine, France, diplomatie culturelle, école, lycée, enseignement secondaire, politiques éducatives, colonisation, décolonisation

* * *

Résumé en anglais :

 

The French schools in Vietnam from 1945 to 1975: from the civilizing mission to cultural diplomacy

 

Thuy Phuong NGUYEN

PhD on Educational Sciences, University Paris Descartes

Abstract 

This historical research traces the evolution of the French schools in Vietnam from 1945 to 1975, drawing from archives and interviews with former students and teachers. In colonial Indochina, under the guise of the « civilizing mission », the French established an educational system designed to produce only subordinates, as they feared that a better education would create individuals likely to threaten the colonial order. Yet, in spite of the resistance of colonial authorities, Vietnamese elites always managed to send their children to the local French schools that were, in principle, open only to Europeans.

After World War II, Vietnam embarked on the path of independence, forcing the French to rethink their educational policy in a country that was no longer a colony. After believing for a while that France would remain « the educator of Indochina », the French accepted to play a supporting role in Vietnamese education through the creation of a cultural mission. There was no longer question of limiting access to French schools: rather, those schools opened their doors wide to Vietnamese students to offer them a high-quality education. The French defeat of Dien Bien Phu in 1954, which resulted in France’s political withdrawal from Vietnam, accelerated the transformation of the former colonial education system. Passing under the tutelage of Foreign Affairs, the French schools in Vietnam became an instrument of cultural diplomacy. The French hoped that their continuing cultural presence, and particularly their prestigious lycées, would grant them a decisive influence in Vietnamese affairs. In the North, in the pro-Soviet Democratic Republic of Vietnam, the Lycée Albert Sarraut became the only western school to operate in a communist nation, allowing the French to maintain a special relationship with a country that the West considered as an enemy. This unique experience was terminated in 1965 due to lack of agreement between the French and the North Vietnamese on the nature of the school. In the South, in the nationalist, pro-American Republic of Vietnam, the situation remained favorable to the French. Vietnamese elites rushed the gates of French schools, which promise them a quality education and a better future for their children in a war-torn country. For the French, the attractiveness of their schools and of French culture allowed them to counter the growing influence of the United States, who were then pushing ahead with reform, especially in the Vietnamese educational system. Nevertheless, the South Vietnamese government, for political reasons, decreed in the late 1960s the gradual nationalization of the French school system. After the Reunification of April 1975, all French schools were returned to the Vietnamese state. As told by the « official » history described in the archives, the story of the French educational system in Vietnam ends in failure. In both North and South Vietnam, French efforts in cultural diplomacy in Vietnam came to naught. Not only the Vietnamese elites did not concur with the French political positions, but the prominence of French language and culture actually decreased in Vietnam from the 1950s onwards.

However, the hundred or so alumni we have interviewed about this period of their lives have described the French school system as a success. Their perception of the French schools is overwhelmingly positive, in spite of all of the personal difficulties and travails caused by the wars. They enjoyed the peaceful, studious and egalitarian atmosphere of the lycées. Today, they praise the fundamental role that these schools played in the construction of their personality and in their lifetime achievements. This schooling made them fully realized human beings, possessors of a rich dual culture. From their point of view, the French schools in postcolonial Vietnam were successful. Through this comparison between the historical and memorial perception of the French educational system in Vietnam between 1945 and 1975, we see how history and memory complement each other for our better understanding of the past.

Keywords : Vietnam, Indochina, France, cultural diplomacy, school, high school, secondary education, educational policies, colonization, decolonization

Profil de Nguyen Thuy Phuong

Notice SUDOC : http://www.sudoc.fr/175621691

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge