Laurent Gédéon : Les rivalités en mer de Chine méridionale. Enjeux géopolitiques et géostratégiques entre la Chine, le Vietnam et les États-Unis [HDR].

Toutes nos félicitations à notre collègue Laurent Gédéon pour sa soutenance HDR.


Le vendredi 18 décembre à 15h, à l’ENS de Lyon, Laurent Gédéon, maître de conférences à l’Université catholique de Lyon, membre de l’Institut d’Asie Orientale, a soutenu son habilitation à diriger des recherches intitulée :

« Les rivalités en mer de Chine méridionale. Enjeux géopolitiques et géostratégiques entre la Chine, le Vietnam et les États-Unis ».


Jury composé de :

  • Guibourg Delamotte, Maître de Conférences (HDR), INALCO
  • Guy Faure, Directeur de Recherche CNRS (émérite), IRASIA
  • Fabienne Jagou, Maître de Conférences (HDR), Ecole Française d’extrême Orient
  • Pierre Journoud, Professeur des Universités, université Paul Valéry, Montpellier 3
  • Frédéric Lasserre, Professeur titulaire, université Laval, Québec
  • Yveline Lecler, Professeur des Universités émérite, Sciences Po Lyon

Le dossier d’habilitation qui comporte deux volumes s’intitule « Les rivalités en mer de Chine méridionale. Enjeux géopolitiques et géostratégiques entre la Chine, le Vietnam et les États-Unis ».

Le premier ou volume principal (272 p.) est axé sur la problématique des archipels Spratleys et Paracels, situés en mer de Chine méridionale et revendiqués simultanément par la République populaire de Chine et le Vietnam. La recherche a permis de valider l’hypothèse selon laquelle le Vietnam, s’il souhaite réaliser ses ambitions géostratégiques en mer de Chine méridionale, se trouve dans l’obligation d’intégrer une architecture géopolitique et sécuritaire régionale comprenant les États-Unis. Elle a également ouvert la voie à la définition d’un nouveau concept géopolitique de « géomaritimité ».

Le deuxième volume ou volume annexe (112 p.) propose un retour sur les travaux antérieurs ainsi qu’un recueil de quelques publications récentes. Ces travaux ont porté sur la communauté sino-vietnamienne (Hoa), le quartier de Cholon à Ho Chi Minh-Ville où elle se concentre et l’impact de sa présence sur les relations entre la Chine et le Vietnam. Une première partie de cette recherche a mis en lumière la persistance du rôle économique important des Hoa, en dépit de leur marginalisation temporaire pendant les années 1970-80 due à la réunification du Vietnam et la mise en place d’un nouveau modèle d’économie socialiste. Ces travaux ont ouvert la voie, dans une deuxième partie, à l’analyse des caractéristiques urbaines du quartier de Cholon et l’évolution du rôle joué par le canal (arroyo chinois) reliant ce quartier à la rivière Sai Gon. Cette recherche a mobilisé les outils offerts par les humanités numériques.

Photo « à la une » : Carte des revendications en mer de Chine méridionale. © CC Wikipédia

Vanessa Frangville : Travailler à partir de témoignages lorsque l’accès au terrain est impossible : le cas ouïghour

Annonce d’un séminaire de recherche de méthodologie. A ne pas manquer. PDF téléchargeable ci-après.

Pour en savoir plus : https://iett.univ-lyon3.fr/travailler-a-partir-de-temoignages-lorsque-lacces-au-terrain-est-impossible-le-cas-ouighour

Pierre-Emmanuel Bachelet : « Bateaux-pigeons, quartier japonais et cartes nautiques : réseaux marchands et relations interculturelles entre le Japon, le Đại Việt et le Champa (XVIe-XVIIIe siècles) »

Avis de la soutenance de thèse de Pierre-Emmanuel Bachelet.

« Bateaux-pigeons, quartier japonais et cartes nautiques : réseaux marchands et relations interculturelles entre le Japon, le Đại Việt et le Champa (XVIe-XVIIIe siècles) »,

Pierre-Emmanuel Bachelet

Thèse sous la direction de M. J-P. Bassino

Soutenance le vendredi 11 décembre 2020, à 9h.

Jury de thèse :

  • M. Jean-Pascal BASSINO, Professeur des Universités, ENS de Lyon
  • Mme Nadine BÉLIGAND, Maîtresse de conférences, Université Lyon 2
  • M. Leonard BLUSSÉ, Professeur émérite, Université de Leiden
  • M. Andrew HARDY, Directeur d’études, EFEO
  • M. François LACHAUD, Directeur d’études, EFEO
  • Mme Antonella ROMANO, Directrice d’études, EHESS              

La soutenance sera limitée au jury sur Zoom, mais sera diffusée en direct sur Youtube, ce qui permettra à toutes les personnes intéressées d’y assister. Vous pourrez y accéder au lien suivant : https://youtu.be/CPCheVKiPTc 


Résumé :

Cette thèse vise à analyser l’une des connexions majeures des mers de Chine à l’époque moderne : les relations entre le Japon, le Đại Việt et le Champa. A partir du milieu du XVIe siècle, l’impossibilité d’accéder au marché chinois pousse les marchands japonais à investir de plus en plus dans le commerce avec l’Asie du Sud-Est. Ils peuvent y échanger leur argent et leur cuivre contre de la soie et des produits tropicaux. Pour les Japonais, le Đại Việt présente des avantages décisifs : il accueille des marchands venus de Chine et est le seul pays de la région à produire lui-même de la soie. De plus, les autorités des deux pays partagent une conception similaire de l’étiquette et une instruction fondée sur les mêmes classiques. Le Champa, quant à lui, revêt une importance capitale auprès des autorités japonaises en tant que pourvoyeur de bois précieux. Ces relations connaissent une profonde restructuration au cours des années 1630, quand le shogunat interdit aux Japonais de quitter le pays, sans que cette connexion ne disparaisse. Par ailleurs, ces contacts avec le monde extérieur ont permis à une cartographie spécifiquement japonaise de se développer. Les cartes réalisées, si elles se fondent sur des modèles européens ou chinois, parviennent cependant à les réinventer et à les dépasser.

La proximité entre le Japon et le Đại Việt en a donc fait des partenaires privilégiés, ce qui a permis l’établissement de communautés japonaises dans les ports viêt. Ces résidents japonais y ont occupé une fonction centrale, celle d’intermédiation entre Européens et autorités viêt. L’objectif de ce travail de recherche est d’expliciter les fondements sur lesquels cette entente s’est nouée et d’analyser les réseaux multiethniques autour desquelles elle s’est construite, en recourant notamment à des modélisations informatiques.

Abstract :

This dissertation aims to analyse one of the major connections in the early modern China seas, the relations between Japan, Đại Việt and Champa. From the mid-16th century onwards, as they were unable to access the Chinese market, Japanese traders increasingly invested in trade with Southeast Asia, where they were able to exchange silver and copper against silk and tropical products. Đại Việt offered decisive advantages for the Japanese. Merchants coming for China went there to trade and it was the only country to produce silk on its own. Furthermore, the authorities in both countries shared a same vision of diplomacy and their instruction was based on the same classics. As for the Champa, it was of particular importance for the Japanese authorities as a supplier of precious woods. These relations underwent a thorough reorganisation in the 1630’s, when the shogunate prohibited the Japanese from leaving the country, but this connection remained strong. Besides, these contacts with the outside world enabled a specifically Japanese cartography to emerge. Although they were based on European or Chinese models, these maps succeeded in reinventing and going beyond these models.

The proximity between Japan and Đại Việt made them privileged partners and led to the settlement of Japanese communities in Viêt ports. These Japanese residents played a crucial role in these societies, as go-betweens between the European and Viêt authorities. The purpose of this research work is to demonstrate how this common understanding emerged, and to analyse the networks that shaped it, notably through computer modelling.


Illustration « à la une » : document de P-E. Bachelet © DR

Nguyễn Ngọc Châu : Sur le Caodaïsme vietnamien [2020]

Nous remercions M. Nguyễn Ngọc Châu pour l’autorisation de vous proposer sur Mémoires d’Indochine la mise à jour de sa monographie parue précédemment en 2017. Il y traite dans la globalité et dans le détail l’histoire de cette nouvelle religion typiquement vietnamienne née dans le delta du Mékong dans les années 1920.

Document téléchargeable.


Pour en savoir plus voir le site personnel de l’auteur : https://sites.google.com/view/nguyenngocchau/mes-articles

Illustration « à la une » : Temple caodaïste sur l’avenue Tran Hung Dao #1 © 2012 François Guillemot / Virtual Saigon

Mémoires d’Indochine – Synopsis 2012-2020

Vue d’ensemble des différents synopsis de ce séminaire de recherche que nous animons à l’ENS de Lyon depuis 2008 et sous le titre de « Mémoires d’Indochine » depuis 2012. Liens vers les synopsis sous la galerie.

Mémoires d’Indochine :

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

Séminaire dispensé à l’ENS de Lyon dans le cadre du Master ASIOC (Asie orientale contemporaine), 21 heures, en co-habilitation avec l’Institut d’Études Politiques de Lyon (Sciences Po Lyon).

2020 : Mémoires online : commémorations officielles et récits alternatifs. URL : https://indomemoires.hypotheses.org/36470

2019 : Décoloniser l’histoire de l’Indochine. URL : https://indomemoires.hypotheses.org/34474

2018 : Mémoires, récits de vie en situations. URL : https://indomemoires.hypotheses.org/28256

2017 : Récits de vie, histoire et littérature : connexions et déconnexions. URL : https://indomemoires.hypotheses.org/25508

2016 : Imaginaires nationaux : de l’empire colonial aux états-nations d’aujourd’hui. URL : https://indomemoires.hypotheses.org/23509

2015 : Paroles  « provoquées » et mémoires partagées. URL : https://indomemoires.hypotheses.org/19474

2014 : La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge. URL : https://indomemoires.hypotheses.org/15859

2013 : Regards internes sur la décolonisation et la guerre au Viêt-Nam, Laos et Cambodge. URL : https://indomemoires.hypotheses.org/10934

2012 : Regards internes sur la décolonisation et la guerre au Viêt-Nam, Laos et Cambodge. URL : https://indomemoires.hypotheses.org/152

Séminaire Décolonisations en péninsule indochinoise

Séminaire dispensé à l’ENS de Lyon dans le cadre du Master ASIOC (Asie orientale contemporaine), 21 heures, Institut d’Études Politiques de Lyon (Sciences Po Lyon), années universitaires : 2008-2009, 2009-2010, 2010-2011, 2011-2012.