Le Vietnam depuis 2000 ans – L’Histoire [en kiosque]

L'Histoire_Vietnam2000AnsLe numéro n°62 des Collections de L’Histoire, consacré à l’histoire longue du Vietnam, paraît aujourd’hui en kiosque. A cette occasion, la revue L’Histoire a mis en ligne dans son intégralité l’article de Pierre Grosser, « La guerre de trente ans ». Retrouvez également sur le site du magazine la présentation intégrale du numéro et la bibliographie complète de ce numéro spécial sur un pays à la fois ancien et né de la guerre, à l’heure de l’année croisée France / Vietnam.

Présentation de l’éditeur

Nul n’a oublié la terrible succession des guerres qui ont ravagé le Vietnam pendant plus de trente ans à partir de 1945 et la diaspora qui en découla. On connait aussi la période coloniale de l’Indochine pourvoyeuse de café et de caoutchouc, et de clichés exotiques. Mais que sait-on des cent tribus originelles, des empereurs Lê et Nguyen, de dame Triêu et des soeurs Trung, les « Jeanne d’Arc vietnamiennes » ? Que sait-on aujourd’hui de cette discrète puissance régionale, toujours communiste dans l’exercice du pouvoir mais ouverte à l’économie de marché ? Les meilleurs spécialistes racontent l’histoire longue du Vietnam.

Par Pierre Asselin, Pierre Brocheux, Christophe Goscha, Pierre Grosser, Annick Guénel, François Guillemot, Andrew Hardy, Michel Hoàng, Pierre Journoud, Anne-Marie Moulin, Philippe Papin, Emmanuel Poisson, Dominique Rolland, Hugues Tertrais, Benoît de Tréglodé.

* * *

Extrait à parcourir en ligne : L’Histoire

Télécharger le Communiqué de presse_L’HISTOIRE.

[parution] Alexandre de Rhodes : Histoire du royaume de Tunquin – édition annotée par Nguyễn Tấn Hưng

NguyenTanHung_AlexandreDeRhodesAlexandre de Rhodes, s.j.

(1593-1660)

Histoire du royaume de Tunquin

 

Réactualisation et annotation de

Nguyễn Tấn Hưng

Préface de Philippe Papin

ISBN : 978-2-35664-087-1

Éd. Joseph Ouaknine, 408 pages

http://www.ouaknine.fr

 

Préface [extrait] de Philippe Papin, Directeur d’études, École Pratique des Hautes Études, Paris

Rares, sinon inexistants, sont les passionnés d’histoire moderne vietnamienne qui ignorent le travail d’édition critique colossal accompli par Monsieur Nguyễn Tấn Hưng depuis plusieurs années. En plus de ses travaux sur les légendes et l’histoire locale de son cher Khánh-Hòa qui ont déjà retenu l’attention des lecteurs*, il s’est en effet donné pour objectif de publier les principaux ouvrages savants et récits de voyage des missionnaires occidentaux partis évangéliser le Vietnam au XVIIe siècle, en fournissant, pour chacun d’eux, un appareil critique de tout premier ordre.

Pour ce faire, sa parfaite connaissance de la période était une condition indispensable. On en mesurera l’étendue en lisant de près les quelque six cents notes infrapaginales de cette Histoire du Royaume du Tonkin qui, chemin faisant, viennent éclairer de manière pertinente, et souvent nouvelle, les assertions d’Alexandre de Rhodes, apportant ici une précision, là un démenti, ailleurs une précision ou un complément d’information essentiel à la compréhension du texte lui-même. Disons-le simplement : il y a, en bas de la présente édition du livre d’Alexandre de Rhodes, un second livre, qui est de Nguyễn Tấn Hưng et qui nous apporte, en miroir de la vision du missionnaire, la nourriture scientifique dont nous avions besoin pour pouvoir le comprendre. Cette nourriture abondante, digeste et présentée avec élégance fait qu’on lit cette édition critique avec un plaisir intense et qu’on en ressort rassasié, repu mais léger, bien plus satisfait que nous ne l’étions, jusque-là, des maigres potages qui nous étaient servis.

Lire la suite : Terre Lointaine

Autre ouvrage annoté par Nguyen Tan Hung : Marini – Relation nouvelle et curieuse du royaume de Tunquin

Triste nouvelle – Tin buồn: Giáo sư Vĩnh Sính (1944-2014)

VinhSinhNous avons appris tardivement comme d’autres la très triste nouvelle de la disparition à 70 ans du Professeur Vĩnh Sính, historien et spécialiste des relations vietnamo-japonaises. Comme le souligne Tran Huu Dung sur le site Dien Dan – Forum, il y a des pertes inconsolables. Celle de Vĩnh Sính le 1er janvier 2014 en est une.

Professeur émérite à l’Université d’Alberta au Canada, Vĩnh Sính laisse derrière lui une série de travaux importants sur le mouvement Dong Du au début du XXe siècle, sur le révolutionnaire Phan Boi Chau et le moderniste Phan Châu Trinh. Il fut également l’un des premiers à s’intéresser à l’itinéraire de Komatsu Kiyoshi, ami des révolutionnaires et indépendantistes vietnamiens.

Quelques références :

  • Edited and translated by Vinh Sinh, Phan Chau Trinh and His Political Writings, Ithaca, Cornell University, Southeast Asia Program Publications, 2009.
  • « Phan Châu Trinh (1872-1926) et sa conception  de la modernisation du Vietnam », in Gilles de Gantès & Nguyen Phuong Ngoc, Vietnam, le moment moderniste, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2009, pp. 115-123.
  • « Komatsu Kiyoshi and French Indochina », Moussons 3 (2001 ), pp. 57-86. [sommaire en PDF]
  • Việt Nam và Nhật Bản – Giao lưu Văn hoá, Nxb Văn Nghệ TP. HCM, 2000. [sélection d’articles publiés au Viêt-Nam]
  • Overturned Chariot: The Autobiography of Phan Boi Chau, Honolulu, University of Hawai’i Press, 1999.
  • Hyôden Tokutomi Sohô [Tokutomi Soho: A Critical Biography], Iwanami Shoten, 1994.
  • Phan Bội Châu and the Đông Du Movement, Yale Center for International and Area Studies, Council on Southeast Asia Studies, © 1988. PDF en ligne. Avec les contributions de Vinh Sinh (ed.), Nguyen The Anh, Nguyen Khac Kham, Shiraishi Masaya, Furuta Motoo, Huynh Sanh Thong.

Sources : Tin buồn: Giáo sư Vĩnh Sính (1944-2014), Dan Luan, 05/01/2014 & Vĩnh Sính (1944-2014), Dien Dan – Forum.

Voir aussi Tran Huu Dung, Nhớ Vĩnh Sính, Dien Dan – Forum, 07/01/2014.

FG

Hommage de Edward Miller, Associate Professor of History, Dartmouth College

This is indeed a terrible loss.  I first got to know Prof. Sinh via email when I was in graduate school.  At the time, I was working on a paper on Confucianism in South Vietnam.  Quite presumptuously, I emailed him a great many questions about the subject out of the blue.  He graciously sent detailed replies to each query.  In the years after that, Prof. Sinh continued to be exceedingly generous with his time and expertise on modern Vietnamese politics and culture, and he often went out of his way to share his research and published work with me.  He will be greatly missed.

PhanChauTrinhPoliticalWritings

PhanBoiChau_OverturnedChariot

Mireille Le Van Ho : 14-18 – 50 000 Vietnamiens dans l’industrie de guerre française

Vietnamiens_Gouvernement général_Anom
© ANOM

[ndlr] L’article du mois à lire sur le site internet du Réseau Asie & Pacifique (janvier 2014).

La guerre de 14-18, inaugure la première rencontre massive sur le territoire métropolitain entre citoyens français et « sujets des colonies ». Près de 90 000 Vietnamiens sont enrôlés malgré eux et transplantés dans les usines et les casernements français. 50 000 sont affectés à l’arrière pour les  besoins de la guerre industrielle. Comme l’a écrit Michel Goya : « L’année 1916 marque une rupture, un tournant, le passage déterminant de la guerre classique à la guerre moderne». 900 000 ouvriers coloniaux ou « exotiques », comme on les désignait alors, débarquent sur le sol de France, amenés d’Indochine, d’Algérie mais aussi d’Inde ou de Chine, au nom des exigences d’une mobilisation industrielle, improvisée dans l’urgence. Les recrutements de main d’œuvre non qualifiée sont étendus à l’échelle planétaire, sans souci des frontières des empires coloniaux. Longtemps cantonnée au territoire colonial, l’histoire des relations entre colonisés et colonisateurs a le plus souvent  ignoré les migrations internes aux empires, imposées par le colonisateur. Moment décisif dans l’émigration vietnamienne à peine amorcée depuis 1910, la guerre entraîne la mise au travail industriel de milliers de paysans du Nord du Vietnam.

Lire la suite : Réseau Asie & Pacifique

  • 14-18 : 50 000 Vietnamiens dans l’industrie de guerre française est un ouvrage à paraître en septembre 2014 aux éditions Vendémiaire.

Illustration : Photographie réalisée chez des photographes privés des villes de casernements, à l’initiative des Vietnamiens, et retenues par les bureaux de censure à l’arrivée en Indochine (© Archives nationales Outre-mer, Cote Gouvernement général Q 4 33 411).

La France, l’Europe et le Vietnam depuis 1954 – Colloque international : 16-18 janvier 2014

ColloqueFranceEuropeVietnam[ndlr] Annonce du programme d’un colloque international sur « les relations entre la France, l’Europe et le Vietnam depuis 1954 », organisé du 16 au 18 janvier 2014 dans le cadre de l’Année croisée France-Vietnam 2013-2014.

Depuis la fin de la guerre d’Indochine et après une première période difficile, les relations entre la France et le Vietnam se sont approfondies et diversifiées, au point de nourrir aujourd’hui des échanges de haut niveau et une riche coopération. Parallèlement, le dialogue franco-vietnamien s’est multilatéralisé, notamment au sein de l’Asia Europe Meeting, avant de s’élargir à la dimension stratégique, sous l’effet des recompositions régionales entraînées par la fin de la guerre froide. Dans le cadre de l’Année croisée France-Vietnam 2013-2014, et quarante ans après le premier échange d’ambassadeurs entre France et Vietnam, ce colloque international permettra aux historiens, experts et grands témoins, d’évaluer le chemin parcouru entre la signature des accords de Genève, en 1954, et celle du partenariat stratégique franco-vietnamien, en 2013.

Colloque organisé par l’Université Paris I Panthéon Sorbonne, la direction des archives du ministère des Affaires étrangères et l’Institut de recherche stratégique de l’école militaire (Irsem), en partenariat avec l’Université des sciences sociales et humaines de Hanoi (Ussh).

Inscriptions conseillées par mail : lecture.archives@diplomatie.gouv.fr
Renseignements : 01 43 17 70 30

 

Organisateurs et partenaires / Organizers and sponsors

–        Pour la France/In France : Université Paris I Panthéon-Sorbonne University / Chac-Irice ; Direction des archives du ministère des Affaires étrangères (mae) / Direction of the Archives of the Ministry of Foreign Affairs (mofa) ; Institut de recherche stratégique de l’école militaire (Irsem) / Institute for Strategic Research at the Military Academy (Irsem) ; Musée de l’Armée/Army Museum.

–        Pour le Vietnam/In Vietnam : Université des sciences sociales et humaines (Ussh), Université nationale de Hanoi / University of Social Sciences and Humanities (Ussh), National University of Hanoi.

 

Pré-programme du colloque (décembre 2013)

Conference Pre-program (December 2013)

 

Jeudi 16 janvier 2014 / Thursday, 16 January 2014

– Invalides – musée de l’Armée / Army Museum –

(Esplanade des Invalides, 129 rue de Grenelle, Paris 7e)

 

17h : visite privée de l’exposition « Indochine 1856-1956. Des territoires et des hommes » / private tour of exhibit « Indochina, 1856-1956: Landscapes and Men »

 

17h45 (Auditorium Austerlitz).

Accueil / Welcome Address :

Général / General Christian Baptiste, directeur du Musée de l’Armée / Director of the Army Museum

Pierre Journoud, Irsem, Paris

 

18h. Table ronde sur la coopération de défense depuis la fin de la guerre froide, animée par / Roundtable on Defense Cooperation since the End of the Cold War, chaired by Benoît de Tréglodé, docteur en histoire et chef du bureau Asie-Pacifique de la Délégation aux affaires stratégiques (Das) du ministère de la Défense, avec / Doctor of History, Asia-Pacific Bureau Chief of the Strategic Affairs Delegation (Das) at the Ministry of Defense, featuring:

 

  • Général (2s) / General Daniel Schaeffer, premier attaché de défense près l’ambassade de France au Vietnam (1991-1995) / First Defense Attaché at the Embassy of France, Vietnam (1991-1995)
  • Contrôleur général des armées / General Comptroller of the Armed Forces Christian Protar, ancien attaché de défense près l’ambassade de France au Vietnam (2000-2003) / Former Defense Attaché at the Embassy of France, Vietnam (2000-2003)
  • Christian Bourdeille, adjoint au sous-directeur Asie Pacifique de la Direction Générale de l’Armement (Dga) / Assistant to the Asia-Pacific Deputy Director of the Armement General Staff (Dga)
  • Hoang Anh Tuan, directeur de l’Institut de politique étrangère et des études stratégiques de l’Académie diplomatique du Vietnam (Adv) / Director of the Institute for Foreign Policy and Strategic Studies at the Vietnamese Diplomatic Academy (Adv) (pending confirmation)
  • Capitaine de vaisseau Christophe Pipolo (Ema – État-major des armées RI/Division Régions), chef du Bureau Asie-Pacifique, Amérique latine / Asia-Pacific, South America Bureau Chief of the Joint Staff –International Relations desk (pending confirmation)

 

Vendredi 17 janvier 2014 / Friday, 17 January 2014

– MAE / MOFA – La Courneuve –

(3, rue Suzanne Masson 93126 La Courneuve)

Traduction simultanée français-anglais / Simultaneous English-French translation

 

9h. Accueil / Welcome

9h15. Allocutions d’ouverture / Opening Remarks

  • Richard Boidin, directeur des archives du ministère des Affaires étrangères / Director of the Archives of the Ministry of Foreign Affairs
  • Hugues Tertrais, professeur à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne et directeur du Centre d’histoire de l’Asie contemporaine (Chac-Irice) / Professor at Paris I Panthéon-Sorbonne University and Director of the Center for Contemporary Asian History (Chac-Irice)
  • Nguyen Van Khanh, professeur d’histoire moderne et recteur de l’Université des sciences sociales et humaines (Ussh), Université nationale de Hanoi / Professor of Modern History and Rector of the University of Social Sciences and Humanities (Ussh), National University of Hanoi

 

9h45. Présentation d’archives/ Archives Presentation

Grégoire Eldin, conservateur aux Archives du ministère des Affaires étrangères / Archivist at the Archives of the Foreign Ministry : Des archives de transition. Des états associés à la section Cambodge-Laos-Vietnam / Transitional Archives : From the Associated States to the Cambodia-Laos-Vietnam Section

Diffusion d’extraits d’archives de l’Institut national de l’audiovisuel (Ina) / Presentation of audiovisual archives from the National Audiovisual Institute (Ina)

* * *

1.    Les relations politico-stratégiques, vues par les historiens / Strategic and Political Relations: Historians’ Perspectives

 

10h45. Les relations franco-vietnamiennes après la guerre d’Indochine, présidée par / Franco-Vietnamese Relations after the Indochina War, chaired by Pierre Brocheux, historien, maître de conférences honoraires à l’Université Paris Diderot-Paris 7 / Historian, Retired Associate Professor, Paris Diderot-Paris 7 University

 

  • Pierre Asselin (Hawai’i Pacific University), Les relations franco-vietnamiennes après la guerre d’Indochine, vues de Hanoi / Franco-Vietnamese Relations after the Indochina War : The View from Hanoi
  • Pierre Journoud (Irsem / Chac-Irice), Entre Hanoi et Saigon : la diplomatie française et le Vietnam de 1954 à 1973 / Between Hanoi and Saigon : French Diplomacy and Vietnam, 1954-1973
  • Hugues Tertrais (Paris I /Chac-Irice), Les relations franco-vietnamiennes à l’épreuve de la réunification / Franco-Vietnamese Relations and the Question of Reunification
  • Trinh Van Tung (Ussh) : Le rôle de la France dans la relation entre le Vietnam et l’Union Européenne / France’s Role in the Relationship between Vietnam and the European Union

 

12h45-14h15 : déjeuner / lunch

 

14h. Les relations entre l’Europe et le Vietnam depuis les accords de Genève de 1954, présidée par / Relations between Europe and Vietnam since the Geneva accords of 1954, chaired by Ton Nu Thi Ninh, vice-présidente de la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale du Vietnam, chargée des rapports avec les pays d’Amérique du Nord et d’Europe Occidentale (2002-2007) / Vice President of the Foreign Affairs Commission of the Vietnamese National Assembly, responsible for relations with North American and Western European States (2002-2007)

 

  • James Hershberg (George Washington University), Les tentatives de médiation européennes pendant la guerre du Vietnam et leur impact sur la relation avec le Vietnam. La France et Marigold / European Mediation Efforts during the Vietnam War and their Impact on Relations with Vietnam. France and Marigold
  • Wilfried Mausbach (Université Heidelberg), Les relations entre les deux Allemagne et les deux Vietnam pendant la guerre froide / Relation between the Two Germanies and the two Vietnams during the Cold War
  • Pham Quang Minh (Ussh), La promotion des études européennes au Vietnam : opportunités et défis / Promoting European Studies in Vietnam: Chances and challenges

 

* * *

2.     Les relations politico-stratégiques, vues par les témoins / Strategic and Political Relations : Witnesses’ Perspectives

 

15h45. Allocutions introductives / Introductory Remarks :

Duong Chi Dung, ambassadeur de la République socialiste du Vietnam en France / Ambassador of the Socialist Republic of Vietnam, France

Christian Lechervy, conseiller du Président de la République pour les affaires stratégiques et l’Asie-Pacifique (sous réserve) / Presidential Adviser for Strategic and Asia-Pacific Affairs (pending confirmation)

 

16h30. Table ronde sur les relations diplomatiques entre la France et le Vietnam depuis la réunification du Vietnam, sous la présidence de / Roundtable on Diplomatic Relations between France and Vietnam since Vietnamese Reunification, chaired by Elizabeth Laurin, directrice Asie-Océanie au Mae (sous réserve) / Director, Asia-Oceania, MoFA (pending confirmation)

 

  • Louis Amigues, ambassadeur de France au Vietnam entre 1986 et 1989 / Ambassador of France to Vietnam between 1986 and 1989
  • Claude Blanchemaison, ambassadeur de France au Vietnam entre 1989 et 1993 / Ambassador of France to Vietnam between 1989 and 1993
  • Antoine Pouillieute, ambassadeur de France au Vietnam entre 2001 et 2004 / Ambassador of France to Vietnam between 2001 and 2004
  • Ton Nu Thi Ninh, ambassadeur du Vietnam en Belgique et au Luxembourg et chef de mission auprès de la Commission européenne à Bruxelles (2000-2003) / Ambassador of Vietnam in Belgium and Luxemburg and Head of Mission to the European Commission in Brussels (2000-2003)

 

18h. Présentation de l’exposition du Mae / MoFA Exhibition presentation

 

Samedi 18 janvier / Saturday, 18 January

– Université Paris I Panthéon-Sorbonne University, Centre Panthéon,

salle / room n°1 – (12, place du Panthéon, Paris 5e)

 

9h. Accueil / Welcome

Philippe Boutry, président de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne / President of the University of Paris I Panthé-Sorbonne

* * *

3.    Les relations économiques de 1954 à nos jours / Economic Relations from 1954 to the Present

 

9h15. Allocution introductive / Introductory Remarks : Pierre Brocheux, historien du Vietnam / Historian of Vietnam : Les relations franco-vietnamiennes dans le domaine économique entre 1954 et 1975 / Franco-Vietnamese Relations in the Economic Realm between 1954 and 1975

 

9h40. Les relations économiques et commerciales entre la France, l’Europe et le Vietnam depuis la fin de la guerre d’Indochine, sous la présidence d’ / Economic and Commercial Relations between France, Europe, and Vietnam since the end of the Indochina War, chaired by éric Bussière, professeur d’histoire des relations économiques et monétaires internationales contemporaines à l’Université Paris IV et directeur de l’Umr-Irice / Professor of History of Contemporary Economic and Monetary International Relations at Paris IV University and Director of Umr-Irice

 

  • Bui Thanh Nam (Ussh), Les relations économiques entre la France et le Vietnam depuis 1954 / Economic Relations between France and Vietnam since 1954
  • Jean-Philippe Eglinger (Alcatel-Lucent / Inalco), Les relations commerciales entre la France, l’Europe et le Vietnam depuis la fin de la guerre du Vietnam / Commercial Relations between France, Europe, and Vietnam since the End of the Vietnam War
  • Philippe Ortoli (Europe-Asia Investment & Corporate Advisory), L’énergie nucléaire dans la coopération entre la France, l’Europe et le Vietnam / Nuclear Energy in the Cooperation between France, Europe, and Vietnam

 

11h45 : Déjeuner / Lunch

* * *

4.    Les relations dans le domaine culturel et religieux, de 1954 à nos jours / Relations in the Cultural and Religious Realm, from 1954 to the Present

 

13h. Allocution introductive / Introductory Remarks : Franciscus Verellen, directeur de l’Efeo / Directeur of the French School of the Far East : L’Efeo, une expérience vietnamienne / The French School of the Far East: A Vietnamese Experience

 

13h25. Les relations culturelles et religieuses, sous la présidence de l’ambassadeur / Cultural and Religious Relations, chaired by Ambassador Duong Van Quang, représentant du Président de la République du Vietnam auprès de l’Organisation Internationale de la Francophonie (sous réserve) / Representative of the President of the Socialist Republic of Vietnam to the International Organization of the Francophonie (pending confirmation)

 

Rapporteur / Commentator : Bénédicte Chéron (Umr-Irice) : Héritages, mémoires et images dans la relation franco-vietnamienne / Legacies, Memories, and Images in Franco-Vietnamese Relations

  • Nguyen Thuy Phuong (Université Paris Descartes University), La coopération scolaire franco-vietnamienne pendant la guerre du Vietnam / Franco-Vietnamese Educational Cooperation during the Vietnam War
  • Julien Mary (Université Paul Valéry – Montpellier III University), Les anciens prisonniers français de la guerre d’Indochine et leurs relations avec le Vietnam : « mémoire partagée » ou ultime réparation de l’entre-soi ?/ Former French Prisoners of the Indochina War and their Relationship with Vietnam : « Shared Memory » or Ultimate Self-Healing ?
  • Tran Thu Huong (Ussh), Le rôle des sciences sociales et humaines dans les relations culturelles franco-vietnamiennes / The role of social sciences and humanities in the cultural Franco-Vietnamese relations

 

Rapporteur/Commentator : Pascal Bourdeaux (Ephe/Efeo Ho Chi Minh-Ville), Décolonisation, sciences religieuses et dialogue franco-vietnamien / Decolonization, Religious Science, and Franco-Vietnamese Dialogue

  • Claire Tran Thi Lien (Paris Diderot-Paris 7 University), Catholiques de gauche vietnamiens et français et combat pour la paix : Histoires parallèles d’une presse engagée (1962-1975) / Leftist Vietnamese and French Catholics and the Struggle for Peace : Parallel Histories of a Committed Press (1962-1975)
  • Sabine Rousseau (Sciences Po Lyon), La question religieuse dans la coopération franco-vietnamienne depuis la réunification / Christian Involvement in Franco-Vietnamese Cooperation with Vietnam since Reunification

 

16h. Table ronde des acteurs de la coopération culturelle, animée par / Roundtable of Agents of Cultural Cooperation, chaired by Daniel Weissberg, professeur de géographie de l’Université Toulouse II-Le Mirail / Professor of Geography at Toulouse II-Le Mirail University

 

  • Christine Hemmet (muséologue / curator, Paris/Hanoi), La coopération muséale / Museum Cooperation
  • Dao Thanh Huyen (journaliste indépendante / Independent Journalist, Hanoi), La coopération journalistique / Journalistic Cooperation
  • Patrice Jorland (Association d’amitié franco-vietnamienne / Franco-Vietnamese Friendship Association), La coopération associative / Associative Cooperation
  • Bui Tran Phuong (Université Hoa Sen University, Ho Chi Minh-Ville / City), La coopération universitaire / Inter-University Cooperation
  • Doan Cam Thi (Inalco), La coopération littéraire / Literary Cooperation

 

17h30. Conclusions / Concluding Remarks, par / by Ambassadeur Michaël Reiterer, conseiller Asie-Pacifique au Service européen pour l’action extérieure (Seae, Bruxelles) / Asia-Pacific Advisor to the European Service for Foreign Action (Seae, Brussels)

 

18h-19h : Concert de clôture / Closing Concert

Ensemble vocal Quê-Huong / Vocal Ensemble, dirigé par / under the direction of

Nguyen Ngan Ha

Université Paris I University ; amphi de gestion ; 14, rue Cujas, Paris 5e

Source : IRICE UMR 8138

Jacques Attali : Histoire de la modernité – CR de lecture

Attali_HistoireDeLaModernitéComment fut pensée la modernité à travers les âges ? De quoi sera fait le monde de demain ? A quelle modernité se référera-t-il ? Sera-t-il « moderne » et comment définira-t-il cette modernité ? Telles sont les questions ardues auxquelles Jacques Attali [1] tente de répondre dans cet essai qui se présente comme un voyage intellectuel (mais grand public) dans l’histoire des modernités de notre humanité. Penser le monde de 2030 pour imaginer celui de 2060, tel est le défi que se donne cet auteur prolifique qui est depuis longtemps passionné par l’avenir et le devenir de nos sociétés.

Dans ce court essai de 188 pages suivi d’une bibliographie d’environ 200 références (ouvrages et articles compris), Jacques Attali dresse un tableau de la définition de la modernité dictée par les dominants à travers le temps. Cette petite histoire de l’idée que l’on s’est fait de la modernité depuis que l’on dispose de textes s’y référant est découpée en sept chapitres chrono thématiques correspondant chacun à une période bien délimitée de l’histoire humaine. Cette « brève histoire de la modernité » est d’emblée résumée en introduction aux pp. 9-18 comme si l’auteur avait eu besoin de se convaincre lui-même de la pertinence de sa démonstration.

Être, Foi et Raison : trois modernités en concurrence

Premier temps long (Chapitre 1). L’ouvrage donne à voir la modernité de l’Être qui plonge ses racines dans l’avènement de l’homo sapiens sapiens, notre ancêtre, pour trouver son apogée avec la Rome antique et se transformer vers l’an 300. Cette première modernité identifiable avec le désir et neuf, du changement et la fin de la stabilité (« l’obsession de la préservation du même »), s’étend sur un temps remarquablement long puisque l’auteur lui attribue une longévité multiséculaire. C’est l’expression fascinante de l’Être qui naît dans l’univers judéo-hellène et mobilise les préoccupations des Grecs, des Hébreux, en quête d’un nouvel âge d’or. Le temps cyclique n’est plus, laissant place à un temps linéaire où l’homme, ce terrien en marche vers le neuf, est central et glorifié : « Beaucoup de choses sont admirables, mais rien n’est plus admirable que l’homme » écrit Sophocle dans Antigone (p. 28). Rome, capitale d’un monde qui se veut éternel, assoit sa grandeur en se saisissant de la centralité de l’homme pour la remplacer par un État fort, bureaucratique et urbanisé.

Second temps long (Chapitre 2). Il ne concerne plus la modernité décrite plus tard comme étant celle des « Anciens » (Juifs, Grecs et Romains) mais la nouvelle modernité des Chrétiens qui s’impose sur le déclin de Rome. La Foi prend le pas : « L’Être, la logique et la liberté individuelle ne seront plus des objectifs de l’avenir. Ils en seront même les ennemis » (p. 35). Cette modernité qui ne croit au départ qu’aux vertus de la pauvreté et du Ciel occupe notre monde occidental pendant dix siècles. Dans le monde musulman, il en va autrement puisque l’islam n’interdit pas l’alliance de la connaissance rationnelle du savoir scientifique et de la Foi. En Occident, le clivage est fort. Ce qui est « moderne » est religieux en opposition à la modernité dépassée et donc « ancienne » du monde gréco-romain. Le régime tout puissant de l’Église, gardienne de la Foi, écrase l’individu, le soumet au divin. Ces mille ans d’obscurantisme sont toutefois traversés par des îlots de lumières et des compromissions tolérées avec le « nouveau type humain » (entrepreneur, marchand, bourgeois) (p. 42) qui permettent à l’Église de durer. Cependant, la confrontation entre « les Modernes, tenants du dogme chrétien et les Anciens, partisans de la logique des Grecs » est inévitable. Elle débouche sur un nouvel âge dit de la Raison, fort de l’innovation géniale de Gutenberg et de son évolution imprévisible.

Troisième temps plus court de quelques siècles (Chapitres 3 à 5). Puis, comme toujours, l’histoire tourne, la Foi auparavant adulée entre en crise, remise en cause par les nouvelles découvertes (inventions, territoires) et les interrogations scientifiques. Comment concilier les deux : le retour de l’Être des « Anciens » avec le déclin de la Foi des « Modernes »? La réponse est la naissance d’une nouvelle modernité hybride qui s’incarne dans la Raison, espérant tracer un autre chemin de liberté. Le progrès rationnel l’emporte à partir du XVe siècle. Il débouche au XVIIIe siècle sur l’avènement d’un binôme fondamental issu de la Raison : le marché et la démocratie. Le marchand et le bourgeois vont supplanter peu à peu tous les autres représentants des anciennes modernités (penseurs, seigneurs, religieux, guerriers, révolutionnaires…). La démocratie de marché triomphe au XIXe siècle comme modèle quasi unique : « La modernité est désormais le changement qui instaure le marché et la démocratie en tant que règles institutionnelles et la raison comme finalité » (p. 101).

La postmodernité ou le nihilisme de notre temps

Le temps s’accélère et s’emballe (Chapitres 6 et 7). Mais cette vision impériale qui écrase « les prolétariats et les colonies » (p. 122) finit par déboucher sur une profonde remise en cause entre la fin du XIXe siècle et 1960. Le nihilisme de cette fuite en avant est analysé en détail par Nietzsche, dont les prédications sont annonciatrices de l’effondrement à venir. Avec la crise économique de 1907 (quid de celle des années 1930 ?), la guerre et le totalitarisme s’imposent et « brutalisent » une grande partie du monde. La guerre est même pour l’auteur la « forme suprême de la modernité rationnelle » (p. 133). Elle produit puis elle détruit à grande échelle. Au sortir de la Grande Guerre le constat est édifiant :

La modernité de la Raison prend une nouvelle forme, totalitaire, faisant toujours l’apologie de la science et du progrès matériel. Les démocraties s’effondrent chez tous les vaincus et même chez certains vainqueurs. Le socialisme s’installe en Russie. Le fascisme en Italie. Le national-socialisme tente sa chance en Allemagne. (p. 134)

Cette période apocalyptique illustrée par l’Holocauste (« manifestation paroxystique de la dictature de la rationalité industrielle ») que traverse le premier quart du XXe siècle oblige les sociétés à revenir à la Raison. Mais cette période s’ouvre sur une ère post-moderne controversée. Ce post-modernisme est d’ailleurs, l’auteur le reconnaît implicitement, difficile à cerner de près, tellement il fait référence à des objets différents y compris la science fiction (pp. 136-138 et pp. 162-163). D’une façon générale, « la post-modernité désigne la désillusion généralisée à l’égard des idéaux de la modernité de la Raison, sans vouloir  proposer une autre modernité » (p. 137).

En pleine reconstruction humaine, sociale et architecturale, le nouveau monde moderne s’affirme comme « contemporain » à partir des années 1960 (chapitre 7). Dans son avant-dernier chapitre consacré à ce phénomène, où chacun peut jouir librement de chaque instant sans contrat ou sans aucune préoccupation altruiste, l’auteur s’appuie sur l’art pour démontrer la quasi surréalité de ce vocable improbable qui désigne tout ce que l’on ne saurait raccrocher au passé. Le lecteur se demande alors si le « contemporain » (dans l’art) n’est pas une simple escroquerie conceptuelle ou au mieux un concept en devenir. L’art de notre instant présent est lui-même assimilé à une « dérision de la modernité ». Jacques Attali dresse de notre temps un portrait cuisant où la dictature du court terme et la recherche du plaisir immédiat et inassouvi imposent leurs codes et lois mercantiles sur tout le reste. On sent bien à la lecture de ces pages que ce monde « de droits sans devoirs » (p. 148) agace l’auteur. L’ego de « l’individu, libre, narcissique et solitaire » (p. 151) devient la nouvelle norme pour être heureux ou pour ce que l’on croit être le bonheur. L’auteur en profite pour questionner les avatars du monde contemporain : l’enfantine modernité (sorte « d’infantinisation » du monde marchand), l’individualisation de nos sociétés et l’occidentalisation paradoxale du monde. La « dictature de la productivité et du précaire », « l’oubli du long terme », sont néanmoins de plus en plus critiqués et combattus. Il faudra à terme inventer une autre modernité.

L’altruisme : du bon usage de la modernité

Comment sortir de cette cruelle impasse entre l’Être, la Foi et la Raison ? C’est ce que propose le dernier chapitre en analysant les sept modernités dont six sont autant de péchés capitaux : hypermodernité, amodernité, rétromodernité, ethnomodernité, théomodernité et écomodernité. L’auteur reprend des éléments de son introduction et affiche ici de nouveau son penchant pour la science fiction qui le fascine. Les six modernités à venir se présentent comme de futures tyrannies technologiques, psychologiques, religieuses, écologiques, ethniques… heureusement passagères. Seule, l’hypermodernité semble relativement pérenne. On quitte alors définitivement l’histoire des idées pour une prospective fragile car, comme chacun sait, rien ne sera aussi clair et différencié que l’idée de l’avenir que l’on peut se faire aujourd’hui. Ces six échecs de la modernité devront leur salut grâce à l’altermodernité, une conception altruiste de la vie en communauté qui reste, même aux yeux de l’auteur, une forme d’utopie. Du coup, entre pessimisme et utopisme, l’auteur nous égare. Sa démonstration laisse le lecteur un peu perplexe. Elle apparaît comme une volonté d’inscrire l’auteur dans la modernité à venir en tant qu’éventuel précurseur. Pourquoi développer l’altermodernité si celle-ci est vouée à l’échec ? L’auteur avoue lui-même dès l’introduction qu’elle est possible mais « peu probable » (p. 19) et pour finir dans son dernier chapitre : « Son avènement me semble cependant extrêmement peu probable » (p. 166) réduisant encore un peu plus son avènement.

Dans ce court essai, Jacques Attali propose un survol d’une idée qui, à travers le temps, s’adapte aux nouvelles conditions spirituelles, sociales, économiques et politiques du moment. Sa démonstration repose sur peu d’ouvrages d’histoire globale pour s’appuyer sur une quantité d’extraits de textes savants publiés depuis l’invention de l’imprimerie. Le pari est osé et certains historiens ou philosophes plus familiers de cet exercice trouveront à redire à ce traitement rapide d’une question clé de notre temps. Le risque est surtout de donner une vision figée ou trop réductrice de la pensée complexe des auteurs utilisés que ce soit Descartes, Kant, Nietzsche ou Marx. En outre, l’ouvrage aurait mérité quelques cinquante pages supplémentaires pour asseoir la démonstration sur un peu plus de profondeur historique. Les grands événements du monde (migrations, croisades, révolutions, guerres, indépendances, émergences des nations, affirmation des blocs, mondialisation) ou ses transformations (révolutions industrielle, technologique, numérique) sont curieusement assez peu évoquées ou trop rapidement, l’auteur restant au plus près de ses citations.

Critique du monde actuel lancé sur l’élaboration d’un homo artefactus, d’un homo roboticus, l’auteur ne fait-il pas preuve d’hypermodernité en citant en bibliographie les entrées de Wikipedia qu’il a pu utiliser ? (p. 205) Pourtant, quelques suspicions sont lancées sur le tout numérique à venir : « il sera hypermoderne de lire en numérique, de se distraire en numérique, de passer ses diplômes online » (p. 167). Ce qui est déjà une réalité, voire une évidence pour la jeune génération mondialisée très homo numericus.

* * *

Tout à la fois manuel pédagogique qui fait la promotion d’une altermodernité improbable et voyage intellectuel à travers l’idée de modernité, l’essai de Jacques Attali, d’une lecture agréable, est une réflexion utile sur notre temps en pleine crise existentielle. Penser notre monde et son évolution s’avère aujourd’hui capital. L’ouvrage pose néanmoins plus de questions qu’il n’en résout mais cela rejoint le désir final de l’auteur qui souhaite susciter une discussion avec ses lecteurs sur la viabilité de son utopie. Bienvenue dans la modernité de 2014 et rendez-vous en 2030 !

Réf. : Jacques Attali, Histoire de la modernité. Comment l’humanité pense son avenir, Paris, Robert Laffont, 2013, 204 p.

[1] On ne présentera pas ici cet auteur célèbre, familier du monde politique et des plateaux de télévision. Chacun pour lire sa biographie en ligne sur son propre blog : Biographie de Jacques Attali

François Guillemot, 05/01/2014.

Décès de la chanteuse Hà Thanh (1937-2014) aux États-Unis

HaThanhNous avons appris avec tristesse la disparition de la célèbre chanteuse des années soixante Hà Thanh (de son vrai nom Trần Thị Lục Hà). Née en 1937 (ou 1939 selon certaines sources) à Huê, elle connut son heure de gloire à Saigon à partir de 1965. En 1984, elle émigra aux États-Unis avec sa fille. Fervente bouddhiste, elle continua de chanter au profit des pagodes de la communauté exilée. Elle est décédée le 1er janvier 2014 à Boston à l’âge de 76 ans.

 

Pour en savoir plus :

Ðỗ Dzũng, ‘Hoạ mi xứ Huế’ Hà Thanh qua đời ở tuổi 77, Người Việt, 02/01/2014.Nhạn Thư, Nữ danh ca Hà Thanh qua đời ở tuổi 76, Một Thế Giới, 03/01/2014.

P.T.N., Danh ca Hà Thanh qua đời, Bao Phu Nu Thanh Pho, 02/01/2014.

Phuong Linh, Danh ca Hà Thanh qua đời, Giao Duc Viêt Nam, 03/01/2014.

Quốc Huy, Nữ danh ca Hà Thanh « giọng ca oanh vàng số 1 » qua đờiTin mới / Seatimes, 03/01/2014.

Thai Loc, Nữ danh ca Hà Thanh đã ra đi, Tuoi Tre Online, 03/01/2014.

Thanh Hiệp, Nữ danh ca Hà Thanh qua đời tại Mỹ, Nguoi Lao Dong, 03/01/2014.

Hà Thanh, Wikipedia VN.

Voir aussi : Hoàng Lan Chi, Hà Thanh, Tiếng Hát Hoa Đào, Am Nhac.fm, 20/03/2013.

* * *

HaThanh_VuongThuyKieu

HaThanh_ThoiTre

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge