La chute de Phnom Penh – Le récit d’André Pasquier, délégué du CICR

[ndlr] A l’occasion du souvenir de la prise de Phnom Penh par les Khmers rouges le 17 avril 1975, un témoignage clé sur la chaîne HDSTE (L’Humanitaire dans tous ses Etats) : le “séisme humanitaire” du 17 avril raconté par André Pasquier.

En 1975, en pleine guerre froide, le Cambodge n’est pas qu’un simple conflit annexe de la guerre du Vietnam. Une guerre civile ravage le pays depuis déjà 5 années. La nouvelle république du Cambodge, soutenue par les Etats-Unis fait face à la révolte communiste des Khmers rouges. Alors que Phnom Penh est sur le point de tomber, les Etats Unis décident d’évacuer la ville, emportant avec eux tous les étrangers qui le désiraient. Fraîchement arrivé au Cambodge, André Pasquier, chef de délégation du CICR a pour volonté d’instaurer un dialogue avec les parties engagées dans le conflit.

Le 17 avril 1975, Phnom Penh, la capitale du Cambodge tombe aux mains des Khmers rouges. Dans le chaos de ces journées, André Pasquier, chef de la délégation du Comité Internationale de la Croix-Rouge, tente, en vain, avec une poignée de collègues de négocier un espace humanitaire, la protection des hôpitaux et des populations civiles.

Dans les années qui suivront, de 1975 à 1979, 1,7 million de Cambodgiens périront sous le régime Khmer rouge.

Voir aussi : Archives audiovisuelles du CICR

Marion Joubert : Mapping Memories Cambodia, quand les petites histoires font la grande

[ndlr] La mémoire cambodgienne du génocide des Khmers rouges resurgit dans une application. Un article de Marion Joubert, journaliste du Petit Journal.

L’application mobile Mapping Memories Cambodia a été lancée le 2 février 2019 par le département de communication et médias de l’université royale de Phnom Penh. Une plateforme qui a pour ambition de faire sortir l’Histoire hors des musées.

Mapping Memories Cambodia (MMC) a pour but d’aider les jeunes Cambodgiens à comprendre comment  les générations précédentes ont vécu sous le régime des Khmers rouges. L’application, lancée le 2 février dernier, met en relation les récits personnels des survivants de la période des Khmers rouges avec  l’espace géographique actuel.

L’application est gratuite et bilingue, en anglais et en khmer. Pour Youk Chhang, directeur du centre de documentation du Cambodge (DC-Cam), c’est essentiel car « il n’est pas possible de comprendre le génocide avec juste une seule langue ».  

Entre 2017 et 2018, environs 70 récits ont été rassemblés. Des histoires qui permettent aux utilisateurs de comprendre les privations et crimes subis par les Cambodgiens sous la période des Khmers rouges.

Lire la suite : Le Petit Journal, 09/04/2019.

Illustration “à la une” : En plein exode de Phnom Penh vers les campagnes © Vitou So, page facebook de MMC