Archives de catégorie : Agenda / Evénements

Isabelle Tracol-Huynh : Entre ordre colonial et santé publique, la prostitution au Tonkin de 1885 à 1954 [thèse]

Université Lumière Lyon 2

École doctorale 483 ScSo

Faculté GHHAT

Département d’histoire

Institut d’Asie Orientale

 

Entre ordre colonial et santé publique, la prostitution au Tonkin de 1885 à 1954

Isabelle TRACOL-HUYNH

Groupe de prostituées dans les années 1950. © Archives personnelles de RTV.
Groupe de prostituées dans les années 1950. © Archives personnelles de RTV. 

Thèse pour l’obtention du titre de docteur en Histoire de l’Université de Lyon délivré par l’Université Lumière Lyon 2

Sous la direction de Christian HENRIOT

 

Présentée et soutenue publiquement le jeudi 12 décembre 2013

ENS de Lyon, IAO, à 14h en salle R66, 15 parvis René Descartes, Lyon

Devant un jury composé de :

Sylvie CHAPERON – professeure à l’Université Toulouse 2 le Mirail

Christopher GOSCHA – professeur à l’Université du Québec à Montréal

Christian HENRIOT – professeur à l’Université Lumière Lyon 2

Dominique KALIFA – professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Philippe PAPIN – professeur à l’École Pratique des Hautes Études

 

Résumé :

Entre ordre colonial et santé publique, la prostitution au Tonkin de 1885 à 1954

L’étude de la prostitution au Tonkin pendant la colonisation française est celle d’un monde en mutation. Le développement de la prostitution est à relier directement avec les changements socio-économiques que connaît le Tonkin. La mobilité croissante des populations à l’époque coloniale a pour conséquence une urbanisation importante accompagnée d’une transformation radicale de la société urbaine. Ces changements favorisent une expansion à la fois quantitative et qualitative de la prostitution car de nouvelles formes apparaissent (chanteuses, danseuses, etc.).

Fenêtre ouverte sur un monde urbain en transformation, le monde prostitutionnel permet également de rendre compte de la complexité de la société coloniale dont il est le microcosme puisqu’il en reprend la hiérarchie raciale, les rapports de domination, de tension et de sympathie réciproque. Ce microcosme est placé sous le signe de la rencontre des genres et, surtout, des races, ce qui, en situation coloniale, ne va pas sans poser problème. La gestion de la prostitution par les autorités s’insère directement dans la politique de maintien de l’ordre mise en place par l’État colonial, puisqu’elle s’efforce de recréer au sein du monde prostitutionnel la hiérarchie, à la fois genrée et raciale, régissant l’ensemble de la société coloniale.

Le second volet de l’administration de la prostitution est sanitaire car c’est au nom de la santé publique que la prostitution est réglementée. Le but est de lutter contre les maladies vénériennes, péril pour l’individu et la nation. L’histoire de la prostitution au Tonkin est celle d’une tension entre une administration tentant de contrôler un monde prostitutionnel mouvant et multiforme et les acteurs du monde prostitutionnel qui mettent en place des stratégies de contournement et d’évitement.

Ce travail entend analyser à la fois le système mis en place par les autorités et la réalité du monde prostitutionnel en s’intéressant à ses acteurs et à ses lieux.

Mots-clés : Vietnam ; Tonkin ; colonisation ; prostitution ; santé publique ; péril vénérien ; police ; culture urbaine ; problème public ; rôle de la presse

Isabelle Tracol-Huynh: Between Colonial Order and Public Health – Prostitution in Tonkin (1885-1954) [PhD Thesis]

Isabelle Tracol-Huynh:

Between Colonial Order and Public Health – Prostitution in Tonkin

(1885-1954)

[PhD Thesis]

Groupe de prostituées dans les années 1950. © Archives personnelles de RTV.
Groupe de prostituées dans les années 1950. © Archives personnelles de RTV. 

 

Abstract:

Between Colonial Order and Public Health: Prostitution in Tonkin (1885-1954)

During French colonization, the world of prostitution in Tonkin evolved as the result of the numerous social and economic changes that were occurring at the time. The increasing mobility of the population led to rapid, significant urbanization: consequently, the city changed in form and in culture. Prostitution hence became increasingly visible. Its expansion was both quantitative and qualitative in the sense that prostitutes were no longer confined within the so-called spaces of “legal” brothels and were no longer perceived as being the only women capable of providing sexual services. In this regard, the world of prostitution  is a critical vantage point which permits a far-reaching study of these global changes as well as a unique vantage point onto the complexity of colonization itself.

This world was a microcosm of  colonial society with its latent notions of racial hierarchy, inherent domination, and intimacy for colonization, and these all represent an intimate yet politically charged encounter. The racial boundaries delineated at the very foundations of the colonial order were therefore blurred and had to be redrawn and sharpened. The regulation of prostitution was one of the means used by authorities to control the interaction between the colonizers and the colonized because it reproduced the racial distinctions of the colonial society.

The second dimension of the administration of prostitution was medical: because of venereal diseases, prostitution was perceived to be a threat to individuals and the nation as a whole. The regulation of prostitution thus was part and parcel of the policing strategies set up by the authorities to insure colonial order and public health. Nonetheless, its application proved to be difficult because prostitution, which was understood as construing both actors and places, resisted the police and medical frameworks that sought to confine them. Authorities’ attempts clashed with the evasive strategies of prostitutes, madams, clients, and others as well.

In light of these issues, this study offers a thorough examination of the official frameworks and the reality of prostitution as it existed in colonial Tonkin.

Keywords: Vietnam; Tonkin; prostitution; colonization; public health; venereal diseases; police; urban culture; social problem; newspapers influence

Jaillissement – Installation in situ de Li Huai

ENS de Lyon

du 9 décembre 2013 au 28 février 2014, du lundi au vendredi de 9h à 17h
Site René Descartes – 15 parvis René Descartes, Forum Félix Pécaut

Bandeau_Jaillissement

La calligraphie chinoise a toujours été une forme d’art très complexe associée de manière évidente au statut social, aux normes du genre, à l’identité morale, à la discipline individuelle et au contrôle culturel.

La calligraphie a également été utilisée comme un outil de propagande politique. Mais cette installation particulière de composants fondamentaux de la calligraphie porte sur les gens ordinaires et leurs voix.

Il met en lumière des expressions populaires véhiculées par le biais de traits fondamentaux, de marques et des noms chinois communs parmi les Chinois ordinaires.

En termes d’esthétique, les rouleaux eux-mêmes sont fondés sur des formes d’art traditionnel chinois. Mais dans cette installation, le défilement se déploie d’une manière culturellement subversive qui relie les expressions des gens à l’écoulement de l’eau, de l’énergie naturelle et de la grâce.

Li Huai, artiste, est actuellement visiting scholar à l’IAO. Séjour récent à Edinburgh comme resident artist.

Jaillissement à l'ENS de Lyon © 2013
Jaillissement à l’ENS de Lyon © 2013 Paul Pickowicz

En savoir plus sur l’artiste :  Li Huai a obtenu son diplôme en beaux-arts à l’Académie du Film de Pékin et sa maîtrise en art à l’Institut des Arts de Californie. Elle est membre du corps professoral du Département des arts visuels de l’Université de Californie, San Diego. Les spécialités Li Huai comprennent la peinture, le dessin, le multimédia, les installations et la calligraphie chinoise. En termes thématiques, ses travaux portent sur diverses questions liées à l’interaction culturelle Est-Ouest dans un âge de plus en plus transnational, y compris les questions concernant la diaspora asiatique.

Ses grands salons à titre individuel comprennent Los Angeles Contemporary Exhibitions, San Diego Museum of Art, Boehm Galerie, The Arts House (Singapour), The Substation Gallery (Singapour), Carroll Gallery (Tulane University), Hong Kong City University Gallery, Edinburgh University Matthew Architecture Gallery et Galleria Ninapi (Ravenne, Italie).

Son travail a été présenté lors d’expositions de groupe dans différents lieux au plan national et international, y compris le Musée de La Jolla d’art contemporain (San Diego), Galerie Morlan (Université de Transylvanie), le Centro Cultural de Tijuana (Mexique), le Centre Internationale d’Art Contemporain (Montréal), la troisième Biennale de Chengdu (Musée d’Art Contemporain, Chengdu, Chine) et dans divers espaces d’art contemporain en Afrique du Sud, au Japon et en Italie.

Li Huai est également conservateur d’art pour le Women’s Museum of California.

Grégory Mikaelian : Areno, le prince des mots [séminaire CASE – 12 décembre 2013]

Séminaire général animé par

Andrée Feillard et Rémy Madinier

Logo_CASE


Sociétés d’Asie du Sud-est : permanences et mutations

 

Jeudi 12 décembre :

Grégory MIKAELIAN, CASE-CNRS

Areno Iukanthor, Cambodgian painter and prince, grandson of the king Nobodom Ist. © Roger-Viollet / Topfoto
Areno Iukanthor, Cambodgian painter and prince, grandson of the king Nobodom Ist. © Roger-Viollet / Topfoto

Areno, le prince des mots.

Un aristocrate khmer à l’école des humanités françaises

(1896-circa 1969)

Occulté par les élites cambodgiennes qui en ont pourtant conservé le souvenir, ignoré des enquêtes littéraires et méconnu des livres d’histoire, Areno Iukanthor nous plonge aussi bien dans l’orientalisme français des années trente que dans la course au trône du Cambodge ou dans l’imaginaire de l’aristocratie khmère post-angkorienne (XVe-XIXe siècle), dont il revendiqua haut et fort la tradition. Petit-fils du roi Norodom (r. 1860-1904), cette figure d’excellence fut élève aux Beaux-Arts de Paris dans les années 1920 avant de devenir un petit prince des arts et des lettres parisiennes. Peintre et poète, il fut aussi un polémiste de talent qui dénonça vigoureusement les travers du Protectorat, n’ayant de cesse de ferrailler par les mots contre une nouvelle élite de parvenus, souvent d’anciens interprètes installés aux postes clefs par les Français, aux dépens des princes du sang.

Pour livrer ce combat méta-politique, il employa les armes textuelles de la culture humaniste acquise sur les bancs de l’université française. Initié à l’école des maîtres de la science orientaliste et marié à une artiste française, il incarne dans le même temps une recherche de dialogue entre l’Orient et l’Occident, à une époque où cette question structure le champ intellectuel métropolitain, autour de personnalités comme Sylvain Lévi, René Guénon ou Romain Rolland, qu’il côtoya tous les trois. Tour à tour sorélien, maurassien, guénonien, puis rosicrucien adepte de la synarchie, son éclectisme politique et spirituel évoque le parcours de certains « non conformistes » des années trente, mais aussi, et peut-être surtout, une manière propre aux aristocraties cambodgiennes de faire synthèse de diverses influences étrangères pour refonder une vision du monde qui fasse sens, hic et nunc.

Le jeudi de 10 heures à 12 heures. Salon du premier étage
Maison de l’Asie, 22 avenue du Président Wilson, 75016 Paris

M° Iéna ou Trocadéro

Richard Owens: Measuring smallholder land investments in Northwest Vietnam: A cross-cultural study of three highland villages… [PhD] – presented by Jean Michaud

[ndlr] Message de Jean Michaud paru initialement sur VSG et reproduit sur Mémoires d’Indochine avec son aimable autorisation.

Richard Owens with Hmong farmers during harvest season for dry rice in Thuan Chau district, Son La Province, Northwest Vietnam.
Richard Owens with Hmong farmers during harvest season for dry rice in Thuan Chau district, Son La Province, Northwest Vietnam.

This to congratulate Richard Owens who has recently defended successfully his PhD dissertation in social anthropology at University of Georgia (USA) titled « Measuring smallholder land investments in Northwest Vietnam: A cross-cultural study of three highland villages in Phỏng Lái commune, Sơn La province. »

His abstract states:

« In this dissertation, I investigate the connection between land tenure and the conservation of natural resources in the northwestern uplands of Vietnam (Son La province) through a focus on the political and economic forces that shape smallholder investment practices. Within a historically-informed context, I analyze and compare smallholder land use decisions among Kinh, Hmong, and Thai groups considering identity, cultural practices, and household economics.  Recently, Vietnam has banned swidden agriculture in favor of the intensification of upland agriculture. To that purpose, it has provided technology, subsidies, and extension services targeted to lowland majority development models.

During the course of this dissertation, I analyze soil conservation activities in three villages (between and within designs) and across the commune at the household level.  Results from investment activities (short-term, long-term and household rate categories) show that smallholders’ long-term investments are significantly smaller in relation to household investments. I contend that there are a number of social, economic, and environmental reasons for why Hmong, Thai and Kinh are not making significant soil conservation investments. State polices aimed at suppressing swidden agriculture have been replaced with intensive upland farming, leading to increased erosion and land degradation. Traditional swidden systems do not require inputs, hence they are not receiving long-term investments. Upland farming is possible through the use of inorganic fertilizers that are necessary for HYV maize production. Examining the failure of the property rights to conserve natural resources this research makes a significant contribution to the theory of property rights This study considers the socio-cultural and economics dynamics of land title and natural resource management. « 

What I would also like to stress about Richard’s work is that he finds that ethnicity matters when locals get to assess economic opportunities and make strategic choices. The Hmông and Thái ways, he finds, are distinct from the Kinh’s and express different views on modernity, identity and aspirations. His research thus dovetails nicely with other recent dissertations based in rural communities of the northern highlands stressing that these non-Kinh societies show creativity and pro-activity in the course of their social and symbolic reproduction, such as (among others) Jennifer Sowerwine (Berkeley 2004), Bent Jørgensen (Göteborg 2006), Tran Hong Hanh (Freie U. Berlin 2006), Christine Bonnin (McGill 2011), Achariya Choowonglert (Chiang Mai 2012), Ho Ngoc Son (ANU 2012), and O’Briain (Sheffield 2012).

Jean Michaud
Département d’Anthropologie / Université Laval (Québec)

Paul Sorrentino’s PhD Thesis presented by Oscar Salemink

© 2011 VTC News
© 2011 VTC News

Dr. Paul Sorrentino had successfully defended his thesis “Áp vong: appliquer l’âme. Rituels non-médiumniques de possession par les morts dans le nord du Vietnam” [translated as “Áp vong: To affix the soul. Non-mediumnic rituals of possession by the dead in the north of Vietnam” by the author himself] at the Sorbonne in Paris, last Friday, November 29th.

Although the thesis has a rather “French” length (496 pp.) I found it a great pleasure to read as it contains wonderful ethnographic descriptions of unusually high quality. For instance, I was blown away by the 60-page ethnographic narrative in the Prélude about a search through possession for the grave of a person called Ông Trượng. The reporting is detailed, lively, precise, and the researcher appears very perceptive of what was said or unsaid, which lexicological register was used; what was done or not done; who looked where or did not look. It was only the first example of compelling ethnography in the thesis that I found highly emotive, having some experience with the importance that many Vietnamese people attach to honoring their dead ancestors or relatives – including those who died in the wars and whose graves are unknown. Sorrentino also dissects and interprets the various meanings of specific words from different registers (everyday Vietnamese, sino-Vietnamese, political vocabulary, Buddhist terms, etc.) in an expert manner.

Áp vong appears to be a relatively recent phenomenon, which might be somewhat comparable to lên đồng [spirit possession linked up with Mother Goddess worship] or gọi hồn [soul calling]. In those two forms of spirit possession, ritual specialists are possessed by deities (lên đồng) or souls of dead people (gọi hồn). There is an abundant literature in various languages (Vietnamese, English, French) about lên đồng, and an emerging literature about gọi hồn (e.g. Heonik Kwon, Mai Lan Gustafsson, Kirsten Endres, Phan Đăng Nhật and myself), but áp vong – a neologism in Vietnamese – has to my knowledge not yet been the object of systematic study. The main difference with the other forms of possession is that with áp vong, the persons to be possessed are not ritual experts themselves (although experts do play a role in guiding the ritual) but relatives or descendants of the dead persons – hence lay people themselves.

The author devotes a chapter to the question how it is possible that this practice emerged and spread so quickly – mostly after 2000 – and offers a detailed picture of the various persons and institutions involved in that process. The possession rituals tend to be only minimally ritualized, and the practice is now being promoted and practiced in “scientific” institutions that claim expertise in extra-sensorial [ngoại cảm] forms of knowing and sensing, and that uses a mix of scientistic and Buddhist discourses. Interestingly, instead of being dismissed as superstition [mê tín dị đoan] some of the institutions enjoy support from the highest echelons of the Party.

Sorrentino uses a constructivist theoretical framework that offers a vocabulary to interpret how the various protagonists (relatives, ritual experts) arrive at a common interpretation of the possession event in situations of utter uncertainty and oftentimes confusion. That (theoretical) framework might evolve further in the future as the practice itself evolves and – perhaps – routinizes and ritualizes. However, the great merit of this thesis is that it offers amazingly insightful – sometimes very intimate – ethnographies of the practice at a stage of formation, and as such it will be of great use to other scholars who may wish to study this phenomenon in the future. The thesis received the highest distinction from the examiners.

I can only hope that Sorrentino’s work will soon become publicly available – not only in French, but also in Vietnamese and English.

Oscar Salemink, Professor in the Anthropology of Asia, 02/12/2013.

Paul Sorrentino : Áp vong / appliquer l’âme. Rituels non-médiumniques de possession par les morts dans le nord du Vietnam [thèse]

2011 VTC News
© 2011 VTC News

Paul Sorrentino, doctorant au Canthel, a soutenu sa thèse intitulée :

« Áp vong : appliquer l’âme. Rituels non-médiumniques de possession par les morts dans le nord du Vietnam », le vendredi 29 novembre à 14h, à la Sorbonne

Jury composé de Richard Pottier (Université Paris Descartes, directeur de la thèse), Bénédicte Brac de la Perrière (CNRS), Oscar Salemink (Université de Copenhague), Anne de Sales (CNRS) et Gilles Tarabout (CNRS).

* * *

Résumé de la thèse :

Dans cette thèse, j’interroge le développement rapide, au Vietnam et dans les années 2000, d’une forme nouvelle de rituel de possession par les morts, appelée áp vong (littéralement : appliquer/apposer l’âme). L’une des particularités de ces séances est que les défunts n’y sont pas incarnés par le spécialiste rituel, qui ne joue qu’un rôle d’encadrement, mais par un client, par l’intermédiaire duquel les autres membres de la famille pourront interroger leurs morts. Après un exposé du contexte d’idées et de pratiques dans lequel ces rituels sont apparus (représentations liées à la personne, conceptions sotériologiques, autres pratiques de possession), je tente de comprendre la place qu’ils prennent dans la société vietnamienne, marquée par une transformation profonde de la relation entre les vivants et les morts liée au traumatisme de la guerre.

Cela m’amène à analyser les aspects politiques de cette innovation rituelle : en effet, la popularisation fulgurante des séances de áp vong a eu pour théâtre des « centres de recherche » créés par des intellectuels vietnamiens se posant en promoteurs de ces pratiques face à un pouvoir central pris entre sa volonté d’éradiquer les « superstitions » et son devoir de prendre en charge la mémoire des victimes de la guerre.

Enfin, pour tenter de comprendre ces rituels, où ceux qui incarnent les morts ne sont ni des médiums, ni des victimes de l’affliction causée par un défunt, et où la possession est constamment en train de se faire et de se défaire (j’accorde une place importante aux séances qui ne « fonctionnent » pas ou mal), j’adopte une approche constructiviste visant à lire la possession autour du possédé plutôt qu’en lui. De là, je propose de considérer la possession comme une épreuve, au sens que la sociologie pragmatique a donné à ce terme : une qualification négociée de la réalité, portant dans ce cas sur l’attribution d’une agentivité (celle d’un défunt) à un corps (celui du possédé).

Source : Canthel EA 4545

L’art du pathétique en Asie du Sud-est insulaire [séminaire CASE]

Séminaire général animé par

Andrée Feillard et Rémy Madinier

Logo_CASE


Sociétés d’Asie du Sud-est : permanences et mutations


Jeudi 28 novembre 2013

Véronique ARNAUD, Hélène BOUVIER, Josiane CAUQUELIN, Dana RAPPOPORT, CASE-CNRS

L’art du pathétique en Asie du Sud-est insulaire :

ethnologie, esthétique et émotions

Un groupe d’ethnologues du CASE a mené une réflexion commune, à partir de ses matériaux de littérature orale, rituelle ou profane, sur la notion de « pathétique », de son statut dans un ensemble narratif, mis en scène ou non, de sa pertinence dans les taxonomies locales de l’émotion, de son rôle esthétique dans la forme codifiée qui le porte, enfin  de son expression linguistique et, le cas échéant, non verbale. L’expression stylisée de la souffrance, du malheur, de la douleur, des épreuves de la vie et de la violence émotionnelle paroxystique que représente la mort, a ainsi été explorée à partir de quatre terrains, dans leurs langues vernaculaires, deux à Taïwan et deux en Indonésie.  Les mots, les voix et les pleurs présentés ici sont ceux des chants responsoriaux des Tao Do-pongso de Lanyu, Taïwan (Véronique Arnaud), du théâtre à Madura, Indonésie (Hélène Bouvier), des chamanes des Puyuma de Taïwan (Josiane Cauquelin), et des chanteurs de Lamaholot à Flores, Indonésie (Dana Rappoport).

Le jeudi de 10 heures à 12 heures. Salon du premier étage

Maison de l’Asie, 22 avenue du Président Wilson, 75016 Paris

M° Iéna ou Trocadéro

Pierre Daum : Tournée de conférences au Viêt-Nam

Pierre Daum

Tournée de conférences au Viêt-Nam
PierreDaum_ConférencesVietNam

 

Mardi, 26 Novembre 2013 – 6:00pm – Conférences au Viêt-Nam

Trois ans après sa première série de conférences, Pierre Daum revient au Vietnam pour échanger sur le travail qu’il mène depuis huit ans sur l’histoire des travailleurs indochinois réquisitionnés en France pendant la Seconde guerre mondiale.

Voici une première liste de dates. D’autres interventions sont susceptibles de s’ajouter.

 

  • Mardi 26 novembre à 18h00: Librairie française de Ho Chi Minh-Ville

(Adresse: Librairie Nam Phong, 94 Ho Tung Mau, D., HCMV). Conférence en français.

  • Jeudi 28 novembre à 10h00: Lycée français Marguerite Duras

(Adresse: Route N°11 – Long Binh – District 9, HCMV). Conférence en français.

  • Vendredi 29 novembre à 8h00: Université des sciences sociales et humaines (HCMV)

(Adresse: 10-12 rue Dinh Tien Hoang, District 1, HCMV). Conférence en français, traduite en vietnamien.

  • Lundi 2 décembre à 14h00: Université de Thudaumot

(province de Binh Duong, 30 km au nord de HCMV). Conférence en français, traduite en vietnamien.

Toutes ces interventions sont ouvertes au public.

Par ailleurs, Pierre Daum participe à l’exposition « Fragments d’histoires – L’histoire méconnue des Indochinois en France« , qui se tient du 25 novembre au 4 janvier à l’hôtel Sofitel Plaza de Ho Chi Minh Ville.

Source : Immigrés de force (agenda).