70 năm vụ Ôn Như Hầu [12/07/1946]

[ndlr] A lire sur RFA. Article publié à l’occasion du 70e anniversaire de l’affaire dite “On Nhu Hau”, une affaire politique rondement menée par le Viêt-Minh pour incriminer le Parti nationaliste du Viêt-Nam en 1946.

Tròn 70 năm kể từ ngày lực lượng Việt Minh tấn công hàng loạt các cơ sở của Quốc dân đảng trên toàn quốc vào ngày 12 tháng 7 năm 1946, trong đó có nhà số 7 phố Ôn Như Hầu, Hà Nội. Quốc dân đảng bị buộc tội âm mưu đảo chính. Hình ảnh Quốc dân đảng trong các tài liệu trong nước là một hình ảnh không tốt. Sau đây là ghi nhận ý kiến từ một phía khác về sự kiện Ôn Như Hầu, cũng như di sản của Quốc dân đảng ngày nay.

Vụ Ôn Như Hầu

Tài liệu được công bố của đảng cộng sản Việt Nam nói rằng tại số 7 Ôn Như Hầu, Hà Nội, có nhiều căn hầm dùng làm nơi giam giữ và tra tấn với nhiều dụng cụ còn dính máu. Khai quật trong vườn chuối có nhiều xác người mà Quốc dân đảng đã thủ tiêu.

Trả lời về thông tin này, ông Trần Tử Thanh, hiện là Chủ tịch Hội đồng đại biểu Quốc dân đảng, hiện sống tại Virginia, Hoa Kỳ cho rằng:

“Lúc đó Việt Nam quốc dân đảng chúng tôi mới nhận trụ sở Ôn Như Hầu mới có vài tháng thôi. Người nhà thầu đến sửa sang trụ sở đó cho Quốc dân đảng làm việc, sau này có kể lại là khi ông ta vào làm việc thì thấy trong khu vười chuối có vài ngôi mộ, hỏi ra thì mới biết là mộ đó của những người Trung Hoa quốc gia họ sang đây bị bệnh chết, rồi chôn ở đó. Dựa vào đó người cộng sản họ dựng nên vụ án, rồi nói rằng trong đó có vũ khí với tra tấn, làm sao mà một cái nhà giữa thành phố Hà Nội lại như vậy. Chuyện đó hoàn toàn không phải là sự thật.”

Ông Thanh còn thuật một câu chuyện là đêm hôm trước công an Việt Minh có đến lấy một số tử thi ở nhà xác thành phố, và sau đó đem đến số 7 Ôn Như Hầu, nói là do Quốc dân đảng giết hại.

Cũng theo tài liệu chính thức của Việt Nam thì vụ tấn công trụ sở Quốc dân đảng ở số 7 Ôn Như Hầu, cũng như hàng loạt cơ sở khác là nhằm để đập tan một âm mưu đảo chính lật đổ chính phủ.

Ông Trần Tử Thanh không đồng ý:

“Vụ đảo chánh lật đổ chính phủ thì chính ngay ông Võ Nguyên Giáp cũng đã liên hệ với một sĩ quan của Pháp để chính thức xin yểm trợ cho ông ta một số vũ khí tối tân, cũng như một số sĩ quan Pháp, để ông ta tấn công vào các cơ sở của Việt Nam Quốc dân đảng. Thì như vậy làm sao nói Việt Nam Quốc dân đảng liên hệ với Pháp được, tài liệu của những người cộng sản sau này cũng có đề cập đến vấn đề đó.”

Trong giai đoạn 1945-1946, chính phủ Việt Nam tại Hà Nội là một chính phủ có nhiều đảng phái, trong đó có lực lượng Việt Minh do người cộng sản làm nòng cốt. Kết luận về vụ án Ôn Như Hầu, ông Trần Tử Thanh cho rằng nguyên nhân chính là Việt Minh của đảng cộng sản muốn độc chiếm quyền lãnh đạo chính trị:

Chủ nghĩa cộng sản hay con người cộng sản thì khi họ đưa bất cứ vấn đề gì ra thì chúng ta cũng cần phải xét lại. Chắc chắn vụ Ôn Như Hầu phải được sự chuẩn thuận của ông Hồ Chí Minh và bộ tham mưu của ông ta, và đây hoàn toàn là dàn dựng. Ông Hồ Chí Minh đã ký một hiệp định sơ bộ với Pháp, đồng ý cho 15 ngàn quân Pháp trở lại Việt Nam. Và chính phủ Pháp sẽ công nhận ông ta là người chính thức đại diện cho người Việt Nam. Và người Pháp nói là để cho Việt Nam tự do trong Liên hiệp Pháp. Ông Hồ Chí Minh tham quyền hành, muốn đảng cộng sản nắm hết quyền, và khi chính phủ liên hiệp quốc gia và cộng sản được thành lập, ông ta dần dần loại bỏ các thành phần quốc gia, trong đó có các thành viên Quốc dân đảng, Đại Việt, cũng như Việt Nam cách mạng đồng minh hội của cụ Nguyễn Hải Thần. Tức là loại bỏ các thành phần quốc gia ra khỏi chính phủ bằng cách gây nên một vụ án.”

VuAn_OnNhuHau_LeHuuQuaOrdre de mission du 12 juillet 1946 du Ministère de l’intérieur, Service de la Sécurité publique contre le siège du VNQDD à Hanoi. Document mis en ligne sur le site de RFA

Lire la suite : RFA, 11/07/2016.

 

  • Sur cette affaire, voir François Guillemot, Dai Viet, indépendance et révolution au Viêt-Nam. L’échec de la troisième voie (1938-1955), Paris, les Indes savantes, 2012, pp. 334-344.

Image “à la une” : Le siège du VNQDD en 1946 à Hanoi situé au n° 7 de la rue On Nhu Hau © DR

La Chine n’a pas de droits historiques en mer de Chine selon les juges de La Haye

[ndlr] Une nouvelle importante sur le statut juridique de la Mer de Chine, à lire sur les médias français et vietnamiens.

No-ULa Cour permanente d’arbitrage de La Haye a donné raison aux Philippines dans son contentieux avec la Chine.

La Cour permanente d’arbitrage de La Haye a jugé que la Chine n’avait pas de “droits historiques” sur la majorité des eaux de la mer de Chine méridionale. Pékin a fait savoir qu’il ne reconnaissait et n’acceptait pas cette décision.

Mauvaise nouvelle pour le géant chinois. La Cour permanente d’arbitrage (CPA) de La Haye a estimé ce mardi que la Chine n’avait pas de “droits historiques” sur la majorité des eaux stratégiques de la mer de Chine méridionale.

Pékin considère comme relevant de sa souveraineté la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale, réputée riche en hydrocarbures, au grand dam de pays riverains aux prétentions rivales: Philippines, Vietnam, Malaisie et Brunei. La région est également un carrefour de routes maritimes vitales pour le commerce mondial et les eaux sont riches en poissons.

La Chine, qui a boycotté les audiences, se fonde sur une délimitation en “neuf pointillés” apparue sur des cartes chinoises datant des années 1940. Sitôt la décision rendue, Pékin a réaffirmé ne as “reconnaître et accepter” la décision d’arbitrage.

Lire la suite : L’Express, 12/07/2016.

Voir également :

SouthChinaSeaArbitration_PressRelease_12-07-2016Mer de Chine méridionale : la décision du tribunal de La Haye [11 p.]

document en ligne

 

Sandrine Hobert : Les animaux dans l’imaginaire et la culture traditionnelle du Cambodge, du début de notre ère à la fin de l’époque angkorienne [thèse]

[ndlr] Annonce de la soutenance de la thèse de Médecine vétérinaire de Sandrine Hobert.

Résumé : Les animaux tiennent une place importante dans la culture cambodgienne, que ce soit dans l’imaginaire, les croyances, les traditions ou la religion. C’est ce que cet essai tente de démontrer, en passant des mythes et légendes les plus anciens, aux rôles des animaux dans la cité d’Angkor dirigée par les rois de l’Empire khmer. Ce travail consistera, après avoir fait une rapide présentation du Cambodge, à étudier d’abord les apparitions et les rôles des animaux dans la mythologie et la littérature khmères, puis dans les croyances ancestrales et les traditions populaires, ainsi que dans la religion. Enfin, dans la dernière partie replace l’animal à l’époque angkorienne où il a une place déterminante.

Hobert_ThèseAnimauxCambodge_2016De l’animal “acteur” dans les fêtes et les traditions populaires aux chimères de la mythologie et de l’imaginaire khmers, cet essai place l’animal au centre de l’histoire du Cambodge et de ses habitants. “Animaux de la mythologie, animaux de la royauté, animaux de guerre ou de travail” (p. 56),  il nous invite à la redécouverte d’un bestiaire riche à la fois peu connu et encore très présent dans la culture cambodgienne.

Thèse d’État de Doctorat Vétérinaire.

Lieu et date de soutenance : Lyon, mardi 12 juillet 2016

Membres du jury :

  • Président : M. le Professeur Philippe Moulin
  • 1er Assesseur : M. le Docteur Denis Grancher
  • 2e Assesseur : Mme le Professeur Denise Rémy
  • Membre invité : M. le Docteur François Guillemot

Image “à la une” : Chars de guerre de la bataille de Lanka, Angkor Vat, galerie Ouest © Photo de l’auteure

Caroline Herbelin : Architectures du Vietnam colonial. Repenser le métissage

[ndlr] Parution de l’ouvrage issu de la thèse de Caroline Herbelin. Présentation de l’éditeur.

Herbelin_ArchitecturesVietnamColonial_RepenserLeMétissageL’architecture a très peu été étudiée dans l’Indochine française, contrairement au Maroc, l’Algérie ou l’Égypte de l’époque coloniale. Architectures du Vietnam colonial comble amplement cette lacune. Mais ce livre est aussi un ouvrage décisif sur l’histoire politique et sociale des échanges culturels au sein de cette colonie française. Il en renouvelle en profondeur les perspectives tant par son approche méthodologique que par sa réflexion théorique sur le concept d’hybridation, sur le moment colonial. Il est appelé à faire date dans les études coloniales en France.

L’originalité de cet ouvrage provient de ce que Caroline Herbelin a fondé son étude sur une enquête de terrain vaste et approfondie. À commencer bien sûr par une consultation des archives, françaises comme vietnamiennes. L’auteur a ainsi pu reconstituer les discussions qui ont présidé à la création d’une section Architecture dans l’École des beaux-arts de l’Indochine créée par Victor Tardieu, concernant le choix des matériaux de construction, « indigènes » (bambou, bois, paillote, torchis) ou métropolitains en dur (fer, béton, tuiles, briques), etc. L’auteur a également suivi les cheminements des techniques entre la métropole et la colonie jusque dans leur perception et formulation, pour identifier les interactions des deux systèmes techniques mis en présence. Pour finir, elle a interrogé la mémoire des vivants, témoins contemporains des survivances et des suites de l’époque coloniale.

Ce matériau riche et divers que Caroline Herbelin rassemble en lui restituant toute sa vie, lui a, en retour, permis d’opérer un déplacement décisif dans la définition de son objet d’étude, l’architecture. Celle-ci n’est plus abordée du seul point des bâtiments effectivement construits, ou de leur portée esthétique, mais aussi comme un objet d’art au sens étymologique d’ars, c’est-à-dire comme ce qui est fabriqué par les hommes et s’inscrit dans un jeu de relations économiques, politiques et sociales et est doté d’une « vie sociale ». L’approche se doit dès lors d’être concrète, matérielle et pratique : il s’agit de comprendre comment la construction d’un bâtiment a résulté de négociations et de stratégies entre les différentes instances et relais des pouvoirs colonial et local, entre les populations « indigène » et française, mais aussi entre les différentes solutions techniques et esthétiques qui se sont offertes à ce moment-là.

Une histoire, des histoires se racontent à travers cette enquête et qui ne sont pas celles que l’on attend. Caroline Herbelin ne fait pas le récit d’une architecture qui serait nécessairement l’instrument d’une domination unilatérale, a fortiori en contexte colonial ; elle ne retrace pas l’aventure d’une architecture triomphante où Saigon ferait figure de la « perle française de l’Extrême-Orient » et Hanoi est comparée à Paris ; elle ne se limite pas non plus à l’histoire politique énoncée par les pouvoirs, celle d’une politique dite d’« association », prônée par Albert Sarraut dès le début des années 1910, qui devient au fil du temps « politique de collaboration », ni à une histoire événementielle. Ce qu’elle décrit, par exemple, derrière des pratiques dites de « zoning » (découpage du territoire en zones fonctionnelles différenciées), derrière des pratiques de ségrégation souvent contrecarrées en raison de nécessités matérielles, c’est l’apparition d’une autre ville entre les plans, où des Français habitent des maisons « vietnamiennes » et inversement. Ce sont les tentatives de la fondation d’un style « indochinois » prônée par l’architecte français Ernest Hébrard, puis l’apparition des premiers architectes vietnamiens formés à l’École des beaux-arts d’Indochine avec le soutien de Victor Tardieu et l’ouverture du premier cabinet franco-vietnamien.

Ces récits démontrent, notamment à propos du style néoclassique ou de la récente apparition d’un « nouveau style français », l’existence de circulations interasiatiques tout aussi décisives que des transferts d’ouest en est. Ce qu’elle révèle donc, c’est qu’il n’y a pas une architecture coloniale à proprement parler, mais des phénomènes de métissage qui s’inscrivent dans un rapport complexe de différentes historicités enchâssées, de différentes cultures entrecroisées, et dans lequel vient s’inscrire le moment colonial. L’image qu’elle a choisie en couverture de son ouvrage révèle une somptueuse maison Art Déco construite dans la campagne du Vietnam du Sud par un maître d’œuvre vietnamien: les échanges culturels sont bien loin de s’être limités à l’architecture savante, citadine, ils ont aussi gagné l’architecture populaire des campagnes…

Jeune chercheuse spécialiste de l’Asie, des échanges culturels et de l’histoire urbaine au Vietnam, Caroline Herbelin est maître de conférences et enseigne à l’université de Toulouse-Jean-Jaurès. Elle est membre associée au Centre de Recherches sur l’Extrême Orient de Paris – Sorbonne (CREOPS), au laboratoire de recherche France Amériques Espagne. Sociétés, Pouvoirs, Acteurs (FRAMESPA) et Présidente de l’Association française pour la recherche sur l’Asie du Sud-Est (AFRASE). Elle a été conseillère de l’exposition « Indochine, des territoires et des hommes, 1856-1956 », dont elle a coédité le catalogue, publié chez Gallimard en 2013.

Réf. : Herbelin, Caroline, Architectures du Vietnam colonial. Repenser le métissage, Paris, INHA / CTHS, 2016, 367 pages, 80 illustrations noirs et blanc – 33 € – ISBN : 978-2-7355-0846-4

Source : INHA (Institut national d’histoire de l’Art)

Appel à propositions d’ateliers : 6e congrès Asie (26, 27 et 28 juin 2017)

Le réseau Asie et le GIS Asie lancent le 6e congrès Asie. Il se tiendra à Paris les 26, 27 et 28 juin 2017. Appel à propositions d’ateliers. Date limite : 31 octobre 2016.

Appel à propositions d’ateliers

6e Congrès Asie

26 – 27 – 28 juin 2017

Sciences Po, Paris

 

http://congresasie2017.sciencesconf.org

 

Date limite d’envoi des propositions : 31 octobre 2016

Organisateurs : Le GIS Asie, ou Groupement d’intérêt scientifique Études asiatiques (http://www.gis-reseau-asie.org), qui rassemble 20 organismes d’enseignement supérieur et de  recherche (Aix-Marseille Université, CNRS, Collège de France, EFEO, EHESS, ENAPB, ENS, EPHE, ESSEC, FMSH,  INALCO, IRD, Sciences Po Paris, Sciences Po Lyon, Université Jean Moulin, Université Panthéon-Sorbonne, Université Paris-Diderot, Université Paris Ouest – Nanterre La Défense, Université Paris-Sorbonne, l’Université d’Angers), en partenariat avec Sciences Po, qui accueillera la 6e édition du congrès.

Objectifs : Faire l’état des lieux des recherches et débats en cours dans le domaine des études asiatiques, encourager les échanges transdisciplinaires et transculturels et favoriser les collaborations internationales.

 

Ateliers :

Les ateliers devront comprendre entre 3 et 6 intervenants (les sujets sont libres).

Une attention particulière sera accordée aux propositions des doctorants et post-doctorants.

Le comité scientifique privilégiera les trois types d’ateliers suivants :

  • les ateliers associant des intervenants spécialistes de différentes aires culturelles et/ou disciplines
  • les ateliers formés autour de la présentation d’un ouvrage collectif ou d’un numéro spécial de revue consacré à l’Asie, publié depuis octobre 2015 ou à paraître
  • les ateliers qui présenteront des résultats de recherches financés au niveau national ou international (ANR, H2020, JSPS, …). Un même projet de recherche pourra donner lieu à plusieurs propositions d’ateliers.

Langues : Français et/ou anglais.

Comment répondre à l’appel ? En ligne uniquement, sur le site du congrès (http://congresasie2017.sciencesconf.org). Les coordinateurs devront d’abord soumettre le titre, le résumé de l’atelier (300 mots maximum, en français et en anglais), les mots-clés et la liste des intervenants. Puis, chaque intervenant devra indiquer le titre et le résumé de sa communication (200 mots maximum, en français et en anglais). Ces deux étapes devront être terminées au plus tard le 31 octobre 2016.

CALENDRIER

  • Juillet 2016 : Lancement de l’appel à propositions
  • 31 octobre 2016 : Date limite de soumission des propositions
  • 16-20 décembre 2016 : Envoi des résultats de la sélection par le Comité scientifique
  • 01 janvier-31 mars 2017 : Inscriptions des intervenants au congrès
  • Avril 2017 : Mise en ligne du programme
  • Mai-Juin 2017 : Inscriptions des participants non intervenants
  • 26-28 juin 2017 : Tenue du Congrès

Participants : Le congrès est ouvert à tous (chercheurs, enseignants-chercheurs, doctorants, étudiants et autres personnes intéressées par les études asiatiques) sur inscription.

Frais d’inscription :

Coordinateurs et intervenants : 80 € TTC (30 € TTC pour les étudiants). Ce tarif inclut l’accès au congrès, les déjeuners et les pauses café. Autres participants : le tarif sera communiqué ultérieurement.

Publication :

Il n’y aura pas de publication d’actes, mais le comité scientifique souhaite encourager la publication de numéros spéciaux en invitant des rédacteurs en chef de revues au congrès.

Comité scientifique :

Il est composé du conseil scientifique du GIS Asie (Bayram Balci, Stéphanie Balme, Marta Craveri, Gregory Delaplace, Véronique Dupont, Guy Faure, Nicolas Fiévé, Valérie Gelézeau, Vincent Goossaert, Christophe Jaffrelot, Béatrice Jaluzot, Gregory Lee, Michael Lucken, Rémy Madinier, Edith Parlier-Renault, Thierry Sanjuan, Charlotte Schmid, Pierre Singaravelou, Joëlle Smadja, Benjamin Taunay, Ines Zupanov) et des directeurs du GIS, Sébastien Lechevalier et Jean-François Huchet.

Comité d’organisation :

Il est composé de membres de la direction et de l’équipe administrative du GIS (Sebastien Lechevalier, Jean-François Huchet, Claire Le Poulennec, Malgorzata Chwirot, Catherine Bastien-Ventura, Richard Aroquiame), de représentants du Centre de recherches internationales (Karoline Postel-Vinay, Bayram Balci, Stéphanie Balme, Hélène Lebail, Nathalie Tenenbaum), et de membres du conseil scientifique du GIS (Benjamin Taunay, Ines Zupanov).

Contact : communication@gis-reseau-asie.org ; 01 49 54 83 35.

Lien vers le site et les documents liés :

http://www.gis-reseau-asie.org/appels-communications/appel-propositions-ateliers-congres-asie

L’expérience historiographique – Autour de Jacques Revel

[ndlr] Parution en février 2016 d’un ouvrage intéressant à avoir dans sa bibliothèque.

LExpérienceHistoriographique_EHESSLa réflexion historiographique interroge les transformations de la conscience historique ainsi que les enjeux de la connaissance et de l’écriture de l’histoire. Jacques Revel a largement contribué aux évolutions historiographies en France, qu’il n’a cessé d’éclairer et d’impulser, tout au long de sa carrière.

Depuis le début des années 1980, la multiplication des débats historiographies a progressivement vu la remise en cause d’un ensemble de convictions scientifiques fortes. La réflexion des historiens s’est d’abord éloignée des certitudes de l’histoire sociale sérielle pour notamment se confronter aux propositions de la microstoria. Plus récemment, le rôle croisant des histoires et des historiographies non européennes a transformé le domaine de la recherche historique. Enfin, l’écriture de l’histoire et ses ressources narratives sont de nouveau au centre de l’attention.

Jacques Revel, historien, est directeur d’études à l’EHESS dont il a été le président de 1995 à 2004. Il a notamment publié Jeux d’échelles (Hautes Études/EHESS, 1995) et Penser par cas avec Jean-Claude Passeron (EHESS, 2006). Ce volume rend hommage à l’influence de son travail, en proposant des études libres sur ce qui fonde le quotidien du métier d’historien.

Antoine Lilti, historien, travaille principalement sur l’histoire et l’historiographie des Lumières. Sabina Loriga, historienne, étudie les rapports entre l’histoire et la biographie, l’histoire et la mémoire, et travaille sur la construction du temps historique. Jean-Frédéric Schaub, historien. Ses recherches portent sur les changements dans les structures politiques de l’Europe occidentale et les empires coloniaux hispaniques. Silvia Sebastiani, historienne, est spécialiste des Lumières écossaises et du monde britannique.

Source : Les Éditions EHESS

Biển chết – La Mer morte 2016

L’image du jour :

BienChet_VungAng2016Affiche parodique de la pollution maritime au Viêt-Nam. Titre : “La mer mort 2016”, Réalisateur : province de Ha Tinh, Dans le premier rôle : Formosa, Scénario : Vung Ang. Affiche apparue sur la toile à la fin du mois d’avril © DR.

La nouvelle est officielle depuis le 30 juin 2016. Le gouvernement de la RSVN a confirmé que la société Formosa était bien à l’origine de la pollution maritime massive sur les côtes du centre du Viêt-Nam.

Pour en savoir plus :

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search