Archives de catégorie : Agenda / Evénements

Avant-première de The Act of Killing, film de Joshua Oppenheimer – lundi 8 avril au Cinéma Publicis à Paris

AOK

[ndlr] Annonce de la sortie prochaine d’un film de Joshua Oppenheimer qui revient sur le massacre de masse connu des historiens mais peu évoqué en Occident des partisans communistes indonésiens du PKI et d’opposants politiques après le renversement du Président Sukarno en 1965. The Act of Killing, l’acte de tuer, interroge la mémoire des acteurs survivants et bourreaux en faisant rejouer par ces derniers « la scène de meurtre ».

Cette approche fait immanquablement penser au documentaire S21 de Rithy Panh sur le Kampuchea Démocratique des Khmers Rouges. Près d’un demi-siècle après les faits, les victimes parlent. En Indonésie même, l’historienne Yenny Narny a mené une partie de ses recherches sur la violence faite aux femmes lors de ce massacre : Violence against women in the Communist Tragedy in West Sumatra 1965/1966.

Nous diffusons ci-après l’annonce officielle reçue de ZED, le distributeur du film en France, suivie de la bande annonce et de la page internet du film.

* * *

Avant-première de The Act of Killing le lundi 8 avril à 20h30 au Cinéma Publicis (8e) en présence du réalisateur, Joshua Oppenheimer.

THE ACT OF KILLING

SORTIE EN SALLES LE 10 AVRIL 2013

Lorsque Joshua Oppenheimer se rend en Indonésie pour réaliser un documentaire sur le massacre de plus d’un million d’opposants politiques en 1965, il n’imagine pas que, 45 ans après les faits, les survivants terrorisés hésiteraient à s’exprimer. Les bourreaux, eux, protégés par un pouvoir corrompu, s’épanchent librement et proposent même de rejouer les scènes d’exactions qu’ils ont commises.

« Je n’ai jamais vu de film si puissant, si effrayant. C?est sans précédent dans l’histoire du cinéma » Werner Herzog

« Un coup de maître«  Première ***

« Courageux, provoquant, innovant, ce documentaire peu orthodoxe fait la lumière sur un crime tombé dans l’oubli. A couper le souffle«  The Hollywood Reporter

« Un film de cinéma qui ne ressemble au final qu’à lui-même, doté d’une puissance inouïe » Film de Culte

Projection suivie d’un débat en présence de Joshua Oppenheimer et d’Amnesty International .

Réservation impérative par mail ou au 01 53 09 98 23 (dans la limite des places disponibles)

Source : ZED

* * *

The Historical Context

THE 1965 – 1966 MASSACRES IN INDONESIA

Edited from observations on the massacres, their aftermath and implications, by Historian John Roosa. Many thanks to him for providing this summary. Additional opening and closing notes by Joshua Oppenheimer.

In 1965, the Indonesian government was overthrown by the military. Sukarno, Indonesia’s first president, founder of the non-aligned movement, and leader of the national revolution against Dutch colonialism, was deposed and replaced by right-wing General Suharto. The Indonesian Communist Party (PKI), which had been a core constituency in the struggle against Dutch colonialism, and which had firmly supported President Sukarno (who was not a communist), was immediately banned.

On the eve of the coup, the PKI was the largest communist party in the world, outside of a communist country. It was officially committed to winning power through elections, and its affiliates included all of Indonesia’s trade unions and cooperatives for landless farmers. Its major campaign issues included land reform, as well as nationalizing foreign-owned mining, oil, and plantation companies. In this, they sought to mobilize Indonesia’s vast natural resources for the benefit of the Indonesian people, who, in the aftermath of three hundred years of colonial exploitation, were, on the whole, extremely poor.

After the 1965 military coup, anybody opposed to the new military dictatorship could be accused of being a communist. This included union members, landless farmers, intellectuals, and the ethnic Chinese, as well as anybody who struggled for a redistribution of wealth in the aftermath of colonialism.

In less than a year, and with the direct aid of western governments, over one million of these “communists” were murdered. In America, the massacre was regarded as a major “victory over communism”, and generally celebrated as good news. Time magazine reported “the West’s best news for years in Asia”, while The New York Times ran the headline, “A Gleam of Light in Asia”, and praised Washington for keeping its hand in the killings well hidden.

(The scapegoating of the ethnic Chinese, who had come to Indonesia in the 18th and 19th centuries, was done at the incitement of the US intelligence services, which sought to drive a wedge between the new Indonesian regime and the People’s Republic of China. The slaughter of village-level members of the PKI and its affiliate unions and cooperatives was also encouraged by the US, who was worried that without a “scorched earth” approach, the new Indonesian regime might eventually accommodate the PKI base.)

In many regions of Indonesia, the army recruited civilians to carry out the killings. They were organized into paramilitary groups, given basic training (and significant military back up). In the province of North Sumatra and elsewhere, the paramilitaries were recruited largely from the ranks of gangsters, or preman. Ever since the massacres, the Indonesian government has celebrated the “extermination of the communists” as a patriotic struggle, and celebrated the paramilitaries and gangsters as its heroes, rewarding them with power and privilege. These men and their protégés have occupied key positions of power – and persecuted their opponents – ever since.

The pretext for the 1965-66 genocide was the assassination of six army generals on the night of 1 October 1965. (above written by Joshua Oppenheimer).

1.10.1965: The Thirtieth of September Movement (Gerakan 30 September, or G30S), made up of disaffected junior Indonesian Armed Forces Officers, assassinated six Indonesian Army Generals in an abortive coup and dumped their bodies down a well south of the city. At the same time, the Movement’s troops took over the national radio station and announced that they intended to protect President Sukarno from a cabal of right-wing army generals plotting a seizure of power. The Movement was defeated before most Indonesians knew it existed. The senior surviving army commander, Major General Suharto, launched a quick counter-attack and drove the Movement’s troops from Jakarta within one day.

Suharto accused the Communist Party of Indonesia (PKI) of masterminding the Movement and then orchestrated an extermination of persons affiliated with the party. Suharto’s military rounded up over a million and a half people, accusing all of them of being involved in the Movement. In one of the worst bloodbaths of the 20th century, hundreds of thousands of individuals were massacred by the army and its affiliated militias, largely in Central Java, East Java, Bali, and North Sumatra from late 1965 to mid-1966. In a climate of national emergency, Suharto gradually usurped President Sukarno’s authority and established himself as the de facto president (with the power to dismiss and appoint ministers) by March 1966.

The massacres were out of all proportion to their ostensible cause. The Movement was a small-scale conspiratorial action organized by a handful of people. In total, it killed twelve people. Suharto exaggerated its magnitude until it assumed the shape of an ongoing, nation-wide conspiracy to commit mass murder. All the millions of people associated with the PKI, even illiterate peasants in remote villages, were presented as murderers collectively responsible for the Movement.

Indonesian government and military officials, to the very end of the Suharto regime in 1998, invoked the specter of the PKI in response to any disturbance or sign of dissent. The key phrase in the regime’s argument was “the latent danger of communism.” The unfinished eradication of the PKI was, in a very real sense, the raison d’être of the Suharto regime. The original legal act under which the regime ruled Indonesia for over thirty years was Sukarno’s presidential order of 3rd October 1965, authorizing Suharto to “restore order.” That was an emergency order. But for Suharto, the emergency never ended.

In constructing a legitimating ideology for his dictatorship, Suharto presented himself as the saviour of the nation for having defeated the Movement. His regime incessantly drilled the event into the minds of the populace by every method of state propaganda: textbooks, monuments, street names, films, museums, commemorative rituals and national holidays. The Suharto regime justified its existence by placing the Movement at the centre of its historical narrative and depicting the PKI as ineffably evil. Under Suharto, anti-communism became the state religion, complete with sacred sites, rituals, and dates.

It is remarkable that the anti-PKI violence, as such a large-scale event, has been so badly misunderstood. No doubt, the fact that both military personnel and civilians committed the killings has blurred the issue of responsibility. Nonetheless, from what little is already known, it is clear that the military bears the largest share of responsibility and that the killings represented bureaucratic, planned violence more than popular, spontaneous violence. The Suharto clique of officers, by inventing false stories about the Movement and strictly controlling the media, created a sense among civilians that the PKI was on the warpath. If there had not been this deliberate provocation from the military, the populace would not have believed the PKI was a mortal threat since the party was passive in the aftermath of the Movement. (The military worked hard to whip up popular anger against the PKI from early October 1965 onwards; and the US Government actively encouraged the Indonesian military to pursue rank and file communists). It prodded civilian militias into acting, gave them assurances of impunity, and arranged logistical support.

Contrary to common belief, frenzied violence by villagers was virtually unheard of. Suharto’s army usually opted for mysterious disappearances rather than exemplary public executions. The army and its militias tended to commit its large-scale massacres in secret: they took captives out of prison at night, trucked them to remote locations, executed them, and then buried the corpses in unmarked mass graves or threw them into rivers.

The tragedy of modern Indonesian history lies not just in the army-organized mass killings of 1965-66 but also in the rise to power of the killers, of persons who viewed massacres and psychological warfare operations as legitimate and normal modes of governance. A regime that legitimated itself by pointing to a mass grave at the site of the well, vowing “never again,” left countless mass graves from one end of the country to the other, from Aceh on the western edge to Papua on the eastern edge. The occupation of East Timor from 1975 to 1999 similarly left tens, if not hundreds, of thousands dead, many anonymously buried. Each mass grave in the archipelago marks an arbitrary, unavowed, secretive exercise of state power.

The obsession with a relatively minor event (the Movement) and the erasure of a world-historical event (the mass killings of 1965-66) has blocked empathy for the victims, such as the relatives of those men and women who disappeared. While a monument stands next to the well in which the Movement’s troops dumped the bodies of the six army generals on October 1, 1965, there is no monument to be found at the mass graves that hold the hundreds of thousands of persons killed in the name of suppressing the Movement. (above written by John Roosa).

Focus on who killed the army generals on 30th September 1965 has functioned as a fetish, displacing all attention from the murder of over one million alleged communists in the months that followed. Suharto’s regime produced endless propaganda about the “brutal communists” behind the killing of the generals, and still today most discussion of the genocide has been displaced by this focus. And this is true even in most English-language sources. To me, participating in the debate around “who killed the generals” feels grotesque, which is why it does not feature in The Act of Killing.

The Rwandan genocide was triggered when Rwandan president Juvénal Habyarimana (a Hutu) died after his aeroplane was shot down on its approach to Kigali. To focus on who shot down the plane (was it Tutsi extremists? was it Hutu extremists acting as provocateurs?) rather than the murder of 800,000 Tutsis and Hutu moderates over the next 100 days would be unconscionable. Similarly, who started the Reichstag fire is irrelevant to an understanding of the Holocaust. Whether or not the disgruntled army officers behind the killing of the six generals had the support of the head of the PKI is much more than beside the point: it plays, as John Roosa points out above, the pernicious role of deflecting attention from a mass murder of world-historical importance. Imagine if, in Rwanda, the fundamental question about what happened in 1994 was “who shot down the president’s plane?” This would only be thinkable if the killers remained in power… (above written by Joshua Oppenheimer).

Source : The Act of Killing.com

* * *

* * *

Pour en savoir plus, visitez le site officiel du film en cliquant sur l’image

Joshua_TheActOfKilling

Whither reforms in Vietnam? – Symposium in Singapore – August 2013

[ndlr] Annonce de la tenue d’un colloque sur l’évolution actuelle du Viêt-Nam cet été à Singapour et appel à communications. Le symposium se donne pour objectif d’évaluer les réformes économiques, politiques, éducatives et culturelles en cours et les défis auxquels le pays doit faire face dans un avenir proche. L’annonce est parue sur le site de Viet Studies aux Etats-Unis, organisateur du colloque.

HoiThaoMuaHe

Cải cách ở Việt Nam đang đi về đâu?

Hội thảo đón chào các bài đóng góp đánh giá cải cách ở Việt Nam về kinh tế, chính trị,
giáo dục, văn hóa và các thách thức trước mắt.

Thứ hai – Thứ ba, 12-13 tháng 8, 2013
Singapore Management University
Room 4.1 & 4.2, Administration Building
81 Victoria Street
Singapore 188065

  —–

 Whither reforms in Vietnam?

The symposium welcomes papers assessing economic, political, educational and cultural reforms in Vietnam and the challenges facing Vietnam in the foreseeable future.

 August 12-13, 2013
Singapore Management University
Administration Building
81 Victoria Street
Singapore 188065

  

Ngày giờ và địa điểm:

Ghi danh: 8:30- 9:30 giờ sáng Thứ hai 12-8-2013
Khai mạc: 9:30 giờ sáng Thứ hai 12-8-2013

 Liên hệ bài vở

  • Dự thảo đề tài viết (abstract – một trang) kèm theo lý lịch nghề nghiệp (curriculum vitae – 6 dòng) và địa chỉ liên lạc, xin gửi về Vũ Quang Việt (vietvuq@gmail.com) trước ngày 1 tháng 6, 2013. Trường hợp có bài trùng nhau hoặc không hợp đề tài, Ban Tổ chức sẽ thông báo lại các bạn. Bài viết nộp bản trước ngày 1 tháng 7, 2013. Ban tổ chức sẽ trả lời bài được chấp nhận hay không vào ngày 15 tháng 7, 2013.
  • Tiêu chuẩn bài: Bài viết do Ban Tổ Chức chọn lọc hoàn toàn dựa trên tiêu chuẩn nghiên cứu khoa học. Trong trường hợp bài có giá trị khoa học nhưng không hoàn toàn phù hợp với đề tài Hội thảo, bài cũng có thể sẽ được chọn, nhưng thời gian dành cho thảo luận sẽ bị hạn chế.
  • Bài chọn sẽ được đưa lên trang web tại:  http://hoithao.viet-studies.info/Hoithao2013.htm
  • Bài viết bằng tiếng Việt, dùng bất cứ font nào (nhưng tốt nhất là Unicode, Arial hoặc Times New Roman).  Khi đưa lên trang web của Hội thảo, chúng tôi sẽ dùng font Unicode.
  • Ðể biết được nội dung bài vở và cách tổ chức những lần trước, các bạn có thể tham khảo các bài tại trang các hội thảo: http://hoithao.viet-studies.info/
  • Địa chỉ gửi bài: Vũ Quang Việt, vietvuq@gmail.com Liên hệ thông tin tham dự: hoithaohe@gmail.com

Người tham dự

Ngoài các bạn gửi bài được mời tham dự, Ban Tổ Chức cũng sẽ mời một số người nghiên cứu ở Việt Nam tham gia Hội thảo.

 Xin đặc biệt lưu ý: Sau khi đăng ký hội thảo, tất cả mọi người tham dự (có bài hay chỉ dự thính, báo chí) đều phải được Ban Tổ Chức đồng ý. Hội thảo này là của một nhóm tư, không phải là một hội thảo công cộng.

Tài chính

Hội thảo Hè 2013 do The Vietnamese Heritage Institute tài trợ một phần.

Chi phí đi lại, ăn ở,hoàn toàn do cá nhân người tham dự tự túc.

  Chỗ ở

1. Người tham dự phải tự túc chỗ ở. Nếu chưa có chỗ ở, người tham dự có thể đặt khách sạn qua một trong các trang sau:

www.agoda.com (danh mục khách sạn gần nơi hội thảo có thể xem ở http://www.streetdirectory.com/asia_travel/travel/travel_id_27975/travel_site_13063/)

www.asiarooms.com  (chọn địa điểm là Singapore).

(Lưu ý USD 1 = S$ 1.25 – 1.3):

2. Các khách sạn khác ở khu trung tâm, cách nơi hội thảo 1-2 km, 3-4 sao, giá khoảng S$150-200/phòng/ngày. Các khách sạn ở xa khu trung tâm, 2-3 sao, giá khoảng S$100-150/phòng/ngày. Tham khảo thêm tại địa chỉ: http://www.agoda.com/asia/singapore/singapore.html

3. Có thể ở nhà của người Việt cho thuê dịch vụ, giá khoảng S$60-80/phòng/ngày. Người tham dự tự túc liên hệ.

4. Địa chỉ ăn uống: có thể ăn trưa tại một trong các địa điểm gần nơi hội thảo như sau:

1        Edmud’s @ SMU

#02-11, 70 Stamford Road S(178901)

Li Ka Shing Library

2        Pick & Bite

#01-21, 70 Stamford Road S(178901)

Li Ka Shing Library

3        The Coffee Connoisseur

#B1-26, 70 Stamford Road S(178901)

Li Ka Shing Library

4        Four Seasons

#01-72, 90 Stamford Road S(178903)

School of Economics & School of Social Sciences

Thông tin thêm:

– Đi lại: Tiện nhất là taxi, giá S$3.2/km đầu tiên, mỗi km tiếp theo khoảng S$0.60. Cũng có thể đi xe bus hoặc tàu điện, khá tiện lợi.

– Tiền tệ: Singapore dollar (S$), tỷ giá: USD 1 = S$ 1.25-1.3.

– Điện: Singapore dùng điện AC 220V; ổ cắm điện ba chạc (giống của Anh) nên cần ổ chuyển đổi nếu muốn dùng cho điện thoại, máy tính xách tay.

– Điện thoại: Có thể đăng ký dùng điện thoại di động trả trước tại các cửa hàng điện thoại (M1, Singtel). Nhớ mang theo hộ chiếu để đăng ký.

– Trợ giúp: Vui lòng liên lạc với BTC theo địa chỉ: hoithaohe@gmail.com

Ban Tổ Chức

Lê Văn Cường (Pháp) – Trần Hữu Dũng (Mỹ) – Giáp Văn Dương (Việt Nam) – Nguyễn Ngọc Giao (Pháp) – Trần Hải Hạc (Pháp) – Trần Quốc Hùng (Mỹ) – Đỗ Tuyết Khanh (Thụy Sĩ) – Thái Kim Lan (Đức) – Ngô Vĩnh Long (Mỹ) – Trịnh Văn Thảo (Pháp) – Nguyễn Minh Thọ (Bỉ) – Trần Văn Thọ (Nhật) – Cao Huy Thuần (Pháp) – Hà Dương Tường (Pháp) – Vũ Quang Việt (Mỹ)

Source : Viet Studies

« Rencontres plurielles, espaces dynamiques: L’Asie du Sud-Est à la croisée des chemins » – Appel à communications

Colloque 2013 du Conseil canadien des études sur l’Asie du Sud-Est (CCEASE)

Appel à communications

 

aseanmap
Source : http://www.tlfq.ulaval.ca


Thème: « Rencontres plurielles, espaces dynamiques: L’Asie du Sud-Est à la croisée des chemins »

 

Carrefour des Arts et des Sciences, Pavillon Lionel-Groulx, 3150, Jean-Brillant, Université de Montréal, QC

17-19 octobre 2013

Conférenciers d’honneur :

Benedict R.O’G. Anderson, Aaron L. Binenkorb Professor Emeritus of International Studies, Government & Asian Studies, Cornell University

Saturnino ‘Jun’ M. Borras Jr., Professeur adjoint en développement rural à l’Institute of Social Studies (ISS) et éditeur en chef, The Journal of Peasant Studies (JPS)

Le Centre d’études de l’Asie de l’Est de l’Université de Montréal vous invite à soumettre un résumé de communication pour l’édition 2013 du Colloque du Conseil canadien des études sur l’Asie du Sud-Est (CCEASE). Le colloque se tiendra au Carrefour des arts et des sciences de l’Université de Montréal, QC, du 17 au 19 octobre 2013.

La conférence du Conseil canadien des études sur l’Asie du Sud-Est a pour but d’encourager le dialogue interdisciplinaire sur une aire régionale commune. Le colloque 2013 poursuivra cet objectif en facilitant les échanges autour du thème général suivant: « Rencontres plurielles, espaces dynamiques : L’Asie du Sud-Est à la croisée des chemins ». L’Asie du Sud-Est a été modelée tant par les influences externes qui y convergent que par le mouvement continu des biens, des personnes et des idées parmi ses composantes. Interface privilégiée de flux divers et multidirectionnels, l’Asie du Sud-Est est aujourd’hui un point de jonction où de nouvelles dynamiques se juxtaposent à des héritages durables. La notion de « carrefour » anime depuis longtemps la manière dont la recherche conçoit cette partie du monde et évoque également un pont entre les disciplines. Elle est utile à la fois pour analyser les contacts entre populations, influences et phénomènes divers au même titre que l’impact de temporalités différentes sur ces relations. Comment peut-elle aujourd’hui servir nos schémas d’analyse par rapport à cet espace fragmenté, et nous aider à mieux comprendre tant la continuité que le changement en Asie du Sud-Est ?

Nous vous invitons à soumettre dès maintenant vos résumés et ce jusqu’au 30 juin 2013 en remplissant le formulaire suivant :

https://docs.google.com/spreadsheet/viewform?formkey=dExGYW82ZzZseUE1cXhRYU8tVUFrc0E6MA

Nous encourageons les soumissions de la part de professeurs, chercheurs et étudiants des cycles supérieurs dont les travaux portent sur l’Asie du Sud-Est, au même titre que de membres d’organisations de la société civile travaillant dans la région.

Les participants présenteront leur travail au sein d’un atelier (ou d’une table ronde) et les résumés de communications seront inclus dans le programme de la conférence. Les soumissions individuelles sont acceptées mais les propositions d’ateliers complets sont fortement encouragées. Nous encourageons également les présentations en français afin d’accroître la présence de cette langue au sein des activités du Conseil. Les ateliers peuvent soit inclure trois participants et un discutant ou quatre participants. Le comité scientifique étudiera les résumés, confirmera l’acceptation des propositions et organisera les ateliers par thème dans le cas de soumissions individuelles. Les participants à des ateliers comprenant un discutant devront soumettre un papier de 5000 à 8000 mots d’ici le 30 septembre 2013.

Veuillez noter que l’adhésion à l’Association canadienne des études asiatiques (ACÉA) est obligatoire pour participer au colloque du CCEASE. Si vous n’êtes pas membre ou n’avez pas renouvelé votre abonnement pour l’année 2013, vous êtes encouragés à le faire le plus tôt possible via le lien suivant: https://www.fedcan-association.ca/casa-acea

Enfin, il est possible que nous puissions attribuer un certain nombre de bourses à quelques étudiants des cycles supérieurs qui souhaiteraient bénéficier d’un soutien à leur participation au colloque. Nous encourageons ces étudiants à soumettre leur résumé le plus tôt possible avant la date limite.

 *** Merci de diffuser le présent appel auprès de vos réseaux ***

RAPPEL

  • Date limite pour la soumission des résumés : 30 juin 2013
  • Paiement des frais d’inscription et confirmation de participation : 1er septembre 2013
  • Date limite pour la soumission des papiers : 30 septembre 2013

Contact (courriel) : ccseas.conference2013@gmail.com

Source : Association Canadienne des Études Asiatiques

Legacy Lost: The Political Life and Tragic Death of Tran Van Van – by Ryan Nelson

The Southeast Asian Research Group presents:

Legacy Lost:

The Political Life and Tragic Death of  Tran Van Van

* * *

Ryan August Lawrence Nelson

Trần Văn Văn (1908-1966) © 1966 AP Wire photo
Trần Văn Văn (1908-1966) © 1966 AP Wire photo

Masters Student

Southeast Asian Studies

 

UW – Madison

 6:00 PM, Thursday, April 4, 2013

 

Location: TBD

Free and open to the public

* * *

The chaotic political environment of the post-Ngo Dinh Diem assassination period of the Republic of Vietnam (RVN) remains an untapped resource for research, analysis, and interpretation. Between the time of Diem’s death in late-1963 and the country’s first open presidential election in 1967, various high-ranking generals in the RVN’s army orchestrated several coups and counter-coups against different civilian and military regimes. During this period of instability and democratic disruption a furious and complex political battle raged behind the scenes between the country’s leading civilian and military leaders over who would lead the nation and under what form of government. This contentious civilian-military dynamic, especially the defiant civilian politicians who opposed military rule, have been largely ignored by scholars, both Western and Vietnamese.

This paper remedies some of the deficiencies in the existing scholarly literature on the civilian-military divide and the more democratically-inclined civilian perspective by treating the political life and tragic death of the nation’s leading civilian political leader and military critic Tran Van Van. From 1965 until his tragic assassination in late-1966, Tran Van Van emerged as the main rival of Gen. Nguyen Cao Ky, the country’s flamboyant and authoritarian Prime Minister. This dichotomy between Van and Ky, perhaps more than any other political antagonism in the nation’s brief but complex history, best exemplifies the state of contentious differentiation among the RVN’s politically engaged leaders during the 1960s. First, this state of differentiation is dissected by comparing some of the major differences and sources of tension between Van and Ky and their inner circles. This will be followed by a chronological account of Van’s political life (1954 to 1966) which includes an analysis of the evidence relating to his assassination and its social and political consequences.

See SEARG – Tran Van Van (thanks for Ryan to inform us of his presentation).

Exposition : Les travailleurs indochinois de la Seconde guerre mondiale

[ndlr] La diffusion du film Công Binh de Lam Le et de la connaissance du sort des travailleurs indochinois recrutés pour les besoins de la Seconde guerre mondiale poursuit son chemin avec une exposition réalisée par Pierre Daum.

Vendredi 22 mars 2013 à 18 heures

ExpoTravailleursIndochinois

Vernissage de l’exposition sur les travailleurs indochinois à l’espace Gérard Philipe de

Port Saint Louis du Rhône (BdR)

En septembre 1939, 20.000 Vietnamiens furent recrutés, la plupart de force, pour servir de main d’oeuvre dans les usines d’armement de métropole. En juin 1940, 5000 purent retrouver leur pays mais le blocus des routes maritimes empêcha le rapatriement de tous. Ceux qui restèrent (15.000) furent internés dans des camps de la zone Sud (Agde, Sorgues, Vénissieux, Toulouse, Marseille…) et utilisés comme ouvriers dans tous les secteurs de l’économie : forêt, agriculture, industrie, etc.

Quelques deux mille d’entre eux furent envoyés en Camargue, les uns pour participer à la relance de l’agriculture, les autres à la récolte du sel autour de Salin-de-Giraud.

Certains furent logés dans des baraquements à Port-Saint-Louis-du-Rhône. Après soixante-dix ans de silence, l’exposition permet de découvrir cette page enfouie de notre histoire.

Une exposition réalisée par Pierre Daum

du 21 mars au 9 avril 2013

Le vernissage sera suivi d’un buffet (gratuit) et de la projection/débat du film de Lam Lê

Công Binh, la longue nuit indochinoise.

* * *

! RAPPEL !

  • L’exposition est actuellement à Aigues-Mortes, dans le Gard, jusqu’au mardi 19 mars.
  • Samedi 16 mars : dédicace par Pierre Daum de Immigrés de force à la librairie Catygor d’Aigues-Mortes de 15hà 17h.
  • Samedi 16 mars : à partir de 17h30, projection du film Công Binh, la longue nuit indochinoise, en présence du réalisateur.

Exposition à Port-Saint-Louis-du-Rhône Invitation vernissage

Mémoires de guerre : commémorations, reconstitutions, récits de guerre dans le monde anglophone (XVIIIe-XXIe siècles)

Vietnam War Memorial by William Yager © Richard Margolis
Vietnam War Memorial by William Yager © 2008 Richard Margolis

Appel à contribution

Date limite : 15 juin 2013

* * *

Mémoires de guerre : commémorations, reconstitutions, récits de guerre dans le monde anglophone 

(XVIIIe-XXIe siècles)

* * *

Université Européenne de Bretagne – Rennes 2

17, 18, 19 juin  2014

Colloque organisé par le Laboratoire « Anglophonie : Communautés, Écritures » (Rennes 2, France) et le Collège Militaire Royal du Canada (Kingston, Canada).

Argumentaire :

Les guerres passées n’ont pas laissé la même empreinte dans la mémoire collective. Guerres de conquête ou guerres de libération, elles ont diversement marqué l’histoire de l’Empire britannique et des colonies. Les objectifs de la politique extérieure américaine sont guidés par une vision parfois qualifiée d’impérialiste qui a entraîné l’armée dans le bourbier vietnamien et, plus récemment, dans le Golfe. Gagnées ou perdues, source de fierté patriotique et de honte collective, les guerres sont l’objet de commémorations à travers une activité muséographique, cinématographique, littéraire, dont le discours idéologique se mêle à l’expression d’une expérience subjective. Des guerres napoléoniennes qui ont émaillé le XVIIIe siècle aux guerres des Boers dans l’Afrique du sud ou à la Guerre de Sécession au XIXe, des « Troubles » en Irlande du Nord aux deux Guerres mondiales qui ont ponctué le XXe siècle, certaines guerres font l’objet de « devoirs de mémoire » alors que d’autres sont plus facilement oubliées. Les interventions militaires pendant la guerre des Malouines, de Bosnie et, plus récemment, en Afghanistan, en Irak ou en Libye, créent une nouvelle mémoire dont les images télévisuelles construisent le récit. En cette période anticipant la commémoration de la Première Guerre mondiale, et alors que la question des rapports entre mémoire et histoire reste au cœur des préoccupations de l’historiographie, ce colloque abordera la représentation des guerres qui ont touché ou impliqué les divers pays anglophones au cours des XVIIIe, XIXe, XXe et XXIe siècles. Nos travaux se déclineront en plusieurs axes :

1) Mémoires des lieux et lieux de mémoire, commémorations et reconstitutions de guerres (cérémonies, cultes du souvenir, monuments et mémoriaux, cimetières, expositions, musées, tourisme de guerre, sites web, blogues…) et tout ce qui concerne le rapport de la mémoire et des lieux de mémoire avec l’histoire (notamment dans le sillage des travaux de Pierre Nora et de François Bédarida).

2) Souvenirs et témoignages, sphères publiques et privées, personnalités politiques et militaires ou simples soldats (lettres, journaux intimes, mémoires, entrevues, articles dans les journaux, œuvres autobiographiques) : statut et fonction du témoignage dans l’historiographie, question de l’identité individuelle et collective en temps de guerre et dans le processus de remémoration et de commémoration.

3) Représentation de la guerre à travers les médias (cartes postales, gazettes des tranchées, caricatures, bandes dessinées, affiches, presse, radio, télévision, internet…), à travers le cinéma, la littérature (théâtre, roman, poésie) et les arts (musique, peinture, photographie, sculpture), la guerre comme image et comme spectacle, représentations libres ou représentations contraintes : propagande et censure, poétisation et réécritures de l’histoire, construction des héros de guerre.

4) Sujet et subjectivité dans la représentation de la guerre, représentations du sujet en guerre. Comment le conflit construit-il le sujet comme membre d’un groupe en érigeant la figure de l’Autre comme l’Ennemi ? Comment la guerre décale-t-elle la définition du sujet dans un système idéologique et un discours qui légitime l’acte de guerre et redéfinit les hiérarchies et les modèles identitaires? Subjectivité, mémoire, traumatisme, indicible. Des trauma studies, spécificité culturelle anglophone, au croisement de la psychanalyse, du récit et de l’histoire, à la tentation de l’hypermnésie contemporaine, « la fièvre de l’archive » (Derrida).

5) Guerres et mémoires de la guerre concernant les peuples autochtones (Gurkhas, Aborigènes d’Amérique du Nord ou d’Australie, Maoris, etc.) et/ou les communautés non-anglophones (Québécois, Afrikaners, etc.) et leur participation aux conflits mondiaux. Quelles en ont été les modalités, se déclinant sur un axe visibilité/invisibilité et un mode individuel ou collectif ? Quelle trace en est-il resté ? Dans quelle mesure peut-on dire que le sang versé a été le prix de la reconnaissance et de l’inclusion dans la nation ? Quel impact cette participation pouvait-elle avoir alors que l’autochtone avait souvent incarné la figure de l’ennemi dans le roman national ? Longtemps négligée, voire occultée, ou encore marginalisée dans les récits officiels, qu’en est-il aujourd’hui de la mémoire de cette participation dans des sociétés se voulant postcoloniales ? La littérature a-t-elle pallié certains manques en permettant l’émergence de récits spécifiques ?

6) Ce dernier axe, qui vise à croiser les approches et les méthodes et à construire une démarche à la fois comparatiste et pluridisciplinaire, et qui fera l’objet d’un atelier est conçu comme une interface entre différentes aires culturelles, en particulier anglophone et francophone, d’une part, et dans l’aire culturelle des Amériques, d’autre part, autour de la question de la guerre et de la mémoire. On pourra également interroger la mémoire des guerres ayant impliqué les États-Unis dans la sphère américaine (Chili, Cuba, Mexique…).

La médiatisation, la spectacularisation, l’interprétation, la réécriture des faits et des événements pendant et après les guerres seront au cœur de nos réflexions, qui accueilleront des études diachroniques, synchroniques et comparatives. Les interrogations sur la définition de l’événement au cours du processus de mise en mémoire, ainsi que sur les différentes écritures et réécritures de l’événement seront bienvenues. Ferveurs patriotiques, discours fédérateurs ou démobilisateurs, résistances, objections de conscience, blessures et traumatismes, exactions, propagande et contre-propagande, sont autant d’éléments qui contribuent à façonner l’édifice de la mémoire individuelle et collective et qui aident à revisiter des vérités qu’il importe d’interroger à la lumière d’éclairages nouveaux. Un atelier sera spécifiquement consacré à la Grande Guerre.

Contacts : Stéphanie Bélanger, Renée Dickason, Delphine Lemonnier-Texier

Modalités

Merci de soumettre votre résumé de 250 mots et votre biographie de 200 mots directement sur le site du colloque http://warmem2014.sciencesconf.org/  pour le 15 juin 2013.

Comité scientifique : Stéphanie BÉLANGER – CMRC, Kingston, Canada ; James CHAPMAN – Leicester, Grande-Bretagne ; Corinne DAVID-IVES – ACE, Rennes 2, France ; Jeffrey DEMSKY – San Bernardino Valley College, CA, États-Unis ; Renée DICKASON – ACE, Rennes 2, France ; Anne-Laure FORTIN-TOURNES – Le Mans, France ; Matthew GRAVES – LERMA, Aix, France ; Hélène HARTER – CERHIO, Rennes 2, France ; Judith KEENE – Sydney, Australie ; Françoise KRAL – ERIBIA, Caen, France ; Daniel PALMIERI – CICR, Genève, Suisse ; Michael PARSONS – Pau et Pays de l’Adour, France ; Elizabeth RECHNIEWSKI – Sydney, Australie ; Jean-Claude SERGEANT – Paris 3, France ; Gilles TEULIE – LERMA, Aix, France ; Delphine LEMONNIER-TEXIER – ACE, Rennes 2, France ; Stephen WHITFIELD – Boston, Mass., États-Unis.

Url de référence : http://warmem2014.sciencesconf.org/

Source de l’information : Fabula

Nouvelle implantation de l’EFEO et de l’AFD à Hô-Chi-Minh-Ville

L’inauguration conjointe des locaux de l’implantation de la délégation au Sud du Vietnam du centre de l’EFEO de Hanoi et du bureau de représentation de l’AFD à Hô-Chi-Minh-Ville a lieu les 25 et 26 février.

Le 25 février, une réception est organisée dans les locaux de la villa du 113 Hai Ba Trung, en présence de l’ambassadeur de France au Vietnam, des autorités politiques du Comité populaire de Hô-Chi-Minh-Ville, du directeur de l’AFD au Vietnam et du directeur des études de l’EFEO. A cette occasion, une exposition composée d’une trentaine de panneaux présentera les attributions respectives de l’EFEO (Textes et Terrain. Remise en perspective de 20 ans d’activités de l’EFEO au Viêt Nam) et de l’AFD (AFD : Objectif développement), et évoquera la dynamique de rapprochement scientifique et opérationnelle qui fédère ces deux institutions.

EFEO_HCMV
La villa du 113 Hai Ba Trung à Ho Chi Minh-Ville

Le 26 février, une seconde exposition intitulée Imagerie populaire du Vietnam-triptyque, est inaugurée à la médiathèque de l’Idécaf (Institut d’échanges culturels avec la France). En une quinzaine de panneaux, cette exposition présente des extraits choisis issus, d’une part, des deux grands corpus collectés dans le courant de la première moitié du XXe siècle au Nord du pays (corpus Henri Oger et corpus Maurice Durand) et, d’autre part, d’un manuscrit original et enluminé du Luc Vân Tiên, poème épique du Sud, conservé à l’Académie des inscriptions et belles-lettres, et qui fait l’objet d’un projet de numérisation-publication conduit par la délégation au Sud du Vietnam. Cette inauguration donne lieu à une conférence consacrée à l’imagerie populaire au Viêt Nam, et est animée par quatre intervenants: le professeur Phan Huy Lê (président de l’Association des historiens du Vietnam et correspondant étranger de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, Paris) ; Olivier Tessier (Encyclopédie des techniques annamites de Henri Oger) ; Philippe Papin (Imagerie populaire de Maurice Durand) ; Pascal Bourdeaux (le manuscrit du Luc Vân Tiên et le projet de numérisation-publication).

Source : EFEO

Les usages idéologiques de la science en Indochine (1930-1945) – Conférence de Sébastien Verney

Séminaire Université Paris-Diderot (Laboratoire SPHERE)

Histoire des sciences, des techniques et de la médecine en Asie orientale

Séance commune avec le séminaire « La « Fabrique de l’histoire » des sociétés et Etats en Asie du Sud-Est et Asie du Sud » du SEDET

« Les usages idéologiques de la science en Indochine (1930-1945) »

Sébastien Verney

jeudi 28 février de 14:00 à 16:00, Halle aux Farines, salle 404B

Indochine_Vichy

L’Indochine en tant que territoire colonial est une terre d’initiative et d’expérimentation sociale et scientifique. Considérée de laboratoire pour bon nombre de scientifiques et administrateurs coloniaux, l’Indochine est à la fois un milieu à exploiter, mais aussi un lieu à découvrir. De la sorte, les sciences qu’elles soient humaines ou appliquées sont exportées en Indochine dans un objectif à la fois utilitaire (permettre un rendement maximum des terres à exploiter), mais aussi une étude des populations et des milieux, qui tout en n’empêchant pas leurs admirations, rejoint une volonté de contrôle.

Deux domaines seront présentés pour comprendre les usages idéologiques de la science en Indochine : le domaine médical et la recherche dans les sciences humaines (archéologie, histoire, géographie …). Nés sous la conquête coloniale, les recherches somatiques et leurs discours racistes sous-jacent permettent au colonisateur de justifier sa propre domination. De la sorte, en établissant une hiérarchie raciale discriminatoire dont il se place au sommet, il diffuse sa propre grille de lecture qui imprègne les populations soumises via les nombreuses publications, les instituts de recherches ou les manuels scolaires.

Est-ce que ces recherches s’articulent selon un plan colonial ou au contraire s’adaptent-elles à un milieu et se modifient-elles selon son contexte ? Quelle est la portée de ces sciences orientées auprès d’un large public indochinois ?  Est-ce que le colonisateur en diffusant cette science coloniale ne fournit pas les armes de sa propre fin ?

Afin de répondre à ces multiples questions et à d’autres, nous reviendrons sur la période cruciale de 1930 à 1945 en Indochine pour comprendre quelles furent les continuités et les ruptures avec le régime républicain puis le régime de Vichy qui utilisèrent les sciences pour asseoir une domination coloniale, mais aussi un projet idéologique.

Sébastien Verney est docteur en Histoire de l’Université Jean Monnet Saint‐Étienne et professeur d’histoire-géographie. Il a vécu plusieurs années dans les pays de la péninsule indochinoise. Il a récemment publié L’Indochine sous Vichy. Entre Révolution nationale, collaboration et identités nationales, Riveneuve éditions, 2012, 520 p.

  • Annonce de la conférence (pdf)

La lune et le serpent se rencontrent à l’ENS de Lyon – Nouvel an lunaire Chine, Corée, Viêt-Nam 2013

Cette année, la lune et le serpent se rencontrent à l’ENS de Lyon. Depuis maintenant 10 ans, l’Ecole Normale Supérieure de Lyon célèbre le Nouvel An Lunaire. Forte des travaux de l’IAO (Institut d’Asie Orientale) et de ses liens privilégiés avec l’Asie, l’Ecole est heureuse de vous inviter à participer à cet événement, ouvert à tous. Cette année, destination la Chine, la Corée et bien-sûr le Viêt-Nam, très en vue en 2013.

L’Institut d’Asie Orientale (IAO) est un centre de recherche en sciences humaines et sociales qui associe des chercheurs spécialisés en SHS et dont les travaux portent principalement sur l’Asie de l’Est et du Sud-Est, en particulier la Chine, la Corée, le Japon, le Laos, Taiwan, la Thaïlande et le Viêt-Nam. Fondé en 1992, installé sur le campus de l’ENS de Lyon dont il dépend, l’IAO est aussi rattaché au CNRS (umr 5062), à Sciences Po Lyon et à l’Université Lyon 2.

Mardi 12 février : Soirée Chine

Mercredi 13 février de 14h-17h : Ateliers, Le chinois par le théâtre, Théâtre Kantor

Tous Publics : enfants, collégiens, lycéens et adultes.
Cours de 1h ou 2h, selon les âges
Inscription obligatoire : lepavillonrougedesarts@gmail.com

Mercredi 13 février : Soirée Coréenne

Jeudi 14 février : Spécial Vietnam

  • 18h–20h « Serpenter » dans la ville :

Saigon 1953 – Ho Chi Minh Ville 2013 : patrimonialisation et transformations spatiales
› Salle F008

Animation vidéographique.
Cette présentation s’inscrit dans les activités scientifiques de l’Institut d’Asie Orientale liées aux outils numériques au service de l’histoire. L’animation vidéographique élaborée à partir de la base de données Virtual Saigon consistera à « serpenter » dans la ville, du Saigon des années cinquante à Ho Chi Minh-Ville aujourd’hui en soulignant la question du processus de conservation du patrimoine urbain et celle des transformations spatiales le long de l’arroyo.

Interventions de Laurent Gédéon, François Guillemot, Emmanuelle Peyvel sur une animation conçue et développée par Isabelle Durand. Documentation iconographique : Virtual Saigon et Service Historique de la Défense (SHD).

  • 20h–22h30 L’image de l’ouvrière moderne au Vietnam

› Théâtre Kantor

Projection et débat
Soirée présentée et animée par nos invités, Sylvie Gadmer des Ateliers Varan et par Philippe Dumont et Dominique Foulon, rédacteurs des Carnets du Viêt Nam.

Sylvie Gadmer rencontre les Ateliers Varan en 1995 en participant à l’atelier dirigé par Rithy Panh au Cambodge. D’origine vietnamienne, elle décide de monter un Atelier documentaire au Vietnam. Elle encadre à plusieurs reprises des stages d’initiation à la réalisation documentaire au sein des Ateliers Varan à Paris. En 1997 elle réalise « Quand on navigue sur un fleuve, on doit en suivre les méandres », film documentaire sur des Vietnamiens nés en France.

Au début des années 2000, elle lance la création des Ateliers Varan Vietnam et c’est en 2004 que les premiers films sont réalisés à Hanoï. Elle poursuit également sa carrière de chef monteuse en signant de nombreux longs métrages comme Chouchou de Merzak Allouache, L’amour c’est mieux à deux de Dominique Farrugia et Arnaud Lemort, Sagan de Diane Kurys, Le Fils de l’Autre de Lorraine Levy, et aussi « L’Âme maternelle » de Pham Nhue Giang qu’elle monte à Hanoï. En étroite collaboration avec André Van In, directeur de l’Atelier, elle poursuit le développement du groupe Varan Vietnam.

  • 20h30 Rêves d’ouvrières – giac mo la cong nhan (52’)

De Tran Phuong Thao, Ateliers Varan : Atelier Hanoï (Vietnam) 2006. Bourse « Pierre et Yolande Perrault » au Festival Cinéma du Réel, Paris (mars 2007).

Hanoï, la zone industrielle japonaise : les jeunes femmes qui ont quitté leur village luttent pour échapper à l’intérim et aux contrats précaires de « leur » mondialisation. Devenir une « vraie » ouvrière est un rêve, ce devrait être une fierté et une garantie d’avenir.


Rêves d’ouvrières (Ateliers Varan) par LeNouvelObservateur

NOUVEL AN LUNAIRE 2013
› En savoir plus : IAO Blog (programme complet)

Programmation de février 2013 : Film Công Binh de Lam Lê

 

 

LYON :
Dimanche 10 février 2013, CNP Terreaux à 16h00, Lam LÊ, Dominique FOULON, Joël PHAM

AMIENS :
Mercredi 13 février 2013, Ciné Saint Leu à 19h30, Lam LÊ

MASSY :
Jeudi 14 février 2013, CinéMassy à 20h45, Lam LÊ

CLERMONT-FERRAND :
Vendredi 15 février 2013, Cinéma LE RIO à 20h00, Lam LÊ, Pierre JUQUIN

MONEIN :
Mercredi 20 février 2013, Foyer Rural, Lam LÊ

LYON VILLEURBANNE :
Jeudi 21 février 2013, Cinéma LE ZOLA à 20h15, Dominique FOULON, Joël PHAM

SAINTES :
Vendredi 22 février 2013, Cinéma LE GALLIA à 20h30, Lam LÊ

Toute la programmation tenue à jour est disponible sur le site Travailleurs indochinois