Un regard politique sur le Viêt-Nam : vers une nouvelle concentration du pouvoir ?

François Guillemot est intervenu dans l’émission de Michel Désautels sur Radio Canada, dimanche 25 novembre 2018 à 11h47, pour un court entretien sur la situation politique vietnamienne. Pour accompagner cet entretien et approfondir certains points, il rappelle des éléments clés sur la période de concentration des pouvoirs en œuvre en République socialiste du Viêt-Nam (RSVN).

[Présentation de Radio Canada] Le Vietnam, l’un des pays les plus pauvres d’Asie il y a 20 ans à peine, est en pleine transformation. L’État communiste ouvre son économie, courtise l’Occident et accueille un nombre record de touristes. Toutefois, qu’en est-il de la vie politique au Vietnam, toujours marquée par le règne du parti unique ? Quelles formes prennent la participation à la vie politique et la contestation du pouvoir ? L’historien et ingénieur de recherche au CNRS François Guillemot analyse pour nous les changements rapides de cette société.

Le Viêt-Nam vers une nouvelle concentration du pouvoir ?

En préambule de cette discussion, il faut rappeler aux auditeurs qu’une compréhension fine de la politique interne vietnamienne est une chose très difficile à maîtriser car le Parti communiste du Viêt-Nam (PCV) fonctionne toujours sur le mode du secret1. En outre, les informations internes au PCV qui pouvaient circuler sur la toile dans des blogs d’observateurs avisés ou des journalistes indépendants entre 2005 et 2015 ont fortement diminué suite à la répression2. Pour suivre l’évolution politique de ce pays sur le long terme, on peut tout de même se référer à quelques solides piliers informatifs ou d’analyses, tels que le site Viet Studies de Tran Huu Dung, le think tank de Carl Thayer ou d’autres blogs ou publications indépendantes sur les réseaux sociaux (principalement Facebook)3. Les programmes d’information en vietnamien de la BBC, RFA (Radio Free Asia), RFI (Radio France Internationale), VOA (Voice of America) sont également très utiles pour décrypter l’information car ils reçoivent directement des analyses et témoignages en provenance du pays. Enfin, à ne pas négliger, les sites officiels en RSVN, dont la mission est de promouvoir la voix du parti, outrepassent, de temps à autre, courageusement cette mission en proposant des investigations sur le plan social et économique4. Situation paradoxale, si les médias vietnamiens comptent aujourd’hui plus de 850 titres, la RSVN reste classée au 175e rang mondial (sur180) sur le plan de la liberté de la presse entre le Soudan (174e) et la Chine (176e)5.

Carte du Vietnam © RSF
Continuer la lecture de Un regard politique sur le Viêt-Nam : vers une nouvelle concentration du pouvoir ?
  1. Ce paramètre est d’ailleurs mentionné dans les devoirs des membres du PCV []
  2. En particulier, on peut citer le site « Ba Sam« , auto-présenté comme « l’agence de presse du trottoir », actif de septembre 2007 à avril 2017. Ce site a été fondé par Nguyen Huu Vinh, ancien membre du PCV et ancien policier, arrêté en 2014 et aujourd’hui incarcéré []
  3. Notons le site du journaliste indépendant Pham Chi Dung : Viet Nam Thoi Bao []
  4. Par exemple lors du scandale écologique Formosa en 2016 []
  5. Cf. la page Vietnam de RSF ; liste des principaux titres de la presse sur l’entrée Wikipédia : Danh sách báo chí Việt Nam []

Générations post-réfugié.e.s. Parcours des descendant.e.s des Asiatiques du Sud-est en France – colloque 07/12/2018

[ndlr] Annonce d’un Colloque organisé dans le cadre de la coopération entre University of California Berkeley Social Science Matrix et Sciences Po. Avec le soutien du projet Emergence(s) de la Ville de Paris.   

Vendredi 7 décembre 2018.
Programme

LIEU : Sciences Po Paris
27 rue Saint-Guillaume – Salle Goguel – 75007 Paris
  09:30 ▸   17:30
9:30 : Mot d’ouverture
Khatharya UM, Pr. Berkeley University Matrix et (tbc) – La question de « génération » dans les études sur les réfugiés et les migrants.
Amar NAFA, directeur de l’association Génériques 9:45 – 12:45: Etat de la recherche

Panel 1. Modération (tbc)
Liêm Khê LUGUERN (Dr. IRIS – EHESS, historienne) – Etudier les migrants du Sud-est asiatique en France : catégories et représentations. 
Karine MESLIN (Dr. GERS, Centre Nantais de Sociologie, sociologue) – Les Cambodgiens en France, le poids de la catégorie de “réfugié” d’une génération à l’autre.
Brett LE SAINT (Doctorant Université Paul Valéry – Montpellier III, LERSEM, ethnologue) – D’une immigration laotienne invisible à l’idéal du retour : positionnements de deux générations face aux injonctions catégorielles.

11:15 Pause café

Panel 2. Modération Stéphanie Nann (Dr. Psychologue clinicienne)
Mathieu ICHOU (Chargé de recherche INED, démographe) – Enfants d’immigrés à l’école : la position des descendants de migrants du Sud-Est asiatique.
Hélène LE BAIL (Chargée de recherche CNRS-Sciences Po CERI, politologue) – Descendants de migrants d’Asie du Sud-Est et engagement politique.

Pause déjeuner

14:00 – 17:30  Vie culturelle et associative

14:00 – 15:00 : Transmission de la mémoire et générations
Modération: Khatharya Um (Pr. Berkeley University Matrix)

Amar NAFA, directeur de l’association Génériques
Doan BUI, journaliste et auteure de Le Silence de mon père.
Lana CHHOR, auteure de Génération peau de banane ou La vie après les Khmers rouges.

15:00 – 16:00 : Engagement, solidarités et lutte contre les préjugés
Modération :  Hélène Le Bail (Chargée de recherche CNRS-Sciences Po CERI, politologue)

Grace LY, blogueuse La petite banane, réalisatrice de « Ça reste entre Nous”, auteur de Jeune fille modèle.
Linh-Lan DAO, journaliste, réalisatrice de “Ne dites plus jamais tching tchong! »
Jacques HUA, association des Jeunes Teochews de France/Comité Sécurité pour Tous

16 : 00 Pause café

16:00 – 17:15 La Seconde génération derrière la caméra
Modérateur et Interlocuteur: Randal DOUC (Professeur de mathématiques, acteur et auteur) Projection d’extraits des documentaires Tours d’exil Jenny TENG, 2009; Une minorité visible invisible, Mathieu Pheng, 2018.

Débat avec les réalisateurs.
Mathieu PHENG, documentariste, réalisateur de Une minorité visible invisible.
Jenny TENG, chercheur et réalisatrice de Tours d’exil.

17:15 – 17:30 Conclusion : Hélène Le Bail (CNRS Sciences Po Paris-CERI)  

Responsables scientifiques : Hélène Le Bail et Khatharya UM

Source : SciencesPo / CERI

Image « à la une » : La dalle des Olympiades, Paris XIIIe, mars 2015 (Wikipédia)

L’Asie du Sud-Est en voyage : tourisme, espaces et sociétés – 27/11/2018

Argumentaire et programme ci-dessous.

Rencontres AFRASE 2018
L’Asie du Sud-Est en voyage : tourisme, espaces et sociétés

L’Asie-Pacifique constitue aujourd’hui le second bassin touristique du monde. Accueillant moins d’1 % des flux touristiques internationaux en 1950, il en reçoit près d’un cinquième depuis les années 2000. En dépit du poids de la Chine dans cet ensemble régional, l’Asie du Sud-Est y joue un rôle de plus en plus affirmé et son secteur touristique s’est montré suffisamment résilient pour surmonter rapidement un ensemble de revers survenus au tournant du XXIe siècle : la crise financière de la fin des années 1990, la recrudescence du terrorisme dans la région, l’épidémie de SRAS en 2003 et le tsunami qui a touché les côtes de l’Océan Indien l’année suivante. Loin de se limiter aux ruines et paysages magnifiés de longue date par le regard orientaliste – Angkor, Borobudur, baie de Ha Long – ou aux hauts lieux du tourisme balnéaire – Phuket, Bali, les espaces touristiques de l’Asie du Sud-Est s’étendent désormais du cœur des métropoles – Singapour, Kuala Lumpur, Bangkok – aux marges des États – chaînes montagneuses indochinoises, Papouasie-Nouvelle-Guinée –, reflétant l’insertion poussée de la région dans la mondialisation.

Le tourisme est une réalité sociale plus difficile à définir qu’il n’y paraît. Les statistiques produites par les organisations internationales ont tendance à le dissoudre dans un ensemble plus large de mobilités, en se fondant sur le seul critère de la durée : sont considérés comme touristiques les déplacements d’une durée supérieure à une journée et inférieurs à un an. Depuis la fin des années 1990, des travaux de sciences sociales, notamment ceux des géographes réunis dans l’équipe « Mobilités, Itinéraires, Tourisme » (MIT), se sont attachés à dégager les caractéristiques permettant d’isoler le tourisme des autres types de mobilités. Les mobilités touristiques se fondent sur un déplacement choisi et effectué pour lui-même, dans le but de rompre avec l’espace et les temporalités du quotidien, une démarche qui peut être qualifiée de « recréation ». Ainsi défini, le tourisme apparaît à la fois comme une forme de mobilité productrice d’espaces spécifiques, et comme un prisme révélant le regard que les sociétés portent sur les paysages proches ou lointains.

Les journées 2018 de l’AFRASE proposent d’interroger les particularités de l’inscription et de la pratique des mobilités touristiques dans les sociétés d’Asie du Sud-Est, et, en retour, ce que le tourisme dit de ces sociétés et de leurs transformations.

Programme

13h30 : Accueil des participants et du public

14h10 : Introduction par Rémi Desmoulière (INALCO/Université Paris-Est Marne-la-Vallée, CESSMA) : « Les groupes ethniques marginaux face aux tourisme : confrontations et (re)constructions identitaires »

14h30 : Evelyne Gauché, Université de Tours, CITERES, « Paysage et aménagement en Chine : la mise en tourisme des villages shui du Guizhou »

15h00 : Sarah Coulouma, Aix-Marseille Université, IrAsia, « La fabrique de la « dernière tribu primitive de Chine » : enjeux idéologiques, économiques et sociaux de la mise en tourisme d’un village wa (province du Yunnan) »

15h30 : Martin Michalon, EHESS, CASE, « Le tourisme comme enjeu des relations interethniques : revendications territoriales et politiques sur les rives du lac Inlé »

16h : Pause

« Les échelles du développement touristique en Asie du Sud-Est »

16h30 : Emmanuelle Peyvel, Université de Bretagne Occidentale, Institut de géoarchitecture, « Au-delà de l’enclave : le quartier routard de Pham Ngu Lao (Saigon), entre global et local »

17h : Clotide Luquiau, Université de Cergy-Pontoise, CASE, « Une géographie du tourisme en Malaisie »

17h30 : discussion et conclusion

17h45 : Présentation d’ouvrages ; Eugénie Mérieau et la Thaïlande
Idées reçues sur la Thaïlande. Paris, Le cavalier Bleu, 2018
Les Thaïlandais : lignes de vie d’un peuple. Paris, Ateliers Henry Dougier, 2018

18h15 : Assemblée Générale de l’AFRASE
19h15 : Pot dînatoire

Merci de vous inscrire à l’adresse afrasebureau@gmail.com.


L’Asie du Sud-Est en voyage : tourisme, espaces et sociétés – Rencontres 2018 de l’AFRASE – mardi 27/11/2018

Vous trouverez ci-joint le programme et l’affiche des Rencontres 2018 de l’Afrase qui auront lieu le mardi 27 novembre 2018 à partir de 13h30 à la Maison de l’Asie (22 av. du Président Wilson, 75016 Paris). Cette année, la thématique explorée est :

L’Asie du Sud-Est en voyage : tourisme, espaces et sociétés

Cinq intervenants – Evelyne Gauché, Sarah Coulouma, Martin Michalon, Clotilde Luquiau et Emmanuelle Peyvel – participeront à ces rencontres organisées par Rémi Desmoulière, membre du bureau de l’Afrase.

Les communications seront suivies par la présentation par leur auteur, Eugénie Mérieau,  de deux ouvrages sur la Thaïlande qui viennent de paraître. L’AG de l’association se tiendra à partir de 18h15 et la journée se conclura par un pot dînatoire. 

Afin de faciliter la logistique, merci de vous inscrire à l’adresse afrasebureau@gmail.com. A très bientôt !

Programme détaillé sur le site de l’AFRASE et sur Mémoires d’Indochine

Journée d’études sur la Presse indochinoise (1865-1854) : lundi 3 décembre 2018

Dans le cadre du programme CPER Périodiques Francophones Outre-Mer (PERFROM), une Journée d’Etudes est organisée à la Bibliothèque nationale de France (site François Mitterrand, salle 70) lundi 3 décembre de 14h à 17h30, sur la presse indochinoise (1865-1954).

Mises à part quelques périodes, quelques thématiques et quelques aires géographiques particulières, l’histoire culturelle des ex-colonies françaises reste assez largement méconnue. C’est le cas de l’Indochine. Dans ce contexte, l’étude de la presse en langue française (journaux et revues, littéraires et généralistes) constitue un champ d’études qui permettrait de répondre à un certain nombre de questions. Parmi elles, la question des rapports entre centralité et périphérie est évidemment fondamentale. Non seulement entre la France métropolitaine et l’Indochine mais aussi entre l’Indochine et d’autres espaces coloniaux (Afrique du nord, Afrique occidentale, Méditerranée orientale, Madagascar, Antilles …). L’activité littéraire et culturelle telle qu’elle se structure au sein de ces journaux et revues est-elle l’œuvre exclusive de membres des communautés exogènes d’origine métropolitaine (colons, administrateurs, émigrés…) ? A-t-elle permis ou accompagné l’émergence de nouvelles élites locales ou seulement la mutation-adaptation des élites antérieures ? Cette question se pose avec une particulière acuité en Indochine avec le mouvement de lutte contre le mandarinat encouragé par l’administration coloniale et la généralisation de l’usage du Quoc Ngu qui donne lieu à la romanisation de la langue vietnamienne au tournant du XXe siècle, posant là des enjeux et des problématiques spécifiques en matière de transferts culturels et de contact colonial. Afin de proposer des réponses à ces questions, les collections de périodiques du Fonds indochinois de la BnF et encore plus les titres numérisés rendus accessibles par le portail de presse indochinoise de Gallica constituent un gisement documentaire d’une valeur inestimable sans lequel aucune recherche sérieuse ne peut espérer se développer. Ce sont quelques-unes de ces ressources que les chercheurs membres du réseau PERFROM (Périodiques francophones outre-mer, XIXe-XXe siècles) piloté par Le Mans Université ont exploités.

Bibliothèque nationale de France

Site François Mitterrand

Salle 70, 14h-18h

  • Giang-Huong Nguyen et Hélène Raymond (Bibliothèque nationale de France) : « La presse vietnamienne numérisée et le dépôt légal Indochinois à la BnF »
  • Laure Demougin (Université Paul Valéry – Montpellier III) : « Les premiers mots de la presse francophone au Vietnam : Le Courrier de Saïgon« 
  • Franck Laurent (Le Mans université) : « L’Indochine et L’Indochine enchaînée d’André Malraux et Paul Monin (1925-1926) »
  • François Vignale (Le Mans université) : « La Nouvelle Revue indochinoise (1936-1940) »

Lien vers le site de la BnF: http://www.bnf.fr/fr/la_bnf/dpt_lla.html

Débat : « Être un réfugié politique thaïlandais à Paris » – 28/11/2018

Débat : « Être un réfugié politique thaïlandais à Paris ». Avec Eugénie Mérieau. En présence d’Aum Neko et Jaran Ditapichai.

A l’occasion de la sortie du livre de Eugénie Mérieau « Les Thaïlandais », nous vous invitons à participer au débat qui réunira l’auteur ainsi que Jaran Ditapichai, ancien commissaire aux droits de l’homme et Aum Neko, militante transgenre, tous deux réfugiés politiques à Paris, et poursuivis pour lèse-majesté.

Le débat sera modéré par Joris Zylberman, rédacteur en chef d’Asialyst. Il sera accompagné de deux séries de photographies : la série Samsara, d’Aline Deschamps, et Exils, de Camille Gazeau.

Continuer la lecture de Débat : « Être un réfugié politique thaïlandais à Paris » – 28/11/2018

RTSreligion – Un maître zen de retour au Vietnam

[ndlr] Retour du vénérable Nhat Hanh sur la terre de ces ancêtres dans la pagode Tu Hiêu à Huê.

Thich Nhat Hanh, 92 ans, est une figure emblématique dans le monde bouddhiste, connu en Occident pour sa pratique de la méditation de pleine conscience, le « mindfulness ». Son retour au pays ne semble pourtant pas convenir aux autorités vietnamiennes. A écouter sur RTS (Radio télévision Suisse).

Voir aussi :

Thich Nhat Hanh, figure du bouddhisme engagé, de retour au Vietnam, mais sous surveillance, France Soir, 20/11/2012. Aux abords de la pagode où Thich Nhat Hanh, maître zen aux centaines de milliers d’adeptes à travers le monde, s’est retiré pour finir ses jours, la police secrète vietnamienne veille.

Thây est de retour au Vietnam, Village des Pruniers, 02/11/2018. Les moines et les moniales de la communauté internationale de Bouddhisme engagé du Village des Pruniers se tiennent aux côtés de leur enseignant bien-aimé, le maître zen, leader spirituel mondial, artisan de paix et poète Thich Nhat Hanh, alors qu’il retourne dans son pays natal. Depuis qu’il a célébré son 92e anniversaire le mois dernier, il a exprimé le vif désir de retourner dans son «temple racine», le temple Tu Hieu de Hué au Vietnam, pour y vivre ses derniers jours. Thich Nhat Hanh a transformé un formidable défi physique résultant de l’accident vasculaire cérébral dont il a été victime il y a quatre ans en un enseignement puissant en continuant de vivre chaque instant de manière paisible et joyeuse, en donnant à sa présence un sens profond.