Guillaume Zeller : Les cages de la Kempeitaï – Les Français sous la terreur japonaise. Indochine, mars-août 1945

Parution d’un ouvrage sur le sort relativement méconnu des Français après le coup de force japonais du 9 mars 1945 en Indochine. Présentation de l’éditeur.

9 mars 1945. Les Japonais s’emparent de l’Indochine française alors que l’issue de la guerre du Pacifique en faveur des Alliés ne fait plus le moindre doute. Après ce coup de force, ponctué de nombreux massacres, des milliers de Français, civils ou militaires, sont déportés dans des camps, incarcérés dans des prisons ou assignés à résidence.

Ces hommes et ces femmes connaissent des conditions de détention effrayantes dans les cachots et bagnes qui jalonnent la péninsule du nord du Tonkin jusqu’au sud de la Cochinchine. Sous la surveillance de la Kempeitaï, surnommée la « Gestapo japonaise », ils participent à des travaux harassants, souffrent de la faim et de la soif, subissent coups et tortures quand ils ne sont pas entassés dans des cages à tigres fétides d’où ils ne voient jamais le jour.

On estime que plus de 3 000 Européens sont morts pendant cette période. Les rescapés, dont les grands-parents de l’auteur, ont toujours été convaincus de ne devoir la vie qu’aux explosions nucléaires d’Hiroshima et Nagasaki. Ces Français du bout du monde demeurent pourtant oubliés, écrasés entre la libération de la métropole et la guerre d’Indochine qui s’annonce, quand ils ne sont pas soupçonnés de complaisance envers le régime de Vichy. Plus de 70 ans après, il est temps que cette tragédie occupe sa juste place dans l’histoire de la Seconde Guerre mondiale.

Guillaume Zeller est journaliste. Il a été directeur de la rédaction d’i-Téléet de Direct 8. Diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris, il est titulaire d’un DEA d’histoire contemporaine. Aux éditions Tallandier, il a déjà publié Oran, 5 juillet 1962. Un massacre oublié (2012) et La Baraque des prêtresDachau, 1938-1945 (2015).

Source : Tallandier

Lê Huu Khoa : “Champs de discussion” en vietnamien – 2016

Avec son aimable autorisation, nous publions les résumés des 20 ouvrages/argumentations publiés en vietnamien en accès libre sur Google Drive. Professeur d’anthropologie et de sociologie de l’Université Charles-de-Gaulle – Lille 3, Lê Huu Khoa dirige le Master Asie Pacifique de cette université. A travers ces textes, il propose une réflexion engagée sur le présent et le devenir du Viêt-Nam. Les résumés sont publiés en quatre billets selon l’ordre chronologique (2016-2017-2018 et 2019) et sont accompagnés du lien vers l’ouvrage en vietnamien .

VÙNG KHẢ LUẬN
Lê Hữu Khóa

NHÂN LUẬN (L’argumentation humaine) 
Paris, Anthropol-Asie, 2016, 174 p.

A partir des investigations de terrain sur la société vietnamienne actuelle où les dégradations de trois éducations de base : éducation familiale, éducation scolaire et éducation sociale vont de pair avec les trois crises : économique, politique et institutionnelle, l’ouvrage propose de revenir dans un premier temps sur le sens humain dans la culture vietnamienne et trois de ses doctrines de base : Bouddhisme, Confucianisme et Taoïsme, en perdition dans la transmission intergénérationnelle. L’objectif direct de l’ouvrage cherche à examiner la crise de confiance profonde entre le régime totalitaire du parti unique gérée par le PCV-Parti Communiste Vietnamien et le peuple vietnamien où les mouvements sociaux de la société civile sont actuellement violemment réprimés.

De la recherche empirique à l’analyse sociétale, l’ouvrage tente aussi de saisir l’émergence des mouvements sociaux non seulement pour la démocratisation du pays mais également dans l’engagement de nombreux groupes sociaux pour les Droits de l’Homme, en s’appropriant les expériences des pays occidentaux sans oublier les mouvements sociaux actuels de même nature en Chine. Chemin faisant, l’ouvrage entre profondément dans la problématique de perte totale de confiance du peuple vietnamien envers le PCV actuellement complètement dépendant du PCC-Parti Communiste Chinois, où cette dépendance menace d’ores et déjà l’indépendance nationale et son intégrité territoriale avec les agressions chinoises permanentes sur la frontière terrestre et surtout sur les îles vietnamiennes. Et, dans le déroulement du scénario d’une occupation chinoise sur le Vietnam, au sillage d’une colonisation chinoise du type tibétaine, les mouvements sociaux pour la démocratie et pour les Droits de l’Homme sont à l’heure actuelle fortement renforcés par d’autres nouveaux mouvements contre l’injustice sociale venant de la dictature du PCV et de la corruption de ses dirigeants qui déplacent déjà leurs fortunes corrompues à l’étranger, notamment vers les Etats-Unis.

De la sociologie empirique enracinée sur la réalité du terrain à la sociocritique sur les institutions étatiques avec leurs administrations qui s’enfoncent jour après jour dans des graves crises sociales, l’ouvrage s’avance vers d’autres enquêtes nouvelles sur les modes de répressions variant entre des attentats aux assassinats de la police vietnamienne dirigée par le PCV, avec tout un mécanisme de propagande fondé sur ses mensonges, ses tricheries, ses manipulations de l’information sur la scène internationale en cachant un grand nombre de : prisonniers de conscience, victimes des nouvelles méthodes et pratiques de la torture, inédite dans les recensements habituelles des ONGs en lutte pour les de Droits de l’Homme.

★ ★ ★

DUYÊN LUẬN (L’argumentation relationnelle)

Paris, Anthropol-Asie, 2016, 117 p.

Plusieurs enquêtes de terrain ont été réalisées, sur la construction complexe du lien dans la société vietnamienne actuelle, des relations familiales et amicales aux rapports professionnels et quotidiens face à la crise de confiance envers des institutions publiques et le système éducatif actuel où la violence sociale envahit en renversant l’apprentissage des valeurs ancestrales et la transmission des éthiques communautaires déterminantes dans la croyance collective à travers l’histoire du Vietnam. L’ouvrage est constitué d’abord autour d’une notion clé de la culture vietnamienne : duyên où la chance de rencontre avec autrui comme l’union des conditions favorables qui réorientent l’existence vers des suites positives, déterminant ainsi la compréhension des deux autres notions centrales dans cette culture : phận (le sort) et kiếp (le karma).

L’analyse qui conditionne l’architecture de l’ouvrage se fixe sur une typologie large du lien familial au lien amical, en s’avançant peu à peu vers le lien effectif qui se complexifie entre les relations sentimentales, amoureuses et intimes qui perdurent dans la promesse jusqu’à l’engagement personnel et interpersonnel où le lien se vit comme valeur, exige un prix plutôt insondable, voire le sacrifice pour que la chance de rencontre se vit paradoxalement à la fois comme faveur et dette. De la sociologie de la culture vietnamienne à la sociologie du lien qui peut transformer une rencontre éphémère en lien durable, les Vietnamiens vénèrent la faveur comme chance de la vie en positivant en même temps la dette comme une autre chance de rencontre, réservée uniquement aux êtres éthiques chanceux.

L’ouvrage se structure réellement sur les adages, les dictons, les maximes, les proverbes, sans oublier les chants populaires omniprésents dans cette culture, par exemples : công cha, nghĩa mẹ, ơn thầy (œuvre du père, sacrifice de la mère, faveur du maître) ; không thầy học bạn (sans maître on apprend avec ses amis) … Ici, un ami, voir un inconnu peut parfaitement être maître quand il  change positivement la construction d’un karma, d’où la condition qu’un lien exige le partage absolu : đồng cam cộng khổ (partager les épreuves, partager les vicissitudes), đồng hội đồng thuyền (dans le même festin au succès, dans la même barque à l’échec) ; hạt muối cắn làm đôi (partager en cassant le grain de sel en deux).

★ ★ ★

KIẾP LUẬN (L’argumentation karmique)

Paris, Anthropol-Asie, 2016, 102 p.

La notion kiếp (le karma) détermine, selon la croyance collective à la vietnamienne, en amont le déroulement d’une existence et se vit comme une fixation sur l’impossibilité de changer son sort dans le temps comme dans l’espace des relations sociales, où la prédestination personnelle conditionne chaque circulation sociale de l’individu. L’ouvrage se construit en revanche sur la contradiction éducative dans cette culture qui valorise paradoxalement l’obéissance de l’autorité parentale comme con cải cha mẹ trăm đường con hư (l’enfant qui contredit ses parents sera certainement l’enfant raté) qui a son contraire cha mẹ sinh con, trời sinh tính (les parents font naître l’enfant mais c’est le ciel qui lui donne le caractère) afin de valoriser ouvertement con hơn cha là nhà có phúc (l’enfant qui dépasse le père est la chance de la famille).

L’individualité contre l’autorité parentale permet également d’examiner les divers rapports de force entre l’éducation familiale, l’éducation scolaire et l’éducation sociale où la logique événementielle des interactions sociales renverse la logique chronologique du déroulement linéaire des parcours sociaux de l’individu. Le choix des parcours de l’individu dans sa combinaison des trajets dans le système éducatif, des correspondances dans la recherche des qualifications et des diplômes qui conditionnent les arrêts dans la promotion sociale ainsi que les terminus dans le bilan d’une vie ; ici l’individualité sociale raconte ses enjeux face à la mobilité sociale ainsi que ses jeux face à ses calculs d’ascension sociale à travers la construction de sa personnalité.

L’ouvrage approfondit aussi l’opposition entre mệnh trời (la volonté du ciel) comme l’autorité absolue et la volonté individuelle ý chí (la volonté personnelle) dans l’éducation vietnamienne. Ici, la sociologie des individualités s’oppose à la sociologie de la reproduction sociale -ou céleste- afin d’arriver directement à la contradiction ouverte entre số phận (le sort karmique prédéfini) et enchaînement des forces personnelle dans un jeu sémantique d’une langue vietnamienne monosyllabique : ý nguyện (idée de rêver) –ý định (idée de fixer) –ý muốn (idée de vouloir) –ý đồ (idée de calculer) –ý lực (idée de forcer).

★ ★ ★

NGHỆ LUẬN (L’argumentation artistique)

Paris, Anthropol-Asie, 2016, 124 p.

L’ouvrage propose d’examiner le lien syllabique à travers le triple lien artistique, professionnel et social de l’individu : nghề (le métier), nghệ (l’art), nghiệp (le karma) en analysant le parcours de la chanteuse Thái Hiền, où l’investigation vérifie la fusion parfaite de ces trois problématiques personnelles et terminologiques. De l’environnement éducatif familial à la construction des investissements personnels, l’individu reste bénéficiaire du succès parental mais aussi victime de l’échec de son groupe familial ; du milieu social d’origine à la relation professionnelle, l’individu profite des avantages matériels et symboliques de son réseau d’affinité mais perd en même temps ses libres circulations sociales, essentielles dans la construction de la maturité de la personne.

L’ouvrage s’avance dans l’espace artistique et professionnel en découvrant l’espace social réduit de l’individu et son espace intime où sa liberté personnelle est souvent sacrifiée par la triple exigence de son métier, de son art et de son existence propre. Ainsi, chaque fois l’individu perd un proche (mère, père, frère aîné…) décisif pour sa carrière, cet individu voit réellement la décomposition de sa propre vie, et au-delà de la perte des proches, il perd peu à peu l’ensemble des réseaux d’affinité, de proximité, de solidarité, d’entraide… souvent déterminant pour la résistance, voire la survie de l’individu.

© Lê Huu Khoa

[à suivre]