Réforme du Bac : L’avenir des langues rares (vietnamien, cambodgien, coréen…)

[ndlr] A l’initiative de Cô Mai, ancienne enseignante de vietnamien au Lycée Louis-le-Grand, une pétition adressée à M. Jean-Michel Blanquer, Ministre de l’Éducation nationale et de la jeunesse est en ligne sur Change.org. Argumentaire ci-dessous. N’hésitez pas à l’encourager !

Nouvelle réforme du Baccalauréat 2021 : nous demandons qu’il y ait équité pour tous les candidats choisissant une « langue rare » au Bac (arménien, cambodgien, coréen danois, finnois, grec moderne, hébreu, néerlandais, norvégien, persan, polonais, suédois, turc et vietnamien).

Depuis toujours, les candidats scolaires “libres” pour les “langues rares” ont la possibilité de s’inscrire en Octobre (de l’année de Terminale) pour passer une épreuve écrite finale en Mars pour la langue facultative et en Juin pour les langues obligatoires.

Avec la réforme du Bac actuelle, les langues rares sont toujours conservées dans la liste des langues pouvant être choisies comme LVA et LVB (1ère et 2ème Langue) ou LVC (3ème langue optionnelle).

Cependant, les modalités d’obtention du Bac 2021 ont été modifiées : la notation est divisée entre la formation continue et une épreuve finale. Les candidats au Bac, désirant choisir une langue rare, ont l’obligation de s’inscrire dès l’année de 1ère en LVA et LVB, et doivent impérativement suivre cet enseignement au sein de leur établissement scolaire. Toutefois, Ces enseignements sont très rarement dispensés au sein des établissements de l’Education Nationale. Seront de ce fait pénalisés tous les élèves inscrits dans un établissement scolaire ne proposant pas la langue rare de leur choix.

Nous demandons qu’il y ait équité pour tous les candidats au Bac en :

  • 1/ assouplissant les modalités d’inscription aux Bac sur ces langues pour permettre aux élèves de les choisir en épreuve finale.
  • 2/ offrant plus de structures d’enseignement de langues rares sur le territoire français.

Soutenez notre cause ! 

Mme NGUYEN – TON NU Hoang Mai

Professeure de Français Langue Étrangère (FLE) au Lycée La Fontaine – 75016 Paris
Professeure de Vietnamien au Lycée Emily Brontë – 77185 Lognes

Vietnam War left a painful legacy for indigenous minority that fought alongside U.S.

[ndlr] Signalement d’un reportage de Charles Dunst sur un sujet peu évoqué. L’engagement de membres de minorités ethniques au côté des Américains pendant la guerre du Viêt-Nam.

Here in the windswept, rolling hills of central Vietnam, there are many reminders of the war that ended four decades ago.

Two Soviet-made tanks sit in the village of Dak To as monuments to the men who died retaking the region from U.S.-backed South Vietnam in 1972. The flag of the communist Viet Cong guerrillas is painted on roadside walls. Undiscovered land mines remain a hazard.

But for the indigenous minority that Vietnam’s French colonizers named the Montagnards, or “mountain people,” the legacy of the war is especially painful.

They fought alongside the Americans and continue to be regarded as enemies by the Vietnamese government, which routinely subjects them to surveillance, arbitrary arrest, land seizures and other abuses that have been documented by human rights groups.

“Hanoi’s perspective on the Montagnards seems fixed in a Vietnam War-era past,” said Phil Robertson, deputy director of Human Rights Watch’s Asia division. “Ever since the war ended in 1975, the Montagnards have faced systematic harassment, intrusive surveillance and persecution.”

Lire la suite : Los Angeles Times, 21/05/2019.

Image “à la une” : Dim, right, is a Montagnard who fought alongside U.S. Army special forces in the Vietnam War. Chuh A., left, is the son of a Montagnard veteran and was deported from the U.S. in 2017 © Charles Dunst / For The Times.

George Black: Fifty Years After, A Daunting Cleanup of Vietnam’s Toxic Legacy

[ndlr] Signalement d’un article intéressant sur les ravages de l’Agent Orange et la décontamination.

From 1962 to 1971, the American military sprayed vast areas of Vietnam with Agent Orange, leaving dioxin contamination that has severely affected the health of three generations of Vietnamese. Now, the U.S. and Vietnamese governments have joined together in a massive cleanup project.

In the thriving industrial city of Bien Hoa, about 20 miles east of Ho Chi Minh City, the former Saigon, there is a large air base, just beyond a sweeping bend in the Dong Nai River. During the American war in Vietnam, it was said to be the busiest airport in the world. Since the war ended in 1975, a dense cluster of four residential neighborhoods has grown up around the base. Their total population is perhaps 111,000, while the base itself, now home to advanced long-range fighter-bombers of the Vietnam People’s Air Force, has another 1,200 permanent residents.

A small drainage canal, no more than 8 or 10 feet wide, snakes its way from the west end of the runway — an area known as Pacer Ivy — for half a mile or so through one of these densely packed neighborhoods, which is called Buu Long. On a sweltering afternoon last month, toward the end of the dry season, the canal was no more than a stagnant greenish-brown murk strewn with garbage and choked in places with water hyacinths. Nonetheless, a middle-aged woman who introduced herself as Mrs. Mai was washing her hands and feet in the filthy water. Nearby, a fisherman was sitting on a low cement wall near the mouth of the canal. Nothing was biting.

The problem for Buu Long, however, is what couldn’t be seen. The canal is heavily contaminated with the most toxic substance ever created by humans: dioxin, the unintended byproduct of the defoliant known as Agent Orange, for the color-coded band on the 55-gallon barrels in which it was stored before being loaded onto the lumbering C-123 aircraft at the Bien Hoa base and sprayed over vast areas of Vietnam. During the U.S. Air Force campaign known as Operation Ranch Hand, Agent Orange was used to strip bare the coastal mangroves of the Mekong Delta and the dense triple-canopy forests that concealed enemy fighters and supply lines.

Lire la suite : Yale Environment 360, 13/05/2019.

Voir également sur le même sujet (articles signalés par Greg Nagle
PhD Forest and  watershed science, Hanoi) :

Illustration “à la une” : A Vietnamese soldier next to a hazardous warning sign for dioxin contamination at Bien Hoa air base last October © Kham/AFP/Getty Images

Asian Puppetry: Traditions and Transitions

[ndlr] Appel à contributions pour le JOSA.

JOSA : Journal of the Oriental Society of Australia Vol. 51 


Asian Puppetry: Traditions and Transitions

Deadline: September 30, 2019

JOSA: Journal of the Oriental Society of Australia announces a themed issue (vol. 51) focusing on puppetry in Asia or in Asian diaspora. The issue invites work on historical or contemporary, traditional or experimental forms of puppetry. The journal welcomes any approach or discipline, including social, material, narrative, musicological, anthropological, or gender studies approaches. Papers on less well-known or little-researched practices or troupes will be given special consideration.   

Please submit inquiries or papers of 50008000 words and Chicago style to JOSA (josaeditor@sydney.edu.au) and the guest editor, Dr. Josh Stenberg (josh.stenberg@sydney.edu.au). 

JOSA is the peer-reviewed publication of the Oriental Society of Australia, and has been published continuously from 1960. It is the oldest journal on Asia currently published in Australia.Contact Info: 

JOSA editor (josaeditor@sydney.edu.au) and the guest editor, Dr. Josh Stenberg (josh.stenberg@sydney.edu.au). Contact Email: josh.stenberg@sydney.edu.au

Les 9 vies du théâtre de Saigon – SHD – 21 mai 2019

[ndlr] Résumé succinct de notre intervention au Service Historique de la Défense dans le cadre de la journée d’étude “Saigon, témoin de l’histoire à travers les archives”.

Depuis sa construction en 1898, le théâtre de la ville de Saigon a épousé les soubresauts politiques et sociaux de la ville. Ce récit visuel propose une pérégrination commentée des principaux moments clés de ce monument emblématique en contexte colonial et postcolonial. A travers 9 périodes historiques identifiées, nous interrogerons les différentes destinations de ce lieu à la fois acteur et témoin de l’histoire de la ville. Intérieur, extérieur, dedans, dehors, autour, au-dessus… nous verrons comment la centralité de ce bâtiment lui a conféré une place privilégiée pour appréhender l’évolution politique, sociale ou culturelle du Saigon colonial à la mégapole d’aujourd’hui.

Notre communication s’appuiera sur la documentation photographique présente sur le portail Virtual Saigon, entrée Saigon Opera House.

François Guillemot, IR CNRS, IAO, ENSL.

Image “à la une” : Saigon beats Nixon’ announcement on U.S. troop withdrawals, sur Virtual Saigon © DR

Saigon, témoin de l’histoire à travers les archives – SHD – mardi 21 mai 2019

[ndlr] Une journée d’étude co-organisée par le Service Historique de la Défense à Vincennes et l’Institut d’Asie Orientale à Lyon. A ne pas manquer.

Journée d’étude

Saïgon, témoin de l’histoire à travers les archives

Mardi 21 mai au Château de Vincennes, Pavillon de la Reine.

Poumon économique du Viêt-Nam, véritable pôle d’attractivité en Asie du Sud-Est, Hô Chi Minh-ville, anciennement Saigon, a été fondée il y a 320 ans par un seigneur local, membre de la dernière dynastie des Nguyên. Identifié par les missionnaires, ce petit port de pêcheurs fut conquis par les Français le 17 février 1859. L’importance stratégique du lieu, à la fois maritime, militaire et économique, apparut clairement aux marins. Tour à tour, les amiraux-gouverneurs s’attachèrent à en faire une ville coloniale moderne. Dynamisme économique, modernité urbaine, émergence d’un espace public franco-vietnamien vont constituer pendant des décennies l’essence même de cette ville.

À travers une histoire riche en rebondissements au cours du XXème siècle, Saigon présente de nombreuses facettes inédites qu’il convient de mettre à jour et d’analyser.

Grâce aux archives, les chercheurs redécouvrent aujourd’hui celle que l’on nommait autrefois « la perle de l’Extrême Orient » et mesurent à la fois l’évolution et l’expansion de la ville, d’une situation coloniale à la cité-province actuelle. Pour suivre pas à pas ces transformations sociales, politiques, économiques, une très riche documentation est désormais disponible principalement en France, au Viêt-Nam et aux États-Unis. Ces sources constituent en effet le matériau de base pour entreprendre une recherche historique, géographique et plus largement en sciences sociales. Archives administratives, dessins, plans et cartes, photothèque, images fixes ou animées, institutionnelles ou privées, elles sont nombreuses et souvent dispersées. Elles constitueront le cœur de cette journée d’étude sur Saigon.

Programme en ligne (PDF)

Inscription auprès de clotilde.sablon-du-corail@intradef.gouv.fr

Ecrire l’histoire du Vietnam sous la colonisation : l’avènement d’un nouveau récit national ?

[ndlr] Résumé de notre intervention du 16 mai 2019 au colloque du labex TransferS à l’ENS : Un portail entre les cultures de la littérature aux sciences humaines franco-vietnamiennes.

Dès les premières années de la colonisation du Viêt-Nam par la France de nombreux auteurs français (parmi les plus importants : Antonini, Aurousseau, Boudet, Briffaut, Cadière, Dumoutier, Folliot, Gaspardone, Gosselin, Gourou, Launay, Lemire, Luro, Maspéro, Maybon, Parmentier, Pasquier, Patris, Perreaux, Pouvourville, Rouyer, Schreiner…) se sont intéressés à l’histoire multimillénaire de cette nation subjuguée. Ils ont produit des connaissances précieuses sur l’histoire et la culture de ce pays. Très rapidement, des Vietnamiens se sont réapproprié l’histoire de leur pays en éditant des manuels et des précis d’histoire pour les écoles annamites. En effet, en 1875-1877, Truong Vinh Ky publie un Cours d’histoire annamite à l’usage des écoles de la Basse-Cochinchine en deux volumes. Il inaugure un premier basculement de l’étude de la langue et de la grammaire vers l’histoire.

Dans quelle mesure ces auteurs ont-ils pu ou tenté de proposer dans leurs ouvrages et leurs enseignements un nouveau récit national ? Comment ce récit s’articule-t-il à la colonisation française ? Comment et pourquoi cette réappropriation fut-elle envisagée ? Quelles en sont ses spécificités ? Dans quelles langues s’expriment ces auteurs ? Telles sont les quelques questions que nous aborderons à travers les essais et manuels renommés de Truong Vinh Ky, Duong Quang Ham, Hoang Cao Khai, Pham Quynh et de Tran Trong Kim ou d’autres auteurs de moindre envergure (comme Bui Dinh San, Chau Kim Dang, Do Dinh Nghiem, Pham Dinh Dien, Tran Van Thuoc, Vu Nhu Lam…). A cette histoire officielle développée sous la colonisation, nous verrons quel autre récit historique est porté par les lettrés en lutte pour l’indépendance (Phan Boi Chau au Japon et en Chine, Phan Van Truong, Nguyen An Ninh en France…).

Quatre points seront abordés à l’occasion de ce survol historiographique : la co-construction d’un savoir, le sens pluriel du récit historique, les interactions avec les récits non autorisés et l’avènement d’une histoire postcoloniale nationaliste. Notre propos s’appuiera sur une base documentaire en ligne dans le cadre du projet D-Up développé par l’Institut d’Asie Orientale à Lyon.

Outre les manuels cités, quelques références bibliographiques liées à cette recherche :

  • Bezançon, Pascale, Une colonisation éducatrice ? L’expérience indochinoise (1860-1945), Paris, L’Harmattan, coll. Recherches asiatiques, 2002.
  • Bui Xuan Bao, Le roman vietnamien contemporain. Tendances et évolution du roman vietnamien contemporain, 1925-1945, Saigon, Tu Sach Nhân Van Xa Hôi, 1972.
  • Certeau, Michel de, L’écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, Folio Histoire 115, 2002 (éd. originale en 1975).
  • Dartigues, Laurent, Histoire d’une rencontre ratée et histoire à parts inégales. Essai sur le discours orientaliste à propos du Viêt Nam 1860-1940, sl, sn, version auteur corrigée et augmentée, 2012.
  • Dulucq, Sophie et Zytnicki, Colette, Décoloniser l’histoire ? De “l’histoire coloniale” aux histoires nationales en Amérique latine et en Afrique XIXe et XXe siècles, Saint Denis, Publications de la Société Française d’Histoire d’Outre-mer, 2003.
  • Durand, Maurice M., et Nguyen Tran-Huan, Introduction à la littérature vietnamienne, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose, coll. Unesco, 1969.
  • Goscha, Christopher, Indochine ou Vietnam ?, Paris, Vendémiaire, coll. Chroniques, 2015.
  • Goscha, Christopher, The Penguin History of Modern Vietnam, London, Penguin Random House, Allen Lane, 2016.
  • Larcher, Agathe, La légitimation française en Indochine. Mythes et réalités de la “collaboration franco-vietnamienne” et du réformisme colonial (1905-1945), thèse de doctorat, Lettres, sciences humaines et sociales, Université Paris 7, 2000.
  • Lê Thu Hang, Transferts culturels et contrôle de l’imprimé pendant la colonisation française au Viêt-Nam (1862-1945), Thèse de doctorat, Histoire contemporaine, Université Saint-Quentin en Yvelines, 2010, 2vol.
  • Lê Van Ba, Giao su Duong Quang Ham, Ha Noi, NXB Dai Hoc Quôc Gia Ha Noi, 2000.
  • Lê Van Siêu, Van hoc su thoi khang Phap (1858-1945), Saigon, Tri Dang, 1974.
  • Lê Xuân Phan, L’enseignement au Viêt-Nam pendant la période coloniale, 1862-1945. La formation des intellectuels vietnamiens, thèse de doctorat d’histoire, Université Lumière Lyon 2, 2018.
  • Marr, David G., Vietnamese Tradition on Trial, 1920-1945, Berkeley, University of California Press, 1981.
  • McHale, Shawn, Print and Power. Confucianism, Communism, and Buddhism in the Making of Modern Vietnam, Honolulu, University oh Hawai’i Press, coll. Southeast Asia Politics, Meaning and Memory, 2004.
  • Nguyên Thê Anh, Viêt-Nam, un voyage dans son histoire, Paris, Éditions de La Frémillerie, 2009.
  • Nguyen Thuy Phuong, L’école française au Vietnam de 1945 à 1975 : de la mission civilisatrice à la diplomatie culturelle, Amiens, Encrage, 2017.
  • Trinh Van Thao, L’école française en Indochine, Paris, Karthala, coll. Hommes et sociétés, 1995.
  • Trinh Van Thao, Vietnam : du confucianisme au communisme un essai d’itinéraire intellectuel, Paris, L’Harmattan, coll. Logiques sociales, 2008.
  • Trinh Van Thao et Nguyen Phuong Ngoc (dir.), Les “passeurs”. Portrait de groupe d’intellectuels vietnamiens dans le siècle franco-vietnamien (1858-1954), Moussons, n°24, 2014.
  • Veyne, Paul, Comment on écrit l’histoire suivi de Foucault révolutionne l’histoire, Paris, Editions du Seuil, Points Histoire, H40, 1979.
  • Vu Ngoc Phan, Nha van hien dai, Hanoi, Vinh Thinh, 1951, 2 vol. (réédité à Saigon, Thang Long, 1960, vol.)
  • Vũ Văn Sạch, Vũ Thị Minh Hương, Philippe Papin (dir.), Van tho Dông Kinh Nghia Thuc / Prose et poésies du Đông Kinh Nghĩa Thục, Hanoi, NXB Van Hoa – Archives nationales du Vietnam – EFEO, 1997.

François Guillemot, IR CNRS, IAO, MàJ 18/05/2019