La violence politique vue par les historiens… collège de France – jeudi 23 juin 2022

Journée d’étude au Collège de France. A ne pas manquer.

Deux chercheurs de l’Institut d’Asie Orientale (IAO) à Lyon participent au colloque organisé conjointement par le Pr. Anne Cheng et le Pr. Henry Laurens.

Jeudi 23 Juin 2022
Collège de France – Amphithéâtre Guillaume Budé, 11 place Marcelin-Berthelot, 75005 Paris

  • François Guillemot, “Viêt Nam, de la guerre du peuple à la guerre civile révolutionnaire : pratiques polémologiques”
  • Arnaud Nanta, “Les sources primaires des officiers japonais lors du massacre de Nankin : construction du fonds, typologie, débats”

Présentation en ligne : https://www.college-de-france.fr/site/anne-cheng/symposium-2021-2022.htm

Programme en ligne : https://www.college-de-france.fr/media/anne-cheng/UPL2109539299766013963_AFF_Cheng_Laurens_21_22.pdf


François Guillemot, “Viêt Nam, de la guerre du peuple à la guerre civile révolutionnaire : pratiques polémologiques”

Retour vers le nord (RDVN) des prisonniers de guerre, la pancarte dit “Retourner chez les communistes c’est se suicider”.

Résumé :

La guerre du Viêt-Nam, conflit emblématique du XXe siècle, a mis à rude épreuve sa population à travers une guerre civile de 30 ans entre 1945 et 1975. Mais que sait-on finalement des pratiques polémologiques de cette guerre d’unification aux multiples strates ? Notre intervention questionnera la catégorie “guerre civile” et les violences de guerre dans le cadre du conflit vietnamien entre 1945 et 1975. Il s’agira de comprendre comment “la guerre du peuple”, théorisée par le général Vo Nguyên Giap dans un ouvrage célèbre, se transforme peu à peu en “guerre civile révolutionnaire” au Sud dans le contexte de la guerre froide, de la rupture sino-soviétique et du communisme de guerre. Avec la primauté donnée à la “violence révolutionnaire”, nous avançons l’idée que deux polémologies se sont concurrencées et croisées pour le leadership de la conduite et des modalités de la guerre. Ce glissement vers la stratégie de la lutte à outrance ne fut pas sans conséquences pour le coût général du conflit et questionne encore aujourd’hui la réconciliation nationale. Invisible dans l’historiographie officielle, le concept de “guerre civile” est peu à peu admis par les historiens vietnamiens à l’intérieur du pays alors qu’il apparaît comme une évidence dès les années soixante pour les intellectuels et artistes de la défunte République du Viêt-Nam (1955-1975).