Ecrire l’histoire du Vietnam sous la colonisation : l’avènement d’un nouveau récit national ?

[ndlr] Résumé de notre intervention du 16 mai 2019 au colloque du labex TransferS à l’ENS : Un portail entre les cultures de la littérature aux sciences humaines franco-vietnamiennes.

Dès les premières années de la colonisation du Viêt-Nam par la France de nombreux auteurs français (parmi les plus importants : Antonini, Aurousseau, Boudet, Briffaut, Cadière, Dumoutier, Folliot, Gaspardone, Gosselin, Gourou, Launay, Lemire, Luro, Maspéro, Maybon, Parmentier, Pasquier, Patris, Perreaux, Pouvourville, Rouyer, Schreiner…) se sont intéressés à l’histoire multimillénaire de cette nation subjuguée. Ils ont produit des connaissances précieuses sur l’histoire et la culture de ce pays. Très rapidement, des Vietnamiens se sont réapproprié l’histoire de leur pays en éditant des manuels et des précis d’histoire pour les écoles annamites. En effet, en 1875-1877, Truong Vinh Ky publie un Cours d’histoire annamite à l’usage des écoles de la Basse-Cochinchine en deux volumes. Il inaugure un premier basculement de l’étude de la langue et de la grammaire vers l’histoire.

Dans quelle mesure ces auteurs ont-ils pu ou tenté de proposer dans leurs ouvrages et leurs enseignements un nouveau récit national ? Comment ce récit s’articule-t-il à la colonisation française ? Comment et pourquoi cette réappropriation fut-elle envisagée ? Quelles en sont ses spécificités ? Dans quelles langues s’expriment ces auteurs ? Telles sont les quelques questions que nous aborderons à travers les essais et manuels renommés de Truong Vinh Ky, Duong Quang Ham, Hoang Cao Khai, Pham Quynh et de Tran Trong Kim ou d’autres auteurs de moindre envergure (comme Bui Dinh San, Chau Kim Dang, Do Dinh Nghiem, Pham Dinh Dien, Tran Van Thuoc, Vu Nhu Lam…). A cette histoire officielle développée sous la colonisation, nous verrons quel autre récit historique est porté par les lettrés en lutte pour l’indépendance (Phan Boi Chau au Japon et en Chine, Phan Van Truong, Nguyen An Ninh en France…).

Quatre points seront abordés à l’occasion de ce survol historiographique : la co-construction d’un savoir, le sens pluriel du récit historique, les interactions avec les récits non autorisés et l’avènement d’une histoire postcoloniale nationaliste. Notre propos s’appuiera sur une base documentaire en ligne dans le cadre du projet D-Up développé par l’Institut d’Asie Orientale à Lyon.

Outre les manuels cités, quelques références bibliographiques liées à cette recherche :

  • Bezançon, Pascale, Une colonisation éducatrice ? L’expérience indochinoise (1860-1945), Paris, L’Harmattan, coll. Recherches asiatiques, 2002.
  • Bui Xuan Bao, Le roman vietnamien contemporain. Tendances et évolution du roman vietnamien contemporain, 1925-1945, Saigon, Tu Sach Nhân Van Xa Hôi, 1972.
  • Certeau, Michel de, L’écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, Folio Histoire 115, 2002 (éd. originale en 1975).
  • Dartigues, Laurent, Histoire d’une rencontre ratée et histoire à parts inégales. Essai sur le discours orientaliste à propos du Viêt Nam 1860-1940, sl, sn, version auteur corrigée et augmentée, 2012.
  • Dulucq, Sophie et Zytnicki, Colette, Décoloniser l’histoire ? De « l’histoire coloniale » aux histoires nationales en Amérique latine et en Afrique XIXe et XXe siècles, Saint Denis, Publications de la Société Française d’Histoire d’Outre-mer, 2003.
  • Durand, Maurice M., et Nguyen Tran-Huan, Introduction à la littérature vietnamienne, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose, coll. Unesco, 1969.
  • Goscha, Christopher, Indochine ou Vietnam ?, Paris, Vendémiaire, coll. Chroniques, 2015.
  • Goscha, Christopher, The Penguin History of Modern Vietnam, London, Penguin Random House, Allen Lane, 2016.
  • Larcher, Agathe, La légitimation française en Indochine. Mythes et réalités de la « collaboration franco-vietnamienne » et du réformisme colonial (1905-1945), thèse de doctorat, Lettres, sciences humaines et sociales, Université Paris 7, 2000.
  • Lê Thu Hang, Transferts culturels et contrôle de l’imprimé pendant la colonisation française au Viêt-Nam (1862-1945), Thèse de doctorat, Histoire contemporaine, Université Saint-Quentin en Yvelines, 2010, 2vol.
  • Lê Van Ba, Giao su Duong Quang Ham, Ha Noi, NXB Dai Hoc Quôc Gia Ha Noi, 2000.
  • Lê Van Siêu, Van hoc su thoi khang Phap (1858-1945), Saigon, Tri Dang, 1974.
  • Lê Xuân Phan, L’enseignement au Viêt-Nam pendant la période coloniale, 1862-1945. La formation des intellectuels vietnamiens, thèse de doctorat d’histoire, Université Lumière Lyon 2, 2018.
  • Marr, David G., Vietnamese Tradition on Trial, 1920-1945, Berkeley, University of California Press, 1981.
  • McHale, Shawn, Print and Power. Confucianism, Communism, and Buddhism in the Making of Modern Vietnam, Honolulu, University oh Hawai’i Press, coll. Southeast Asia Politics, Meaning and Memory, 2004.
  • Nguyên Thê Anh, Viêt-Nam, un voyage dans son histoire, Paris, Éditions de La Frémillerie, 2009.
  • Nguyen Thuy Phuong, L’école française au Vietnam de 1945 à 1975 : de la mission civilisatrice à la diplomatie culturelle, Amiens, Encrage, 2017.
  • Trinh Van Thao, L’école française en Indochine, Paris, Karthala, coll. Hommes et sociétés, 1995.
  • Trinh Van Thao, Vietnam : du confucianisme au communisme un essai d’itinéraire intellectuel, Paris, L’Harmattan, coll. Logiques sociales, 2008.
  • Trinh Van Thao et Nguyen Phuong Ngoc (dir.), Les « passeurs ». Portrait de groupe d’intellectuels vietnamiens dans le siècle franco-vietnamien (1858-1954), Moussons, n°24, 2014.
  • Veyne, Paul, Comment on écrit l’histoire suivi de Foucault révolutionne l’histoire, Paris, Editions du Seuil, Points Histoire, H40, 1979.
  • Vu Ngoc Phan, Nha van hien dai, Hanoi, Vinh Thinh, 1951, 2 vol. (réédité à Saigon, Thang Long, 1960, vol.)
  • Vũ Văn Sạch, Vũ Thị Minh Hương, Philippe Papin (dir.), Van tho Dông Kinh Nghia Thuc / Prose et poésies du Đông Kinh Nghĩa Thục, Hanoi, NXB Van Hoa – Archives nationales du Vietnam – EFEO, 1997.

François Guillemot, IR CNRS, IAO, MàJ 18/05/2019