Archives de catégorie : Signalements

« Mémoires d’Indochine » 2021 : séance 1

Année universitaire 2021-2022 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine : La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

« Altérités et mémoires multiples »

Un entretien important pour comprendre la complexité du vécu concentrationnaire expliqué aux autres. Présentation de l’éditeur, réédition.

Primo Levi, survivant des camps de concentration, rappelle la force et la nécessité du témoignage face à la barbarie.
L’auteur de Si c’est un homme raconte l’univers concentrationnaire, « la perte de la dignité humaine », mais évoque aussi l’après, les stigmates qui rongent : quel rapport à l’avenir, aux enfants, à la religion ? « Dire et redire », pour ne jamais oublier et élever le souvenir en arme politique.

Source : https://www.librairie-gallimard.com/livre/9782755507775-le-devoir-de-memoire-primo-levi/

★ ★ ★

« Le devoir de mémoire » : de l’Indochine aux états postcoloniaux

Séance 1 : mercredi 29 septembre 2021

Le première séance du séminaire s’articule autour du concept de « Devoir de mémoire ». Nous discuterons de son émergence et de son impact à la fois politique et sociétal. Qu’en est-il pour l’Indochine française, la situation coloniale et les États post-coloniaux indochinois au sortir de la guerre ? Quels sont les jalons pouvant constituer des « devoirs de mémoires » pour la période du maintien de l’Indochine dans le giron de la France et de la période de la lutte pour l’indépendance des peuples indochinois ? Quelles sont les événements marquants faisant figure de marqueurs de mémoires pour le Viêt-Nam, le Laos et le Cambodge ? Une investigation de la chronologie des révolutions, des guerres, des massacres et des exils permettra de comprendre le positionnement de chaque État et des communautés exilées.

Textes en discussion :

Illustration « à la une » : Phnom Penh, janvier 2019. Danseuses khmères lors du 40e anniversaire de la chute du régime khmer rouge (1975-1979) © Pring Samrang / Reuters. Source : Paris Match

Các nhà sử học Pháp với lịch sử Việt Nam – VTV

Court reportage de 2’30 minutes de la télévision vietnamienne sur « Les historiens français et l’histoire du Viêt-Nam », avec une apparition furtive des historiens Alain Ruscio et François Guillemot. Reportage de Vo Trung Dung et Nguyên My Linh.

Lien vers l’article et la vidéo : https://vtv.vn/nguoi-viet-bon-phuong/cac-nha-su-hoc-phap-voi-lich-su-viet-nam-20210905193601232.htm

Cao Xuân Huy – En mars fusils brisés [parution]

Un témoignage dur comme la guerre et la déroute. A ne pas manquer. Présentation de l’éditeur.

En mars 1975, un mois avant la prise de Saigon par les soldats communistes du Nord, le jeune lieutenant Cao Xuân Huy est fait prisonnier près de Huê. Il relate la retraite et l’annihilation d’une des meilleures unités sud-vietnamiennes, la division de Marines, qui défend le 17e parallèle. Ce texte autobiographique, cru et sans complaisance, n’est pas sans rappeler Henri Barbusse ou Ernst Jünger. Rien ne manque au récit apocalyptique d’une armée en déroute : combats d’arrière-garde, exécutions sommaires, trahisons et lâchetés. Cao Xuân Huy le fait avec une candeur absolue, racontant même comment, lors d’une bousculade, il parvient à se frotter aux seins de ses gardiennes viêt-công. Son témoignage fera scandale par sa fraîcheur et sa véracité dans la communauté amère des exilés sud-vietnamiens. De cette guerre du Viêt Nam, le lecteur occidental connaît surtout les témoignages des “vainqueurs”, même critiques, comme celui de Bao Ninh.

Lire Cao Xuân Xuy, c’est écouter la voix déchirante d’un “vaincu”.

Source : https://www.riveneuve.com/catalogue/en-mars-fusils-brises-2/

Nguyễn Thế Anh, l’historien sur le fil – par Louis Raymond

Beau portrait d’un grand historien du Viêt Nam par Louis Raymond. A lire sur les Cahiers du Nem.

Nguyễn Thế Anh est un historien du Viêt Nam et de l’Asie du Sud-Est, né en 1936, auteur de plus de 120 publications, livres ou articles. La réalisatrice de films documentaires Florence Tran avait prévu de filmer avec lui une série d’entretiens au cours des mois de juin et juillet 2021, et m’avait proposé d’animer l’un d’eux. J’ai accepté avec d’autant plus d’enthousiasme que ce devait être ma première rencontre avec un auteur aux écrits duquel je ne cesse de revenir. Portrait d’un intellectuel sur le fil, qui a toujours tenté de faire son métier sans faire de la politique, quitte à se retrouver parfois pris entre deux feux.

Lire la suite : http://lescahiersdunem.fr/nguyen-the-anh-lhistorien-sur-le-fil/

Illustration « à la une » : Le professeur Nguyên Thê Anh © 2021 Florence Tran

Do Huu Vi, pionnier de l’aviation militaire

Signalement d’un article de Lina Sankari paru dans le journal L’Humanité dans sa série « Ces invisibles qui font l’histoire de France« .

Premier aviateur vietnamien, le soldat mène les premiers vols de reconnaissance au Maroc. Pendant la Première Guerre mondiale, il survole les lignes ennemies et transmet des informations essentielles.

Timbre à l’effigie de Do Huu Vi (1883-1916) édité en Indochine en 1930.


Son regard dit tout à la fois le sérieux de la mission et l’espièglerie d’un homme à peine sorti de l’enfance. Car l’heure est à l’exaltation. Partout, on s’enthousiasme pour les premiers engins volants et l’armée comprend vite quels profits elle pourrait en tirer. Lui sera le premier aviateur vietnamien. Né le 17 février 1883, issu d’une riche famille de Cholon, près de l’ancienne Saigon, Do Huu Vi réalise des prouesses aux commandes.

Lire la suite : https://www.humanite.fr/do-huu-vi-pionnier-de-laviation-militaire-717229

Illustration « à la une » : photo de l’aviateur Do Huu Vi accompagnée de sa signature. Source : Wikipedia

Udaya. Journal of Khmer Studies n°15 [parution]

L’Association des Amis de Yosothor présente : 

Le dernier numéro de la revue Udaya – Udaya. Journal of Khmer Studies n°15, Ang Chouléan & Ashley Thompson (eds.) – est disponible en ligne en cliquant sur le lien suivant :  

https://www.yosothor.org/udaya/No-15-2020.html

Couverture et table des matières :

Martina Thucnhi Nguyen – On Our Own Strength: The Self-Reliant Literary Group and Cosmopolitan Nationalism in Late Colonial Vietnam

Une parution à ne pas manquer ! Présentation de l’éditeur (University of Hawaii Press).

On Our Own Strength examines the political activities of the most influential intellectual movement in interwar French-occupied Vietnam. The far-reaching work of the Self-Reliant Literary Group (Tự Lực Văn Đoàn) included applied design, urban reform, fashion, literature, journalism, and cartoons; its work was deeply political in both form and intent. The Group drew upon a wide range of global intellectual currents and practices to build an enlightened public that would one day serve as the basis of a modern Vietnamese nation. Its nationalist vision sought a nonviolent middle path between colonialism and anticolonial struggle, advocating a process of gradual decolonization that ultimately ended in Vietnamese autonomy. This form of cosmopolitan nationalism proved tremendously popular among ordinary Vietnamese and necessarily shaped local politics, influencing the political agenda of even rival groups such as the newly revived Indochinese Communist Party (ICP). On Our Own Strength shows how the Group’s vision shaped the ways ICP positioned itself and sought popular support in the years leading up to the August Revolution and beyond. In later years, the party attempted to erase the Group’s early influence on national politics, banning their writings and casting them as little more than bourgeois literary figures. In recovering the Group’s unique response to the world around them, this book bridges the areas of political, cultural, and intellectual history, drawing them together into a rich narrative of Vietnamese nation-building from the bottom-up within a larger global context​.

Martina Thucnhi Nguyen offers a powerful model for the field of Vietnamese studies as it continues to move beyond simplistic and political narratives of its most tumultuous period. Groundbreaking in perception, her book engages broadly with global history, European history, and imperial studies to explore colonialism’s hybrid cultural and political forms. She examines how the Self-Reliant Literary Group weighed in on everything from women’s fashion and public housing to the major political ideologies of the era, in a unique style that mixed French-inflected ideas with Vietnamese norms and forms. As a deep case study of important figures on the Vietnamese moderate left, On Our Own Strength provides an injection of color and nuance into a history that is often too monochromatic.

Source : https://uhpress.hawaii.edu/title/on-our-own-strength-the-self-reliant-literary-group-and-cosmopolitan-nationalism-in-late-colonial-vietnam/