Appel à candidature EFEO/AFD : Gouvernance locale et gestion des ressources en eau au Sud du Vietnam

Appel à candidature ouvert à des étudiants-chercheurs
(niveaux Master II, Doctorat, Post-doctorat)

Gouvernance locale et gestion des ressources en eau au Sud du Vietnam ‐ Etude des relations entre les acteurs locaux impliqués dans le projet Phước Hòa

École française d’Extrême-Orient – Agence Française de Développement

Appel à candidature complet ci-dessous

 

ComplexeDauTieng-PhuocHoaCliquez sur la carte pour l’agrandir

Procédure de candidature

Dossier pour la présélection : un CV et une lettre de motivation

Date limite de dépôt des candidatures : 30 novembre 2015

Envoyé en version PDF à :

Olivier Tessier
École française d’Extrême-Orient – Viện Viễn Đông Bác cổ
Antenne à Hồ Chí Minh ville
113 Hai Bà Trưng, Q.1, Tp. Hồ Chí Minh
Email : olivier.tessier@efeo.net – otessier2002@yahoo.fr

Pierre Goubert ou comment faire oeuvre d’historien [journée d’études]

[ndlr] Journée d’études à l’ENS de Lyon.

Pierre Goubert ou comment faire oeuvre d’historien

Centenaire de sa naissance

GoubertPierre

le mardi 13 octobre 2015
14h-17h30

Site René Descartes – 15 parvis René Descartes

Salle F08

Son oeuvre ne cesse encore aujourd’hui d’interroger les historiens.

« Comprendre, faire comprendre et faire revivre », c’est ce que Pierre Goubert écrit de sa conception du travail d’historien dans la préface à la réédition de Louis XIV et vingt millions de Français en 1976.

Cette journée d’études sera donc l’occasion de questionner les pratiques de l’historien, en réfléchissant aux différentes voies et aux perspectives ouvertes par Pierre Goubert qui nourrissent encore aujourd’hui la recherche historique.

Journée organisée en partenariat avec le département de sciences sociales de l’École normale supérieure de Lyon et l’association des anciens élèves des ENS de Lyon/Fontenay/Saint-Cloud.

Programme

  • 14h : Présentation de la journée, Thibaut Poirot, agrégé d’histoire (Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • 14h15 : « Pierre Goubert et la vie quotidienne d’Ancien Régime paysan », Daniel Roche, professeur honoraire (Collège de France)
  • 14h40 : « Pierre Goubert, historien de la ville moderne », Maurice Garden, professeur honoraire (Lyon 2/ENS Cachan)

Discussion et pause

  • 15h40 : « L’économie de l’Ancien Régime dans l’œuvre de Pierre Goubert », Guillaume Garner, maître de conférences (ENS de Lyon)
  • 16h05 : « Pierre Goubert, historien de la culture ? », Françoise Dartois-Lapeyre, maîtresse de conférences (Paris IV/Espé Paris)
  • 16h30 : « La voix écrite de Pierre Goubert », Nicolas Schapira, maître de conférences HDR (UPEM)

16h55 : Discussion

  • 17h10 : Conclusions par Igor Moullier, maître de conférences, directeur du département des sciences sociales (ENS de Lyon)

Source : ENS de Lyon / Voir aussi : Calenda

A La Fabrique de l’Histoire : Louis XIV 4/4 : Louis XIV vu par l’historien Pierre Goubert ou la révolution historiographique

Notice Wikipedia

Dinh Q. Lê : Memory For Tomorrow [exposition derniers jours au Mori Art Museum]

[ndlr] Exposition de l’artiste Dinh Q. Lê sur la thématique des civils dans la guerre. Une réflexion artistique sur la guerre vue des populations. L’exposition est présentée au Musée d’Art Mori à Tokyo depuis le 25 juillet jusqu’au 12 octobre 2015. Derniers jours.

DingQuangLe_MemoryForTomorrowCliquez sur l’image pour accéder au site de l’exposition

The first solo exhibition by the world’s most outstanding Vietnamese artist in Asia!

Born in Hà Tiên, a Vietnamese town near the Cambodian border, Dinh Q. Lê immigrated with his family to the U.S. at the age of ten to escape the Khmer Rouge. After studying photography and media art, Lê attracted attention with his tapestries made by weaving together strips of photographs (1989-), a process inspired by traditional Vietnamese grass mat weaving. Based on thorough research and interviews, Lê throws light on people’s memory as it is told through actual personal experiences. In The Farmers and the Helicopters (2006), the video installation that made Lê’s name known to people around the world, Lê ingeniously depicts the complex relationship between the Vietnamese people and war by focusing on a Vietnamese man who attempts to develop his own helicopter.

This year marks the 40th anniversary of the end of the Vietnam War as well as the 70th anniversary of Japan’s defeat in WWII. Examining the stories that have never been told, of individuals who have undergone events whose facts have been overshadowed by “official,” national and/or social histories, and exploring closer relations between art and society are extremely important issues. Through the unique artwork and activities of Dinh Q. Lê, this exhibition provides us with an opportunity to think about our past, present and future.

 

Voir aussi : Lê Quang Đỉnh: Ký ức gửi Ngày mai, BBC Viet, 09/10/2015. (entretien en ligne)

“Cuộc chiến tranh Việt Nam không đơn giản như mình nghĩ và tôi muốn người tới xem có được hiểu biết về cuộc chiến này mà không bị lệ thuộc vào những gì Chính phủ Việt Nam hay Chính phủ Mỹ nói ra,” ông Đỉnh nói.

Nguyen Van Thieu, Président de la République du Viêt-Nam, extraits d’entretiens en 1973

Extraits d’entretiens avec Nguyen Van Thieu en 1973 : extraits tirés de “Nguyen Van Thieu, Président de la République du Vietnam”, film de Jean-François Chauvel et Tessa Destais. Une production Le Figaro, Télévision Rencontre, Agence Française d’Images. Source : INA.

La mer et le legs familial

[04:04 – 06:15]

Nguyen Van Thieu : J’aime la solitude, je suis comme un solitaire, dans ce sens que je… euh, enfin, pour les moments de repos, euh, de détente, j’aime être seul devant… un grand paysage comme la mer avec un horizon… très lointain d’ailleurs, une vue très large. C’est pour moi une source de méditation parce que j’ai passé toute mon enfance dans mon village, et puis fait… ma maison est tournée vers la mer et puis partout je vois la mer, les lagunes et les montagnes… Faut pas perdre cette habitude là, c’est pourquoi j’ai passé presque tous mes week-end, là où il y a un peu de mer, ou dans mon village natal ou dans une île quelconque ou au Cap Saint Jacques.

J’aime la mer avant tout, je voudrai continuer la carrière de mon grand père, de mon père. J’aimais voyager, j’aimais la mer. J’ai fait la marine marchande. Mon grand père était un amateur de jonques, alors il commandait une flotte de dix jonques, de douze jonques, pour transporter du nuoc mam de Phan Rang jusqu’à Saigon, et dans tous les… dans toutes les provinces du Sud de Saigon et des fois il est allez jusqu’à Singapour pour acheter des tissus, des étoffes, des dattiers [?] puis il est allé parfois jusqu’au, plus au nord, au nord de Hue, de Tourane, c’est comme ça. Dans le temps, c’était des jonques…, des grosses jonques et il est plus fort en navigation que moi. Et, j’ai dû lui demander des fois des conseils sur la navigation astronomique, même avec les livres que j’ai appris. C’est la pratique qui compte, il pouvait prédire les orages…

La pratique du pouvoir

[06:27 – 07:35]

NVT : Je ne m’assoie jamais dans mon bureau pour plus d’une heure. Je marche tout le temps et puis je m’assoie là, m’assoie là, m’assoie là, voyez-vous, bon ben… on ne peut pas me tenir pendant une ou deux heures exception faite pour des réunions, des conseils de ministres. Si j’avais la liberté de travailler comme eux… j’ai plusieurs bureaux dans ce palais, j’ai plusieurs bureaux.

Vous êtes comme Napoléon qui ne pouvait pas rester en place ?

NVT : (rires) Excusez-moi mais le moment où je donne le plus d’ordres c’est le matin quand je fais ma toilette alors j’ai un interphone, alors là, c’est, c’est… Oui, quand je me peigne, quand je me rase, quand je… ça c’est, c’est ça… Je m’en fous là où est le Premier ministre, où est mon chef de Cabinet, où est Nha [Hoang Duc Nha, son neveu], il peut être dans sa maison, en voiture, en déplacement mais… il faut que je puisse parler ou bien donner des ordres à travers l’officier de permanence pour qu’il puisse transmettre mais c’est là, où, à ce moment là que viennent les idées. Les ordres, les ordres viennent comme ça.

[Passage sur le petit dejeuner au Palais présidentiel, Nguyen Van Thieu aborde la question des prisonniers de guerre avec son chef de Cabinet et neveu Hoang Duc Nha]

NVT : J’ai mis beaucoup de temps pour euh… lire les dossiers, pour écouter mes collaborateurs exposer le problème. Mais quand à prendre une décision, j’ai pris une décision très vite, après avoir, si je peux employer le mot « pigé », et surtout après une nuit de réflexion.

[Passage sur une cérémonie présidée par Mme Thieu dédiée aux prisonniers militaires libérés des prisons communistes]

[Passage sur l’organisation par Mme Thieu de la fête des soeurs Trung, héroïnes nationales]

[Entretien privé avec Mme Thieu, elle raconte sa rencontre avec son futur époux, ses études, le contexte familial]

[Passage sur Mme Thieu qui rend visite à l’hôpital aux prisonniers libérés]

[16:10 – 16:37]

NVT : Je vais discuter avec le Président Nixon des… des relations d’après-guerre. C’est-à-dire, on ne parlera plus de guerre mais on parlera de paix et surtout entre les Etats-Unis et le Sud Viêt-Nam certainement des questions d’aide économique, d’investissements, euh, pour la reconstruction, pour le développement de long terme du Sud Viêt-Nam.

[Second passage sur Mme Thieu qui rend visite aux prisonniers libérés à l’hôpital]

[Passage sur Nguyen Van Thieu dans le cadre d’une réunion sur la pacification]

[Troisième passage sur Mme Thieu qui rend visite aux prisonniers libérés à l’hôpital]

Une réunification pacifique ?

  • [18:46 – 19 :44]

NVT : Si les communistes respectaient le cessez-le-feu, il y a une solution politique très rapide, des élections, euH… qui devraient [se] dérouler le plus vite possible… alors la réunification ne pourrait se faire que par un choix libre et démocratique alors… on ne peut pas espérer avoir la liberté, la démocratie sous les communistes. Donc, personne ne peut prédire quand et comment les vingt millions d’habitants du Nord Viêt-Nam pourraient avoir une opportunité… d’exprimer leur volonté librement et démocratiquement. On écarte une guerre de réunification (rires). Moi, j’écarte une guerre de réunification, moi je préconise une réunification pacifique. Avec ça, c’est très difficile de prédire parce que… tant que les communistes sont là. C’est presque non faisable.

[Passage sur le catholicisme et la conversion de Nguyen Van Thieu, messe privée au Palais présidentiel suivie du rappel de la destruction de la cathédrale de La Vang à Quang Tri]

[Passage sur la cérémonie funéraire du vénérable bouddhiste Thich Tinh Khiet de la pagode An Quang et hommage de Nguyen Van Thieu]

[Passage sur Nguyen Van Thieu dans l’avion “Peaceful Cooperation” le menant à Washington]

[Passage sur le Palais de l’Indépendance, son histoire, le jardin et le bureau présidentiel]

Bao Dai, le Viêt-Minh et l’indépendance de 1945

  • [32:24 – 35:11]

NVT : Moi, j’étais né à Phan Rang qui était en… en Annam. Il y a ma sœur, mon beau-frère, ils surveillent la maison. Ca reste comme un… lié à un souvenir… une maison. Et je fais le marché, je faisais le marché dans ces villages, deux fois par jour pour ma sœur, voyez-vous et puis comme ça là… Et le pont… existait seulement depuis quatre années, cinq années depuis le programme de pacification. C’est pourquoi on l’appelait le pont de… de M. Thieu. Mais d’ici de cette montagne, j’ai surveillé les batailles navales entre Américains et Japonais dans la mer qui est à peu près à… cinq ou six kilomètres un peu plus loin. Et mon village a été bombardé le premier par l’aviation américaine en 1945. Parce que c’est tout près de Cam Ranh alors la chasse japonaise, la chasse américaine, engageaient une bataille dans le ciel et puis quand ils veulent décharger les bombes, ils le font ici.

En 1945, tout le monde était dans la jeunesse, dans la jeunesse de… sous… Bao Dai et après sous les… Viet Công, les Viêt Minh. Enfin, je peux dire que l’empereur Bao Dai… il a laissé passer l’occasion. Si vraiment, il était un empereur qui voulait lutter pour l’indépendance du pays, il n’aurait jamais permis aux… aux Viêt Công à ce moment de prendre le pouvoir. Moi, je me rappelle bien quand ils prenaient le pouvoir à Phan Rang où j’étais un des leaders du mouvement de jeunesse, ils avaient seulement des fusils. Nous en avons une cinquantaine mais parce qu’il manquait de leadership alors l’empereur Bao Dai, peut-être a été trompé, disant « je voudrais être un citoyen d’un pays indépendant que d’être un empereur d’un état colonisé », c’est trop beau comme… déclaration mais ce n’est pas pratique d’un point de vue politique.

Je travaillais en même temps… que j’étudiais. A ce moment là, j’étais dans une situation pécuniaire assez difficile, alors je m’engageais à travailler dans la direction du lycée Yersin en même temps je préparais mon baccalauréat.

[Passage sur la distribution des prix par Nguyen Van Thieu aux Championnats nationaux du Viêt-Nam]

[Passage sur Nguyen Van Thieu sur un petit bateau de pêche au large de Con Son, Thieu raconte un souvenir de jeunesse sur le chant des pêcheurs]

L’Armée nationale vietnamienne

  • [39:36 – 43:40]

Qu’est-ce qui vous a amené à vous engager dans l’armée ?

NVT : Ah, c’est la situation au Sud Viêt-Nam. J’étais dans la première promotion des officiers de l’Armée nationale vietnamienne, nous étions treize. Nous étions des sous-lieutenants élèves, c’est-à-dire la troisième née de Saint Cyr. Or, j’avais de très bons amis, il y avait toute une promotion qui venait ici se battre, c’est la promotion Général Frère, qui venait ici se battre. Alors, j’ai des amis très… très intimes, des très bons amis de promotion, qui ont été tué au Viêt-Nam… Le mal… Un de mes meilleurs amis qui a été tué sept après son arrivée au Viêt-Nam… dans le Nord.

La dernière, on m’a dit que la dernière bataille à laquelle vous avez participé avec l’armée française c’était, euh, l’opération, euh…

NVT : Atlante. Pas avec les Français. Pas avec l’armée français parce que… ça c’est la première fois qu’à l’armée vietnamienne a été donné un secteur et j’étais assigné à Binh Dinh pour commander dix bataillons pour débarquer et comme il n’y a pas dix bataillons au moment voulu alors… je dois débarquer à Song Cau beaucoup plus au Sud et puis remonter jusqu’à Binh Dinh. Mais, tous nous étions des Vietnamiens dans cette opération soutenue par la logistique française… et commandée par des Vietnamiens.

C’était la première fois qu’il y avait un… secteur confié complètement à des Vietnamiens ?

NVT : Non, j’étais au secteur de Hung Yen au Nord Viêt-Nam, au sud de Hanoi, ça c’était le premier secteur vietnamisé. Alors, c’est le morceau le plus dur qui a été passé à nous par la zone Sud, enfin… j’étais… je travaillais avec le Général Cogny. Alors j’ai plusieurs fois rouspété et puis… (rires) même j’ai envoyé un rapport de tonnerre au Général Cogny [René Cogny, 1904-1968]. Il était venu : « Qui a rédigé ce rapport ? » Alors il y avait là un commandant… un commandant français qui est chef d’Etat-Major, un colonel vietnamien qui était commandant de secteur, moi j’étais lieutenant chef du troisième bureau. J’ai rédigé le rapport. Et… Alors il signe comme ça, après avoir lu, il signe. Le commandant mais…, le Général Cogny, il dit que : « C’est formidable ce rapport ». Il ne pensait pas que c’est le commandant français qui avait osé, et puis il a répondu que : « Quel est celui qui a rédigé ce rapport ? ». Je dis que : « Mon général c’est moi ! » Il dit que : « Pourquoi ? », « – Mais je dois dire la vérité ». Alors le général Hinh qui est mon chef d’Etat-Major, il a été signalé par le Général Cogny, le général Hinh était venu, il dit : « Viens ici » : « C’est bon, c’est bien comme officier mais tu n’as pas le droit de faire ça. Tu feras ça quand tu seras général mais pas maintenant. (rires)

Qu’est-ce vous avez ressenti au moment de la chute de Dien Bien Phu ?

NVT : J’étais à ce moment là lieutenant-colonel à Song Cau. Tout le monde, enfin… officiers vietnamiens comme français, on était très triste parce que ça c’est… Mais moi je vous dis franchement, si il n’y avait pas la politique en France, si on est pas battu en politique, on ne… même à Paris, la chute de Dien Dien Phu avec la perte de quinze mille hommes, ça ne justifie pas la perte d’une guerre. Et la chute de Dien Bien Phu en comparaison avec la chute de Quang Tri, de Kontum, de Binh… Binh Dinh, qu’est-ce que c’est ? Et quinze mille hommes par rapport à 180.000 Français, c’est même pas un dixième de l’armée, plus 180… 120.000 Vietnamiens. On peut toujours continuer la guerre si on en avait les moyens. C’est juste qu’on a dit qu’on a perdu la guerre à Paris, pas en Indochine. Dien Bien Phu, mais c’est un coin qu’on ne peut même pas retrouver sur la carte, c’est un nom tout à fait inconnu.

[Passage sur le Conseil des Généraux au Palais de l’Indépendance]

Vo Nguyen Giap et la conduite de la guerre

  • [44:35 – 46:35]

NVT : Dès le début de (19)68, Vo Nguyen Giap a fait une erreur très grave, il a recommencé cette erreur en 1972. Il a sous-estimé l’armée sud-vietnamienne [Passage sur l’ARVN à l’entrainement]. Il a sous-estimé aussi l’armée américaine et il croyait que tout devrait se passer au Viêt-Nam en 1967-68 comme… ça c’était passé au Viêt-Nam en 1953 ou en 1954. Or, tout était différent. L’armée française à ce moment là n’était pas aussi puissante que l’armée américaine et bien doté au point de vue matériel que l’armée américaine… dans cette guerre. De plus, l’armée vietnamienne est considérée comme si elle n’existait pas. Il y a quelques bataillons, régiments séparés sous le commandement vietnamien ou sous le commandement français, il n’y avait presque pas de gouvernement. Les… les leaders… de Hanoi, ils n’ont pas bien compris tout ça. C’est pourquoi il ont commis des erreurs très graves au point de vue politique, psychologique, comme militaire. Et c’est aussi une des causes, euh… de leur défaite parce que, euh… ils ont mal compris et ils s’étaient trompés. Et que la guerre de… de 1965-1972 devraient être comme la guerre de 1950, 1954.

[Passage sur Nguyen Van Thieu examinant les armes prises à l’ennemi à Sa Huynh et inspection du secteur]

[49:03 – 46:35]

NVT : Vo Nguyen Giap, il pensait qu’il pourrait continuer à faire le Napoléon de 1972 comme il était le Napoléon vietnamien de 1953-54.

[Passage sur Nguyen Van Thieu inspectant les troupes et les positions sud-vietnamiennes]

[50:35 – 51:12]

NVT : Alors j’ai dis ça à quelques Américains qui me demandaient ça. Et qu’on s’attendait à ce que pouviez terminer cette guerre en trois mois avec votre massive aviation. Alors c’était, au contraire, le gradualisme qui prévaut dans la politique de la guerre. On ne peut pas faire la guerre avec gradualisme.

La population au Nord Viêt-Nam s’attendait à ce qu’on libérait le Nord Viêt-Nam dès le premier bombardement américain en 1966, alors ils étaient découragés.

  • [51:24 – 51:53]

NVT : Si j’avais tous [eu] les moyens nécessaires, j’aurai cassé le corps de bataille de Giap même au Laos… en 1971.

Vous n’aviez pas suffisamment de moyens à l’époque ?

NVT : Pas suffisamment de moyens, la logistique était très difficile, très longue à suivre et les Américains ne voulaient pas… s’engager totalement dans cette bataille.

Vous connaissez le Général Giap, personnellement ?

NVT : Non, j’ai entendu parler de lui. Et je… J’ai entendu parler de lui comme un professeur d’histoire de… dans un collège… au collège de Gia Long à Hanoi quand j’étais encore collégien.

Retranscription des dialogues et intertitres : FG

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2015 : Séance 3

Année universitaire 2015-2016 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

Mémoires d’Indochine :

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

MémoiresIndochine_2015_vintage

Séance 3 : mardi 13 octobre 2015

Affirmation de deux Viêt-Nam (1945-1975)

A travers une approche comparative, cette séance se focalisera sur la vie politique, culturelle et sociale au sein des deux Viêt-Nam après les Accords de Genève (juillet 1954), accords qui prévoient la séparation provisoire du pays au 17ème parallèle. Il s’agira de s’immerger dans les sociétés en révolution et en guerre de la République Démocratique du Viêt-Nam (RDVN) au Nord (1945-1976) et de la République du Viêt-Nam (1955-1975). La situation des deux Viêt-Nam pendant les années soixante sera analysée dans le contexte de la Guerre froide à partir des entretiens avec des personnalités de premier plan : Ho Chi Minh, le président de la RDVN, Nguyen Van Thieu, le président de la Seconde République du Viêt-Nam (1967-1975), Pham Van Dong, Premier ministre de la RDVN et Bui Diem, ancien conseiller de Phan Huy Quat puis de Nguyen Cao Ky et ambassadeur de la République du Viêt-Nam aux Etats-Unis.

La seconde partie du séminaire sera consacrée aux exposés oraux.

Sources orales à discuter :

Cinq Colonnes à la Une : Interview de Ho Chi Minh, juin 1964  [Extrait] Phỏng vấn chủ tịch Hồ Chí Minh – Tháng 6/1964 – Source originale : INA.

HoChiMinh_5ColonnesUne_une[date : 5 juin 1964, durée : 09:38, texte retranscrit ici]

 

Profils INA : Nguyen Van Thieu (Tổng Thống Nguyễn Văn Thiệu )
Nguyen Van Thieu, Président de la République du Vietnam
Un film de Jean-François Chauvel et Tessa Destais. Une production Le Figaro, Télévision Rencontre, Agence Française d’Images. Source originale : INA.

NguyenVanThieu_Profils[date : 5 avril 1973, durée : 52:23, texte retranscrit ici]

Interview with Pham Van Dong, 1981

OpenVault_PhamVanDong[date : 19 février 1981, durée : 58:03, texte traduit en regard]

Interview with Bui Diem [1], 1981

BuiDiem[date : 03 juin 1981, durée : 32:55, texte en anglais en regard]

Exposés oraux

  • RobicDiaz_L'IndochineDansLeCinémaFrançaisRobic-Diaz, Delphine, La guerre d’Indochine dans le cinéma français. Images d’un trou de mémoire, Rennes, PUR, coll. Histoire, 2015.

CR de lecture de Lorène Delhoume

Présentation de l’éditeur : PUR

  • NguyenCongLuan_NationalistVietnamWars Nguyen Cong Luan, Nationalist in the Vietnam wars. Memoirs of a victim turned soldier, Bloomington: Indiana University Press, 2012.

CR de lecture de Lauriane Simony

Présentation de l’éditeur : IUPress

 

Pour aller plus loin :

Consulter les sources de la séance de l’année dernière (2014) en fin de billet.

Interview avec Ho Chi Minh, 5 juin 1964 – Cinq colonnes à la une [INA]

[ndlr] Retranscription de l’introduction et du dialogue.

Hanoi. Le carrefour de l’ancienne rue Paul Bert et du Petit lac à l’heure de la sortie d’usine. Pas une seule voiture mais beaucoup de vélos sur lesquels se déplacent lentement, machinalement, la foule des travailleurs dans une régularité impressionnante.

La sensation que ce pays est anormale ne nous a pas quitté au Nord Viêt Nam. Anormale d’abord parce que toute vie individuelle a disparu au bénéfice d’un effort collectif extraordinaire, dirigé d’une main de fer à l’intérieur d’un dispositif de sécurité draconien. Anormale ensuite parce que, dans ce pays coupé en deux depuis dix ans, un grand nombre de familles vivent le drame de la rupture qui alimentent à sa façon la guerre du Sud.

Entretien avec Ho Chi Minh

Est-ce que vous pensez, Monsieur le Président, qu’il y a une solution militaire à la guerre du Sud Viêt Nam ?

Ho Chi Minh : Non, parce que ah, vous savez bien que le peuple Viêt Nam, c’est un Un, et le pays du Viêt Nam, c’est Un. Les Américains veulent faire une guerre d’agression, comme qu’ils disent, une guerre non déclarée. Comme vous savez aussi, vous avez pu lire dans la presse mondiale, que plus la guerre [se] prolonge, plus les Américains et leurs valets, n’est-ce pas, comment dire ça, [se tournant vers quelqu’un à côté], sa lầy… s’enliser… et plus, ils supportent des échecs comme vous savez là récemment. Par conséquent, la guerre ne peut pas durer éternellement, et je suis très heureux que les politiciens haut placés français ont reconnu cela.

Vous pensez que le général de Gaulle pourrait en quelque sorte, à un certain moment, arbitrer le conflit ?

HCM : Arbitrer ! Qu’est-ce que vous comprenez par le mot arbitrer ? Nous ne sommes pas des équipes de football. [Rire].

Mais au-delà des Accords de Genève si je ne me trompe, une idée du général de Gaulle est la neutralisation de tout le Sud-Est Asiatique. Est-ce que c’est une idée qui vous semble intéressante ?

HCM : Comme j’ai déjà dit quelquefois, c’est une idée intéressante, mais ça dépend [de] la volonté de ces peuples, et… la manière comment on procède… à réaliser.

C’est une grande question… et je ne peux pas dire que je suis d’accord,… je ne dis pas que je ne suis pas d’accord, n’est-ce pas ? Parce que.. vous dites par exemple fleurs, fleurs ; il y a beaucoup de sortes de fleurs, il y a des roses, des blanches, des rouges, etc. des fleurs qui sentent bon, d’autres qui ne sentent pas bon… , mais on dit fleurs, n’est-ce pas ?

Monsieur le Président, nous avons constaté avec chagrin au cours de notre voyage au Nord Viêt Nam, que l’influence française est devenue à peu près inexistante dans votre pays. Les moins de 25 ans ne comprennent plus du tout le français. Et je me demande si, à votre idée, des rapports peuvent se rétablir tels que la France continue à jouer… une sorte de rôle culturel ici ?

HCM : Avec la France surtout, et avec tous les autres pays, nous voulons avoir une coopération amicale, culturelle, économique, etc… , mais je suis sûr que vous ne voulez pas avoir, n’est-ce pas, que la France ait l’influence qu’elle avait avant, … c’est une autre chose… mais coopération culturelle, économique, qu’est ce qu’il y a encore ?, sportive par exemple, etc… etc… nous, nous[le] désirons.

Si la guerre se cristallise au Sud et se poursuit encore pendant quelques années, pensez-vous que l’avenir économique du Nord Viêt Nam soit viable ?

HCM : Je suis sûr que ça non seulement viable, mais ça progresse. Parce que vous avez vu vous-même, vous avez constaté vous-même que, ici, nous travaillons beaucoup, notre peuple travaille beaucoup, avec abnégation, n’est-ce pas, avec dévouement, avec enthousiasme. D’un côté, nous travaillons pour…, comment dirais-je, pour principalement, n’est-ce pas, de nos propres forces, et aussi nous avons l’aide fraternelle des pays socialistes, n’est-ce pas. Jusqu’ici, nous avons déjà réalisé des progrès, pas tant comme nous le voulons, nous avons réalisé des progrès et dans l’avenir, nous progressons nous-mêmes.

Vous mentionnez là l’aide des pays socialistes. Est-ce que cette aide ne s’est pas trouvée légèrement compromise à la suite du conflit idéologique entre la Russie et la Chine ?

HCM : Non, parce que ces questions, n’est-ce pas, n’est pas différence idéologique entre nos différents partis-frères, c’est nos affaires intérieures ; ça passera et l’union… l’unité, ça se fera. Mais l’aide fraternelle continue et continuera, c’est très précieuse pour nous.

Certains ont l’impression chez nous, Monsieur le Président, que le Nord Viêt Nam se trouve actuellement assez isolé, asphyxié même, et, politiquement , il ne pourra difficilement éviter de devenir une sorte de satellite de la Chine. Qu’est-ce que vous répondez à ça ?

HCM : Jamais !

Franck Michelin : Un pont entre deux guerres – l’invasion de l’Indochine par le Japon 1940-41 [séminaire IAO]

[ndlr] Annonce d’une conférence importante sur le Japon et l’Indochine.

 

Jeudi 8 octobre 2015

Salle de réunion de l’IAO (R66), de 14h à 15h30

“Un pont entre deux guerres : l’invasion de l’Indochine par le Japon, 1940-41”

Résumé : L’invasion par le Japon de l’l’Indochine française en septembre 1940 est à l’origine de la Guerre du Pacifique. En faisant entrer l’Asie orientale et le Pacifique dans la Seconde Guerre mondiale, cet événement transforme un conflit européen en conflit véritablement mondial. Cette conférence vise à bousculer une vision « atlantico-centrée » de l’histoire, initiative d’autant plus nécessaire que c’est la Guerre du Pacifique qui a inauguré le basculement du monde vers cet océan.

SeminaireIAO_2015_10_08Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Franck Michelin, maître de conférences à l’Université Meiji (Tôkyô, Japon) depuis 2010 et chercheur associé à l’IAO depuis 2015. Il est lauréat du prix Shibusawa-Claudel (sélection française) pour l’année 2015.

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search