Décès de Đỗ Mười, ancien secrétaire général du PCV

Décès de l’ancien Secrétaire général du Parti communiste vietnamien (PCV) à l’âge de 101 ans.

Do Muoi (1917-2018)

Son décès, sans surprise car annoncé dès le 21 septembre le même jour que l’ancien président Tran Dai Quang selon une rumeur persistante de la blogosphère, serait intervenu le 1er octobre 2018 à 23 heures. La mort de l’ancien secrétaire général du PCV, malade depuis longtemps a été constaté à l’hôpital militaire central 108 selon la presse officielle qui a relayé l’information.

Do Muoi, de son vrai nom Nguyen Duy Cong, a été secrétaire général du PCV de juin 1991 à décembre 1997 pendant une période capitale de repositionnement de la RSVN sur le plan régional puis international. L’agence d’information chinoise Xinhua rappelle que l’ancien secrétaire général du PCV « Do Muoi s’était rendu en visite en Chine en 1991, 1995 et 1997 », acteur du rapprochement sino-vietnamien1. Auparavant, il avait été président du Conseil des ministres de la RSVN de 1988 à 1991. De 1997 à 2001, il resta proche de la direction du PCV en tant que conseiller du Comité central du parti.

Né le 2 février 1917 à Dong My Commune, district de Thanh Tri, à Hanoi, Do Muoi s’est construit avec et pour le parti. Il devient membre du Parti communiste indochinois (PCI) en 1939. Depuis la révolution d’Août 1945, son parcours politique est celui d’un compagnon de route du communisme vietnamien et de sa branche la plus conservatrice. Selon l’agence officielle d’information (VNA) :

Il s’est forgé au cours des périodes de résistance, d’édification et de défense de la Patrie pour devenir un dirigeant au caractère ferme, vif, décisif et attaché au peuple2.

Comme pour de nombreux officiels du PCV, sa biographie présente des parties peu développées sur la période de la guerre. Le journaliste Jeremy Grant souligne :

On ne sait rien de son rôle, le cas échéant, dans la guerre du Vietnam. Il existe des preuves qu’il pourrait avoir souffert d’une dépression nerveuse prolongée, faisant la navette en Chine pour son traitement médical3.

Bien qu’il s’agisse de décisions collectives du Politburo, après la chute de Saïgon, son nom reste associé aux campagnes politiques contre « la bourgeoisie citadine » dite X2 et à l’échec des « zones d’économie nouvelle » dans le Sud du pays  poussant des milliers de familles à fuir le pays à la recherche de liberté.

Après la décennie noire 1975-1985 sur les plans sociaux, économiques et militaires débouchant sur l’avènement du Renouveau (VIe congrès de décembre 1986), Do Muoi aurait continué à promouvoir la politique d’ouverture économique de son prédécesseur Nguyen Van Linh. Homme d’appareil, son bilan épouse scrupuleusement les changements de décisions du PCV. Il est à ce titre célébré par la presse officielle comme « un communiste exemplaire et loyal »4. Il fut d’ailleurs récompensé pour ses 80 années d’appartenance au Parti5.

L’agence de presse officielle va annoncer dans les heures qui viennent les modalités de ses funérailles.

FG, MàJ 05/10/2018.

Infographie de son parcours sur le site Zing

Notes

  1. Cf. « Vietnam : décès de Do Muoi, ancien secrétaire général du Comité central du PCV », Xinhua, 02/10/2018 []
  2. Cf. « L’ancien secrétaire général Do Muoi, un communiste exemplaire et loyal », Vietnam +, 02/10/2018 []
  3. Jeremy Grant, « Do Muoi, Vietnamese communist leader, 1917-2018 », Financial Times, 01/10/2018 []
  4. Cf. « L’ancien secrétaire général Do Muoi, un communiste exemplaire et loyal », art. cit.  []
  5. Cf. « Vietnam : décès de Do Muoi, ancien secrétaire général du Comité central du PCV », art. cit. []

Marie de Rugy : Aux confins des empires – Cartes et constructions territoriales dans le nord de la péninsule indochinoise (1885-1914)

Parution aux éditions de la Sorbonne. Présentation de l’éditeur.

Au milieu des années 1880, les marges septentrionales de la péninsule Indochinoise sont soumises à une double conquête coloniale, celle de l’Annam et du Tonkin par les Français, et celle de la Haute-Birmanie par les Britanniques. Aux explorations fluviales s’ajoutent la délimitation des frontières et la cartographie régulière des territoires sous l’égide des différents services géographiques. Diplomates chinois, siamois et européens négocient dans les capitales et dans les montagnes, sous la tente. Topographes européens et indiens arpentent les routes et les sentiers pour lever les itinéraires et mesurer l’espace. Ils s’enquièrent auprès des habitants du juste toponyme, collectent et font traduire des cartes autochtones, interrogent leurs guides, les chefs locaux et les marchands venus de Chine.

Ce livre retrace les politiques institutionnelles, les pratiques de terrain et les constructions territoriales qui en découlent. Par une étude croisée de la cartographie dans ces espaces, il met en lumière le statut central d’un territoire spatialement périphérique, à propos duquel on a pu parler d’une « géographie de l’ignorance ». À rebours de quelques idées reçues, il montre que les cartes ont un pouvoir limité, même en contexte colonial, si l’on accepte de dépasser les discours pour observer les modalités de leur production et leurs différents usages.

Source : Éditions de la Sorbonne

Mme Dang Thi Ngoc Thinh, présidente de la RSVN par intérim. Résistante et apparatchik : portrait

A la suite du décès soudain de Tran Dai Quang, la vice-présidente Dang Thi Ngoc Thinh a été nommée présidente de la République socialiste du Viêt-Nam (RSVN) par intérim. Elle assume cette charge depuis le 23 septembre 2018 selon le document signé par Nguyen Thi Kim Ngan, la présidente de l’Assemblée nationale, au nom du Comité permanent de cette assemblée.

A lire sur le carnet de recherche Femmes et Guerres au Viêt-Nam