La chute de Phnom Penh – Le récit d’André Pasquier, délégué du CICR

[ndlr] A l’occasion du souvenir de la prise de Phnom Penh par les Khmers rouges le 17 avril 1975, un témoignage clé sur la chaîne HDSTE (L’Humanitaire dans tous ses Etats) : le “séisme humanitaire” du 17 avril raconté par André Pasquier.

En 1975, en pleine guerre froide, le Cambodge n’est pas qu’un simple conflit annexe de la guerre du Vietnam. Une guerre civile ravage le pays depuis déjà 5 années. La nouvelle république du Cambodge, soutenue par les Etats-Unis fait face à la révolte communiste des Khmers rouges. Alors que Phnom Penh est sur le point de tomber, les Etats Unis décident d’évacuer la ville, emportant avec eux tous les étrangers qui le désiraient. Fraîchement arrivé au Cambodge, André Pasquier, chef de délégation du CICR a pour volonté d’instaurer un dialogue avec les parties engagées dans le conflit.

Le 17 avril 1975, Phnom Penh, la capitale du Cambodge tombe aux mains des Khmers rouges. Dans le chaos de ces journées, André Pasquier, chef de la délégation du Comité Internationale de la Croix-Rouge, tente, en vain, avec une poignée de collègues de négocier un espace humanitaire, la protection des hôpitaux et des populations civiles.

Dans les années qui suivront, de 1975 à 1979, 1,7 million de Cambodgiens périront sous le régime Khmer rouge.

Voir aussi : Archives audiovisuelles du CICR

Marion Joubert : Mapping Memories Cambodia, quand les petites histoires font la grande

[ndlr] La mémoire cambodgienne du génocide des Khmers rouges resurgit dans une application. Un article de Marion Joubert, journaliste du Petit Journal.

L’application mobile Mapping Memories Cambodia a été lancée le 2 février 2019 par le département de communication et médias de l’université royale de Phnom Penh. Une plateforme qui a pour ambition de faire sortir l’Histoire hors des musées.

Mapping Memories Cambodia (MMC) a pour but d’aider les jeunes Cambodgiens à comprendre comment  les générations précédentes ont vécu sous le régime des Khmers rouges. L’application, lancée le 2 février dernier, met en relation les récits personnels des survivants de la période des Khmers rouges avec  l’espace géographique actuel.

L’application est gratuite et bilingue, en anglais et en khmer. Pour Youk Chhang, directeur du centre de documentation du Cambodge (DC-Cam), c’est essentiel car « il n’est pas possible de comprendre le génocide avec juste une seule langue ».  

Entre 2017 et 2018, environs 70 récits ont été rassemblés. Des histoires qui permettent aux utilisateurs de comprendre les privations et crimes subis par les Cambodgiens sous la période des Khmers rouges.

Lire la suite : Le Petit Journal, 09/04/2019.

Illustration “à la une” : En plein exode de Phnom Penh vers les campagnes © Vitou So, page facebook de MMC

Claire E. Edington: Beyond the Asylum Mental Illness in French Colonial Vietnam [parution]

[ndlr] Parution d’un ouvrage clé sur un sujet méconnu de l’histoire coloniale.

Claire Edington’s fascinating look at psychiatric care in French colonial Vietnam challenges our notion of the colonial asylum as a closed setting, run by experts with unchallenged authority, from which patients rarely left. She shows instead a society in which Vietnamese communities and families actively participated in psychiatric decision-making in ways that strengthened the power of the colonial state, even as they also forced French experts to engage with local understandings of, and practices around, insanity. Beyond the Asylumreveals how psychiatrists, colonial authorities, and the Vietnamese public debated both what it meant to be abnormal, as well as normal enough to return to social life, throughout the early twentieth century.

Straddling the fields of colonial history, Southeast Asian studies and the history of medicine, Beyond the Asylum shifts our perspective from the institution itself to its relationship with the world beyond its walls. This world included not only psychiatrists and their patients, but also prosecutors and parents, neighbors and spirit mediums, as well as the police and local press. How each group interacted with the mentally ill, with each other, and sometimes in opposition to each other, helped decide the fate of those both in and outside the colonial asylum.

Contents

List of Illustrations
Acknowledgments
Introduction: Writing the Social History of Psychiatry in French Colonial Vietnam
1. A Background to Confinement: The Legal Category of the “Insane” Person in French Indochina
2. Patients, Staff, and the Everyday Challenges of Asylum Administration
3. Labor as Therapy: Agricultural Colonies, Study Trips, and the Psychiatric Reeducation of the Insane
4. Going In and Getting Out of the Colonial Asylum: Families and the Politics of Caregiving
5. Mental illness and Treatment Advice in the Vietnamese Popular Press
6. Psychiatric Expertise and Indochina’s Crime Problem
Conclusion: Continuities and Change in Postcolonial Vietnam
Notes
Bibliography
Index

Source : Cornell University Press

Le glyphosate interdit au Vietnam – Reporterre

[ndlr] Face à l’explosion des cancers dus aux épandages chimiques hors de contrôle depuis le Renouveau, une mesure importante prise par le gouvernement vietnamien.

Invoquant la « toxicité » des produits contenant du glyphosate et leur impact sur l’environnement et la santé, le ministère de l’agriculture et du développement rural vietnamien a annoncé, mercredi 10 avril, le retrait du pesticide de la liste de produits autorisés dans le pays. Le 27 mars, le pays avait déjà fait savoir qu’il interdisait l’importation de tout herbicide contenant du glyphosate.

Lire la suite : Reporterre, 15/04/2019.

Nguyen Phu Trong – 28 minutes – ARTE

[ndlr] Si vous n’aviez pas vu ce Bonus de 3 minutes de l’émission d’Arte “28 minutes” le voici. Un tantinet irrespectueux pour l’intéressé. Disponible du 28/02/2019 au 28/02/2020. De quoi préparer le prochain congrès du PCV.

Avec une touche d’humour et un zeste de mauvaise foi, Thibaut Nolte tire le portrait d’un « méchant » ou d’un « gentil » qui fait l’actualité. Aujourd’hui, notre journaliste se demande s’il faut lâcher Nguyen Phu Trong, le président communiste et autoritaire du Vietnam.

Source : ARTE

Dernière nouvelle : Le secrétaire général du PCV et Président de la RSVN en tournée dans le sud du pays dans la province de Kiên Giang, ‘fief’ de l’ancien Premier ministre, serait subitement tombé malade. Il serait actuellement hospitalisé. Voir l’affolement sur la blogosphère et l’analyse autour de cette situation (pas totalement inédite) concernant la santé des dirigeants du pays, marquée du sceau du secret d’Etat :

CTV Danlambao – Chiều ngày 14/4/2019, mạng xã hội xôn xao trước tin tổng bí thư kiêm chủ tịch nước Nguyễn Phú Trọng đã phải nhập viện trong lúc đến làm việc tại Kiên Giang, nơi được coi là “cái nôi” của gia tộc cựu thủ tướng Nguyễn Tấn Dũng.

Công dân mạng người Việt trên Facebook và Google hôm Chủ nhật 14/4 xôn xao tìm kiếm tin về sức khỏe Tổng Bí thư, Chủ tịch nước Việt Nam Nguyễn Phú Trọng.

SÀI GÒN, Việt Nam (NV) – “Sáng 15.4: đã tỉnh và ăn cháo. Chiều 15.4: vẫn Chợ Rẫy.” – Đó là những dòng cập nhật về sức khỏe của ông Nguyễn Phú Trọng, tổng bí thư, chủ tịch nước CSVN, trên trang facebook Lê Nguyễn Hương Trà vào cuối ngày 15 Tháng Tư, 2019, theo giờ Việt Nam.

Trong hai ngày 14/4 và 15/4, các trạng mạng ở Việt Nam dồn dập đưa tin về tình trạng sức khỏe của Tổng  Bí thư kiêm Chủ tịch nước Nguyễn Phú Trọng, người vừa có chuyến thăm tỉnh Kiên Giang từ ngày 13/4 đến 15/4.

MàJ 15/04/2019.

Franck Michelin : La guerre du Pacifique a commencé en Indochine, 1940-1941 [parution]

Parution de la thèse remaniée de Franck Michelin. Un ouvrage clé pour la compréhension de cette période de l’histoire de l’Asie. Présentation de l’éditeur.

Le 23 septembre 1940, l’armée japonaise viole la frontière indochinoise malgré la conclusion d’un accord à Hanoï quelques heures plus tôt. Pour l’Indochine française, c’est le début de près de cinq années d’occupation, qui aboutissent, le 9 mars 1945, à l’élimination de la présence française. Ainsi, l’action des forces nippones a pour conséquence de précipiter l’indépendance du Vietnam, du Cambodge et du Laos, ainsi que celle de déclencher la Guerre d’Indochine. Pour le Japon, nouvel allié de l’Allemagne, c’est la première étape de l’expansion vers le sud qui mène, quinze mois plus tard, à l’éclatement de la Guerre du Pacifique.

Fruit d’un long travail de recherche et d’analyse d’archives françaises et japonaises, ce livre explore enfin le rôle du Japon, longtemps resté absent des études sur le second conflit mondial et sur les origines de la Guerre d’Indochine, bien qu’il ait précipité la crise qui allait changer pour toujours le destin de la France, celui de son ancienne colonie indochinoise, ainsi que celui de l’ensemble de la région Asie-Pacifique.

Spécialiste de l’histoire du Japon contemporain et des relations entre l’Europe et l’Asie, Franck Michelin est professeur à l’université Teikyo (Tokyo) et chercheur associé à l’université Paris-Sorbonne et à l’Institut d’Asie Orientale à Lyon.

Ouvrage à paraître (10 avril 2019) chez Passés composés éditions en co-édition avec le Ministère des Armées, 2019, 360 p. ISBN : 978-2379330605 Prix : 22 €

Image “à la une” : Armée japonaise en Indochine, source : Forum, La guerre en images © DR