Archives de catégorie : Récits personnels

Thi-Hien Tran et Pierric Le Neveu: Vietnam – 40 ans après la victoire contre les Américains – Impressions de voyage

ReportageVietNam2014[ndlr] Voici un reportage à vif de Tran Thi Hien sur son pays natal. Celle qui “a fermé les yeux pendant des années” par affection pour les siens et sa terre offre un tableau saisissant du Viêt-Nam communiste tout en expliquant ce qui a motivé son nouvel engagement pour une évolution politique pacifique. A lire sur Mediapart.

Embarquement à Roissy, ce 21 août 2014, pour un voyage de quatre semaines au Vietnam. Atterrissage à Ho Chi Minh-Ville et correspondance vers Da Nang où nous attendent mes anciens camarades d’études en Pologne pour quelques jours de partage de souvenirs et d’excursions… Puis nous avons continué notre route vers le Nord, parcourant 2 500 kilomètres en train via Hue, Dong Hoi, Thanh Hoa, Ninh Binh, Ha Noi, Ha Giang, Dong Van, Hai Phong, et Ha Long, en profitant de séjours d’un à trois jours à chacune de ces étapes.

Pierric a rédigé fin septembre un compte-rendu de voyage lié à nos actions en faveur des victimes de l’Agent Orange à Thanh Hoa qu’il a publié sur le site du FaAOD — www.faaod.fr — et sur les pages des réseaux sociaux qu’il abonde. Je tenais, de mon côté, à partager un ressenti un peu différent, tant avec mes amis “proches” du Vietnam qu’avec tous ceux qui envisagent d’aller un jour visiter mon pays natal.

Je voudrais leur dire que malgré le bonheur de fouler la terre de mes ancêtres, j’ai souffert de constater un sentiment d’injustice affectant de plus en plus profondément tous ceux que nous avons rencontrés. Je comprends que la politique du pays est subie et souvent sujette à caution, qu’elle ne semble plus être en phase avec les aspirations du peuple, qu’elle reste floue, et que, malgré l’émergence d’une classe moyenne, les riches deviennent de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres.

Le Vietnam est gouverné par un parti unique. Les médias dépendent de l’État, l’éducation nationale et les programmes scolaires sont définis par le gouvernement ; les représentants de l’état, la police et l’armée, sont omniprésents dans la vie de tous les jours de chaque citoyen qui peut être amené à rendre compte de ses actes à tout moment.

J’ai ressenti, plus particulièrement cette année, un mécontentement généralisé à tous les niveaux de la société. C’est le cas, pour commencer, des anciens combattants qui ont risqué leur vie contre l’armée américaine, qui n’en sont pas toujours revenus indemnes et qui n’oublient pas le sacrifice de leurs camarades, les victimes civiles, la destruction de leur environnement et la perte de leurs maigres biens. Quarante ans après la fin de la guerre, ils ne reconnaissent, ni les visions de l’oncle Ho, ni l’engagement et les promesses du parti qui les a façonnés. Comme s’ils pensaient : “tout ça pour ça”…

Les jeunes voudraient plus de liberté ; les intellectuels (écrivains, avocats, professeurs d’université…) réclament de pouvoir exercer sans contrainte leur métier ; les ouvriers aspirent à davantage de justice sociale face aux patrons qui les exploitent ; les paysans rêvent d’une vie moins pénible et de ne pas courir le risque de se voir confisquer leurs terres pour des grands travaux ou des complexes immobiliers qui ne les concernent pas…

La vie des citoyens vietnamiens est de fait complètement “encadrée” dans une société rongée par la corruption.

Lire la suite sur Mediapart, 24/11/2014.

Article complet en PDF.

Dang Van Long (1919-2001) : Témoignage d’un ONS (février 1988)

[ndlr] En Annexe n° 1 du Mémoire de maîtrise de Liêm-Khê Tran-Nu (Luguern) se trouve le témoignage de Dang Van Long, ONS vietnamien, décédé le 6 décembre 2001. Dang Van Long fut un des compagnons de route du trotskisme vietnamien en France. Il évoque dans ce texte sa condition de jeune requis à l’âge de 20 ans. Reproduit avec l’aimable autorisation de Liêm-Khê que nous remercions vivement.

DangVanLong
Dang Van Long (1919-2001)

TÉMOIGNAGE DE MONSIEUR DANG VAN LONG, REQUIS EN 1939. IL VIT AUJOURD’HUI DANS LA BANLIEUE PARISIENNE. RECUEILLI EN FÉVRIER 1988.

« Je suis né le 15 mars 1919 à Hai-Duong (actuellement Hai-Hung). Ma famille était pauvre, j’ai acquis juste quelques rudiments nécessaires pour lire et écrire. J’ai été requis le 17 novembre 1939, j’ai été envoyé au camp « May Bat » à Hai Phong. Nous avons quitté Hai Phong le 15 janvier 1940 au bord de « La Tourelle » et nous sommes arrivés à Saigon le 18 janvier où nous avons été regroupés au camp « Tan Dao » à Gia Dinh, un arrondissement de Saïgon. Nous sommes restés là deux mois. Dans les camps de rassemblement, on nous rasa la tête et nous portions des uniformes pareils à des prisonniers. Nous ne pouvions pas déserter, on nous aurait retrouvé aussitôt. Nous étions 2.000 ONS [ouvriers non spécialisés] à embarquer le 18 mars 1940 à bord du « Le Minh » et nous sommes arrivés au Vieux port à Marseille le 20 avril 1940. Là, nous sommes restés aux Baumettes pendant quatre jours.

Quand nous sommes partis du pays, les Français nous promettaient que nous serions de retour après deux ans de service. Les gens qui étaient partis en France pour la guerre de 1914/1918 nous racontaient que la France était belle, qu’il y avait des grandes maisons. Ils nous disaient qu’il faisait très froid et que les Français en France ne ressemblaient pas à ceux du Viêt-Nam. Ce qu’ils nous racontaient ne nous importait peu. La plupart d’entre nous furent enrôlés de force et partaient à contrecœur.

Le 22 avril 1940, notre contingent (2.000 ONS) fut divisé en huit compagnies. Je suis parti à bourges pour travailler dans une usine d’armement. Nous travaillons huit heures par jour, on commençait à 9H00 du matin pour finir à 17H00. On pouvait aussi travailler de 5H00 à 13H00 ou de 13h00 à 21H00. Toutes les trois semaines, une équipe sur deux obtenait huit heures de congé et l’autre devait la remplacer, c’est-à-dire qu’elle devait travailler seize heures d’affilée. C’était très dur. Après la défaite de 1940, on a commencé à rapatrier les vieux, les malades, les infirmes. Quant à moi, je me suis retrouvé à Sorgues (Vaucluse). A partir de 1941, on m’a déplacé dans plusieurs endroits. Je travaillais dans divers secteurs. Les travaux de la MOI [Service de la Main d’Oeuvre Indigène…] étaient multiples. On pouvait être bûcheron, mineur, vendangeur ou ramasser des fruits, des glands ou encore travailler dans les salines. Le travail était très dur surtout pour ceux qu’on envoyait dans les salines. Ils n’avaient pas toujours des chaussures et leurs pieds étaient mangés par le sel.

Les patrons nous payaient comme les ouvriers français mais ils versaient notre salaire à la MOI. Notre salaire dépendait aussi de notre rendement. Par exemple ; si on travaillait dans la coupe de bois, on devait fournir un mètre cube de bois coupé par jour ; on recevait une prime si on fournissait plus d’un mètre cube. En 1943, je fus jeté en prison. J’ai déserté. En 1944, j’ai quitté les FFI [Forces françaises de l’intérieur] pour revenir à la MOI. Beaucoup d’entre nous faisaient de la prison car le vol était fréquent. Nous avions très faim et si nous ne volions pas, il nous était impossible de survivre. Nous volions des lapins, des moutons, des poulets, des légumes et même des bœufs et des chiens. Nous mangions tout ce qui nous tombait sous la main. La nourriture qu’on nous donnait pour 15 jours suffisait à nos besoins pour 4 ou 5 jours seulement, le reste du temps nous mangions n’importe quoi, les herbes sauvages par exemple. Tout ce que les lapins mangeaient, nous le mangions. Je n’étais pas très courageux, je n’osai voler que des navets. Il fallait faire cinq à six kilomètres pour voler car si on volait trop près du camp, on nous aurait accusé tout de suite. Tout le monde volait sauf peut-être les cuisiniers, les plantons et le personnel des bureaux.

Dans ce contexte, le travail était très pénible. Il y a eu des cas d’automutilation. Les gens coupaient des doigts de la main ou du pied pour ne plus travailler. On les envoyait alors à l’hôpital. Dans les hôpitaux, pour être bien traité, il fallait donner des cigarettes, de l’argent aux docteurs et aux infirmiers. Les gens hospitalisés passaient leur temps à jouer aux cartes ou au Soc-Dia (jeu de hasard très populaire au Viêt-Nam NDLR). Les perdants, c’était souvent le mêmes, étaient obligés de voler. C’était donc un cercle vicieux. De 1940 à 1945, il y a eu environ un millier de morts. Beaucoup avaient attrapé la tuberculose, il y avait peu de cas de tuberculose osseuse et pulmonaire mais beaucoup de tuberculose veineuse qui était à l’origine de nombreux décès. Moi-même, j’ai été tuberculeux et j’ai dû faire plusieurs séjours à l’hôpital.

En plus de tout ça, on était indésirable. Les Français du camp disaient aux habitants des alentours que nous avions des dents noires, que nous mangions des hommes et que nous étions d’excellents voleurs. Les gens les croyaient et faisaient très attention à nous. Ça nous mettait en colère. Ce fut notamment à l’origine des bagarres. Certains d’entre nous, étaient très débrouillards, ils mettaient du sable dans des bouteilles et s’en servaient comme arme pour frapper les Français qui, eux, utilisaient leurs fourches. Les gens nous détestaient plus sans doute qu’ils détestent aujourd’hui les Arabes. Nous avions peu de rapport avec les autres travailleurs coloniaux. On ne les aimait pas parce qu’ils savaient parler le français.

Les premières révoltes dans les camps n’étaient pas d’ordre politique. Elles naissaient à cause du mépris des cadres vis-à-vis de nous. Mais la solidarité n’existait pas non plus toujours entre nous. La plupart des interprètes étaient des « lèches bottes ». Il y avait beaucoup de grades qui divisaient les travailleurs en plusieurs catégories. La plupart des cadres et des interprètes faisaient tout pour monter de grade ; ils flattaient les cadres français : ils lavaient leurs vêtements, leur portaient de l’eau… En plus, il y avait des rivalités entre les gens du nord, ceux du centre et ceux de sud. Dans le même dortoir, il y avait des vols de sandales. L’ensemble des Indochinois n’était pas aimé par les Français ; on se demandait toujours : nous sommes des êtres humains comme eux, pourquoi ne nous respectent-ils pas ?

Dans ces conditions, notre unique désir était de rentrer au pays. De 1941 à 1944, on n’a eu aucune nouvelle du Viêt-nam . On entendait quelques brèves nouvelles à la radio sur la situation là-bas. C’était tout. On choisissait aussi parmi nous les plus fidèles à la France pour parler quelques minutes à la radio de Vichy. Ces messages étaient retransmis au pays. Par rapport à la guerre, nous étions indifférents. Que la France gagne ou qu’elle perde, nous avions le sentiment que notre sort serait le même.

A partir de 1944, nous recevions de temps à autre des lettres de nos familles, des brochures, des journaux de là-bas grâce aux Vietnamiens qui travaillaient sur les bateaux et qui débarquaient à Marseille ou à Bordeaux. En août 1945 , nous avons appris qu’il y avait un gouvernement indépendant au Viêt-Nam et on commençait à parler de Hô-Chi-Minh dans les camps. Nous avions beaucoup de respect pour cet homme, pour nous il avait sacrifié son existence pour le pays. A Marseille, nous descendions dans les rues pour réclamer notre rapatriement, on avait envie de rentrer. On ne savait pas pourquoi on nous faisait rester en France, en plus beaucoup étaient sans travail. Puis, on a commencé à s’organiser. Notre mouvement était très fort et dérangeait le gouvernement qui voulut alors nous faire rapatrier au plus tôt. Mais beaucoup ne voulait plus rentrer à cause de la guerre. Nous avons alors posé parmi les conditions à notre rapatriement l’arrêt immédiat de la guerre.

En mars 1948, je suis de nouveau parti de mon camp ; puis, j’ai du revenir à l’hôpital à cause de ma tuberculose. En février 1952 je suis sorti de l’hôpital et je suis allé à Paris. Je ne pouvais pas laisser ma femme et mes enfants en France. J’ai demandé l’autorisation de rester provisoirement en France auprès de ma famille et pour me soigner. »

Dang Van Long, février 1988.

Source : extrait de Tran-Nu (Luguern), Liêm-Khê, Les travailleurs indochinois en France de 1939 à 1948, Mémoire de maîtrise sous la direction de Philippe Vigier, Université Paris X Nanterre, 1988, Annexe 1, pp. 157-158.

* * *

Dang Van Long est l’auteur de deux ouvrages en langue vietnamienne sur le sujet :

  • Đặng Văn Long, Lính thợ O.N.S., Hanoi : NXB Lao Động, 1996.
  • Đặng Văn Long, Người Việt ở Pháp, 1940-1954, Paris : Tủ sách nghiên cứu, 1997.

Les deux mondes – un film de Pham Van Nhan [1953]

[ndlr] Message de Lam Le.

Projection exceptionnelle et unique

dans les conditions techniques idéales de la Cinémathèque Française

Cinema

Lundi 16 juin à 19h30

du premier film de fiction tourné en France

LES DEUX MONDES (1953)

de

PHAM VAN NHAN

1er cinéaste vietnamien de France

Ancien Cong Binh 1939-40

et

Témoin dans le film “Cong Binh, la longue nuit indochinoise”

Phan, étudiant vietnamien à Paris, est atteint de la tuberculose. Il est hospitalisé dans un sanatorium universitaire de la banlieue parisienne. Loin de sa famille, qui ne peut plus subvenir à ses besoins à cause de la guerre, il continue malgré tout à travailler la nuit comme musicien dans les restaurants et les cabarets. Ses amis vietnamiens ne se rendent pas compte qu’il vit dans un total dénuement, dans un monde à part.

 

Film présenté par Lam Lê

 Pellicule 35mm, format original 1.33 en N&B

avec des acteurs et techniciens cong binh de 1939-40

VO en vietnamien et ST en français par la Cinémathèque Française

58, rue de Bercy 75012 – Métro Bercy

Source : Cinémathèque

Commémoration du massacre de Tian’anmen : silence à Beijing, recueillement à Hong-Kong

Badge_Tiananmen[ndlr] 4 juin 1989-2014 : 25 ans après le massacre des étudiants de la place Tien An Men, le gouvernement chinois censure tandis que Hongkong commémore.

“Laissez le monde voir la lumière de nos bougies”, 25 ans après le massacre de Tian’anmen à Pékin, affirme le journal hongkongais Apple Daily. Au moins 180 000 personnes étaient rassemblées hier soir au Victoria Park de Hongkong pour réclamer la réhabilitation du mouvement du 4 juin 1989, et clamer : “Nous n’avons pas oublié, nous résistons toujours”, malgré la tentative du Parti communiste chinois d’effacer les événements de la mémoire collective chinoise.

Le South China Morning Post, quotidien anglophone de Hongkong, met aussi en avant l’affluence “record” aux commémorations. “Nombreux étaient ceux qui avaient fait le déplacement depuis la Chine continentale, de Hongkong et de Macao, étant les seuls lieux sur le sol chinois où les gens peuvent marquer cette anniversaire en public et à une telle échelle.” Le journal souligne “le contraste avec la capitale, très calme. La place Tian’anmen et d’autres lieux clés étaient bouclés par la police. Seuls quelques membres des familles des victimes de 1989 ont pu rendre hommage à leurs proches au cimetière, sous la surveillance étroite des policiers”.

Source : Courrier International, 05/06/2014.

© 2014 RFA
© 2014 RFA
© 2014 Reuters
© 2014 Reuters
© 2014 AFP
© 2014 AFP
TienAnMen_25ans_2014
Recueillement © Philippe Lopez / AFP

 

* * *

Rappel des événements :

il_y_a_25_ans_tiananmen_lacroix

Source : La Croix, 04/06/2014.

* * *

Au Viêt-Nam l’article initialement publié sur VN Express le 4 juin 2014 a été immédiatement censuré :

Sự kiện Thiên An Môn 25 năm nhìn lại – VnExpress : Một sự kiện chấn động thế giới xảy ra cách đây 25 năm tại Trung Quốc, khi quân đội nước này được huy động để giải tán cuộc biểu tình của …

VNExpress_25namThienAnMon

Voir l’analyse de RFA : Nỗi sợ hãi của Đảng và Nhà nước Việt Nam, RFA, 06/06/2014.

D’autres sites ont par contre maintenu leurs pages illustrées consacrées à cet événement historique. Voir par exemple Dân Tri reprenant sur son site une vidéo de la BBC ; Những hình ảnh từng gây chấn động về vụ trấn áp Thiên An Môn

* * *

Le témoignage de Rose Tang traduit en vietnamien

Thiên An Môn 25 năm sau ngày đảng CS Tàu thảm sát hằng ngàn thanh niên biểu tình đòi dân chủ

* * *

Talk Vietnam – Catherine Karnow and her photos of Gen. Vo Nguyen Giap

[ndlr] Message de Catherine Karnow, fille de l’historien et journaliste Stanley Karnow, nous invitant à regarder le documentaire consacré à son travail de photographe auprès du Général Vo Nguyen Giap et de sa famille.

VoNguyenGiap

Dear Friends and Clients,

I am proud to share with you a wonderful documentary made by Talk Vietnam, on my photography and long time friendship with the late General Giap and his family, for the 60th Anniversary of Dien Bien Phu.

General Giap master-minded this historic battle, which gave Vietnam its independence from the French, after 60 plus years of colonial rule.

The show, which is in English, will air on May 7th in Vietnam, Anniversary day.

You are invited to watch an exclusive viewing here: https://youtu.be/EwpAKgpzAxQ

Sincerely,

Catherine Karnow

A US soldier searches for his Vietnamese son – by Sue Lloyd Roberts

[ndlr] 40 ans après la guerre, un Américain, vétéran du Viêt-Nam part à la recherche de son fils à Ho Chi Minh-Ville. Un périple qui le mène de Saigon au New Mexico aux États-Unis. Reportage et article de Sue Lloyd Roberts.

Thousands of children were fathered by American servicemen during the Vietnam war. Now in their 60s and 70s, some veterans are desperate to find the sons and daughters they have never known.

A tall, thin American wearing a straw hat wanders through the narrow streets of Ho Chi Minh City, clutching a photo album. At his side is a Vietnamese interpreter and fixer, Hung Phan, who has helped dozens of former American soldiers locate their long-lost children over the last 20 years. His latest client, the American under the straw hat, is Jerry Quinn. He has come to Vietnam to find his son.

Read more : BBC News, 26/04/2014.

Jerry&Brandy
Jerry and his girlfriend, Brandy, before they were parted © 2014 BBC

 

Cao Bang, les soldats sacrifiés d’Indochine [documentaire]

Cao Bang, les soldats sacrifiés d'Indochine[ndlr] Documentaire de Bernard George diffusé le 27 avril 2014 sur France 5 dans l’émission “La case du siècle”. Prochaine rediffusion sur France 5 le 17 mai 2014 à 0:45.

Octobre 1950. Épisode clé de la guerre d’Indochine, Cao Bang est la première grande défaite d’un pays colonisateur face à une armée de libération nationale, un «désastre» qui porte les germes de l’effondrement de l’empire colonial français. Bâti autour des témoignages inédits des rares soldats rescapés, ce document retrace le parcours de ces jeunes hommes en quête d’aventure et d’exotisme, engagés dans une guerre que beaucoup croyaient romantique. Replongeant dans leurs souvenirs, ils évoquent les événements qui ont conduit à la défaite française et révèlent un épisode de ce conflit passé sous silence par les états-majors, le gouvernement et les médias.


Cao Bang, les soldats sacrifiés d’Indochine par Jedburgh45