Philippe Le Failler : Les pétroglyphes de Sapa, province de Lào Cai, Vietnam – IAO, 12 avril 2019

Au programme du séminaire de recherche de l’Institut d’Asie Orientale. A ne pas manquer.

Vendredi 12 avril 2019

Salle de réunion de l’IAO (D4.070), de 14h à 15h30

Philippe Le Failler

“Les pétroglyphes de Sapa, province de Lào Cai, Vietnam. Comment déchiffrer la figuration d’un espace agraire en milieu montagnard”

Résumé : Sur les versants de la vallée de Mường Hoa, en contrebas de Sapa, se trouvent nombre de pétroglyphes. Une partie d’entre eux sont assimilables à de la cartographie gravée. La caractéristique des gravures tient à une représentation anthropisée du paysage avec une figuration des rizières, un parcellaires des cultures, des réseaux viaires et hydrauliques, ainsi que des implantations humaines. Cette cartographie sur roche de l’espace agro-montagnard n’a pas d’équivalent en Asie du Sud-Est. Elle dévoile les modes d’implantation humaine sédentaire (ou non) et d’exploitation du milieu, mais aussi les caractéristiques des hameaux et villages, autant d’éléments qui peuvent nous permettre d’en saisir l’état démographique, économique et social.

Philippe Le Failler est historien du Vietnam moderne et contemporain, maître de conférences de l’EFEO (IRASIA) ; il enseigne à Aix – Marseille Université. 

Source : Institut d’Asie Orientale

Benoît de Tréglodé : Frontière rouge. Les origines intellectuelles du communisme vietnamien – ENS Ulm, 12 avril 2019

Le séminaire France-Vietnam : un portail entre les cultures, organisé par Nguyen Giang Huong de la BnF en partenariat avec le labex TransferS, est consacré aux recherches récentes sur les échanges culturels entre la France et le Vietnam. Il se tient un vendredi par mois à l’École normale supérieure, Paris. Prochaine séance :

Vendredi 12 avril 2019, de 16h à 18h
Salle Langevin (ENS, bâtiment Jaurès – entrée du public par le 24 rue Lhomond, 75005 Paris)

Frontière rouge. Les origines intellectuelles du communisme vietnamien (1937-1952), par Benoît DE TRÉGLODÉ, IRSEM

La biographie d’écrivains au Vietnam dans la première moitié du XXe siècle, par NÔNG Thị Quỳnh Trâm, Université Aix-Marseille

———
Entrée libre dans la mesure des places disponible
Merci de vous munir d’une pièce d’identité pour l’accès à l’ENS.

Source : France-Vietnam : un portail entre les cultures 2018-2019

Lý Tống, disparition de “l’Aigle Noir” (1945-2019)

La communauté vietnamienne exilée évoque la disparition de l’aviateur Lý Tống, alias Aigle Noir, son héros anticommuniste surnommé “le James Bond vietnamien”. Nous avions consacré quelques pages sur les actions de subversion de Ly Tong dans notre mémoire de maîtrise et nous l’avions rencontré à Montréal en 1999. Lire le parcours de ce personnage téméraire et haut en couleurs dans les articles ci-après.

Hoài Hương, “Lý Tống, ‘James Bond Việt Nam,’ qua đời ở tuổi 73”, VOA, 07/04/2019.

“Lý Tống, người hùng cướp máy bay để chống chủ nghĩa cộng sản, từ trần”, RFA Vietnam, 08/09/2019.

Phụng Linh Gửi đến BBC từ Nam California, “Lý Tống, phi công Ó Đen của VNCH qua đời”, Hai Ngoai Phiem Dam, 06/04/2019. Orange County Register có bài “Ly Tong is a hero, symbol, renegade”, và còn nhiều bài khác nữa. Cũng không thiếu người cho Tống là kẻ ngông cuồng, nhưng điều ai cũng đồng ý là không mấy ai quyết lòng theo đuổi tưởng chống Cộng đến cùng như ông.

“Anh hung Ly Tong qua doi,” Thoi Bao The Vietnamese Newspaper, 07/04/2019.

“Lý Tống ! Anh Là Ai ? Một Thời Oanh Liệt”, Tin Hôm Nay, 22/05/2012. Récapitulatif.

Ly Tong, South Vietnamese Legend Who Hijacked Planes to Fight Communism, Dies at 74

Ly Tong, a South Vietnamese Air Force veteran who dropped anti-Communist leaflets over Vietnam from hijacked planes long after the war’s end, playing out the fantasies of many defeated soldiers of the south, died on Saturday in San Diego. He was 74. His family said the cause of death was lung disease. A man who never accepted defeat, Mr. Ly Tong considered it his personal mission to take back his country from the Communists, who have ruled it since winning the Vietnam War in 1975.

“I have the duty to liberate my country!” he exclaimed in an interview more than 30 years later. “You cannot enjoy yourself when your whole country is in pain, in torture.”

Mr. Ly Tong became a hero to many Vietnamese refugees in 1992, when he hijacked a commercial airliner after takeoff from Bangkok, ordered the pilot to fly low over Ho Chi Minh City — known as Saigon, South Vietnam’s capital, before the Communist victory — and dumped thousands of leaflets calling for a popular uprising. He then strapped on a parachute and followed the leaflets down to certain capture. He was released six years later in an amnesty and returned to the United States, where he had become a citizen after the war.

In 2000, under the guise of taking flying lessons in Thailand, Mr. Ly Tong made a second trip over Ho Chi Minh City, sending down a new cascade of leaflets, which he had signed “Global Alliance for the Total Uprising Against Communists.” He was arrested on his return to Thailand and spent six years in prison for hijacking. He was not armed, and no one was hurt on either of his flights. “The only thing that matters is the Communists still control my country,” he shouted through a double screen of wire mesh during an interview at Bangkok’s central jail. “I’m a pilot. This is what I can do.” He timed his second flight to coincide with President Bill Clinton’s historic visit to Vietnam, the first by an American president since the end of the war. Soon after Mr. Ly Tong scattered his leaflets, Mr. Clinton was in Hanoi, the capital, where he delivered a very different message: “The history we leave behind is painful and hard. We must not forget it, but we must not be controlled by it.”

As the years passed and a new generation of Vietnamese-Americans accepted the unsentimental facts of history, the veterans’ fantasies of liberation became relics of that distant war. But at the end of his life, it became clear that the legend of Mr. Ly Tong — who proved time and again his loyalty to a country that no longer existed — still compelled devotion. As word spread that his health was failing, visitors converged on his hospital room in San Diego — as many as 200 people on one recent weekend.

Écouter la suite sur : YouTube

Welfare for Migrant Factory Workers in China and Vietnam Faculty of Sociology, Bielefeld University – ERC

Annonce de recrutement de deux jeunes docteur.es
dans le cadre d’un projet de recherche financé par l’ERC.

2 Phd-plus positions available in ERC-funded research project

Welfare for Migrant Factory Workers in China and Vietnam

Faculty of Sociology, Bielefeld University

We are recruiting 2 Phd-plus positions for the European Research Council (ERC) funded project Welfare for Migrant Factory Workers in China and Vietnam led by Minh Nguyen, Professor of Social Anthropology. This is a 5-year research project (2019-2024) that comparatively examines the moral dynamics of welfare transformations in China and Vietnam through the case of migrant workers employed by global factories. The project will take into account how these dynamics play out both in policy processes and in the lives of the workers and their families, through comparative social policy analysis (1 post-doc researcher) and ethnography (2 PhD researchers).

The two PhD researchers will each conduct an ethnographic study of migrant factory workers’ welfare, one in China and one in Vietnam. Upon successful completion of the PhD, there is possibility to be employed as post-doc researchers until the end of the project (hence PhD-plus).

Applicants should have research proposals that suit the objectives and approaches of the project. These are available at the project’s website, which is still under construction but carries essential information: http://www.uni-bielefeld.de/soz/welfarestruggles/index.html.

Application deadline: May 2nd.

The appointment will start as soon as possible.  For more information on requirements, salary and benefits, and how to apply, please see the job advertisement

Here is a link to all the project’s job advertisements on H-Net: https://www.h-net.org/jobs/job_display.php?id=58466

Please direct inquiries to minh.nguyen@uni-bielefeld.de; applications should be sent to sekretariat.nguyen@uni-bielefeld.de

Youn Dae Yeong : conférences à l’INALCO – 18 et 19 avril 2019

Annonce de deux conférences à l’INALCO du chercheur coréen Youn Dae Yeong. Affiche ci-dessous.

Événement d’actualité scientifique en études vietnamiennes

18-19 avril 2019

La Section des Études vietnamiennes (UPD – Inalco) et l’IFRAE sont heureux de recevoir Youn Dae Yeong, historien de l’Université Sogang, qui prononcera deux conférences à l’Inalco :

1- « Entre Corée et Vietnam. Le rôle de Kim Yung-kun dans le développement des études asiatiques » (Jeudi 18 avril 2019. Salle 5.13. 11h30-12h30)

2- « Darwinisme social et modernisation. Le Vong Quốc Sử (L’histoire de la perte du Vietnam) de Phan Bội Châu et sa circulation en Asie » (Vendredi 19 avril 2019. Salle 5.13. 10h00-12h).

Illustration à la une : Phan Bội Châu, Việt Nam vong quốc sử (Saigon, Tao Dan, 1969).

Lê Huu Khoa : “Champs de discussion” en vietnamien – 2017

Poursuite de la mise en ligne des résumés des argumentaires du Professeur Lê Huu Khoa, publiés en 2017.

VÙNG KHẢ LUẬN
Lê Hữu Khóa

SỬ LUẬN (l’argumentation historique)

Paris, Anthropol-Asie, 2017, 93 p.

L’ouvrage tente de reconstituer une relation stable et durable entre l’argumentation historique qui valorise non seulement la mémoire collective, le souvenir communautaire mais aussi l’écriture nationale sur l’histoire du pays et son enseignement officiel dans le système éducatif public ; et l’argumentation affective d’un peuple envers ses héros nationaux où ce peuple peut effectivement vérifier les éthiques suivantes : trung (la loyauté), hiếu (la piété), dũng (le courage), trí (l’intelligence), chính (la droiture).

De la sociologie historique à la sociologie des interactions symboliques sur les œuvres des héros nationaux constitutives non seulement de l’identité nationale mais surtout de la dignité humaine où la fusion identité-dignité du peuple vietnamien rejette énergiquement et sans détour le PCV-Parti Communiste Vietnamien. Car ce PCV entre actuellement dans un lien de dépendance de plus en plus croissant avec le PCC- Parti Communiste chinois, pour sauver à tout prix son totalitarisme de parti unique. De la perte actuelle de l’intégrité territoriale face aux agressions permanentes de la Chine à la perte de l’indépendance nationale, le PCV est réprouvé par une nouvelle étiquette nationale hèn với giặc, ác với dân (minable face aux agresseurs, ignoble face au peuple), une parfaite double définition de la trahison contre les ancêtres, contre le peuple.

Ainsi par les réseaux sociaux, via internet, l’enquête de terrain découvre toute une reconstruction des vénérations des héros nationaux intraitables contre l’invasion chinoise. Le Vietnam a réussi à résister à 20 agressions chinoises sur 24 dans son histoire nationale. Ici, la sociologie des luttes populaires contre la dictature du parti unique, gérée par le PCV, rejoint la sociologie de l’enseignement collectif mais informel, communautaire mais latent de l’histoire nationale, actuellement pervertie par le PC dans son système éducatif officiel.

★ ★ ★

MỸ LUẬN (l’argumentation esthétique)

Paris, Anthropol-Asie, 2017, 123 p.

A partir de l’enquête sociologique en Europe et en Asie, sur la réception des œuvres d’art dans la culture européenne et dans la culture asiatique, l’ouvrage propose de séparer l’analyse en deux orientations distinctes, l’une est le jugement sur le beau où c’est beau ! reste un adjectif, et l’autre sur les jeux de définitions sur le beau qui se fixe comme un nom qui exige non seulement des critères, des normes, des règles, des codes dans un processus de l’argumentation sur l’esthétique dépassant le simple jugement instinctif. Ainsi, apparaissent d’abord des conceptions esthétiques mais aussi des visions éducatives qui déterminent la modélisation sur le beau par périodes, par tendances, par écoles… où le déterminisme culturel s’impose à la fois dans la tradition collective et dans la création individuelle.

L’enquête s’arrête sur le nu dans l’art occidental comme dans l’apprentissage des modèles en Europe, or le nu est complètement absent dans l’art chinois qui s’enracine avant tout sur le paysage. Chemin faisant, l’investigation sociologique s’oriente peu à peu vers l’art vietnamien bénéficiant de la double influence, européenne et chinoise, qui lui permet de créer de nombreux jeux d’ouverture dans la création.  De là le travail d’enquête s’arrête sur le constat de la guerre qui marque plusieurs générations d’artistes du XXème siècle dans ce pays.

Or, la situation actuelle apprend à l’enquêteur la nécessité d’approfondir les conditions artistiques de la création face au régime totalitaire du parti unique avec son contrôle, sa censure dans les démarches esthétiques du créateur, où la typologie des artistes offre des trajectoires sociales très diversifiées tant sur les comportements sociaux face au totalitarisme que sur le marché d’art actuel dans un contexte de mondialisation de plus en plus accéléré. Ici, écrivains ou poètes du sud du Vietnam ont été réprimés et emprisonnés de longues années dans les camps de rééducation après la victoire des communistes en 1975. Les peintres, eux, n’ont pas subi la même répression et se sont rapidement enrichis dès l’arrivée des touristes au pays.

Enfin, l’ouvrage entre réellement dans le parcours de la création où le beau se distingue aussi par le géant, le juste et le bon ; ainsi le géant peut être géré, le juste peut être jugé, le bon peut être enseigné, mais le beau reconnu du créateur à la société, du particulier au commun, exige non seulement la sensibilité mais surtout l’émotion que l’éducation soutient différemment pour son ascension vers le haut sur le chemin de la reconnaissance, pour devenir le bien de l’humanité.

★ ★ ★

THI LUẬN (l’argumentation poétique)
Paris, Anthropol-Asie, 2017-18, 311 p.

L’ouvrage se structure autour de la sociologie de la réception, du texte poétique à travers plusieurs périodes dans l’anthologie de la poésie nationale où le poème, dans la tradition vietnamienne, se fixe sur l’enseignement de la sensibilité, créant l’émotion et qui se démarque radicalement à la fois de la pensée et de la philosophie. La constitution des textes, dans les tomes de cet ouvrage, tente de restituer des liens argumentatifs entre la création poétique et le processus d’invention des parcours de la pensée. L’autre objectif de l’ouvrage est de replacer les divers positionnements de la poésie comme amont de la naissance de l’argumentation où l’avancée d’un argument a été préstructurée par une démarche poétique qui annonce la formation d’un jeu de l’idée forgeant l’ordre même d’une pensée.

Entre les objectifs directs de l’ouvrage, il y a un autre objectif plus latent : l’entraide -plus ou moins possible- entre l’argumentation poétique qui entre dans un enjeu d’appréciation du sensible et l’argumentation d’ordre philosophique, qui pénètre dans la contradiction des opposés dans la recherche de la réponse qui anime l’existence. Enfin, la vérification sur la posture poétique qui prédit l’annoncée d’une pensée dominante dans la formation de cette pensée, s’intègre à l’intérieur d’un jeu comparatif avec des auteurs européens, en commençant par A. Rimbaud, puis P. Celan, ensuite Y. Bonnefoy et surtout R. Char.

© Lê Huu Khoa

[à suivre]

Ethnologues en situations coloniales – Les Carnets de Bérose 11

L’ouvrage Ethnologues en situations coloniales, coordonné par Christine Laurière et André Mary vient de paraître. Il est en libre accès en cliquant sur l’image ci-dessous.

Deux textes concernent l’Indochine :

  • Laurent Dartigues, « Paul Mus et l’expérience de la guerre. La pensée d’un orientaliste sur la violence de la situation coloniale »
  • Yves Goudineau, « Conscience métisse et ethnographie minoritaire. Georges Condominas face à la désintégration coloniale et à la guerre du Vietnam »