La lutte contre la corruption, outil politique du Politburo vietnamien

La reprise en main du Parti communiste vietnamien (PCV) sur les affaires du pays se confirme au fil des mois. Depuis le XIIe Congrès marqué par l’éviction de Nguyên Tân Dung, Premier ministre de la RSVN pendant dix ans, de 2006 à 2016, le niveau politburo a entrepris une vaste opération de reprise de contrôle sur une partie du monde politico-économique qui lui échappait – les fameux groupes d’intérêts – et sur ses propres cadres. Cette opération se déroule actuellement sous deux formes : la première consiste à re-discipliner les cadres du Parti, la seconde à lutter contre la corruption. Ces deux outils apparaissent néanmoins comme un moyen de consolider le dirigeant actuel du PCV Nguyên Phu Trong, secrétaire général du PCV depuis 2011 et son équipe. On a pu observer ces dernières semaines les moyens mis en œuvre pour traquer jusqu’à l’étranger, hors des frontières du Viêt-Nam, des hauts cadres impliqués dans des réseaux économiques susceptibles de damer le pion au parti et, ce n’est guère un hasard, souvent lié au réseau politico-économique de l’ancien Premier ministre. Compte tenu de la complexité du dossier et le temps qu’il conviendrait de passer pour l’analyser en profondeur, la rapidité de l’enquête et du jugement questionne déjà les avocats du pays1.

Rectification idéologique et verrouillage intérieur

L’histoire du Parti communiste vietnamien est jalonnée de campagnes de « rectification idéologique » et de mises à l’épreuve de ses membres. La purge brutale initiée par la réforme agraire radicale de 1953-1956 n’a pas été rééditée du fait de sa violence contre-productive et de la fracture qu’elle a laissé au sein du mouvement communiste2. Par contre, des purges internes plus douces, du moins beaucoup moins brutales qu’en Chine populaire et surtout moins médiatisée par le pouvoir en place, ont été menées tout au long de la guerre de réunification. La plus célèbre reste la campagne contre le révisionnisme anti-parti initiée en 1967 pour museler la branche pro-soviétique du Parti des Travailleurs du Viêt-Nam et mener tambour battant la guerre de réunification3. Ce système d’autocontrôle, pour préserver l’unité et le caractère monolithique du parti a bien fonctionné pendant la guerre dans le secret d’une information étatique triée sur le volet.

Il fonctionne aujourd’hui, quarante-trois ans après la fin de la guerre civile, de moins en moins bien surtout depuis l’avènement de la politique de Renouveau (lors du VIe Congrès de décembre 1986). D’une part, parce que la politique pragmatique initiée par le Dôi Moi a remis en selle les « experts » au détriment des « rouges » et d’autre part, parce qu’il fallait réinventer une voie idéologique, celle de « l’économie de marché à orientation socialiste » pour accompagner les changements économiques et sociaux. Ces dernières trois décennies ont ainsi vu émerger des sensibilités plus ou moins concurrentes au sein du PCV. On a ainsi parlé de plusieurs binômes antagonistes tels que rénovateurs vs conservateurs sur le plan politique,  pro-américains vs pro-chinois sur la question de la Mer de Chine méridionale, libéraux vs planificateurs sur le plan économique, services secrets militaires (Cuc 2) vs service secrets policiers (Cuc 5) sur la conduite de la sécurité nationale, nordiste vs sudiste, etc. Tous étant d’accord pour maintenir la cohésion fondamentale du Parti pour se maintenir au pouvoir. A l’issue du XIIe congrès national, le secrétaire général, reconduit dans ses fonctions, avait déclaré à la presse :

« Nous tenons à suivre les recommandations de l’Oncle Hô : préserver la solidarité au sein du Parti, protéger la moralité du Parti pour diriger le peuple sur la voie choisie par le Parti, le Président Hô Chi Minh et le peuple »4

Ce facteur (primauté de la cohésion) exige que les affaires se règlent dans le secret du fonctionnement du Parti, dans les alcôves des Comités populaires et des différentes instances d’auto-contrôle de l’État-Parti (les comités d’éducation et de propagande et les services de contrôle dédiés à la discipline de Parti). Autrement dit, le PCV dispose d’une police interne qui veille à la cohésion et à la soumission des différentes sensibilités au Politburo en exercice. La publication du Décret 102 du Politburo le 15 novembre 2017 concernant la discipline du Parti est claire5. Gare à ceux qui s’écartent de la ligne officielle, qui enfreignent les lois strictes du règlement ou qui entendent s’émanciper par le pouvoir économique. Une lecture des événements récents peut-être faire dans ce sens. Et si l’on remonte dans le passé, les cas de Nguyên Van Linh et de Vo Van Kiêt peuvent être évoqués pour montrer à quelle point la ligne rouge dessinée par le Politburo ne peut être franchie. Rappel des faits à travers les affaires Trinh Xuân Thanh, Dinh La Thang et Vu Nhôm.

Procès pédagogiques et regrets éternels

Récemment, l’opinion publique vietnamienne a suivi avec assiduité un long feuilleton de « procès pédagogiques » contre la corruption. Si le feuilleton « comment faire tomber de hauts-cadres corrompus indisciplinés » déclenche une passion populaire et une certaine empathie de la population pour la répression des comportements abusifs, il semble cacher des desseins politiques plus complexes qui ont maille à partie avec les dirigeants actuels soucieux d’imposer une discipline de fer à ses cadres. En effet, depuis la destitution de Nguyên Tân Dung en janvier 2016, une lutte interne s’est engagée pour reprendre le contrôle du Parti notamment au Sud. Le « réseau » de l’ancien Premier ministre est l’objet d’attaques ciblées. La première victime de poids fut Dinh La Thang, un membre du Politburo, né en 1960 et originaire de Nam Dinh, objet d’une action disciplinaire du Parti et poussé à la démission du Comité du Parti à Hô Chi Minh-Ville dont il était secrétaire depuis un an et 94 jours6. M. Thang est finalement destitué (provisoirement) le 8 décembre 2017 de ses fonctions de Vice-directeur du Comité central du Parti pour l’économie et de celle de député de l’Assemblée nationale pour la province de Thanh Hoa. En dehors de ces dernières fonctions, Dinh La Thang fut désigné par le Premier ministre Phan Van Khai (en fin de mandat) à la fin de l’année 2005 pour intégrer le bureau directeur chargé de la gestion de l’entreprise d’État PetroVietnam dont il assura la présidence à partir de janvier 20067. Le 22 janvier M. Thang était condamné en première instance à 13 ans de prison pour « actes volontaires contraires aux réglementations de l’État relatives à la gestion économique, causant de graves conséquences »8.

Le second personnage issu des rangs du PCV à être inquiété a fait la une de la presse vietnamienne en début d’année. Dirigeant entre 2009 et 2013 de l’entreprise d’État PetroVietnam (Petrovietnam Construction Joint Stock Corporation), Trinh Xuan Thanh (né en 1966) fut accusé d’avoir fui à Berlin en Allemagne après avoir causé des pertes massives à hauteur de 4 milliards de VND (environ 145 millions d’ euros) pour l’entreprise publique. Ce héros du travail (récompensé en 2011), aurait provoqué ce trou par des malversations volontaires notamment en plaçant l’argent hors du Viêt-Nam. Kidnappé en Allemagne par la police secrète vietnamienne et arrêté, il est extradé vers son pays le 23 juillet 2017 pour y être jugé9. Fait notable, membre du PCV, Trinh Xuan Thanh a débuté sa carrière en Allemagne de 1990 et 1995. Fait-il partie de ces « retours de l’Est » qui ont apporté du crédit au Renouveau économique ? Outre cet aspect économique, l’affaire s’avère politique. En effet, avant son départ en Allemagne en septembre 2016, M. Thanh avait demandé expressément de quitter le Parti et ses différentes fonctions soulignant un manque de confiance envers le Politburo actuel et en particulier envers Nguyên Phu Trong le secrétaire général du PCV. Sa demande a été publié dans la presse10 mais aussi sur un blog dissident (voir plus bas).

A partir du lundi 8 janvier, un procès pour « actes volontaires contraires aux réglementations de l’État relatives à la gestion économique, causant de graves conséquences », et « détournement de biens » s’ouvrait à Hanoi avec Trinh Xuan Thanh et neuf co-accusés11. Cependant, décidé à faire entendre sa voix, le principal accusé a plaidé non coupable, mettant en avant le manque de preuves. Néanmoins au cours de cette semaine d’audience la défense de M. Thanh s’est modifié et les médias vietnamiens ont relayé ses regrets et excuses publiques dans le style le plus pur des procès pédagogiques : excuses à Nguyên Phu Trong envers lequel il avait des émis des doutes politiques12. Faire amende honorable c’est aussi tenter de sauver sa peau car la condamnation est lourde : la perpétuité. Or, les excuses de M. Thanh parasitée par sa contestation des faits (il aurait été l’objet d’une manipulation) n’ont pas suffi à réduire considérablement sa peine. Lors d’une seconde audience concernant une autre affaire de corruption (PVP Land) le 5 février 2018, la tribunal populaire de Hanoi inculpa M. Thanh de « détournement de biens » et confirma pour la seconde fois sa condamnation à la perpétuité. Son fils (Dinh Manh Thang), inculpé également, écopa de neuf ans de prison13.

Bùi Thanh Hiếu alias Người Buôn Gió (le vendeur de vent), le célèbre blogueur avec lequel Trinh Xuân Thanh prit contact pour relayer sa décision de quitter le Parti expose sur son blog son sentiment vis-à-vis de l’application du droit vietnamien :

Không có toà án, không có nhà nước, không có luật pháp. Chỉ có bác tổng bí thư Nguyễn Phú Trọng, đảng trưởng đảng cộng sản là trên hết tất thảy mọi thứ. Tại một phiên toà của nhà nước pháp quyền mà bị cáo xin lỗi một ông đảng trưởng như vậy, lẽ ra phải là nỗi đau và nhục của một đất nước mà mọi giá trị về pháp luật đều thua một ông đảng trưởng một đảng. Thế nhưng lại hân hoan đưa những lời xin lỗi của bị cáo như thế lên báo chí, truyền thông như một thắng lợi?14

Pas de tribunal, pas d’État, pas de loi. Seul le secrétaire général Nguyen Phu Trong, chef du parti communiste, passe avant toute chose. Dans un État respectueux de la loi si un accusé s’excuse de la sorte auprès d’un chef de parti, cela apparaîtrait douloureux et humiliant pour le pays, signifiant que toutes les valeurs juridiques ont été foulées au sol pour le chef d’un parti unique. Faut-il considérer les regrets et les excuses de l’accusé dans les médias comme une victoire ?

En effet, l’important pour le Parti réside dans cet acte de contrition. Il se s’agit pas d’inciter ou de permettre aux journalistes d’enquêter sur l’affaire et ses ramifications, d’investiguer le champ de la corruption dans les hautes sphères de l’État ni même de donner à comprendre le mécanisme qui mène à de telles dérives. Il ne s’agit pas d’un exercice de droit et de justice. Pour l’heure, seules les excuses publiques de « l’accusé » comptent. Le Parti en sera-t-il pour autant sain et sauf ?

FG

[à suivre]

Image « à la une » : Dinh La Thang au tribunal © 2018 Zing / P.D.

Pour en savoir plus, voir les entrées :

Voir aussi le débat de la BBC :

MàJ 05/02/2018.

Notes

  1. Voir le débat à la BBC []
  2. Voir : « Pour l’étude des filiations du communisme vietnamien : l’utilité d’une base de données prosopographique« , Mémoires d’Indochine, 25/11/2015 []
  3. , « The Ideological Debate in the DRV and the Significance of the Anti-Party Affair, 1967–68« , Cold War History, Vol. 5, Iss. 4, 2005, p. 479-500 ; , « ‘Revisionism’ in the Democratic Republic of Vietnam: New Evidence from the East German Archives« , Cold War History, Vol. 5, Iss. 4, 2005, p. 451-477 []
  4. VNA, CVN, « Gala saluant le succès du XIIe Congrès du PCV« , Le Courrier du Vietnam, 29/01/2016 []
  5. Voir en ligne : Quy định 102-QĐ/TW 2017 xử lý kỷ luật đảng viên vi phạm. Un florilège de mesures disciplinaires qui nécessiterait à lui seul un article de recherche []
  6. A titre de comparaison, Lê Thanh Hai (né en 1950), son prédécesseur, était resté à ce poste neuf ans et trois mois, de 2006 à 2015 []
  7. Il gravit encore un échelon dans la structure qui gère l’entreprise à partir de décembre 2008 []
  8. Voir : VNA, « Trinh Xuân Thanh condamné à la perpétuité, Dinh La Thang à 13 ans de prison« , Vietnam +, 22/01/2018 []
  9. Cette affaire souleva les protestations diplomatiques officielles de l’Allemagne. De retour au Viêt-Nam et sous pression policière, Trinh Xuan Thanh avança que son retour était volontaire []
  10. Journal Thanh Niên du 6/09/2016 []
  11. Cf. VNA/CVN, « Le parquet expose ses arguments contre Trinh Xuan Thanh« , Le Courrier du Vietnam, 16/01/2018 []
  12. Trịnh Xuân Thanh hối hận, gửi lời xin lỗi Tổng bí thư, VietnamNet, 17/01/2018 ; Kami, Lời xin lỗi của Trịnh Xuân Thanh, Đinh La Thăng và tư duy của quan chức Cộng sản, RFA Vietnam, 19/01/2018 []
  13. Voir Trịnh Xuân Thanh bị tuyên chung thân lần hai, BBC Vietnamese, 05/02/2018 ; Tiến Nguyên, Tuyên phạt Trịnh Xuân Thanh tù chung thân, Đinh Mạnh Thắng 9 năm tù, Dân Tri, 05/02/2018 []
  14. Voir en ligne : Cháu xin lỗi bác tổng bí thư Nguyễn Phú Trọng, 19/01/2018 []

Olivier Favier : [Livre] Vietnam, une plongée au coeur d’une nation fracturée [RFI]

[ndlr] La chronique d’Olivier Favier, à lire sur le site de Radio France Internationale.

Le Vietnam a été au centre des passions et des convoitises occidentales durant plus d’un siècle. Son destin est devenu un enjeu pour nombre de grandes puissances, la France et les États-Unis bien sûr, mais aussi la Chine, le Japon et l’Union soviétique. Mais que sait-on de cette terre qui a su se jouer de toutes les influences pour bâtir une nouvelle identité ?

Lire la suite : RFI, 30/01/2018.

Image « à la une » : Saïgon, le 31 janvier 1968 lors de l’offensive du Têt menée par les Viet-Congs © AFP

Olga Dror : How China Used Schools to Win Over Hanoi

[ndlr] Signalement d’un article qui trouve une résonance particulière dans le contexte sino-vietnamien actuel.

 

How China Used Schools to Win Over Hanoi

by Olga Dror

In December 1966, the Democratic Republic of Vietnam, or North Vietnam, and the People’s Republic of China signed an agreement to establish schools for North Vietnamese children in China, with China providing the facilities, funds and equipment. America’s bombing campaign over North Vietnam was in high gear, and Hanoi wanted to move its students to a safe place.

What is truly remarkable about this cross-border educational effort was that it began in the midst of the Chinese Cultural Revolution, which started in May 1966 and destroyed the Chinese educational system (and left the Chinese economy in shambles). But the Chinese were willing to carve out space for the North Vietnamese because doing so served a higher, geopolitical purpose: competing with the Soviet Union for leadership of the global communist movement.

The Chinese program, known as Project 92, covered school construction and teaching equipment, as well as funds for daily expenses (the “92” refers to Sept. 2, 1945, the day Vietnam declared independence from France). One facility, the School of Sept. 2, was established specifically for children who had been relocated from South Vietnam. Another school, for military cadets, bore the name of Nguyen Van Troi, a young Saigonese who in May 1963 attempted to assassinate the American defense secretary, Robert McNamara, during his visit to South Vietnam, and who was executed by firing squad. Because the Chinese military was less affected by the Cultural Revolution than its civilian educational system, the military led the construction efforts.

Lire la suite : New York Times, 26/01/2018

Olga Dror is an associate professor of history at Texas A&M University and the author of the forthcoming book “Making Two Vietnams: War and Youth Identity, 1965-75.” This article draws on material that will appear in an essay in the spring 2018 issue of the Journal of Cold War Studies.

 

Illustration « à la une » : Chinese militia members pledged support for Vietnam in its war against the United States in 1966 © Bettmann/Getty Images

Coupe asiatique U23, les futurs héros du Têt 2018 ?

[ndlr] Voici quelques articles sur les héros de la semaine : l’équipe vietnamienne a remporté la demi-finale contre le Qatar lors de la Coupe d’Asie U23… Attendons la finale samedi prochain avec l’Ouzbékistan. Un fait social à suivre.

VNA, Football U23 : le Vietnam demande à la Chine de favoriser l’arrivée des supporters vietnamiens, Vietnam +, 24/01/2018. Une note diplomatique a été ​envoyée à l’ambassade de Chine afin de demander à la Chine de favoriser les vols de Vietnam Airlines et de Vietjet Air transportant des supporters vietnamiens à Changzhou pour assister à la finale du Championnat d’Asie de football U23 opposant le Vietnam à l’Ouzbékistan.

VNA, Football : le Vietnam chavire de bonheur, Vietnam +, 24/01/2018. En battant des géants du sous-continent asiatique et de l’Océanie comme l’Australie, l’Irak et le Qatar – respectivement lors des éliminatoires, des quarts et des demi-finales – pour se qualifier pour la finale du Championnat d’Asie U23, le Onze vietnamien Espoirs a envoyé des millions de Vietnamiens au septième ciel !

VNA/CVN, Les médias internationaux dithyrambiques après la victoire du Onze vietnamien U23, Le Courrier du Vietnam, 23/01/2018. La victoire du Onze vietnamien U23 face au Qatar, candidate au titre de champion de l’Asie U23 2018, pour se qualifier en finale, a secoué les médias internationaux, asiatiques notamment.

JS Grond, Quand le Vietnam s’embrase pour son équipe U23 (vidéo), Europe 1, Sports, 23/01/2014. A la surprise générale, la sélection du Vietnam se retrouve en finale de la Coupe d’Asie U23. Mardi, en Chine, les jeunes joueurs du Sud-Coréen Park Hang-Seo ont accroché le Qatar (2-2), grâce à un doublé de la pépite Nguyen Quang Hai, avant de remporter la séance de tirs au but (4-3).

Un témoignage de Danang :

I am in Da Nang, and I can’t speak to every event of the past 25 years, but I have to imagine the celebration Tuesday night is at the top of the list. I have never seen anything like it. Impromptu parades of motorbikes and trucks clogged every main artery along the Han River and its bridges. The Vietnamese flag was everywhere, not by decree, but in spontaneous, mostly youthful revelry. The streets were filled with a kind of sincere joy almost impossible to describe. There was very little police presence. An old-timer watching from the side walk embraced me and kept shouting, « It’s a revolution! There is nothing the police can do! » (From Da Nang, Ben Quick, American University in Vietnam).

Résultat des courses : après un rude combat sous la neige, le Viêt-Nam s’incline un contre deux buts face à l’Ouzbékistan. La « révolution » a été ajournée.

Illustration « à la une » : © Thuyishere sur Twitter

MàJ 29/01/2018

Laurent Gédéon : Le Vietnam, une géopolitique complexe [25/01/2018]

[ndlr] Annonce d’une conférence intéressante en université populaire. Sur un sujet clé, à ne pas manquer.

Le Vietnam : une géopolitique complexe

Laurent Gédéon

Jeudi 25 janvier à 19h30

Localisation : L’Isle d’Abeau

Adresse : Auditorium Jean Carrière à la CAPI, 17 Avenue du Bourg

En dépit de fortes interactions politiques et économiques, les relations entre la Chine et le Vietnam restent aujourd’hui encore empruntes d’ambiguïtés liées au poids de l’histoire. La montée en puissance de la RPC représente en effet une source d’inquiétude pour les Vietnamiens pour lesquels ce pays a représenté une menace séculaire. La persistance des revendications vietnamiennes sur une partie des espaces maritimes et insulaires de la mer de Chine méridionale aiguise en outre la rivalité entre Hanoi et Pékin. Cette situation pousse le Vietnam à développer différentes stratégies afin de renforcer sa position et de rééquilibrer l’asymétrie diplomatique et militaire qu’il connaît face à son voisin.

Laurent Gédéon : Maître de conférences en géopolitique à l’Université catholique de Lyon. Chercheur à l’Institut d’Asie orientale (IAO) et à l’ENS de Lyon.

Renseignements: up@capi38.fr ou 04.74.96.78.88

Source : Médiathèque CAPI

Viêt-Nam, fractures d’une nation – Présentation, erratum et compléments

Cette page est dédiée à la présentation de l’ouvrage Viêt-Nam, fractures d’une nation. Une histoire contemporaine de 1858 à nos jours (Paris, La Découverte Poche / Sciences humaines et sociales, #476, 2018, 385 p.). Sortie officielle le jeudi 25 janvier 2018. Réédition prévue en mai 2018.

Présentation :

Le Viêt-Nam, connu pour sa lutte héroïque pour l’indépendance, fut un des grands mythes du XXe siècle. Entre décolonisation et guerre fratricide, son histoire apparaît comme exemplaire mais que sait-on de ses fractures internes ? Quels furent les chemins des possibles pour ce pays colonisé et décolonisé dans la violence ? Quelles furent ses sources d’inspiration ? Quels types de révolutions et de guerres ce pays a-t-il traversé au cours du XXe siècle ?

Cet ouvrage nous convie à une exploration inédite du Viêt-Nam « vu de l’intérieur » de l’empire démantelé pendant le XIXe siècle à l’État-nation réunifié d’aujourd’hui. Cette perspective permet de mieux comprendre le fonctionnement du pays, dirigé par un État-Parti, et de penser plus largement le Viêt-Nam contemporain dans un monde asiatique confronté à la puissance chinoise et la mondialisation. Elle permet également de saisir l’enchevêtrement des dominations internes (coloniales et postcoloniales) et la persistance de certaines lignes de fractures. Pour accompagner ce récit, l’auteur mobilise des documents et des sources peu connus et propose des encadrés sur des thématiques clés.

★ ★ ★

 

 

Médias / débats :

Interventions dans les médias et rencontres autour du livre.

  • Université Diderot Paris 7 / INALCO : Présentation de l’ouvrage et débat sur un destin vietnamien avec les étudiants, jeudi 8 mars 2018, 16h30-18h, dans la salle 247 E (Halle aux farines) de l’Université Paris Diderot.
  • Librairie Terre des Livres à Lyon, Rencontre avec François Guillemot à l’occasion de la parution de Viêt-Nam, fractures d’une nation ; une histoire contemporaine de 1858 à nos jours (La Découverte, 2018), samedi 7 avril, 15h.
  • « Vietnamiens par dessus tout », CR de lecture par « colen8 » sur le site Critiques Libres (publié le 2 mai 2018)
  • Vendredi 25 mai 2018, Salle de réunion de l’Institut d’Asie Orientale (D4.070), de 14h à 15h30 : « Le Viêt-Nam et ses fractures : paradigme d’une histoire interne ».

★ ★ ★

★ ★ ★

Pour prolonger cette histoire :

Nous invitons invitons nos lecteurs/trices à suivre la rubrique « Clés du Viêt-Nam contemporain » et d’autres billets consacrés à la thématique de l’ouvrage :

  • Aperçu illustré sur les organisations politiques, religieuses et culturelles vietnamiennes contemporaines. Pendant la première moitié du XXe siècle, le Viêt-Nam colonisé et démantelé par les Français offre l’image d’une résistance opiniâtre. Tenues en échec jusqu’au 9 mars 1945, les organisations révolutionnaires finissent par l’emporter dans un pays déchiré. Après une longue période de guerre, les vainqueurs réunifient le pays en 1976 sous le nom de République socialiste du Viêt-Nam. Le Parti communiste vietnamien (PCV), clé de voûte du nouvel État réunifié, met en place un régime politique sans partage. En 1988, avec la disparition de deux partis fantômes (Parti Démocrate et Parti Socialiste) qui l’accompagnait depuis les années quarante, le PCV reste la seule organisation politique officielle.
  • Viêt-Nam et France, histoire connectée mais rendez-vous politique manqué – Jalons pour réfléchir. De Trương Vĩnh Ký (1837-1898) à Phạm Quỳnh (1892-1945), de l’empereur Bảo Đại au président Hồ Chí Minh, de Nhất Linh à Trần Đức Thảo (1917-1993), l’histoire du Viêt-Nam du temps de la colonisation a pris, bon gré mal gré, la forme d’une histoire humaine durablement connectée avec la France. A quelques moments clés de l’histoire des deux pays, on pouvait entrevoir une synthèse indochinoise. Les transferts culturels qui se sont opérés, la formation d’une élite intellectuelle francophone, les exemples ne manquent pas pour illustrer ce processus mis à mal par la brutalité coloniale mais jamais complètement interrompu. Au temps de l’Indochine coloniale, ce qui fut possible et pensé pour la culture ne devait cependant pas déborder sur le champ politique au risque d’une implacable répression. C’est tout le drame d’une histoire franco-vietnamienne qui ne sut tracer une voie médiane vers une indépendance paisible et concertée notamment à partir des moments clés comme ceux de 1930-1931 ou de 1945-1946. C’est l’histoire d’une république vietnamienne indépendante et démocratique qu’il fallait imaginer à deux.

[à suivre]

★ ★ ★

Erratum :

Dans le premier tirage de l’ouvrage, une erreur typographique s’est glissée dans la composition du tableau 13 de la page 209. Le premier chiffre de la colonne « décès » a été doublé, il est de trop. Tableau corrigé ci-dessous :

Cette erreur typographique ainsi que d’autres coquilles de moindre importance seront corrigées dans la version numérique et lors des prochains tirages du livre.

Toutes nos excuses à nos lecteurs/trices.

Aperçu Google Books

Illustration « à la une » : RDVN, Hanoi, juin 1946, commémoration de Nguyen Thai Hoc, chef du VNQDD, et des insurgés de Yên Bai guillotinés en 1930 © Tạp chí Xưa & Nay (collection Philippe Devillers)

Vietnamese Political Prisoner Database

[ndlr]  Mise en ligne d’une base de données en prolongation d’un site dédié aux prisonniers d’opinion vietnamiens. Argumentaire ci-dessous.

The Vietnamese Political Prisoner Database is created and updated by The 88 Project as a tool for the advocacy for the release of political prisoners in Vietnam, as well as for the assistance of their families.

The database was launched in January 2018. It is the first database of political prisoners in Vietnam that is searchable and offers reliable and up-to-date statistics.

It allows users to search for prisoner profiles by name, year of arrest, charges, length of sentence, gender, religion, ethnicity, areas of activism, and current status. Users can use these criteria separately or in combination.

Users can also conveniently see the number of prisoners who are currently in pre-trial detention or serving a sentence, as well as the numbers of female and ethnic minorities prisoners. The statistics are automatically updated and what you see on the home page is the current numbers as of the date of the website visit.

The database also includes many detailed profiles of political prisoners that offer not only the basic information on the person and his/her arrest but also the information on the family situation and current detention, health conditions, and more.

 

Vietnamese Political Prisoner Database © 2018 The 88 Project

Rencontres de l’AFRASE – Cycles paroles de créateurs, CERLOM : Cinémas d’Asie du Sud-Est, 19 janvier 2018 à l’INALCO

[ndlr] Annonce du programme des Rencontres de l’AFRASE, l’Association française pour la recherche sur l’Asie du Sud-Est.

Ces dernières années, le cinéma d’Asie du Sud-Est a plusieurs fois été mis en avant par les récompenses décernées à des films issus de la région, dont l’un des plus visibles fut « Oncle Boonmee » d’Apichatpong Weerasethakul, Palme d’or du Festival de Cannes 2010. Les écrans européens accueillent régulièrement des oeuvres de réalisateurs et réalisatrices sud-est asiatiques ou originaires de la région, tels que Garin Nugroho, Davy Chou, Phan Dang Di, Brillante Mendoza, ou Nguyen Hoang Diep. Mais l’histoire du cinéma d’Asie du Sud-Est est plus ancienne que cette seule émergence d’un cinéma d’auteur primé sur les festivals internationaux. C’est à cette production cinématographique dans toute sa diversité que sont consacrées les prochaines Rencontres de l’Afrase. Dans quels répertoires – traditionnels ou non – puisent les réalisateurs sud-est asiatiques pour construire leurs récits ? Y a-t-il une manière sud-est asiatique de raconter des histoires par l’image ? Quelles sont les conditions de production spécifiques des cinémas d’Asie du Sud-Est ? Comment les publics se constituent et se transforment-ils ? La censure peut-elle être contournée ? Faces aux contraintes climatiques, institutionnelles, financières, comment un patrimoine des cinémas d’Asie du Sud-Est peut-il être construit et conservé ? Ces questions seront abordées à travers la projection de deux films et une table ronde rassemblant, conformément à la tradition des Rencontres de l’Afrase, chercheurs et acteurs engagés, ceux qui étudient le cinéma en Asie du Sud-Est et ceux qui le font.

Au programme :

  • Projection du film Garuda Power (2014), en présence de son réalisateur, Bastian Meiresonne. Ce documentaire passionnant est le fruit de plusieurs années de recherches. Il retrace l’histoire du cinéma populaire indonésien depuis le début des années 1930 jusqu’à aujourd’hui.
  • Projection du film Les larmes du tigre noir (2002)  de Wisit Sasanatieng. Pastiche amoureux des anciens western thailandais et film remarqué au festival de Cannes 2012.
  • Table ronde qui réunira : Alyosha Herrera (historienne du cinéma thaïlandais), Claire Lajoumard (productrice, Acrobates Films), Bastian Meiresonne (réalisateur, programmateur), Jérôme Samuel (Inalco)

Les rencontres sont organisées par Paul Sorrentino (Afrase) et Theeraphong Inthano (Inalco et Cerlom).

L’entrée est libre mais l’inscription est fortement recommandée. Nous écrire à afrasebureau@gmail.com


Horaires 

  • 12:00 Assemblée générale de l’Afrase
  • 13:00 Pot convivial (ne pouvant prévoir la quantité exacte de nourriture, pour ceux qui restent pour la suite de la journée, nous recommandons de prévoir votre en-cas !)
  • 13:30 – 15:30  Introduction des Rencontres et projection du documentaire : Garuda Power (77′) en présence du réalisateur, Bastian Meiresonne.
  • 15:30 Table ronde
  • 17:30 Projection du film Les Larmes du tigre (110′)

Source : AFRASE

Panel discussion : The Tet Offensive – Lessons from the Campaign After 50 Years (CSIS)

[ndlr] Annonce du CSIS sur un panel consacré à l’Offensive du Têt.

The Project on Military and Diplomatic History cordially invites you to

The Tet Offensive: Lessons from the Campaign After 50 Years

Continuer la lecture de Panel discussion : The Tet Offensive – Lessons from the Campaign After 50 Years (CSIS)

Conference Call for Papers and Panels : “1968 and the Tet Offensive”

[ndlr] Annonce du Vietnam Center & Archive.

Conference Call for Papers and Panels

“1968 and the Tet Offensive”

April 27-28, 2018, Lubbock Texas

The Vietnam Center and Archive (VNCA) and the Institute for Peace & Conflict (IPAC) at Texas Tech University are pleased to announce a conference focused on the year 1968 and the Tet Offensive. We expect in this conference to approach these historical events in the broadest possible manner by hosting presenters who examine diplomatic, military, international regional, and domestic aspects of the Vietnam War during that year, as well as the strategic and tactical decision-making and actions that led up to and followed the Tet Offensive. This will include presentations that look at all participants to include the US, RVN, DRV, NLF, and the numerous allies and other nations involved. We will also strongly encourage presentations that examine the antiwar and peace movements at home and abroad, the efforts to support the war effort, and the efforts to end the conflict through international diplomacy, as well as military and diplomatic means in Vietnam and Southeast Asia.

Recent and emerging scholarship on the Tet Offensive and on 1968, more broadly, is refocusing much needed attention on some of the pivotal events that took place during that fateful year. In late November 1967, General William Westmoreland publicly conveyed his optimism regarding eventual US victory in Vietnam, helping President Johnson to buoy flagging US popular and political support for the war effort. In the aftermath of the Tet Offensive, as fighting broke out in every major city throughout the entirety of South Vietnam, many started to doubt the veracity of those previous claims, including prominent politicians and members of the American media.

Attention within the US came to focus on some of the more brutal battles that emerged as US Marines fought to retake Vietnam’s ancient Imperial city in the Battle for Hue and they came under heavy fire during in the Siege of Khe Sanh. As the fighting intensified in Vietnam, so it did in the streets and on campuses across America, as critics of the war continued their calls for an immediate US withdrawal and an end to the war. So powerful was the effect of these events that on March 31, President Johnson announced that he would not seek reelection – adding to the leadership changes already in play with the departure of Robert McNamara as Secretary of Defense in late February and the emergence of General Creighton Abrams and departure of General Westmoreland as commander of US forces in Vietnam in June. The violence that year included some of the most horrific wartime atrocities committed against civilians in Vietnam, including the Hue Massacre and the My Lai Massacre, while violence in the US claimed the lives of nationally prominent figures, such as Martin Luther King, Jr., and Robert F. Kennedy. The presidential election that year witnessed last-minute attempts by the Johnson administration to end the war in Vietnam sabotaged by the Nixon campaign.

By the end of 1968, approximately 550,000 Americans engaged in more than 200 major combat operations, dropped more than 500,000 tons of bombs, and the overall financial costs of the war for that year alone totaled approximately $20 Billion. 1968 resulted in the highest numbers of casualties in a single year with more than 16,000 Americans and approximately 100,000 Vietnamese killed on all sides. All the while, the North Vietnamese and NLF fought on. With a new president and leadership team preparing to take over in January of 1969, innumerable questions remained as to whether a US victory could be achieved in Vietnam.

This two-day conference will be hosted at the MCM Elegante Hotel and Suites in Lubbock, Texas. Conference organizers welcome both individual presentation proposals as well as pre-organized panel proposals that include a moderator/commentator and three individual presentations. Conference sessions will follow the standard 90-minute format to include 60 minutes for presentations (20 minutes per presentation) followed by 30 minutes for questions and discussion. Presentations by veterans are especially encouraged as are presentations by graduate students. Graduate student travel grants will be made available to select students. All presentations will be video recorded and made publicly available after the conference via the Vietnam Center and Archive website. Select papers may also be published in a collection by the TTU Press.

Proposal submission deadline is February 15, 2018

Please submit a 250 word abstract and separate two-page CV/resume to 1968vietnamconference@gmail.com. The program committee of Ron Milam, Steve Maxner, Justin Hart, Dave Lewis, and Laura Calkins will evaluate all paper proposals and develop a program that reflects the many remarkable aspects of 1968. If submitting a panel proposal, please include separate abstracts for each proposed presentation and CVs/resumes for each speaker.

Thank you for your interest in participating in this conference.

 

Contact Email: justin.hart@ttu.edu

Source : https://www.vietnam.ttu.edu/events/2018_Conference/

Illustration « à la une » : photo de couverture du magazine Life, 9 février 1968 : « A guerilla is taken alive during the Ambassy battle » © 1968 Life.