Viêt-Nam : défense de faire bouger les lignes !

En République socialiste du Viêt Nam (RSVN), rien de nouveau. Fort de son capital de sympathie pour son efficace lutte contre le coronavirus, l’Etat-Parti n’oublie pas la lutte contre cet autre « ennemi intérieur » susceptible de lui porter la contradiction. A l’approche du prochain Congrès national du PCV (du 25 janvier au 2 février 2021), le seul parti au pouvoir et le seul à être autorisé à l’exercer, journalistes et dissidents n’en finissent pas de subir la répression d’un autoritarisme revigoré par le contexte épidémique.

15 + 11 + 11 = 37 ans de prison

Le couperet est tombé. L’assaut contre le journalisme indépendant et la liberté d’expression d’une façon plus générale trouve son expression la plus crue dans le procès rapide et inique du mardi 5 janvier 2021 à Hô Chi Minh-Ville. A l’approche du XIIIe congrès du Parti communiste vietnamien (PCV), l’État-Parti renoue avec ses procès pédagogiques dont le message de terreur est clair : en République socialiste du Viêt-Nam, la chose publique, la « res publica » est chasse-gardée du Parti, exclusivement. Les trois journalistes qui viennent d’être condamnés à de très lourdes peines de prison (15 ans pour le premier, 11 ans chacun pour les deux autres) s’y attendaient sans doute. Pham Chi Dung (54 ans), Nguyen Tuong Thuy (69 ans) et Le Huu Minh Tuan (39 ans), membres de l’Association des Journalistes Indépendants fondée en 2014, avaient l’ambition de faire bouger les lignes, d’offrir au Parti, dont ils sont parfois issus, et au Viêt-Nam, leur pays, un nouvel horizon plus démocratique, plus fidèle à la défense des droits humains, plus conforme aux exigences d’une société civile responsable, plus respectueux de l’environnement. Tout ceci par le dialogue, la discussion, le débat.

Lê Huu Minh Tuân, Pham Chi Dung et Nguyên Tuong Thuy © DR

Que reproche le pouvoir communiste à ces trois journalistes ? Le plus célèbre d’entre eux, Pham Chi Dung, né en 1966, est un intellectuel dissident de notoriété publique1. Fondateur de l’Association des Journalistes indépendants, il la présidait jusqu’à son arrestation en novembre 2019. En cinq ans, cette association, regroupant quelques 70 adhérents, s’est dotée d’un outil de communication Việt Nam Thời Báo [Je Journal du Viêt-Nam] sur lequel Pham Chi Dung et ses quelques chroniqueurs commentaient l’actualité nationale ou internationale2. Ils y donnaient donc leur point de vue sans jamais organiser une attaque frontale contre le régime sachant qu’une ligne rouge franchie serait fatale. Cependant, Pham Chi Dung dans ses commentaires publics n’a jamais caché son intention de réformer l’État-Parti. Son parcours est celui d’un intellectuel engagé.

L’ombre pratique des « forces hostiles de l’étranger »

Cette simple disposition d’esprit et les actions qui en découlent sont considérées comme une atteinte à l’intégrité de la RSVN. C’est ce qui est reproché aux trois accusés : « production, détention, diffusion d’informations, de documents, d’articles dans le but de s’opposer à l’État »3. Selon le communiqué du ministère de la justice, ils ont écrit des articles pour « déformer et diffamer l’administration du peuple, enfreindre les intérêts du Parti communiste du Vietnam et de l’État »4 ; voilà une accusation des plus larges. Leur crime ? Écrire, commenter, exprimer des idées sans la validation des « comités d’éducation et de propagande », la police de la pensée vietnamienne. Il faut sans doute le rappeler, selon Emerlynne Gil d’Amnesty International : « Le seul crime de ces journalistes est d’avoir osé discuter de politique et d’autres questions d’intérêt public »5.

En réalité, derrière l’action des ces quelques journalistes, le pouvoir communiste redoute les liens et contacts pris avec des organisations politiques exilées susceptibles de renverser la donne ou d’exercer une quelconque influence sur la politique intérieure du pays. En effet, leur condamnation à de lourdes peines tient aussi au fait qu’ils auraient été « régulièrement été en contact avec des opposants au régime » à l’intérieur et à l’extérieur du pays avant leur arrestation fin 2019 et mi-2020, rappelle l’AFP6. Les autorités de Hanoi agitent toujours dans ces cas précis le vieux spectre du Viêt Tân, l’organisation pro-démocratique basée aux États-Unis la plus honnie du régime.

Bandeau du « Journal du Viêt Nam » et sigle de l’Association des Journalistes Indépendants du Viêt Nam © DR

« Surveiller et punir » en RSVN

Que révèle cet acharnement ? Une fragilité, une obstination, une dérive vers plus d’autoritarisme ? Sans doute les trois à la fois. Le pouvoir a toujours usé d’une certaine paranoïa, processus interne au fonctionnement du communisme d’État avec le besoin d’un antagonisme construit selon les besoins du moment (ennemi intérieur ou extérieur, purge, campagne de rectification idéologique). Pour autant, l’État-Parti, même si traversé par de multiples tensions, ne semble pas fragile. L’obstination politique est aussi une forme récurrente de l’exercice du pouvoir dans ce sens que le PCV a toujours raison. Il donne le « la » et accepte encore difficilement la contradiction ne venant pas de propres ses rangs. Dérive autoritaire ? Force est de constater que la répression contre toute forme de dissidence s’est amplifiée ces dernières quinze dernières années, depuis les premières manifestations d’une société civile organisée. La quasi-totalité de la dissidence, politique ou intellectuelle7, est aujourd’hui neutralisée, emprisonnée ou exilée de force. En octobre 2020, ce fut l’arrestation de la célèbre militante féministe et éditrice Pham Doan Trang8 et depuis quinze ans la liste des (anciens et actuels) prisonniers d’opinion s’est considérablement étoffée.

Pris dans le collimateur de la Sécurité publique, ces journalistes et chroniqueurs politiques indépendants se sont transformés, bien malgré eux, en dissidents puis en « accusés » par l’État-Parti. Dans le Viêt Nam communiste la politique sociale et économique ne se discute pas hors du Parti, la remise en cause des principes de l’autoritarisme ne se discute pas, l’état policier construit depuis la prise du pouvoir en 1945 ne se discute pas malgré les appels à l’ouverture lors de la réforme de la constitution en 20139. Le PCV, fort de sa police et de son armée, peut poursuivre sa route en écrasant les trublions en toute quiétude. A l’approche du XIIIe Congrès du PCV, le message est clair et bien relayé par les médias officiels10. Réprimer pour prévenir. Condamner à de lourdes peines pour dissuader. Emprisonner pour étouffer. Rééduquer pour anéantir. C’est le « surveiller et punir » de la RSVN. « 170 prisonniers politiques sont actuellement incarcérés dans le pays, selon les données de l’ONG [Amnesty International] » rapporte l’AFP11. Quand cette interdiction de penser, d’exprimer des idées, de commenter la chose publique, prendra-t-elle donc fin ? Que restera-t-il comme force à ces journalistes, qui seront âgés respectivement de près de 70 ans, 80 ans et 50 ans pour le plus jeune d’entre eux, au sortir de 15 ans ou de 11 ans de camp et de maltraitance ? Leur engagement total pour la liberté d’expression fera-t-il des émules ?

Comme l’écrivait Pham Chi Dung dans une chanson écrite en détention peu avant Noël : « Le cachot ne peut emprisonner la volonté de liberté… » (« Ngục tối không giam cầm được ý chí tự do…”)12. En matière de droits humains, l’espoir du Viêt Nam réside dans ces paroles-là.

FG, 07/01/2021. MàJ 08/01/2021.

Photographie « à la une » : Inauguration de la fondation de l’Association des Journalistes Indépendant du Viêt-Nam à Hanoi le 04/07/2014. Source : Dien Dan / Forum

Notes

  1. Voir son portrait sur Mémoires d’Indochine : https://indomemoires.hypotheses.org/35303 []
  2. Cf. « Nhà báo tự do Phạm Chí Dũng, Nguyễn Tường Thụy và Lê Hữu Minh Tuấn bị án tù », BBC Vietnam, 05/01/2021 []
  3. Cf. Khanh Vu, « Vietnam : Lourdes peines de prisons pour des journalistes indépendants critiques du régime », Reuters, 05/01/2021, version française Kate Entringer []
  4. Reuters, art. cit. []
  5. AFP, « Vietnam : trois journalistes emprisonnés à l’approche du congrès du Parti », TV5 Monde, 05/01/2021 []
  6. AFP, art. cit. []
  7. Par exemple l’affaire des éditions Tri Thuc en octobre 2018, voir : « Letter of support for Pr. Chu Hao and NXB Tri Thuc, https://indomemoires.hypotheses.org/31650 []
  8. Cf. « Le Vietnam emprisonne la célèbre militante Pham Doan Trang », https://indomemoires.hypotheses.org/36574 []
  9. Voir sur ce sujet notre article : « La constitution vietnamienne de 2013 confrontée au monde réel : choix pragmatique ou réflexe protectionniste ? », https://indomemoires.hypotheses.org/12313 ; « Cùng Viết Hiến Pháp – Ecrivons ensemble la constitution : une initiative vietnamienne constructive », https://indomemoires.hypotheses.org/7196 []
  10. Cf. VNA/CVN, « Trois hommes poursuivis pour propagande contre l’État », Le Courrier du Vietnam, 05/01/2021 []
  11. « Vietnam : trois journalistes emprisonnés à l’approche du congrès du Parti », art. cit. []
  12. Cf. « VNTB – Ngục tối không giam cầm được ý chí tự do », Viêt Nam Thoi Bao, 07/01/2021 []