Contre le darwinisme social : L’Effet-Darwin de Patrick Tort

[ndlr] A l’occasion de la mobilisation contre la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (loi en discussion), nous invitons nos lecteurs/lectrices à lire ce court billet de Lucien Derainne publié sur le carnet « Ébruiter les méthodes ».

L’appel à une recherche « darwinienne » – entendez compétitive et sélective – au cours des débats sur la loi de programmation pluriannuelle a fait réagir, ces derniers jours, aussi bien les chercheurs que le grand-public, grâce à l’écho que lui ont donné des journaux comme Le Monde ou Libération.

Je voudrai profiter de ces circonstances pour résumer un ouvrage que je viens de lire et qui mériterait d’être davantage connu en dehors des spécialistes d’histoire naturelle : L’Effet-Darwin de Patrick Tort. Quoique tous les ouvrages de cet auteur (historien des sciences, théoricien d’une approche matérialiste des discours) valent la peine d’être connus, la lecture de celui-ci est particulièrement salutaire pour déconstruire les justifications qui sont aujourd’hui apportées à la concurrence, dans l’économie comme dans la société.

Lire la suite : Ébruiter les méthodes, 22/01/2020.

Vous êtes Rat ou Souris ?

[ndlr] Petit mot d’humeur de notre ami érudit et poète Dông Phong Nguyên Tân Hung que nous remercions pour son autorisation de mise en ligne.

Pourquoi l’expression « Année de la Souris » nous paraît appropriée ?

En effet, dans pratiquement tous les médias occidentaux, c’est « l’Année du Rat ».

Or pour nous Asiatiques de culture sinisée, le rat est un animal maléfique, qui mange les récoltes et qui propage des maladies, tandis que la souris est pratiquement un animal … domestique.

Cela provient probablement de la mauvaise traduction (par qui ?) du caractère (shǔ en pin yin ou thử en sino-vietnamien), qui figure sur le zodiaque chinois. Ce caractère désigne les muridés, rat, souris, mulot, etc…

Depuis plusieurs mois, l’agence d’information officielle de la Chine publie une carte de vœux, avec beaucoup d’humour en montant Mickey, pour dire que c’est bien l’année de la Souris et non pas du Rat.

Mais peu de médias en tiennent compte.

Bonne année de la Souris !

Retrouver Dông Phong sur Terre Lointaine avec son Ouverture du pinceau de l’Année de la Souris 2020

Illustration « à la une » : Timbres chinois émis à l’occasion de l’Année de la… Souris 2020

L’Inalco fait son cinéma : « Untold Memories of Cambodia » – 30/01/2020

La mémoire du génocide vue du Cambodge.

L’Inalco fait son cinéma : « Untold Memories of Cambodia »

Date : Jeudi 30 janvier 2020 – 18:30 – 21:30

Lieu : Inalco, PLC (65, rue des Grands Moulins), Auditorium

En présence de la réalisatrice Anne Yvonne Guillou.

Intervenants : Michel Antelme et Alexandra De Mersan.

Documentaire écrit et réalisé par :

Anne Yvonne Guillou et Jean Mathis

Film de 49 mn en khmer et en anglais (voix off et sous-titrages).

Coproduction CNRS/CASE – PCRD/SEATIDE – ERC/Corpses of Mass Violence Programm – GIZ, 2017.

Description:

Au Cambodge, le gouvernement maoïste, révolutionnaire et totalitaire, du Kampuchea Démocratique est responsable d’environ 1,7 million de morts entre avril 1975 et janvier 1979. Depuis 2007, le Tribunal des Khmers Rouges juge à Phnom Penh les anciens dignitaires de Pol Pot. En guise de compensation, il propose aux victimes des pratiques mémorielles inspirées par le « devoir de mémoire » développé après la Seconde Guerre mondiale en Europe et une assistance psychologique. Autant de réparations qui confortent dans la presse et dans l’espace public mondialisés l’image d’un peuple cambodgien passif et traumatisé, incapable de se relever seul.

Pourtant, cela fait près de quarante ans que la société cambodgienne s’est redressée, essentiellement par ses propres moyens. Elle s’appuie sur son système religieux complexe dans lequel le bien-être des vivants dépend avant tout de celui des défunts et où le temps circulaire produit une mémoire doublée d’un oubli cyclique. Ce film, basé sur dix ans de recherche ethnographique dans la région de Pursat (ouest du Cambodge,- une région qui a particulièrement souffert du régime khmer rouge) montre comment fonctionne la mémoire collective khmère. Celle-ci, pour être essentiellement non-discursive et largement ignorée des « entrepreneurs de mémoire » occidentaux, n’en est pas moins très efficace pour conserver, à sa manière, le souvenir des événements et des défunts et pour permettre l’expression d’un passé douloureux dont la transmission aux enfants passe par leurs propres participations aux rituels.

Anne Yvonne Guillou est anthropologue, chercheuse au CNRS (Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative, CNRS-Université Paris Nanterre). Elle a une triple formation de sociologue, d’anthropologue et d’orientaliste. Elle a d’abord effectué des recherches en anthropologie de la maladie et de la médecine dans la diaspora cambodgienne en France (1985 à 1990) puis au Cambodge (à partir de 1990). Depuis une quinzaine d’années, elle travaille sur les processus de constructions des mémoires collectives, en particulier celles du régime khmer rouge, ainsi que sur le système religieux khmer. Ses enquêtes ethnographiques villageoises ont été menées en particulier – mais non exclusivement – dans la province de Pursat.

Source : INALCO

Xuân Thao Ninh : L’État du Viêt-Nam dans ses rapports avec la France (1949-1955) – Thèse

Une nouvelle thèse sur l’histoire de l’État du Viêt-Nam, contribution à une histoire délaissée depuis les années cinquante. Soutenue le 12 novembre 2019. Résumé de couverture.

Affiche de propagande de l’État du Viêt-Nam, la construction d’un État indépendant associé à la France dans le contexte de la Guerre froide © DR

L’État du Vietnam dans ses rapports avec la France (1949-1955). Une autre voie pour l’indépendance du Vietnam

« L’État du Viêt-Nam » reste encore un sujet controversé figurant parmi « les zones d’ombres » de l’histoire contemporaine du Viêt-Nam. Après l’échec des négociations de 1946, le gouvernement de Hồ Chí Minh choisit la guerre contre les Français, pour l’indépendance du pays. Bảo Đại et ses partisans nationalistes et pro-français s’orientent vers une voie pacifique et une indépendance progressive. Par les accords du 8 mars 1949 naît « l’État du Viêt-Nam » dirigé par son chef Bảo Đại. Il s’agit d’un État associé à la France au sein de l’Union française. De mars 1949 à octobre 1955, six présidents du Conseil (Bảo Đại, Nguyễn Phan Long, Trần Văn Hữu, Nguyễn Văn Tâm, Bửu Lộc, Ngô Đình Diệm) dirigent dix cabinets ministériels pour construire un État nationaliste non-communiste, en pleine guerre d’Indochine et de la guerre froide. L’existence de l’État du Viêt-Nam permet le développement du nationalisme vietnamien qui donne naissance à la République du Viêt-Nam en octobre 1955.

Tưởng niệm 46 năm Hải chiến Hoàng Sa

[ndlr] Au Viêt-Nam, la mémoire de certains faits militaires reste interdite : 46 ans après la bataille des Paracels contre la Chine communiste, la commémoration du sacrifice des 74 (ou 75) marins sud-vietnamiens se déroulent dans la sphère privée et sous le contrôle de la police politique.

Sur la vidéo, autel dédié au Capitaine de vaisseau Nguy Van Tha décédé lors de la bataille des Paracels le 19 janvier 1974.