Sean Fear : How South Vietnam Defeated Itself

[ndlr] Article intéressant de la série Vietnam’ 67. Un regard sur la politique intérieure de la République du Viêt-Nam à la suite de la déflagration du Têt 1968.

In the early hours of Jan. 30, 1968, the first Communist rockets struck provincial capitals across South Vietnam. A nationwide ground assault followed, and by morning the next day, much of the urban South was besieged, including Saigon’s radio station, the South Vietnamese military headquarters and even the American Embassy. What local papers dubbed the “Year of Sand” — referring to the ubiquitous sandbags appearing in front of the nation’s doors and windows — was well underway.

In the United States, the attacks, which came to be known as the Tet offensive, are remembered as a psychological turning point, the moment when President Johnson is said to have lost the faith of CBS broadcaster Walter Cronkite — and by extension, the public at large. Indeed, though Communist forces suffered substantial losses in manpower and morale, the contradiction between American officials’ buoyant promises and weeks of astonishing televised carnage was never reconciled. But Tet’s political impact in South Vietnam proved equally significant, and no less critical, in determining the outcome of the war.

Still routinely mischaracterized as an American client regime, South Vietnam was home to millions of fervent but factionalized anti-Communists, mostly concentrated in urban centers and provincial capitals. Reacting to the shock of Tet, they set aside longstanding quarrels and rallied in a rare display of solidarity. But the outpouring of constructive energy following the Tet attacks was hastily squandered. Instead, President Nguyen Van Thieu used the opportunity to undertake naked power grabs, compromising the constitutional basis on which his legitimacy was premised, and driving even the most dedicated anti-communists to despair. Post-Tet resolve succumbed to cynical resignation, while military confidence and commitment eroded.

As a result, a moment that could have been a turning point for the country became the beginning of the end. When the government finally surrendered to Communist tanks in April 1975, the South’s political fate had long since been sealed.

Lire la suite : New York Times (23/02/2018)

Illustration « à la une » :A family fleeting fighting in Saigon in 1968. ©Tim Page/Corbis, via Getty Images

Infrarouge – L’île de lumière, quand la France sauve les boat people

[ndlr] En replay sur France TV le reportage de Nicolas Jallot.  Retour sur une époque généreuse envers les réfugiés et sur une émancipation politique.

En 1979, en mer de Chine, un navire français est transformé en hôpital et part en Mer de Chine pour secourir les «boat people», qui fuyaient le Vietnam par les eaux. Leur errance avait frappé les esprits et fut à l’origine au sein de la société française d’une spectaculaire mobilisation. Ce documentaire montre comment s’est ouvert une nouvelle époque avec ses icônes médiatiques : intellectuels, médecins de l’urgence, grands témoins. En lieu et place des engagements du passé, cette nouvelle élite annonce l’émergence d’une idéologie de la communication, au nom de l’humanisme et du devoir d’ingérence.

Lien vers le site : France TV

Une de Libération du 16/06/1979

Voir aussi : « Le Viêt-Nam et les damnés de la mer » sur le site de France Terre d’Asile. La tragédie des boat people fuyant par centaines de milliers le régime communiste vietnamien provoqua en France une mobilisation sans précédent. En appelant les médias à leur secours, l’humanitaire imposait une nouvelle stratégie. L’opération « un bateau pour le Vietnam » donna le coup d’envoi de cette « révolution » dans les affaires humanitaires.

The Vietnam War de Ken Burns et Lynn Novick (2017) : les vétérans prennent la parole

Réf. : The Vietnam War (fr :Vietnam), documentaire en 10 parties (9 pour la version internationale), 2017.

Réalisateurs : Ken Burns et Lynn Novick. Producteurs : Florentine Films, Weta, PBS en association avec ARTE France. Diffusé en Septembre 2017 sur Arte.

The Vietnam War de Ken Burns et Lynn Novick (2017) :

les vétérans prennent la parole

– Manon Barret –

« Ils ont porté des poux, des teignes, et des sangsues,

et des algues et diverses pourritures et moisissures

Ils ont partagé le poids du souvenir

Ils ont porté la terre du Vietnam elle-même »

Tim O’Brien, ancien combattant et écrivain

 

Au terme de dix années de travail en collaboration avec sa coréalisatrice et productrice Lynn Novick, ce sont dix épisodes de récit en images de la guerre du Vietnam que nous propose le réalisateur Ken Burns. Avec ce projet ambitieux, 17 heures d’un documentaire à 30 millions de dollars fait d’interviews et de photographies1, Burns a voulu apporter sur les écrans un regard neuf sur le déroulement du conflit, qui tiendrait également compte du camp ennemi et de l’allié oublié du Sud. Cette fresque n’est pas exhaustive et exempte d’approximations historiques. Mais ce qu’il est important de comprendre est pourquoi le réalisateur veut rouvrir le dossier du Vietnam et confronter le public américain à cet épisode de son histoire et quel message il veut lui adresser.

La question de l’équilibre des paroles

Dans une interview, Ken Burns a expliqué sa démarche de la manière suivante : « Lorsque les Américains parlent de la guerre du Vietnam, ils ne parlent que d’eux-mêmes. Ils ne parlent pas du fait que nous avons eu un ennemi et un vainqueur, et un ancien allié au Vietnam du Sud dont le pays n’existe plus »2. Pourtant, dès l’affiche du documentaire, annonciatrice de la structure du film, apparaît une contradiction. Sur fond de paysage de rizière au ciel rougeoyant où passe un hélicoptère se dresse la silhouette noire anonyme d’un soldat en marche. Le paysage et le contexte historique sont d’ores et déjà familiers pour tous les spectateurs imprégnés de l’iconographie hollywoodienne des années 1980, de « Apocalypse Now » à « Platoon » en passant par « Voyage au Bout de l’Enfer ». L’affiche est scindée en deux et dans sa partie inférieure se reflète, comme dans un miroir d’eau la silhouette d’un Vietnamien portant une palanche et coiffé d’un nón lá, le chapeau conique. Bien que composant l’exacte moitié de l’image, sa présence ne saute pas aux yeux, à moins de porter un regard attentif.

Le film comprend en tout 80 témoignages, de vétérans essentiellement, mais aussi de civils et de parents de soldats. Sur ces 80 témoignages, 28 seulement émanent de Vietnamiens, camps Nord et Sud confondus, soit un peu plus d’un tiers des intervenants. Ce chiffre montre que Ken Burns ne peut prétendre à raconter l’histoire de tous, mais bien celle d’une guerre du point de vue américain – un propos qui a, certes, gagné en nuance par ses intervenants vietnamiens par rapport à des récits filmés antérieurs. Une autre remarque peut être faite sur ces témoignages : l’attention portées à certaines histoires plutôt qu’à d’autres est parfois difficilement justifiable. Prenons l’exemple de deux intervenantes. Nguyên Thanh Tung combattit avec le Viêt Minh du début du conflit avec les troupes françaises et le Front National de Libération jusqu’à la fin de la guerre civile ; ses deux fils sont morts au combat. Son temps de parole se réduit à deux interventions sur un épisode. D’un autre côté, la mère du soldat américain Denton Crooker Jr intervient sur deux épisodes pour nous parler de l’engagement de son jeune fils dont elle a désespérément attendu le retour aux États-Unis. On ne peut nier que la souffrance de la guerre fut partagée par tous les intervenants ; en revanche il eût été approprié, ne serait-ce que pour une question de véracité historique, de souligner qu’il existe différents degrés dans l’expérience de l’horreur des combats. De même, le duty des soldats américains n’est pas parfaitement symétrique à l’engagement militaire des Nord-vietnamiens. Tandis que dans le camp américain les jeunes soldats partaient pour six mois à un an, avaient tous les jours leurs rations de nourriture et de munitions assurées, le quotidien ne revêtait pas la même stabilité dans le camp ennemi. En outre, le départ au combat était le plus souvent un voyage sans retour pour les soldats du Nord Vietnam (RDVN). L’écrivain Bao Ninh, qui prend la parole à plusieurs reprises dans le documentaire, n’est pas rentré chez lui pendant 6 ans. Dans son témoignage il raconte (épisode 9) : « Là où j’habitais, six hommes étaient partis à la guerre. J’ai été le seul à revenir. »

On peut songer aussi à tous ceux qui n’ont pas pris la parole : les civils présents sur les zones de combat sont ceux dont l’absence se fait ressentir le plus au milieu des témoignages des vétérans. La guerre racontée par Ken Burns est un guerre de soldats affectés pour un temps donné à un terrain d’action, avec des armes et des objectifs de mission, et l’espoir du retour à la maison. Qu’en est-il lorsque votre foyer est le champ de bataille, vous et votre famille des cibles en mouvement, et que vous n’avez d’autre choix sinon d’attendre, des années durant, la fin des bombardements ? La question des civils n’a pas été assez traitée3. C’est là toute l’ambiguïté du film de Ken Burns. L’intention du réalisateur était de rendre leur place dans le récit de la guerre du Vietnam aux Vietnamiens, ennemis ou alliés, pourtant son regard s’est attardé plus longuement sur les Américains dont les témoignages occupent la plus grande partie du film. L’écran est partagé, pour autant ce partage n’est pas équitable. Pourquoi ? La réponse réside dans l’auditoire à qui s’adresse le film et dans le message qui veut être passé.

La guerre, vue depuis le champ de bataille, et le patriotisme

Burns a réussi sa démonstration sur un plan : celui de montrer que la complexité d’un conflit armé ne trouve sa véritable expression que dans les récits individuels. On oscille entre ces deux versants de l’expérience du combat que sont les remords et les traumatismes face à la violence de la guerre d’un côté et la fierté de l’engagement et de la bravoure au combat – récompensée par les médailles – de l’autre. Vincent Okamoto, le soldat d’origine japonaise le plus décoré du conflit, livre ses impressions après le récit d’une opération de « nettoyage » d’un tunnel vietnamien : « C’est la première fois que j’ai pris conscience d’avoir tué des gens, et ça n’avait rien de glorieux. » Au travers des récits de soldats, c’est le concept même de patriotisme qui est interrogé. Peut-on tout faire et tout accepter au nom de la mère patrie ? Dans l’épisode 6, le soldat Lo Khac Tam de l’armée Nord Vietnamienne résume en une phrase cette ambiguïté : « J’ai reçu la médaille de ‘valeureux soldat tueur d’Américains’ … mais on l’a payée du sang de nos camarades ».

D’aucuns ont reproché au film de dresser le portrait des vétérans du Vietnam comme des individus tristes, détachés et presque dégoûtés par leur implication dans les combats. Pourtant, les sondages montrent que 90 % des hommes qui ont servi sont fiers de leur engagement. Le sense of pride4 relativement absent du film est un parti pris qui ne rend pas entièrement compte de ce que signifie être un vétéran du Vietnam. Le réalisateur montre clairement de quel côté il se situe, mais rappelle aussi que les États-Unis se sont déchiré, et se déchirent encore, autour de la légitimité de la guerre. Le verdict du procès du soldat tenu pour responsable de la tuerie de Mai Lai était « aussi controversé que la guerre elle-même » : à l’époque, 79 % des Américains n’étaient pas d’accord pour reconnaître le soldat coupable.

« Burns et Novick nous livrent une nouvelle œuvre monumentale pour apporter une lumière nouvelle sur un conflit qui divise toujours les États Unis. The Vietnam War, c’est l’histoire d’une plaie jamais fermée.  » (Manon Barret)

Le récit d’une débâcle politique et d’une déchirure sociale

Burns veut montrer que la guerre se déroulait autant aux États-Unis que sur le sol Vietnamien, de par les fractures qu’elle a créées entre les citoyens et le monde politique d’une part et au sein de la société américaine d’autre part. Le documentaire a le mérite de rendre explicite, et même didactique, le rôle joué par les présidents américains dans l’initiative de la guerre et dans l’intensification de l’ampleur et de la violence des combats. Le silence fut gardé pour éviter à tout prix l’humiliation d’une défaite cuisante comme avaient connu les Français à Ðiện Biên Phủ avant eux. Aucune figure politique ne reçoit de traitement de faveur dans le film, pas même John F. Kennedy. On rappelle qu’il a transgressé les accords de Genève dès le début en venant grossir les rangs de l’armée Sud Vietnamienne et que l’agent orange fut utilisé sous son mandat dès 1961. Nul besoin d’effets cinématographiques élaborés pour montrer tout le cynisme des décisionnaires de la guerre : toutes les conversations téléphoniques des protagonistes américains sont archivées. On voit à l’écran des bobines d’enregistrements audio tourner tandis que les preuves accablantes de l’hypocrisie de la vie politique parviennent à nos oreilles. « Je voulais juste que vous sachiez à quel point cela me touche, et tous ces bruits qui courent à propos de [toussotement] quelqu’un essayant de saboter l’action du gouvernement de Saigon n’ont absolument aucune crédibilité de mon point de vue», voilà les propos de Richard Nixon au président Lyndon Johnson le 3 novembre 1968, après qu’il ait délibérément sapé les négociations de paix à Paris en promettant son soutien au Président sudiste Nguyên Van Thiêu contre le Nord Vietnam.

Le documentaire fait la part belle aux mouvements sociaux qui ont secoué l’Amérique des années 1960, des mouvements qui avaient pour toile de fond la guerre du Vietnam. Les mouvements anti-war et pro-war nés de cette époque trouble ont façonné deux visions opposées de l’Amérique qui se font encore face de nos jours. A l’échelle des parcours individuels, c’est tout le combat moral interne de l’Amérique qui s’exprime. Les destins parallèles des soldats Karl Marlantes et Tim O’Brien sont un reflet des luttes entre sens du devoir et convictions politiques. L’épisode 7 commence avec l’histoire de O’Brien, engagé dans l’armée avant tout par peur du jugement de sa communauté. Marlantes de même ne voulait pas être un « planqué » selon ses propres mots tandis que ses camarades risquaient leur vie au Vietnam. Les deux hommes se battaient pour une guerre qu’ils estimaient injuste, mais ils ne pouvaient envisager de « trahir » les leurs.

« Ni gagnants, ni perdants », quel bilan et quel message ?

Quel bilan faut-il retenir de la guerre selon Burns ? Le réalisateur semble partager le point de vue de Bao Ninh qui dit « il ne reste que des ruines » (premier épisode). Les destins individuels de plusieurs soldats tout au long du conflit nous montrent le long basculement des volontés, d’un patriotisme martial chevillé au corps à la désillusion, la défiance croissante envers le gouvernement et la remise en cause de l’objet de la guerre en lui-même. Les premiers épisodes nous donne à voir au milieu des années 1960 le jeune Denton Crocker Jr, plein de fougue et prêt à faire pression sur ses parents pour partir au combat avant l’âge requis. Dans les derniers épisodes, l’image des troupes américaines est celle d’une horde de soldats désabusés qui puisent dans la drogue des sursauts de motivation (épisode 8). La construction du mémorial aux Vétérans à Washington est un moment émouvant du film qui, arrivé au dixième épisode du documentaire, montre un point de vue fataliste et sans équivoque du bilan de la guerre : ni gagnants, ni perdants, la guerre ne fut pourvoyeuse de rien d’autre sinon de mort pour de jeunes soldats d’extraction modeste. Au delà des chiffres et des récits de bataille, la guerre est avant tout cette accumulation de récits de vies qui ont pris fin au seuil de l’âge adulte, résumés par des noms gravés sur un mur.

La fuite de Saïgon est un des derniers moments forts de la saga. Le récit du retrait des troupes américaines et l’abandon des Sud-Vietnamiens à leur sort, ces images historiques bien connues prennent des allures de mea culpa teinté de honte5 au nom de tout un pays lorsque, en off, on peut entendre un ancien analyste de la CIA, Frank Snepp : « La plupart des américains n’aimeraient pas entendre que les communistes étaient des alliés plus fidèles, mais c’était en fait le cas. »

★ ★ ★

Kens Burns aime à faire « rimer »6 l’histoire de l’Amérique. Son propos n’est jamais tout à fait éloigné de la réalité contemporaine. « The Vietnam War made the war matter again »7, c’est sans nul doute le plus grand mérite du film : rouvrir le débat sur les responsabilités américaines. Si grandes soient les omissions du film sur un plan historique – la colonisation française résumée en 20 minutes, le rôle amoindri des Sud-Vietnamiens – on ne peut lui retirer le courage de mettre les États-Unis face à leurs erreurs et leurs contradictions. La guerre filmée, l’intervention des troupes américaines sur des terrains étrangers pour des raisons obscures, le mensonge et la duplicité des élites politiques impliquées dans les décisions de guerre… Les parallèles entre le Vietnam et l’histoire récente des États-Unis au Moyen-Orient sont aisément traçables8. C’est tout le sens de l’effet Ken Burns9, l’effet de zoom lent sur des images fixes dans les documentaires. Le réalisateur redonne du mouvement aux images d’archive figées, il nous invite à les regarder attentivement. S’en est-il jamais caché ? Toute l’œuvre de Ken Burns10 est tournée vers l’Amérique et son peuple. Qu’il parle de jazz, de baseball, de Conquête de l’Ouest, de Mark Twain ou de la Seconde Guerre Mondiale, ou à présent de la guerre du Vietnam, le cinéaste poursuit toujours le même objectif : analyser la construction de l’identité des États-Unis, et par là même exposer à la société américaine contemporaine la racine de ses maux.

Manon Barret, promotion ASIOC 2017-2018

Sommaire des épisodes11.

Pour chaque épisode les titres français et américains (aux sens parfois très différents) sont écrits. En raison de sa longueur, la version américaine contient un épisode de plus que la version internationale – voir épisode 4.

1) Indochine, la Fin 1858 – 1961 / Déjà Vu

« Au terme d’une guerre longue et brutale, les révolutionnaires indépendantistes du Viet-Minh menés par Hô-Chi-Minh mettent fin à près d’un siècle de domination coloniale. »

2) Insurrection 1961 – 1963 / Riding the Tiger

« Conseillé par le ministre de la défense Robert McNamara, favorable au concept de « guerre limitée », le président Kennedy envoie des bataillons des forces spéciales combattre aux côtés de l’armée sud-vietnamienne l’insurrection Viet-Cong qui gagne du terrain. »

3) Le Bourbier Janvier – Décembre 1965 / The River Styx

« Alors que le chaos menace à Saigon, où huit gouvernements se succèdent en 18 mois, Hanoi et le Viet-Cong multiplient les offensives dans le Sud. »

4) Le Doute Janvier 1966 – Décembre 1967 / Resolve Janvier 1966 – Juin 1967 & This is What We Do Juillet – Décembre 1967

« Le Président Johnson envoie toujours plus d’appelés au Vietnam, tandis que des troupes Nord-Vietnamiennes renforcent le Vietcong au Sud. »

5) Révoltes Janvier – Juillet 1968 / Things Falling appart

« A la veille des célébrations du Têt (la fête du Nouvel An Vietnamien), les troupes Nord-Vietnamiennes et les forces Vietcong lancent une série d’attaques surprises coordonnées sur les grandes villes et les bases militaires à travers tout le sud. »

6) Fantômes Juin 1968 – Mai 1969 / The Veneer of Civilization

« De Paris à Prague, de Berlin à Washington, l’esprit de révolte gronde… »

7) Mer de Feu Avril 1969 – Mai 1970 / The History of the World

« Au printemps 1969, 543 482 soldats américains sont au Vietnam et 40 794 ont perdu la vie. Le moral des troupes est au plus bas. »

8) Guerre Civile Mai 1970 – Mars 1973 / A Disrespectful Loyalty

« Avec le retrait progressif des troupes américaines, les forces sud-vietnamiennes désormais seules, tentent en vain de couper la piste Hô-Chi-Minh au Laos. »

9) L’Effondrement Mars 1973 à nos jours / The Weight of Memory

« Alors qu’éclate le scandale du Watergate, la plupart des forces américaines quittent le Vietnam après la signature d’un accord entre Hanoi et Washington prévoyant le retour des troupes en échange du retour des prisonniers. »

___________________________________

Références citées :

Boulet-Gercourt, Philippe. « La division que vit l’Amérique trouve son origine au Vietnam », TéléOb, 18 septembre 2017. Accessed December 15, 2017. https://teleobs.nouvelobs.com/actualites/20170906.OBS4300/la-division-que-vit-l-amerique-trouve-son-origine-au-vietnam.html.

Callahan, Maureen. « ‘Vietnam’ reveals the folly of a war that scarred America », New York Post, 15 septembre 2017. Accessed December 15, 2017. https://nypost.com/2017/09/14/vietnam-reveals-the-folly-of-a-war-that-scarred-america/.

« Effet Ken Burns. » Wikipedia, 21 novembre 2017. Accessed December 15, 2017. https://fr.wikipedia.org/wiki/Effet_Ken_Burns.

McFarland, Melanie. « Ten years in the making, ‘The Vietnam War’ is broad and stunning » Salon, 18 septembre 2017. Accessed December 15, 2017. https://www.salon.com/2017/09/17/ten-years-in-the-making-the-vietnam-war-is-broad-and-stunning/.

« The Films », site de Ken Burns. Accessed December 15, 2017. http://kenburns.com/the-films/.

Theintercept, « The Ken Burns Vietnam War Documentary Glosses Over Devastating Civilian Toll », The Intercept, 28 septembre 2017. Accessed December 15, 2017. https://theintercept.com/2017/09/28/the-ken-burns-vietnam-war-documentary-glosses-over-devastating-civilian-toll/.

Ural, Andrew Wiest and Susannah, « Opinion | The Ken Burns Effect », The New York Times, 29 octobre 2017. Accessed December 15, 2017. https://nyti.ms/2y5tFP4.

West, Bing, « Missing from Ken Burns’ ‘Vietnam’: The patriotism and pride of those who fought », New York Post, 19 septembre 2017. Accessed December 15, 2017. https://nypost.com/2017/09/19/missing-from-ken-burns-vietnam-the-patriotism-and-pride-of-those-who-fought/.

 

Notes

  1. La chaîne Arte, qui a diffusé le documentaire en France, a proposé aux spectateurs une version condensée en neuf épisodes. Cette version française est disponible à la vente sur le site de vidéo à la demande de la chaîne franco-allemande, à voir sur : https://boutique.arte.tv/detail/vietnam_neuf_episodes []
  2. Boulet-Gercourt, Philippe. « La division que vit l’Amérique trouve son origine au Vietnam. » TéléObs. September 18, 2017. Accessed December 15, 2017 []
  3. Theintercept. « The Ken Burns Vietnam War Documentary Glosses Over Devastating Civilian Toll. » The Intercept. September 28, 2017. Accessed December 15, 2017 []
  4.  West, Bing. « Missing from Ken Burns’ ‘Vietnam’: The patriotism and pride of those who fought. » New York Post. September 19, 2017. Accessed December 15, 2017 []
  5. Callahan, Maureen. « ‘Vietnam’ reveals the folly of a war that scarred America. » New York Post. September 15, 2017. Accessed December 15, 2017 []
  6. Boulet-Gercourt, Philippe. « La division que vit l’Amérique trouve son origine au Vietnam », art. cit. []
  7. Ural, Andrew Wiest and Susannah. « Opinion | The Ken Burns Effect. » The New York Times. October 29, 2017. Accessed December 15, 2017 []
  8. McFarland, Melanie. « Ten years in the making, ‘The Vietnam War’ is broad and stunning. » Salon. September 18, 2017. Accessed December 15, 2017 []
  9. « Effet Ken Burns. » Wikipedia. November 21, 2017. Accessed December 15, 2017 []
  10. « The Films. » Ken Burns. Accessed December 15, 2017 []
  11.  Arte. « Vietnam. » ARTE Boutique – Films et séries en VOD, DVD, location VOD, documentaires, spectacles, Blu-ray, livres et BD. Accessed December 15, 2017 []

Ông Bùi Tín lý giải các góc độ trận Tết Mậu Thân [BBC]

Alors que le débat fait rage sur la toile sur le cinquantième anniversaire de l’Offensive du Têt et en particulier sur le rôle de quelques intellectuels communistes pendant le massacre de Huê, le colonel Bui Tin a donné dans un entretien avec la BBC (programme en vietnamien) quelques clés de compréhension de cet événement majeur de la guerre du Viêt-Nam.

Lien : Ở Hà Nội ‘không có sự đồng nhất về Mậu Thân’, BBC Vietnamese, 19/02/2018.

Pour en savoir plus :

  • Thụy My, « Vì sao Việt Nam ít đề cập đến Tết Mậu Thân 1968« , RFI (Vietnam), 21/02/2018. Theo ông Nguyễn Quang A, 72 tuổi, một doanh nhân về hưu và cựu đảng viên đã trở thành một nhà ly khai ở Hà Nội, ký ức về Tết Mậu Thân chỉ được công khai nói đến bằng những từ ngữ mơ hồ. “Tôi nghĩ rằng Đảng muốn chôn vùi mọi kỷ niệm cũ, vì nó làm suy yếu tính chính danh của họ”.
  • Voir aussi le dossier sur le programme vietnamien de la BBC : 50 năm trận Tết Mậu Thân

Hwang Sok-Yong, L’Ombre des armes – Recension de Julia Fournier

Recension de : Sok-Yong Hwang, L’ombre des armes, 1992, Édition Zulma, 2003, traduit du coréen, 672 pages.

La présence sud-coréenne dans la guerre du Vietnam

Sous le régime du dictateur Park Chung-Hee, la Corée du Sud participe aux côtés des États-Unis à la Guerre du Vietnam. L’envoi de troupes coréennes en septembre 1964 au Vietnam se fait en échange de promesses d’aides financières et d’investissements dans les consortiums internationaux par les États-Unis. Environ 300 000 soldats sud-coréens ont combattu, c’est le 2ème plus gros bataillon défendant le Sud-Vietnam après les États-Unis.

Trois divisions sud-coréennes d’intervention se distinguent : The Tiger Division, The Blue Dragons, et The White Horse. L’armée coréenne était redoutée des Vietnamiens et reconnue des Américains. En effet, sur le terrain les divisions coréennes pratiquent l’art martial du Taekwondo et usent de stratégies très bien coordonnées ne laissant aucune chance à l’adversaire. Des villages vietnamiens étaient réduits en cendre, et les chefs de villages exécutés et leurs corps disposés comme exemple. Une armée efficace mais cruelle.

Malgré la forte présence de l’armée coréenne dans la guerre du Vietnam, le grand public n’en a généralement pas connaissance. De même, les actes que les soldats sud-coréens ont commis ne sont pas connus ni enseignés dans les manuels scolaires des élèves sud-coréens. Il y a, encore aujourd’hui, une guerre de mémoire entre le Vietnam et la Corée du Sud sur ce sujet. Les victimes vietnamiennes attendent une reconnaissance.

Hwang Sok-Yong, un écrivain militant aujourd’hui incontournable

Hwang Sok-Yong est né en 1943 en Mandchourie alors occupée par l’armée japonaise. Il a passé son enfance en Corée du Nord et s’exile avec ses parents à Séoul en 1950. Il fait des études en philosophie à l’université de Dongguk et est emprisonné en 1954 pour des raisons politiques. En 1966-1967, Hwang Sok Young a 23 ans et est envoyé combattre à contrecœur aux côtés des Américains dans la guerre du Vietnam. Il a combattu avec le contingent coréen à Da Nang.

« Quelle différence peut-il bien y avoir entre la génération de mon père enrôlée au sein de l’armée japonaise pour servir les ambitions impériales japonaises, et ma génération, mêlée à la guerre du Vietnam aux côtés des Américains pour établir « un axe américain » en Extrême-Orient pendant la Guerre Froide? » (Hwang Sok-Yong, The Old Garden, Seven Stories Press, page 540).

Au Vietnam Hwang Sok-Yong a fait partie d’une unité chargée du « nettoyage ». C’est à dire de l’effacement des preuves de massacres civils, en contact constant avec la mort et en témoin direct de massacres. Il écrit La pagode en 1970 basée sur ces expériences et remporte le prix littéraire du Chosun Ilbo (nom d’un journal sud-coréen).

En 1970, il publie notamment la nouvelle Monsieur Han, histoire d’une famille séparée par la guerre de Corée. C’est son livre le plus connu et celui qui ouvre sa carrière littéraire. En 1974, il édite un recueil de trois nouvelles Sur la route de Sampo puis une nouvelle Jang Gil-san qui fut publiée entre 1974 et 1984 en série dans un quotidien. Hwang Sok-Yong écrit des romans faisant parabole aux évènements historiques qu’il a vécu ainsi qu’à ses expériences personnelles. Bien que fictives, ses œuvres sont des témoignages indirectes et des best-sellers en Corée du Sud. Dans les années 80, Hwang Sok-Yong écrit aussi pour le théâtre, coordonne des écrivains contre la dictature de Park Chung-Hee et lance une radio clandestine et participe au soulèvement démocratique de Gwanju. En 1985, sort enfin L’ombre des armes, traduit en français en 2003. Il se rend à Pyongyang en 1989 pour soutenir des intellectuels nord-coréens puis s’exile à New-York car la loi sud-coréenne interdisait tout contact avec des Nord-Coréens. Il rentre à Séoul en 1993 et est tout de suite emprisonné pour atteinte à la sécurité nationale. Il est libéré en 1998 après les demandes d’organisations internationales et par la grâce du nouveau président Kim Dae-Jung. Il est aujourd’hui considéré comme un auteur classique incontournable et a reçu de nombreux prix internationaux.

L’Ombre des armes, un roman « total »

L’Ombre des armes est une œuvre imposante (670 pages tout de même) publiée en feuilleton en 1983 dans le mensuel Wolgan Joseon, puis en deux volumes en 1985 et 1988. Hwang Sok-Yong a attendu le départ du dictateur Chun Doo-Hwan et une libéralisation du régime pour publier le second volume. Cette dernière version de 1992 est traduite en français en 2003 par Lim Yeong-He, Françoise Nagel et Marc Tardieu. Ce récit, prenant la forme d’un roman, est basé sur l’expérience personnelle de l’auteur au Vietnam. Dans son œuvre, il aborde « l’ombre des armes », c’est à dire, ce qu’il se passe pendant la guerre du Vietnam derrière les confrontations armées : l’organisation, la logistique, l’économie ; mais aussi les confrontations d’idéaux qui se déroulent chez chacun, le non respect des règles et les limites de l’acceptable. En effet, Hwang Sok-Yong ne se concentre pas sur le carnage qui a eu lieu pendant la guerre (cependant les personnages n’échappent pas complètement à ce carnage inexorablement présent) mais il zoome sur l’aspect économique de la guerre : le marché noir. En changeant de chapitre, on change de personnage et nous voyons les choses de leur point de vue. Ainsi on a l’occasion de croiser différents personnages vietnamiens, américains et sud-coréens de différents milieux. On suit un jeune caporal sud-coréen, Ahn Yeong Kyu, affecté à Da Nang au département d’enquête des Forces Alliées. Il découvre le marché noir du port de Da Nang et la guerre économique qui s’y déroule. Il est à considérer comme le personnage principal. Il croise Pham Quyen, un commandant de l’armée sud-vietnamienne et son frère engagé dans les rangs viêt-congs. D’autres personnages les accompagnent tout au long du récit, des supérieurs, de la famille, des amours, des compagnons d’armes et collègues.

Marines sud-coréens en opération pendant la guerre du Viêt-Nam © DR

L’auteur ayant vécu une expérience proche de celles de ces personnages, les descriptions peignent un décor qu’il est facile de s’imaginer. L’auteur donne de l’importance aux gestes des personnages et peut consacrer une page à la description de la manière dont un personnage va se déshabiller, va conduire sur un trajet ou va se faire un café. Ces descriptions comportent toujours des détails qui apprennent de nouvelles choses au lecteur et l’aide à comprendre le monde dans lequel évoluent les différents personnages. Pour reprendre les exemples précédents, lorsque Ahn Yeong-Kyu retire son habit militaire usé qu’il a porté au combat, se lave, puis enfile une tenue de civil, un changement radical va s’opérer chez lui. Le personnage change de monde, d’apparence, de statut, de métier, de manière de communiquer verbalement et physiquement, d’identité et d’idéologie. La description d’un trajet en voiture va révéler des informations sur l’organisation militaire, l’état des routes et le déroulement des contrôles que les lecteurs n’auront jamais croisé ailleurs. Ce qui choque dans l’intrigue du livre d’Hwang Sok-Yong, ce sont les relations entre les Américains soldats et trafiquants en même temps, avec les Coréens présentés tantôt comme les  égaux des Américains, tantôt comme les frères des Vietnamiens.

★ ★ ★

 

L’ombre des armes  est très bien accueilli par les critiques français qui y voient une œuvre qui se démarque des autres, autant pour ce qu’elle raconte que pour son style littéraire. La personnalité originale de Hwang Sok-Yong ajoute à la singularité du livre. En effet, bien qu’il existe de nombreux livres sur la guerre du Vietnam, rare sont ceux évoquant la présence de l’armée sud-coréenne et encore plus rare ceux décrivant avec un tel réalisme le marché noir qui s’opérait derrière les affrontements armés.

En effet, ce livre a marqué les esprits des critiques. Ici, un extrait des dernières lignes d’un article de Lionel Besnier dans la revue Page en 2003 sur le roman :

« Ce roman n’est pas de guerre ou sur la guerre. Il parle d’hommes et de femmes pris dans la radicalisation de l’Histoire dans un pays de veuves, de prostitution et de trafics. Celui des armes reste dans l’ombre et dévore le reste. Un livre de référence. »

Le livre de Hwang Sok-Yong dénonce l’impérialisme américain et est emprunt d’actualité. Le sujet du marché noir en temps de guerre n’est que peu abordé aujourd’hui bien qu’il soit de pair avec l’intervention militaire des États-Unis dans un pays.

J’ai personnellement apprécié le livre. Et bien qu’il soit long, une fois qu’on l’a rouvert on se retrouve plongé auprès du personnage, curieux d’en apprendre plus sur les exactions commises et l’évolution des personnages dans ce milieu sans règles. Le style littéraire de Hwang Sok-Yong est convaincant et mêle souvenirs réels et fictions au suspens policier.

Julia Fournier

Références :

  • Lionel Besnier, « Hwang Sok-Yong », Page des libraires, n°83, juin-juillet-aout 2003.
  • André Clavel, « Un soldat sud-coréen englué dans la guerre du Vietnam », Le Temps, 31 mai 2003.
  • André Clavel, « Des matins pas si calmes », L’Express, 24 juillet 2003.
  • Claude Combet, « A l’ombre de la guerre du Vietnam », Livres Hebdo, 11 avril 2003.
  • Philippe Pons, « Corées, Vietnam, les perditions parallèles », Le Monde, 4 juillet 2003.
  • François Kasbi, « L’ombre des armes », Magazine littéraire, n°422, juillet-aout 2003.
  • Notice « Hwang Sok-yong », Wikipédia, mise à jour en novembre 2017.
  • RFI, « Guerre du Vietnam: les Sud-Coréens accusés de violences sur des civils », 22 mai 2015.
  • Lina Sankari, « Vietnam-Corée. La guerre sans fin des mémoires », L’Humanité, 6 février 2017.

Image « à la une » : Marines sud-coréens préparant une position défensive près de Tuy Hoa © Wikipedia  Larsen, Stanley Robert; Collins, James Lawton Jr. (1975) Vietnam Studies: Allied Participation in Vietnam, Washington, D.C.: Department of the Army, p. 137 Retrieved on 27 March 2007.

Julia Fournier est étudiante en Master 2 Asie orientale contemporaine (ENS de Lyon et Sciences Po Lyon). Tout d’abord intéressée par le Japon et les enjeux des mémoires de guerre, elle s’est ensuite tournée vers la Corée du Sud, un pays aux problématiques multiples encore peu étudié en France. Elle effectue actuellement une mobilité académique en Corée du Sud à Séoul.

Claire Ly : Revenue de l’enfer. Quatre ans dans les camps khmers rouges – Recension d’Emmanuel Delaunay

Recension de  : Claire Ly, Revenue de l’enfer. Quatre ans dans les camps khmers rouges, Paris, Éditions de l’Atelier / Les Éditions Ouvrières, 2002, 191 p. (rééditions en 2007 et 2014).

Claire Ly : de l’enfer au parcours spirituel

La confession d’une femme cambodgienne

L’auteure de ce récit, Claire Ly, est née en 1946 à Battambang, une ville située dans l’ouest du Cambodge et capitale de la province éponyme frontalière de la Thaïlande. Lors de l’arrivée des Khmers rouges, elle travaillait pour le ministère de l’Éducation nationale en tant que traductrice de manuels scolaires en français, après avoir été professeure de philosophie pendant quatre ans.

Entre avril 1975 et janvier 1979, elle est internée dans un camp de travail où, privée de sommeil et de nourriture, elle effectue des travaux de terrassement. En novembre 1975, elle y donne la vie à son second enfant. Après la chute du régime de Pol Pot et sa libération, elle émigre en 1980 en France avec ses enfants en tant que réfugiée politique.

De confession bouddhiste, elle se convertit au catholicisme en 1983 et s’investit dans la vie religieuse chrétienne, rencontrant le Pape François en 2016. Dans ce témoignage, elle fait part de son expérience humaine et spirituelle, de son itinéraire entre bouddhisme et christianisme.

L’illusion khmère rouge

17 avril 1975 : jour de la victoire de la révolution communiste khmère. Le 21 avril suivant, les Khmers rouges (portant un uniforme noir) arrivent à Battambang. Ils éliminent les intellectuels, les notables, les personnes liées à l’ancien gouvernement et les opposants. L’auteur perd ainsi successivement son père, un industriel aisé, son mari directeur de banque, son frère ainé un député puis son jeune frère, un commerçant marié avec une française.

La République khmère devient le Kampuchéa démocratique, dirigé par l’Angkar. L’Angkar désigne le Parti ouvrier du Kampuchéa, d’inspiration maoïste, placé sous l’autorité de Saloth Sâr, alias Pol Pot. L’objectif de l’Angkar est de créer par la dictature une société communiste sans classes, purgée de l’influence capitaliste, coloniale et religieuse.

L’auteure – Claire Ly, en khmer « Chhay Hun » – doit son salut à son statut de femme qui lui a permis de se faire passer pour une bourgeoise sans éducation.

L’Angkar donne l’ordre à tous les citadins de quitter Battambang dans l’heure qui suit car, disent-ils, les Américains vont venir les bombarder. Ils instrumentalisent l’exemple de Preah Vésandor qui est le modèle de détachement suprême pour les bouddhistes. Rien n’est permanent dans cette vie, tout n’est qu’illusion.

Partie avec son fils de 3 ans et sa mère notamment, Chhay Hun ne peut franchir la frontière thaïlandaise qui est bloquée et se retrouve dans un camp de fortune à la campagne puis dans un camp de travail. « Mon savoir livresque ne me sert pas, écrit-elle. Illusion de mes diplômes de philosophie et de droit. Tout n’est qu’illusion ici-bas » (p. 35), comme la vie d’une fille de famille aisée qui se croyait à l’abri de toutes les misères du monde grâce à son bon karma. « En quelques jours, il ne me reste plus rien » (p. 35).

La rééducation commence. L’auteure explique comment s’organise la dictature. L’idéologie khmère rouge prône la haine des classes comme moteur de l’avènement d’une société juste. La population est ainsi divisée en groupes de dix foyers et en coopératives de dix groupes. Le chef de groupe est de préférence un illettré issu d’un milieu ouvrier ou paysan. Cinq ou six espions sont choisis parmi la jeunesse paysanne.

Il y a le peuple en attente : ce sont les paysans qui peuvent continuer de jouir de leurs propriétés (maisons, arbres fruitiers, barques, instruments de pêche) et le peuple nouveau : c’est le peuple de la ville, mauvais, souillé par la civilisation occidentale. Il faut le purifier par la rééducation. Il ne possède plus rien, c’est par les travaux forcés qu’il deviendra un peuple pur. Les paysans, malheureux, ont un bouc émissaire, « celui formé par nous, les gens de la ville, les souillés, sur qui ils peuvent se défouler », écrit-elle (p. 46). En tant que membre du peuple nouveau, Chhay Hun est envoyée sur un chantier de terrassement et participe à la construction de digues.

Le bouddhisme questionné

Hun a de plus en plus de mal à comprendre les enseignements du Bouddha. Prise dans un étau de haine et de colère (qui l’éloigne de la sagesse ancestrale, précise-t-elle) elle ne sait comment trouver le chemin juste. Finalement, le chemin du milieu sera pour elle le « silence ». C’est la seule voie pour survivre car elle ne doit surtout pas trahir son milieu social, montrer son accent des villes et son vocabulaire.

Au bout de sept mois de rééducation, l’Angkar estime que le peuple des villes commence à marcher sur le chemin de la révolution. Il ne possède plus rien. Habilement, l’Angkar a monté chacune à son tour une classe sociale contre une autre. Ce sont maintenant les gens des villes qui surveillent les paysans appelés, eux aussi, à se purifier. Ceux-ci sont également dépossédés de leurs biens qui sont déclarés « biens de l’Angkar ».

En novembre 1975, Hun accouche d’une petite fille prénommée Ratha, prénom choisi par l’Angkar (pratiquement par la femme du président de la coopérative) et qui signifie fille de l’État. Elle peut allaiter son enfant mais doit le faire également pour les enfants des autres et réciproquement.

Pour le Kampuchéa démocratique, il n’y a en effet plus de cellule familiale, chaque mère étant mère de tous les enfants de l’État, le président de la coopérative étant le père de tout le monde.

Le compagnon du Ciel

Pour un bouddhiste, il ne peut y avoir d’injustice puisque tout est justifié par le karma. Hun commence à s’en détourner et à refuser les conséquences des actes commis dans « je ne sais quelle vie antérieure », écrit-elle.

Pour survivre aux travaux épuisants de terrassement dans un contexte de privation de sommeil et de nourriture, Chhay Hun a besoin d’un interlocuteur à qui parler. Elle ne peut s’adresser à son karma. Elle a alors l’idée (issue du bouddhisme pour les cas extrêmes) de se construire un « objet mental »  qui joue le rôle d’un bouc émissaire, un interlocuteur à qui parler et qu’elle appelle le « Dieu des occidentaux » (p. 66). Elle estime en effet que l’Occident est responsable tant des guerres d’Indochine et du Vietnam que de l’idéologie des Khmers rouges issue du marxisme. Elle insulte du matin au soir ce « Dieu des occidentaux : cet échange continuel avec ce Dieu témoin me donne l’énergie nécessaire pour survivre. Cette compagnie silencieuse m’a sauvée de la folie », explique-t-elle.

Peu à peu, par ces conversations avec son Dieu témoin, elle se sent moins chargée de haine. Elle se met même à lui adresser des « merci ». Lorsque par exemple, un gradé khmer rouge vient chercher son fils pour le soumettre à l’endoctrinement de l’Angkar, elle touche le fond du désespoir ; mais grâce à un stratagème des plus risqués, elle réussit à l’en soustraire : « je te remercie de tout cœur même si tu n’y es pour rien, tu es un compagnon indispensable » (p. 112).

Dans le « mouroir pagode » où elle a l’occasion de se rendre, elle voit un enfant d’un an environ et sa mère. L’enfant est si mal qu’il a les traits d’un vieillard. Elle demande à son Dieu témoin de le délivrer de cette vie. Le deuxième jour, l’enfant est mort et elle le remercie. C’est la première fois que le Dieu des occidentaux devient son Dieu tout court.

Elle constate que cette certitude d’être accompagnée a sorti son cœur et son esprit de la haine et de la vengeance. Elle se débarrasse de la logique du karma et accepte de s’affranchir de sa vie antérieure.

Libération et conversion en exil

En novembre 1978, les Khmers rouges sont pris d’un vent de panique. Chhay Hun comprend qu’ils ne peuvent plus s’occuper des prisonniers. Les cadres ont disparu. Le 7 janvier 1979, les Khmers rouges sont battus par les Vietnamiens, des soldats verts au lieu des soldats noirs. Les prisonniers sont libérés de l’esclavage des Khmers rouges, la famine est terminée.

Enceinte de son mari Sak après un mariage arrangé dans le camp, elle accouche d’un fils qu’elle prénomme Borey, signifiant « ville du bonheur » par défi à l’histoire tragique de son pays. Hun retourne à Battambang dans la maison de son père où elle a passé sa jeunesse mais elle se dit libérée de ce passé, d’autant que ce sont maintenant les communistes pro-Vietnamiens qui commandent après les communistes Khmers rouges.

Par l’intermédiaire de la Croix-Rouge, elle quitte finalement le Cambodge pour, via la Thaïlande, gagner la France avec ses enfants. Elle rejoint un foyer de jeunes travailleurs à Rodès, près d’Alès, puis elle s’installe dans un petit village du Gard, Saint Hilaire de Brethmas. Elle souhaite que ses enfants s’enracinent en France. Peu à peu, son Dieu devient le Dieu des chrétiens, et elle va finir par se convertir au christianisme. Ayant pris le nom de Claire Ly, elle est actuellement enseignante à l’Institut de Sciences et Théologie des Religions.

Le programme totalitaire des Khmers rouges entraina des crimes de masse (environ 1,7 million de morts) soit un quart de la population de l’époque1. En 2011, je me suis rendu sur les lieux de mémoire de l’ancienne prison de Tuol Seng (S-21) à Phnom Penh et sur l’ancien camp d’exécution de Choeung Ek situé à 17 kilomètres au sud-ouest de la capitale cambodgienne. Cette expérience m’a conduit à choisir le récit de Claire Ly. Son livre donne la mesure du drame cambodgien vu sous l’angle original d’un nouveau cheminement spirituel.

Emmanuel Delaunay, promotion ASIOC 2017-2018.

Image « à la une » : salle de torture à S21 © Claire Ly

Emmanuel Delaunay est étudiant en Master 2 Asie orientale contemporaine (ENS de Lyon et Sciences Po Lyon). Officier de sécurité civile, son intérêt pour l’Asie l’a conduit à reprendre ses études afin de se spécialiser sur cette aire géographique. Il effectue actuellement une mobilité académique en Chine.

Note

  1. Programme d’étude sur le génocide cambodgien de l’université de Yale, 1994 []

Séminaire Diglossie : conférence de Philippe Papin – 12 février 2018

[ndlr] Annonce d’une conférence de Philippe Papin, directeur d’études à l’EPHE.

Le lundi 12 février 2018 de 17h30 à 19h30, à la Maison des sciences de l’homme, 54 Bd Raspail, Paris 6°, salle 9.

Diglossie et digraphie dans le Vietnam classique

Conférence de Philippe Papin (EPHE), dans le cadre du séminaire SCRIPTA-PSL: Diglossie, traduction intralinguale, réécriture, commentaire.

Le Vietnam, à l’articulation de l’Asie orientale et de l’Asie du Sud-Est, offre le cas d’une histoire des langues et des écritures qui est d’une passionnante complexité. Au substrat local, disparu mais que les linguistes tentent de reconstituer sous le nom de « proto-viet-muong », se sont ajoutés le chinois classique et son extension démotique au Nord, le sanscrit et le cam au Sud, et puis, au XVIIe siècle, l’écriture romanisée qui a permis d’enregistrer la prononciation du vietnamien parlé. Cette intervention se propose de dresser le panorama linguistique du Vietnam et d’examiner les rapports entre l’écriture et l’oralité à travers des exemples concrets pris dans le corpus des sources épigraphiques.

Séminaire organisé par Rainier Lanselle et Andréas Stauder, Directeurs d’études à la Section des Sciences historiques et philologiques.

Source : EPHE

Do Benoît Hien & Pham Quang Minh : Nouvelles élites économiques vietnamiennes

[ndlr] Parution d’un numéro intéressant de la revue Études Vietnamiennes (N°3-2017, 205) sur les élites économiques de la RSVN. Extrait de l’introduction (p. 5-6, corrigée par nos soins) de cette étude rédigée en 2015.

Un regain d’intérêt se dessine ces dernières années dans de nombreuses disciplines à l’égard des études sur les élites économiques. Cet objet de recherche prend une résonance particulière dans le contexte actuel de crises financières et économiques ainsi que de remise en cause de modèles managériaux. Qu’est-ce qui, aujourd’hui, assied l’autorité économique ? Les détenteurs de cette autorité et leurs critères d’éligibilité sont plus que jamais variés : la propriété du capital, le diplôme, le poids des réseaux sociaux, l’appartenance politique. Les trajectoires ou les modes de sélection pour accéder à un tel statut ne semblent pas, en tout cas, suivre un schéma-type.

Au Vietnam, l’intérêt porté à ces questions est d’autant plus légitime que l’environnement sociopolitique vietnamien connaît des tournants majeurs. Près de trois décennies après le lancement de la politique de « renouveau » (doi moi), lors du VIe Congrès du Parti communiste en 1986, l’économie vietnamienne, laboratoire des réformes, se voit muter d’un régime de gestion centralisateur et dirigiste à ce que l’on appelle désormais une « économie de marché à orientation socialiste ». Les objectifs de modernisation et d’industrialisation du pays, ainsi que l’ouverture et l’intégration internationales bouleversent le paysage économique et changent en profondeur ses acteurs.

Peut-on parler de l’émergence d’élites nouvelles dans une économie métamorphosée, bon gré mal gré, par la politique nationale d’ouverture et d’intégration internationale ? Ce renouvellement porte-t-il les caractéristiques de la « transition » – terme utilisé pour qualifier la longue et singulière étape de développement politico-économique du Vietnam – initiée dès les années du doi moi et dans laquelle le pays se situe toujours en 2015 ?

Cette étude se propose de mettre en relief ce passage de l’ancien au nouveau mode de gestion économique et de questionner s’il  a donné lieu au remplacement d’une élite par une autre, ou à l’arrivée de nouveaux membres venus se greffer aux représentants de l’élite ancienne. Cette analyse de l’évolution des élites économiques vietnamiennes sur plus de deux décennies vise ainsi à explorer les changements et/ou les constances dans le profil et les parcours des dirigeants d’entreprise, notamment à l’heure où le pays s’engage plus profondément dans l’intégration internationale, parallèlement aux mutations du socialisme vietnamien. […]

Do Benoît Hien & Pham Quang Minh

  • Attention : Pour les personnes intéressées, l’intégralité de ce numéro est disponible en téléchargement libre sur le site de l’IRASEC : Carnet de l’Irasec

Vietnam jails activist for 14 years for livestreaming pollution march [The Guardian]

[ndlr] En RSVN, le tribunal populaire de la province de Nghe An prononce une peine de 14 ans de prison pour un activiste social de 24 ans.

Hoang Duc Binh had posted footage on Facebook of fishermen protesting following a huge chemical spill from a steel plant.

A court in central Vietnam has sentenced an activist to 14 years in jail for livestreaming fishermen marching to file a lawsuit against a Taiwan-owned steel plant’s spill of toxins into the ocean.

Hoang Duc Binh, 34, was convicted of abusing democratic freedoms to infringe on the interests of the state, organisation and people, and opposing officers on duty, following a trial on Tuesday by the people’s court in Nghe An province, lawyer Ha Huy Son said.

Fellow activist Nguyen Nam Phong was given two years in jail for opposing officers on duty.

During last February’s livestream on Facebook, Binh commented that the fishermen were stopped and beaten by authorities. Son said Binh told the court that he made the comments, but he denied committing a crime because what he said was true.

The court said his comments were untrue and slandered authorities.

Reuters reported that the 14-year jail term is one of the toughest sentences to have been delivered against an activist in Vietnam.

Lire la suite : The Guardian, 6/02/2018.

Illustration « à la une » : Vietnamese activist Hoang Duc Binh (centre L) standing inside the courtroom with co-accused Nguyen Nam Phong in Nghe An province. © Vietnam News Agency/AFP/Getty Images