Archives de catégorie : Récits personnels

Madame Nguyen Thi Binh on the atrocities of war Vietnam [1966]

Nguyen Thi Bình, head of the Delegation of the Provisional Revolutionary Government at the Paris Conference on Vietnam. This January 27, 1973 photo depicts the signing of documents at the agreement table during the Paris Peace Accords that turned the page on war in Vietnam, to began the process of peace.

In Vienna in 1966, Madeline Duckles, interviews 38 years old Nguyen Thi Bình, member of the Central Committee of the National Liberation Front of South Vietnam. Speaking with quiet courage, Madame Thi Bình shares a woman’s perspective on the atrocities of war, the need for peace through the enactment of an electoral democratic process in the region, the desire for peace negotiations with President Johnson’s White House and the critical needs of the South Vietnamese people, especially its children, to live and survive in spite of ongoing military conflict and violence.

 

“How does war affect the lives of your children, and what is your attitudes toward us, the American people?” asks Madeline Duckles in her interview.

“To answer you on this question means great pain to us…” answered Madame Thi Bình as she describes the actions of American soldiers and military operations during the war.

Pacifica Radio Preservation Access Project

Producer: Madeline Duckles
from the Pacifica Radio Archives

Translation: Madame Le Thi Cao

Date: 1968, Los Angeles, CA, USA

Length: 44:34 min

A écouter sur : Women News Network

Background:

Madame Nguyen Thi Bình, (born Nguyen Châu Sa on 26 May 1927), was a leading delegate to the Paris Peace Conference, working on behalf of the National Front for the Liberation of South Vietnam.

Born in 1927 in Sa Ðéc province, Madame Thi Bình, was the granddaughter of Phan Chu Trinh, a social leader staunchly opposed to the use of violent means to bring democracy to Vietnam. He was also dedicated and worked to bring modern education to the region.

His daughter, who later became known as Madame Nguyen Thi Bình, studied French at Lycée Sisowath in Cambodia. Initially she worked as a teacher, later joining Vietnam’s Communist Party in 1948.

From 1945 to 1951, Thi Bình took part in various intellectual movements against the French authorities which subsequently lead to her arrest between 1951 and 1953 in Chi Hoa prison (Saigon). After serving her jail term, Madame Nguyen Thi Bình participated in the peace movement for the implementation of the Geneva Agreement.

During the Vietnam War, Thi Bình became a member of the Vietcong’s Central Committee and a vice-chairperson of the South Vietnamese Women’s Liberation Association. In 1969, she was appointed foreign minister of the Provisional Revolutionary Government of the Republic of South Vietnam and played a major role in the signing of Paris Peace Accords on Vietnam, an agreement that provided the diplomatic means for America troops to pull out of the region, helping to engage and start the process to restore peace in Vietnam.

The Paris Peace Accords on Vietnam were entered into force, January 17, 1973. The war in Vietnam was finally declared over April 30, 1975.

Madame Nguyen Thi Bình is regarded today as a symbol of women’ s role in the “Resistance War”. After April 1975, she was appointed Minister of Education in a united Vietnam. She was elected Vice-President of the Socialist Republic of Vietnam in 1992 and then re-elected in 1997 and has served as Vietnamese Vice-President.

On September 4, 1995, at the United Nations 4th World Conference in Beijing, China, Madame Nguyen Thi Bình spoke to Dr. Gertrude Mongella, the Secretary General of the conference saying,

“Like many other countries, my country, Vietnam has lived through long years of wars which have ravaged this already-poor land and left behind millions of orphans, widows, disabled and missing-in-action. Vietnamese women. as part of their nation have been tested by harsh trials and countless hardships. They have derived therefrom their exceptional endurance and tenacity, their ability to survive and to persist in their full identity through the storms of life, just like the Vietnamese bamboo tree, which is supple but unbreakable, which bends under the wind but does not break, and which afterwards, stand again as straight and proud as before.”
_______________________

©2011 Women News Network – WNN

* * *

NXP /CPR 1612671 – 11/05/1968 -Paris : Mrs. Nguyen Thi Binh, head of the National Liberation Front’s delegation at the enlarged Paris peace talks, speaks during a press conference here 11/05. Mrs Binh flatly ruled out any ceasefire in South Vietnam before the withdrawal of American troops. UPI Cablephoto (PR 222). © 1968 UPI

Loo Hui Phang, auteure de « Cent mille journées de prières » – Roman graphique

[ndlr] Présentation du roman graphique de Loo Hui Phang (scénariste) et Michaël Sterckeman (illustrateur) publié chez Futuropolis au mois d’avril 2012. Loo Huy Phang est interviewée sur TV5 Monde le 9 juin 2012.

L’oiseau de Louis est mort. Mais il vit dans les rêves éveillés, les cauchemars ou les fantasmes de l’enfant. À la fois protecteur et guide, l’oiseau, devenu énorme et décharné, conduit Louis sur une terre de cendres, désolée et morbide. Il faut y voir, bien sûr, le lieu métaphorique du génocide cambodgien, cette terre ravagée par les Khmers rouges, qui déportèrent et assassinèrent 1,7 millions de personnes entre 1975 et 1979. L’oiseau apprendra à Louis que son père n’était pas un tueur, comme il le craignait, mais bien une victime de la folie meurtrière des Khmers rouges. Louis, peu à peu, avec l’aide de l’oiseau, esquisse le portrait jusqu’alors vide de son père, l’homme que sa mère aima, jusqu’à la douleur. (présentation Futuropolis)

The Face of the Enemy, a documentary project

Over five million Vietnamese and 58 000 Americans died in what one side calls the American War and the other side calls the Vietnam War. Whilst countless stories have been told from the American point of view, very little has been heard from the Vietnamese side.

The Face of the Enemy is a documentary project that tells the story of the Vietnamese who fought in the American war, in their own words. In the film and installation veterans and their families have the chance, often for the first time, to recall the experiences that transformed and changed their lives. The project is built from over 150 hours of filmed interviews. The addition of rare archive footage and personal photos of the veterans themselves aids the attempt to chart a new perspective on one of the most decisive conflicts in modern history.

The project focuses more on personal stories than on the chronological events of the war. What did the Vietnamese feel when they joined the army? When they first arrived at the front? How did they see their comrades? The enemy? Their families back at home? How did the families at home think of the men and the woman at the front?

Trailer

The Film

Directed photographed and produced by Erik Pauser / Producer Dylan Williams / Editor Clas Lindberg / Music JeanLouis Huhta  / Sound Ania Pauser, Nguyen Dinh Thien Y, Alan Hayslip / Additional photography Lars Siltberg / Location manager Nguyen Dinh Thien Y / Sound design Ove Valeskog Studio Snickeboa / Colorgrading and online Lars Siltberg, Henrik Lago / Postproduction facilities/ Presentationsdesign Cinepost studios / Translation Tue Nguyen Dinh, Thien Y, Thao Jörgenssen, Tran Thi Ha, Vu Tuan Anh, Nguyen Than Huong, Huonh Thi Than Nguyen, Pham Cong Phoung.

Produced by Brandklipparen Amp film  / A coproduction with SVT – Axel Arnö / With support from The Swedish Film Institute – Hjalmar Palmgren / The Swedish Arts Grants Committee / YLE – Iikka Vekhalati / DR – Mette Hoffman / Längmanska Kulturfonden / Helge Ax:son Johnsons stiftelse

Archive: SVT / Doan Thi Cong / The National Archives and Records Administration (NARA) / Vietnam Film institute / Larry Nibble Archives / Caprice record.

Web Project

Producer Erik Pauser / Design Mats Renvall / Programming Nils Ola Nilsson / Site curators Erik Pauser, Sophie Holgersson, Ana Valdés / The webproject is supported by Framtidens kultur / Production company Brandklipparen.

Source : The Face of the Enemy, a Documentary Project

See also Story tellers gallery with:

Christian Langworthy
Cu Chi commander – Tran Van Thuan
Doctor Pham Duong and his wife Truong Thi Ngoc Lan and their son Lam
Female Guerilla Fighters – Mrs. Tran Thi Nho, Mrs. Dang Thi Huong, Mrs. Le Thi Suong
Mrs Vo Thi Tram
Le Ly Hayslip
Mr. Do Duc Diu. Former soldier in the regular North Vietnamese army
Mr Diu: Hang – The daughter of Mr. Diu
Mr Diu: Mrs. Pham Niec
Mr. Nguyen van Ma and his wife Do Thi Bich Canh
Doan Thi Cong
Bao Ninh
To Tien Hoa
Hoang Van Tinh
Nguyen Than
Mr. Tran Thi Vong and his wife
Hoang Dinh Phuong

Interviews with FULRO partisans (extracts) – by Virginia Morris

Virginia Morris: Security and Defence Analyst & Author

Virginia Morris is commissioned to do presentations on security and defence. Her specialist subjects are asymmetric warfare and terrorism. Virginia also examines how poverty and environmental issues affect these fields. She has worked for the United Nations in Lao, as an engineering consultant in the UK and alongside senior members of the Communist Party in Vietnam. Her work has led Virginia to be invited to give presentations to noted audiences such as American Special Forces. She has also been interviewed for Vietnamese and British TV. For part of her work she has interviewed Vietnam War Veterans. Many of which fought along the Ho Chi Minh Trail. Most had been in American Special Forces for many years and some of which were Montagnard people. They now belong to Vietnam Veteran Associations and support Save the Montagnard People.

Extracts

Ysiu Hlong – Vietnam War Veteran

Mien Pangting – Vietnam War Veteran

Source You Tube, chaîne de Virginia Morris

Virginia Morris official website

Interview en français avec le général Tran Van Don [1981]

“Interview with Tran Van Don.”, 05/07/1981, WGBH Media Library & Archives, (accessed 12 Oct 2012).

As a former general in the Army of the Republic of Vietnam, Tran Van Don was pivotal to the toppling of Ngo Dinh Diem during the 1963 coup d’etat. Here he recalls life under French colonialism, the rule of Bao Dai, and his relationship with Ngo Dinh Diem – leading to the coup d’etat and death of Diem.

 

Episode 103
Program America’s Mandarin (1954 – 1967)
Series Vietnam: A Television History
Duration 00:46:56:05
Standard NTSC
Source WGBH Open Vault

Source : Open Vault

Vietnam War Combat Photographers Reunite

May 01, 2012 via LinkAsia

Nick Ut (above, left) of the Associated Press took one of the Vietnam War’s most iconic photos, of Kim Phuc (above, right) running from a napalm attack. On the other side of the conflict, Doan Cong Tinh of the Vietnam People’s Army Newspaper, was also snapping award-winning images. As Vietnamese broadcaster VTV4 reports, the two are now close friends.

Source : LinkAsia

Tôn Quang Phiệt : « J’ai participé à la Révolution d’Août à Huê »

La revue d’histoire Xua va Nay (Jadis et Aujourd’hui) vient de publier un extrait des mémoires de Ton Quang Phiet, révolutionnaire et homme d’État de la RDVN1. Figure intellectuelle connue de la ville de Huê, il participa dans ses jeunes années, aux deux organisations révolutionnaires Tan Viet (Nouveau Viêt Nam) et Viet Nam Thanh Nien Cach Mang (Jeunesse révolutionnaire du Viêt Nam).

Il fut emprisonné pour activisme politique à Ban Me Thuot. A sa sortie de prison en 1934, il fut assigné à résidence à Huê et ouvrit l’école privée Thuan Hoa tout en poursuivant ses activités indépendantistes pendant la période du Front populaire. Respecté à Huê pour son aura de « prisonnier politique », certains pensaient qu’il était communiste et s’adressaient à lui à chaque fois que la situation devenait effervescente. Ton Quang Phiet n’a jamais été directement lié aux activités du parti communiste indochinois mais de nombreux partisans communistes, en particulier les anciens prisonniers politiques, le considéraient comme un allié et échangeaient souvent avec lui des idées sur le plan politique.

Le révolutionnaire endurci de 1945 raconte la prise de Huê par le Viêt Minh et revient en détail sur la fin du gouvernement nationaliste Tran Trong Kim (17 avril 1945 – 20 août 1945). L’extrait de son récit débute après le coup de force japonais du 9 mars 1945 et la création sous son égide de l’Association du Nouveau Viet Nam (Hoi Tan Viet Nam), une association nationaliste regroupant des intellectuels patriotes2.

En déplacement à Vinh, il prend conscience de l’avancée rapide du mouvement indépendantiste Viêt Minh et réalise que des militants communistes jugent de prime abord la nouvelle organisation comme « pro-japonaise ». De retour à Huê, il décide de dissoudre cette dernière et attend prudemment. Le journal Co Giai Phong (Le journal de la libération) l’a déjà classé parmi les « traîtres pro-japonais » tout comme Tran Trong Kim ou Phan Anh même si l’attaque est moins virulente contre lui.

Néanmoins, peu de temps après il est contacté par le Viêt Minh, notamment Hoang Anh, secrétaire provincial du Viêt Minh et ancien prisonnier politique comme Phiet, car l’organisation veut rassembler autour d’elle des personnalités susceptibles de soutenir les forces révolutionnaires. Les manifestations de rues en soutien au Viêt Minh se multiplient et laissent de marbre les quelques 4.500 militaires japonais encore présents à Huê. Phiet qui reste en contact avec l’administration locale en particulier les chefs de districts (tri huyen) doit les convaincre de remettre le pouvoir aux représentants du Viêt Minh. Cette tâche est accomplie sans difficulté car il connaît les principaux concernés.

De son côté, le cabinet Tran Trong Kim entre dans une phase d’interrogation face à la nouvelle situation. Selon Phiet, seuls Tran Trong Kim, Phan Anh et Vu Van Hien veulent se maintenir, tous les autres ministres ont renoncé. La crise est profonde. Phan Anh propose à Phiet de prendre la place de Tran Dinh Nam au ministère de l’intérieur. Phiet refuse et pousse son ami de rejoindre le Viêt Minh car, dil-il, s’en est fini du gouvernement « pro-japonais ». Quelques jours plus tard, Phan Anh démissionne du cabinet comme tous les autres ministres. Ce fait est important car Phan Anh dispose d’une force les « Jeunesses de Première Ligne » susceptible d’appuyer la révolution.

Ton Quang Phiet est désigné par les cadres locaux du PCI pour une mission hautement délicate et politique : faire en sorte que l’empereur Bao Dai abdique au profit du mouvement indépendantiste et provoquer la démission du gouvernement Tran Trong Kim. Pour ce faire, il prend contact avec Pham Khac Hoe, l’homme lige du cabinet impérial. Ils évaluent la situation. Si la princesse Nam Phuong reste attachée au trône, Bao Dai est dans un tout autre état d’esprit: « il en a assez de son métier de roi » (p. 6). Pham Khac Hoe va pousser Bao Dai à abdiquer pour faire face à une situation insurrectionnelle qui ne tarde pas à toucher Huê après la province de Quang Ngai, Ha Tinh et Ha Noi le 17 août.

Phiet est désigné contre son gré pour présider le Comité populaire révolutionnaire provisoire mis en place par le Viêt Minh pour la prise du pouvoir. Le comité comprend les militants communistes Hoang Anh, Ho Tung Mau, Nguyen Duy Trinh et To Huu. Cette désignation décidée d’avance « l’enthousiasme tout autant qu’elle l’effraie » (p. 6). Le 23 août, le gouvernement Tran Trong Kim organise le meeting célébrant la rétrocession du Sud (Cochinchine) par les Japonais. Le comité Viêt Minh s’empresse de saisir l’occasion pour se saisir du pouvoir. Les forces de protection du gouvernement impérial, en particulier la Garde civile de Phan Tu Lang, ne sont pas négligeables mais une manifestation gigantesque est orchestrée par le Viêt Minh depuis les alentours de la ville. 150.000 personnes sont mobilisées « pour renverser le pouvoir fantoche » et mettre sur pied un gouvernement provisoire.

A partir de midi, des brigades véhiculées sont chargées d’arrêter les « traîtres pro-japonais ». Sont visés en particulier Ngo Dinh Khoi et son fils Ngo Dinh Huan, secrétaire particulier du conseiller Yokohama. Pham Quynh et son gendre Nguyen Tien Lang sont aussi arrêtés tout comme les quelques Vietnamiens encore favorables aux Japonais, surtout ceux possèdent des armes. Les ennemis potentiels neutralisés et enfermés dans la prison de Thua Phu, une missive officielle du Viêt Minh est portée à Bao Dai. Il lui est demandé expressément de faire désarmer la garde impériale et de rester serein afin de lui garantir la protection des forces révolutionnaires.

Les brigades armées sont également chargées de neutraliser les places fortes de Huê. La ville se couvre du pavillon rouge à l’étoile jaune et un rassemblement de dizaines de milliers de personnes est organisé pour signifier l’avènement du Comité populaire révolutionnaire et la victoire du Viêt Minh. To Huu, chef du Comité de l’insurrection se rend accompagné de Phiet auprès des responsables japonais et des français pour les intimer à rester calme face aux événements. Les fonctionnaires mandarinaux apeurés se rallient à la nouvelle cause sans difficulté. Les représentants des communautés catholiques et bouddhiques sont assurés de la liberté de croyance sous le nouveau gouvernement.

La résolution du cas de Bao Dai est transmise au Comité central qui envoie de Hanoi trois émissaires du Viêt Minh (Tran Huy Lieu, Nguyen Luong Bang et Cu Huy Can). Ils doivent recevoir des mains de l’empereur l’abdication officielle. Le 30 août 1945, l’acte d’abdication est lu par Bao Dai lors d’un grand rassemblement populaire et est enregistré par Tran Huy Lieu qui adresse la réplique à l’empereur. Ce jour là, la délégation Viêt Minh reçoit l’épée d’or et le sceau impérial. Les attributs du pouvoir impérial remis au Viêt Minh lui confère une nouvelle légitimité et ferme le mandat du ciel. Le drapeau jaune à l’hexagramme Ly de couleur rouge de l’Empire du Viêt Nam est remplacé par le drapeau du mouvement Viêt Minh. La longue page d’histoire des dynasties vietnamiennes est définitivement close.

 Le remise de l’épée et du sceau impérial le 30 août 1945.

L’article vise à rehausser le rôle de Tôn Quang Phiêt en mettant en avant son rôle d’intermédiaire indispensable entre l’administration impériale et les forces Viêt Minh. En ralliant à sa cause Phan Anh, Phiet fait en effet basculer les Jeunesses de Première Ligne du côté de la révolution. Un facteur décisif pour la réussite de la prise du pouvoir à Huê qui n’est pas explicitement mentionné. Le rôle de Bao Dai qui refuse l’intervention armée des Japonais pour le maintenir sur le trône est également minimisé.

FG, d’après Xua & Nay, n° 410.

MàJ 21/07/2017.

Annexe

Les principaux protagonistes :

Bao Dai (1913-1997) : le dernier empereur de la dynastie des Nguyen.

Cu Huy Can (1919-2005) : poète, un des trois représentants du Viêt Minh à recevoir l’abdication officielle de Bao Dai.

Ho Tung Mau (1896-1951) : vieux révolutionnaire communiste qui semble avoir été écarté de la prise du pouvoir par To Huu (p. 5).

Hoang Anh (1912-) : secrétaire du PCI au niveau de la province. Il joua sans doute un rôle prépondérant dans l’unification des forces Viêt Minh à Huê.

Nam Phuong (1914-1963) : l’épouse de Bao Dai, la dernière princesse impériale.

Ngo Dinh Khoi (1885-1945) : aîné de la famille des Ngo Dinh. Préfet de la province de Quang Nam, assassiné en 1945 par le Viêt Minh à la suite de la prise de Huê.

Ngo Dinh Huan ( ?-1945) : fils de Khoi, en contact avec les responsables japonais. Exécuté comme son père par le Viêt Minh à l’automne 1945.

Nguyen Duy Trinh (1910-1985) : ancien prisonnier politique communiste, un des dirigeants du Viêt Minh à Huê lors de la prise du pouvoir.

Nguyen Luong Bang (1904-1979) : membre du Comité national de libération, un des trois représentants du Viêt Minh à recevoir l’abdication officielle de Bao Dai.

Nguyen Tien Lang (1909-1976) : gendre de Pham Quynh. Fut emprisonné un temps après la prise du pouvoir par le Viêt Minh à Huê.

Pham Khac Hoe (1901 ou 1902-1995) : secrétaire particulier de Bao Dai. Rédacteur du texte d’abdication.

Pham Quynh (1892-1945) : intellectuel renommé, ministre de l’Intérieur du cabinet impérial avant le 9 mars 1945. Assassiné en septembre 1945 par le Viêt Minh.

Phan Anh (1912-1990) : ministre de la Jeunesse du cabinet Tran Trong Kim. Chef des Jeunesses de Première ligne.

Phan Tu Lang (?-?) : Chef de la Garde civile à Huê.

To Huu (1920-2002) : poète, révolutionnaire communiste, dirige le Comité insurrectionnel de la province de Thua Thien Hue en 1945.

Ton Quang Phiet (1900-1973) : révolutionnaire réputé, rejoint le Viêt Minh à Huê au mois d’août 1945.

Tran Dinh Nam (1896-1974) : médecin, ministre de l’Intérieur du Cabinet Tran Trong Kim.

Tran Huy Lieu (1901-1969) : révolutionnaire, transfuge du VNQDD, historien, un des trois représentants du Viêt Minh à recevoir l’abdication officielle de Bao Dai.

Tran Trong Kim (1883-1953) : historien renommé, Premier ministre de l’Empire du Viêt Nam (avril-août 1945).

Vu Van Hien (1911-1961) : avocat, ministre des finances du Cabinet Tran Trong Kim.

Réf. : Tôn Quang Phiệt, « Tôi tham gia Cách mạng tháng tám ở Huế » [J’ai participé à la révolution d’Août à Huê], Xưa & Nay, n° 410, 8-2012, pp. 3-8.

 

A lire en complément :

Le déroulement de révolution d’août à Huê dans l’ouvrage de David Marr : David G. Marr, Vietnam 1945: The quest for power, Berkeley, University of California Press, 1995, pp. 438-453.

Nguyen The Anh, « The formulation of the national discourse in 1940-45 Viêt-Nam », dans Nguyen The Anh, Parcours d’un historien du Viêt-Nam, Paris, Les Indes Savantes, 2008, pp. 476-495.


Pour citer cet article / To cite this article: François Guillemot, "Tôn Quang Phiệt : « J’ai participé à la Révolution d’Août à Huê »," sur Mémoires d'Indochine, 19/09/2012. Lien : https://indomemoires.hypotheses.org/92.
Notes

  1. Il n’est pas spécifié si le texte a déjà été publié auparavant où s’il s’agit d’une réédition []
  2. Voir aussi David G. Marr, Vietnam 1945: The quest for power, Berkeley, University of California Press, 1995, p. 149 et 215-216. La liaison de ce groupe avec celui du même nom à Hanoi n’est pas formellement établie selon Marr (p. 149, note 349) []