Lan Cao : Vietnam Wasn’t Just an American War [NYT]

[ndlr] Nouvel article sur la guerre, une perspective du côté vietnamien sous la plume de l’écrivaine Lan Cao.

More than 40 years after its end, the Vietnam War remains, for Americans, essentially an American experience, or more accurately, an American metaphor. The continuing American inability and unwillingness to include the Vietnamese perspective also speaks volumes about how the United States relates to the rest of the world. Americans want to be understood but rarely want to understand others.

Hollywood movies have been particularly powerful in shaping America’s Vietnam War narrative. The story line may change, but the backdrop is the same. Chaos, not just wartime chaos, not just the proverbial “war is hell” chaos, but its Asiatic variant — with the inscrutable and unknowable always lurking and pouncing upon the naïve American protagonist. Predictably, as in “Apocalypse Now,” there were fetid rivers, torrid jungles and impassive brown faces as backdrops to an American soldier’s odyssey through the heart of darkness that is Vietnam.

The overarching theme was Vietnam’s meaninglessness and what it did to Americans and America. There was always the tortured, psychologically unglued Vietnam veteran like the one in “The Deer Hunter.” Metaphor takes over as American prisoners of war were forced to endure Russian roulette, a supposedly popular game played in back alleys by natives who seemingly have little value for life. Whether this game existed was irrelevant. It served to symbolize the brutality of war and the lunacies of this particular war.

Lire la suite : New York Times, 22/03/1967.

Ouvrage de cette auteure :

Image “à la une” : Soldats sud-vietnamiens lors d’un engagement contre les troupes nord-vietnamiennes près de Khê Sanh © 1971 UPI radio by Willie Vicoy

Call for papers : “Civil Society and Authoritarianism in Cold War Southeast Asia” [Leeds, septembre 2018]

[ndlr] Panel organisé par Sean Fear, appel à participation.

“Civil Society and Authoritarianism in Cold War Southeast Asia,”

at the United Kingdom Association of Southeast Asian Studies annual conference at the University of Leeds, from September 5 to 7, 2018.

Paper proposals on Vietnam are especially welcome, but please pass on this announcement to any colleagues working on relevant topics from any part of Southeast Asia.

Proposal abstracts of approx. 250 words should be submitted to Sean Fear at s.fear@leeds.ac.uk by May 31, 2018.

The recent history of Southeast Asia has long been understood in the popular imagination through the lens of the Cold War; indeed, even the term “Southeast Asia” itself became prominent as a strategic geographical designation by Allied forces during the Second World War and its aftermath. But although somewhat subsumed in English-language scholarship by events such as the U.S.-Soviet rivalry or the Vietnam War, the region’s postwar history has been characterised by complex relations between authoritarian governments and a range of civil society groups. Far from superpower proxies, both governments and opposition repurposed and exploited Cold War rhetoric and foreign intervention to pursue domestic political ends.

Growing access to local archives, however, has contributed to new research which challenges previous superpower-driven narratives, and highlights local agency. This panel builds on these  promising lines of inquiry by exploring the complex and evolving relationship between state and civil society in Cold War Southeast Asia. We welcome papers which focus on the impact of international or transnational networks; the mobility of people and information; the rise of grassroots political and religious movements; the role of authoritarian government; political journalism; or the impact of the environment on political and social change, among other themes.

The full panel outline is available here and information about ASEAS-UK and the Leeds conference can be found here.

A small travel stipend can be available for travel within the UK. Please feel free to contact Sean Fear for more information, or if you have any questions.

Nguyen Quoc-Thanh : Le culte de la baleine [parution]

[ndlr] Parution d’une monographie sur le culte de la baleine pratiqué encore de nos jours au Viêt-Nam. Présentation de l’éditeur.

Le culte de la baleine. Un héritage multiculturel du Vietnam maritime

Nguyen Quoc-Thanh

Située au carrefour de l’un des couloirs maritimes les plus fréquentés au monde, la communauté des pêcheurs vietnamiens a hérité, au fil du temps, de diverses influences culturelles qui lui ont donné une culture maritime unique. Cette dernière se traduit en termes religieux par des pratiques composites au croisement d’influences chinoises, indiennes et austronésiennes. Issus des observances relevant de la synthèse culturelle qui s’est opérée dans la région, le culte de la baleine s’est imposé ces dernières années comme étant le plus attractif des cultes traditionnels vietnamiens, avec des cérémonies qui attirent chaque année des milliers de fidèles dans les villages de pêche. Bien plus qu’une simple religion, il a progressivement évolué pour devenir le principal composant de la société des pêcheurs. Ce culte qui vénère un mammifère marin a entraîné dans son sillage, au gré des évolutions historique et politique du Vietnam, des comportements religieux qui ont façonné le quotidien des pêcheurs. Ainsi, pour chaque échouage de baleine, un « fils de la baleine » est nommé pour porter le deuil, et les carcasses des animaux sont enterrées avec soin en attendant le temps du recueillement. Les cérémonies du culte constituent un moment clé dans l’année, moment où tous les pêcheurs se retrouvent et rendent hommage aux squelettes des baleines échouées. Abri d’une littérature religieuse orale et écrite, le temple de la baleine est également l’un des derniers lieux qui abritent encore l’opéra classique vietnamien.

Sources : Presses Universitaires de Provence

 

Illustration “à la une” : Bas relief peint au Temple de la Baleine de Vung Tau  © DR 2009 Blog de tamycoladelyves

 

Le fonds vietnamien de l’IAO : état des lieux de mars 2018

Le fonds des ouvrages en langue vietnamienne est un des plus importants en France après celui de la BNF et de la BULAC. Localisé dans les magasins de la Bibliothèque Diderot de Lyon, il rassemble un peu plus de 9000 ouvrages acquis régulièrement depuis 15 ans (2003-2018) sur les crédits alloués à la documentation de l’Institut d’Asie Orientale (UMR 5062) à Lyon. Ce fonds exceptionnel s’est construit au départ sur des crédits spéciaux du CNRS ou des subventions de l’ancienne Région Rhône-Alpes (RA) ou encore grâce aux dons de chercheurs.

Le petit mandarin du Fonds Langlet-Quach © 2014 IAO

Sur cet ensemble, 5867 ouvrages sont aujourd’hui catalogués. Cependant, une partie importante du fonds (environ 35%), toujours en cours de tri, de classement et de catalogage reste invisible aux chercheurs. Nous proposons ci-après un aperçu des collections en cours de traitement.

Ouvrages catalogués : 5867

Le fonds catalogué des ouvrages en langue vietnamienne couvre tous les domaines des sciences humaines et sociales avec une prédominance de l’histoire (sources anciennes et contemporaines). Pour une vue générale de ce fonds, voir notre précédent billet de juillet 2016 : Les collections vietnamiennes de l’Institut d’Asie Orientale (IAO) à Lyon

Ouvrages en cours de traitement : 3139

  • Fonds Boudarel : 1545

Comme pour le fonds Boudarel déjà catalogué, ces 1545 ouvrages couvrent les domaines de recherche de ce chercheur : histoire (sources sur l’histoire militaire, monographies sur le Parti) ;  sciences politiques (textes des dirigeants du Lao Dông puis du PCV, essais politiques) ; anthropologie (études sur le folklore, les mœurs, les ethnies minoritaires), littérature (ancienne, contemporaine, poésie, manuels, anthologies, mémoires d’acteurs). Cette partie du fonds ne comprend que des ouvrages publiés en RDVN puis en RSVN entre 1952 et 1999.

  • Fonds Langlet-Quach : 895

Le fonds Langlet-Quach est unique à bien des égards. Il rassemble de nombreuses de sources anciennes (la plupart cataloguées), des monographies sur la société pré-coloniale, sur la culture, sur la religion et surtout sur le bouddhisme vietnamien, sujet d’étude du Professeur Philippe Langlet.

  • Fonds IAO (achats annuels) : 559

Cette partie du fonds est cataloguée en priorité. Elle rassemble les ouvrages récents parus depuis 2011 avec de nombreuses sources sur l’économie, la société, la géopolitique et l’histoire politique ou militaire de la RSVN. Une petite partie de ce fonds concerne des ouvrages en vietnamien publiés à l’étranger au sein de la diaspora, principalement aux États-Unis.

  • Fonds Brocheux : env. 50

Ce petit fonds est presque exclusivement dédié aux ouvrages sur Hô Chi Minh qui ont accompagné Pierre Brocheux dans sa recherche biographique sur le dirigeant vietnamien.

  • Fonds Hémery : env. 40

Ce petit fonds rassemble des chronologies et quelques ouvrages sur la société ou le trotskisme vietnamien.

  • Fonds Inca/Région RA : env. 40/50

Cette partie des acquisitions régulières de l’IAO est consacrée à la littérature grise sous forme de rapports d’ONG ou d’organisations vietnamiennes ou internationales sur l’évolution de la société vietnamienne, comprenant parfois des données statistiques.

Quelques ouvrages en vietnamien (moins d’une dizaine) sont également présents dans les fonds particuliers de Paul Mus et de Judy Stowe.

Total du fonds en langue vietnamienne au 15 mars 2018 : 9006 ouvrages. Sur cet ensemble, après le tri (doublons et ouvrages à réparer), la bibliothèque vietnamienne de l’IAO devrait offrir aux chercheurs quelques 8500 références sur le portail de la Bibliothèque Diderot de Lyon.

FG

  • Prochain billet : “Sources pour l’histoire du communisme vietnamien” (collections de l’IAO)

Image “à la une” : monographies régionales sur l’histoire du parti communiste vietnamien et de la révolution © FG / IAO

Benoît de Tréglodé (dir.) : Histoire du Viêt Nam de la colonisation à nos jours [parution]

Parution le 15 mars 2018 d’un nouvel ouvrage sur l’histoire contemporaine du Viêt-Nam aux éditions de la Sorbonne sous la direction de Benoît de Tréglodé. Avec les contributions de Marie de Rugy (ch. 1), Pierre Journoud (ch. 2), François Guillemot (ch. 3), Benoît de Tréglodé (ch. 4), Jean-Philippe Eglinger (ch. 5), Christophe Gironde (ch. 6), Marie Gibert-Flutre (ch. 7), Syvie Fanchette et Nguyen Thi Thieng (ch. 8), Emmanuel Pannier (ch. 9), Paul Sorrentino (ch. 10), Peter Bille Larsen (ch. 11), Candice Tran Dai (ch. 12). Présentation de l’éditeur.

Saigon show uncovers century of conflict and political turmoil [VnExpress]

[ndlr] Exposition sur la période de la Première République du Sud Viêt-Nam à lire sur l’édition internationale en ligne de VnExpress (article de Manh Tung).

The Independence Palace has witnessed countless events unfold and shape the course of Vietnamese history.

Ho Chi Minh City will open an exhibition on Friday telling the story of its Independence Palace, one of the country’s most famous landmarks.

TheFrom Norodom Palace to Independence Palace 1868-1966″ exhibition will feature a collection of over 500 documents, pictures and artifacts showcasing the history of the Independence Palace, especially from the lesser-known time period between 1868 and 1966, said Tran Thi Ngoc Diep, director of the Independence Palace.

This exhibition is the most comprehensive ever about the palace, said Diep.

The exhibition will display how the palace was constructed and how its left-wing was destroyed by bombs during the war, and depict the rise and fall of former President of the Republic of Vietnam Ngo Dinh Diem. It will also show the self-immolation of Buddhist monk Thich Quang Duc in protest of the persecutions of Buddhists under Diem’s regime.

A central part of the exhibition is its colossal reserve of valuable historical documents, collected by historians from around the world. Many of them came from archives centers in Vietnam, the United States and France.

“We want to provide viewers with an interpretation of history itself, not just its recreation,” said Edward Miller, a professor of history and author of the book “Misalliance: Ngo Dinh Diem, the United States, and the Fate of South Vietnam”, who is one of the organizers.

“You must understand history in its particular context, not in isolated, separate time periods,” he said.

Lire la suite : VnExpress International, 07/03/2018

Pour en savoir plus :

Illustration “à la une” : l’historien Edward Miller présentant un panneau de l’exposition sur Ngo Dinh Diem © VnExpress/Manh Tung

 

Séminaires “Viêt-Nam, fractures d’une nation” [8 et 9 mars 2018]

[ndlr] Annonce de l’Institut d’Asie Orientale (IAO, UMR 5062).

François Guillemot exposera l’approche socio-historique de son ouvrage Viêt-Nam, fractures d’une nation (La Découverte, 2018) à Paris lors de deux séminaires de recherche :

  • Le jeudi 8 mars 2018 de 16h30 à 18h dans le “Séminaire d’actualité de la recherche en études vietnamiennes”. Ce séminaire organisé par la Section des Études vietnamiennes (UPD – Inalco) se déroulera en salle 247 E (Halle aux Farines) de l’Université Paris Diderot. [Affiche]
  • Le vendredi 9 mars 2018 de 16h à 18h dans le séminaire “France-Vietnam : un portail entre les cultures”. Ce séminaire organisé par le labex TransferS (ENS) se déroulera dans la salle Cavaillès à l’ENS, 45 rue d’Ulm. [Plus d’info]

Ces deux séminaires seront l’occasion de questionner la fabrique du Viêt-Nam contemporain et de débattre sur son histoire interne à travers quelques fractures identifiables.

Page dédiée à l’ouvrage sur Mémoires d’Indochine : https://indomemoires.hypotheses.org/26124

Présentation de l’éditeur : La Découverte