Vietnamese see special economic zones as assault from China [SCMP]

[ndlr] La tension monte au Viêt-Nam au sujet du projet de trois zones économiques spéciales que l’opinion publique estime dédiées à la Chine. A lire sur le South China Morning Post. Article de Bennett Murray.

The South China Sea dispute, along with memories of the 1979 border war, run deep in the Vietnamese national psyche, making SEZs viscerally unpopular.

The Vietnamese government is confronting a rising tide of public anger as its parliament debates a controversial bill to create three new special economic zones (SEZs), raising fears of Chinese encroachment on Vietnamese soil.

Although Vietnam already has 18 SEZs, the new concerns largely stem from a provision that would allow 99-year leases in some cases within the three new zones in Quang Ninh and Khanh Hoa provinces, as well as on Phu Quoc Island. The bill does not explicitly mention any particular country but it is widely presumed China, Vietnam’s largest trading partner, would dominate investments in the SEZs.

Attempting to allay concerns, Prime Minister Nguyen Xhan Phuc announced on Thursday the government would adjust the 99-year time frame but did not elaborate.

Lire la suite : SCMP, 07/06/2018.

Voir aussi : Projet de « 3 zones économiques spéciales chinoises » au Viêt-Nam – Réactions

Image « à la une » : Manifestation anti-chinoise à Hanoi en 2014. La pancarte dit « La patrie avant tout » © DR

Johann Grémont : Maintenir l’ordre aux confins de l’Empire [parution]

[ndlr] Signalement de la publication de la thèse remaniée de Johann Grémont. Présentation de l’éditeur.

Réf. : Johann Grémont, Maintenir l’ordre aux confins de l’Empire. Pirates, trafiquants et rebelles entre Chine et Viêt Nam 1895-1940, Paris : Maisonneuve et Larose nouvelle édition, coll. « Asie en perspective », 2018.

La collection Asie en perspective est dirigée par Eric Guerassimoff et Emmanuel Poisson.

Des manuels de géographie aux planisphères de l’École de la République, l’Indochine coloniale affiche sur des aplats rassurants une autorité dont les contours clairement définis s’appliquent de manière uniforme sur l’ensemble du territoire. En réalité l’affirmation de la France sur les confins du Tonkin à partir des années 1880 fut le fruit d’une entreprise diplomatico-militaire délicate et de longue haleine dans un environnement troublé.

Depuis la moitié du XIXe siècle, la région frontalière bordant le Céleste empire échappe à l’autorité nominale de la cour de Huế qui s’appuyait traditionnellement sur les gardiens traditionnels des marches issus des grands lignages autochtones pour garantir une stabilité mise à mal sous la pression des bandes chinoises. L’autorité des empereurs Nguyễn s’efface au profit de l’ordre colonial, nouveau garant de la paix et de la stabilité sur la frontière sino-vietnamienne.

Épaulés par leurs partisans, les officiers français, basés dans un chapelet de postes, luttent en collaboration avec leurs homologues situés du côté chinois contre toutes les formes de crimes se jouant de la frontière. C’est cette histoire du maintien de l’ordre sur les confins de l’Empire par les autorités coloniales qui est l’objet de ce livre. Fruit d’une thèse de doctorat, il vise à restituer l’architecture destinée à préserver l’ordre public sur la frontière sino-vietnamienne, cerner le dynamisme des illégalismes transfrontaliers, du banditisme aux trafics en passant par les rébellions, et étudier la manière dont les pouvoirs publics tentent d’apporter une réponse à cette criminalité bordant la région frontalière.

L’auteur : Enseignant de formation, Johann Grémont  a vécu et travaillé au Vietnam dans le cadre de la coopération décentralisée. Désormais attaché d’administration centrale, il poursuit ses recherches autour de la frontière et du maintien de l’ordre dans les colonies à la confluence de l’histoire culturelle et quantitative.

Source : Hémisphère éditions

Image « à la une » : Pirates chinois venus en parlementaires à Bao-Ha, tiré de Léon-Xavier Girod, Dix Ans de Haut-Tonkin, édité chez Alfred Mame & fils à Tours, 1899.